Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Imaginaires de la vie littéraire

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Première partie. Personnages génériques et écrivains imaginaires

L’homme de lettres en personnage générique

La sociologie-fiction des « Physiologies »

Valérie Stiénon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En vogue à Paris sous la Monarchie de Juillet, le petit genre éditorial de la physiologie littéraire constitue un support privilégié de recensement des sociabilités : salons, cénacle hugolien, Académie française, sociétés chantantes, bals des barrières, guinguettes et cafés y figurent abondamment. Ces brèves monographies se focalisent sur chaque type socio-professionnel (lorette, bas-bleu, musicien, bourgeois, etc) en tant qu’il constitue le représentant paradigmatique potentiel d’une classe, d’une corporation, d’un groupe, et ceux-ci se trouvent explicitement associés à la topographie parisienne des années 1840. L’ambition panoramique, l’art de la satire et une proximité avec la presse tendent à formuler les stratégies d’accumulation du capital économique et symbolique, et participent au dévoilement des coulisses du monde socio-culturel. Si tout leur semble déjà social et socialisé, comment ces textes représentent-ils l’homme de lettres ? Quelle(s) place(s) et quel(s) statut(s) les...

Auteur

Chargée de recherches du Fonds national de la recherche scientifique (FNRS) à l’université de Liège (Belgique), où elle a soutenu en 2011 une thèse de doctorat en sociopoétique sur les physiologies littéraires françaises du XIXe siècle. Elle a consacré plusieurs articles à la littérature dite « panoramique » et à l’écriture du journal personnel chez Roland Barthes. Ses travaux portent actuellement sur le récit d’anticipation sociale dystopique dans le domaine francophone aux XIXe et XXe siècles. Elle fait partie du comité de direction de la revue COnTEXTES en sociologie de la littérature.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540