Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Clandestinités urbaines

 | 
Sylvie Aprile
, 
Emmanuelle Retaillaud-Bajac

Première partie. Pratiques illégitimes et transgressives dans la ville

Une économie de l’ombre

La place de la clandestinité dans le petit commerce alimentaire lyonnais au xviie siècle

Anne Montenach

Index terms

Mots clés :

marginalité

Geographical index :

France

Full text

  • 1 Paul Sanders, Histoire du marché noir, 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, 379 p.
  • 2 Alain Tarrius, Économies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, La Tour d’Aigues, Éditi (...)
  • 3 Lyon compte entre 30 000 et 35 000 habitants à la fin du xvie siècle selon les estimations d’Olivi (...)

1Si le marché noir des années d’occupation1 ou le fonctionnement des économies souterraines contemporaines2 ont fait ces dernières années l’objet d’un certain nombre d’études, on a jusqu’ici assez peu exploré les rapports que le petit commerce urbain d’Ancien Régime entretient avec la clandestinité. Dans une ville en plein essor démographique3, où le xviie siècle apparaît comme le double moment d’une mise en ordre de l’espace urbain et d’un encadrement accru des pratiques professionnelles, se pose pourtant de manière essentielle la question de la réception de ces nouvelles normes qui visent à un « enfermement » à la fois spatial (dans les boutiques et les marchés) et institutionnel (au sein des communautés de métiers) des acteurs de l’échange. Particulièrement abondantes dans ce contexte, les sources de la pratique - qui se confondent souvent ici avec celles de la répression, des archives judiciaires aux procès-verbaux de police en passant par les registres d’infractions aux règlements des métiers - font état d’une infinité de micro-résistances, voire de transgressions ouvertes, à ce nouvel ordre que les instances municipales s’efforcent progressivement d’établir. Elles montrent en particulier, de façon tout à fait frappante, à quel point l’échange est partout présent dans la cité rhodanienne du xviie siècle. Non seulement celui-ci déborde constamment des marchés et des boutiques, où le consulat s’efforce désormais, au nom du désengorgement des rues et de la beauté de la ville, de le cantonner, mais il vient aussi se nicher, pour diverses raisons, dans les espaces interstitiels et secrets de la cité.

  • 4 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992.

2C’est cette économie de l’ombre, celle qui échappe aux filières de l’échange légal et contrôlé, qu’il s’agit d’appréhender ici, dans la perspective d’une réflexion sur les liens spécifiques que la clandestinité économique peut entretenir, à l’époque moderne, avec l’univers urbain. L’adjectif clandestin, qui qualifie « ce qui se fait en cachette, une personne qui vit en marge des lois par nécessité4 », rend assez peu compte, dans la simplicité apparente de sa définition, de la diversité des situations concrètes qu’il est susceptible de recouvrir. Si les acteurs du commerce clandestin font ainsi tous preuve, d’une manière ou d’une autre, d’un art consommé du secret et de la dissimulation, ils ne sont pas tous mus par les mêmes ressorts, et le contexte spécifique du xviie siècle lyonnais invite en particulier à poser la question de la distinction entre clandestinité subie ou imposée et clandestinité choisie. Le regard que les autorités municipales ou les représentants des communautés de métiers portent sur ces « travailleurs de l’ombre » est loin, en outre, d’être univoque et il contribue lui aussi, dans ses ambiguïtés, à construire le phénomène de la clandestinité, tour à tour tolérée ou au contraire stigmatisée.

3Les sources de la répression apparaissent ici comme le seul moyen d’éclairer cette face cachée des échanges. Si leur nature même rend toute tentative de quantification extrêmement aléatoire, elles permettent néanmoins de restituer des logiques et de mieux comprendre comment les différents acteurs de l’échange tirent parti des ressources spécifiques offertes par la ville. L’espace urbain offre en effet, dans ses discontinuités à la fois matérielles et administratives, un terrain propice à des formes d’économie interstitielle et c’est cette composante spatiale de la clandestinité qu’il s’agit d’envisager dans un premier temps. L’économie souterraine – celle qui cherche, pour des motifs divers, à échapper aux regards et à la législation - dessine ainsi une ville en creux, une géographie de l’illicite ancrée sur les niches urbaines que constituent les arrière-boutiques, les logements privés, les auberges et les faubourgs. Pour autant, elle n’est jamais, semble-t-il, totalement coupée de l’économie légale – qui s’effectue, elle, au grand jour –, ce qui apparaît bien lorsque l’on cherche à identifier les acteurs et les réseaux qui animent les circuits de l’échange clandestin. Des imbrications étroites entre clandestinité et transparence, voilà bien ce qui ressort de l’évolution, au cours d’un long xviie siècle, des formes et des usages du commerce illicite, inséparables des réponses oscillantes que les autorités urbaines opposent au phénomène.

Les espaces de la clandestinité : une ville en creux

4Dans une ville dont la population triple en un siècle, la cité et ses périphéries apparaissent comme une véritable ressource pour les acteurs de l’économie clandestine, qui font preuve d’une intelligence très fine de l’espace et savent tirer parti aussi bien de l’enchevêtrement des juridictions que de la forme matérielle de la ville et de ses recoins que sont les cours, les arrière-boutiques ou les chambres dans les étages.

  • 5 Jean-Louis Harouel, L’embellissement des villes. L’urbanisme français au xviiie siècle, Paris, Pic (...)

5Ce sont surtout les marges urbaines qui abritent des formes plus ou moins secrètes d’échange. Elles sont en effet d’autant plus difficiles à contrôler qu’elles sont soumises à des régimes administratifs et juridiques variés – issus d’un processus de « sédimentation institutionnelle » caractéristique de l’Ancien Régime5 - tout en revendiquant leur autonomie par rapport à la cité toute proche. Le cas des villages de la Croix-Rousse et de la Guillotière est particulièrement complexe et conflictuel. Au nord de la presqu’île, la Croix-Rousse forme, avec le village voisin de Cuire, une paroisse autonome par rapport à la ville toute proche, puisque dépendant du Franc-Lyonnais. A l’est du Rhône, le bourg de la Guillotière est situé en terre dauphinoise. Leur situation géographique au débouché des grands chemins de Bresse et du Dauphiné a fait de ces terres, sur lesquelles le consulat lyonnais tente assez vainement d’étendre son influence à la fin du xviie siècle, des antichambres naturelles de la ville. Les auberges n’y manquent pas, qui accueillent, les veilles de marché, nombre de rouliers et de marchands forains, tandis que s’y pressent quotidiennement les petits paysans des alentours venus vendre en ville le fruit de leur labeur.

  • 6 AML (Archives municipales de Lyon), 2 888 : Ordonnance et règlement général de la police de la vil (...)
  • 7 ADR (Archives départementales du Rhône), 12 G 457 : Chapitre de Saint-Just. Droit de marché (26 fé (...)
  • 8 AML, 2888  : Ordonnance et règlement général de la police de la ville de Lyon, Lyon, M. Goy, 1662, (...)
  • 9 Cf. Frederick J . Fisher, « The development of the London food market, 1540-1640 », Economic Histo (...)
  • 10 Michel Duval, « Criminalité et répression dans les foires et marchés en Bretagne au xviiie siècle  (...)
  • 11 AML, FF 011 : Police. Accaparements (20 février 1655) ; 2 247 : Ordonnances et règlemens généraux (...)
  • 12 ADR, 12 G 408 : Chapitre de Saint-Just. Criminel (27 août 1685).
  • 13 AML, FF 011 : Police. Accaparements (20 février 1655, 7-8 juillet 1655, 19 octobre 1698).

6Ces zones forment le terrain de prédilection des accapareurs et « mono-polleurs » de toute sorte, qui ont pour point commun de chercher à s’enrichir en détournant les denrées des marchés auxquels elles sont destinées avant que celles-ci entrent en ville. En théorie, la ceinture nourricière de la ville est protégée des accaparements : une zone de quelques lieues a été définie au-delà des remparts, dans laquelle les marchands ou revendeurs de la cité n’ont pas le droit d’aller se ravitailler6. Or c’est précisément dans cette zone que les accaparements sont les plus fréquents. Les auberges et les logis des « faubourgs » jouent dans le cadre de ce commerce clandestin le rôle central de pivots. Ils remplissent d’abord, à l’occasion, la fonction d’entrepôts pour des marchandises accaparées en amont. Les logis de Saint-Just servent ainsi à cacher momentanément le bétail acheté hors des portes7. Étape ultime des forains les veilles de marché, les auberges sont de ce fait même, des lieux idéaux de rencontre et d’échange avec les marchands ou les revendeurs de la ville8. Elles font donc office, très souvent, de petits marchés clandestins. Le phénomène n’est pas propre à Lyon et a été signalé dans d’autres grandes villes comme Londres9 ou d’autres régions10. C’est dans ces auberges que les forains sont, de gré ou de force, déchargés de leurs marchandises par les boutiquiers ou les revendeurs de la ville11. Un marchand de Montrottier se plaint ainsi en 1685 d’avoir été littéralement dépouillé de sa volaille, « par force et violence », par un poulailler de la ville hors de la porte de Trion12. Les hôteliers et les cabaretiers sont eux-mêmes, bien souvent, les premiers bénéficiaires de ce type de pratiques qui, bien que prohibées, n’en sont pas moins régulièrement dénoncées par les autorités lyonnaises13.

7Si les marges urbaines constituent de la sorte le point d’ancrage privilégié de réseaux parallèles d’approvisionnement, la ville offre elle aussi, en dépit de la surveillance plus étroite qui s’y exerce, un certain nombre de niches aux activités clandestines. Il faut dire que le petit commerce est partout dans la cité rhodanienne au xviie siècle, débordant des espaces consacrés que sont les boutiques et les marchés pour envahir les rues, les places, les ponts et les carrefours. Le consulat, qui a déjà fort à faire avec la réglementation et la mise en ordre de tous ces espaces ouverts de la ville, ne peut traquer la production et l’échange partout où ils vont se nicher. Un certain nombre d’activités clandestines ou semi-clandestines viennent par conséquent se loger dans les interstices de l’espace urbain.

  • 14 AHCL (Archives des hospices civils de Lyon), B 132 : Hôtel-Dieu. Actes concernant la boucherie de (...)
  • 15 AML, HH 217 : Contraventions aux règlements des métiers (22 octobre 1683).
  • 16 Idem, HH 217 : Contraventions aux règlements des métiers (7 décembre 1684).

8Parce qu’il est contrôlé de près, le commerce de la viande nous est un peu mieux connu que les autres. Les bouchers de la ville sont regroupés dans quatre grands secteurs : les quartiers de Saint-Paul et de Saint-Georges, du côté de Fourvière, dans lesquels des pâtés de maisons leur sont théoriquement réservés, ainsi que les deux grandes boucheries collectives de la presqu’île, aux Terreaux et dans la rue de l’Hôpital. Or certains bouchers cumulent, en dépit des interdictions, différents lieux de vente plus ou moins clandestins. L’un d’eux exerce par exemple à la fois dans une maison louée le long du Rhône – laquelle, du fait de son emplacement, fait très probablement office d’abattoir clandestin –, sur un banc place des Cordeliers – haut lieu du marché « volant » de la viande – et, plus discrètement, dans la cour d’une deuxième maison avec l’accord du propriétaire de celle-ci14. Sont ainsi combinés et articulés, dans une stratégie marchande globale, plusieurs types d’espaces qui déterminent des manières de vendre complémentaires – la viande vendue en boutique n’a pas la même qualité que celle que l’on débite à la sauvette sur un banc, et les quantités diffèrent également – tout en conférant aux acteurs une visibilité plus ou moins grande sur la scène urbaine. D’autres individus font quant à eux, par souci de discrétion, le choix délibéré d’exercer leur activité dans des quartiers périphériques de la ville. Le secteur de Bourgneuf et Pierre-Scize, situé sur la rive droite de la Saône aux limites septentrionales de la cité, est ainsi « mité » par les boucheries clandestines. Elles sont tenues par des individus qui ne sont pas nécessairement des bouchers, à l’instar de cette veuve de boucher, condamnée à deux reprises à dix livres d’amende pour avoir vendu de la viande dans une boutique de la rue de Pierre-Scize15, ou de ce particulier qui tient rue de Bourgneuf une boucherie clandestine16.

  • 17 Id., HH 216 : Contraventions aux règlements des métiers (8 mai 1680).
  • 18 Id., FF 046 : Police. Falsification de poivre (2 septembre 1691).
  • 19 Id., HH 223 : Contraventions aux règlements des métiers (5 août 1710).
  • 20 Id., HH 223 : Contraventions aux règlements des métiers (18 juillet 1710).

9À une échelle encore plus fine, c’est dans les arrière-cours ou les étages des immeubles que l’on pénètre, au hasard des procès-verbaux dressés par les maîtres gardes des communautés de métiers, dans les boutiques et les petits ateliers clandestins de ceux qui, pour une raison ou pour une autre, sont en quête d’invisibilité. Suzanne Fumette, femme d’un maître tisserand, est accusée en 1680 par les maîtres pâtissiers de la ville de fabriquer chez elle des « biscuits et macarrons » pour les vendre17. Une certaine Labrosse, qui vit dans une simple chambre de la rue de l’Enfant qui Pisse où elle s’applique à faire « des crochets et des boucles », est poursuivie en 1691 par les marchands épiciers de la ville pour s’être livrée à la fabrication et à la vente de poivre falsifié ; la perquisition menée chez elle permet d’en découvrir plusieurs sacs18. Un nommé Vaganey, maître tonnelier, cache quant à lui au fond de sa boutique le pressoir et le matériel nécessaires à la fabrication de vinaigre19. Un commerce tout à fait légal peut ainsi servir de « couverture » à d’autres activités moins licites. La femme du nommé Lapérouse, maître boulanger de la rue Ferrandière, exerce de la sorte discrètement, dans la boutique familiale, un petit commerce de boucherie : les maîtres gardes trouvent sur une petite table environ cinquante livres de viande en détail exposées sur un linge « et plusieurs personnes autour d’icelle [...] ausquelles la femme dudit Laperouse en vendoit a poid20 ».

  • 21 L’exemple du commerce clandestin de viande en carême est particulièrement éclairant sur ce point. (...)

10La ville et ses périphéries offrent donc, quelle que soit l’échelle envisagée, des niches propices aux activités économiques clandestines, qu’il s’agisse de la vente ou de la fabrication des denrées. Loin d’être détachés les uns des autres, les différents espaces urbains et périurbains de l’économie souterraine sont reliés à l’occasion par des circulations qui se veulent elles aussi les plus discrètes possibles. Toute une gamme de stratagèmes est alors mise en œuvre pour faire entrer en ville des produits accaparés dans les marges urbaines ou en colporter dans les rues à l’insu des boutiquiers installés : dissimulées sous des linges voire des vêtements, cachées dans des paniers sous d’autres marchandises, les denrées sont aussi débarquées clandestinement en ville par bateau ou hissées dans des sacs par-dessus les murailles avant d’être redistribuées dans des réseaux de caches21.

Acteurs et réseaux de la clandestinité

11Il convient à présent d’identifier les acteurs et les filières de cette économie souterraine, dont la caractéristique essentielle est précisément de chercher à demeurer invisibles. Là encore, et en dépit de leurs limites, les archives de la répression sont bien souvent les seules à fournir des informations précises et concrètes sur certaines figures et, parfois, certains réseaux de la clandestinité, qui reste par ailleurs difficilement quantifiable.

  • 22 Laurence Fontaine et Jürgen Schlumbohm (éd.), Household Strategies for Survival 1600-2000 : Fissio (...)

12La recrudescence apparente des infractions dans le dernier tiers du xviie siècle et les premières années du xviiie siècle laisse ainsi deviner, plutôt qu’une explosion du phénomène, une sensibilité accrue des autorités à l’égard de certaines pratiques. Les registres d’infractions aux règlements des métiers permettent de mieux saisir individuellement les acteurs de l’économie clandestine. Les dernières décennies du xviie siècle sont en effet le moment où, sous l’égide du consulat, un certain nombre de métiers de bouche se dotent de statuts qui, en définissant précisément les attributions de chaque communauté, tendent à marginaliser des manières de faire jusque-là tolérées. La fermeture de ces communautés, au détriment des femmes, des forains puis des compagnons eux-mêmes, contribue en outre à rejeter dans l’illégalité des pratiques qui, comme la pluriactivité des artisans ou le travail des femmes, relevaient d’une économie d’expédients caractéristique de l’Ancien Régime22. L’entrée dans la clandestinité apparaît bien, dans ce contexte, comme une stratégie de survie parmi d’autres pour un certain nombre d’acteurs de l’économie.

  • 23 AML, HH 207 : Règlements. Vinaigriers, moutardiers, distillateurs (20 novembre 1703).
  • 24 Idem, HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (27 juin 1703).

13Des artisans, familiers de la pluriactivité, sont désormais contraints de s’y livrer clandestinement. Les maîtres gardes vinaigriers - dont les statuts ont été homologués par le consulat en 1702 et qui se montrent particulièrement vigilants, à compter de cette date, dans la « traque » de leurs concurrents - découvrent de la sorte en 1703, chez un certain Jacques Genost, charpentier de profession, une grande quantité de vinaigre dont la plus grande partie est « trez deffectueuse 23 ». Quelques mois plus tôt, une perquisition les avait menés au domicile du tonnelier Antoine Duyot, suite au bruit qui leur était parvenu que ce dernier « s’ingeroit » à fabriquer et vendre du vinaigre ; ils avaient effectivement trouvé sur place un pressoir et six petits tonneaux24. De tels empiètements se retrouvent dans tous les métiers, où ils sont désormais régulièrement dénoncés par les maîtres gardes.

14Les veuves d’artisans, auxquelles les statuts de métiers n’accordent qu’une autonomie à court terme, sont quant à elles surreprésentées dans les registres d’infractions aux règlements des métiers. Cette omniprésence dans les sources de la répression est le signe qu’elles sont surveillées de près par les maîtres, car elles disposent à la fois des outils et du savoir-faire nécessaires à la poursuite du métier ; elle montre aussi que leur « état » les rend à la fois libres et vulnérables, les amenant, plus que d’autres, à enfreindre la loi. Leur basculement dans l’illégalité prend des formes diverses et plus ou moins clandestines.

  • 25 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (10 octobre 1704).

15Certaines continuent à former de nouveaux apprentis, ou poursuivent discrètement l’activité d’un époux défunt, telle la veuve Maillet, chez qui les maîtres gardes vinaigriers et moutardiers trouvent « un moulin propre à faire moutarde garny de ses ustenciles25 ».

  • 26 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (8 mai 1704).

16D’autres surtout se livrent pour survivre à des activités de vente ou de fabrication clandestine de produits sans aucun lien avec le métier qu’exerçait leur époux, à l’instar de Marie Ouvrier, veuve d’ouvrier en soie, qui débite de la viande dans son domicile de la rue Noire26. A l’autonomie limitée que leur concèdent les règlements de métiers vient s’ajouter, pour expliquer la forte présence des veuves – et plus généralement des femmes - dans les circuits de l’économie clandestine, leur position d’éternelles mineures aux yeux de la justice, statut qui les préserve des poursuites davantage que les hommes.

17Le fonctionnement des réseaux clandestins vient d’ailleurs confirmer la relative immunité dont jouissent les femmes, ainsi que le montre l’exemple qui suit. Particulièrement bien documentée du fait de sa gravité, cette affaire de vol de saumons dans les caves de l’hôtel de ville nous permet de pénétrer au cœur d’un réseau clandestin autant qu’éphémère et d’en cerner les protagonistes.

  • 27 ADR, BP 2855 : Sénéchaussée. Criminel : audition de Philibert Roux, jardinier à Lyon (12 juillet 1 (...)
  • 28 ADR, BP 2855 : Sénéchaussée. Criminel : interrogatoires de Mathieu Cado (12 et 30 juillet 1670) et (...)

18Dans la nuit du 11 au 12 juillet 1670, des poissons salés sont dérobés par trois individus dans les caves de l’hôtel de ville situé place des Terreaux. Les interrogatoires de deux d’entre eux, Mathieu Cado et Jean Seytier, arrêtés un peu par hasard27, permettent de reconstituer les détails de l’affaire, même si le troisième protagoniste reste en fuite28. Âgés l’un et l’autre de 22 ou 23 ans, les deux hommes ne sont à Lyon que depuis huit jours. Tous deux sont venus à la ville pour y chercher du travail. Mathieu Cado, natif de Saint-Amant en Berry et « cy devant » laquais d’un commissaire des guerres, explique que « depuis un an il a appris a faire la cuisine dans la ville de Grenoble », mais qu’il a quitté quinze jours auparavant la capitale dauphinoise et « chemin faisant a passé a la Chartreuse et de la aux Eschelles ou il a travaillé a coupper du bois ». Arrivé à Lyon, il a logé deux nuits à la Croix-Rousse au logis de la Pomme rouge, puis deux nuits chez la dame Lorange à Saint-Georges avant de terminer « dans un chariot de la dame Farjot en Bellecour ». Jean Seytier, originaire de Langogne en Gévaudan, se dit, lui, compagnon maçon. Venu à Lyon « pour trouver de la besoigne », il a également occupé successivement plusieurs logis et chambres garnies ; faute de travail, il s’est bien vite résolu à demander l’aumône.

19Les deux hommes ne se connaissaient pas avant les faits et, Seytier niant toute participation au vol, ce sont les interrogatoires de Cado qui nous en apprennent le plus sur le troisième complice et les ressorts de l’opération. Ce troisième homme, un certain Fleury, est, aux dires de Cado, un peu plus âgé que les deux autres (28 ans). Il connaît mieux la ville, puisqu’il y réside depuis deux ans au moins et y a ses attaches professionnelles et sentimentales : tournier de profession, il est fiancé à la servante d’un perruquier demeurant près de l’hôtel de ville. Ayant rencontré Cado et Seytier quelques jours avant les faits, il leur a proposé de gagner de l’argent facilement en faisant le guet pour lui pendant le vol des poissons, qui sont ensuite dissimulés dans les buissons du broteau d’Ainay, hors des remparts. C’est là que les deux hommes sont surpris par des jardiniers. Fleury a néanmoins eu le temps d’expliquer à Cado à qui étaient destinés les saumons.

20Quelques heures avant le vol, vers quatre à cinq heures de l’après-midi, Cado avait déjà croisé, près de Saint-Vincent, un Fleury alors en pleine discussion avec une boiteuse « qui vend de la viande cuitte » dans une des petites boutiques de bois accolées à la boucherie des Terreaux, sa fille et « une revendeuse d’habits qui les porte par la ville ». Fleury explique plus tard à Cado que ces femmes devaient lui servir d’entremetteuses pour revendre à un marchand de Vaise les saumons volés et que « ladite femme boyteuse le faisoit passer pour son gendre aupres dudit marchand ». Ce dernier en a « commandé » la quantité de cinq quintaux et dit qu’il les achèterait « au prix qu’il luy faisoit ». Les suites judiciaires importent peu ici. En dépit de perquisitions menées à plusieurs reprises dans différents quartiers de la ville, Fleury reste introuvable au 30 août et personne ne prétend le connaître. Il est condamné par contumace au bannissement et aux galères perpétuelles ; une peine identique est infligée à Cado, tandis que Seytier est condamné au fouet, en plus du bannissement. Ni les femmes ni le marchand ne sont inquiétés.

  • 29 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Éditions Circé, 1996, 120 p.

21Au-delà de ces condamnations, l’affaire éclaire à merveille l’enchevêtrement des acteurs et des filières de la clandestinité, en même temps qu’elle met en lumière les opportunités de rencontres offertes par une métropole régionale qui est aussi un lieu de brassage des populations. Des jeunes gens étrangers à la région, au parcours professionnel déjà heurté, échouent dans la grande ville où ils sont rapidement repérés et pris en charge par plus habile et plus expérimenté qu’eux. Tentés par un gain facile, qui leur apparaît comme une alternative au chômage et à la mendicité, ils se retrouvent simples exécutants d’un plan échafaudé par d’autres. En amont, c’est un marchand installé de la ville qui joue les commanditaires. Les intermédiaires sont des femmes, revendeuses dans ces secteurs d’activité typiquement féminins que sont l’alimentation et le textile, qui connaissent la ville et ont des contacts avec le monde des marchands comme avec celui des artisans. La figure centrale de l’affaire, le fameux Fleury, reste floue, l’homme connaissant suffisamment la ville pour y disparaître impunément. L’épisode, qui mêle des acteurs d’origines et de milieux fort différents, relève d’une économie du « coup » : c’est le partage du secret qui, le temps de quelques heures, fonde la cohésion de ce réseau éphémère autant qu’hétérogène29. L’affaire constitue bien en même temps un observatoire privilégié des liens unissant l’économie légale et l’économie souterraine.

Des économies imbriquées

22L’univers de la clandestinité entretient en effet des rapports étroits avec le monde de l’économie visible, ce qui permet d’expliquer sa résistance à long terme. La répression modulée dont certaines activités clandestines font l’objet témoigne d’ailleurs de la place complexe qu’elles occupent dans l’économie urbaine.

  • 30 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1979, 248 p., p. 164
  • 31 AML, HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (23 février 1707).
  • 32 AML, FF 017 : Police. Boulangers forains (17 février 1713).
  • 33 Idem, FF 038 : Police. Poissons et marées (27 septembre 1713).

23C’est d’abord bien souvent grâce à d’infimes arrangements avec les marchands établis que les acteurs de l’économie clandestine parviennent à exercer leurs activités. On entre ici, pour reprendre la belle expression d’Ariette Farge, dans un monde de « solidarités furtives30 », qui vont du partage négocié de l’espace d’une boutique à des procédés plus élaborés de revente en cascade. Certains boutiquiers permettent ainsi l’usage momentané de leur balance : la veuve d’un maître boulanger de la Croix-Rousse, veuve en premières noces d’un maître boucher, est surprise en Bourgneuf avec une balle pleine de viande « qu’elle vendoit en détail, meme dans la boutique d’un marchand ou elle pesoit sa viande31 ». La boutique d’un marchand ayant pignon sur rue sert ici de refuge momentané à des pratiques parfaitement illégales. Le 17 février 1713, c’est dans la boutique d’une marchande de rubans et de nippes qu’Anne Perrin, servante d’un boulanger de la Guillotière, est surprise à vendre des pains, par ailleurs trop légers32. D’autres boutiquiers s’impliquent davantage dans cette économie pseudo-clandestine, quand ils se débarrassent de produits avariés en les confiant à des revendeurs chargés de les écouler discrètement dans les rues. En septembre 1713, une femme est surprise rue de la Vieille Monnaie par un commissaire de police avec une benne pleine de carpes, mortes et « puantes », « qu’elle vend [...] a tous allans et venans33 ». Elle explique que les poissons lui ont été confiés par la fille d’une dénommée Maussy, poissonnière. De telles pratiques marchandes, qui relèvent bien souvent de la tactique de survie, se situent en quelque sorte à la lisière entre clandestinité et visibilité : s’il s’agit pour le fournisseur comme pour le revendeur d’échapper au regard des membres de la police ou des maîtres gardes des métiers, il faut aussi pouvoir se faire reconnaîtte d’une clientèle potentielle. Tout le jeu consiste donc, par le biais de ces complicités reposant sur des intérêts partagés, à naviguer entre ombre et lumière, au gré des circonstances.

  • 34 Id, FF 017 : Police. Boulangers forains (7 avril 1710).
  • 35 Id., FF 024 : Police. Marchands de grains (17 juin 1711).
  • 36 Id., FF 016 : Police. Boulangers (12 août 1710).
  • 37 AML, FF 016 : Police. Boulangers (12 août 1710).

24Toutes ces pratiques témoignent d’une étonnante capacité de résistance aux tentatives répétées de normalisation dont elles font l’objet de la part des institutions, qu’il s’agisse du consulat ou des communautés de métiers. Leur force semble tenir dans le fait qu’elles offrent des réponses éminemment souples et adaptables aux besoins variés d’une population hétérogène, comme tend à le prouver la résurgence massive des activités clandestines en période de crise. Les mois qui suivent la grave crise frumentaire de 1709-1710 voient ainsi l’explosion d’un véritable marché parallèle du pain. Alors que les petits marchés informels se multiplient un peu partout sur les places et dans les rues de la ville, que l’on trouve du pain jusque « dans les allées des maisons et dans les boutiques » des non-boulangers34, certains revendeurs préfèrent, pour plus de discrétion, officier « dans les chambres et autres lieux cachés » de la ville35, à l’instar de cette Marie Deschamps, épouse d’un satinaire de la rue Grolée, chez qui les boulangers et les arquebusiers trouvent 35 livres de pain bis et huit miches qu’elle vend « dans sa chambre36 ». En dépit de la qualité généralement fort douteuse des produits circulant hors des filières légales de l’échange, les réactions violentes aux saisies effectuées par les maîtres gardes et les officiers de police, tout comme les excuses avancées par les contrevenants, montrent que ces circuits satisfont aussi bien les vendeurs que certaines catégories de consommateurs. La même Marie Deschamps se plaint ainsi, lors de la saisie des pains qu’elle revendait en cachette, que les maîtres gardes boulangers ne lui en aient « voulu laisser un morceau, quoy qu’elle soit chargée de cinq enfans37 ». Quant aux consommateurs les plus modestes, ils trouvent dans le marché parallèle un moyen de s’approvisionner au jour le jour et à des prix plus abordables que ceux du marché officiel.

  • 38 Idem, FF 015 : Police. Boulangers (7 avril 1710).
  • 39 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (5 octobre 1703).
  • 40 Benoît Garnot, « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », Revue histor (...)
  • 41 AML, FF 011 : Police. Accaparements (5 avril 1710).

25C’est cette utilité intrinsèque et parfois vitale qui permet de mieux comprendre l’attitude apparemment contradictoire des autorités urbaines à l’égard des acteurs de l’économie souterraine. Plusieurs indices tendent ainsi à prouver que le consulat cherche à contrôler, plus qu’à éradiquer, un certain nombre d’activités clandestines. Le préambule de l’ordonnance d’avril 1710, qui interdit à ceux qui ne sont pas boulangers de vendre du pain, reconnaît ainsi ouvertement que « l’indigence du pain dans laquelle l’on a été pendant long-tems, [...] [a] obligez de tolerer plusieurs choses contraires a la disposition des ordonnances anciennes et modernes de la police de cette ville38 ». Cette « tolérance » a donné lieu à des abus auxquels le consulat entend désormais remédier. Mais la phrase montre bien que l’existence d’un marché parallèle était non seulement connue des autorités, mais acceptée dans la mesure où celui-ci permettait de pallier les carences du système d’approvisionnement officiel sans le menacer. Plus subrepticement, et alors que l’évolution de la conjoncture et des pratiques économiques tend à exclure toujours davantage les femmes du marché, les autorités urbaines leur ménagent au cas par cas des espaces de survie hors des cadres officiels : ainsi, par exemple, lorsqu’elles accordent à Claire Bruyas, épouse d’un affa-neur, la permission de vendre de la moutarde pendant trois mois encore, en dépit des protestations des maîtres gardes vinaigriers qui l’ont surprise en infraction, et alors que rien a priori ne lui en donne le droit39. Ces formes de reconnaissance officielle constituent en quelque sotte une manière pour les échevins, chargés de veiller à la subsistance de tous les habitants de la cité, de réaménager ponctuellement des normes professionnelles trop restrictives qui contribuent paradoxalement à rejeter dans l’illégalité et dans la clandestinité des pratiques relevant de la simple survie au quotidien. Le montant somme toute assez faible des amendes infligées aux contrevenants constitue un indice supplémentaire de la relative tolérance manifestée par le consulat à l’égard de certaines pratiques officiellement prohibées ; indice révélateur du hiatus existant entre normes sociales et normes répressives40. Même en période de crise, la répression des infractions commises à petite échelle, sans réel danger pour l’approvisionnement urbain dans son ensemble, s’exerce avec une certaine indulgence puisque la très grande majorité des peines sont inférieures à 10 livres. C’est cette somme qui est, par exemple, exigée d’un maître tourneur, accusé en 1710 d’avoir vendu chez lui des grains en cachette41. Un grand nombre de peines sont donc peu dissuasives et relèvent davantage du simple prélèvement sur un commerce toléré de fait, voire protégé parce qu’il constitue en quelque sorte une soupape pour le corps social. Les arguments avancés par les contrevenants pour se défendre répondent d’ailleurs plus ou moins consciemment à ce que les autorités ont envie d’entendre : en se retranchant derrière la pauvreté et le besoin de survivre par tous les moyens, les acteurs de l’économie clandestine ne remettent pas directement en cause le principe même de la loi et semblent dire qu’ils la respecteraient si la nécessité ne les contraignait à l’enfreindre.

  • 42 Georg Simmel, op. cit.

26Les réponses oscillantes que les autorités urbaines opposent à l’économie clandestine permettent en définitive de mettre l’accent sur la diversité de pratiques susceptibles de relever aussi bien de la simple stratégie de survie individuelle que d’une criminalité organisée à grande échelle. La clandestinité apparaît bien ici comme un univers hétérogène, dont la forme d’existence commune est le secret42, mais qui mêle des individus aux parcours et aux motivations fort variés – ce qui conduit à distinguer entre clandestinité choisie (par les voleurs ou les accapareurs) et clandestinité subie ou imposée (par la conjoncture économique ou professionnelle). Ses frontières sont floues et poreuses : loin de constituer un état permanent, ou d’être le fait d’une catégorie bien déterminée d’acteurs, elle constitue au contraire bien souvent une possibilité parmi d’autres, au gré des parcours individuels et des accidents de la vie, de mettre en œuvre des tactiques de survie et de négocier avec l’incertitude. Même si, à l’échelle des individus, elle semble s’exercer souvent par éclipse, elle n’en repose pas moins sur des réseaux et des liens de solidarité ou d’intérêts qui se nourrissent à la fois du brassage des populations spécifique à la grande ville et des opportunités offertes par les coins et recoins de l’espace urbain. Construite par les règlements, redéfinie à l’occasion par les déplacements ou les aménagements des normes économiques, sociales et morales, la clandestinité est finalement l’un des éléments qui contribuent, dans la cité de l’époque moderne, à fabriquer des identités marchandes plurielles.

Notes

1 Paul Sanders, Histoire du marché noir, 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, 379 p.

2 Alain Tarrius, Économies souterraines. Le comptoir maghrébin de Marseille, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995, 220 p. ; Michel Péraldi (dir.), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve & Larose, 2001, 361 p.

3 Lyon compte entre 30 000 et 35 000 habitants à la fin du xvie siècle selon les estimations d’Olivier Zeller, et environ 100 000 au début du xviiie siècle d’après les travaux de Maurice Garden, cités par Françoise Bavard, Vivre à Lyon sous l’Ancien Régime, Paris, Librairie Académique Perrin, 1997, 352 p., p. 109-110.

4 Alain Rey, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert, 1992.

5 Jean-Louis Harouel, L’embellissement des villes. L’urbanisme français au xviiie siècle, Paris, Picard, 1993, 336 p., p. 13.

6 AML (Archives municipales de Lyon), 2 888 : Ordonnance et règlement général de la police de la ville de Lyon, Lyon, M. Goy, 1662, [24 juin 1640], 178 p., p. 25-26, 31-34, 54.

7 ADR (Archives départementales du Rhône), 12 G 457 : Chapitre de Saint-Just. Droit de marché (26 février 1677).

8 AML, 2888  : Ordonnance et règlement général de la police de la ville de Lyon, Lyon, M. Goy, 1662, [24 juin 1640], 178 p., p. 55; FF 012 : Police. Accaparements (20 décembre 1710).

9 Cf. Frederick J . Fisher, « The development of the London food market, 1540-1640 », Economic History Review, 1935, n° 5, p. 46-64, p. 58.

10 Michel Duval, « Criminalité et répression dans les foires et marchés en Bretagne au xviiie siècle », dans Justice et répression de 1610 à nos jours. Actes du 107e congrès national des sociétés savantes, Brest, 1982, t. 1, Section d’histoire moderne et contemporaine, Paris, CTHS, 1984, 427 p., p. 137-154.

11 AML, FF 011 : Police. Accaparements (20 février 1655) ; 2 247 : Ordonnances et règlemens généraux sur le fait de la police de la ville et faux-bourgs de Lyon, Lyon, André Laurens, 1710, 106 p., p. 70 : ordonnance concernant l’accaparement du gibier (13 janvier 1708) ; HH 180 : Règlements. Poulaillers et rôtisseurs (7 décembre 1713).

12 ADR, 12 G 408 : Chapitre de Saint-Just. Criminel (27 août 1685).

13 AML, FF 011 : Police. Accaparements (20 février 1655, 7-8 juillet 1655, 19 octobre 1698).

14 AHCL (Archives des hospices civils de Lyon), B 132 : Hôtel-Dieu. Actes concernant la boucherie de l’Hôpital (12 mai 1703).

15 AML, HH 217 : Contraventions aux règlements des métiers (22 octobre 1683).

16 Idem, HH 217 : Contraventions aux règlements des métiers (7 décembre 1684).

17 Id., HH 216 : Contraventions aux règlements des métiers (8 mai 1680).

18 Id., FF 046 : Police. Falsification de poivre (2 septembre 1691).

19 Id., HH 223 : Contraventions aux règlements des métiers (5 août 1710).

20 Id., HH 223 : Contraventions aux règlements des métiers (18 juillet 1710).

21 L’exemple du commerce clandestin de viande en carême est particulièrement éclairant sur ce point. Voir Anne Montenach, « Une économie du secret. Le commerce clandestin de viande en carême (Lyon, fin du xviie siècle) », Rives nord-méditerranéennes, n° spécial Pratiques du secret xve-xviie siècles, 17 , 2004 , p. 85 - 103 .

22 Laurence Fontaine et Jürgen Schlumbohm (éd.), Household Strategies for Survival 1600-2000 : Fission, Faction and Cooperation, International Review of Social History Supplement, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, 196 p.

23 AML, HH 207 : Règlements. Vinaigriers, moutardiers, distillateurs (20 novembre 1703).

24 Idem, HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (27 juin 1703).

25 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (10 octobre 1704).

26 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (8 mai 1704).

27 ADR, BP 2855 : Sénéchaussée. Criminel : audition de Philibert Roux, jardinier à Lyon (12 juillet 1670).

28 ADR, BP 2855 : Sénéchaussée. Criminel : interrogatoires de Mathieu Cado (12 et 30 juillet 1670) et de Jean Seytier (12 et 29 juillet 1670).

29 Georg Simmel, Secret et sociétés secrètes, Paris, Éditions Circé, 1996, 120 p.

30 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au xviiie siècle, Paris, Gallimard, 1979, 248 p., p. 164 .

31 AML, HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (23 février 1707).

32 AML, FF 017 : Police. Boulangers forains (17 février 1713).

33 Idem, FF 038 : Police. Poissons et marées (27 septembre 1713).

34 Id, FF 017 : Police. Boulangers forains (7 avril 1710).

35 Id., FF 024 : Police. Marchands de grains (17 juin 1711).

36 Id., FF 016 : Police. Boulangers (12 août 1710).

37 AML, FF 016 : Police. Boulangers (12 août 1710).

38 Idem, FF 015 : Police. Boulangers (7 avril 1710).

39 Id., HH 222 : Contraventions aux règlements des métiers (5 octobre 1703).

40 Benoît Garnot, « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », Revue historique, 1995, n° 1, p. 75 - 90.

41 AML, FF 011 : Police. Accaparements (5 avril 1710).

42 Georg Simmel, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540