Version classiqueVersion mobile

Jean Anouilh

 | 
Élisabeth Le Corre
, 
Benoît Barut

Table des matières

Élisabeth Le Corre et Benoît Barut

Avant-propos

Première partie. Modèles et patrons : « les ciseaux de Papa »

Charles Mazouer

Anouilh et la tragédie grecque

La fascination
Le jeu
La pensée
Corinne Flicker

Anouilh et le modèle shakespearien

Citations, allusions, clins d’œil et réécriture libre
Le baroquisme d’Anouilh ?
Adaptations et mises en scène : Shakespeare moliérisé
Alain Couprie

Anouilh et son Molière

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval

Anouilh et le théâtre du xviiie siècle

Quelques éléments autour de Cécile ou l’École des pères

La culture d’Anouilh sur le théâtre du XVIIIe siècle
Cécile ou l’École des pères
Yannick Hoffert

Jean Anouilh au travail avec Roger Vitrac : Ardèle ou la Marguerite

Ardèle, ou Les Enfants au pouvoir
De l’« esprit nouveau » au « jeu de l’esprit »

Deuxième partie. Dentelles et ficelles : la dramaturgie sous toutes les coutures

Michel Bertrand

L’Alouette : du procès de Jeanne à l’Histoire en procès

Jeanne d’Arc
Jeanne (Joannine, Jeannette)
L’Alouette (Pucelle)
Benoît Barut

Dramaturge grinçant et historien fâcheux

Sur Pauvre Bitos de Jean Anouilh

Les sources ou la source ?
Révolution et théâtre
Révolution ou palingénésie
Les « titans », les « spéciaux », les mâles et les glacés
Ce que grincer veut dire
Delphine Vernozy

Jean Anouilh, librettiste de ballet : La forme théâtrale à l’épreuve de la danse

En marge du théâtre
Fables et ballets
Le ballet et l’œuvre théâtrale
Variations chorégraphiques sur des thèmes anouilhiens
Du théâtre dansé ?
La fabrique du théâtre

Troisième partie. L'étoffe du dramaturge : portraits, autoportraits

Maja Saraczynska

Passage(s)

De l’écriture dramatique au spectacle : L’Arrestation ou l’inspiration autobiographique dans le théâtre de Jean Anouilh

Avant-propos
(Auto)Portrait d’un homme invisible
D’un pacte effacé à l’autobiographie théâtrale
« Anouilh : encore une scène de famille »
« Une pièce écrite, c’est un peu de vos entrailles étalées »
Passage à la scène
« Je suis amnésique » ou une vie mise en forme
En guise de conclusion
Sylvie Jouanny

En marge du théâtre d’Anouilh : marge ou « cœur battant » ?

De l’éloge à la reconnaissance
De la reconnaissance à la naissance
De la naissance à la renaissance
Élisabeth Le Corre

L’art d’accommoder les pièces : les programmes de Jean Anouilh

Le résumé : une mise en bouche
La présentation : un accompagnement
Dans la cuisine de Jean Anouilh
Élisabeth Le Corre et Benoît Barut

Conclusion

 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search