Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Troisième partie. De la musique à l'art social

L’idée d’un art social

Catherine Méneux

Texte intégral

  • 1 Kahn, Gustave, « Préface : Les origines du symbolisme », Symbolistes et décadents, Paris, Léon Van (...)

1Le symbolisme et l’art social ont parfois eu la réputation d’être antithétiques. Pourtant, au sein même de la « mêlée symboliste », ils ont été nombreux à s’interroger sur la fonction sociale de leur art. Ils n’ont pas pour autant défendu d’une voix unique l’idée d’un « art social », mais leurs réponses forment une constellation qu’il conviendrait de cerner plus précisément. Poète symboliste, critique d’art éminent et intellectuel engagé, Gustave Kahn n’a cessé de reformuler sa réflexion sur une synthèse apparemment impossible, celle qui permettrait de conjuguer l’individualisme du créateur avec le sens de la responsabilité sociale du citoyen. Comme d’autres, il a voulu associer la recherche d’un art nouveau à une réforme de la société. En 1902, dans sa préface sur les origines du symbolisme, n’écrivait-il pas : une idée « s’était enracinée en moi ; c’est que l’art devait être social1 ». C’est à cet aspect de l’œuvre de Kahn que nous nous intéresserons, tout en précisant au préalable la méthode que nous avons adoptée. En effet, ce n’est pas dans son œuvre littéraire que nous avons recherché les éléments de sa pensée, mais dans sa critique littéraire et artistique, ainsi que dans son activité militante. Nous nous baserons alors sur un petit corpus de textes, au nombre d’une trentaine, qui comprend essentiellement des articles publiés entre 1896 et 1905.

2Comme nous le montrerons, Kahn commence à intervenir dans le débat sur l’art social en délimitant la question au champ littéraire. De ce fait, il est dépendant du clivage doctrinal mis en place dans les années 1830 : celui de « l’art pour l’art » et de « l’art social ». Mais, dès le départ, il articule plutôt son propos autour de questions sous-jacentes : l’autonomie de la littérature face à l’idéologie politique et aux sciences sociales, et la défense de la conception symboliste de l’art. Alors qu’au tournant du siècle, l’idée d’un art social fédère progressivement un courant réformateur unissant les arts et les lettres, Kahn va surtout porter sa réflexion sur le lien qui doit exister entre la recherche esthétique, l’engagement politique et l’intégration des nouveaux savoirs scientifiques.

Qu’est-ce que « l’art social » et « l’art pour l’art » ?

  • 2 Son intérêt précoce pour les écrits de Tolstoï en témoigne : Kahn, Gustave, « Le socialisme du com (...)
  • 3 Scoffham-Peufly, Françoise, Les Problèmes de l’art social à travers les revues politico-littéraire (...)
  • 4 Aron, Paul, Les Écrivains belges et le socialisme 1880-1913. L’expérience de l’art social, d’Edmon (...)

3Si Gustave Kahn a toujours eu une approche réformiste de l’art2, il entre véritablement dans les débats français sur l’art social en 1896 avec un grand texte qui paraît dans La Revue blanche ; il le jugera suffisamment important pour le reprendre dans son livre Symbolistes et Décadents (1902). Pourquoi intervient-il à cette époque dans un débat qui agite la scène littéraire depuis le début des années 1890 ? Pour répondre à cette question, il faut revenir un peu en arrière. Kahn quitte la France pour s’installer en Belgique au moment où la question d’un art social revient en force dans les discussions qui animent l’élite littéraire. Le paternalisme libéral, la philanthropie patronale et le système des beaux-arts mis en place par les Républicains suscitent une contestation grandissante. Une partie de la jeunesse littéraire remet alors au goût du jour une vieille idée, née au lendemain de la Révolution française et développée à l’époque romantique : l’art social. Après la création d’un éphémère Club de l’art social par Adolphe Tabarant en 1889, Gabriel de La Salle lance une revue titrée L’Art social en 1891. Tout en se référant vaguement à Proudhon, la revue prône la révolution et la lutte contre l’individualisme, la décadence bourgeoise et la littérature symboliste3. Liée à l’anarchisme, elle disparaît en 1894, mais l’idée va continuer à féconder les discussions. Kahn ignore d’autant moins ces polémiques que l’art social a de fervents défenseurs à Bruxelles4 et qu’à la tête de La Société nouvelle, il publie lui-même des textes de Kropotkine et de William Morris.

  • 5 Lazare, Bernard, L’Écrivain et l’art social, conférence faite le 4 avril 1896, Paris, Bibliothèque (...)
  • 6 Cité par Scoffham-Peufly, Françoise, op.  cit.
  • 7 Kahn, Gustave, « La vie mentale. L’art social et l’art pour l’art », La Revue blanche, t. XI, 1er (...)
  • 8 Ibid., p. 416.
  • 9 Ibid., p. 417.

4Lorsque les Kahn reviennent à Paris en 1895, cette idée a retrouvé de la vigueur avec un nouveau cercle, le « groupe de l’art social ». C’est notamment dans ce cadre que Bernard Lazare prononce en avril 1896 une conférence sur « L’écrivain et l’art social5 », dans laquelle il attaque brutalement la littérature symboliste. Peu après, Louis Lumet et Gabriel de La Salle relancent une revue toujours titrée L’Art social. Clairement intégré dans le mouvement anarchiste, le nouveau groupe a pour objectif « de faire l’éducation des masses afin de les préparer au grand mouvement de transformation de la société actuelle6 ». C’est dans ce contexte que Kahn publie son texte dans La Revue blanche avec un titre explicite : « L’art social et l’art pour l’art7. » Comme il l’explique, ce « sont les derniers événements sociologiques, la puissance nouvelle du socialisme, le développement des idées anarchistes, la présence de belles utopies familières à des William Morris […], qui ont resservi de point de départ à des idéalistes d’art social8 ». Mais, à ses yeux, la question est peut-être mal posée. De fait, dans la première partie de son article consacrée à l’art social, il distingue tout d’abord les œuvres à but social des textes portant sur les seules questions politiques ou philosophiques. Parmi les partisans de cette doctrine, Kahn identifie deux groupes, « les sociologues et les moralistes », et une autre ligne de clivage : les passéistes et conservateurs, d’une part, et les progressistes et rêveurs, d’autre part9. S’opposant au dogmatisme des partisans de « l’art pour l’art », il admet qu’un penseur peut donner « la forme littéraire du poème ou du roman, à des idées sur le développement du monde ». Mais Kahn émet une réserve : il faut éviter la « confusion des genres » et ne pas tenter une fusion entre littérature et sociologie.

  • 10 Ibid., p. 419.
  • 11 Ibid., p. 420.
  • 12 Voir également : Kahn, Gustave, « La Vie mentale », La Revue blanche, t. XII, janvier 1897, p. 35- (...)

5En second lieu, dans sa tentative pour définir la doctrine opposée, celle de « l’art pour l’art », il met en évidence le peu de validité de cette théorie au regard de la création artistique et il distingue de manière volontairement caricaturale « l’artiste pur » de « l’artiste sociologique ». Kahn dresse alors une première conclusion : « il y a là surtout une question de forme » et « nul ne peut interdire à l’écrivain des développements sociologiques, mais à la condition qu’il en fasse de l’art10 ». Finalement, il a cette phrase lapidaire : « D’ailleurs, à une certaine hauteur, la question cesse d’exister11. » Kahn achève son article sur la conférence de Bernard Lazare : l’enjeu principal de son exposé réside dans la défense du symbolisme et il plaide pour une conception libérale de la création littéraire. En 1896, Kahn affirme donc surtout son scepticisme sur la validité de deux « théories adverses », qui échappent aux définitions12, et son refus de soumettre l’œuvre littéraire à d’arbitraires classifications. Pour lui, défendre l’idée d’un art social renvoie alors à trois dangers : la perte d’autonomie de la littérature face à l’affirmation des nouveaux savoirs que sont les sciences sociales ; l’abandon des valeurs symbolistes face aux discours scientistes, néo-naturalistes ou populistes ; la menace d’être englouti dans un vague courant social, qui réunit des conservateurs comme des progressistes, des libéraux comme des socialistes. Face à ces dangers, Kahn va opposer son œuvre « d’artiste pur », son activité de critique et l’action militante.

L’artiste face à la « marche du monde »

  • 13 Kahn, Gustave, « Préface : Les origines du symbolisme », Symbolistes et décadents, Paris, Léon Van (...)
  • 14 Lettres à Gustave et Rachel Kahn (1886-1934), édition établie, présentée et annotée par Richard Sh (...)

6Gustave Kahn a raconté, qu’à un certain moment, les symbolistes ont été conduits à se confronter à la « marche du monde » et que, pour sa part, il a accordé « une prééminence à l’art social, mais sans rien aliéner des droits de la synthèse et du style13 ». De fait, sensible à la « question sociale », Kahn opte très tôt pour l’action militante. Avant le mouvement des Universités populaires, avant le Théâtre civique de Louis Lumet (1897), il essaie d’organiser les Représentations d’Art, une série de spectacles, de lectures et de conférences. Le projet échoue, mais il inaugure en avril 1897 des Samedis de poésie ancienne et moderne avec Catulle Mendès au Théâtre de l’Odéon ; ces Samedis populaires, comme on les appelait aussi, connaissent un grand succès14. En effet, l’onde de choc provoquée par l’affaire Dreyfus a confirmé l’impérieuse nécessité de l’éducation afin de lutter contre la résurgence des vieux démons et des préjugés de toutes sortes. Kahn participe ensuite au grand mouvement des Universités populaires, en parlant du symbolisme à un public modeste. Dreyfusard de la première heure, il s’engage dans le combat politique.

  • 15 Mallarmé, Stéphane, Correspondance, recueillie, classée et annotée par Henri Mondor et Lloyd James (...)
  • 16 À ce sujet, voir Lucbert, Françoise, Entre le voir et le dire. La critique d’art des écrivains dan (...)
  • 17 Kahn, Gustave, « Roger Marx », Mercure de France, octobre 1898, p. 43-52.
  • 18 Voir Méneux, Catherine (dir.), Catalogue de l’exposition Roger Marx, un critique aux côtés de Gall (...)
  • 19 Kahn, Gustave, « Roger Marx », art. cit., p. 51.
  • 20 Ibid., p. 51-52.

7L’Affaire mêle alors étroitement le politique à l’art et elle modifie en profondeur les réseaux. L’article que Gustave Kahn consacre à Roger Marx, critique d’art et fonctionnaire des beaux-arts, en est un exemple. L’écrivain rencontre ce dernier par l’intermédiaire de Mallarmé à la fin de l’année 189715. Dans le nouveau contexte, les deux hommes ont de nombreuses raisons de s’allier : ils sont tous deux juifs et originaires de l’Alsace-Lorraine ; ils ont en commun une même quête, celle de concilier l’esthétique symboliste16 avec l’injonction de l’art social. Kahn publie alors un article important sur Marx dans le Mercure de France en octobre 189817. Il y déclare son adhésion pleine et entière à la doctrine du critique d’art. Opposé au naturalisme et à la domination de l’impressionnisme dans la peinture contemporaine, Marx défend l’individualisme du créateur et un éclectisme tolérant, qui autorise la pluralité des expressions artistiques sans parti pris18. Kahn et Marx partagent ainsi une même admiration pour des artistes aussi différents que Jules Chéret, Gustave Moreau, Pierre Puvis de Chavannes ou Auguste Rodin. Dans son article, Kahn apporte également son appui à une conception sociale de l’art, qui attend beaucoup de la rénovation des arts du décor. À l’instar de Marx, il croit en l’action bienfaisante de l’art, qui peut élever « le niveau de la pensée » et des sentiments humains. Ainsi, il « faut au peuple des fêtes populaires, de la bonne musique, de beaux livres qu’on lui apprenne à comprendre, et de beaux objets autour de lui19 ». Enfin, Gustave Kahn et Roger Marx partagent un même patriotisme et une admiration commune pour le XVIIIe siècle français20.

De l’esthétique du verre à l’esthétique de la rue

  • 21 Sur la publication de cet ouvrage, voir : Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue. Introduction de T (...)
  • 22 Jourdain, Frantz, « L’art dans la rue », Revue des Arts décoratifs, janvier 1892, p. 211-214.
  • 23 Kahn, Gustave, « De l’esthétique du verre polychrome », La Vogue, no 2, 18 avril 1886, p. 54-65.
  • 24 Ibid., p. 55.

8Gustave Kahn ne se contente pas de soutenir les autres. En publiant son fameux livre sur L’Esthétique de la rue (1900, 1901), il crée une œuvre à la fois littéraire, historique et sociale21. Le sujet n’est apparemment pas novateur puisque c’est l’architecte Frantz Jourdain qui a lancé l’idée d’un « art dans la rue » en 1892. Dans une logique saint-simonienne et rationaliste, ce dernier est persuadé que les lieux du quotidien doivent être les réceptacles de la modernité artistique et, par conséquent, les lieux de diffusion du beau moderne et d’une éducation inconsciente du peuple22. Mais en 1901, le point de vue de Kahn n’est pas tout à fait celui de « l’art dans la rue ». En effet, comme l’indique le titre de son ouvrage, il s’agit avant tout de promouvoir une esthétique. Or, cette esthétique s’inscrit directement dans la continuité des thèses qu’il a développées aux temps héroïques du symbolisme. En 1886, Kahn a publié un article sur « l’esthétique du verre », qu’il voulait polychrome et décoratif, espérant alors l’avènement d’un « art nouveau, tout de lumières et de forces23 ». Il appliquait ainsi avec brio les théories de son ami Charles Henry à la matérialité suggestive et allusive du verre. Dans ce texte, il avait également commencé à plaider pour un décor polychrome de la ville24.

  • 25 Froissart Pezone, Rossella, L’Art dans Tout. Les arts décoratifs en France et l’utopie d’un Art no (...)
  • 26 Aux côtés de Marcel Sembat, Kahn s’intéresse particulièrement à la question des « fêtes et cérémon (...)
  • 27 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle éditeur, (...)
  • 28 Ibid., p. 290.

9Quatorze ans plus tard, Kahn donne une dimension sociale à son œuvre critique en transposant son esthétique dans l’espace urbain. Outre son très long développement sur la polychromie, il s’emploie à rattacher l’art de la rue avec les dernières avancées de l’art appliqué et de l’architecture. Défendant le rationalisme, initié par le groupe L’Art dans Tout25, il prône la simplification des plans et la sobriété de l’ornement. La dimension sociale, voire socialiste, de son ouvrage est claire : il accorde une large place aux pensées utopiques et son propos s’articule autour du caractère fédérateur de la rue. Il prévoit la disparition de l’église et du palais au profit de maisons du peuple et des théâtres populaires, ainsi que la multiplication des lieux de réunions et de loisirs. Kahn est particulièrement sensible à la question des « fêtes modernes26 ». À ce propos, il évoque sans faux semblant la vulgarité du peuple, qui s’abandonne à une joie bruyante lors des fêtes publiques. Mais, optimiste, il imagine les fêtes idéales de l’avenir comme des « pompes ordonnées et réglées théâtralement par des décorateurs » de goût27. Il espère également que, les jours de fête, la rue accueillera des théâtres populaires, « donnant pour rien à la foule la primeur des belles œuvres » et les fresques nouvellement réalisées par les artistes28.

Gustave Kahn dans le courant réformateur

  • 29 Sur le courant réformateur, voir Prochasson, Christophe, « Ni doctrine, ni école, ni mouvement », (...)
  • 30 Méneux, Catherine, « L’art social au tournant du siècle », Arts & Sociétés, lettre électronique du (...)

10Au début des années 1900, Kahn s’intègre alors pleinement dans un vaste courant réformateur29 qui se retrouve autour d’un idéal d’art social, sans toutefois toujours utiliser ce terme comme porte-drapeau30. Ce vaste courant a pour chefs de file des hommes comme Louis Lumet, Frantz Jourdain, Henri Cazalis – qui écrit sous le pseudonyme de Jean Lahor – ou Maurice Le Blond. À leurs côtés, on rencontre des critiques d’art, des écrivains, des fonctionnaires ou des éditeurs ; ils s’appellent Gustave Geffroy, Roger Marx, André Mellerio, Octave Mirbeau ou Georges Moreau. Ils ont le soutien d’une poignée d’artistes, tels Félix Aubert, George Auriol, Léon Benouville, Albert Besnard, Alexandre Bigot, Louis Bonnier, Eugène Carrière, Alexandre Charpentier, Jules Chéret, Émile Gallé, Francis Jourdain, René Lalique, Étienne Moreau-Nélaton, Charles Plumet, Henri Rivière, Pierre Roche, Auguste Rodin, Alexandre Steinlen, Henri Sauvage ou Adolphe Willette.

11Ces hommes veulent réduire les inégalités sociales et mettre la modernité scientifique et artistique au service du plus grand nombre. L’art se voit alors chargé d’une large mission : moraliser la foule, guérir et éduquer le peuple, dénoncer les hypocrisies de la bourgeoisie conservatrice, et, en dernier lieu, unifier et pacifier la société. Pour ce faire, l’échelle des actions doit changer : on préférera la petite entreprise à la grande industrie, la région à la nation. D’où l’idée de décentralisation. La conception de l’art évolue aussi singulièrement : le leitmotiv n’est plus l’unité de l’art, mais la promotion de nouvelles catégories fonctionnelles, articulées autour des besoins sociaux du peuple : logement, aménagement et décoration de la maison, urbanisme, transport, loisirs, et toujours l’éducation dans les lieux du quotidien que sont la rue et l’école. Le courant réformateur défend, d’une part, des « grands artistes », dont les œuvres ont une portée civilisatrice et sociale et, d’autre part, un art populaire et national pour tous. Pour mettre en place ce grand dessein, de petites associations naissent, afin d’élaborer des projets prospectifs et encourager des artistes à les réaliser.

  • 31 Kahn, Gustave, « Le roman socialiste », La Nouvelle Revue, 1er juillet 1901, p. 140-144 ; Id., « J (...)
  • 32 Kahn, Gustave, « Décentralisation artistique », La Nouvelle Revue, 1er décembre 1904, p. 414-419.
  • 33 Pour plus de précisions, voir : Barbillon, Claire, « L’Art pour tous, une mission de propagande ét (...)
  • 34 Kahn, Gustave, « Jules Chéret » dans Louis Lumet, L’Art pour tous. Conférences par Émile Bontemps, (...)
  • 35 Kahn, Gustave, « Le nouveau Paris », La Nouvelle Revue, 15 août 1903, p. 540-544.
  • 36 Kahn, Gustave, « La ferronnerie à Galliera », La Nouvelle Revue, 1er juin 1905, p. 409-413.
  • 37 Kahn, Gustave, Concours de mobilier à bon marché exposé au Salon du mobilier, au Grand Palais des (...)
  • 38 Kahn, Gustave [sur Eugène Grasset], La Plume, 1900, p. 162-163 ; Id., « La verrerie », Art et Déco (...)

12Kahn participe pleinement à ce courant réformateur. Dans ses articles sur les romans des socialistes Louis Lumet et Louis-Frédéric Sauvage, il prône l’action militante et l’implication dans l’éducation populaire31. Sensible à la question de la décentralisation, il souhaite une réforme de la politique culturelle de l’État32. En tant que membre du groupe L’Art pour tous, il prononce des conférences sur l’art pour un large public33. C’est dans ce cadre qu’il rédige un beau texte sur Jules Chéret, dans une prose suggestive et évocatrice de multiples sensations34. De même, il appuie la création de la Société le Nouveau Paris, présidée par Frantz Jourdain35, qui propose de rénover la capitale selon des visées modernistes. En 1905, il plaide pour une plus grande collaboration entre l’artiste et l’industriel et, en observateur averti et informé, il soulève la question de la qualité des modèles utilisés par les industriels36. C’est probablement pour cette raison qu’il commente le concours de mobilier à bon marché, organisé à Paris en 1905 ; il y regrette alors que les concurrents aient eu recours aux vieux styles français ou anglais37. De fait, Kahn défend un « art ornemental » unissant le beau à l’utile, la tradition à la modernité, le rationalisme à une esthétique de la suggestion. Amateur d’objets usuels ou précieux, évocateurs de rêves figés dans de belles matières, il aime tout autant les images colorées d’Eugène Grasset que les bijoux modernes ou les verres de Charles Cros et d’Émile Gallé38.

L’art social selon Gustave Kahn

13Pourtant, les partisans d’un art social ne forment pas un courant homogène. Déjà en 1896, Kahn avait distingué deux groupes, les sociologues et les moralistes. De fait, dans les années 1900, l’aspiration à la réforme réunit le catholicisme social, la philanthropie libérale, le radicalisme et une partie des socialistes. On peut alors observer des nuances et parfois de vrais clivages dans l’approche de l’art social.

  • 39 Sur cette enquête dirigée par Maurice Le Blond et menée auprès de 53 personnalités, voir : « Enquê (...)
  • 40 Kahn, Gustave, « Art et beaux-arts », La Nouvelle Revue, 15 septembre 1904, p. 273-278. Toujours n (...)
  • 41 Kahn, Gustave, « Les Maisons ouvrières », L’Aurore, 28 septembre 1904, p. 1-2.
  • 42 Ibid.

14Kahn se situe clairement du côté du socialisme. Ainsi, il n’est pas opposé à l’action culturelle de l’État. En 1904, réagissant à l’enquête menée par la revue Les Arts de la Vie sur une éventuelle séparation des Beaux-arts et de l’État39, il défend l’École des beaux-arts, celle de Gustave Moreau, et suggère que l’État s’occupe mieux de l’art40. La même année, Kahn attaque les ambivalences de la philanthropie française et nommément Georges Picot, le président de la Société des Habitations à bon marché. En effet, alors que l’habitation à bon marché fait l’objet de concours, Kahn dénonce le danger de l’inégalité dans la distribution de ces nouveaux logements. À ses yeux, certains les destinent à « des ouvriers spéciaux, triés sur le volet, doux, souples, dociles, ennemis des grèves, hostiles à tous les moyens de résistance au patronat41 » ; et il reprend : « M. Picot, par exemple, est beaucoup plus notoire par son dévouement aux classes capitalistes que par son amour des classes ouvrières ». Kahn propose alors de laisser le travail de répartition des logements aux syndicats afin de ne pas prendre le risque de mettre cette belle idée au service de la « morale piétiste » et d’un « code de convenances42 ».

  • 43 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, p. 299.
  • 44 Lahor, Jean [pseud. de Henri Cazalis], L’Art nouveau, Paris, Lemerre, 1901 ; Id., L’Art pour le pe (...)

15Par ailleurs, il ne semble pas que Kahn ait adhéré à toutes les thèses d’un Henri Cazalis, par exemple. En effet, il se méfie d’un art dont les principes seraient dictés par l’hygiène ou l’économie43. Contrairement à Cazalis, il n’encourage pas un art populaire pour tous44. Ainsi, en 1901, il voit surtout la rue comme le creuset populaire d’une esthétique moderne et rationnelle. Ce n’est donc pas l’art qui est populaire, mais le lieu de sa destination. En ce sens, Kahn accorde la primauté à un idéal d’art, et sa quête est celle de la modernité et d’une communion entre « l’artiste pur » et le peuple.

  • 45 Kahn, Gustave, « La tour d’ivoire », La Nouvelle Revue, 1er avril 1904, p. 418.
  • 46 Ibid., p. 416.
  • 47 Ibid., p. 415-416.

16Il développe très explicitement cette position dans ses textes sur l’art social entre 1901 et 1904, écrivant ainsi : « Il y a de bons poètes qui sont dans l’action de tous les jours, mais ils demeureront de purs artistes qui ne chercheront qu’à être non tant des miroirs que des inspirateurs de foules45. » À ses yeux, l’écrivain peut et doit « défendre son opinion », mais ce n’est pas le meilleur de l’art social. En effet, l’artiste et la foule ne sauraient fusionner et l’art social a plutôt « un but de prédiction46. » Quels sont alors les rôles du poète et de l’artiste ? Pour Kahn, la « réponse est simple : ils aideront de toute leur force à […] préparer » la cité idéale de l’avenir. Dans cette cité, les artistes « orneront les places et les rues, les musiciens écriront la musique des grands drames lyriques […], les poètes […] feront des poésies que le peuple répétera, et ils donneront aux solennités populaires des hymnes pindariques, des odes ; en sus, ils écriront le journal de la cité […]47 ».

  • 48 Kahn, Gustave, « L’art social », La Revue, 15 septembre 1905, p. 230-241.

17Mais l’évolution du paysage politique français et les nouvelles tendances de l’art ne sont pas favorables à l’avenir de cette cité idéale. En effet, le mouvement des Universités populaires s’essouffle rapidement et l’alliance qui avait uni les intellectuels, les artistes et les classes populaires, se détend. L’affirmation de la droite nationale et les progrès des arts décoratifs étrangers orientent les discours vers d’autres voies. Dans ce climat de tensions, Kahn revient sur l’art social dans un grand article en 1905. En tant qu’intellectuel engagé, il invalide alors définitivement l’opposition entre « l’art pour l’art » et « l’art social »48. En tant que socialiste, il définit l’art social comme une idée contraire à « l’archaïsme » et aux pensées rétrogrades. Enfin, le « pur artiste » réaffirme encore et toujours le primat de l’art et l’importance de la liberté créatrice. Contenu émotionnel, travail formel original et universalisme constituent alors les éléments de sa définition de l’art social.

  • 49 Kahn, Gustave, « Revue de la quinzaine », Mercure de France, 1er avril 1913, p. 637-639.

18Quelques années plus tard, Gustave Kahn soutient le combat de Roger Marx pour imposer l’art social sur la scène artistique française49. Le lien entre l’art et l’industrie est désormais au cœur des débats. Réaffirmant sa défense de la modernité, Kahn a cette formule ambivalente : « il faut donc mettre le machinisme sous la main de l’artiste ». En somme, à l’instar de Marx, l’écrivain prône la subordination de la science à l’art : le machinisme « ne peut être utilisé pour l’esthétique que par des artisans artistes » et, pour rénover son art industriel, la France doit suivre « de vrais maîtres, les novateurs, qui seuls créent œuvre qui dure ». À la veille de la Grande Guerre, Gustave Kahn demeure donc fidèle à ses idées. Socialiste, il rêve d’une cité idéale et combat les idéologies rétrogrades. Moderniste, il plaide pour une alliance entre l’art et la science, tout en affirmant toujours le primat de la recherche esthétique et de l’avant-garde. Enfin, en tant que poète, il défend l’individualisme du créateur et sa foi dans le pouvoir civilisateur de l’art. L’idée d’art social lui permet alors d’unir son engagement politique avec son œuvre de poète symboliste.

Notes

1 Kahn, Gustave, « Préface : Les origines du symbolisme », Symbolistes et décadents, Paris, Léon Vanier, 1902, p. 32.

2 Son intérêt précoce pour les écrits de Tolstoï en témoigne : Kahn, Gustave, « Le socialisme du comte Tolstoï », La Revue indépendante, septembre 1888, p. 443-451.

3 Scoffham-Peufly, Françoise, Les Problèmes de l’art social à travers les revues politico-littéraires en France 1890-1896, mémoire de maîtrise, Paris 8-Vincennes, 1970.

4 Aron, Paul, Les Écrivains belges et le socialisme 1880-1913. L’expérience de l’art social, d’Edmond Picard à Émile Verhaeren, Bruxelles, Labor, 1985.

5 Lazare, Bernard, L’Écrivain et l’art social, conférence faite le 4 avril 1896, Paris, Bibliothèque de L’Art social, s. d. [1897].

6 Cité par Scoffham-Peufly, Françoise, op.  cit.

7 Kahn, Gustave, « La vie mentale. L’art social et l’art pour l’art », La Revue blanche, t. XI, 1er novembre 1896, p. 416-422, repris dans Symbolistes et décadents, Paris, Léon Vanier, 1902, p. 295-307.

8 Ibid., p. 416.

9 Ibid., p. 417.

10 Ibid., p. 419.

11 Ibid., p. 420.

12 Voir également : Kahn, Gustave, « La Vie mentale », La Revue blanche, t. XII, janvier 1897, p. 35-36.

13 Kahn, Gustave, « Préface : Les origines du symbolisme », Symbolistes et décadents, Paris, Léon Vanier, 1902, p. 70.

14 Lettres à Gustave et Rachel Kahn (1886-1934), édition établie, présentée et annotée par Richard Shryock, Saint-Genouph, Nizet, 1996, p. 12.

15 Mallarmé, Stéphane, Correspondance, recueillie, classée et annotée par Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Gallimard, 1984, vol. X, p. 61-62.

16 À ce sujet, voir Lucbert, Françoise, Entre le voir et le dire. La critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 116-119.

17 Kahn, Gustave, « Roger Marx », Mercure de France, octobre 1898, p. 43-52.

18 Voir Méneux, Catherine (dir.), Catalogue de l’exposition Roger Marx, un critique aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin…, Nancy, éditions Artlys, 2006.

19 Kahn, Gustave, « Roger Marx », art. cit., p. 51.

20 Ibid., p. 51-52.

21 Sur la publication de cet ouvrage, voir : Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue. Introduction de Thierry Paquot, rééd. Gollion, Infolio éditions, 2008.

22 Jourdain, Frantz, « L’art dans la rue », Revue des Arts décoratifs, janvier 1892, p. 211-214.

23 Kahn, Gustave, « De l’esthétique du verre polychrome », La Vogue, no 2, 18 avril 1886, p. 54-65.

24 Ibid., p. 55.

25 Froissart Pezone, Rossella, L’Art dans Tout. Les arts décoratifs en France et l’utopie d’un Art nouveau, préface de Jean-Paul Bouillon, Paris, CNRS éditions, 2004.

26 Aux côtés de Marcel Sembat, Kahn s’intéresse particulièrement à la question des « fêtes et cérémonies civiles » dans les années 1910 (Kahn, Gustave, « Les fêtes populaires », Les Fêtes, 15 septembre 1913).

27 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle éditeur, 1901, p. 287.

28 Ibid., p. 290.

29 Sur le courant réformateur, voir Prochasson, Christophe, « Ni doctrine, ni école, ni mouvement », Arts & Sociétés, lettre électronique du séminaire, Centre d’Histoire de Sciences Po, 21 septembre 2006, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac ; Topalov, Christian (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1999.

30 Méneux, Catherine, « L’art social au tournant du siècle », Arts & Sociétés, lettre électronique du séminaire, Centre d’Histoire de Sciences Po, 21 septembre 2006, sous la direction de Laurence Bertrand Dorléac.

31 Kahn, Gustave, « Le roman socialiste », La Nouvelle Revue, 1er juillet 1901, p. 140-144 ; Id., « Jésus et l’art social », La Nouvelle Revue, 15 septembre 1901, p. 310-315.

32 Kahn, Gustave, « Décentralisation artistique », La Nouvelle Revue, 1er décembre 1904, p. 414-419.

33 Pour plus de précisions, voir : Barbillon, Claire, « L’Art pour tous, une mission de propagande éthique », dans Dominique Viéville (dir.), Histoire de l’art et musées, Actes du colloque, École du Louvre, direction des Musées de France, 27-28 novembre 2001, Paris, École du Louvre, 2005, p. 89-111.

34 Kahn, Gustave, « Jules Chéret » dans Louis Lumet, L’Art pour tous. Conférences par Émile Bontemps, Pierre Calmettes, etc., Paris, Édouard Cornély et Cie, 1904, p. 295-309.

35 Kahn, Gustave, « Le nouveau Paris », La Nouvelle Revue, 15 août 1903, p. 540-544.

36 Kahn, Gustave, « La ferronnerie à Galliera », La Nouvelle Revue, 1er juin 1905, p. 409-413.

37 Kahn, Gustave, Concours de mobilier à bon marché exposé au Salon du mobilier, au Grand Palais des Champs-Elysées, Paris, A. Guérinet, s. d. [1905]. Voir Froissart Pezone, op. cit., p. 197.

38 Kahn, Gustave [sur Eugène Grasset], La Plume, 1900, p. 162-163 ; Id., « La verrerie », Art et Décoration, juillet-décembre 1901, p. 129-140 ; Id., « Dessins de bijoux. MM. Mucha, De Feure, Dufrêne, Marcel Bing », Art et Décoration, janvier-juin 1902, p. 13-18 ; Id., « Boutet de Monvel », Art et Décoration, janvier-juin 1902, p. 37-51 ; Id., « L’Exposition de la Miniature et des Arts précieux », Art et Décoration, janvier-juin 1902, p. 93-101 ; Id., « Les Objets d’art aux Salons », Art et Décoration, juillet-décembre 1902, p. 24-33, p. 58-65, p. 117-128.

39 Sur cette enquête dirigée par Maurice Le Blond et menée auprès de 53 personnalités, voir : « Enquête sur la séparation des Beaux-arts et de l’État », Les Arts de la Vie, septembre 1904, p. 186-189 ; octobre 1904, p. 203-258 ; Carrière, Eugène, « Sur l’École de Rome et l’Éducation des Artistes », Les Arts de la Vie, octobre 1904, p. 195-199 ; Le Blond, Maurice, « Commentaire de l’enquête », Les Arts de la Vie, octobre 1904, p. 258-264 ; « Post-Scriptum à notre Enquête », Les Arts de la Vie, novembre 1904, p. 324-326 (lettres d’Émile Bourdelle et de Quentin-Bauchart).

40 Kahn, Gustave, « Art et beaux-arts », La Nouvelle Revue, 15 septembre 1904, p. 273-278. Toujours nuancé, Kahn écrit : « Qu’en conclure ? Que le rôle de l’État n’est pas toujours cohérent, que ses bureaux luttent contre son Institut, qu’il est toujours en retard dans l’affirmation de ses goûts, que ses meilleurs représentants administratifs ont fort à faire pour simplement réparer les plus grosses injustices des administrations précédentes ; mais aussi faut-il conclure qu’il y a amélioration et attendre, car en somme les bureaux sont plus avancés que l’Institut ; c’était jusqu’ici anormal. Un cas se présente qui offre des nuances nouvelles. » (Ibid., p. 276.)

41 Kahn, Gustave, « Les Maisons ouvrières », L’Aurore, 28 septembre 1904, p. 1-2.

42 Ibid.

43 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, p. 299.

44 Lahor, Jean [pseud. de Henri Cazalis], L’Art nouveau, Paris, Lemerre, 1901 ; Id., L’Art pour le peuple, à défaut de l’art par le peuple, Paris, Librairie Larousse, 1902 ; Id., Les Habitations à bon marché et un art nouveau pour le peuple, Paris, Librairie Larousse, 1903.

45 Kahn, Gustave, « La tour d’ivoire », La Nouvelle Revue, 1er avril 1904, p. 418.

46 Ibid., p. 416.

47 Ibid., p. 415-416.

48 Kahn, Gustave, « L’art social », La Revue, 15 septembre 1905, p. 230-241.

49 Kahn, Gustave, « Revue de la quinzaine », Mercure de France, 1er avril 1913, p. 637-639.

Auteur

Maître de conférences à l’université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Auteure d’une thèse de doctorat sur Roger Marx soutenue en 2007, elle a assuré le commissariat scientifique de l’exposition Roger Marx, un critique d’art aux côtés de Gallé, Monet, Rodin, Gauguin… (Nancy, 2006) et organisé le colloque Regards de critiques d’art. Autour de Roger Marx (1859-1913) (Presses universitaires de Rennes, 2008). Ses recherches portent sur l’idée d’art social, la critique d’art, les sociétés d’artistes, ainsi que l’histoire des arts graphiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site