Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginaires de la vie littéraire

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Première partie. Personnages génériques et écrivains imaginaires

Figures de l’engagement politique dans trois romans québécois contemporains

Martine-Emmanuelle Lapointe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans un entretien qu’il a accordé en 1967 à Jean Bouthillette, l’écrivain québécois Hubert Aquin se disait « écrivain, faute d’être banquier » car « [c’est] la politique, au sens large, qui vient en premier ou si vous voulez, l’action1 ». Se plaignant ouvertement de l’inutilité de la littérature, Aquin a affirmé à plusieurs reprises écrire par défaut, comme s’il était fatalement contraint à vivre de sa plume, à choisir le capital symbolique qu’offre la littérature plutôt que le réel pouvoir dévolu aux grands financiers. Cette conception du rôle de l’écrivain renvoie sans conteste au contexte socioculturel québécois des années 1960, et paraît désormais dépassée. À l’époque de la littérature « post-québécoise2 », pour reprendre le mot de Pierre Nepveu, peu d’écrivains oseraient opposer aussi radicalement la littérature à l’action révolutionnaire et au pouvoir économique. À vrai dire, rares sont ceux qui oseraient désormais se référer à l’action révolutionnaire tout court. À l’époque c...

Auteur

Professeure adjointe au département des littératures de langue française de l’université de Montréal. Elle a publié chez Fides en 2008 Emblèmes d’une littérature. Le libraire, Prochain épisode et L’avalée des avalés (Prix Jean Éthier-Blais 2009). Elle a également collaboré à l’Histoire de la littérature québécoise, corédigé par Michel Biron, François Dumont et Élisabeth Nardout-Lafarge, paru aux Éditions du Boréal en 2007, et codirigé l’ouvrage collectif Transmission et héritages de la littérature québécoise (PUM, 2011). Elle s’intéresse plus particulièrement aux rapports entre histoire et mémoire dans les œuvres littéraires contemporaines, à la réception critique ainsi qu’à la question des filiations et des héritages intellectuels dans le roman anglophone et francophone du Québec.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540