Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Troisième partie. Documents inédits

Notes sur Leconte de Lisle et son œuvre1

Frédéric Plessis

Texte intégral

  • 1 Sous la cote F PLE 4-52, le fonds Frédéric Plessis de la bibliothèque municipale de Brest conserve (...)

1Vers 1853, le Romantisme avait donné sa mesure, il s’anémiait. C’était le commencement de l’Empire, et par conséquent de l’exil de V[ictor] Hugo. On attendait autre chose.

2Alors il y avait une renaissance du XVIIe siècle, avec Ponsard par exemple. Mais Ponsard s’attardait trop dans le passé, et il n’avait [pas] un grand talent. Quelques talents isolés, comme Louis Bouilhet. Mais pas de groupe.

3C’est alors qu’apparut le Parnasse, qui fut un peu une réaction, en même temps qu’une suite du Romantisme, puisqu’il a en même temps la perfection antique et le lyrisme moderne. Il se présente comme revenant à Racine et à Chénier, bien que les Romantiques eussent déclaré Chénier leur maître. (Il est vrai que sous ce nom de Romantiques on désigne des gens si différents, Hugo et Musset !) Le groupe du Parnasse fut d’abord représenté par de grands poètes : Th[éophile] Gautier, Th[éodore] de Banville, Leconte de Lisle et Baudelaire. Et leurs élèves furent les Parnassiens.

Lec[onte] de Lisle eut le premier rang et fit le plus d’impression sur le public.

  • 2 Leconte de Lisle est né à Saint-Paul, sur l’île Bourbon, le 22 octobre 1818, et mort à Louveciennes (...)

Ch[arles] Leconte de Lisle, 1820-18942, de famille bretonne, né à l’île Bourbon. De là ses souvenirs, peut-être sa plasticité.

Jeune homme et étudiant, il vint à Dinan, puis à Rennes.

  • 3 José-Maria de Heredia fut élu au quatrième fauteuil de l’Académie française le 22 février 1894, alo (...)

† 1894. Son fauteuil est occupé par Heredia3.

  • 4 Les Poëmes antiques de Leconte de Lisle ont été publiés pour la première fois à Paris, chez l’édite (...)

Œuvres : Poèmes antiques. 1853 ou 54 chez Poulet-Malassis4. Puis 1874 Lemerre.

  • 5 Dans son Histoire de la littérature française (op. cit., p. 1036, n. 2), Gustave Lanson date en eff (...)

Poésies barbares 1862 (Lanson donne 1859, mais 1862 ne paraît pourtant pas être une réédition5) chez Poulet-Malassis. 1872 chez Lemerre.

Poèmes tragiques 1884. Chez Lemerre.

  • 6 Les Derniers Poèmes de Leconte de Lisle, publiés par les soins d’André de Guerne et de José-Maria d (...)
  • 7 Cette indication permet de dater approximativement les notes de Plessis sur Leconte de Lisle de 190 (...)

Derniers Poèmes 1895 (Charpentier-Fasquelle6 ?), œuvre de jeunesse sans valeur, publiée malgré Mme Leconte de Lisle, d’où procès où celle-ci eut quelques milliers [de francs d’indemnités] dernièrement7.

  • 8 La publication des « Papiers et correspondance de la famille impériale » dans Le Temps le 30 septem (...)

Traductions : Homère (Iliade 1867 et Odyssée 1868, à la suite desquels il reçut des Tuileries une pension de 3 000 ou 4 000 francs sur la cassette particulière de l’Empereur8).

Hésiode et Théocrite 1869.

Eschyle 1872.

Sophocle 1877.

Euripide 1884.

  • 9 Les Œuvres d’Horace traduites par Leconte de Lisle ont été publiées chez Lemerre en 1873 et réédité (...)

Horace, vers la même époque9.

Toutes chez Lemerre.

Édition de ses œuvres complètes, in-8° : Lemerre, et id., pet. in-12.

4Le fait que Leconte de Lisle est un Parnassien réagissant contre les Romantiques, ou plutôt sa fréquentation de l’Antiquité, de la poésie antique, qui est objective, le fait se détacher de lui-même plus facilement que V[ictor] Hugo, Vigny. Dans V[ictor] Hugo, la personnalité déborde l’œuvre ; quant à Vigny, il est un symboliste.

  • 10 « Vous avez immolé en vous l’émotion personnelle, vaincu la passion, anéanti la sensation, étouffé (...)

5Mais Lec[onte] de Lisle est quand même un Élégiaque. Alexandre Dumas exagérait lorsque, le recevant à l’Académie, il lui disait : « Une seule fois vous vous êtes mis en scène et vous avez parlé de vous10. » Dans une vingtaine de pièces, au contraire, il donne des détails précis sur son enfance, surtout dans ses Poèmes barbares.

  • 11 Cette liste, annoncée sur le feuillet numéroté 4, figure sur le feuillet 4 bis rédigé à l’encre noi (...)

6Liste11.

« La Fontaine aux lianes »

« La Ravine Saint-Gilles »

« Le Manchy »

« Si l’aurore »

« L’Illusion suprême »

« L’Aurore » [biffé]

« Ultra cœlos »

« Requies »

« Le Dernier Souvenir »

  • 12 Aucun poème de Leconte de Lisle ne porte ce titre. Plessis songe très certainement à « La Dernière (...)

« La Mort du soleil12 »

et bien d’autres.

  • 13 Phrase sans doute inachevée. Plessis voulait peut-être rappeler que « La Dernière Vision » parut po (...)

« Le Dernier Souvenir » à coup sûr n’est pas impersonnel : à lire. « La Mort du soleil » (le dernier parut [sic]13).

7Il a passé longtemps pour étranger à son époque. Il est bien de son temps, au contraire, quand il met les religions toutes sur le même pied, en dehors de ses sympathies pour le paganisme. Ici encore je rappellerai « Hypatie » bien que par moments il parle du christianisme avec un certain attendrissement (« Le Nazaréen ») : c’est qu’il sent le christianisme peut-être prêt de finir, et alors il en éprouve de la sympathie comme pour tout ce qui passe. C’est aussi que certains côtés du christianisme lui plaisaient, la pureté morale et l’austérité : Leconte de Lisle est un poète chaste, il met en pratique les principes qu’il admire au moins pendant la plus grande partie de sa vie (fin de « Djihan-Arâ »).

  • 14 Plessis fait vraisemblablement référence à « La Maya », le dernier des Poèmes tragiques, qui évoque (...)

8Il est frappé, comme les philosophes grecs, comme les Indiens, comme beaucoup de contemporains, de la mobilité des formes. La succession des empires lui paraît une sorte d’immense kaléidoscope, des formes fugitives, à peine réelles, sans importance. V[oir] Maya14.

9Il y a chez lui une beauté plastique frappante. Il a quelque chose de sculptural : exemple, « Héraklès au taureau » – plutôt que de pictural, comme par exemple V[ictor] Hugo. Pour ma part, j’aime mieux cela. Sa forme est parfaite, toujours des beaux vers, et cela n’est pas fatigant, puisque cela est beau, et cela est plus artistique et esthétique. On a, il est vrai, un peu exagéré sa perfection de forme, tantôt en l’en louant, tantôt surtout en l’en blâmant, en le critiquant. Trop de travail, a-t-on dit. – Non, facilités au contraire ; [il] ne se corrigeait pas, sinon pour remplacer Apollon par Apollôn. Quant aux concessions de métrique qu’on a vues dans son œuvre, il reconnaissait que ce ne sont que négligences.

10Humaniste très distingué. On lui a reproché de traduire le grec à travers le latin (de la collection Didot…). À remarquer cependant que sa traduction d’Horace est la moins bonne. Ce qu’il y a de vrai, c’est que son exactitude est exagérée. Il fait des contresens avec son système. Mais il donne à ses traductions une couleur qui n’est peut-être pas celle du modèle, mais qui répond assez à l’idée que l’on se fait ou que l’on aime à se faire du grec et qui en tout cas est d’un grand styliste. Il disait qu’il avait écrit ses traductions pour s’amuser.

11Il est certain que le chef de l’école parnassienne ne pouvait [pas] ne pas être un érudit et un styliste.

12En somme, il se replace donc très bien dans son époque, car il arrive au bon moment, quand on a eu en quelque sorte besoin de lui. Il objective le lyrisme des romantiques ; et en même temps [il est] assez personnel pour qu’on le retrouve, lui et sa vie, dans ses vers. Cependant sa philosophie donne à son œuvre quelque chose de triste et de desséchant, ce qui n’empêche que l’on y trouve, dans certains coins, de la tendresse et presque de la passion, sous une ampleur magnifique d’images[,] et des émotions discrètes mais profondes. Épatant !

  • 15 Les citations qui suivent sont en effet extraites de la seconde édition des Poèmes barbares, publié (...)

13Poèmes barbares, 1872, Lemerre15.

14p. 37, « L’Ecclésiaste » :

  • 16 Premier tercet du sonnet « L’Ecclésiaste », p. 37 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872. Le v. (...)

Vieil amant du soleil, qui gémissais ainsi,
L’irrévocable mort est un mensonge aussi :
Heureux qui d’un seul bond s’engloutirait en elle16 !

15(Cf. Virgile, Géorg[iques], II, 4, 490 (songeant à Lucrèce) :

  • 17 Plessis cite un extrait des v. 490-492 du quatrième livre des Géorgiques (« Heureux qui put fouler (...)

Felix qui [potuit mot biffé]…
…metus omnes et inexorabile fatum
Subjecit pedibus strepitumque Acherontis avari17 !)

16[p. 245, « Le Vent froid de la nuit », p. 245 : biffé]

17p. 219, « Ultra cœlos », à la fin :

  • 18 Dernier quatrain d’« Ultra cœlos » (v. 56-60), p. 219 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872. L (...)

À de lointains soleils allons montrer nos chaînes,
Allons combattre encor, penser, aimer, souffrir,
Et, savourant l’horreur des tortures humaines,
Vivons, puisqu’on ne peut oublier ni mourir18.

18p. 231 :

  • 19 Citation des vers 9 et 14 du poème « Aux morts », p. 231 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872

Ô lugubres troupeaux des morts, je vous envie…
…si la grande nuit vous garde tout entiers19 !

19p. 240, « Les Spectres » :

  • 20 Cinquante-deuxième et dernier vers du poème « Les Spectres », recueilli dans les Poèmes barbares en (...)

Oui ! le dogme terrible, ô mon cœur ! a raison20.

[Autre série de notes]

Leconte de Lisle.

Dates

Époque

Philosophe (pessimisme, formes passantes)

Peintre

Après V[ictor] Hugo, Lamartine

honte de la personnalité

il n’est pourtant pas impersonnel

ne parle pas trop au style direct

veut objectiver le sentiment lyrique

Philosophe pessimiste, ne croyant pas au bonheur, ne s’intéressant qu’aux formes tout à fait passantes de l’être et surtout des religions.

Peintre : emploi de mots sonores

Plasticité

forme impeccable, merveilleuse

grand artiste en vers, moins inspiré que V[ictor] Hugo, plus irréprochable : rappelle un peu Malherbe, ouvrier difficile, patient, d’un art consommé.

  • 21 Les six « Chansons écossaises » de Leconte de Lisle ont toujours fait partie des Poèmes antiques, n (...)

guère de mélodies légères (sauf « Chansons écossaises » dans les Poèmes barbares21).

surtout alexandrins. Aime les formes pleines, amples, majestueuses.

Sculpteur, ciseleur, ami de la forme, horreur des négligences, s’attache à la perfection, donnant même quelquefois [une] impression de labeur ; moins coulant que Lamartine, moins exubérant que Victor Hugo.

Labeur d’ailleurs satisfaisant : on n’est pas déçu à le lire.

  • 22 Alfred de Vigny, Les Destinées, « La Maison du berger », III, v. 308 : « Aimez ce que jamais on ne (...)

S’il ne s’émeut que peu sur lui, [il s’émeut] beaucoup du moins sur l’humanité. Nostalgie des époques reculées, barbares, grecque, latine, etc. – pour « ce que jamais on ne verra deux fois » comme dit Vigny22.

Tristesse à sa base plus voisine qu’il ne le croyait du romantisme.

Dans sa religion du Nirvana, quelque chose d’analogue à la tristesse sans remède, au mal de vivre (Goethe, Vigny, Chateaubriand, etc.).

  • 23 Dans son article « Poètes français contemporains. M. Leconte de Lisle » (Revue bleue, 21 août 1880) (...)
  • 24 Citation du vers final de « Midi » (Poèmes antiques) : « Le cœur trempé sept fois dans le Néant div (...)

V[oir] J[ules] Lemaître23 : non bouddhique, mais moderne, contemplateur qui ne veut pas pleurer, et s’est « trempé sept fois dans le néant divin24 », se faire une âme païenne.

Peut-être par pessimisme s’attache aux formes qui passent, à la plasticité, que personne n’a eu autant que lui pour définir animaux colossaux exotiques, paysages de soleil.

Goût de l’Inde – qu’on avait alors du paysage – v[oir] l’école de peinture d’alors.

Influence de Th[éophile] Gautier (ciselure), V[ictor] Hugo (plénitude, paysage), Burnouf (études sur l’Inde).

Érudition.

Impassible ? Non.

Triste d’un incurable pessimisme.

Effort indéfini de l’humanité pour éterniser sa brièveté : tout passe, il n’y a que l’éternelle illusion.

Se rattache assez à Vigny, Vigny de la fin : « La Bouteille à la mer », « L’Esprit pur », etc.

Horreur (peur plus que haine) du christianisme.

  • 25 Le sculpteur animalier Antoine Barye (1795-1875), qui avait comme Leconte de Lisle une prédilection (...)

Se place très bien dans l’histoire de l’art : Barye25.

  • 26 L’orientaliste Eugène Burnouf (1801-1852), qui contribua à faire connaître le bouddhisme en France (...)

des sciences : Burnouf26.

[Analyse de « Bhagavat27 »]

  • 27 Les trois feuillets qui concernent « Bhagavat », poème indien de 480 vers publié pour la première f (...)

« Bhagavat »

Trois brahmanes en contemporains.

  • 28 Plessis fait allusion aux vers 27 à 30 de « Bhagavat » :
    Parfois, un éléphant songeur, roi des forêt (...)

(Vers sur les éléphants admirables28.)

Tout à coup ils rompent le silence :

L’un dit qu’il est malade et meurt d’amour : Maitreya.

L’autre, c’est l’amour de sa mère, qu’il a perdue : Narada.

Le troisième, c’est le doute : Angira.

  • 29 Maitreya termine ainsi son discours (v. 89-92) :
    Sous les figuiers divins, le Lotus à cent feuilles,(...)

Chacun termine par le même vers, et l’avant-dernier se ressemble toujours, ainsi que les deux précédents29.

  • 30 « Bhagavat », v. 157-179.
  • 31 Plessis songe à l’invocation à la nuit (« Salut, ô belle nuit, étincelante et sombre… ») dans le po (...)
  • 32 « Bhagavat », v. 180-200.

Alors un mouvement lyrique, le plus beau passage30. Cf. Chénier sur l’Amérique31. La description de la nuit continue ensuite ; et les brahmanes pleurent : ils attendent la déesse Ganga32. Le couplet qui interrompt les pleurs des brahmanes rappelle l’idée de Vigny, et surtout « La Maison du berger » :

  • 33 Plessis cite de mémoire les vers 30 et 32 de « La Maison du berger » dans Les Destinées de Vigny :
    L (...)

Et les rumeurs des soirs
Balancent les beaux lys comme des encensoirs33.

Toujours l’attache aux formes passantes de l’être ; un beau mouvement, qui passe. Leconte de Lisle aime le mot innombrable, introduit par V[ictor] Hugo.

***

  • 34 « Je blâme également, et ceux qui prennent le parti de louer l’homme, et ceux qui le prennent de le (...)

Tout Leconte de Lisle s’exprime dans ce passage, qui rappelle même un peu Pascal (dont dépend Vigny qui l’avait étudié et en a des réminiscences) : « Je cherche en gémissant34. »

Cf.

[…]

  • 35 « Bhagavat », v. 199-200. Le « conquérant vaincu » évoqué par Leconte de Lisle est le « douloureux (...)

Et qui gémis, saisi de tristesse et d’effroi,
Ô conquérant vaincu, qui ne pleure sur toi35 ?

  • 36 Ibid., v. 201.

Il reprend : « Et les sages pleuraient36. »

Alors apparition de Ganga, qui indique le chemin de Bhagavat : un brahmane est heureux ; confiez-vous en moi.

  • 37 Ibid., v. 239-240, 251-252 et 261-262.
  • 38 Ibid., v. 231-234, 241-244 et 253-256.

Chacun recommence ses plaintes, terminant par deux vers qui résument chacun le couplet37, dans le même genre. Même dimension ; même commencement pour les quatre premiers vers38. Comparaisons rituelles, d’érudition superficielle peut-être.

Remarques

  • 39 Ibid., v. 260. Ce vers, prononcé par l’ascète Angira, ne comporte pas de virgules dans le texte de (...)

Mon cœur, dans la nuit sombre, erre désespéré39.

Ganga leur dit : « Inutile d’attendre, vous êtes tous les trois malades, hâtons-nous vers Bhagavat. »

***

Impression d’érudition. Exotisme, érudition rapide.

Poésie indienne. L’impression est bien celle des hymnes hindous.

Quelque chose de grec, dans les formules, peut-être védique en même temps : « Ainsi parlait tel… etc. » Il semble que Leconte de Lisle soit quelquefois multiforme et n’ait pas toujours pu se détacher de lui-même.

Quelque chose de Hegel : l’union des contradictoires.

Forme plus que de philosophie.

Il y a du sentiment, du lyrisme : nous ne voyons pas dans son œuvre, dans cette pièce non plus, l’homme privé, mais l’homme du XIXe siècle : il est personnel quand même.

Un peu de traduction.

[Leconte de Lisle et le christianisme40]

  • 40 Ce feuillet, qui porte l’indication « Poètes XIXe s. », a été rédigé par Frédéric Plessis, mais il (...)

Leconte de Lisle [a moins biffé] a plutôt de l’effroi que de la haine pour le christianisme : parce que la survivance (éternelle surtout) lui paraît épouvantable. Il ne fait de polémique contre le christianisme que parce qu’il défend contre lui le paganisme mourant, Lec[onte] de L[isle] aimant tout ce qui passe : on le voit aussi défendre le christianisme quand il le montre près de finir lui aussi ou tout au moins semblant près de finir. Il nous montre le christianisme non haïssable mais effroyable [car le christianisme est surnaturel et mystérieux en ajout] ; et il aurait raison à son point de vue humain et [romain en ajout] grec, le Grec surtout ayant horreur de l’infini et de l’éternel. Il reste vrai que, dans ses conclusions antichrétiennes, il est violent et il blasphème. Ce n’est du reste pas sa philosophie, mais la forme de ses vers qui fait que je l’admire. Sa philosophie n’a rien de très solide.

Lamartine ne paraît pas précisément « réfuter » Lec[onte] de L[isle]. Il est du moins très chrétien de sentiment, sinon orthodoxe toujours : v[oir] Jocelyn.

Vigny est chrétien dans sa vie, mais non dans son œuvre : il se rapproche fort de Lec[onte] de L[isle] par son pessimisme, qui, en effet, se tempéra d’espérance, presque d’espérance chrétienne.

V[ictor] Hugo n’est pas sérieux : c’est un sensitif, il voit tout à travers lui-même, en effet.

Et Musset ? Y a-t-il chez lui quelque chose au point de vue religieux ?

Pourquoi S[ain]te-Beuve est-il si « suspect » ?

  • 41 L’identité de ce « rival au nom barbare et inconnu » reste mystérieuse.

Brizeux ne serait-il pas plus intéressant à étudier ici que son rival au nom barbare et inconnu41 ?

Notes

1 Sous la cote F PLE 4-52, le fonds Frédéric Plessis de la bibliothèque municipale de Brest conserve vingt-trois feuillets de notes manuscrites sur Leconte de Lisle et son œuvre. Ces notes, peutêtre destinées à une conférence comme celles que Plessis a prononcées en Écosse en 1911 et en Belgique en 1913, datent vraisemblablement de 1904 (voir ci-dessous, p. 178, n. 7). Une série de feuillets numérotés de 1 à 9, dont il manque le cinquième, mais qui comporte un feuillet 4 bis et un feuillet 5 bis, forme l’ensemble le plus abouti ; elle reprend, en la développant, une série de feuillets numérotés de 1 à 6, rédigés de façon très sommaire et que nous ne publions pas ici. Quatre autres feuillets non numérotés, mais semblant former un tout, complètent de façon intéressante la série de neuf feuillets, dont ils constituent sans doute pourtant une étape préliminaire : nous les transcrivons ci-dessous sous le titre « [Autre série de notes] ». Enfin, trois feuillets concernant le poème « Bhagavat » ont été réunis sous le titre « [Analyse de “Bhagavat”] ».

2 Leconte de Lisle est né à Saint-Paul, sur l’île Bourbon, le 22 octobre 1818, et mort à Louveciennes le 17 juillet 1894. L’erreur sur la date de naissance du poète se trouve dans l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson (Paris, Hachette, 1895, p. 1036, n. 2), que Plessis a utilisée pour rédiger ses notes, comme en témoigne son observation sur la date de publication des Poésies barbares (voir ci-dessous n. 5).

3 José-Maria de Heredia fut élu au quatrième fauteuil de l’Académie française le 22 février 1894, alors que Leconte de Lisle avait occupé le quatorzième jusqu’à sa mort le 17 juillet 1894. Le chef de file du Parnasse légua toutefois son épée de verre à son plus proche disciple, qui la ceignit lors de sa réception sous la Coupole le 30 mai 1895.

4 Les Poëmes antiques de Leconte de Lisle ont été publiés pour la première fois à Paris, chez l’éditeur Marc Ducloux, en 1852. L’ouvrage est signalé dans la Bibliographie de la France le 4 décembre 1852. L’erreur que commet Plessis sur la date de publication de l’édition originale se trouve également dans l’Histoire de la littérature française de Gustave Lanson (op. cit., p. 1036, n. 2). La seconde édition revue et augmentée des Poëmes antiques sera publiée chez Alphonse Lemerre en mars 1874.

5 Dans son Histoire de la littérature française (op. cit., p. 1036, n. 2), Gustave Lanson date en effet par erreur les Poèmes barbares de 1859, alors que l’édition originale a été publiée sous le titre Poésies barbares chez Poulet-Malassis en 1862. Cette remarque de Plessis permet de conclure que ses notes sur Leconte de Lisle ont été rédigées après la parution de l’ouvrage de Lanson.

6 Les Derniers Poèmes de Leconte de Lisle, publiés par les soins d’André de Guerne et de José-Maria de Heredia chez Alphonse Lemerre en 1895, ne sont pas une « œuvre de jeunesse » : ils comportent principalement des poèmes publiés par Leconte de Lisle dans des revues au cours des années 1880 et 1890, ainsi que son drame lyrique L’Apollonide (1888) et son poème La Passion (publié dans la seconde édition des Poèmes et poésies en 1857). C’est à Bernard Guinaudeau, qui fit paraître sans l’accord de la veuve du poète les Premières Poésies et lettres intimes de Leconte de Lisle chez Fasquelle en 1902, que Mme Leconte de Lisle intenta un procès, qu’elle remporta en mai 1904 : « La mère de Lisle a gagné son procès contre Fasquelle. Elle a palpé mille cinq cents francs pour la publication d’exécrables vers de jeunesse du grand poète qui avait vendu les Poèmes barbares deux cents francs. J’ai le reçu de Malassis », écrit Heredia à sa fille Marie de Régnier le 25 mai 1904 (bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5691, f. 111). Les fausses affirmations de Plessis font douter qu’il ait réellement lu les Derniers Poèmes de Leconte de Lisle.

7 Cette indication permet de dater approximativement les notes de Plessis sur Leconte de Lisle de 1904.

8 La publication des « Papiers et correspondance de la famille impériale » dans Le Temps le 30 septembre 1870 révéla que Leconte de Lisle avait reçu une somme mensuelle de trois cents francs, prélevée sur la cassette particulière de l’Empereur, au moins depuis mars 1865. Fernand Calmettes déclare que cette pension fut versée au poète à partir de juillet 1864 (Leconte de Lisle et ses amis, Paris, Librairies-imprimeries réunies, [1902], p. 338). Ce n’est donc pas à la suite de la publication de ses traductions de l’Iliade et de l’Odyssée que Leconte de Lisle perçut cette aide financière qui lui fut tant reprochée.

9 Les Œuvres d’Horace traduites par Leconte de Lisle ont été publiées chez Lemerre en 1873 et rééditées en 1887.

10 « Vous avez immolé en vous l’émotion personnelle, vaincu la passion, anéanti la sensation, étouffé le sentiment. Vous avez voulu, dans votre œuvre, que tout ce qui est de l’humain vous restât étranger. […] Les tentations ne vous ont pas manqué cependant, si j’en crois le cri que vous avez laissé échapper dans “La Vipère”. C’est le seul » (« Réponse de M. Alexandre Dumas » dans Discours prononcés dans la séance publique tenue par l’Académie française pour la réception de Leconte de Lisle le jeudi 31 mars 1887, Paris, Firmin-Didot, 1887 ; rééd. Sainte-Clotilde, Centre de recherche indianocéanique, 1987, p. 40).

11 Cette liste, annoncée sur le feuillet numéroté 4, figure sur le feuillet 4 bis rédigé à l’encre noire.

12 Aucun poème de Leconte de Lisle ne porte ce titre. Plessis songe très certainement à « La Dernière Vision », l’un des Poèmes barbares qui décrit la Terre après la disparition de l’homme et avant l’extinction du Soleil : « Le soleil qui se meurt regarde et ne voit rien » (v. 16). Peut-être cette confusion des titres est-elle due au sonnet « La Mort d’un lion », appartenant au même recueil.

13 Phrase sans doute inachevée. Plessis voulait peut-être rappeler que « La Dernière Vision » parut pour la première fois dans Le Parnasse contemporain de 1866.

14 Plessis fait vraisemblablement référence à « La Maya », le dernier des Poèmes tragiques, qui évoque le « tourbillon sans fin des apparences vaines » (v. 12). Dans la philosophie hindoue, la Maya désigne le règne de l’illusion universelle.

15 Les citations qui suivent sont en effet extraites de la seconde édition des Poèmes barbares, publiée chez Alphonse Lemerre en 1872. Elles figurent sur le feuillet numéroté 5 bis, qui correspond sans doute au feuillet 5 manquant dans la série de feuillets numérotés de 1 à 9. Elles ont toutes un lien avec le thème de la mort.

16 Premier tercet du sonnet « L’Ecclésiaste », p. 37 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872. Le v. 10 se termine chez Leconte de Lisle par un point.

17 Plessis cite un extrait des v. 490-492 du quatrième livre des Géorgiques (« Heureux qui put fouler aux pieds toutes les craintes et le destin inexorable et le fracas de l’Achéron avare ! »).

18 Dernier quatrain d’« Ultra cœlos » (v. 56-60), p. 219 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872. Leconte de Lisle met un point-virgule, et non une virgule, après « souffrir » ; et son poème se termine par un point d’exclamation, non par un point. C’est Plessis qui souligne les mots du dernier vers.

19 Citation des vers 9 et 14 du poème « Aux morts », p. 231 dans l’édition des Poèmes barbares de 1872.

20 Cinquante-deuxième et dernier vers du poème « Les Spectres », recueilli dans les Poèmes barbares en 1872, p. 240-243. Leconte de Lisle place une virgule, et non un point d’exclamation, après « ô mon cœur ».

21 Les six « Chansons écossaises » de Leconte de Lisle ont toujours fait partie des Poèmes antiques, non des Poèmes barbares.

22 Alfred de Vigny, Les Destinées, « La Maison du berger », III, v. 308 : « Aimez ce que jamais on ne verra deux fois. »

23 Dans son article « Poètes français contemporains. M. Leconte de Lisle » (Revue bleue, 21 août 1880), recueilli sous le titre « Leconte de Lisle » dans Les Contemporains (deuxième série, Paris, Lecène-Oudin, 1886, p. 5-47), Jules Lemaître écrit en effet : « Non, l’auteur des “Nornes”, de “Bhagavat” et du “Corbeau” n’est point un antiquaire désintéressé. S’il est un poète qui soit bien d’aujourd’hui, qui soit moderne jusqu’aux entrailles, c’est lui. […] Étudions de plus près ce révolté qui, pour goûter la paix, s’est fait bouddhiste et scuplteur de strophes » (p. 10).

24 Citation du vers final de « Midi » (Poèmes antiques) : « Le cœur trempé sept fois dans le Néant divin. »

25 Le sculpteur animalier Antoine Barye (1795-1875), qui avait comme Leconte de Lisle une prédilection pour les animaux sauvages.

26 L’orientaliste Eugène Burnouf (1801-1852), qui contribua à faire connaître le bouddhisme en France par son Introduction à l’histoire du bouddhisme. Leconte de Lisle était entré en relation avec l’un de ses disciples, Ferdinand de Lanoye, à qui il a dédié son poème hindou « Çunacépa » en 1855.

27 Les trois feuillets qui concernent « Bhagavat », poème indien de 480 vers publié pour la première fois par Leconte de Lisle dans les Poèmes antiques en 1852, ne sont pas numérotés : nous en avons rétabli l’ordre probable, tout en signalant le passage de l’un à l’autre par trois astérisques.

28 Plessis fait allusion aux vers 27 à 30 de « Bhagavat » :
Parfois, un éléphant songeur, roi des forêts,
Passait et se perdait dans les sentiers secrets,
Vaste contemporain des races terminées,
Triste, et se souvenant des antiques années.

29 Maitreya termine ainsi son discours (v. 89-92) :
Sous les figuiers divins, le Lotus à cent feuilles,
Bienheureux Bhagavat, si jamais tu m’accueilles,
Puissé-je, libre enfin de ce désir amer,
M’ensevelir en toi comme on plonge à la mer !
Ses paroles sont reprises avec quelques variantes par Narada à la fin de son propre discours (v. 121-124) :
Sous les figuiers divins, le Lotus à cent feuilles,
Bienheureux Bhagavat, si jamais tu m’accueilles,
Puissé-je, délivré du souvenir amer,
M’ensevelir en toi comme un fleuve à la mer !
Angira leur fait écho (v. 153-156) :
Sous les figuiers divins, le Lotus à cent feuilles,
Bienheureux Bhagavat, si jamais tu m’accueilles,
Puissé-je, ô Bhagavat, chassant le doute amer,
M’ensevelir en toi comme on plonge à la mer !

30 « Bhagavat », v. 157-179.

31 Plessis songe à l’invocation à la nuit (« Salut, ô belle nuit, étincelante et sombre… ») dans le poème inachevé de Chénier L’Amérique (III, 4 ; Œuvres complètes, édition établie et commentée par Gérard Walter, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1958, p. 427-428). Des vers comme les suivants, qui exaltent la fusion de l’individu avec l’univers infini, s’accordent assez avec l’aspiration des ascètes de « Bhagavat » au nirvana :
Déjà ce corps pesant se détache de moi.
Adieu, tombeau de chair, je ne suis plus à toi.
Terre, fuis sous mes pas. L’éther où le ciel nage
M’aspire. Je parcours l’océan sans rivage.
[…]
Abîmes de clartés, […]
Où l’âme remontant à sa grande origine
Sent qu’elle est une part de l’essence divine.
Les deux derniers vers de ce fragment semblent avoir inspiré les vers 197-198 de « Bhagavat » à Leconte de Lisle, qui emploie la même rime que Chénier :
Ô douloureux Esprit, dans l’espace emporté,
Altéré de lumière, avide de beauté,
Qui retombes toujours de la hauteur divine
Où tout être vivant cherche son origine.
Mais l’auteur des Poèmes antiques n’a pas l’optimisme de celui de L’Amérique : chez lui, l’esprit ne remonte pas au ciel ; il en retombe.

32 « Bhagavat », v. 180-200.

33 Plessis cite de mémoire les vers 30 et 32 de « La Maison du berger » dans Les Destinées de Vigny :
L’herbe élève à tes pieds son nuage des soirs,
Et le soupir d’adieu du soleil à la terre
Balance les beaux lys comme des encensoirs.

34 « Je blâme également, et ceux qui prennent le parti de louer l’homme, et ceux qui le prennent de le blâmer, et ceux qui le prennent de se divertir ; et je ne puis approuver que ceux qui cherchent en gémissant » (Pascal, Pensées et opuscules, éd. Léon Brunschvicg, Paris, Hachette, 1909, section VI, no 421, p. 516).

35 « Bhagavat », v. 199-200. Le « conquérant vaincu » évoqué par Leconte de Lisle est le « douloureux Esprit » de l’homme.

36 Ibid., v. 201.

37 Ibid., v. 239-240, 251-252 et 261-262.

38 Ibid., v. 231-234, 241-244 et 253-256.

39 Ibid., v. 260. Ce vers, prononcé par l’ascète Angira, ne comporte pas de virgules dans le texte de Leconte de Lisle.

40 Ce feuillet, qui porte l’indication « Poètes XIXe s. », a été rédigé par Frédéric Plessis, mais il se trouve classé par erreur parmi les notes prises par son fils Ludovic en vue de son mémoire sur Fromentin (bibliothèque municipale de Brest, fonds Plessis, F PLE 26-2).

41 L’identité de ce « rival au nom barbare et inconnu » reste mystérieuse.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540