Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Repères biographiques

Françoise Lucbert et Richard Shryock

Texte intégral

1859

Gustave Kahn naît à Metz, rue Fournirue, le 21 décembre. Il est le fils unique de Samuel, négociant, et de Léonie (née Bondy), elle-même fille de négociant. Peu de traces subsistent de l’enfance de Gustave.

1870-1879

La famille Kahn, issue de la bourgeoisie juive messine, quitte la Lorraine à cause de la guerre franco-prussienne, choisissant de rester française. Les Kahn s’installent dans le 3e arrondissement de Paris, au 239 rue Saint-Martin. Les rares documents concernant la scolarité de Gustave suggèrent qu’il est un élève excellent. À Paris, il fréquente le collège Sainte Barbe, puis les lycées Louis Le Grand et Charlemagne. Après avoir passé son baccalauréat, il suit des cours à l’École des Langues orientales et entreprend des études à l’École des Chartes.

1879-1880

Débuts littéraires. Kahn visite Stéphane Mallarmé dans son appartement de la rue de Rome avant l’instauration des fameux « mardis ». Par l’entremise de Charles Cros, il s’associe au club des « Hydropathes », où il rencontre de nombreux auteurs, dont Jules Laforgue qui devient l’un de ses amis les plus chers. Premières publications dans diverses « petites revues », dont La Revue moderne et naturaliste et Tout-Paris. Vers 1880, il fait la connaissance de Charles Henry. Son attrait pour le monde des lettres est tel qu’il abandonne ses études.

1880-1884

Service militaire dans le 34e régiment colonial du corps expéditionnaire en Algérie, puis en Tunisie. Cet exil forcé en Afrique du Nord développe probablement chez lui un goût pour l’orientalisme. Il nourrit, grâce à de riches échanges épistolaires, les relations d’amitié nouées avant son départ.

1886

En avril, fait ses débuts comme critique d’art avec l’article « L’Esthétique du verre polychrome » publié dans la revue littéraire La Vogue, récemment créée. Le 18 septembre, parution du « Manifeste » symboliste de Jean Moréas dans le supplément littéraire du Figaro. Suite aux réactions que cet article suscite, Kahn publie sa « Réponse des Symbolistes » dans L’Événement du 28 septembre. Le même automne, il assume la direction La Vogue, devenue symboliste, et fonde Le Symboliste avec Jean Moréas et Paul Adam.

1887

Publication du premier recueil de poésies, Les Palais nomades chez Tresse & Stock. L’ouvrage contient plusieurs vers libres, un vers sans métrique ni rime dont l’invention sera attribuée aux symbolistes en général et à Kahn en particulier.

1888

Devient, pour une année, le rédacteur en chef de La Revue indépendante. Il y assure mensuellement une copieuse « Chronique de la littérature et de l’art ».

1889

Premier mariage civil avec Élisabeth Dayre, née à Marseille le 30 mars 1860. Peu après, le couple déménage à Bruxelles avec Lucienne, la fille d’Élisabeth née d’une union précédente.

1891

Début d’une fructueuse collaboration à La Revue blanche. Il publie le recueil de poèmes Les Chansons d’amant chez l’éditeur bruxellois Lacomblez.

1892

Agit comme rédacteur en chef du mensuel belge La Société nouvelle, un organe important pour la diffusion de la culture contemporaine en rapport avec les nouvelles idées philosophiques et politiques. Élaborée en ces pages à partir de 1894, la rubrique « La vie mentale » constituera un laboratoire de ses idées artistiques et sociales.

1895

Collaboration à divers périodiques et publication du recueil de vers Domaine de fée, à Bruxelles, aux éditions de la Société nouvelle. Retour à Paris.

1896

Publication du premier roman, Le Roi fou (Havard et fils) et du recueil de vers La Pluie et le beau temps (Vanier). Kahn reprend sa rubrique « La vie mentale » pour La Revue blanche. La direction de cette « petite revue » influente organise un banquet en son honneur ; toast par Mallarmé.

1897

Crée les « Samedis poétiques » ou « Samedis populaires » avec Catulle Mendès. Parution des recueils poétiques Limbes de lumières (Bruxelles, Deman), Premiers poèmes, avec une préface sur le vers libre et Le Livre d’images (les deux derniers aux éditions du Mercure de France). Rédaction avec Laurent Tailhade de La Farce de Polichinelle, une pièce en cinq actes restée inédite ; confiée à André Antoine pour une représentation au Théâtre Libre, elle ne sera finalement pas jouée.

1898

Conversion d’Élisabeth Kahn au judaïsme (elle devient Rachel) et mariage religieux des Kahn. Publication du Conte de l’or et du silence (éd. du Mercure de France), du recueil de nouvelles Les Petites Âmes pressées (Ollendorff) et du roman Le Cirque solaire (éd. de La Revue Blanche).

1900

Parution du roman Les Fleurs de la passion (Ollendorff).

1901

Avec L’Esthétique de la rue (Fasquelle), Kahn propose un regard original dans le domaine alors émergent de la pensée urbanistique.

1902

Le roman L’Adultère sentimental paraît aux éditions de la Revue Blanche, tandis que Vanier édite son histoire du mouvement symboliste sous le titre de Symbolistes et décadents. Ses Odes de la « Raison », publiées sur les presses du journal éponyme, témoignent de son engagement dans la libre pensée.

1903

Publication du premier recueil de contes : Contes hollandais (Fasquelle).

1905

En décembre, paraît sa première chronique littéraire au journal quotidien Gil Blas.

1906

Édite le drame anonyme Polichinelle (de Guignol) chez Sansot en le préfaçant d’une étude sur ce thème. Entreprend une série de petites monographies sur des maîtres anciens (Boucher) et modernes (Rodin).

1907

Publie l’étude, abondamment illustrée, La Femme dans la caricature française et l’opuscule Montmartre et ses artistes. Études sur Fragonard et sur Rops.

1908

Décoré Chevalier de la Légion d’honneur. Deuxième banquet Kahn.

1910

Commence à écrire des préfaces. Les plus abondantes sont destinées à des catalogues d’expositions. Ces dizaines de plaquettes porteront aussi bien sur des artistes confirmés que sur des inconnus : Richard Ranft, Jean Peské, Jean Picart-Le-Doux, Alexandre Altmann, Paul-Émile Chabas, Albert Wenbaum, etc.

1911

Premières chroniques d’art dans le Mercure de France. Cette collaboration se poursuivra presque sans interruption jusqu’en 1936.

1913

Président de la société des Amis du judaïsme.

1914-1916

Attaché, avec Léon Blum, au ministère des Travaux Publics. Il œuvre comme secrétaire particulier du député socialiste Marcel Sembat. En 1915, il adhère à la Ligue franco-sioniste. Son nom figure aussi dans la liste du comité de patronage de la Ligue pour la défense des Juifs opprimés.

1917

Adhésion à la Ligue des amis du sionisme, fondée par André Spire.

1922

Le 12 novembre, création de La Pépinière du Luxembourg au Théâtre d’Art Athéna. Ce texte, présenté comme un « poème dramatique en un acte », paraît l’année suivante chez Fasquelle.

1923

Rachel fonde l’Aide amicale aux artistes, dite AAAA. Au cours de cette période, les Kahn, qui habitent au 82 rue Vaneau, organisent des soirées, des concerts et des bals costumés qui attirent le tout Montparnasse. Kahn collabore à la revue Menorah, l’un des principaux organes parisiens du renouveau israélite, dont il deviendra le rédacteur en chef en 1924. Début d’une chronique artistique régulière au journal Le Quotidien.

1925

Publication des romans L’Aube énamourée (Montaigne) et Mourle (Rieder). Paraissent deux études sur la littérature moderne : Charles Baudelaire et Silhouettes littéraires.

1926

Puisant son inspiration dans l’imaginaire oriental et judaïque, il publie le recueil Contes juifs (Fasquelle), appelé à un succès durable au sein de la communauté juive internationale. Parution de La Childebert (Fasquelle), présenté comme un « roman romantique ». Étude sur Henri Fantin-Latour. Kahn est fait Officier de la Légion d’honneur.

1928

Publication, chez Fasquelle, du recueil de contes Vieil Orient. Orient neuf.

1929

Parution du recueil de poèmes Images bibliques aux éditions Snell. Vers cette date, publication d’une étude sur le peintre Adolphe Feder, à propos duquel Kahn se pose la question de l’existence d’un art juif. Il signe la préface d’un catalogue d’exposition sur les dessins de Georges Seurat à la galerie Bernheim-Jeune.

1933

Mort de Rachel Kahn le 29 septembre. Une deuxième série de contes juifs, intitulée Terre d’Israël, paraît chez Fasquelle. Numéro spécial de Menorah « Contre l’antisémitisme hitlérien ».

1936

Publication des Origines du symbolisme. L’un de ses derniers textes porte sur l’œuvre de Kupka. Gustave Kahn s’éteint le 5 septembre. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

Auteurs

Professeure d’histoire de l’art au Département d’histoire de l’université Laval. Elle a organisé avec Richard Shryock l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Auteure d’ouvrages et d’articles sur le symbolisme et le cubisme, elle a publié la synthèse Entre le voir et le dire. La critique d’art dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906 (2005) et dirige une collection sur la critique d’art aux Presses universitaires de Rennes. Elle a assuré le commissariat scientifique d’expositions pour des musées en France, en Espagne et en Chine : La Section d’or 1912-1920-1925 (2000), Roger de La Fresnaye (1885-1925). Cubisme et tradition (2005) et Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination pour la conquête de l’air (2008).
Professeur de littérature française aux États-Unis (Virginia Polytechnic Institute and State University – Virginia Tech). Il est l’auteur de deux ouvrages, dont un recueil de lettres reçues par Gustave et Rachel Kahn entre 1886 et 1934 (Nizet, 1996). Son « Archive virtuelle Gustave Kahn » met en ligne une grande partie de cette correspondance restée inédite. Il a organisé avec Françoise Lucbert l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Il a publié plusieurs articles sur la politique du mouvement symboliste et il termine une monographie sur ce sujet. Publication récente : « Des vers anarchistes ? », Le Vers libre dans tous ses états. Histoire et poétique d’une forme (1886-1914), sous la direction de Catherine Boschian-Campaner, L’Harmattan, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site