Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Eurydice de Jean Anouilh

Federico Lenzi

Résumé

Eurydice est une des « pièces noires » de Jean Anouilh, représentée pour la première fois le 18 décembre 1941 au théâtre de l’Atelier de Paris. L’auteur reprend ainsi le mythe d’Orphée et d’Eurydice, mais, par rapport aux sources classiques de la légende (nous pensons surtout à Virgile et à Ovide), il augmente le nombre des personnages et déplace l’action dans le Sud de la France, en province. Les deux thèmes centraux de la pièce sont l’amour entre les deux jeunes protagonistes, et la mort, dont M. Henri est un mystérieux émissaire, qui les réunit. Anouilh, qui connaissait sans aucun doute la version du mythe proposée par Cocteau en 1926, apporte plusieurs nouveautés à l’histoire, et ce texte met en évidence ses idées face aux réécritures des légendes de l’Antiquité, pendant les premières années de sa carrière.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Eurydice fut représenté pour la première fois le 18 décembre 1941 au théâtre de l’Atelier, mise en scène et décors d’André Barsacq. Le théâtre est le même qui avait vu naître et se consolider la carrière artistique de Charles Dullin ; le transfert de ce dernier au théâtre de la Cité en 1940 avait permis à Barsacq et à sa compagnie des Quatre Saisons de s’installer à l’Atelier. Le rôle d’Eurydice fut confié à la femme d’Anouilh, l’actrice Monelle Valentin ; elle-même interprétera Antigone en 1944. À partir de la réécriture de la légende d’Orphée, l’auteur ouvre une réflexion sur le mythe qui l’emmène, entre 1941 et 1946, à réécrire les histoires d’Antigone, d’Oreste, de Médée. Malheureusement on ne sait pas grand-chose à propos de la genèse du texte et de la mise en scène du spectacle ; on sait seulement que le spectacle fut représenté dans une ville, Paris, qui depuis un an et demi était occupée par les Allemands.

À la générale, de nombreuses personnalités du monde du specta...

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540