Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Les auteurs

Texte intégral

1Après une thèse consacrée à la littérature dans La Revue Blanche, Cécile Barraud a publié une anthologie de ce périodique (éditions Manucius, 2010). Ses recherches portent essentiellement sur la littérature et les revues culturelles européennes de la fin du XIXe siècle.

2Patrick Besnier est professeur émérite à l’université du Maine. Il s’est beaucoup intéressé au symbolisme, en particulier à l’œuvre et à l’héritage de Stéphane Mallarmé. Ses travaux sont principalement consacrés à Alfred Jarry (dont une biographie, parue chez Fayard en 2005) et à Raymond Roussel. Il est un des responsables de l’édition de ses œuvres en cours de publication chez Pauvert.

3L’historien Philippe Boukara est spécialiste du judaïsme français contemporain. Il enseigne à la faculté Notre-Dame de Paris (collège des Bernardins), après avoir enseigné à Sciences Po Paris et à l’université de Lorraine. Il coordonne la formation au Mémorial de la Shoah à Paris. Sa dernière publication s’intitule « Les Juifs polonais à Paris », dans Polonia – des Polonais à Paris de 1830 à nos jours, sous la direction de Jeanne Ponty, Cité nationale de l’histoire de l’immigration, 2011.

4Pierre Brullé est directeur de galerie, historien de l’art et commissaire d’exposition. Spécialiste de František Kupka, il a également travaillé sur l’œuvre des artistes suivants : Henri Gaudier-Brzeska, Antoine Pevsner, Karskaya et André Lanskoy. Parmi ses dernières publications : Catalogue raisonné de l’œuvre sculpté d’Antoine Pevsner, les Amis d’Antoine Pevsner, 2002 (avec Elisabeth Lebon) ; L’Art de l’Europe centrale, Citadelles & Mazenod, 2008 (avec Markéta Theinhardt et Sergiusz Michalski) ; Les Dessins de Henri Gaudier-Brzeska dans les collections du musée d’Orléans, Fage, 2009.

5Catherine Fhima est historienne, attachée au Centre de recherches historiques de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris). Elle termine une thèse sur les identités d’écrivains juifs français entre 1890-1930. Elle a récemment dirigé un numéro de la revue Cahiers Jean-Richard Bloch (no 17, 2011) sur « L’existence juive en France au début du XXe siècle ». Elle a également fait paraître une Chronologie de la France au XXe siècle (La Découverte, 2000).

6Dominique Jarrassé est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Bordeaux et à l’École du Louvre, après avoir soutenu la thèse L’Architecture thermale en France entre 1800 et 1850 à Paris 4. Ses travaux concernent l’art et l’architecture du XIXe et de la première moitié du XXe siècle. Il a publié divers ouvrages dont L’Âge d’or des synagogues (1991), Rodin (1993), Odilon Redon : le rêve (1996), Une Histoire des synagogues françaises. Entre Occident et Orient (1997), L’Art des jardins parisiens (2002), Existe-t-il un art juif ? (2006), Osiris mécène juif et nationaliste français (2009). Il aborde aussi des questions touchant à l’historiographie de ces domaines et aux relations de l’art et de l’anthropologie.

7Violoniste et enseignant, Jean-Pierre Lamberty est actuellement sous-directeur du conservatoire de Ciney, en Belgique. Depuis longtemps il investigue le répertoire inédit de la musique belge. En 1988, il redécouvre un Andante du célèbre violoniste Eugène Ysaÿe, œuvre désormais publiée à New-York chez Schirmer. Passionné par les liens entre les arts et la philosophie, il s’intéresse particulièrement à l’œuvre du compositeur Guillaume Lekeu et aux relations de ce dernier avec son époque.

8Françoise Lucbert est professeure d’histoire de l’art au Département d’histoire de l’université Laval. Elle a organisé avec Richard Shryock l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Auteure d’ouvrages et d’articles sur le symbolisme et le cubisme, elle a publié la synthèse Entre le voir et le dire. La critique d’art dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906 (2005) et dirige une collection sur la critique d’art aux Presses universitaires de Rennes. Elle a assuré le commissariat scientifique d’expositions pour des musées en France, en Espagne et en Chine : La Section d’or 1912-1920-1925 (2000), Roger de La Fresnaye (1885-1925). Cubisme et tradition (2005) et Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination pour la conquête de l’air (2008).

9Sophie Lucet est maître de conférences en littérature et en théâtre à l’université Paris Diderot – Paris 7. Elle a soutenu une thèse sur le théâtre symboliste (Le Théâtre en liberté des symbolistes ; dérives de l’écriture dramatique à la fin du XIXe siècle, Paris 4-Sorbonne, 1997). Ses travaux actuels portent sur la littérature fin-de-siècle de même que sur l’histoire du théâtre et du spectacle en Europe de 1870 à 1914 : formes du spectaculaire, renouvellement de la critique théâtrale dans les revues d’art et de littérature et dans la presse théâtrale spécialisée, avatars et transformations du drame historique, relations entre histoire, théâtre et politique. Elle participe actuellement à l’édition du théâtre de Victorien Sardou (Classiques Garnier, sous la direction d’Isabelle Moindrot, à paraître), et à celle du théâtre de Raymond Roussel (éditions Fayard, sous la direction de Patrick Besnier, à paraître).

10Catherine Méneux est maître de conférences à l’université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Auteure d’une thèse de doctorat sur Roger Marx soutenue en 2007, elle a assuré le commissariat scientifique de l’exposition Roger Marx, un critique d’art aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin… (Nancy, 2006) et organisé le colloque Regards de critiques d’art. Autour de Roger Marx (1859-1913) (Presses universitaires de Rennes, 2008). Ses recherches portent sur l’idée d’art social, la critique d’art, les sociétés d’artistes, ainsi que l’histoire des arts graphiques.

11À la retraite, Jean-Louis Meunier a enseigné la littérature française du XVIIe siècle à Nîmes. Lauréat du Prix Racine (1965), il détient un doctorat en lettres grâce à sa thèse Jean Hugo et Pierre André Benoit : une poétique du désert. Attaché de recherche au RIRRA 21 (université Paul Valéry – Montpellier 3), il participe à l’édition des Œuvres complètes de Remy de Gourmont. Il a publié plusieurs articles sur la littérature française des XIXe et XXe siècles. Il travaille actuellement à l’édition de la Correspondance générale de Georges Rodenbach et à celle des articles du même publiés dans les journaux. Il dirige les Journées Internationales Albert Camus, à Lourmarin.

12Spécialiste de l’affaire Dreyfus, Philippe Oriol est historien et directeur pédagogique du Centre d’études supérieures alternées en communication à Paris. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, notamment une Histoire de l’affaire Dreyfus dont le premier volume est sorti en 2008 chez Stock. Il a édité les écrits d’Alfred Dreyfus, en particulier ses Carnets (1899-1907). Après le procès de Rennes (Calmann-Lévy, 1998). Il a également publié plusieurs livres sur le mouvement ouvrier, de même qu’une biographie de Bernard Lazare (Stock, 2003).

13Philosophe de l’urbain, Thierry Paquot est professeur des universités à l’Institut d’urbanisme de Paris/UPEC. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, tant sur la géohistoire des idées urbaines que sur les utopies et l’écologie temporelle. Éditeur de la revue Urbanisme, il a récemment publié L’Espace public (La Découverte, 2009), L’Urbanisme c’est notre affaire ! (L’Atalante, 2010) et, avec Chris Younès, Philosophie de l’environnement et milieux urbains (La Découverte, 2010). Il a notamment réédité, chez Infolio, L’Esthétique de la rue de Gustave Kahn et L’Esthétique des villes d’Émile Magne.

14Vérane Partensky est maître de conférences en littérature comparée à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 et membre de l’équipe de recherche TELEM (Bordeaux 3). Auteure d’une thèse sur Le Motif de la mort des dieux dans la littérature fin-de-siècle en Europe, elle a consacré plusieurs articles au symbolisme et au romantisme, ainsi qu’à divers aspects de la fantaisie au XIXe siècle. Elle participe également à l’édition critique du Journal des frères Goncourt (Champion, sous la direction de Jean-Louis Cabanès). Publication récente : « Du caprice au désastre : Callot, Goya et les équivoques de la fantaisie au XIXe siècle », Cahiers d’Histoire culturelle, juin 2011.

15Richard Shryock est professeur de littérature française aux États-Unis (Virginia Polytechnic Institute and State University – Virginia Tech). Il est l’auteur de deux ouvrages, dont un recueil de lettres reçues par Gustave et Rachel Kahn entre 1886 et 1934 (Nizet, 1996). Son « Archive virtuelle Gustave Kahn » met en ligne une grande partie de cette correspondance restée inédite. Il a organisé avec Françoise Lucbert l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Il a publié plusieurs articles sur la politique du mouvement symboliste et il termine une monographie sur ce sujet. Publication récente : « Des vers anarchistes ? », Le Vers libre dans tous ses états. Histoire et poétique d’une forme (1886-1914), sous la direction de Catherine Boschian-Campaner, L’Harmattan, 2009.

16Née à Tokyo et ayant soutenu un doctorat en histoire de l’art à l’université de Paris 10-Nanterre en 2003, Noriko Yoshida est, depuis 2006, professeure associée en histoire de l’art contemporain européen à l’université Chuo (Tokyo). Intéressée par la question de la réception, de la reproductibilité et de la diffusion de l’image dans l’espace public et privé, elle est aussi chercheuse associée à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense en 2012-2013. Elle a récemment publié l’article « Jules Chéret et la critique d’art : de Roger Marx à Gustave Kahn », dans le catalogue de l’exposition La Belle Époque de Jules Chéret : de l’affiche au décor présentée en 2010 au Musée des Arts Décoratifs.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site