Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Troisième partie. De la musique à l'art social

Les plaisirs de la rue, une lecture de L’Esthétique de la rue

Thierry Paquot

Texte intégral

  • 1 Ireson, John Clifford, L’Œuvre poétique de Gustave Kahn (1859-1936), Paris, Nizet, 1962, qui note, (...)

1Dans toute l’œuvre imposante et variée de Gustave Kahn, L’Esthétique de la rue apparaît à plus d’un titre comme une exception. En effet, ce n’est ni un recueil de poèmes, ni un roman, ni un rassemblement d’articles que le talentueux revuiste aurait effectué, c’est à la fois un ouvrage d’histoire et un essai d’actualité, qui invite à embellir la ville, parfois avec presque rien. Parmi ses monographies de peintres ou ses essais sur l’art social ou les caricatures, cet ouvrage est certainement le plus volumineux (plus de trois cents pages) et malgré une construction thématique – qui pourrait laisser penser à un regroupement d’études autonomes, comme le suggère J. C. Ireson – il possède sa cohérence, comme nous allons le voir1.

2Avant d’entrer dans le contenu en suivant la table des matières et de porter une appréciation sur les idées qui y sont défendues, il convient d’indiquer une bizarrerie, que je n’ai pas pu élucider avec précision. La voici : dans de nombreux fichiers de bibliothèques et bibliographies, L’Esthétique de la rue a été édité par la Société d’Édition artistique, à Paris, en 1900. Or, mon exemplaire indique comme éditeur, Bibliothèque Charpentier/Eugène Fasquelle et comme date 1901. À mieux observer ce volume, je constate que les pages de garde, où figurent ces informations, ont été substituées à d’autres, certainement découpées. Le papier, du reste, n’est pas de même format et de même grammage et, avec le temps, sa couleur est différente des autres pages. Comme j’ai aussi vu un exemplaire d’origine avec une autre couverture, l’explication est vraisemblablement la suivante, le premier tirage non entièrement écoulé a été racheté par Charpentier et remis en vente.

3Pour en accompagner la sortie, Kahn en publie une présentation dans la revue Iris (mai 1900), sous le titre direct, « Mon livre, L’Esthétique de la rue », dans lequel il expose ses intentions : « La loi c’est d’aller vers la clarté, l’ordonnance d’un luxe sobre accessible à tous, vers un confort pour tous. L’architecture suit les règles de l’hygiène, et se subordonne au triomphe sur des idées socialistes. » Ainsi, associer la beauté à la rue revient à doter tous les citoyens d’un cadre de vie agréable et sain, à assurer une certaine égalité quant au confort urbain, à défaut de le promouvoir à l’échelle de chaque logement. Il s’agit bien là d’un combat politique qui s’inscrit dans sa conception du rôle social de l’art et des artistes.

Un essai rétro-prospectif

  • 2 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle éditeur, (...)

4Ce livre assemble deux parties inégales, la première est intitulée « La rue de jadis » (184 pages) et la seconde, « La rue d’aujourd’hui » (121 pages). L’évocation du passé s’effectue en huit tableaux, aux titres éloquents : « La Rue morte : Pompéï », « La Rue immobile : la Rue des Mille et une Nuits », « La Rue qui marche : les Canaux », « les Ponts », « Les Foires », « Devant l’Église et le Beffroi », « Les Places » et « Entrées de Rois ». La rue antique est animée, parfois coquine, les fontaines déversent sans répit leur eau rafraîchissante, il existe des sortes de passages « protégés » pour les piétons, l’architecture des villas est recherchée, certaines maisons possèdent d’originales fresques. Ce court chapitre est de facture banale et ses notations relèvent du lieu commun. Mieux senti est le suivant, qui porte sur la rue dans la ville arabe. Il est vrai que Gustave Kahn a séjourné plusieurs années en Tunisie et en Algérie, durant son service militaire et qu’il a emmagasiné des « choses vues ». Il reconstitue une ambiance urbaine calme, accueillante, sans discrimination. Les souks dégorgent de victuailles aux mille senteurs et de marchandises invraisemblables. Malgré l’animation des rues, l’oisiveté semble appartenir à cette culture, dont il apprécie la précipitation retenue. Il décrit ainsi la tombée du jour : « Pourtant, vers le soir, quand le soleil a décru, un peu après qu’il a déployé sur toute la ville blanche ses pourpres et ses étincelles mourantes en brefs incendies, c’est sur toutes les terrasses un pépiement d’oiseaux et de femmes ; c’est, plus le crépuscule s’avance, comme une rue aérienne2. » Belle image, que cette rue suspendue unissant les toits de ces maisons cubiques à l’ocre absorbant la lumière trop crue du soleil.

  • 3 Ibid., p. 40.
  • 4 Ibid., p. 45.
  • 5 Ibid., p. 116.

5Comme Kahn a aussi vécu en Belgique et visité la Hollande, sa connaissance des canaux est de première main. Il a cette judicieuse remarque : « Venise est un fait isolé, une ville qui s’est réfugiée sur des îlots, Amsterdam est un aboutissement3. » Plus loin, il décrit les façades architecturées de Bruxelles et constate que « l’or grimpe de l’enseigne surplombant la boutique4 ». Il apprécie les couleurs flamandes, ces gris épais qui contrastent tant avec la propreté blanche des intérieurs, aux cuivres étincelants, aux vitres nettoyées, aux légers rideaux de brume. Il s’attarde sur la fête donnée en l’honneur de Marie de Médicis lors de sa venue à Amsterdam, montrant que l’apparente austérité de ce peuple aventurier dissimule un goût prononcé pour la kermesse. Les rues se trouvent bêtes lorsqu’elles débouchent sur un fleuve, comme la Seine, à Paris. Heureusement, le pont réalise la transition et permet la continuité du tracé. L’auteur s’enthousiasme pour la vie du Pont-Neuf (décidé par Henri III, terminé sous Henri IV), car il y a de la vie, non seulement on y circule, mais on s’y rencontre, discute, négocie, admire le spectacle ordinaire de la ville. On s’y rend aussi pour les bouquinistes et autres vendeurs de libelles qui sont installés à son pourtour. Les foires rythmaient l’activité commerciale des villes et donc des rues. La transgression des règles morales et des interdits locaux se glissait entre deux étals, la foire c’est aussi un peu la fête (du reste, ne dit-on pas « faire la foire » ?) et Kahn semble quelque peu désolé de l’installation des boutiques, de la sédentarisation des marchands, de l’ouverture du grand magasin, et dépité, affirme : « Les Foires se meurent, elles sont mortes5. » Une page est tournée, admet-il et pour se consoler annonce le temps des Expositions.

6Les deux derniers chapitres historiques s’évertuent à faire revivre les fêtes urbaines, tant celles qui dépendent du calendrier liturgique que les laïques, produites par les guildes des marchands ou les édiles. Les ripailles avant le carême, les fêtes des fous, les carnavals, les défilés, les farandoles, les têtes qui tournent, les lendemains d’ivresse, etc. « La rue en France, observe-t-il, par toutes ces réjouissances populaires, fut gauloise, malicieuse, d’un esprit un peu gros, tel que celui qui enfanta nos fabliaux. » Quant à la place, elle résulte du marché, elle se déploie afin de permettre aux marchands d’exposer leurs produits. Puis, elle devient le lieu de rassemblement pour les parades, les défilés, et aussi les promenades. La place royale est nécessairement majestueuse et se pare d’innombrables décorations lors des festivités. Il en est de même lorsque le Roi visite « ses » villes, celles-ci se mettent en quatre pour le recevoir dignement et les témoignages abondent qui confirment la débauche de magnificence.

  • 6 Ibid., p. 185.
  • 7 Paquot, Thierry, « Le baron Haussmann, le mal-aimé ? », Paris-Haussmann, sous la direction de Jean (...)
  • 8 Kahn, Gustave, op. cit., p. 208.
  • 9 Ibid., p. 230.

7Arrive le Second Empire, et les travaux haussmanniens, que Kahn dénigre en arguant que les percées de nouvelles avenues sont d’ordre policier : « il lui fallait un Paris stratégique, un Paris facile à balayer de charges de cavalerie6 », nous savons depuis que cela n’est pas suffisant pour les qualifier7. Dans cette seconde partie, visant la période contemporaine, Kahn commence par décrire les rues imaginées par les utopistes, Charles Fourier à travers son disciple Tony Moilin, Edward Bellamy ou encore William Morris, et par les poètes Charles Baudelaire et Arthur Rimbaud. Ayant excité la fibre poétique du lecteur, il l’invite à se promener dans « la rue actuelle » à ses côtés. Il se félicite d’une nouvelle loi, qui vient minorer l’impact de l’alignement des façades et autorise les encorbellements, les bow-windows et autres saillies rythmant délicieusement les fronts bâtis. Il réclame davantage de fantaisie, afin d’égayer les constructions haussmanniennes, trop rigides, au garde-à-vous : « Sous le toit gris, sur la façade grise avec le très léger relief parfois de fausses colonnes, la maison étale son plastron impeccable ; comme une cravate et une ceinture se correspondant, deux balcons courent devant des fenêtres privilégiées8. » Il plaide pour la polychromie des vêtements féminins, qui procurent à la rue son cachet. Il vante la révolution affichiste, déclenchée par Chéret, Lautrec, De Feure ou encore Mucha, qui confère à la rue des allures de musées, éduque à la beauté, à l’art, le chaland, lui colorie l’existence. De même qu’il apprécie les vitrines aux installations esthétiques et les magasins aux enseignes subtilement dessinées, à la typographie recherchée. Il est convaincu que « le style d’une rue » dépend de deux éléments entrelacés : « l’architecture des façades, la proportion générale des bâtiments, secondement les agréments, les emblèmes, les enseignes9 ».

  • 10 Ibid., p. 240.

8Avec sa femme – mère d’une fillette – ils ont vécu plusieurs années à Bruxelles afin d’éviter les complications avec le père justement, et là Kahn a été émerveillé par les débuts de l’Art nouveau, les motifs floraux, les décorations élégantes, le respect du passé, les expérimentations audacieuses, bref la vie municipale bruxelloise permet cette cohabitation de styles, dans le respect des édiles éclairés, dont Charles Buls paraît être un excellent représentant. Ce bourgmestre atypique va créer un concours d’enseignes, militer pour « l’art de la rue », inciter les artisans à redoubler d’ingéniosité créatrice et les citoyens à s’initier à la beauté… C’est aussi là que Kahn découvre le rôle de la lumière dans la qualité du paysage urbain nocturne : « Sur les boulevards la lumière électrique donna un aspect incontestable d’appel de plaisir, un blanc rutilement d’hiver clair, joli, encourageant au bal, au théâtre10 ». La lumière vient compléter les parures dont se drape la ville, lorsqu’elle se vêt de ses habits polychromiques. Ce sont encore des architectes belges, Horta, Hankar, Van Waerbeghe, qui ont osé rompre avec l’uniformité en introduisant divers motifs.

  • 11 Ibid., p. 248.

La porte s’encadre en une décoration de pierre qui se volute et se termine au-dessus du linteau par une sorte de coupe en avancée sur laquelle repose la fenêtre supérieure, appartenant à l’escalier et qui semble une vérandah [sic] triangulaire ; cette vérandah est à sa cime recouverte par un chapiteau à pans infléchis vers la rue qui offre contre-partie de la ligne un peu ascendante du chapiteau qui la soutient11.

9Le déséquilibre, la fausse symétrie, le surprenant, l’enchevêtrement, l’irrégularité participent à la singularité d’un bâtiment et plus généralement au pittoresque de la rue. Des Anglais (Baillie Scott), des Français (Guimard, Plumet, Schoellkopf, Bonnier, etc.) s’y mettent et c’est tant mieux pour la diversité concourant à l’unité. Après la forme architecturale, Kahn s’inquiète des toits trop semblables et uniformes, du pavé de plus en plus pauvre, du métropolitain qui perce les trottoirs, de la bicyclette et de l’automobile de plus en plus envahissantes, et tout cela banalise la rue.

  • 12 Ibid., p. 306.

10Enfin, Kahn conclut son étude par une question : « Y a-t-il un art de la rue ? » Il répond positivement à son interrogation, tout en indiquant que cela n’est pas évident à accomplir car la chose exige une mobilisation des habitants et une politique des responsables, le tout lié au temps, qui accomplit lentement son œuvre. Avec finesse, il indique que la rue bénéficie de deux parures, l’une mobile, l’autre immobile : « La rue est ornée par sa parure immobile, façades, statues et par sa parure mobile, affiches, lumières, enseignes et styles particuliers des devantures de magasins. » Il constate que la parure immobile est moins gâtée en innovations que l’autre, mais que certains créateurs essaient de mêler harmonieusement différents matériaux (pierre, brique, fer, céramique, etc.) et contribuent ainsi à renouveler cette parure immobile. Kahn attend beaucoup du nouveau siècle qui pointe son nez en cette année 1900, tout en maugréant contre les ingénieurs occupés à leur architecture de fer et dont la Tour Eiffel « dresse la géante caricature ; symbole de non-beauté et de laideur inutile ». Plus loin, il s’en prend au gratte-ciel, qu’il accepte à New York et à Chicago mais non pour Paris, ville qui souhaite selon lui s’étendre et non pas se dresser, un peu à la manière de Londres et de Bruxelles, précise-t-il. Avec l’épanouissement de la démocratie, qu’il appelle de ses vœux, il est persuadé que l’esprit citoyen va laïciser les espaces (la publicité sera non plus exclusivement mercantile, mais aussi pédagogique ; les églises seront davantage discrètes et des fêtes républicaines prendront le pas sur les offices cultuels) et favoriser « un art de sobriété sans boursouflures et sans emphase12 ».

  • 13 Frey, Jean-Pierre, « Généalogie du mot “urbanisme” » et Courdroy de Lille, Laurent « L’urbanisme, (...)

11Kahn ignore qu’il rédige un des premiers traités d’urbanisme en langue française, il ne sait pas non plus que ce mot (« urbanisme ») n’apparaîtra qu’en 1910, et que l’écrasante majorité des élus, des fonctionnaires territoriaux, des militants politiques ne se préoccupe pas du tout de ce « bien commun » qu’est la rue, et encore moins de la ville13. Aussi n’est-il guère étonnant que cet ouvrage, sur bien des points pionnier, passe alors inaperçu.

Sources et influences

  • 14 Moilin, Tony, Paris en l’an 2000, présentation de Maurice Moissonnier, Lyon, Aléas, 1998.

12À lire attentivement ce texte de Kahn, à noter ses rares références bibliographiques ou à en deviner d’autres entre les lignes, une chose est sûre : il s’agit d’un travail solitaire et isolé. Solitaire, car il l’écrit visiblement sans en discuter avec des spécialistes (mais en existe-t-il ? les connaît-il ?) et en mobilisant ses souvenirs. Isolé, car ne s’inscrivant pas dans un quelconque débat et n’étant aucunement relayé par des institutions, telles l’École des beaux-arts ou l’École spéciale d’architecture. En fait, ce texte satisfait vraisemblablement une curiosité de l’auteur, qui fait le point pour lui-même sur un sujet rarement abordé, du point historique et sociologique. Parmi les auteurs qu’il cite fréquemment, deux dominent, Tony Moilin (1832-1871) et Charles Buls (1837-1914). Le premier est docteur et professeur de médecine (il a été l’enseignant de Paul Lafargue, le gendre de Karl Marx), militant de gauche, assassiné par les Versaillais lors de la Commune de Paris. En 1869, il publie Paris en l’an 2000, récit uchronique dans lequel est décrite la ville conquise par les socialistes, qui réorganisent aussi bien le travail, les relations sociales, l’éducation, le gouvernement, la vie quotidienne et, bien entendu, la ville14. La principale innovation en la matière est directement empruntée à Charles Fourier, la rue-galerie. Moilin écrit :

  • 15 Ibid., p. 9.

Les architectes s’acquittèrent on ne peut mieux de la mission qui leur était confiée. Au premier étage de chaque maison, ils prirent toutes les pièces donnant sur la rue et en démolirent les cloisons intermédiaires, puis ils ouvrirent de larges baies dans les murs mitoyens et ils obtinrent ainsi des rues-galeries qui avaient la largeur et la hauteur d’une chambre ordinaire et occupaient toute la longueur d’un pâté de constructions15.

13Par ce procédé, le piéton se promène sans aucun danger, la circulation reste au rez-de-chaussée, et sans craindre les intempéries, il est toujours protégé. Par ailleurs, et surtout, il rencontre des connaissances, peut s’arrêter discuter avec, dans un cadre digne d’un salon (canapés confortables, meubles artistiques, vitrines pleines de curiosités, peintures accrochées aux murs, aquariums, volières, candélabres, etc.). Évidemment, les décrotteurs, les cochers, les marchands de parapluie et même certains médecins sont mécontents, car leur clientèle va se réduire. Le gouvernement instaure également le principe de la maison-modèle.

  • 16 Ibid., p. 14.

On démolit donc aussitôt toutes les vieilles maisons mal construites, mal aérées et mal distribuées, et, sur leur emplacement, on bâtit des cités-modèles disposées de la manière suivante : chaque nouvelle construction forme un grand carré dont le milieu est vide et se trouve occupé par des cours et des jardins16.

14Au premier étage, la rue-galerie facilite le passage d’une maison-modèle à une autre. Comme on travaille moins dans cette société socialiste, on se distrait plus, on se préoccupe de sa toilette, de ses sorties, on se cultive et la rue-galerie devient un haut de sociabilité. C’est certainement cela qui enchante Kahn.

  • 17 Smets, Marcel, Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995.
  • 18 Sitte, Camillo, L’Art de bâtir les villes : l’urbanisme selon ses fondements artistiques, traduit (...)
  • 19 Sitte, Camillo, Der Städte-bau nach seinen künstlerischen Grundsätzen, Vienne, 1889.

15Quant à Charles Buls, il est l’auteur en 1893 d’une brochure, Esthétiques des villes, et en tant que maire de Bruxelles, redouble d’activité en matière d’amélioration de la voirie et en qualité de vie urbaine17. Très actif au niveau mondial – il se rend aux États-Unis et visite l’Europe – il offre un résumé des positions de Camillo Sitte et en fait son maître à penser. C’est étonnant que Kahn ne mentionne même pas ce nom. Camillo Sitte (1843-1903) a une double formation (médecine et architecture), il devient en 1883 directeur de la Staats-Gewerbeschule de Vienne et publie, en 1889, Der Städte-bau nach seinen künstlerischen Grundsätzen, qui va lui assurer une renommée internationale, lui attribuant l’invention du mot « urbanisme » en langue allemande, le néologisme « der Städtebau18 ». Sur ce point, Sitte est à dire vrai en concurrence avec Josef Stübben, auteur lui aussi d’un ouvrage ayant ce titre. Mais, incontestablement, le livre de Sitte va modifier la perception que de nombreux architectes et décideurs ont de la ville moderne en relation avec la ville historique ; les monuments, les places, les rues et leurs différents tracés. Sans aucune nostalgie, Sitte montre en quoi certaines formes urbaines anciennes sont encore agréables et qu’il convient de se méfier de la mode qui, trop souvent, favorise la nouveauté sur la pérennité. La rationalité, que la société industrielle encense, ne doit aucunement s’imposer dans la ville. Aussi, critique-t-il les voies rectilignes considérées, sans preuve, plus « efficaces » pour assurer la fluidité des véhicules, que la rue « ancienne » tortueuse. La disposition des places, la croisée des rues, l’alignement ou non des façades, la cohabitation de styles architecturaux, l’emplacement des statues, le rôle des ornements, la symétrie ou non, la composition ou non, tout cela mérite une réflexion argumentée et Camillo Sitte s’y emploie en interrogeant l’histoire et en expertisant les propositions de ses contemporains19. Charles Buls y puise mille idées qui, à ses yeux, améliorent, ce qu’on ne désigne pas encore sous ce nom, le confort urbain. Kahn aurait certainement partagé de nombreuses vues avec Sitte, mais il est inutile de réécrire une histoire qui n’a pas eu lieu. Ce n’est qu’en 1902, qu’un Suisse, Camille Martin (1877-1928) entreprend de traduire Camillo Sitte en français ; le résultat est, paraît-il, détestable : des paragraphes sont tronqués, des ajouts effectués, bref, c’est une embrouille qui servira pourtant de base pour les traductions russe (1925), espagnole (1926) et anglaise (1945), avant d’être plus fidèlement retraduit en chacune de ces langues.

  • 20 Magne, Émile, L’Esthétique des villes. Le décor de la rue – Le mouvement de la rue – Les cortèges (...)

16En France, la question urbaine n’est pas vraiment au goût du jour. Certes, depuis une quinzaine d’années on discute du trajet du métropolitain et de la démolition de la fortification Thiers (qui sera effectuée en 1919), mais c’est le logement insalubre qui pose problème. De plus, les déménagements à la cloche de bois ainsi que l’hygiène (peu d’habitations sont équipées de WC et le citadin se rend aux bains/douches publics) mobilisent les militants d’extrême gauche. Les Habitations à Bon Marché (HBM) ont enfin une loi (1894) et des institutions privées, comme le Musée social, se préoccupent du logement des plus démunis et, chemin faisant, aussi de la ville. Le Musée social enquête sur la garden city et se dote, en 1908, d’une Section d’hygiène urbaine et rurale, agitatrice d’idées et pourvoyeuse de propositions. Les ouvrages abordant ces problèmes sont rares ; en 1903, Eugène Hénard commence à publier ses Études sur les transformations de Paris ; en 1904, Georges Benoît-Lévy fait paraître La Cité-jardin (avec une préface de l’économiste coopérateur Charles Gide) ; en 1906, c’est au tour de J.-C. Nicolas Forestier de sortir Grandes villes et systèmes de parcs (grandement influencé par le paysagiste américain F. L. Olmsted), en 1908, paraît L’Esthétique des villes d’Émile Magne et en 1913, Nice, capitale d’hiver de Robert de Souza20.

  • 21 Magne, Émile, op. cit., p. 18.
  • 22 Ibid., p. 84.

17L’ouvrage d’Émile Magne est particulièrement bien documenté et n’hésite pas à polémiquer. Aussi, son auteur dénonce-t-il la formation des architectes, pas assez attentive à l’art, et recommande la lecture de L’Art de bâtir les villes de Camillo Sitte. Selon Magne, ce dernier « devrait être le bréviaire de tous les constructeurs21 ». Il applaudit aux propositions de Charles Buls exposées dans L’Esthétique des villes, en 1893. Il soutient les efforts de Louis Bonnier pour assurer la diversité des formes architecturales face à une législation uniformisante. Il s’étonne, avec une certaine bonhomie, des élucubrations d’Eugène Hénard, inventeur du rondpoint à sens giratoire et des voies superposées. Magne en vient à mentionner Kahn, à propos de l’affiche en ville22. Il abonde dans son sens en indiquant que :

  • 23 Ibid., p. 87.

Lorsque le sens des brasseurs d’affaires aura acquis assez de subtilité pour comprendre qu’une réclame insérée sur une affiche inesthétique n’attire pas l’attention du passant, nous n’aurons plus la tristesse profonde d’un contraste entre le pimpant tressautement d’un Chéret et la lourde salissure d’une représentation de roman populaire. L’affiche aura alors sa véritable portée mercantile et sociale23.

  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid., p. 89.
  • 26 Ibid., p. 317-350.

18De même, Magne est convaincu que « le magasin concourt, plus encore que l’affiche, à la polychromie de la rue depuis que le commerce et l’industrie se sont avisés de s’adjoindre, pour capter l’admiration du public, des artistes étalagistes qui disposent selon une ordination sévère et toujours renouvelée, les bibelots et les objets24 ». Plus loin, il affirme que « le magasin est l’âme ardente de la rue25 ». À la suite de Kahn, il vante les cortèges qui égaient la rue, les bazars, le fleuve et les canaux, les fêtes qui animent la ville. Il suggère même des cimetières ouverts à la vie, à la promenade et aux jeux des enfants, tout en respectant la tranquillité des morts… Le dernier chapitre de l’étude de Magne est consacré à « L’architectonique de la cité future26 », excellent prétexte pour côtoyer quelques utopistes tels que Cabet, Fourier, Tarbouriech, Morris, Zola, Moilin, Tarde et Wells. Je remarque que Magne et Kahn apprécient la rue-galerie de Fourier et Moilin ainsi que le roman utopique de Zola, Travail, paru en 1901. Si l’ouvrage de Magne paraît plus complet que celui de Kahn, c’est principalement en raison de sa date de rédaction, car il peut bénéficier des travaux publiés depuis la sortie de L’Esthétique de la rue.

19La monographie sur Nice de Robert de Souza est d’une autre facture. C’est un ouvrage plus ambitieux qui représente un véritable manuel d’urbanisme, mêlant judicieusement l’histoire urbaine aux prospectives d’un développement urbain régional. Très documentée – il faut savoir que l’auteur est membre de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social –, cette enquête se veut aussi un plaidoyer pour une ville amène, hospitalière, à l’urbanisme ordinaire de qualité. L’auteur analyse de manière comparative de nombreux plans d’urbanisme (Cerdà, Prost, Jaussely, etc.) et montre un sens acéré de la critique argumentée. Sa solide bibliographie renvoie à Sitte, Buls, Benoît-Lévy, Forestier, Stübben, Risler, Rey, tout en ignorant Kahn et Magne, or, je soupçonne que l’auteur les connaît. Parlant de la rue, il évoque par exemple le rôle esthétique de l’affiche, de l’éclairage, des arbres et plaide pour des rues adaptées au relief et au climat – c’est-à-dire à la plus ou plus grande exposition au soleil.

20Ces trois littérateurs, Kahn, Magne et de Souza, sont des poètes post-mallarméens, qui ont écrit sur le rythme. Je ne peux m’empêcher, malgré des œuvres différentes, de trouver un air de famille à leurs travaux et suis persuadé qu’il y a là une piste fructueuse pour une étude géohistorique des idées en urbanisme. En effet, que trois ouvrages sur la ville – alors que les professionnels ne produisent rien à cette époque – proviennent de poètes et de poètes préoccupés par la rythmique, cela mérite, à coup sûr, une étude spécifique, sachant à quel point le rythme est important en architecture et en urbanisme.

21Avant de quitter Kahn, qui ne reviendra plus sur la question urbaine dans ses autres publications, je dois constater, sans pouvoir l’expliquer, que les professionnels de la ville (urbanistes, architectes, élus, fonctionnaires territoriaux, géographes, sociologues, enseignants-chercheurs) dans leur écrasante majorité, n’ont jamais lu cet ouvrage, pourtant éclairant et combatif. Et si nul n’est prophète en son pays, comme dit l’adage populaire, Kahn est élogieusement mentionné dans Vecchie città ed edilizia nuova que publie en 1931 Gustavo Giovannoni (1873-1947). Ce dernier écrit :

  • 27 Giovannoni, Gustavo, L’Urbanisme face aux villes anciennes, traduit de l’italien par Jean-Marc Man (...)

Cette suprématie d’un rationalisme aride et boiteux a malheureusement coïncidé avec une période de stérilité et d’hésitation dans l’art. Comme l’a bien dit Gustave Kahn, le XIXe siècle, malgré les progrès qu’il a fait faire au livre, au théâtre, à la peinture et au drame musical, a manqué d’un style propre en architecture et en décoration ; on peut le dire aussi de l’aménagement urbain, qui est l’architecture des grandes masses, dont il combine les éléments dans l’espace. Ce qui a manqué, en effet, c’est l’unité spirituelle, seule capable d’engendrer la capacité de synthèse27.

22Gustave Kahn ou l’esthétique dans la rue, pour la rue, par la rue, de la rue, comme un supplément d’âme.

Notes

1 Ireson, John Clifford, L’Œuvre poétique de Gustave Kahn (1859-1936), Paris, Nizet, 1962, qui note, p. 445, qu’« On dirait d’abord que Kahn aurait réuni des pages éparpillées dans les revues ou qu’il se serait borné à développer des décors esquissés dans des romans ou des contes. »

2 Kahn, Gustave, L’Esthétique de la rue, Paris, Bibliothèque Charpentier, Eugène Fasquelle éditeur, 1901, p. 34. L’ouvrage a fait l’objet d’une réédition par l’auteur du présent article (Gollion, Infolio éditions, 2008). En revanche, la pagination des citations qui suivent renvoie à l’édition originale.

3 Ibid., p. 40.

4 Ibid., p. 45.

5 Ibid., p. 116.

6 Ibid., p. 185.

7 Paquot, Thierry, « Le baron Haussmann, le mal-aimé ? », Paris-Haussmann, sous la direction de Jean des Cars et Pierre Pinon, Paris, Picard, 1991.

8 Kahn, Gustave, op. cit., p. 208.

9 Ibid., p. 230.

10 Ibid., p. 240.

11 Ibid., p. 248.

12 Ibid., p. 306.

13 Frey, Jean-Pierre, « Généalogie du mot “urbanisme” » et Courdroy de Lille, Laurent « L’urbanisme, entre langue spécialisée et langue courante », Urbanisme, no 304, janvier/février 1999.

14 Moilin, Tony, Paris en l’an 2000, présentation de Maurice Moissonnier, Lyon, Aléas, 1998.

15 Ibid., p. 9.

16 Ibid., p. 14.

17 Smets, Marcel, Charles Buls. Les principes de l’art urbain, Liège, Mardaga, 1995.

18 Sitte, Camillo, L’Art de bâtir les villes : l’urbanisme selon ses fondements artistiques, traduit de l’allemand par Daniel Wieczorek et préface de Françoise Choay, Paris, Les Éditions de l’Équerre, 1980. Lire également : Collins, George R. et Collins, Christiane C., Camillo Sitte : The Birth of Modern City Planning, New York, Random House, 1965 et Monteiro De Andrade, Carlos Roberto, « Le pittoresque et le sanitaire : Sitte, Martin Brito, traductions et métamorphoses de savoirs professionnels (1889-1929) », Genèses, no 22, mars 1996, p. 64-86.

19 Sitte, Camillo, Der Städte-bau nach seinen künstlerischen Grundsätzen, Vienne, 1889.

20 Magne, Émile, L’Esthétique des villes. Le décor de la rue – Le mouvement de la rue – Les cortèges – Marchés, bazars, foires – Les cimetières – Esthétique de l’eau – Esthétique du feu – L’architectonique de la cité future, Paris, Mercure de France, 1908, réédition en 2012 chez Infolio, avec une introduction de Thierry Paquot et De Souza, Robert, Nice, capitale d’hiver, Paris, Berger-Levrault, 1913. Sur une mise en perspective de la naissance de l’urbanisme, voir Paquot, Thierry, « Le XXe siècle, de la ville à l’urbain », Urbanisme, no 309, novembre-décembre 1999.

21 Magne, Émile, op. cit., p. 18.

22 Ibid., p. 84.

23 Ibid., p. 87.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 89.

26 Ibid., p. 317-350.

27 Giovannoni, Gustavo, L’Urbanisme face aux villes anciennes, traduit de l’italien par Jean-Marc Mandosio, Amélie Petita et Claire Tandille, introduction de Françoise Choay, Paris, Le Seuil, 1998, p. 92 et suiv.

Auteur

Philosophe de l’urbain, Thierry Paquot est professeur des universités à l’Institut d’urbanisme de Paris/UPEC. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, tant sur la géohistoire des idées urbaines que sur les utopies et l’écologie temporelle. Éditeur de la revue Urbanisme, il a récemment publié L’Espace public (La Découverte, 2009), L’Urbanisme c’est notre affaire ! (L’Atalante, 2010) et, avec Chris Younès, Philosophie de l’environnement et milieux urbains (La Découverte, 2010). Il a notamment réédité, chez Infolio, L’Esthétique de la rue de Gustave Kahn et L’Esthétique des villes d’Émile Magne.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site