Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

De l’influence de la dramaturgie de Musset dans les Pièces roses

Adélaïde Jacquemard-Truc

Resumen

Cette étude s’inscrit dans la continuité de l’analyse menée par Jacqueline Blancart-Cassou sur l’influence du théâtre de Musset dans les pièces de Jean Anouilh, qui mit en évidence un réseau des références intertextuelles dans les pièces brillantes. Nous nous intéresserons à des emprunts de structures caractéristiques de Musset dans les pièces roses. Derrière cette proximité formelle, il s’agit de percevoir un lien plus profond entre les deux auteurs, permettant d’expliquer le sens de l’adjectif « rose » retenu par Anouilh pour caractériser ces pièces. Il semble retenir de Musset également la thématique amoureuse et le jeu sur les sentiments, tout en optant pour une vision plus optimiste de ce jeu – en apparence au moins.

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Le théâtre chez Anouilh est nourri de plusieurs influences exercées par les grands dramaturges de la littérature française : lui-même déclare avoir recherché des clefs d’écriture dans les œuvres de ses prédécesseurs. Plusieurs études ont été consacrées à l’analyse des jeux intertextuels dans son œuvre. Ainsi, Jacqueline Blancart-Cassou constate que l’influence du roman et de la poésie reste discrète, mais elle note en revanche que « la présence du théâtre des autres est autrement envahissante1. » La tendance d’Anouilh est manifestement de se tourner vers la littérature du XVIIe et XVIIIe siècles, avec les deux figures essentielles que sont Molière et Marivaux.

Il nous semble intéressant de rajouter le maillon du XIXe siècle à cette chaîne, en nous intéressant à l’influence de Musset dans les pièces dites « roses ». Cette influence est certainement moins importante que celle de Molière ou Marivaux ; néanmoins, elle peut sans doute apporter quelques éléments de compréhension et d’analy...

Autor

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540