Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Imaginaires de la vie littéraire

 | 
Björn-Olav Dozo
, 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Ouverture

Le comble de la vie littéraire : Paludes

Jean-Pierre Bertrand

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

À parcourir les quelque 150 titres de romans répertoriés par le GREMLIN qui, de 1800 à 1900, mettent en scène la vie littéraire, on s’aperçoit d’une constante et d’un arrêt dans la représentation de l’écrivain fictif. La constante, c’est le statut romantique qui entoure l’écrivain éternellement malheureux, qui se reproduit d’époque en époque, avec quelques variantes, comme s’il était impossible de le concevoir autrement que dans une trajectoire d’échec. L’arrêt, c’est le moment, plus rare, de prise de conscience de cette mythologie qui finit par s’user. Les Chatterton, les Gilbert, les Lucien de Rubempré ont ainsi la peau dure et se retrouvent peu ou prou dans les figures de Charles Demailly ou de Des Esseintes – lequel d’ailleurs n’écrit pas. L’écrivain romanesque, si rarement héros par ailleurs, ne semble avoir de destinée que dans les marges. Il vit sa condition dans le manque, l’incompréhension, le ridicule ; une sorte de célibat forcé, incompatible avec toute forme de sociabili...

Autor

Jean-Pierre Bertrand enseigne la littérature des XIXe et XXe siècles et la sociologie de la littérature à l’université de Liège. Il s’est notamment spécialisé dans l’histoire des formes littéraires au XIXe siècle et a publié en 2006 avec Pascal Durand La modernité romantique. De Lamartine à Nerval (Impressions nouvelles) et Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire (Le Seuil). Il a réédité en « GF » quelques textes marquants de la littérature « fin de siècle » : Laforgue, Rodenbach, Dujardin, Schwob. Il prépare actuellement un ouvrage consacré au concept d’invention dans la littérature du XIXe siècle et vient de publier, avec Paul Aron, Les 100 mots du surréalisme et Les 100 mots du symbolisme en « Que sais-je ? » (PUF). Il est directeur du Centre d’études québécoises de l’université de Liège.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540