Version classiqueVersion mobile

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Anouilh et la tragédie grecque

Charles Mazouer

Résumé

La tragédie grecque a exercé sur Anouilh une véritable fascination, pendant plus de 35 ans de carrière : de 1942 à 1978, il a repris et récrit des tragédies d’Eschyle, de Sophocle et d’Euripide, qu’il connaît parfaitement – les fragments d’un Oreste, Tu étais si gentil quand tu étais petit, Antigone, Œdipe ou le Roi boiteux, Médée le prouvent. Mais ce « bon fabriquant de pièces » (comme il se désignait) se livre à un véritable jeu avec les fables des tragédies grecques : jeux textuels et intertextuels, modernisation systématique et virtuose ; la modernisation et l’anachronisme ne sont pas sans danger, car la modernisation peut se transformer en volonté tout aussi systématique de dégradation des vieux mythes révérés dans notre culture. Enfin, la modernisation et l’humanisation permettent à Anouilh de changer la pensée des pièces grecques. Les réécritures développent des thématiques propres à Anouilh (faillite du couple, querelle des générations) qui nous plongent dans un réalisme trivial et nous éloignent tout à fait de la pensée des tragiques grecs sur les mythes. Ainsi l’Antigone d’Anouilh désacralise celle de Sophocle. La récriture moderne d’Anouilh, en imposant aux mythes grecs une vision du monde profondément pessimiste, dépourvue de toute grandeur, dégrade, rabaisse, détruit la sublime pensée des tragiques grecs.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La culture théâtrale d’Anouilh n’est plus à prouver, lui dont le théâtre est nourri de toute la tradition, antique et moderne, d’Eschyle à Cocteau ou Giraudoux, qu’il admirait, en passant par Molière et Marivaux. Riche intertextualité. En particulier, Anouilh, que d’aucuns rangeraient plutôt parmi les auteurs du Boulevard, s’est imprégné des grandes œuvres de la tragédie grecque, qui reprenaient indéfiniment ces vieux mythes toujours capables de donner à penser. « Vous savez, ces histoires grecques, ça a la peau dure ! », déclare, en un style tout anouilhesque, l’un des musiciens de Tu étais si gentil quand tu étais petit1. Le théâtre français de la première moitié du XXe siècle a fait un retour marqué aux mythes grecs : Gide, Cocteau, Giraudoux, avant Sartre ; il s’agissait presque d’une mode2. Mais Anouilh s’est livré à cette reprise des mythes grecs avec une constance et une complaisance qui dépassent le phénomène de mode. La reprise et la récriture de tragédies d’Eschyle, de Sop...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search