Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Troisième partie. De la musique à l'art social

L’affiche selon Gustave Kahn : le cas de Jules Chéret

Noriko Yoshida

Texte intégral

  • 1 Cette étude développe une partie de ma thèse, La Valorisation artistique et sociale de l’affiche e (...)

1L’affiche n’occupe qu’une place mineure parmi les nombreux écrits sur l’art de Gustave Kahn. Pourtant, ses prises de position se révèlent particulièrement intéressantes dans la mesure où elles permettent de mettre en lumière la curiosité du critique d’art pour la publicité, forme d’art naissante et caractéristique du XXe siècle. Cette étude a pour but d’éclairer l’engagement de Gustave Kahn en faveur de l’affiche publicitaire, et s’attache tout particulièrement à la figure de Jules Chéret, en le situant au sein du contexte artistique et social de son temps1. Nous examinerons tout d’abord les textes que Kahn a consacrés à l’affiche de 1901, année de publication de son ouvrage L’Esthétique de la rue, jusqu’à sa mort en 1936. Puis nous présenterons synthétiquement l’évolution qu’a connue sa conception de l’affiche avant de terminer par un récapitulatif des principes fondamentaux de ses analyses.

L’affiche au service de L’Esthétique de la rue (1901)

  • 2 Cette expression a été employée dès 1891 par Uzanne, Octave, « Les collectionneurs d’affiches illu (...)

2Pour des raisons à la fois socio-économiques et techniques, le dernier quart du XIXe siècle est une période particulièrement riche en créations d’affiches illustrées en couleur. Cet engouement pour l’affiche, auquel Octave Uzanne (1852-1931) donne en 1891 le nom d’« affichomanie2 », se manifeste à travers un certain nombre d’acteurs – collectionneurs, marchands, critiques d’art, peintres, politiques et institutionnels – dont l’action plus ou moins directe est largement relayée dans la presse spécialisée.

  • 3 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1901, p. 205-244 (chap. X  (...)

3En assignant à l’affiche le statut de forme d’art à part entière, Kahn joue un rôle dans ce qui pourrait apparaître historiquement comme la dernière phase de cet enthousiasme sans précédent pour l’affiche. En effet, c’est en 1901 que notre auteur publie un chapitre consacré à l’affiche dans L’Esthétique de la rue3, bien après la publication des recherches menées dans les années 1880-1890 par les grands théoriciens de l’affiche, comme Ernest Maindron, Joris-Karl Huysmans (1848-1907), Roger Marx (1859-1913), Gustave Geffroy (1855-1926) ou Frantz Jourdain (1847-1935). En réutilisant les outils théoriques offerts par les critiques appartenant au cercle des pionniers de l’« affichomanie », Kahn réussit à dégager les spécificités de l’affiche, médium qui s’est adapté aux nouvelles conditions de vie de la population urbaine en ce début de XXe siècle.

4Malgré les campagnes actives des partisans de l’« affichomanie », l’affiche a de nombreux adversaires en ce début de siècle. Selon eux, la décoration esthétique de la rue, autrefois assurée par l’enseigne, a été récemment détrônée par l’affiche qui offre au public une décoration le plus souvent médiocre, voire moralement nocive. Au tournant du siècle, l’esthétique urbaine devient, d’après certains critiques, une nécessité pédagogique et morale ; la rue reçoit ainsi un rôle éducatif, jusqu’alors confié au musée, ce qui rend nécessaire l’embellissement de la voie publique – et la suppression de toute forme d’affiche. L’architecte Émile Magne (1877-1953) écrit en 1907 :

  • 4 Magne, Émile, « L’esthétique monumentale », Mercure de France, t. LXVIII, no 242, 16 juillet 1907, (...)

Que les yeux de la foule pauvre s’illuminent au spectacle de la rue magnifiée, comme les yeux des foules hellènes s’illuminaient au spectacle des temples et des statues que les artistes offraient à leur dévotion… une ville où la beauté sera élevée à la hauteur d’une institution sera l’esprit et le cœur du monde4.

5C’est sans doute en réaction à ces campagnes dirigées contre la publicité murale que Gustave Kahn est amené à démontrer le caractère non seulement artistique mais aussi moralement éducatif de l’affiche. Il retrace dans L’Esthétique de la rue l’histoire de la décoration de l’espace urbain et lui assigne un rôle capital dans la vie urbaine du XXe siècle. Classant l’« art de la rue » en deux catégories, le mobile et le fixe, il aborde les principaux thèmes liés à ce sujet : à savoir, l’enseigne, l’affiche, la décoration des vitrines, l’équipement des rues, les fêtes publiques, mais aussi les lignes et les détails décoratifs des bâtiments, la couleur et les matériaux des façades.

  • 5 Kahn, Gustave, op. cit., 1901, p. 293 (conclusion).
  • 6 Ibid., p. 305 (conclusion).

6Kahn définit l’« art de la rue » comme un médium propre à la société de son temps : « l’art de la rue sera l’aboutissement des recherches qui s’orientent vers la création d’un style nouveau. Le XIXe siècle n’a pas eu de style propre ni dans l’architecture ni dans l’ameublement5 ». Selon lui, les artistes dans tous les genres cherchent alors un style original qui soit approprié aux valeurs contemporaines. L’« art de la rue » naîtra de tous ces efforts et de ces recherches communes, et s’adressera directement au grand public. Car, selon lui, une nouvelle époque se fait jour : la ville évolue et doit s’adapter aux nouvelles conditions de vie de la population ouvrière, qui font une part plus grande aux loisirs. Kahn montre que cette importance grandissante des loisirs conduit à faire de la rue, là où les flâneurs vont chercher leurs distractions, un lieu de prédilection de la classe ouvrière. La nécessité de faire face à la demande de ce public n’est pas une simple spéculation, mais la réalité d’une situation sociale ; et l’« art de la rue » répond précisément à cette nécessité de « fournir [une] vie sociale aux gens6 », comme l’écrit Kahn.

7Plus précisément concernant l’affiche, il souligne son apport décoratif et instructif à cette nouvelle esthétique de la rue. En s’appuyant sur les exemples créés par Henri de Toulouse-Lautrec, Alphonse Mucha (1860-1939), Eugène Grasset (1845-1917) et surtout par Jules Chéret (1836-1932), il découvre, dans l’affiche, la possibilité d’une action directe de l’image sur les esprits, et insiste sur l’ouverture géographique qu’elle apporte.

  • 7 Ibid., p. 303-304 (conclusion).

L’art de l’affiche retrouve les principes de la décoration. […] La décoration mobile de la rue peut être donnée par ces spectacles gratuits de la publicité qui se développent de plus en plus. […] selon cette habitude très répandue déjà en Allemagne, d’instruire par l’image, on ne songe à inculquer ainsi au passant qu’une foule de notions faciles, sans lui demander de travail et à lui faire passer, s’il s’arrête un instant, [que] le panorama de quelques coins du monde, bien distants de la boue ou de la poussière chaude où il est7.

  • 8 L’ensemble du discours critique et théorique de Roger Marx en faveur de l’affiche illustrée a été (...)
  • 9 Kahn, Gustave, op. cit., 1901, p. 219-221, 236-238 (Chap. X).
  • 10 Kahn, Gustave, « Roger Marx », Mercure de France, t. XXVIII, no 196, octobre 1898, p. 43-53.

8Gustave Kahn est d’ailleurs imprégné des idées de Roger Marx. Critique d’art et administrateur des Beaux-Arts, apôtre de l’art social, Marx s’est posé en défenseur de l’affiche dès 1889. Il a en effet émis la thèse selon laquelle l’affiche, par sa grande accessibilité, contribuait à diffuser l’art et à former le goût du grand public8. Attiré tout comme Marx par la polychromie de Chéret, Kahn cite non seulement l’analyse de Marx dans L’Esthétique de la rue9, mais lui dédie également un article dans le Mercure de France en octobre 189810. Kahn réactualise ainsi les premières réflexions de l’« affichomanie » et expose, à son tour, un jugement positif vis-à-vis de la place croissante de l’affiche publicitaire et de l’affichage dans le paysage urbain de cette époque.

Le changement d’orientation de l’affichiste Jules Chéret après 1900

  • 11 La carrière d’affichiste de Jules Chéret et la question complexe de sa réception sont abordées dan (...)

9L’essoufflement de l’« affichomanie » après 1900 coïncide avec la disparition ou le changement d’activité de la génération des affichistes en place depuis une trentaine d’années. Dans le cas de Jules Chéret, le retirage d’exemplaires antérieurs constitue l’essentiel de sa production dès 1897. Bien qu’il produise encore des affiches, celles-ci sont rares et cèdent de plus en plus la place aux croquis et aux dessins. La réalisation des panneaux décoratifs pour le salon de l’Hôtel de Ville de Paris de 1898 à 1902, pour la Préfecture de Nice de 1906 à 1907, et son exposition au Musée des Arts décoratifs en 1912 relèguent sa carrière d’affichiste à un passé lointain11.

  • 12 Kahn, Gustave, « Jules Chéret », Art et Décoration, décembre 1902, t. XII, p. 177-192 ; Id., « L’a (...)
  • 13 Kahn, Gustave, art. cit., 1905, p. 2.

10Dès la première décennie de 1900, les critiques oblitèrent d’ailleurs le métier d’affichiste de Chéret au profit de ses nouvelles productions en tant que peintre-décorateur. Après la publication de L’Esthétique de la rue, Kahn lui consacre trois articles où il fait une place mitigée à l’art de l’affiche chez Chéret12. Pour Kahn, Chéret est l’inventeur incontesté d’une nouvelle forme d’art : l’affiche illustrée polychrome13. Toutefois, la place accordée à l’affiche est relativisée par la comparaison avec ses récents dessins pour tapisseries :

  • 14 Ibid., p. 4.

Dans ce genre de l’affiche, avec ses trois tons d’abord, quatre tons ensuite, il touche à tout et il apporte un art libre, pratique, populaire et puissant. Passons à une autre partie de la vie de Chéret, au couronnement même de sa carrière, à maintenant, à l’heure où dans sa toute glorieuse maturité, encore très jeune d’aspect et de mouvement, il donne ses œuvres définitives. […] chez Chéret ce sont des cartons de tapisserie14.

  • 15 Kahn, Gustave, art. cit., 1902, p. 180-181.

11Kahn considère que Chéret a puisé les éléments dont sont constituées ses œuvres décoratives actuelles dans ses premiers travaux. L’affiche se positionne donc, selon lui, comme une étape préparatoire grâce à laquelle la carrière de Chéret a pu se développer vers la grande décoration : « Dans sa décoration, les Joies de la vie, vaste et claire, destinée à l’Hôtel de Ville, […] Chéret résume tout son faire, les coloris de ses pastels, les appels de lignes de ses affiches15. »

12Analysant l’évolution de l’art de Chéret, le critique d’art souligne finalement les entraves constituées par la fonction publicitaire de l’affiche ; le caractère utilitaire de l’affiche a été, selon lui, une condition défavorable à la pleine éclosion du talent de Chéret :

  • 16 Ibid., p. 181.

Nous avons déjà dit qu’une affiche de Chéret c’est une fresque légère. Mais dans le tableau, Chéret est débarrassé de toutes les charges de l’affiche. L’affiche est un prétexte, qui contient un point de départ : elle est soumise à une logique. Il faut que tout le geste de l’affiche indique une inscription qu’on lit vite16.

13Certes, les textes de Gustave Kahn sur Jules Chéret abondent en phrases pleines d’admiration. Mais son vocabulaire très choisi nous montre qu’il privilégie sa carrière de peintre au détriment de celle d’affichiste. Il est clair que Kahn contribue, avec ces articles de 1902 à 1905, à la reconnaissance de Chéret comme peintre-décorateur, et, malgré ses notations sur l’affiche polychrome, au relatif et passager oubli des réalisations de ce dernier dans le domaine de l’affiche. L’affiche trouve ici sa place au cœur d’un débat de fond sur la hiérarchie interne des arts décoratifs et sur la définition problématique de l’art industriel ; elle est finalement reléguée à un rôle mineur par rapport à d’autres secteurs traditionnels des arts décoratifs.

Nouvel hommage à Chéret après la Première Guerre mondiale

  • 17 Sur les affiches des bals de l’AAAA, voir Dickson, H., « Le Bal de l’AAAA », Comœdia, 18 avril 192 (...)

14Alors que son confrère Roger Marx décède en 1913, Gustave Kahn va connaître la guerre. Cette expérience nous semble décisive pour la suite de sa carrière, aussi bien que pour celle d’autres critiques contemporains comme Camille Mauclair (1872-1945), François Thiébault-Sisson (1856-1936) et Paul Iribe (1883-1935). Durant la période de l’entre-deux-guerres, Kahn revalorise volontairement l’affiche, toujours en s’appuyant sur l’exemple de Chéret. Un changement notable s’est opéré dans son point de vue par rapport à celui qu’il avait affirmé avant la guerre. Il ne faut pas oublier qu’au cours de ces années 1920-1930, Gustave Kahn a contribué à la création des affiches d’une tout autre manière. Il a soutenu la réalisation des affiches par les artistes contemporains dans le cadre des activités de l’Aide Amicale aux Artistes (AAAA), fondée par son épouse Rachel Kahn (1860-1933) à Paris en 1923. Cette société apportait un soutien financier aux artistes et organisait des bals de charité qui avaient pour but de fonder une caisse de réserve à leur profit. Rachel et Gustave Kahn ont passé des commandes d’affiches pour ces bals aux « Montparnos » : Othon Friesz (1897-1949), Suzanne Valadon (1865-1938) et Tsuguharu Foujita (1886-1968) en particulier. Ces affiches d’« artistes-peintres » montrent l’engagement de Gustave Kahn dans la solidarité sociale et artistique, mais également sa conscience de la différence entre l’affiche de peintre et celle de l’affichiste proprement professionnel. En témoigne l’affiche exécutée en 1926 par Tsuguharu Foujita pour le 4e bal de l’AAAA, dont seule l’épreuve avant la lettre – comme si elle était une estampe originale – se trouve dans les fonds de l’ancienne collection Gustave Kahn17.

15Au milieu des années 1920, la plupart des articles qui traitent de Chéret reviennent sur les différentes étapes de sa carrière et rappellent son cheminement professionnel. Kahn profite de cette présentation rétrospective pour opérer un revirement par rapport à son analyse des années 1900 :

  • 18 Kahn, Gustave, « Le doyen des peintres français », Le Quotidien, 28 août 1924.

l’œuvre de Chéret, la plus haute, n’est point encore la création de ces féeries décoratives, ni l’immense série de ces sanguines et de ces crayons, ni tant de pastels joyeux, épisodes de sa vision lyrique. Son grand talent, c’est encore la création de l’affiche polychrome18.

16L’affiche n’a plus cette place secondaire qui lui était dévolue dans les articles de 1902 à 1905, elle est mise en première ligne. Kahn lui attribue des termes comme « décoration mobilière » et « fresque mobile », ce qui nous renvoie à ses thèses énoncées en 1901 dans L’Esthétique de la rue.

  • 19 Kahn, Gustave, « Rétrospective Jules Chéret : Galerie Charpentier », Le Quotidien, 24 juin 1934.

17Ce nouvel hommage rendu à l’affiche repose ici sur la perspective d’un cheminement linéaire de l’évolution artistique, et surtout sur l’idée de la continuité historique des arts décoratifs français. Pour la première fois dans ses critiques consacrées à l’affiche, Gustave Kahn adopte ce point de vue à la fois conservateur et ambitieux. Il cherche tout d’abord un prédécesseur à Jules Chéret dans l’histoire générale de l’art et le rapproche de François Boucher (1703-1770), maître de la peinture et de la décoration du XVIIIe siècle19. Ensuite, le critique d’art évoque l’ascendance de Chéret sur la génération suivante des affichistes :

  • 20 Kahn, Gustave, art. cit., 1924.

Quand Chéret cessa de donner toute son attention à l’affiche pour se consacrer à la grande décoration et à la tapisserie, l’impulsion était donnée, l’habitude invétérée de la jeune école de l’affiche, Cappiello en tête, était sollicitée de continuer à décorer Paris tous les jours d’un musée mobile et familier20.

18Affichiste d’origine italienne, résidant en France dans les années 1920 et alors au faîte de sa carrière, Leonetto Cappiello (1875-1942) prolonge, de son côté, cette brève observation de Kahn et prend la mesure concrète de l’apport de Chéret :

  • 21 Cappiello, Leonetto, « L’hommage de Cappiello », Vendre, t. II, no 15, janvier 1925, p. 18.

Chéret, en somme, a mis en lumière ce principe trop négligé à son époque que l’affiche a pour but la publicité et que la publicité est une science. Pour la comprendre et en juger l’efficacité, il faut l’apprendre, la travailler, l’approfondir. Qu’on écoute donc la leçon donnée par Jules Chéret21.

19Ainsi, les affiches de Chéret s’imposent pour Kahn dans le développement continu de la création française, et reçoivent une place majeure à la conjonction entre les arts décoratifs traditionnels et l’art industriel émergeant. Cette tendance à souligner la continuité de l’histoire nationale de l’art et son lien de parenté avec la production contemporaine s’accentue après la guerre chez certains critiques d’art comme Mauclair. Ce climat intellectuel d’après-guerre, qui nous rappelle les mots de « retour à l’ordre », est bien perceptible chez Kahn. En effet, le « retour à l’ordre » semble une conséquence du traumatisme de la Grande Guerre et un impératif moral qui s’infiltre dans tous les domaines, y compris celui de la critique d’art. Le thème fédérateur en France est alors celui de la reconstruction de l’identité nationale. Autre exemple d’insertion de l’affiche dans une tradition nationale, Kahn reconnaît la contribution d’une affiche de Chéret, la Saxoléine, à la renaissance du genre de la tapisserie à la Manufacture Nationale des Gobelins :

  • 22 Kahn, Gustave, « Jules Chéret st son œuvre », Le Quotidien, 26 septembre 1932.

[…] après Chéret, qui avait forcé la porte, vinrent Raffaelli, Monet, Odilon Redon et tant d’autres jusqu’à récemment Balande et Zingg. Le combat de l’affiche avait sauvé la tapisserie […] dès lors, la tapisserie entrait dans une voie nouvelle22.

  • 23 Sur le développement stylistique des affiches dans les années 1920-1930, voir Bargiel-Harry, Réjan (...)

20Attentif aux réalités sociales et aux idées élaborées par ses contemporains, Kahn en vient à confirmer sa propre conception de l’affiche à la fin de sa vie : son intérêt pour cette forme d’art se consolide dans la conjoncture de ces années 1920-1930. Non seulement parce qu’il reflète une mise en garde générale contre les tendances à l’internationalisme dans le domaine de l’art, autrement dit à la « mondialisation » accélérée des mouvements artistiques, en réintégrant l’art de l’affiche au sein d’une tradition nationale. Mais également parce qu’il repère toute l’importance de cette nouvelle industrie de la publicité qui connaît un essor massif à la même époque, avec l’arrivée de la jeune génération d’affichistes de style Art Déco, forte du savoir-faire de Cappiello23.

21Nous venons d’analyser les textes de Gustave Kahn sur l’affiche entre 1901 et les années 1920-1930. Si nous regardons l’ensemble de ses écrits sur l’art, Kahn se trouve au premier rang de la critique symboliste à la fin des années 1880 ; puis, après 1900, il publie notamment ses souvenirs sur la période symboliste et rédige, jusque dans les années 1930, de nombreuses monographies sur les artistes les plus divers. Consacrés pour la plupart à Chéret, ses textes concernant l’affiche font donc partie de ses œuvres de maturité.

22Pour conclure sur le développement des idées qu’il a approfondies autour de ce médium, ce qui frappe finalement le plus est son sens aigu de l’évolution de la situation artistique et sociale au cours de cette période. Même s’il porte un regard toujours bienveillant sur les affiches de Chéret, c’est d’abord Jules Chéret en tant qu’artiste-affichiste, ensuite en tant qu’artiste-décorateur et enfin en tant qu’artiste-publicitaire qui a intéressé le critique d’art. Cette volonté de comprendre le contexte immédiat de la création artistique constitue une spécificité de la critique de Kahn. Dès le départ, dans son ouvrage L’Esthétique de la rue, l’affiche publicitaire a été englobée dans une vision urbanistique où les caractéristiques de la ville du XXe siècle étaient parfaitement saisies. Au fil des ans, ses textes s’inscrivent à la fois dans une histoire de la continuité au sein de la tradition et dans une histoire des ruptures introduites par de nouvelles formes d’art. L’affiche publicitaire ne fait pas exception. Gustave Kahn apporte des réponses aux nouveaux enjeux culturels de son temps, ce qui anticipe sur des pratiques beaucoup plus contemporaines du XXe siècle.

Notes

1 Cette étude développe une partie de ma thèse, La Valorisation artistique et sociale de l’affiche en France (1889-1978), université Paris 10-Nanterre, sous la direction de Ségolène Le Men, décembre 2003. J’exprime ici mes remerciements chaleureux à Véronique Béranger pour sa relecture attentive.

2 Cette expression a été employée dès 1891 par Uzanne, Octave, « Les collectionneurs d’affiches illustrées », Le Livre moderne, Paris, mai 1891, p. 266.

3 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1901, p. 205-244 (chap. X : La Polychromie de la rue par les couleurs des façades, les affiches et la lumière).

4 Magne, Émile, « L’esthétique monumentale », Mercure de France, t. LXVIII, no 242, 16 juillet 1907, p. 256.

5 Kahn, Gustave, op. cit., 1901, p. 293 (conclusion).

6 Ibid., p. 305 (conclusion).

7 Ibid., p. 303-304 (conclusion).

8 L’ensemble du discours critique et théorique de Roger Marx en faveur de l’affiche illustrée a été examiné dans : Yoshida, Noriko, « L’affiche, de l’art décoratif à l’art social : une stratégie de légitimation de l’art publicitaire », dans Méneux, Catherine (dir.), Regards de critiques d’art. Autour de Roger Marx (1859-1913), Rennes, Presses universitaires de Rennes/Institut national d’Histoire de l’Art, 2008, p. 177-186.

9 Kahn, Gustave, op. cit., 1901, p. 219-221, 236-238 (Chap. X).

10 Kahn, Gustave, « Roger Marx », Mercure de France, t. XXVIII, no 196, octobre 1898, p. 43-53.

11 La carrière d’affichiste de Jules Chéret et la question complexe de sa réception sont abordées dans la thèse de Virginie Vignon, Jules Chéret, créateur d’une industrie publicitaire (1866-1932), université Paris 10-Nanterre, sous la direction de Ségolène Le Men, 2007. Le musée des Arts décoratifs de Paris a consacré une exposition monographique à l’artiste du 24 juin au 7 novembre 2010 : Bargiel, Réjane et Le Men, Ségolène (dir.), La Belle Époque de Jules Chéret. De l’affiche au décor, Paris, Les Arts décoratifs/Bibliothèque nationale de France, 2010.

12 Kahn, Gustave, « Jules Chéret », Art et Décoration, décembre 1902, t. XII, p. 177-192 ; Id., « L’art pour tous. Une conférence de Gustave Kahn dans l’atelier de Jules Chéret », Le Petit Blaise, 1904 ; Id., « Jules Chéret », L’Œuvre, no 2, 1905, p. 1-17.

13 Kahn, Gustave, art. cit., 1905, p. 2.

14 Ibid., p. 4.

15 Kahn, Gustave, art. cit., 1902, p. 180-181.

16 Ibid., p. 181.

17 Sur les affiches des bals de l’AAAA, voir Dickson, H., « Le Bal de l’AAAA », Comœdia, 18 avril 1923 ; Warnod, André, « L’affiche du bal de l’AAAA », Comœdia, 14 avril 1924 ; Anonyme, « Une nuit au Pôle Nord : ce que sera le bal de l’AAAA », L’Œuvre, 30 avril 1929.

18 Kahn, Gustave, « Le doyen des peintres français », Le Quotidien, 28 août 1924.

19 Kahn, Gustave, « Rétrospective Jules Chéret : Galerie Charpentier », Le Quotidien, 24 juin 1934.

20 Kahn, Gustave, art. cit., 1924.

21 Cappiello, Leonetto, « L’hommage de Cappiello », Vendre, t. II, no 15, janvier 1925, p. 18.

22 Kahn, Gustave, « Jules Chéret st son œuvre », Le Quotidien, 26 septembre 1932.

23 Sur le développement stylistique des affiches dans les années 1920-1930, voir Bargiel-Harry, Réjane, Frèches-Thory, Claire, Cappiello. Caricatures, affiches et projets décoratifs, Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1981 ; Bargiel, Réjane, Touillier-Feyrabend, Henriette et Van Deputte, Jocelyne, Quand l’Affiche faisait de la réclame ! L’affiche française de 1920 à 1940, Paris, Éditions de la Réunion des Musées nationaux, 1991 ; Bargiel, Réjane, 150 ans de publicité, Paris, Union centrale des Arts décoratifs, 2004, p. 34-35, 48-69.

Auteur

Née à Tokyo et ayant soutenu un doctorat en histoire de l’art à l’université de Paris 10-Nanterre en 2003, Noriko Yoshida est, depuis 2006, professeure associée en histoire de l’art contemporain européen à l’université Chuo (Tokyo). Intéressée par la question de la réception, de la reproductibilité et de la diffusion de l’image dans l’espace public et privé, elle est aussi chercheuse associée à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense en 2012-2013. Elle a récemment publié l’article « Jules Chéret et la critique d’art : de Roger Marx à Gustave Kahn », dans le catalogue de l’exposition La Belle Époque de Jules Chéret : de l’affiche au décor présentée en 2010 au Musée des Arts Décoratifs.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site