Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Deuxième partie. Frédéric Plessis romancier et épistolier

Le culte de « la Règle » : quelques professions de foi de Frédéric Plessis glanées dans ses lettres à Auguste Dupouy

Jean-Pierre Dupouy

Texte intégral

1La correspondance entre Frédéric Plessis et Auguste Dupouy s’étend de 1897 à 1941. Il semble, d’après le fonds de lettres resté en ma possession, que c’est avant la Première Guerre mondiale qu’elle a été la plus dense. Ce fonds, qui contient une centaine de lettres de Plessis, ne comporte qu’un nombre restreint de lettres de Dupouy. Même si l’on peut reconstituer quelques fragments d’une correspondance croisée, il faut renoncer à l’idée de parvenir à une restitution complète de ces échanges épistolaires. Outre les disparitions liées aux aléas de la conservation d’archives familiales, il faut en rendre responsable le choix délibéré de Plessis de ne pas garder les lettres reçues, comme il s’en explique très clairement à Dupouy en 1902 :

  • 1 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 24 octobre 1902. Toutes les lettres de Plessis à Dupouy (...)

Votre lettre est si tristement vraie et, par un cas particulier, établit des vérités si générales que je ne l’ai pas encore déchirée, malgré le principe que j’ai adopté depuis plusieurs années, à cause des amis qui m’écrivent à cœur ouvert, par sentiment de la vanité qu’il y a à essayer de faire durer l’éphémère, – et même enfin un peu par encombrement de papiers et faute de place1.

2Pour ces raisons tant d’ordre moral et philosophique que d’ordre pratique, il est peu probable que l’on retrouve un jour d’autres lettres de Dupouy à Plessis. Du moins avons-nous la chance que Dupouy ait été soucieux de conserver les lettres de son ancien maître.

3Il apparaît qu’une relation de confiance s’est rapidement nouée entre le professeur de poésie latine à l’École normale supérieure et son élève de la promotion 1893. La plus ancienne lettre conservée de Plessis à Dupouy, en date du 21 mars 1898, est adressée à son « cher ami ». L’ancien élève reste évidemment déférent : les premières lettres commencent par « Monsieur et cher maître », les suivantes par « Cher maître ». Plessis semble avoir trouvé en Dupouy un disciple attentif, doté d’une personnalité littéraire non encore affirmée, mais prometteuse. À travers cette correspondance, il prolonge donc son rôle magistral, mais sur d’autres terrains que celui de la littérature latine, et sur le ton du conseil amical, parfois même de la confidence, sans crainte apparente de voir ses propos mal interprétés ou mal utilisés :

  • 2 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 19 mai 1902.

Vous ne vous plaindrez pas que je ne vous écrive pas sincèrement, au courant de la plume ; ma lettre est pleine de désordre, comme une conversation (où je parlerais tout seul, mais je compte que vous me répondrez promptement)2.

4Aux affinités intellectuelles qui sont à l’origine de cette relation, il faut sans doute ajouter un lien « géo-affectif » : celui qui unit fréquemment hors de la Bretagne deux individus se reconnaissant comme Bretons. Le 12 janvier 1911, Plessis écrit à Dupouy :

  • 3 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 12 janvier 1911.

Je me rappelle encore avec quel étonnement je reçus votre carte (vœux de jour de l’An) datée de Saint-Guénolé, sans votre titre d’élève de l’École, de sorte que tout d’abord je me demandai qui pouvait être ce compatriote si aimable3.

5Si la posture de Plessis est bien celle du maître, c’est sans dogmatisme qu’il prodigue ses conseils. Plutôt que de dire ce qu’il faut faire, il dit ce qu’il fait, sans obliger son correspondant à le suivre :

  • 4 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

Je vous parle de moi : libre à vous de ne pas vous y intéresser ! mais du moins je vous parle de ce que je puis connaître, et je ne vaticine pas au nom de l’Humanité. Prenez de ce « moi » ce qui intéresse vous ou tout le monde, laissez le reste4.

  • 5 Ibid.

6Ses conseils concernent essentiellement deux domaines : la poésie et la politique. Plessis, dont le premier recueil a été couronné par l’Académie française, est attentif aux débuts en poésie de son ancien élève. En même temps, il lui fait part de ses convictions nationalistes alors que la France est déchirée par l’affaire Dreyfus. D’un domaine à l’autre, on perçoit le même culte des règles à respecter, ou plutôt, selon son expression, de « la Règle5 ».

7Ses remarques sur la poésie portent surtout sur la métrique. Elles traitent de deux questions : celle de la césure de l’alexandrin et celle de la rime pour l’œil. À propos d’un sonnet que Dupouy lui a soumis, il formule ce jugement :

  • 6 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 31 août 1898.

Votre sonnet est joli, mais (je puis en dire un peu de mal, puisque c’est moi, dites-vous, qui l’ai inspiré) il ne vaut pas les autres vers que je connais de vous. Le 2e vers n’est pas un vers du tout. Je crois vous avoir dit mon sentiment là-dessus, et je ne voudrais pas vous ennuyer en y revenant ; mais les règles sont nécessaires là comme ailleurs. Votre 2e vers est une ligne de prose6.

8Paru dans Partances en 1905, apparemment sans retouche malgré les conseils du maître, le sonnet, intitulé « Ferveur », commence ainsi :

  • 7 Auguste Dupouy, « Ferveur », Partances, Paris, Lemerre, 1905, p. 9.

L’air est vibrant. Au fond du val, frêle, résonne
Une clochette. Un enfant joue. Un bœuf mugit7.

9Le deuxième vers est un trimètre, formé de trois mesures de quatre syllabes. La sixième syllabe est au début d’un mot, ce qui interdit toute césure. Pour Plessis, qui le répétera souvent, c’est une transgression majeure. Revenant sur ce sonnet dans sa lettre suivante, il justifie sa critique :

  • 8 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 7 septembre 1898.

Quant à l’hémistiche, je suis intransigeant. Il faut des règles en tout et elles doivent être absolues, et c’est pour cela que les théoriciens et surtout ceux qui se placent au point de vue historique sont des malfaiteurs. Ils recherchent la cause, le sens d’une règle à l’origine ; et, en admettant qu’ils voient juste, quelle conséquence ont-ils le droit d’en tirer autre qu’une explication historique8 ?

10Deux ans plus tard, il donne son sentiment sur d’autres poèmes de son correspondant et termine une suite de propos très élogieux par cette conclusion :

  • 9 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, 17 mars 1900. Félix Jeantet était poète et directeur de la Revu (...)

Si j’ai à « patronner » vos vers auprès de Jeantet ou de d’autres [sic], je fermerai mes yeux sévères sur vos abominables frasques en métrique9 !

  • 10 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 25 mars 1909.

11L’intransigeance de Plessis se manifeste aussi à propos de la rime. Il reproche à Dupouy de ne pas respecter assez scrupuleusement la règle malherbienne de la rime homographe et de se permettre ainsi de faire rimer berger et caché, mai et aimer, végéter et vanité10 :

  • 11 Ibid.

Quel avantage trouvez-vous à ces à-peu-près ? C’est un retour à la barbarie ; et pourtant votre poésie n’est pas du tout barbare ; donnez-lui le manteau aux beaux plis qui lui convient11.

12Huit ans plus tard, il revient sur le sujet :

  • 12 Raymond Cahen, auteur d’une thèse sur le rythme poétique dans les Métamorphoses d’Ovide, soutenue (...)
  • 13 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 18 février 1917. Plus haut dans sa lettre, Plessis avait (...)

Vos vers sont beaux ; plusieurs de vos distiques m’ont frappé et plu infiniment. Mais ne faites pas rimer des singuliers avec des pluriels et « défilé » avec « onduler ». Pourquoi ? parce que l’on n’a jamais vu aucun peuple civilisé et littéraire changer les règles de sa versification après que sa littérature a produit des siècles de chefs-d’œuvre ; à partir d’un certain moment, s’il y a progrès à faire, ce ne peut être, cela n’est jamais que par des restrictions, jamais par une extension de libertés. Il a fallu qu’un vent de folie passât sur la France en ces trente dernières années pour qu’il en ait été autrement ; influence étrangère, anarchie, décadence. Ne dites pas : « À l’oreille, un singulier et un pluriel ont le même son. » Vous méconnaîtriez ce que Cahen12 soutint avec raison dans sa thèse latine : « que le vers n’est pas fait pour l’oreille seulement, mais aussi pour l’esprit ». Attendez que je sois mort – ce qui ne peut tarder –, pour saboter l’alexandrin ! Vous consolez du moins mes vieux jours par votre retour au respect de l’hémistiche13.

  • 14 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 8 mars 1904. Quelques années plus tard, Plessis, sans do (...)
  • 15 Par une ironie du sort, la seconde édition du dernier recueil de Plessis, La Couronne de lierre, r (...)

13À ses yeux, l’exemple même de cette décadence dans la poésie, c’est « cet abruti de Verlaine dont on a fait ensuite un maître14 ». On comprend que la métrique alanguie de Verlaine ait pu lui apparaître comme le contre-modèle de son exigence de rigueur15. Cette nécessité de la règle, il l’avait ainsi justifiée dans la lettre du 7 septembre 1898, où il avait affirmé son intransigeance au sujet de l’hémistiche :

  • 16 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 7 septembre 1898.

Rien n’est plus facile que de montrer l’absurdité de toute règle à la limite. Mais, de même qu’un jeune homme est majeur seulement le jour où il a 21 ans, bien que, la veille, il fût en fait tout aussi capable, de même tout vers alexandrin doit avoir un mot qui finit avec l’hémistiche ; car, s’il est permis à chacun de juger selon son goût et selon les circonstances, il n’y aura plus de borne à la fantaisie individuelle, et les lignes que composeront les uns et les autres ne mériteront pas de porter le même nom ; je rejette, comme une horreur pour l’oreille, l’alexandrin ternaire. Et je vous assure d’ailleurs que, pour V. Hugo, même dans ces vers-là, la césure (il n’y en a jamais qu’une par alexandrin) était après 6 syllabes16.

14La règle en métrique est donc de même nature que la règle sociale. Cette référence à une notion juridique (la majorité définie comme l’âge à partir duquel une personne est « capable » de tous les actes de la vie civile) pour établir le bien-fondé de la « règle », principe arbitraire mais propre à transcender les choix individuels et donc à rendre possible une vie en communauté, Frédéric Plessis devait la considérer comme essentielle, puisqu’on la retrouve dans une autre lettre, écrite l’année suivante :

  • 17 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 20 novembre 1899. Allusion à la phrase attribuée à saint (...)

Vous reconnaîtrez qu’il faut – un jour ou l’autre – humilier notre individualité devant la Règle ; qu’il faut une césure dans l’alexandrin, comme une messe tous les dimanches, comme une heure fixe pour la classe et un chiffre égal de fautes pour un contresens, bien que – au premier abord et superficiellement – il n’y ait pas de règle qui ne soit absurde, qui ne repose sur une fiction. Prenez pour exemple la majorité : il est idiot qu’un homme ne soit de rien le lundi, et que le mardi, parce qu’il a 21 ans, il devienne subitement capable de tout ; essayez d’une société où cela serait autrement, cette société n’est pas seulement idiote, elle est impossible. De même, l’existence de Dieu est une chose absurde : mais il est impossible que Dieu n’existe pas. Et c’est là qu’on voit la profondeur du mot « quia absurdum »17.

  • 18 Je n’ai pu retrouver la lettre de Dupouy à laquelle Plessis répond le 21 décembre 1899.

15La « Règle », avec sa majuscule indiquant son caractère sacré, est donc une notion qui relie le poétique au politique et au religieux. Comme elle est alléguée pour les questions de métrique dans des lettres écrites au moment où les débats autour de l’affaire Dreyfus étaient particulièrement violents, on s’attend à ce qu’elle soit également invoquée par Plessis pour justifier son antidreyfusisme. Or, curieusement, il n’en est rien, alors même que les professions de foi politiques sont récurrentes dans ses lettres de cette période. À un Dupouy qui avait dû lui demander si son engagement antidreyfusard était motivé par le même culte de la Règle qui présidait à ses préceptes poétiques, Plessis répond en invoquant, au lieu d’un principe, la simple reconnaissance d’un fait, incontestable à ses yeux : la culpabilité de Dreyfus. Dans une lettre datée du 21 décembre 1899 qui paraît réagir à la formulation d’une telle question18, en informant son correspondant qu’il ira le lendemain « dîner chez Barrès, au fond de Neuilly » et qu’« il est probable qu’on ne causera guère que de politique », il justifie ainsi sa position :

  • 19 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

À ce sujet, ne croyez pas que mon opinion, très ferme dès le début dans l’Affaire, ait eu pour point de départ mon culte de la Règle : en dehors de tout ce qui s’est dressé autour par la suite, mon opinion s’est faite sur l’affaire en elle-même. Pour moi, la culpabilité de Dreyfus a été cent fois démontrée19.

16Quoi qu’il en soit, Plessis se plaît visiblement à exposer dans ses lettres ses convictions politiques. Son correspondant étant sans doute à ses yeux un jeune intellectuel qui n’a pas encore trouvé sa voie ou qui semble tenté par un individualisme sceptique, à l’écart des affrontements idéologiques, il était prévisible qu’il cherchât à lui faire partager ses idées ou, du moins, à les lui formuler. Si le propos est souvent passionné, il reste toujours respectueux des sentiments de l’interlocuteur, qu’il traite plus en confident qu’en possible prosélyte. Dans sa lettre du 21 décembre 1899, à la suite d’une charge mi-plaisante mi-sérieuse contre les Grecs, « ce vilain petit peuple de philosophes et de menteurs », il déclare à son correspondant :

Vous allez me trouver abominable ; mais rendez-moi cette justice que je n’ai jamais, ni (je crois) comme professeur, ni depuis comme ami, cherché à peser sur votre développement intellectuel, et que je me borne à vous dire tout simplement mes idées et mes opinions.

17L’un des intérêts de cette correspondance est précisément ce ton de simplicité adopté par Plessis pour exprimer ses convictions à son disciple. Ainsi, quelques années avant de la présenter en universitaire dans l’introduction de La Poésie latine, il s’était amusé à développer avec une grande liberté l’idée d’une nette supériorité des Romains sur les Grecs dans la lettre qui suit immédiatement celle du 21 décembre 1899, peut-être en réponse à l’étonnement de son correspondant devant tant de mépris pour un peuple si universellement admiré. On appréciera la différence de ton entre les deux formulations, alors même que la pensée manifeste une réelle unité. Celui de la lettre est percutant et joyeusement irrévérencieux :

  • 20 Lettre de Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 9 janvier 1900.

Je n’aime pas les Grecs, parce que c’étaient des lâches et des méchants, des menteurs, des voleurs, des philosophes, des bavards, des pédants, des malpropres, des pédérastes, des bohèmes, des artistes… On ose parler de la brutalité militaire et de la grossièreté des Romains : les Grecs n’ont cessé de se trahir, de se voler et de se massacrer entre eux. […] On proclame que les Romains ne sont que des plagiaires : c’est un peuple de moralistes, de poètes autrement délicats que les épicuriens et les pédérastes grecs, c’est un peuple qui avait l’esprit de discipline, de hiérarchie, de règle en tout20.

18Dans l’introduction de La Poésie latine, le ton est naturellement moins passionné, mais on y retrouve la même association de l’esprit latin et de la règle, avec les mêmes implications dans le jugement porté sur la culture française contemporaine :

  • 21 Frédéric Plessis, « Introduction », La Poésie latine, Paris, Klincksieck, 1909, p. XIV-XV.

Les Grecs n’ont vu d’abord dans la métrique qu’une partie d’un ensemble, qu’une auxiliaire de l’orchestique et de la musique […]. Pour les Romains, comme pour nous [,] la beauté des vers se suffit à elle-même ; l’intervention d’un autre art ne peut que lui porter atteinte et la dénaturer ; car ils sont parvenus, grâce à leur sentiment de la règle et de la symétrie, à lui donner une forme magnifique et fixe, une plénitude, une sonorité qui font de leur hexamètre dactylique un instrument de poésie auquel l’Alexandrin français régulier peut seul être comparé21.

19L’opposition que Plessis établit entre la métrique grecque et la métrique latine se double d’une dimension politique ; son introduction à La Poésie latine se termine en effet par la citation de ces propos de Paul Thomas :

  • 22 Paul Thomas, conférence au cercle littéraire des étudiants de Gand, Bruxelles, Lamertin, 1892, p.  (...)

C’est le génie français que l’on vise à travers le génie latin, et ce dédain pour la littérature de Rome a la même source que la touchante candeur avec laquelle on proclame l’identité du génie hellénique et du génie allemand22.

20Huit ans plus tôt, dans une lettre à Dupouy où il évoquait l’attitude d’Anatole Le Braz pendant l’affaire Dreyfus, il associait déjà la rigueur de l’esprit latin à la France et la souplesse de l’esprit grec à l’Allemagne :

  • 23 « La plus belle des choses ».
  • 24 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 1er novembre 1901.

C’est la franc-maçonnerie, qui, par l’arrivisme, a perdu tant de belles intelligences et de cœurs qui n’étaient pas mauvais ; c’est l’éducation grecque et germanique, sophistique et nuageuse, au lieu de l’éducation romaine et chrétienne, qui avait fait la France, « pulcherrima rerum23 », la France de l’honneur et du bon sens, la patrie qui n’est pas de la terre seulement, mais de la tradition, de la solidarité avec le passé, de la gloire nécessaire à l’homme qui ne vit pas seulement de pain24.

21La république étant à ses yeux le triomphe de l’individualisme, Plessis place ses espoirs dans un régime fondé sur l’autorité, la tradition, la nation française (dont les parties les plus saines sont les provinces et la bourgeoisie terrienne). Ses lettres à Dupouy sont émaillées de diatribes contre tout ce qui touche de près ou de loin au libéralisme. Ses jugements sur les individus se font à l’aune de leur degré de proximité avec ce courant de pensée. Ainsi, d’Anatole Le Braz :

  • 25 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

L’adoucissement du divin Le Braz, qui me fait plaisir, tient fort vraisemblablement à ce que, tout de même, les Dreyfusards sont en déroute25.

22Dans ses propos concernant l’École normale supérieure, il se plaint fréquemment de l’attitude de Georges Perrot, son directeur protestant, de certains de ses collègues et de ses élèves gagnés aux idées libérales. Paradoxalement, dans le climat d’antisémitisme qu’a connu la France en ces années, c’est à quelques élèves juifs que vont ses pensées les plus affectueuses. On en mesure le prix quand on lit dans une lettre du 10 juillet 1898 :

  • 26 Édouard Drumont avait fait paraître La France juive en 1886 et avait fondé la Ligue nationale anti (...)

Je vous engage vivement à lire […] tous les livres de Drumont, qui est un historien et un moraliste de premier ordre26.

23Dans cette même lettre, il brosse un tableau très noir des intellectuels de son temps :

Votre génération a eu l’esprit littéralement empoisonné par la nôtre, une des plus menteuses, des plus calomnieuses du passé, des plus fausses qu’il y ait jamais eu. J’ai mis vingt ans, ou peu s’en faut, à me désintoxiquer : génération de pions, de protestants, de parlementaires, d’hommes d’argent, génération anti-française en tout, et dont la trahison semble être l’incurable et foncière maladie ; génération où chacun a honte de son métier et veut passer pour autre chose que ce qu’il est ; où tous sont démangés du besoin d’écrire, de se faire imprimer, d’être « célèbre » ; génération qui, après avoir persécuté et abruti le clergé, a spolié et déshonoré la bourgeoisie, et qui s’en prend maintenant à l’armée.

24Après celui de la diatribe, la lettre adopte le ton de la profession de foi :

Trois choses importent seules : la Justice, l’Amour, la Patrie. L’art n’est bon que quand il s’inspire d’elles.

25Cette dernière déclaration manifeste tout ce qui sépare désormais Plessis des théoriciens de l’art. Elle permet de considérer que ses prescriptions concernant la métrique relèvent moins d’un culte de la forme que d’un respect sacré de la nation et de la tradition. De la poétique à la politique, quel que soit le déni observé à propos de la justification des sentiments antidreyfusards, la cohérence de la pensée est totale. La Règle est un absolu grâce auquel on peut faire l’économie du débat et de la recherche de nouveauté. Il n’en est pas moins important de constater à quel point cette intransigeance sur les principes s’accompagne d’une réelle humilité et d’une grande bienveillance à l’égard des personnes. En témoigne la fin d’une lettre du 18 décembre 1898, qui, après de violents propos inspirés par la « lamentable Affaire »,

vieille hostilité des hommes de robe et de livres contre les hommes d’épée et d’action ; terreur des représentants d’un régime vieilli, couvert d’opprobre par le Panama, qui sentent la France leur échapper, coalition des jacobins, francs-maçons, juifs, protestants,

26fait entendre un tout autre ton :

  • 27 En 1898, Auguste Dupouy est professeur au lycée de Quimper, où il a pour collègue Anatole Le Braz. (...)

Je crains que ma lettre ne vous ennuie ; et bien, dites-le franchement, et nous ne reparlerons plus de cela. Il y a assez d’autres choses qui nous unissent au lieu de risquer de nous diviser. Faites mes amitiés à MM. Le Braz et Litalien27, et soyez sûr que je vous aime beaucoup et que je fais de vous un cas infini. Ma femme vous remercie de votre bon souvenir et vous envoie le sien, et moi, mon cher ami, en vous priant de ne pas m’oublier auprès de votre famille, je vous serre la main affectueusement.

Notes

1 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 24 octobre 1902. Toutes les lettres de Plessis à Dupouy citées dans cet article appartiennent à la collection de Jean-Pierre Dupouy.

2 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 19 mai 1902.

3 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 12 janvier 1911.

4 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

5 Ibid.

6 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 31 août 1898.

7 Auguste Dupouy, « Ferveur », Partances, Paris, Lemerre, 1905, p. 9.

8 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 7 septembre 1898.

9 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, 17 mars 1900. Félix Jeantet était poète et directeur de la Revue hebdomadaire.

10 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 25 mars 1909.

11 Ibid.

12 Raymond Cahen, auteur d’une thèse sur le rythme poétique dans les Métamorphoses d’Ovide, soutenue à la Faculté des lettres de Paris en 1910.

13 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 18 février 1917. Plus haut dans sa lettre, Plessis avait évoqué son âge : « J’ai eu 66 ans le 3 février et je vous assure qu’un matin, dans la neige à Neuilly, avec des engelures aux pieds et aux mains, une fluxion à une dent, je me traînais piteusement. Je ne suis plus qu’un vieux bonhomme qui aurait bien voulu prendre sa retraite. »

14 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 8 mars 1904. Quelques années plus tard, Plessis, sans doute pour mettre en garde son disciple contre la pente de ses admirations littéraires, lui exposera ses divergences d’opinion avec Charles Le Goffic : « Il y a deux personnages sur lesquels Le Goffic et moi, nous ne nous entendrons jamais, Renan et Verlaine » (Paris, 12 avril 1910).

15 Par une ironie du sort, la seconde édition du dernier recueil de Plessis, La Couronne de lierre, reçut le prix Paul Verlaine de l’Académie française en 1939.

16 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Bény-sur-Mer, 7 septembre 1898.

17 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 20 novembre 1899. Allusion à la phrase attribuée à saint Augustin : « Credo quia absurdum » (« Je crois parce que c’est absurde »), que l’on trouve, sous une forme un peu différente, dans le De carne Christi, chap. 5, de Tertullien.

18 Je n’ai pu retrouver la lettre de Dupouy à laquelle Plessis répond le 21 décembre 1899.

19 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

20 Lettre de Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 9 janvier 1900.

21 Frédéric Plessis, « Introduction », La Poésie latine, Paris, Klincksieck, 1909, p. XIV-XV.

22 Paul Thomas, conférence au cercle littéraire des étudiants de Gand, Bruxelles, Lamertin, 1892, p. 6 ; ibid., p. XVI, n. 1.

23 « La plus belle des choses ».

24 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 1er novembre 1901.

25 Frédéric Plessis à Auguste Dupouy, Paris, 21 décembre 1899.

26 Édouard Drumont avait fait paraître La France juive en 1886 et avait fondé la Ligue nationale antisémitique de France en 1890.

27 En 1898, Auguste Dupouy est professeur au lycée de Quimper, où il a pour collègue Anatole Le Braz. René Litalien, qui a obtenu l’agrégation de grammaire cette année-là, enseigne probablement lui aussi à Quimper ; en 1904, il est professeur au lycée de Brest et adjoint au maire socialiste Victor Aubert (voir Louis Coudurier, Une ville sous le régime collectiviste. Histoire de la municipalité brestoise (1904-1908), Brest, Imprimerie commerciale de La Dépêche de Brest, 1908, p. 259).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540