Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gustave Kahn

 | 
Françoise Lucbert
, 
Richard Shryock

Avant-propos

Françoise Lucbert et Richard Shryock

Texte intégral

Frères Prillot, Portrait de Gustave Kahn, s.d. [vers 1920 ?], tirage argentique sur papier.
Ancienne collection Gustave Kahn. Photographe Christophe Foin © Mahj.

  • 1 Françoise Lucbert a étudié la critique d’art de Kahn dans sa synthèse sur la critique d’art symbol (...)

1Le présent ouvrage émane d’un travail de longue haleine amorcé depuis douze ans en vue de réaliser une étude monographique sur Gustave Kahn. Nous avions, dès les premières esquisses du projet, eu l’idée d’une entreprise interdisciplinaire, chacun de nous deux ayant au préalable rencontré cet auteur dans nos univers respectifs : l’une, du point de vue de l’histoire de l’art et à l’occasion de ses recherches sur la critique d’art ; l’autre, grâce à ses travaux sur la fin du XIXe siècle qui croisaient le champ littéraire et la sphère politique1. Souhaitant réunir les perspectives issues de nos différentes disciplines, nous avions imaginé un projet scientifique articulé en trois temps : la réalisation de l’exposition Gustave Kahn, écrivain symboliste et critique d’art, qui fut présentée du 24 octobre 2006 au 28 janvier 2007 au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, à Paris ; l’organisation d’un colloque international, qui se tint au même endroit et sous le même titre les 23 et 24 novembre 2006 ; la publication d’un ouvrage qui devait compenser l’absence d’un catalogue d’exposition, tout en réunissant les contributions les plus significatives prononcées lors du colloque.

2Le but de ce projet tripartite était d’offrir une vue d’ensemble sur un écrivain connu de tous les spécialistes du symbolisme, mais qui demeurait malheureusement méconnu du grand public. Il nous semblait important de révéler les multiples facettes de cet auteur polyvalent et prolifique dont nous avions pu entrevoir la complexité au fil de nos recherches en archives. L’œuvre de Kahn présente encore aujourd’hui un intérêt indéniable, notamment en raison de son caractère multiforme. En effet, si le poète a joué un rôle significatif aux beaux temps du symbolisme, son influence dépasse largement le domaine littéraire puisqu’il a su être fondateur et animateur de revues, critique d’art, romancier, conteur, chroniqueur, préfacier, soutien aux artistes, musicien, homme de gauche convaincu et intellectuel juif engagé.

3L’exposition retraçait, par six grandes sections conçues à la fois chronologiquement et thématiquement, les moments décisifs d’un parcours plutôt atypique : « De l’enfance lorraine à l’avant-garde parisienne », « L’écrivain symboliste », « De l’impressionnisme au cubisme », « L’ami des arts et des artistes », « Un intellectuel dans son temps » et « L’inscription dans la culture juive ». Un ensemble de manuscrits (inédits, pour la plupart), ouvrages, revues, correspondances et photographies situait l’auteur au cœur de son contexte culturel et social. L’exposition montrait également des peintures, sculptures, dessins et gravures d’une trentaine d’artistes dont les œuvres furent commentées ou collectionnées par Kahn. Parmi ceux-ci figuraient Jules Chéret, Maurice Denis, Tsugouharu Foujita, Othon Friesz, Max Liebermann, André Lhote, Maximilien Luce, Jacqueline Marval, Henri Matisse, Camille Pissarro, Jean Peské, Georges Seurat, Paul Signac, Théophile-Alexandre Steinlen et Suzanne Valadon.

4Le colloque Gustave Kahn, écrivain symboliste et critique d’art a accueilli une vingtaine de communications sur l’apport de l’écrivain et sur les rapports qu’il entretenait avec ses contemporains. Le personnage a été abordé sous plusieurs angles, de façon à mettre en valeur plusieurs aspects de cette riche personnalité. Les principaux furent la création littéraire, la théorie du vers libre, la critique de l’art progressiste, la pensée urbanistique, l’idée d’art social, les convictions socialistes, la question de l’identité juive. Nous exprimons notre gratitude aux participants de ce colloque. Tous ont fourni des communications de grande qualité qui ont permis de dresser un portrait particulièrement vivant de la figure de Kahn. Nous regrettons toutefois de ne pas avoir pu publier l’ensemble des textes présentés en cette occasion. À ce titre, le présent volume ne constitue pas les Actes de ce colloque. Quelques contributions ont dû être écartées, d’autres ont été considérablement amendées, alors que plusieurs se sont ajoutées.

  • 2 Un colloque sur Gustave Kahn a eu lieu à la Sorbonne en 2005, permettant une première étude collec (...)

5Si la préparation du livre a finalement été plus longue que prévu, le recueil que l’on va lire a bénéficié d’un recul appréciable dans la mesure où il aura permis, d’une part, de tenir compte des recherches récentes sur une période passionnante de l’histoire littéraire2, d’autre part, de développer une vision plus précise de l’auteur, centrée sur son engagement artistique et social. L’ouvrage, qui ne prétend pas être exhaustif, sert deux objectifs principaux. Il vise d’abord à rendre compte de la variété et de l’importance des contributions de Gustave Kahn. En second lieu, il s’attache à démontrer une cohérence profonde entre des activités qui pourraient sembler éloignées. Pour Kahn, création artistique et vie intellectuelle étaient intimement liées. Aussi, défendait-il l’idée de la responsabilité du poète – et donc la sienne – au sein de la société. Sa voix devait se faire entendre pour assurer l’émancipation de l’humanité, comme Kahn le soutenait dans son ode à Diderot :

  • 3 Cette ode fut publiée par Gustave Kahn en 1902 dans le journal rationaliste et anticlérical La Rai (...)

Le Verbe de l’artiste et sa débile parole
son faible son de voix qu’étoufferait un bourreau
monte, s’enfle, et tonnant, surmontant les frivoles
caquets des royautés, des parlements et des clergés
déploie, sur les grands mâts de triomphe, les banderoles
Et l’encre et le papier du vieux manuscrit,
la lueur de la lampe qui dora les travaux
de l’écrivain, demain, c’est le jour et la nuit
et c’est le phare et le flambeau3.

6Nous n’aurions pu mener ce projet à terme sans le remarquable soutien du personnel du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. Merci d’abord à son ancienne directrice, Laurence Sigal, pour avoir accueilli favorablement nos premières propositions et pour avoir accepté de confier aux deux outsiders que nous étions le commissariat scientifique de cette exposition un peu particulière ainsi que l’organisation du colloque l’accompagnant. Nous exprimons surtout notre reconnaissance à Isabelle Pleskoff, responsable de la médiathèque, pour avoir assuré l’organisation matérielle de l’exposition avec autant de compétence et de sensibilité ; en outre, elle a considérablement enrichi le projet initial par ses nombreuses idées et elle nous a permis d’intégrer plusieurs aspects inédits sur l’auteur, en particulier son rôle au sein du milieu culturel juif parisien, sans jamais se limiter à une approche communautariste. Nous adressons un merci spécial à Philippe Boukara qui a documenté des pans essentiels de l’évolution personnelle et intellectuelle de Kahn, tout en contribuant à la conception même de l’exposition. C’était en effet là notre principal défi : proposer le portrait le plus complet de l’auteur, et donc accorder la part qui devait lui revenir à chacun des aspects saillants de son œuvre et de sa vie. Nous remercions Alain Choukroun, graphiste pour l’exposition et le programme du colloque, Virginie Michel, stagiaire à l’époque de la préparation de l’exposition, de même que l’équipe technique et le personnel de la conservation. Nous remercions aussi Corinne Bacharach, responsable de la communication et de l’auditorium, dont l’aide fut cruciale pour organiser le colloque. Merci enfin au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme pour son autorisation à publier certaines photographies réalisées par Christophe Foin.

7Nous remercions chaleureusement les auteurs de cet ouvrage pour leurs découvertes, leur rigueur, leur confiance, leur patience, leur amitié. Plusieurs autres chercheurs nous ont aidés à préciser des aspects de la carrière et/ou de l’œuvre de Gustave Kahn à des stades divers de l’évolution du projet. Sans pouvoir tous les nommer, nous saluons Jean-Paul Bouillon, Xavier Deryng, Carole Furmanek, Knut Helms, Constance Naubert-Riser, André Papillon, Christian Phéline, Wolfgang Sabler, Julien Schuh, Marie-Brunette Spire, Fabienne Stahl, etc. Sharon Johnson a été une fidèle collaboratrice en même temps qu’une complice précieuse. Merci à Catherine Krahmer, Renéo Lukic, Thierry Petit et François Robichaud pour avoir relu, corrigé ou revu des textes du volume. Clément Le Priol et Patricia Perrin ont assuré l’uniformisation et l’édition des textes avec vigilance ; qu’ils soient remerciés.

8Plusieurs organismes ont contribué à la réalisation du projet sur la longue durée. Tout d’abord, au sein de nos universités respectives, nous remercions le département d’histoire de l’université du Maine, le département d’histoire de l’université Laval, ainsi que le College of Liberal Arts and Human Sciences de la Virginia Polytechnic Institute & State University. Trois centres de recherches ont fourni une aide appréciable à différentes étapes du projet. Nous tenons à en remercier personnellement les directeurs car ils ont encouragé nos travaux avec enthousiasme : Jean-Marie Constant, puis Laurent Bourquin, au laboratoire d’histoire anthropologique de l’université du Maine (LHAMANS) ; Annie Antoine, professeure à l’université Rennes 2, qui dirige le centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO) – UMR CNRS no 6258 ; Thierry Belleguic, puis Sabrina Vervacke, au centre interuniversitaire de la République des Lettres (CIERL), basé à l’université Laval. Nous avons par ailleurs reçu l’aide de Pierre Jugie, conservateur en chef des Archives nationales, Jean-Michel Nectoux, ancien conseiller scientifique à l’Institut National d’histoire de l’art (INHA), Yves Chevrefils Desbiolles, responsable des fonds artistiques à l’Institut mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), Anne Pingeot, conservateur honoraire au Musée d’Orsay, et Stéphane Guégan, ancien chef du service culturel du même établissement. Nous remercions également Estelle Gaudry pour nous avoir donné accès à des documents conservés au Musée des lettres et des manuscrits.

9Enfin, notre travail n’aurait jamais été possible sans la collaboration constante et bienveillante des descendants de Gustave Kahn qui ont si souvent mis à notre disposition les papiers, livres et œuvres d’art ayant appartenu à l’écrivain. Nous leur exprimons notre plus vive gratitude. Nous remercions tout particulièrement Sylvia Karpman-Boutet pour sa disponibilité et sa patience. Merci également à Francis Karpman-Boutet et à Isabelle Auriach pour leur aide, à divers stades de ce projet. Nous tenons surtout à rendre un hommage appuyé à Jacques Karpman-Boutet, disparu en juillet 2011, qui a tant fait pour conserver et honorer la mémoire de son grand-père. Il a été notre plus indéfectible soutien au fil des ans. Ayant à cœur de mieux faire connaître Gustave Kahn et son œuvre, il nous a révélé des pans essentiels de la vie et de la personnalité de l’écrivain. Il nous accueillait avec beaucoup d’enthousiasme et nous a toujours démontré sa chaleur, son humanité et sa générosité. Nous lui dédions ce livre avec émotion.

Notes

1 Françoise Lucbert a étudié la critique d’art de Kahn dans sa synthèse sur la critique d’art symboliste, Entre le voir et le dire. La critique d’art des écrivains dans la presse symboliste en France 1882-1906, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005. Richard Shryock, outre ses travaux sur la dimension politique du symbolisme littéraire, a publié une partie de la correspondance à Gustave Kahn : Lettres à Gustave et Rachel Kahn (1886-1934), Saint-Genouph, Nizet, 1996. Il avait auparavant réédité les Odes de la Raison, suivies de « La Délivrance », Paris, Au Fourneau, collection noire, 1995.

2 Un colloque sur Gustave Kahn a eu lieu à la Sorbonne en 2005, permettant une première étude collective autour de son œuvre. Il a été publié en 2009 aux Éditions Classiques Garnier sous la direction de Sophie Basch.

3 Cette ode fut publiée par Gustave Kahn en 1902 dans le journal rationaliste et anticlérical La Raison ; rééd. Shryock 1995, p. 29-30.

Table des illustrations

Légende Frères Prillot, Portrait de Gustave Kahn, s.d. [vers 1920 ?], tirage argentique sur papier.Ancienne collection Gustave Kahn. Photographe Christophe Foin © Mahj.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/56163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 281k

Auteurs

Professeure d’histoire de l’art au Département d’histoire de l’université Laval. Elle a organisé avec Richard Shryock l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Auteure d’ouvrages et d’articles sur le symbolisme et le cubisme, elle a publié la synthèse Entre le voir et le dire. La critique d’art dans la presse symboliste en France de 1882 à 1906 (2005) et dirige une collection sur la critique d’art aux Presses universitaires de Rennes. Elle a assuré le commissariat scientifique d’expositions pour des musées en France, en Espagne et en Chine : La Section d’or 1912-1920-1925 (2000), Roger de La Fresnaye (1885-1925). Cubisme et tradition (2005) et Avion, aviateur, aviation. Cent ans de fascination pour la conquête de l’air (2008).
Professeur de littérature française aux États-Unis (Virginia Polytechnic Institute and State University – Virginia Tech). Il est l’auteur de deux ouvrages, dont un recueil de lettres reçues par Gustave et Rachel Kahn entre 1886 et 1934 (Nizet, 1996). Son « Archive virtuelle Gustave Kahn » met en ligne une grande partie de cette correspondance restée inédite. Il a organisé avec Françoise Lucbert l’exposition et le colloque Gustave Kahn (1859-1936), écrivain symboliste et critique d’art au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme à Paris. Il a publié plusieurs articles sur la politique du mouvement symboliste et il termine une monographie sur ce sujet. Publication récente : « Des vers anarchistes ? », Le Vers libre dans tous ses états. Histoire et poétique d’une forme (1886-1914), sous la direction de Catherine Boschian-Campaner, L’Harmattan, 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site