Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginaires de la vie littéraire

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Première partie. Personnages génériques et écrivains imaginaires

Le rond-de-cuir dans le roman français : figure symbolique de l’écrivain moderne ?

Cyril Piroux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une première observation d’histoire littéraire est à l’origine de notre réflexion. Lorsque l’on évoque, en effet, la figure singulière de l’antihéros dans la littérature française au XXe siècle, certains titres s’imposent d’eux-mêmes : Voyage au bout de la nuit, La Nausée, L’Étranger, L’Innommable. Il ne semble pas même nécessaire, parfois, de connaître ces œuvres en profondeur pour se dire tout naturellement familier de Céline, Sartre, Camus et Beckett ! Peut-on en dire autant, en revanche, de Jean de la Ville de Mirmont, Georges Duhamel, Tristan Bernard ? Qui connaît aujourd’hui les mésaventures de Jean Dézert, Louis Salavin ou Paul Duméry, pour la plupart antérieures, précisons-le, à celles de Bardamu, Roquentin, Meursault et Malone ?

On ne compte plus, dans cette partie de l’histoire littéraire, le nombre de créatures abouliques, en proie à une profonde vacuité existentielle. Parmi celles-ci, la figure du rond-de-cuir, scribouillard insignifiant, indolent et velléitaire, prisonni...

Auteur

Docteur ès lettres de l’université de Franche-Comté et de l’université du Québec à Chicoutimi, Cyril Piroux a rédigé une thèse dans laquelle, prenant pour exemple la figure de l’employé de bureau, il cherche à saisir les mutations d’une esthétique de l’impotence qui s’inscrirait, en somme, dans un continuum littéraire étendu de la leçon de Flaubert au drame de Beckett – de la force intrinsèque du style à l’aporie du verbe. Il a publié divers articles dans la RHLF, les Cahiers François Mauriac ou Nuit Blanche au Québec ; d’autres étant à paraître dans la Nouvelle Revue d’Esthétique, ainsi que dans des collectifs pris en charge par les Presses Universitaires de Rennes et les Annales littéraires de Franche-Comté.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540