Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Troisième partie. Documents inédits

« Préface » à un recueil de vers inédit (1879)1

Frédéric Plessis

Texte intégral

  • 1 Frédéric Plessis, « Préface », datée « Paris, 1879 » ; bibliothèque de Brest, fonds Plessis, cote (...)

1« Êtes-vous Parnassien ? » Cette question m’a été faite quelquefois. C’est à peu près comme si l’on m’avait demandé : « Êtes-vous élève de Louis-le-Grand ? » On ne reste pas toute sa vie en rhétorique : mais on ne devient guère un lettré si l’on n’a jamais été un rhétoricien. J’ai de même passé par le Parnasse et je m’en suis bien trouvé.

2Les Parnassiens avaient l’amour de l’art, la science du métier, le respect des maîtres. On les a représentés comme une coterie : [c’est injuste biffé] cela n’est pas juste [c’est injuste en ajout] ; leurs rangs étaient ouverts aux nouveaux venus dont les idées se rapprochaient des leurs et dont les débuts annonçaient du talent. Il est vrai qu’en ce temps-là rien ne tenait lieu de mérite : il fallait avoir fait ses preuves. On les a représentés comme une petite église ayant ses dogmes et sa hiérarchie : c’est encore inexact. Je doute qu’en aucun temps deux Parnassiens aient pu causer [ensemble biffé esthétique biffé] ensemble sans se trouver en désaccord sur des questions [littéraires biffé] littéraires [les plus graves biffé] très importantes. Aussi, quand le groupe s’est dissous, les différences de tempérament, qui avaient toujours existé, se sont accentuées ; chacun a cherché sa voie avec indépendance. Quelques-uns ont disparu ; d’autres ont été pris par le public ; d’autres enfin, le plus petit nombre, sont demeurés purement artistes.

3J’oserai presque dire qu’aujourd’hui il ne reste de tradition commune à tous les Parnassiens qu’une certaine conception du vers bien fait.

  • 2 « C’est un métier que de faire un livre, comme de faire une pendule » (Des ouvrages de l’esprit) [ (...)

4Le vers bien fait ! Voilà cette grande question de la forme au sujet de laquelle les critiques ont tant attaqué le Parnasse : « La forme est belle », disaient en chœur les critiques, « mais il n’y a ni idée ni sentiment. » Je pense, pour ma part, qu’une belle forme, en poésie comme en toute œuvre artistique, est une forme exactement moulée sur l’idée qu’on veut rendre, l’exacte expression de l’impression ressentie par l’auteur et qu’il veut faire partager à d’autres. Que les Parnassiens aient plus d’une fois mal exprimé leur pensée, certes [j’en tombe d’accord sans peine biffé] je n’y contredirai pas : mais cela venait de la défaillance du talent individuel, nullement de la doctrine en elle-même. Cette doctrine, qui consiste à croire qu’en littérature une idée n’a de valeur que si elle est réalisée littérairement, n’a pas été inventée par eux : elle est commune à tous les écrivains qui ont laissé des œuvres durables. C’était celle de La Bruyère2, et Virgile ne pensait pas là-dessus autrement qu’un Parnassien.

5Les [un mot illisible] hommes, dont je prends la défense à certains points de vue, eurent cependant un tort grave : ils affectèrent le mépris de la muse élégiaque. Encore peut-on invoquer en leur faveur plusieurs excuses. Tous n’ont point commis cette faute au même degré ; [ceux qui biffé] [ceux qui s’en sont rendus coupables biffé] Les Parnassiens ont dédaigné l’Élégie beaucoup moins en pratique qu’en théorie.

  • 3 Moriz Haupt, établissant que l’Élégie tient à la fois de l’ode et de l’épopée, ajoute : « Elle ne (...)

6Les nouveaux poètes qui ont surgi, innombrables et populaires, depuis la dissolution du groupe parnassien, ont poussé plus loin encore l’injure à ce genre noble et charmant, le plus délicat, le plus passionné, le plus vivant de tous les genres3, et dans leurs volumes, d’ailleurs remplis de noires lamentations, ont eu soin d’avertir qu’ils étaient très gais, très forts et très étrangers au sentiment.

7Enfin (et c’est [là biffé] ici la véritable [excuse biffé] cause de la haine apparente des Parnassiens pour l’Élégie, et leur principale excuse), que de jeunes hommes se croient poètes et sont acceptés pour tels parce que, dans des vers sans rime ni mesure écrits en un mauvais français, ils [indiquent des biffé] ébauchent l’expression de pensées et de [s biffé] sentiments élégiaques que le lecteur devine ou s’imagine deviner ! Une réaction contre de telles fadeurs [et de si injustes biffé] [tristes biffé] était inévitable chez les vrais poètes.

8Est-il nécessaire d’ajouter que [l’affaiblissement de la tradition biffé] l’oubli de la distinction des genres et l’impatience de la discipline ont [amené biffé abouti biffé] abouti, parmi les Parnassiens, comme [un peu partout de nos jours biffé] ailleurs, à d’extravagantes tentatives ou [bien biffé] bien à des lassitudes fâcheuses par suite de l’isolement.

9Quoi qu’il en soit, le Parnasse [était une forte biffé fut biffé] était une forte école [, où biffé] en ceci que la conscience littéraire y [fut biffé] était par-dessus tout en honneur. Préférer le travail et l’approbation des maîtres à l’argent et au succès, consentir à être méprisé ou ignoré du public, demander son pain [et du biffé] à quelque métier pénible plutôt que de vendre sa plume, passer pour un amateur ou un débutant (chose plus dure qu’on ne croit, à la longue), plutôt que de faire des concessions et de trahir son idéal : voilà ce que tous ont appris et ce que plusieurs ont retenu.

10Je n’entends nullement, en écrivant ces lignes, jeter un discrédit sur certains Parnassiens qui sont arrivés à une haute réputation : ils ne sont pas allés au public, c’est le public qui est venu à eux. Je n’entends pas davantage dire qu’en dehors du Parnasse il n’y eût pas de talent : ce serait faux et ridicule. Mais je ne vois pas, de nos jours, un autre groupe littéraire qui ait gardé à ce point quelque chose des grandes traditions et d’où soient sortis autant d’écrivains d’un vrai mérite. C’est pourquoi je m’honore d’en avoir fait partie, bien que venu seulement à la dernière heure.

11Il me reste à dire un mot du recueil que je publie aujourd’hui et de la forme que je lui ai donnée.

12N’ayant point fait de « premier volume », j’ai réuni en celui-ci des poèmes qui représentent le travail immédiat de sept années environ. De là des différences de goût assez sensibles selon les temps et à cause desquelles j’ai daté la plupart des pièces. On verra que j’ai à peu près suivi l’ordre chronologique : le caractère [autobio-biffé] autobiographique du livre m’en faisait une loi. Ce même caractère m’a fait répandre dans tout le volume les poèmes antiques au lieu de réunir en faisceau les poèmes grecs d’une part, les poèmes romains de l’autre, et enfin les poèmes modernes. J’ai préféré qu’on pût suivre la marche des préoccupations intellectuelles en même temps que celle des sentiments.

13Par des motifs qui n’ont rien de commun avec un dégoût quelconque de la Poésie, je me trouve aujourd’hui engagé dans des travaux qui ne l’atteignent qu’indirectement. Il est peu probable que je publie jamais d’autres vers. J’ai tenu d’autant plus à recueillir ceux-ci, qui fixent le souvenir de ma jeunesse.

14F[rédéric] P[lessis]

15Paris, 1879.

Notes

1 Frédéric Plessis, « Préface », datée « Paris, 1879 » ; bibliothèque de Brest, fonds Plessis, cote F PLE 8-225, f. 1-7. Le recueil pour lequel Plessis a écrit cette préface était vraisemblablement l’ébauche de La Lampe d’argile (1887).

2 « C’est un métier que de faire un livre, comme de faire une pendule » (Des ouvrages de l’esprit) [Parole mémorable que doivent méditer tous ceux qui veulent écrire biffé]. – « Dans tout art et par conséquent aussi dans l’art du langage », écrivait hier [un jeune savant biffé] M. O [thon] Riemann, « il y a une partie technique dont la connaissance n’a jamais empêché les personnes de goût de juger avec goût : elle leur permet seulement de mieux se rendre compte de leurs impressions et de donner à leurs appréciations plus de sûreté. » [Note de Frédéric Plessis.] Membre de l’École française d’Athènes, Othon Riemann (1853-1891) avait soutenu une thèse sur les Helléniques de Xénophon à la Sorbonne en 1878 et fait paraître des Études sur la langue et la grammaire de Tite-Live chez Ernest Thorin en 1879. Deux ans plus tard, il donnera une édition des livres XXI et XXII de l’Histoire romaine de Tite-Live (récit de la deuxième guerre punique) en collaboration avec Eugène Benoist, directeur de thèse de Plessis. Il deviendra maître de conférences à l’École normale supérieure et à l’École des Hautes Études. En 1905, lorsque Plessis publiera, avec le concours de ses élèves de l’École normale supérieure, un recueil d’épitaphes latines, l’un de ses collaborateurs sera Albert Riemann (1882-1943), fils d’Othon Riemann.

3 Moriz Haupt, établissant que l’Élégie tient à la fois de l’ode et de l’épopée, ajoute : « Elle ne résulte ni d’une situation d’âme paisible et purement contemplative, ni d’un état où l’on soit pleinement en proie au plaisir ou à la douleur ; elle offre une alternative entre le mouvement et la contemplation ; c’est bien la poésie pour les âmes qui sont susceptibles de puissantes émotions, mais qui savent en retour se maîtriser. » (Opusc[ula], [Lipsiae, impensis S. Hirzelii,] t. III, [1876,] p. 205 à la note). – « Les Élégiaques », dit à son tour le Dr Schulze, « associent l’exposition objective à la réflexion subjective. L’Élégie apparaît dans l’histoire comme une médiatrice entre la poésie épique et la poésie lyrique ; elle se manifeste aussitôt la disparition de l’Épopée, et c’est une avantcourrière de la poésie lyrique proprement dite. » (Röm[ische] Elegik[er], Einleitung, p. 4.) L’Élégie, en effet, concentre les substances des deux autres genres. Si j’ai cité les Allemands, [pour éclairer ma pensée biffé], c’est qu’en général ils [ plusieurs mots biffés illisibles] savent mieux que nous se rendre compte des causes et des effets, creuser les théories, et que dans ce cas spécial je ne saurais [mieux biffé] rendre ma pensée [que ne l’ont Haupt et biffé] mieux que ne l’ont fait Haupt et M. Schulze. [Note biffée par Frédéric Plessis.] Plessis traduit un passage emprunté à l’introduction de l’anthologie scolaire publiée par Karl Paul Schulze (Römische Elegiker. Eine Auswahl aus Catull, Tibull, Properz. Für den Schulgebrauch bearbeitet von Dr. Karl Paul Schulze, Berlin, Weidmannsche Buchhandlung, 1879, « Einleitung », p. 4) : « Die Elegiker verbanden die objective Erzählung mit der subjectiven Reflexion. Und endlich erscheint die Elegie auch geschichtlich als Vermittlerin zwischen dem Epos und der Lyrik : sie tritt zuerst mit dem Verschwinden des Epos auf und ist die Vorläuferin der eigentlich lyrischen Poesie. »

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540