Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Anouilh et le théâtre du xviiie siècle

Quelques éléments autour de Cécile ou l’École des pères

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Résumé

Le XVIIIe siècle est particulièrement présent dans l’œuvre d’Anouilh, comme période historique et comme référence intertextuelle. En dehors de La Répétition ou l’Amour puni, Anouilh connaît en effet les principaux auteurs et les principales pièces du théâtre du XVIIIe siècle. La comédie italienne, Marivaux et le Beaumarchais de la trilogie ont ses faveurs. Avec ces références, il taille et compose dans un tissu intertextuel fait de résonances externes et internes, preuve de la création d’un univers personnel pétri d’une culture qui joue sur des effets de mise à distance ou d’affichage désinvolte, que l’on étudiera entre autres à travers Cécile ou l’École des pères, créée à la Comédie des Champs-Élysées le 12 décembre 1952 pour le mariage de sa fille aînée Catherine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le XVIIIe siècle est particulièrement présent dans l’œuvre d’Anouilh, à titre de période historique – d’une part sous la forme d’un XVIIIe siècle aux contours historiques vagues qui renvoie aux nobles sous Louis XV et Louis XVI sans distinctions, d’autre part à travers plusieurs pièces qui utilisent la Révolution française1 dans ses différentes phases pour établir des rapprochements avec la période contemporaine et notamment avec la Libération – mais aussi comme référence intertextuelle. Toutefois, la question des « sources » ou de l’intertexte est sensible chez Anouilh, témoin cette réflexion qui découragerait toute tentative universitaire :

Ce qui m’a toujours particulièrement réjoui dans les manuels (et je ne parle plus ici des pertinentes études de Jacques Vier), c’est ce que ces gens-là appellent « les sources », ces fameuses sources qu’ils sont les seuls, avec une peine et un travail infinis, à pouvoir détecter et qui n’ont finalement aucun intérêt. Tout est source. Soi-même, l...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540