Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Anouilh et son Molière

Alain Couprie

Résumé

En tant que biographe de son « saint patron », Anouilh reprend à son compte la légende, forgée avant 1914, d’un Molière pauvre et méconnu. Du théâtre de celui-ci, il ne retient que les pièces les plus connues. Réécriture de Dom Juan, Ornifle met en scène un personnage plus hypocrite que sacrilège, plus fin de race que triomphant ; c’est un don juan vieilli, arrivé, installé. L’« Hurluberlu » récrimine, comme Alceste, contre les mœurs du temps, mais sans fondamentalement remettre en cause le ressort même du régime. Tout se passe comme si Anouilh reprenait de Molière des situations et des procédés comiques sans jamais vouloir les insérer dans une analyse, sociale ou politique plus large. Molière reste pourtant à ses yeux « l’auteur le plus noir » du XVIIe siècle, en même temps que l’auteur comique par excellence.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La vénération d’Anouilh pour Molière est bien connue. D’article en présentation de « programmes » de la Comédie des Champs-Élysées, de commémoration du « 17 février » [1673] en réflexion sur le comique, ses hommages au « saint patron » sont innombrables. Le catalogue en a depuis longtemps été dressé, notamment par Efrin Knight1, par Élisabeth Le Corre2 ou par Nathalie Macé3, pour simplement s’en tenir aux travaux de ces dernières années. On ne peut guère espérer que glaner après eux.

Quel Molière, ces hommages évoquent-ils toutefois ? Quelle idée Anouilh s’en fait-il ? Quelle image en propose-t-il ? Ces questions, avant de tenter d’y répondre, appellent quelques observations préliminaires. Comme presque tout un chacun, Anouilh possède et admire « son » Molière, et, comme presque tout un chacun, il est convaincu que « son » Molière est le « bon ». À son époque, même si elle n’est pas encore très éloignée de la nôtre, dramaturges, metteurs en scène et universitaires s’ignorent assez so...

Auteur

Université Paris-Est Créteil

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540