Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Anouilh et le modèle shakespearien

Corinne Flicker

Résumé

Très tôt Shakespeare s’impose à Anouilh comme un modèle majeur. D’une part, dans Roméo et Jeannette, il emprunte très librement des éléments shakespeariens pour mieux se détourner de son illustre modèle ; d’autre part, il adapte trois comédies (Comme il vous plaira, Un Conte d’hiver, La Nuit des rois) et donne trois mises en scène (La Nuit des rois, Richard III, Le Marchand de Venise). Anouilh a ainsi une approche plurielle de Shakespeare (citations, allusions, clins d’œil, pastiches, parodies, réécritures libres, adaptations, mises en scène). Toutefois, si le modèle baroque anglais a laissé une trace importante dans sa création, il convient aussi de le relativiser. De Shakespeare il hérite du baroquisme et des jeux du théâtre dans le théâtre qu’il retrouve avec tout autant de bonheur chez Pirandello. Il retient du classicisme la définition de la tragédie, qui fit le chef d’œuvre d’Antigone, et se sent plus proche parent de certains dramaturges français : Molière reste « le saint patron », les personnages de Shakespeare allant jusqu’à être moliérisés.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le plagiat est à la base de toutes les littératures, excepté la première, qui d’ailleurs est inconnue.
Giraudoux, Siegfried (I, 4)

Tout en s’exclamant : « Heureux les gens qui ont eu des maîtres1 ! », Anouilh avoue : « J’ai grandi sans maîtres et vers 1928 je portais bien Claudel dans mon cœur, Pirandello et Shaw écornés dans mes poches, mais, pourtant, j’étais seul. Seul avec cette angoisse d’avoir bientôt vingt ans, cet amour du théâtre et toute cette maladresse2. » Or, très tôt le modèle shakespearien s’impose à lui comme une référence majeure : « Je pense que le théâtre est un objet de première nécessité. C’est une chose religieuse et l’homme a besoin, de temps en temps, de se réunir avec d’autres hommes, d’assister à cette fiction qu’on lui joue en vrai sur des planches, pour lui tout seul. Il faut faire des pièces ; il faut des acteurs, et il se trouve quelquefois que l’un d’eux écrit Hamlet : c’est alors le miracle3. »

Au cours de sa carrière théâtrale, ses modèles se sont révél...

Auteur

Université d’Aix-Marseille

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540