Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Troisième partie. Documents inédits

Correspondance (1871-1904)

José-Maria de Heredia et Frédéric Plessis

Texte intégral

1 – À José-Maria de Heredia, 24 août 18711

  • 1 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 50.

1Binic, 24 août [18]71

2Cher Monsieur,

  • 2 Le 3 mars 1866, dans la première livraison du premier Parnasse contemporain, Heredia avait fait pa (...)
  • 3 Ces quatre sonnets, « Le Réveil d’un dieu », « Les Conquérants », « Carolo Quinto imperante » et « (...)

3Votre bonne lettre a été la bienvenue, et ce n’est pas sans un vif plaisir que je vois se renouer des relations qui m’avaient laissé un si bon souvenir. Elle a été la bienvenue, surtout à cause des vers qu’elle contenait et qui sont aujourd’hui dans ma mémoire. Et, pour parler tout de suite affaires, puisque vous me faites l’amitié de m’envoyer vos beaux sonnets, je veux vous en parler, vous dire mon opinion avec une entière indépendance. Quels progrès depuis vos pièces du premier Parnasse, belles cependant2 ! Mais aujourd’hui vos vers sont tellement éclatants de couleur et de bruit, que c’est un éblouissement, une secousse ! Je crois que des quatre sonnets3, le meilleur est peut-être « Le Réveil d’un dieu » ; pourtant, « Les Conquérants » sont splendides, et je trouve une puissante originalité dans le « Carolo Quinto imperante ». J’aime peut-être un peu moins « L’Ancêtre », malgré

Sous l’armure de bronze aux splendides rinceaux

4Et :

  • 4 Plessis cite les vers 10 et 13 de « L’Ancêtre », qui se retrouveront tels quels dans Les Trophées (...)

Dans le ciel de l’émail ardent et métallique4.

  • 5 Parue dans la douzième et dernière livraison du Parnasse contemporain en juillet 1871, « La Détres (...)
  • 6 Théodore de Banville était d’un avis entièrement opposé, estimant que Heredia avait réussi à faire (...)
  • 7 Heredia ne dédiera aucun de ses poèmes à Plessis. Si « Le Réveil d’un dieu » avait dû avoir un déd (...)

5Mais je le trouve très beau, cependant : c’est une question de préférence, du plus au moins. Et, tenez, voulez-vous le fond de ma pensée (en n’en tenant compte que comme un maître tient compte de l’opinion de son élève), votre personnalité est beaucoup plus développée, beaucoup plus apparente, dans vos sonnets que dans « Les Conquérants de l’or », le prologue de la « Détresse5 ». Avec une modestie qui accompagne en général le vrai talent, vous vous traitez comme un amateur qui cherche une distraction dans les études artistiques : vos amis voient en vous autre chose, vous êtes plus que cela ; il faut travailler dans le sens où vous avez le plus d’originalité ; je vous l’ai dit, votre poème est très beau, néanmoins à quoi ressemblent vos sonnets ? À rien de ce qui a été fait précédemment, tandis que dans le prologue de la « Détresse » La Légende des siècles a laissé d’évidentes traces6. Voyez avec quelle franchise je parle : ne prenez [garde à biffé] mon opinion que pour ce qu’elle vaut, mais réfléchissez. Si je me décide à vous écrire aussi franchement, c’est parce que je me suis trouvé trop bien de vos conseils pour ne pas provoquer de nouveau un échange d’idées tout à fait sincère entre nous. Je vous envoie des vers : vous m’obligerez, en me disant : « Ceci est mauvais, j’aimerais mieux cela, etc. » J’écrivais il y a quelque temps à France : « Jamais je n’ai tant aimé Heredia que le jour où il m’a dit d’un poème indien que j’avais envoyé à Leconte de Lisle que c’était détestable. » Je trouve « Le Réveil d’un dieu » si beau que je vous en demanderai peut-être la dédicace ; j’attends vos prochains envois pour me décider et choisir ; voyez que je me mets à l’aise7 !

  • 8 Catulle Mendès, co-fondateur du premier Parnasse contemporain et gendre de Théophile Gautier. En 1 (...)
  • 9 Léon Dierx, Poésies. 1864-1872, Paris, Alphonse Lemerre, 1872.
  • 10 Le poème « Jamais », recueilli dans la réédition des Lèvres closes en 1872, est en effet dédié à F (...)

6Vous me demandez ce que deviennent Catulle8 et Dierx. – Pour ce qui est de Catulle, je ne sais pas trop mais je le crois dans une crise qui peut aboutir à quelque chose de très bon, mais peut-être à rien du tout. Il renie son passé et veut être seul, il ne veut plus entendre parler d’amitiés littéraires, de coterie… Enfin, il est tout dévoyé ; Dieu veuille que je me trompe. D’ailleurs, il m’écrit rarement. Dierx prépare une édition refondue de ses poésies : Poèmes et poésies, diminués considérablement, Lèvres closes, Poésies inédites9 ; il était dernièrement et doit être encore à Ville-d’Avray, mais je continue à lui écrire 32, rue de La Bruyère, à Paris. C’est une charmante nature, et, pour ne pas parler de son talent, je trouve ses relations très utiles et très agréables. Je corresponds souvent avec lui. Dans ce nouveau volume, il me dédiera le poème qui est à la fin des Lèvres closes, « Jamais », pour lequel j’ai eu de tout temps une admiration et une sympathie toutes particulières10.

  • 11 Plessis et Tiercelin se réconcilièrent, comme en témoigne le poème « Pour Louis Tiercelin », daté (...)

7Vous me demandez ce que fait l’ami Tiercelin ? L’ami de qui ? Est-ce de vous ? Pour moi, je n’appelle pas mon ami un individu qui pense le contraire de moi en tout et pour tout, qui a pour idéal un mélange de V[ictor] Hugo et de C[asimir] Delavigne, qui cultive le vaudeville, ne comprend rien aux vers de Dierx, traite L[econte] de Lisle de « potiche » et Th[éophile] Gautier d’« amphore », et n’a pas la moindre idée de ce que c’est qu’un vers. Voilà donc depuis un an la première fois que j’en entends parler, et je serais bien aise, puisque vous correspondez avec lui, que vous me disiez ce qu’il fait11.

  • 12 Louis-Xavier de Ricard, cofondateur du premier Parnasse contemporain avec Catulle Mendès, dut s’ex (...)
  • 13 Les Poèmes dorés d’Anatole France, suivis de ses Idylles et légendes, furent publiés chez Alphonse (...)
  • 14 Armand Silvestre, auteur d’un premier recueil, Rimes neuves et vieilles, préfacé par George Sand e (...)

8Je suis en correspondance active avec Ricard actuellement en Suisse, compromis dans les derniers événements12 ; c’est une imagination très active, très abondante, très inquiète ; dans un autre genre que nous, je lui crois de l’avenir. Mais c’est surtout à France que je crois beaucoup d’avenir ; il travaille en ce moment à des poèmes modernes, où la physiologie et la psychologie témoignent de la récente production13 ; dites-moi ce que devient et ce que fait M. Silvestre, qui a fait preuve d’un si beau talent dans son volume des Renaissances14 ; je crois que c’est votre ami particulier. Je ne l’ai vu qu’une fois chez Lemerre ; je regrette de ne l’avoir pas plus connu. On dit que l’appétit vient en mangeant, le fait est que vos quatre sonnets sont un terrible apéritif : envoyez-moi donc ce sonnet à Silvestre qui se termine ainsi :

  • 15 Le sonnet de Heredia « La Vie des morts », dédié « Au poète Armand Silvestre », fut d’abord publié (...)

parmi
Les ombres que la Lyre a faites fraternelles15.

9Et celui de Médée :

Et les philtres connus et son père et les Dieux.

  • 16 Le sonnet « Jason et Médée », dédié à Gustave Moreau et inspiré par son Jason exposé au Salon de 1 (...)

10Vous hésitiez, je crois, entre mortels et connus ; je crois que j’aime mieux connus16.

  • 17 Heredia, qui séjournait alors à Menton où sa première fille était née le 19 juillet 1871, fit un v (...)

11Vous êtes bien heureux d’aller à Paris17. Pour moi qui sens bien la vérité de ce que vous me dites sur l’émulation qui résulte d’un milieu artistique dont je me trouve isolé, je gémis tous les jours d’être éloigné de Paris : surtout, ces temps-ci sous l’impression d’une grande douleur, qui se serait peut-être apaisée un peu plus tôt là-bas : une affection déjà ancienne pour une jeune fille qui la partageait, et à laquelle mes parents ont cru devoir s’opposer. Mon Dieu, rien de plus commun que ces histoires d’amour, mais vous savez qu’on se croit toujours dans des conditions exceptionnelles. Toujours est-il que je suis bien changé, et que la vie me devient un fardeau bien insupportable. Des amitiés, comme la vôtre et celle de Dierx, sont mon seul soulagement ; écrivez-moi donc, envoyez vos beaux vers, et n’épargnez pas ma vanité d’auteur en me disant ce que vous pensez des pièces ci-jointes.

12Croyez bien, cher monsieur, à mon affection, à ma reconnaissance, à mon admiration.

13Frédéric Plessis

  • 18 Le peintre émailleur et poète Claudius Popelin (1825-1892) avait fait paraître dans la onzième liv (...)

14– Dites-moi ce que vous savez des occupations de MM. de Lisle, de Banville, Silvestre, etc. J’aime beaucoup les sonnets de Cl [audius] Popelin, surtout « Cave amorem », « Memento vivere », « Soir d’été » ; est-ce que c’est aussi un jeune homme18 ? Quel fou – délicieux ! – mais bien fou ! – que ce Mallarmé !

2 – À José-Maria de Heredia, 27 septembre 187119

  • 19 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 51.

15Rennes, 27 septembre [18]71

16Cher monsieur et ami,

17Comment-vous remercier ? Vous me promettez de m’envoyer vos vers, et vous prenez la peine de corriger les miens, non pas sévèrement, mais soigneusement : vous me rendez là un de ces services qui sont la meilleure preuve d’un intérêt et d’une affection réelles ; si, sous votre excellente surveillance, le poète qui est en moi (au dire de quelques amis peut-être trop bienveillants) ne réalise pas les progrès attendus, soyez du moins persuadé que mon amitié et ma reconnaissance pour vous ne feront qu’augmenter avec le temps : et, si le talent me manque, le cœur restera.

  • 20 Ce sonnet, publié dans La Renaissance littéraire et artistique le 31 août 1873, n’a pas été recuei (...)
  • 21 Voir, à la fin de cette lettre, le poème intitulé « Tableau », que Plessis n’a pas repris en volum (...)
  • 22 Ce poème n’a pas été repris par Plessis dans ses œuvres. En voici cependant une version manuscrite (...)
  • 23 Voir, à la fin de cette lettre, le poème intitulé « Pour elle ».

18Vos observations sont très justes ; aussi je me suis mis à remanier les pièces que je vous avais envoyées. Je joins à ma lettre la nouvelle édition de « Saint Michel20 ». Je vous en supplie, dites-moi encore votre avis sincère sur ce sonnet : si vous le trouvez assez bon, je le laisserai comme cela ; mais, si vous y voyez quelque chose de défectueux, indiquez-le-moi sans ménagement ; tant qu’à vous pasticher, je veux du moins faire un pastiche convenable. – Je n’ai pas achevé de corriger le tableau du perroquet21, etc. Je vous l’enverrai, quand ce sera fait. Pour la « Reliure22 », merci de votre très bienveillante appréciation ; ce que vous me dites est vrai, mais ce sera difficile à arranger, cet entremêlement d’idées descriptives et morales ; néanmoins je tâcherai de le mener à bonne fin. La troisième strophe de « Pour elle23 », un bijou ? Je ne m’attendais pas à ce compliment-là ; c’est sans doute la comparaison de la volupté avec une abeille que vous avez remarquée ? – Je vous envoie d’autres vers pour avoir, aussi à leur sujet, vos bons conseils. Merci d’avance de la peine que vous prenez et qui m’est bien utile. Merci.

  • 24 « Le Serrement de mains », que Heredia a terminé à Menton le 19 septembre 1871 et qui raconte comm (...)

19Envoyez-moi, quand vous pourrez, « Le Serrement de mains24 », votre sonnet de « Médée », ou celui à Silvestre, ou un autre, ou mieux encore plusieurs autres, ceux que vous voudrez. Vous me dites que toutes vos qualités réunies font dans la « Détresse » un énorme défaut. Je ne suis pas tout à fait de votre avis : ce n’est pas la nature de vos qualités qui pour moi nuit à ce poème, c’est la trace de qualités étrangères, la trace de Hugo. Et maintenant cela ne détruit [pas] l’importance et le mérite de l’œuvre, tant s’en faut ; il s’agit d’une imperfection, voilà tout ; mais, comme vous le dites fort bien, il faut se garder de vouloir faire des milliers de vers, et je vous verrais avec plaisir, d’après ce que vous me dites du « Serrement de mains », vous engager dans une série de pièces de cinquante à cent vers, tenant le milieu pour longueur entre vos sonnets et votre poème ; continuez à écrire de ces admirables sonnets qui ne sont point ceux d’un débutant, et qui feraient honneur à un vieux poète ; mais pourquoi ne pas aborder les autres rythmes et les pièces de longueur moyenne ? Je ne crois pas aux grands poèmes ; je m’explique : je crois que Baudelaire avait parfaitement raison en considérant que la Poésie contemporaine, au lieu de boire aux sources épiques, devait restreindre ses cadres : Dierx me disait un jour en riant que Baudelaire, se sentant impuissant, avait voulu ériger son impuissance en théorie. Je pense que Dierx avait tort, et lui-même est, par ses poèmes, un exemple du danger pour la poésie contemporaine de se lancer dans les œuvres longues.

  • 25 Dans Les Paroles du vaincu, publiées chez Lemerre en 1871, Léon Dierx évoque la défaite de 1870 et (...)
  • 26 Dierx, qui préparait une « édition refondue, corrigée et augmentée » de ses Poésies (Paris, Lemerr (...)

20Mais voilà bien du bavardage ; dites-moi quelles ont été vos relations avec Tiercelin et ce qu’il devient. Et Silvestre, que prépare-t-il ? Vous savez que Dierx médite une plaquette, « Le Memento du vaincu », petites pièces de neuf vers de huit syllabes sur les derniers événements25. Il travaille d’ailleurs à son volume, et veut absolument supprimer « Souré-ha26 ». Il me dédiera « Jamais » que j’aime beaucoup.

  • 27 « La Malédiction de Vénus », poème de 606 vers daté de mai 1847, a d’abord été recueillie dans Les (...)

21Je me suis pris depuis un an d’une grande admiration et d’une grande sympathie pour Banville ; « La Malédiction de Vénus » est, selon moi, une des plus belles productions de la poésie française27.

22Veuillez, cher monsieur et ami, présenter mes hommages respectueux à madame de Heredia, et recevoir, avec mes souhaits de santé pour votre petite Hélène, une cordiale poignée de main

23de votre élève reconnaissant

24Frédéric Plessis

25P. S. N’oubliez pas de me dire s’il faut laisser comme cela le « Saint Michel » ou s’il y a quelque retouche à y faire.

Tableau
Posé sur un velours grenat, à fleurs d’argent,
Le sceptre d’or massif reluit, se dégageant
Des plis lourds de l’étoffe écroulés jusqu’à terre ;
Les franges vont couvrir dans l’ombre, avec mystère,
La mosaïque rose et noire du parquet,
Et loin d’elles, auprès du mur, un perroquet,
Chamarré d’émeraude éclatante et de soufre,
Ferme les yeux et dort, car le bouffon le souffre
Au milieu des chats blancs et des lévriers roux
Sur le coussin, à glands de soie, à ses genoux.
Une huile parfumée, au fond de la veilleuse
D’albâtre, brûle et tremble, et sa lueur railleuse
Vers le groupe endormi ruisselle clairement.
– Cependant, sous le tiède éclat du firmament,
Les grands mélèzes noirs dressent dans les allées
Les feuillages de leurs cimes échevelées
D’où glissent des rayons d’étoiles sur les bancs :
Et, blond, jeune, attifé de poudre et de rubans,
Insidieux avec ses promesses de trône,
Faisant sous l’éperon craquer le sable jaune
Si cavalière [sic] dans le sentier désert,
Le fils aîné du roi, déjà grave et disert,
Flatte sa favorite hésitante, et l’entraîne,
Par cette ambition banale d’être reine.

Pour elle
Le bleu dont votre œil est teinté
N’est pas celui de la turquoise ;
Vos lèvres n’ont pas emprunté
Sa rougeur sombre à la framboise.

Non ! votre œil est un œil du nord
Aussi tendre que la pervenche,
D’où la lumière sans effort
En rayons clairs et froids s’épanche ;

Et votre lèvre est une fleur,
Une rose ouverte où sommeille
Dans le parfum et la couleur
La Volupté, comme une abeille.

Qui l’éveillera ? Quelle main
Lui fera déployer ses ailes,
Pour s’envoler par le chemin
Des espérances fraternelles ?

Par la route des vœux communs
Et des extases partagées,
Loin de vous, soupirs, pleurs défunts,
Tristesses dans la nuit plongées !

Quels yeux, reflétés par vos yeux,
Les embraseront de ces flammes,
Qui, s’épandant parmi les cieux,
Fécondent les fleurs et les âmes ?

Les flammes vives de l’amour
Semblables dans leur transparence
Au feu que déverse en plein jour
Le ciel d’Espagne ou de Florence.
Frédéric Plessis

3 – À José-Maria de Heredia, 13 octobre 187128

  • 28 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 52.

26Rennes, mercredi 13 octobre [18]71

27Cher monsieur et ami,

  • 29 À l’avant-dernier vers de son « Sonnet gothique », paru dans Le Parnasse contemporain (Paris, Leme (...)
  • 30 Plessis a remplacé la fin du vers par une ligne horizontale.

28Je renonce à vous remercier, car j’aurais vraiment trop à faire. Le sonnet de « Saint Michel » est bien à moi, mais comme une chose donnée ; c’est un charmant et délicat présent d’ami, mais en vérité j’ai un peu honte de mettre mon nom au bas de ces beaux vers. Maintenant une ou deux observations ; quand vous m’aurez dit votre opinion là-dessus, je mettrai le sonnet au net et vous l’enverrai : au deuxième vers du deuxième quatrain, j’aimerais beaucoup mieux (est-ce votre avis ?) l’or neuf que l’or fin ; l’or fin, déjà employé par moi dans un sonnet du Parnasse29, n’est-il pas un peu banal, par suite du grand nombre de vers métalliques faits depuis quelque temps ? En même temps, l’or neuf ne donne-t-il pas plus de lustre et ne cadre-t-il pas mieux avec : « D’un clair rayonnement ceint le pre[ux chevalier30] » ?

29Deuxième observation : au lieu du premier vers du premier tercet :

Sous la sandale, d’or et de pourpre lacée,

30je crois qu’il vaut mieux mettre :

Sous la sandale en fleurs, de pourpre et d’or lacée.

31Je vais vous expliquer pourquoi : ce n’est pas seulement parce que je crois le vers plus long, plus rhythmique, mais, ayant lu le sonnet devant deux personnes séparément, toutes deux, à ce dernier et très beau vers :

L’Enfer inoffensif à ses beaux pieds fleuris,

32ont paru ne pas bien comprendre pieds fleuris. Avec le vers nouveau du premier tercet, je crois que l’expression de fleuris devient très claire, [donnant biffé] ayant pour son explication un point d’appui dans « la sandale en fleurs ». Il est vrai qu’il y a répétition ; mais, quand on veut répéter les mêmes choses, il faut répéter les mêmes mots, et l’abondance du mot or et du mot pourpre ne fait, bien loin d’être disparate, qu’unifier le costume suivant votre excellente idée.

33Enfin, en troisième lieu, l’accumulation des sur au premier vers du deuxième quatrain, idée qui est de moi, ne me semble pas fameuse ; j’aimerais mieux au lieu de : sur le col, sur les bras, etc., quelque chose dans ce genre-ci :

Sur l’étroit gorgerin, sur l’ample bouclier,
Et sur les flancs, l’or neuf, s’imbriquant etc.
……………………………………………

34Donnez-moi franchement votre avis ; je crois les deux premières corrections surtout (neufet en fleurs) assez bonnes.

  • 31 Aucun des quatre poèmes que Plessis a confiés au deuxième Parnasse contemporain (« Sonnet gothique (...)

35Maintenant, puisque je suis en train d’exercer votre patience, à un autre exercice ! Je corrige dans le moment mes pièces du Parnasse qui grouillent de défauts31. La première, « Sonnet gothique », sur votre bon conseil, perd son titre et s’appelle maintenant « Le Retour du Croisé ». La deuxième, « Le Coffret », ne comporte qu’une correction insignifiante :

Ouvrez l’un d’eux. La plus limpide des essences
Y nage, et fait monter subtilement dans l’air
Comme une apothéose, un tableau calme et clair
Des soirs, des souvenirs embaumés, des absences.

  • 32 Dans Le Parnasse contemporain de 1871 (op. cit., p. 300), le dernier tercet du sonnet « Médaille » (...)

36Au Parnasse, il y a un tableau vague et cher ; ces mots d’une harmonie molle déplorable me semblent avantageusement remplacés par calme et clair, mots qui cadrent bien avec l’idée d’apothéose, et d’ailleurs l’idée de vague ne s’agence pas bien avec le reste de la pièce. Pour la quatrième32, il n’y a qu’un mot changé : au lieu de « Sur le médaillon bleu mon doigt étalera », j’ai mis « Sur le clair médaillon », puisque dans la description il était question d’écarlate, de blanc, d’or, etc. Mais c’est la fin de la troisième, « Somnolence », qui avait besoin d’une correction sérieuse ; d’abord, dans la troisième strophe, il est question d’un vitrail pressenti :

Derrière les plis blancs d’un long rideau qui traîne

37Un rideau blanc fait tache sur le luxe supposé de l’ameublement ; j’ai mis

Dans les plis opulents…

38Somptueux vaudrait peut-être mieux. C’est sur la dernière strophe que voici que porte surtout la correction :

Je goûterai, plongeur revenu des vertiges,
À flots d’or l’onction chaleureuse des soirs,
Évoquant dans les lourds parfums des encensoirs,
Mon Rêve sans couleur, sans forme et sans prestiges.

39Ces vers, pleins de ficelles, sont sans soutien, le dernier n’offre aucune résonance sur laquelle puisse s’arrêter la prononciation, comme il le faut à la fin d’une pièce. Je pense à faire la strophe comme ceci, mais je n’ai pas encore trouvé un bon dernier vers :

Délivré, pour un jour, des griffes de Chimères,
Malade qui renonce à songer à demain,
Tel je m’isolerai de tout vestige humain
………………………………………

40Je crois que l’éloignement de tout vestige humain résume assez bien l’intention de la pièce. Vous seriez bien aimable de me donner votre opinion sur toutes ces niaiseries.

41Et maintenant je remarque que mon égoïsme est mal entendu, et que je suis puni par où j’ai péché ; en ne vous parlant que de moi, je reçois de vous des lettres où il n’est question que de mes vers, et, en somme, quoique dans mes vers, il y en ait plus d’un qui soit de vous, j’aimerais mieux une pièce pur-sang, sans mélange, « Le Serrement de mains » ou des sonnets.

42Dierx, qui gémit de la prolongation de votre absence, a lu « Le Serrement de mains » chez L[econte] de Lisle ; il préfère vos sonnets, mais trouve néanmoins cette pièce fort belle ; France déclare qu’elle est « d’une superbe tournure » ; je suis pressé de la connaître pour vous dire très sincèrement mon opinion. – Pour mon sonnet sur la Vierge, j’avais songé un moment comme dernier vers à quelque chose dans ce genre-ci :

À ses pieds s’arrondit…
Taillé par le sculpteur à grands coups de ciseau
Un nuage de pierre où sont des têtes d’anges.

  • 33 Aucun sonnet ne porte ce titre dans les recueils publiés par Plessis.

43Merci de me dire franchement ce que vous pensez du « Sonnet moderne33 ». Catulle l’aimait assez ; mais je suis bien aise d’avoir votre opinion, je le mettrai probablement de côté.

44Des vers de moi, qui étaient entre les mains de France depuis assez longtemps, vont paraître dans L’Artiste ; je suis fâché de ne l’avoir pas su assez à temps pour avoir vos bons conseils avant qu’ils fussent imprimés. Je vous les enverrai, et vous me direz tout de même sincèrement ce qu’ils valent.

45Merci encore du fond du cœur.

46Fic Plessis

4 – À José-Maria de Heredia, [mars 1872]34

  • 34 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 53.

47Jeudi

48Cher monsieur et ami,

  • 35 Le 7 mars 1872, Heredia écrivait à son ami Claudius Popelin : « Je viens de passer un mois, près d (...)

49Votre dernière lettre m’a beaucoup peiné, et je ne vous savais pas aussi sérieusement atteint du côté de la santé35 : ne parlez pas de vos jérémiades, tout au contraire, si j’avais un reproche à vous faire, c’est de ne m’en avoir pas assez entretenu. Je suis désolé, maintenant, de vous avoir si souvent et si longuement persécuté par mes lettres bavardes, dans des circonstances pareilles. Je pense beaucoup plus à vous depuis votre dernier billet, et je vous plains bien sincèrement ; combien je voudrais apprendre que vous allez mieux. Soignez-vous, laissez les vers et les poètes de côté ; ne m’écrivez plus, si cela vous fatigue, quelque désir que j’aie – plus que jamais – d’avoir de vos nouvelles.

  • 36 Autre poème non recueilli par Plessis dans ses œuvres publiées.

50J’ai, sur vos bons avis, dont je ne saurais trop vous remercier, corrigé la « Promenade en mer » : c’est vous qui lui avez trouvé ce titre, je le lui laisse36. Vous verrez ce que vous pensez de cette nouvelle version et si j’ai bien interprété vos conseils. – Comment pouvez-vous appeler votre sonnet de « Blason céleste » un « monstre » ? À moins que ce ne soit dans le sens du latin monstrum, « prodige » ? Quel provisoire ! quand je le compare à mon définitif ! Le fait est que vous avez là une couleur inouïe ; j’aime surtout le premier tercet, et aussi l’énumération de « l’héraldique bétail ». Et le dernier vers du premier quatrain. Merci de m’avoir copié ce sonnet, malade comme vous l’étiez ; il m’a fait un vif plaisir, mais m’a causé quelques remords.

  • 37 François Coppée publia Les Humbles chez Alphonse Lemerre à la fin de février 1872. La Bibliographi (...)

51J’ai relu plus attentivement Les Humbles37. À mon avis, « Les Émigrants » (qu’en pensez-vous ?) sont ce qu’il y a de meilleur dans le volume. « La Nourrice » ! « Le Fils » ! ! « Le Petit Épicier » ! ! ! sont en effet mauvais ; cependant, pour « Le Fils », je ferai quelques réserves. « Une femme seule », « Petits bourgeois », Promenades et intérieurs me plaisent. Mais « En province », malgré ce que vous m’en dites, me déplaît ; après tout, peut-être suis-je prévenu contre ce poème par mon peu de sympathie pour le cléricalisme.

  • 38 L’achevé d’imprimer des Baisers d’Ernest d’Hervilly est du 20 février 1872.

52Je ne sais si vous avez entre les mains une petite brochure que Lemerre vient de publier : Les Baisers d’E[rnest] d’Hervilly38. C’est charmant, c’est fin ; je préfère cela aux Fêtes galantes. Le vers est savant, l’inspiration délicate. Que dites-vous de ceci :

  • 39 Ernest d’Hervilly, « Affres d’amour », v. 7-8, Les Baisers, Paris, Alphonse Lemerre, 1872, p. 43.

Crépuscule ! Jardin des Oliviers du cœur !
Tu nous versas alors ton angoisse infinie39.

  • 40 Léon Dierx, Poésies. (1864-1872), édition refondue, corrigée et augmentée, Paris, Lemerre, 1872.
  • 41 Les Poèmes dorés d’Anatole France ne seront publiés chez Lemerre que l’année suivante.

53Vous m’avez surpris agréablement en m’apprenant que le volume de Léon Dierx s’imprime40. Je ne croyais pas qu’il parût avant l’automne. J’attends avec impatience celui d’Anatole France41.

54Pour moi, le petit poème commencé sur le Directoire chôme, je suis et paresseux et impuissant. Pourtant je veux tâcher de faire quelque chose de bien, une pièce où il y ait un peu plus de souffle et d’intérêt que dans mes compositions dernières.

  • 42 Le poète parnassien Albert Glatigny (1839-1873).

55Il est probable que vers la fin de juillet et en août, j’irai avec ma famille passer six semaines à Douarnenez. Cela m’a rappelé que vous m’aviez dit y avoir passé deux saisons de bains de mer : savez-vous ce qu’il faut faire ? Vous guérir, aller à Paris passer deux ou trois mois pour activer le fonctionnement de votre imagination, puis, afin d’achever de vous fortifier et pour travailler dans le calme, venir prendre des bains de mer à Douarnenez. Voyez comme j’arrange tout cela dans la perfection ; il n’y manque absolument que votre consentement. Mais ce serait trop charmant (vous voyez que je pense toujours à moi. Charité bien ordonnée…) pour que cela se passe ainsi. Néanmoins, qui sait ? « La vie est si drôle », comme le dit judicieusement Glatigny42.

56J’espère que mademoiselle Hélène ne ressemble pas à son père… sous le rapport de la santé ; qu’elle attende quelque temps, et je souhaite qu’elle puisse prendre conseil de lui, sous ce rapport-là, comme sous tous les autres. Présentez, je vous prie, mes hommages respectueux à madame de Heredia, et vous, cher monsieur et excellent ami, croyez bien aux vœux que je forme pour votre meilleure santé.

57Frédéric Plessis

582, rue Saint-François

59(Place du Palais).

60Rennes.

5 – À José-Maria de Heredia, [1872]43

  • 43 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 54.

61Dimanche

  • 44 Le Journal d’un poète d’Alfred de Vigny a été publié à titre posthume par Louis Ratisbonne chez Mi (...)

62Je voulais joindre à cette lettre la nouvelle version de « Promenade en mer » ; mais, y ayant fait de très nombreuses corrections, il me reste deux passages non remplis ; je vous enverrai cela prochainement avec la « Reliure du XIIIe siècle » que, sur vos bons conseils, je tâcherai de corriger. Ma pièce sur le Directoire marche lentement. Je lis le Journal d’un poète, de Vigny, qui a toujours été mon poète de goût44. D’ailleurs des chagrins de famille qui attristent mes parents et me font un intérieur lugubre, joints à des tracas personnels assommants, me mettent peu en goût de travailler. Je n’ai pas d’ami près de moi, je suis triste. Pardonnez-moi donc de vous ennuyer de mes longues lettres.

63Frédéric Plessis

6 – À José-Maria de Heredia, 27 novembre 187745

  • 45 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 55.

64Clermont-Ferrand, 27 novembre [18]77

  • 46 Plessis remercie Heredia de l’envoi du premier tome de sa traduction de la Véridique Histoire de l (...)
  • 47 En tête de sa traduction de la Véridique Histoire, Heredia a brossé un tableau historique de l’Esp (...)

65Mon cher Heredia, merci de votre livre et de la bonne et amicale dédicace écrite sur la première page46 ; je doute que je sois un excellent poète, mais pour « excellent ami », je vous remercie de compter sur moi, et je vous assure que mes sentiments pour vous s’affermissent avec les années. La lecture de Bernal Diaz est venue me rappeler nos soirées passées avec France, les phrases de notaire que vous me reprochiez tous deux en plaisantant, et les consultations au dictionnaire de Littré. Tout cela est passé ; le temps du moins ne s’est pas écoulé sans fruit pour vous, et vous donnez, en publiant ce volume, la preuve qu’un brillant poète peut être, par un rare privilège, un sobre et ferme prosateur. L’Espagne de 1513-1514 nous a intéressés vivement, mes parents et moi, car je viens de leur lire cette belle étude, et ils se joignent à moi pour vous remercier et vous féliciter47.

  • 48 Emmanuel des Essarts (1839-1909), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur ès (...)

66Comme vous le pouvez voir en tête de ma lettre, je suis à Clermont ; je suis venu me mettre entre les mains de cet excellent des Essarts48 (très préoccupé de savoir si vous lui trouvez du talent), et j’espère que, grâce à la discipline d’une faculté de province et à la bienveillance que j’ai trouvée ici, je serai licencié ès lettres au mois d’août. Mon père et ma mère se sont décidés à quitter la Bretagne définitivement, et Dieu sait si j’en suis aise ; nous avons trouvé ici un assez joli appartement, et nous allons faire venir notre mobilier. Je suis malheureusement souffrant de crampes d’estomac depuis quinze jours ; vous m’excuserez là-dessus du désordre de mon style et de mon écriture. Bien des choses intimes, à la fois ennuyeuses et attristantes, m’ont occupé ces derniers temps ; j’aurais dû vous écrire cependant, vous sachant encore malade ; je vous plaignais, mon pauvre ami, mais j’étais à peu près incapable d’écrire en ces moments-là. Ne me punissez pas de ce long silence, écrivez-moi si vous le pouvez.

  • 49 Heredia a publié deux sonnets dans la revue La Muse orientale le 15 octobre 1877 : « Nymphée », qu (...)

67Dans un no d’une Revue orientale, j’ai lu deux beaux sonnets, dont je ne connaissais que les tercets, l’un à Lansyer et l’autre : « Le quadrige… » Mes compliments à l’auteur49.

  • 50 Ferdinand Lourmand était le beau-frère de Heredia, dont il avait épousé la sœur Helmina en 1853. Q (...)

68Embrassez, je vous prie, vos belles petites filles pour mes parents et pour moi, et veuillez présenter nos hommages et souvenirs à madame de Heredia. Je serais heureux si vous me donniez des nouvelles des familles Lourman [sic pour Lourmand] et D’Espaigne [ sic pour Despaigne]50. Je vous serre les mains, mon cher ami, et vous remercie encore.

69Votre ami dévoué,

70Frédéric Plessis

713, place Saint-Genis

72Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

73Bon souvenir à Lansyer. Que devient M. de Lisle ? Fait-il des vers ?

74Je tâcherai de vous envoyer quelques vers, bien que j’en aie fait fort peu depuis six mois. Ce qui serait tout à fait aimable de votre part, c’est de m’envoyer quelque sonnet inédit dans votre prochaine lettre.

75F. P.

7 – À [Frédéric Plessis], 13 septembre 187951

  • 51 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Nouvelles Acquisitions françaises, f (...)

76Biarritz, 13 septembre [18]79

77Mon cher ami,

  • 52 Né à Saint-Brieuc le 16 octobre 1811, Édouard Plessis mourra à Poitiers le 22 janvier 1882.

78Je suis bien sensible à votre bon souvenir et bien heureux de savoir votre père en meilleure santé52. Si je ne vous ai pas écrit plus tôt, c’est que j’ai mené l’existence la plus vagabonde aussitôt après ma sortie de Saint-Sauveur où les eaux m’avaient rendu assez gravement malade. Nous sommes ici depuis une quinzaine aux portes de l’Espagne, mais au milieu des Espagnols. On n’entend que hâbler castillan. Les femmes ont les yeux brillants et audacieux, des bouches rieuses[,] et portent intrépidement les plus incroyables amalgames de couleurs, d’étoffes et de [mot biffé illisible] styles qui se puissent imaginer. Ma femme et ma belle-mère s’amusent beaucoup de ce kaléidoscope. Moi, j’avoue que cette cohue cosmopolite, car les Russes abondent et l’Anglais pullule, me gâte absolument la mer. Sur la belle plage des Fous il y a tous les soirs deux mille personnes qui vont assister, aux accords d’une valse de Strauss, jouée par un orchestre complet, au coucher du soleil ! Que j’aime mieux les hauts granits, les grèves désertes, les landes parfumées, sauvages, et ces chemins creux où l’on cueillait des chèvrefeuilles, parfois boueux, mais profonds à perte de vue, silencieux, où ne passait que bien rarement quelque Breton farouche et son cheval échevelé !

  • 53 Le troisième tome de la Véridique Histoire de Bernal Diaz sera publié chez Lemerre en septembre 18 (...)
  • 54 Le torero chargé de tuer le taureau avec son épée (espada), le matador.
  • 55 « Sans honte », en espagnol.

79Mais il faut savoir se conformer à sa destinée. D’ailleurs la mienne n’a que de lointains rapports avec celle des martyrs. Mes fillettes sont heureuses, elles édifient sur le sable des châteaux en Espagne et courent, pieds nus, à la recherche des petits galets qu’elles appellent des dragées et dont elles font de grandes provisions pour les dînettes de poupées de cet hiver. Ma femme est tout à fait bien. Moi, je traduis Bernal (mon troisième volume s’achève53) et quand ce Conquérant stupide m’a par trop rompu l’esprit à lui faire une syntaxe (comme dirait le doux France), je pars pour l’Espagne. En une [demi- biffé] heure je passe par-dessus la Bidassoa et l’île des Faisans, je vais, à Saint-Sébastien, voir massacrer une demi-douzaine de taureaux qui, au préalable, éventrent une vingtaine de chevaux. Je crie « Alza ! Olé ! Bravo Toro ! » avec les aficionados les plus enragés, en tapant ma canne sur la première barrière. J’injurie l’espada54 maladroit : « Sin verguënza55 ! Animal ! » et je rentre tout allègre, rafraîchi par la vue de ce sang qui me remplit de couleur locale et qui [mot biffé illisible] charme, avec la pompe du spectacle, tous mes instincts de sauvage civilisé.

80Que vous êtes heureux de faire des vers ! Envoyez-les-moi bien vite. Adieu, je me sauve pour deux ou trois jours près de Pau. Puis, vers le 20, je vais à l’île d’Oléron marier une de mes nièces, je rentre à Biarritz ensuite et ne reviens à Paris que vers le 15 octobre. Offrez les baisers des enfants, l’amical souvenir de la maman et les respects affectueux du papa à madame votre mère, à votre père avec tous nos vœux de santé et, pour vous, gardez la plus cordiale poignée de mains de

81JM. de Heredia

82Maison Bellocq-cité Broquedis

83à Biarritz – Basses-Pyrénées

8 – À Frédéric Plessis, 14 août 188856

  • 56 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Nouvelles Acquisitions françaises, f (...)

84Paris, 14 août 1888

8511bis rue Balzac

86Vous êtes un remords pour moi, cher ami. Par une fatalité étrange, j’ai égaré vos deux lettres et je vous écris sans avoir ni votre adresse ni vos vers sous les yeux. Le sonnet est excellent et je n’y vois rien à reprendre, autant qu’il m’en souvienne.

  • 57 Frédéric Plessis, « Deux Poètes. Claudius Popelin, Un livre de sonnets, in-4o, G[eorges] Charpenti (...)
  • 58 Plessis écrit en effet dans son article : « Il est possible que l’abstention des deux poètes qui p (...)
  • 59 « Claudius Popelin est un maître émailleur qui n’avait pas besoin d’être le seul de ce temps-ci po (...)
  • 60 « C’est […] le premier recueil de vers que l’auteur fait imprimer, ce qui n’empêche pas que, depui (...)
  • 61 Mme Marie-Louise Plessis, née à Guingamp le 25 juillet 1824, était veuve d’Édouard Plessis (1811-1 (...)
  • 62 Plessis avait épousé Berthe Le Carpentier, née à Caen le 17 février 1864, en l’église Saint-Porcha (...)
  • 63 Ludovic Plessis, premier enfant de Berthe et de Frédéric Plessis, était né à Caen le 27 novembre 1 (...)

87J’ai lu hier votre article dans Le Semeur57. Il m’a beaucoup plu. Vous y avez, comme toujours, trouvé le moyen d’être charmant pour moi58. Si je trouve que vous avez été un peu trop élogieux pour l’ami Popelin qui restera, malgré un réel talent, un amateur très distingué, du moins en vers59, vous n’avez été que juste pour Nolhac dont je fais le plus grand cas comme artiste et comme érudit60. Je suis convaincu qu’il ira loin. Cet article sera doux au brave Popelin en ce moment assez mal en point, après une attaque de rhumatisme très grave. Bref, pour conclure, vous êtes le meilleur et le plus charmant des amis. Malgré tous mes torts, songez quelquefois à moi et écrivez-moi, car je vous aime fort. J’ai fait quelques nouveaux sonnets latins d’assez bonne qualité. Et vous, travaillez-vous ? Nous ne quittons pas Paris cet été. Tout mon monde est en bonne santé. Ne nous oubliez pas auprès de madame votre mère61, de votre charmante femme62, embrassez le baby63 et croyez à la vive affection et à la vive estime de l’ami et du poète.

  • 64 « À toi, très profondément », en latin.

88Tuus ex imo64

89JM. de Heredia

9 – À José-Maria de Heredia, 6 avril 189465

  • 65 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 56.
  • 66 Plessis remercie Heredia de l’envoi de La Nonne Alferez, publiée chez Lemerre en 1894, avec des il (...)

90Le joli petit livre, gaillardement traduit, mon cher ami66 ! vous m’avez fait grand plaisir en me l’envoyant, et j’irai, un des prochains samedis, vous en remercier et causer avec l’académicien et le cher poète que vous êtes.

91Hommages à madame et à mesdemoiselles de Heredia, et croyez-moi toujours votre fidèle et dévoué

92F. Plessis

93Paris, 6 avril [18]94

94Ma femme me recommande de joindre ses compliments aux miens.

10 – À Frédéric Plessis, [avril 1897]67

  • 67 Nous remercions vivement Jean de Palacio de nous avoir communiqué le texte de cette lettre qui app (...)

95Cher ami,

  • 68 Depuis 1886, Heredia recevait chaque samedi ses amis du monde littéraire, artistique et politique (...)
  • 69 Voici le sonnet « Didon », que Plessis a dédié « À J.-M. de Heredia » dans Vesper ; Élise (Elissa, (...)

96Je vous ai attendu samedi avec votre compagnon qui peut, mené par vous, compter sur le meilleur accueil68. Viendrez-vous après-demain ? Je voudrais vous dire le délicieux plaisir que j’ai eu à lire ce délicieux Vesper et vous remercier de l’amical et très précieux honneur que vous m’avez fait en me dédiant ce beau sonnet de « Didon » dont le trait est aussi inattendu que superbe69. Tout le livre est d’une forme parfaite, de la langue la plus délicate et la plus forte et d’une invention simple et rare, d’une érudition qui semble naturelle et d’un noble et charmant sentiment de la nature. Ce sont là de beaux vers écrits par un bon poète. Je vous en félicite, cher ami, et je vous en sais un nouveau gré, ne pouvant vous aimer davantage.

97Vôtre

98JM. de Heredia

99Ce jeudi soir.

11 – À Frédéric Plessis, 17 novembre 190470

  • 70 Coll. Yann Mortelette. Sur papier à en-tête de l’Administrateur de la bibliothèque de l’Arsenal.

100Paris, le 17 novembre 1904

101Mon cher ami,

  • 71 Heredia remercie Plessis de l’envoi de ses Poésies complètes publiées chez Albert Fontemoing en 19 (...)
  • 72 Au cours de l’été et de l’automne 1904, Heredia fit de fréquents séjours au château de Bourdonné, (...)

102Votre livre est venu chez moi, alors que j’étais à la campagne71. À mon retour, j’ai été assez gravement et longuement malade72. Ce sont là de trop bonnes excuses de mon trop long retard à vous en remercier.

103Je ne puis vous dire tout le plaisir que j’ai pris à relire tous ces beaux vers d’une langue si ferme, si pure, d’un goût si délicat et si sûr [en surcharge de pur].

  • 73 La Lampe d’argile contient une section intitulée « Bretagne », dont l’un des neuf poèmes, « Sucini (...)
  • 74 Un autre poème de La Lampe d’argile, « À José-Maria de Heredia », commence par cet éloge :

104Par le temps où nous vivons, c’est un régal rare que celui de la beauté unie à l’ordre. J’ai été heureux d’y retrouver nos vieux souvenirs de la chère Bretagne et de Suciniou agréable aux abeilles73, et d’y lire mon nom parmi ceux qui vous sont chers, si noblement loué74.

105Merci, mon vieil ami ; merci, excellent poète ! Votre beau livre est le livre d’un bon poète, d’un noble cœur. Il m’a rajeuni et consolé.

106Votre

107JM. de Heredia

Notes

1 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 50.

2 Le 3 mars 1866, dans la première livraison du premier Parnasse contemporain, Heredia avait fait paraître cinq sonnets : « Fleurs de feu », « La Conque », « Artémis », « Les Scaliger » et « Prométhée ». Seuls les deux derniers ne furent pas recueillis dans Les Trophées en 1893.

3 Ces quatre sonnets, « Le Réveil d’un dieu », « Les Conquérants », « Carolo Quinto imperante » et « L’Ancêtre », figurent dans Les Trophées.

4 Plessis cite les vers 10 et 13 de « L’Ancêtre », qui se retrouveront tels quels dans Les Trophées vingt-deux ans plus tard.

5 Parue dans la douzième et dernière livraison du Parnasse contemporain en juillet 1871, « La Détresse d’Atahuallpa » se présente comme le prologue d’un grand poème épique, « Les Conquérants de l’or », dont Heredia n’écrira jamais la suite. Les 681 vers de la « Détresse » ont été recueillis à la fin des Trophées.

6 Théodore de Banville était d’un avis entièrement opposé, estimant que Heredia avait réussi à faire dans son poème tout autre chose que Victor Hugo dans La Légende des siècles (voir sa lettre à Heredia du 27 juillet 1871, dans Yann Mortelette, Histoire du Parnasse, Paris, Fayard, 2005, p. 487-488).

7 Heredia ne dédiera aucun de ses poèmes à Plessis. Si « Le Réveil d’un dieu » avait dû avoir un dédicataire, ç’aurait été certainement Gustave Moreau, à qui Heredia envoya ce sonnet le 1er janvier 1872, en expliquant dans la lettre contenant ses vers : « En les faisant, je songeais à vous et je m’efforçais, hélas ! bien maladroitement, d’y faire pénétrer ce sens si profond et si mystérieux de la nature héroïque, dont votre peinture est imprégnée et qui en a fait [,] pour les âmes intelligentes, une véritable révélation. Je serais heureux de vous faire rêver sur ce beau mythe antique de l’Adonis […]. Puissent mes pauvres vers vous faire tenter le chef-d’œuvre ! Jamais poète n’aurait eu une plus noble récompense. » (José-Maria de Heredia, Correspondance, t. II : 1866-1876, Paris, Champion, 2013, lettre no 348, p. 400.)

8 Catulle Mendès, co-fondateur du premier Parnasse contemporain et gendre de Théophile Gautier. En 1871, il publia chez Lachaud Les 73 Journées de la Commune ; l’année suivante, la Librairie des Bibliophiles fit paraître ses Poésies et ses Contes épiques, tandis que sa comédie La Part du roi fut créée avec succès à la Comédie-Française le 20 juin.

9 Léon Dierx, Poésies. 1864-1872, Paris, Alphonse Lemerre, 1872.

10 Le poème « Jamais », recueilli dans la réédition des Lèvres closes en 1872, est en effet dédié à Frédéric Plessis ; cette évocation tragique d’un amour déçu devait rappeler au dédicataire le drame personnel qu’il vivait.

11 Plessis et Tiercelin se réconcilièrent, comme en témoigne le poème « Pour Louis Tiercelin », daté de janvier 1912, dans La Couronne de lierre (Paris, Jouve, 1921, p. 114-115 ; 2nde éd., Paris, Édition de la Revue des poètes, 1937, p. 122-123). Dans l’entretien qu’il accorda à Charles Chassé en 1938, Plessis donna ces précisions : « Tiercelin ? Je le connaissais, lui, depuis 1867[,] et en 1913, j’ai été dîner chez lui à sa belle maison si hospitalière de Kerazur, en Paramé ! » (Charles Chassé, « Visites. Chez Frédéric Plessis poète brestois. (Dernier article) », La Dépêche de Brest et de l’Ouest, 14 janvier 1938, p. 2).

12 Louis-Xavier de Ricard, cofondateur du premier Parnasse contemporain avec Catulle Mendès, dut s’exiler après sa participation à la Commune de Paris.

13 Les Poèmes dorés d’Anatole France, suivis de ses Idylles et légendes, furent publiés chez Alphonse Lemerre en 1873.

14 Armand Silvestre, auteur d’un premier recueil, Rimes neuves et vieilles, préfacé par George Sand en 1866, avait publié Les Renaissances chez Lemerre en 1870 ; il préparait alors La Gloire du souvenir, poème d’amour, qui parut chez Lemerre en 1872.

15 Le sonnet de Heredia « La Vie des morts », dédié « Au poète Armand Silvestre », fut d’abord publié dans Le Parnasse contemporain de 1876 avant d’être recueilli dans Les Trophées en 1893. Il se termine par le tercet suivant, dont Plessis a retenu le dernier vers : Cependant que sacrant le poète et l’ami, La Gloire nous fera vivre à jamais parmi Les Ombres que la Lyre a faites fraternelles.

16 Le sonnet « Jason et Médée », dédié à Gustave Moreau et inspiré par son Jason exposé au Salon de 1865, figure dans la section « La Grèce et la Sicile » des Trophées. Les manuscrits du poète témoignent en effet qu’il a hésité entre les épithètes mortels et connus pour le dernier vers ; il a finalement résolu ce dilemme en optant pour une autre formulation : « Et les philtres d’Asie et son père et les Dieux. » (Voir José-Maria de Heredia, Œuvres poétiques complètes, t. I : Les Trophées, édition critique par Simone Delaty, Paris, Les Belles Lettres, 1984, p. 244.) Lorsque « Jason et Médée » parut pour la première fois dans La Renaissance littéraire et artistique du 28 septembre 1872, Heredia avait trouvé la chute définitive de son sonnet.

17 Heredia, qui séjournait alors à Menton où sa première fille était née le 19 juillet 1871, fit un voyage à Paris dans la seconde quinzaine de novembre 1871. Il retournera habiter la capitale au début de mai 1872.

18 Le peintre émailleur et poète Claudius Popelin (1825-1892) avait fait paraître dans la onzième livraison du Parnasse contemporain, en juin 1871, sept sonnets (« Soir d’été », « César Borgia », « Cave amorem », « La Leçon de Canut le Grand », « Théo », « Gaston de Foix », « Memento vivere ») et un long poème (« Les Deux Chasseurs »). La même livraison contenait le « Fragment d’une étude scénique ancienne d’un Poëme de Hérodiade » de Mallarmé.

19 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 51.

20 Ce sonnet, publié dans La Renaissance littéraire et artistique le 31 août 1873, n’a pas été recueilli par Plessis dans ses volumes de vers. Il est reproduit ci-dessus, dans l’étude sur « Frédéric Plessis et le Parnasse », p. 71-72. La version de « Saint Michel » que Plessis a jointe à sa lettre ne figure pas dans le manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Institut de France.

21 Voir, à la fin de cette lettre, le poème intitulé « Tableau », que Plessis n’a pas repris en volume.

22 Ce poème n’a pas été repris par Plessis dans ses œuvres. En voici cependant une version manuscrite que son auteur dut joindre à une lettre à Anatole France (Papiers d’Anatole France, ancienne collection Jacques Lion, Bibliothèque nationale de France, Nouvelles Acquisitions françaises, ms. 15437, f. 173) :
Étude gothique
Reliure du XIIIe siècle
Les pages de vélin au lumineux rinceau,
Les vignettes en fleur où se plut le pinceau
À verser l’outremer, le cinabre et l’orange,
Le luxe intérieur de ce missel étrange
N’est rien : la reliure absorbe tous les yeux
En extase devant son travail précieux.
Le centre en est fermé d’une place d’ivoire
Où l’artiste sculpta la croix expiatoire,
Jésus mort, et sa mère en larmes sur le sol,
Et sut rendre par les inflexions du col
L’infini désespoir dont son âme était pleine.
En face, le disciple aimé, la Magdeleine.
Les détails sont fouillés d’un habile ciseau.
Un premier cadre en or se profile en biseau
Et fait, au repoussé, saillir de place en place
Les caissons d’ornement où brille une rosace,
Le tout d’un fort relief, élégant et précis.
Les tons fauves de l’or semblent presque obscurcis
Par les jeux de couleurs, les foyers de lumière
D’une large bordure encastrant la première
Et qui mêle, au hasard de son éclat changeant,
Cabochons de rubis, filigranes d’argent,
Bleus émaux, en carrés, en losanges, en lames.
Limpides, reflétant ces éclairs et ces flammes,
Quatre clous de cristal de roche, sur le bord,
Préviennent le contact et servent de support.

23 Voir, à la fin de cette lettre, le poème intitulé « Pour elle ».

24 « Le Serrement de mains », que Heredia a terminé à Menton le 19 septembre 1871 et qui raconte comment Rodrigue a vengé son père, est la première partie du « Romancero », poème en terza rima ajouté à la suite des sonnets des Trophées. Heredia l’a envoyé dans une lettre à sa mère du 20 septembre 1871 (Heredia, Correspondance, op. cit., t. II, lettre no 321, p. 360-363).

25 Dans Les Paroles du vaincu, publiées chez Lemerre en 1871, Léon Dierx évoque la défaite de 1870 et le désir de revanche, tout en délivrant finalement un message pacifiste. Son poème se compose en effet, comme l’indique Plessis, de quinze strophes comportant chacune neuf octosyllabes.

26 Dierx, qui préparait une « édition refondue, corrigée et augmentée » de ses Poésies (Paris, Lemerre, 1872), conserva « Souré-ha » (p. 46-67). Ce poème, qui a pour cadre l’Égypte ancienne, raconte comment Souré-ha, éprise de Thaéri qui lui préférait sa sœur Samhisis, désira mourir de la main de celui qu’elle aimait, en prenant la place de Samhisis lorsque Thaéri voulut se venger de l’infidélité de celle-ci.

27 « La Malédiction de Vénus », poème de 606 vers daté de mai 1847, a d’abord été recueillie dans Les Poésies de Théodore de Banville publiées chez Poulet-Malassis et De Broise en 1857, avant de figurer dans la seconde édition des Cariatides publiée chez Jules Tardieu en 1864. Banville l’a finalement intégrée dans Le Sang de la Coupe, sous le titre « Malédiction de Cypris », lors de la réédition de ses Poésies chez Alphonse Lemerre en 1874. Dans la préface qu’il a écrite en mars 1874 pour Le Sang de la Coupe, il présente ainsi son poème : « Je gardais surtout pour Le Sang de la Coupe les tentatives que j’avais faites pour trouver la chose tant cherchée, c’est-à-dire une forme moderne du poëme proprement dit. Le plus important de mes essais en ce genre fut la Malédiction de Cypris. En l’imaginant, je fus très préoccupé […] de la nécessité qui existe pour le poëte, comme pour l’homme, d’appartenir à la fois au présent, par le fait même de son existence ; au passé, d’où vient directement sa vie morale, par la tradition et le souvenir ; et à l’avenir, par ses aspirations et par ses intuitions. […] Aussi ai-je cru pouvoir introduire dans un poëme parisien Cypris, la force expansive de la vie et du renouvellement des êtres, sans cesser d’être très français et très moderne. » (« Préface », Le Sang de la Coupe, dans Poésies complètes, t. I : Les Cariatides. Le Sang de la Coupe. Roses de Noël, Paris, Charpentier, 1891, p. 280-281.)

28 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 52.

29 À l’avant-dernier vers de son « Sonnet gothique », paru dans Le Parnasse contemporain (Paris, Lemerre, 1871, p. 297), Plessis avait en effet employé cette expression : Pierre se tient debout à l’entrée ; il croit voir Sous ses tresses d’or fin Notre-Dame la Vierge.

30 Plessis a remplacé la fin du vers par une ligne horizontale.

31 Aucun des quatre poèmes que Plessis a confiés au deuxième Parnasse contemporain (« Sonnet gothique », « Le Coffret », « Somnolence » et « Médaille ») n’a été recueilli dans ses œuvres.

32 Dans Le Parnasse contemporain de 1871 (op. cit., p. 300), le dernier tercet du sonnet « Médaille » se lit ainsi :
Puis, comme l’avenir sur mes rêves de gloire,
Sur le médaillon bleu mon doigt étalera
Un flot définitif d’encre boueuse et noire.

33 Aucun sonnet ne porte ce titre dans les recueils publiés par Plessis.

34 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 53.

35 Le 7 mars 1872, Heredia écrivait à son ami Claudius Popelin : « Je viens de passer un mois, près de cinq semaines, en proie à une horrible névralgie à la tête et à la face qui avait fini par me paralyser tout le côté droit du visage. » (Correspondance, op. cit., t. II, lettre no 360, p. 417). Le 16 mars, Plessis confirmait à Anatole France les ennuis de santé du poète : « Heredia m’a écrit ces temps-ci. Cet excellent ami a été très malade – menacé d’une paralysie faciale. » (Papiers d’Anatole France, ancienne collection Jacques Lion, Bibliothèque nationale de France, Nouvelles Acquisitions françaises, ms. 15437, f. 181.)

36 Autre poème non recueilli par Plessis dans ses œuvres publiées.

37 François Coppée publia Les Humbles chez Alphonse Lemerre à la fin de février 1872. La Bibliographie de la France du 16 mars 1872 indique comme date de dépôt légal le 28 février. Outre les treize poèmes du recueil, l’édition originale comportait quatre poèmes sur la guerre de 1870, regroupés sous le titre « Écrit pendant le siège », ainsi que les trente-neuf dizains des Promenades et intérieurs, qui seront publiés en un volume séparé chez Lemerre en 1875.

38 L’achevé d’imprimer des Baisers d’Ernest d’Hervilly est du 20 février 1872.

39 Ernest d’Hervilly, « Affres d’amour », v. 7-8, Les Baisers, Paris, Alphonse Lemerre, 1872, p. 43.

40 Léon Dierx, Poésies. (1864-1872), édition refondue, corrigée et augmentée, Paris, Lemerre, 1872.

41 Les Poèmes dorés d’Anatole France ne seront publiés chez Lemerre que l’année suivante.

42 Le poète parnassien Albert Glatigny (1839-1873).

43 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 54.

44 Le Journal d’un poète d’Alfred de Vigny a été publié à titre posthume par Louis Ratisbonne chez Michel Lévy en 1867.

45 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 55.

46 Plessis remercie Heredia de l’envoi du premier tome de sa traduction de la Véridique Histoire de la conquête de la Nouvelle-Espagne, du conquistador Bernal Diaz, publiée chez Alphonse Lemerre. La date du dépôt légal de l’ouvrage, dont l’achevé d’imprimer est du 20 octobre 1877, est le 14 décembre, comme l’indique la Bibliographie de la France du 12 janvier 1878. Cependant, la lettre de remerciement de Plessis laisse penser que Heredia avait envoyé des exemplaires du premier tome à ses amis dès novembre 1877.

47 En tête de sa traduction de la Véridique Histoire, Heredia a brossé un tableau historique de l’Espagne, afin de rappeler l’état d’esprit des conquistadores avant leur départ pour le Nouveau-Monde (« Espagne. 1513-1514 », ibid., p. V-XLIX). Ce tableau fit l’admiration de Flaubert, qui en récita des passages dans le salon de la princesse Mathilde, et celle de Barbey d’Aurevilly, qui rendit compte de l’ouvrage dans Le Constitutionnel du 25 février 1878.

48 Emmanuel des Essarts (1839-1909), ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé et docteur ès lettres, enseigna la littérature à l’université de Clermont-Ferrand, dont il fut doyen de 1892 à sa mort. Cet ami des Parnassiens, poète lui-même (Poésies parisiennes, 1862 ; Les Élévations, 1864 ; Poèmes de la Révolution, 1869), avait commencé sa carrière de professeur au lycée de Sens en 1861 ; c’est là qu’il rencontra le jeune Mallarmé, dont il devint l’ami et qui lui fit lire ses premiers essais poétiques. Nourrie de littérature grecque et latine, respectueuse de la versification traditionnelle et mêlant le goût du beau antique à l’évocation de la modernité, la poésie d’Emmanuel des Essarts présente beaucoup de similitudes avec celle de Frédéric Plessis.

49 Heredia a publié deux sonnets dans la revue La Muse orientale le 15 octobre 1877 : « Nymphée », que Plessis désigne par le début du premier vers (« Le quadrige céleste à l’horizon descend »), et « Arvor », dédié au peintre Emmanuel Lansyer et qui prendra le titre « Bretagne » dans Les Trophées, tandis que la dédicace disparaîtra.

50 Ferdinand Lourmand était le beau-frère de Heredia, dont il avait épousé la sœur Helmina en 1853. Quant à la famille Despaigne, c’était celle de la femme de Heredia.

51 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Nouvelles Acquisitions françaises, fonds Pierre de Nolhac, don 01-16, boîte 13 (fonds en cours de classement). Une mention à la plume, d’une autre main que celle de Heredia, précise que la lettre a été envoyée à Frédéric Plessis (« – à F. Plessis – »).

52 Né à Saint-Brieuc le 16 octobre 1811, Édouard Plessis mourra à Poitiers le 22 janvier 1882.

53 Le troisième tome de la Véridique Histoire de Bernal Diaz sera publié chez Lemerre en septembre 1881. Le deuxième, dont l’achevé d’imprimer est du 28 février 1879, avait été mis en vente au début du printemps de cette année-là. Quant au quatrième et dernier tome de la traduction, il verra le jour au début de 1887.

54 Le torero chargé de tuer le taureau avec son épée (espada), le matador.

55 « Sans honte », en espagnol.

56 Bibliothèque nationale de France, département des Manuscrits, Nouvelles Acquisitions françaises, fonds Pierre de Nolhac, don 01-16, boîte 13 (fonds en cours de classement). Bien que le nom du destinataire ne figure pas sur la lettre, nous avons pu le rétablir en retrouvant l’article du Semeur dont Heredia remercie son correspondant. Les collections du Semeur conservées dans les bibliothèques parisiennes sont lacunaires et ne comportent pas le numéro qui contient l’article de Plessis ; mais nous avons découvert le texte imprimé de cet article dans le fonds Plessis de la bibliothèque municipale de Brest (F PLE 11-26 et 11-26 bis). Si cette lettre se trouve aujourd’hui dans le fonds Pierre de Nolhac de la Bibliothèque nationale, c’est certainement parce que Plessis avait communiqué à son ami la lettre qu’il avait reçue de Heredia, afin de lui révéler la bonne opinion que le célèbre sonnettiste avait de lui : « Vous n’avez été que juste pour Nolhac dont je fais le plus grand cas comme artiste et comme érudit. Je suis convaincu qu’il ira loin. »

57 Frédéric Plessis, « Deux Poètes. Claudius Popelin, Un livre de sonnets, in-4o, G[eorges] Charpentier, 1888. – Pierre de Nolhac, Paysages d’Auvergne, A[lphonse] Lemerre, 1888 », Le Semeur, no 17, 10 août 1888, p. 327-328. Heredia était lui aussi un collaborateur de cette revue, à laquelle il avait confié deux sonnets, « Le Vieil Orfèvre » (25 février 1888, p. 115) et « Maris stella » (10 mars 1888, p. 124). En 1890, il en fera paraître trois autres (« Villula », « Sur l’Othrys » et « Le Laboureur ») dans L’Année des poètes de Charles Fuster, rédacteur en chef du Semeur et ami proche de Plessis. Sans doute est-ce par l’entremise de Plessis que Heredia a donné des poèmes au Semeur et à L’Année des poètes.

58 Plessis écrit en effet dans son article : « Il est possible que l’abstention des deux poètes qui passent pour les génies les plus grandioses, Lamartine et Hugo, ait été pour quelque chose dans cette réputation de mièvrerie du sonnet ; on oubliait un peu vite que Ronsard, qui en a tant fait, avait l’allure épique et le souffle puissant. Et de nos jours, plus d’un sonnet de José-Maria de Heredia est tout simplement héroïque » (art. cit., p. 327).

59 « Claudius Popelin est un maître émailleur qui n’avait pas besoin d’être le seul de ce temps-ci pour compter parmi les plus habiles qui pratiquèrent jamais cet art mystérieux, éclatant et solide. […] Le Livre de sonnets de M. Popelin est l’œuvre compacte d’un artiste en pleine maturité, de qui les beaux vers nous apportent, non une révélation, mais une confirmation de grâce et de talent […]. Peu de nos contemporains ont la strophe aussi ample, le style aussi naturel et la versification aussi dénuée de toute recherche apparente. » (Ibid.)

60 « C’est […] le premier recueil de vers que l’auteur fait imprimer, ce qui n’empêche pas que, depuis plusieurs années, il n’ait marqué sa place parmi les meilleurs dans le monde littéraire de Paris. Mais cette simple notoriété contrastait avec la situation considérable que M. de Nolhac s’était déjà faite en philologie. /Des livres importants, comme La Bibliothèque de Fulvio Orsini, Érasme en Italie, des découvertes comme celle du manuscrit autographe du Canzoniere de Pétrarque et de nombreux documents inédits relatifs à l’histoire des lettres et des arts pendant la Renaissance, ont de bonne heure attiré sur lui l’attention de l’Europe savante. […] M. de Nolhac est aujourd’hui professeur à l’École des Hautes Études où l’on a créé pour lui un cours d’histoire de la philologie […]. /M. de Nolhac est des quelques-uns qui sont maîtres de la langue et de la métrique : loin de chercher le bizarre et l’étrange, il s’attache au style sans néologisme, au choix des strophes les moins compliquées, à la construction pleine du vers dont le rejet est à peu près proscrit. […]/Esprit remarquablement ouvert à toutes les idées, M. de Nolhac a su donner à ses vers cette beauté intellectuelle qui tient à la vision juste des choses : il caractérise ce dont il parle. » (Ibid., p. 328.)

61 Mme Marie-Louise Plessis, née à Guingamp le 25 juillet 1824, était veuve d’Édouard Plessis (1811-1882). Dans une lettre envoyée à sa mère de Douarnenez le 17 juillet 1873, Heredia déclare : « Aujourd’hui est arrivé le jeune Plessis […]. La famille de Plessis, qui est très bien (sa mère surtout est une femme distinguée), m’a parlé avec une vive reconnaissance de la manière dont tu avais reçu son fils. » (Correspondance, op. cit., t. II, lettre no 375, p. 441.) La mère de Heredia recevait souvent les amis de son fils à dîner le jeudi dans son appartement de l’avenue de Breteuil.

62 Plessis avait épousé Berthe Le Carpentier, née à Caen le 17 février 1864, en l’église Saint-Porchaire, à Poitiers, le 3 avril 1883.

63 Ludovic Plessis, premier enfant de Berthe et de Frédéric Plessis, était né à Caen le 27 novembre 1886.

64 « À toi, très profondément », en latin.

65 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 5690, f. 56.

66 Plessis remercie Heredia de l’envoi de La Nonne Alferez, publiée chez Lemerre en 1894, avec des illustrations de Daniel Vierge gravées par Privat-Richard. L’achevé d’imprimer de l’ouvrage est du 13 mars 1894. Il s’agit de la traduction des mémoires laissés en 1624-1626 par l’Espagnole Catalina de Erauso, qui, déguisée en homme, partit pour le Nouveau Monde, où elle mena une vie digne d’un roman de cape et d’épée.

67 Nous remercions vivement Jean de Palacio de nous avoir communiqué le texte de cette lettre qui appartient à sa collection. Le recueil de Frédéric Plessis Vesper a été publié chez Alphonse Lemerre au début d’avril 1897 : il a été en effet enregistré le 17 avril à la Bibliographie de la France, qui indique comme date de dépôt légal le 3 avril. On en déduit que la lettre de remerciement adressée par Heredia à l’auteur de Vesper date certainement du même mois.

68 Depuis 1886, Heredia recevait chaque samedi ses amis du monde littéraire, artistique et politique dans le salon de son appartement situé 11bis rue Balzac.

69 Voici le sonnet « Didon », que Plessis a dédié « À J.-M. de Heredia » dans Vesper ; Élise (Elissa, en latin) est l’autre nom de la reine de Carthage :
… di morientis Elissae.
Virgile.
Si le jour d’abandon qui nous mène à mourir
Succède aux belles nuits dont le ciel fut avare,
Celui pour qui le mal par le mal se répare
Suit ton exemple, Élise, à ton dernier soupir !
Lorsque, docile aux dieux prompts à le ressaisir,
Le Troyen, de son glaive, eut, en tranchant l’amarre
Qui retenait sa nef à la côte barbare,
Du même coup tranché ta vie et son désir,
Au lieu d’étendre à lui ta pitié sur toi-même,
De le plaindre de fuir par devoir ce qu’il aime,
La vengeance altéra ton cœur trop conjugal.
Mais l’Olympe, trouvant injuste ta colère,
Préparait, pour calmer cette soif séculaire,
La coupe de poison où dut boire Hannibal.

70 Coll. Yann Mortelette. Sur papier à en-tête de l’Administrateur de la bibliothèque de l’Arsenal.

71 Heredia remercie Plessis de l’envoi de ses Poésies complètes publiées chez Albert Fontemoing en 1904. Le catalogue de vente de sa bibliothèque signale qu’il possédait en effet un exemplaire broché du recueil orné d’une dédicace autographe (Catalogue de livres modernes et de livres anciens provenant de la bibliothèque de feu M. José-Maria de Heredia, de l’Académie française, administrateur de l’Arsenal, première partie, vente à l’hôtel Drouot des 26, 27, 28, 29 et 30 mars 1906, Paris, Librairie Henri Leclerc, 1906, no 660).

72 Au cours de l’été et de l’automne 1904, Heredia fit de fréquents séjours au château de Bourdonné, près de Houdan. Dans une lettre à Mme Hugo Finaly du 12 novembre, il mentionne le régime qu’il suit pour tenter d’enrayer les douleurs d’estomac provoquées par le cancer qui devait l’emporter l’année suivante ; il ajoute que, dans la famille, tous ont été « plus ou moins malades » à cause des « mauvais brouillards de ces derniers temps ».

73 La Lampe d’argile contient une section intitulée « Bretagne », dont l’un des neuf poèmes, « Suciniou », est dédié à Heredia : Plessis y évoque la visite qu’il rendit le 2 octobre 1875 à son ami, qui avait loué un manoir du XVIe siècle près de Morlaix, pour y passer l’été et une partie de l’automne. Au printemps de la même année, lorsque Heredia était venu voir ce manoir pour la première fois, il était rentré à Paris en passant par Guingamp, où il avait été l’hôte de la famille Plessis. « Suciniou, manoir agréable aux abeilles » (v. 56), fut un lieu d’inspiration pour les deux poètes. En septembre 1875, Heredia y accueillit également Emmanuel Lansyer, qui peignit trois tableaux représentant le même paysage que celui que Plessis décrit dans son poème : Chemin et lande en vue de Suciniou, près [de] Morlaix (Finistère) [matin du 8 septembre 1875], huile sur toile, 40,6 x 27 cm, Loches, Maison Lansyer (voir illustration no XI du cahier iconographique) ; Chemin et lande près de Suciniou, près [de] Morlaix [soir du 8 septembre 1875], huile sur toile, 37,5 x 27 cm, Loches, Maison Lansyer ; Embouchure de la rivière de Morlaix (vue des hauteurs de Suciniou). Effet nuageux [soir du 10 septembre 1875], huile sur toile, 46 x 39 cm, Loches, Maison Lansyer. Les autres poèmes de la section « Bretagne », dans La Lampe d’argile, gardent notamment le souvenir des séjours à Douarnenez en compagnie des poètes et des peintres.

74 Un autre poème de La Lampe d’argile, « À José-Maria de Heredia », commence par cet éloge :

Dans tes veines, poète au profil de guerrier
Qui porterais le casque aussi bien qu’un laurier,
Des Hispano-Romains tragiques et sonores
Le sang se mêle au sang des fiers Conquistadores.

Plessis y fait allusion au portrait à l’émail réalisé par Claudius Popelin, dans lequel le poète, vu de profil, est revêtu de l’armure de son ancêtre, le conquistador Pedro de Heredia.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540