Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginaires de la vie littéraire

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Troisième partie. Médiateurs et médiatisations

Le journaliste chez Balzac, ou le libéralisme dans les lettres

Guillaume McNeil Arteau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans l’imaginaire littéraire du XIXe siècle, le journaliste est le mal-aimé des lettres. L’opinion de romanciers aussi différents que Balzac, les Goncourt ou Maupassant est assez claire sur le sujet, et bien connue. Mais cette représentation peu flatteuse que les romanciers ont développée de leur confrère de lettres et qui s’est historiquement imposée au regard que l’on jette généralement sur l’imaginaire du journalisme de cette époque coexiste avec bien d’autres représentations du journaliste : par exemple, et ce sera l’objet d’une partie de ma réflexion, les différents discours prononcés à la Chambre des députés et les traités politiques qui jalonnent tout le siècle. Car, à y bien considérer, les hommes œuvrant dans le champ politique, autant des députés que des penseurs, ont eu la plupart du temps à définir, baliser – et donc représenter – le journalisme lors de nombreux débats sur la liberté de la presse1. À cet égard, un certain nombre de textes politiques qui relèvent de l’idé...

Auteur

Étudiant au doctorat à l’université Laval. Il a rédigé un mémoire sur Illusions perdues et étudie maintenant l’influence du journalisme sur la poétique du roman naturaliste.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540