Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Deuxième partie. Frédéric Plessis romancier et épistolier

La vie rêvée de Caroline Gévrot

Marie Flament

Texte intégral

1Dans son compte rendu du roman de Frédéric Plessis Caroline Gévrot, André Thérive déclare :

  • 1 André Thérive, « Femmes d’hier et d’aujourd’hui », La Revue critique des idées et des livres, t. X (...)

M. Plessis se défend [d’avoir inventé Caroline Gévrot] et de nous offrir autre chose que ses mémoires véritables. Là-dessus choisissez votre opinion, selon que vous considérez en lui l’érudit humaniste, bien digne de foi, ou le poète, bien digne de méfiance1.

2L’auteur de Caroline Gévrot se présente en effet comme un simple intermédiaire entre l’éditeur et un ami, dont l’identité reste dissimulée derrière l’initiale de son nom : N… Après le décès de sa mère, cet ami a découvert dans des papiers de famille la biographie de l’une de ses aïeules, Caroline Gévrot, les poèmes qu’elle a écrits, ainsi qu’un récit de Caroline Gévrot elle-même présentant les étranges événements survenus au début du XIXe siècle dans le château de Naufreville, où elle était préceptrice. Dans ce texte, Caroline Gévrot explique comment elle a réussi à percer le secret du château, repaire de Chouans autour duquel gravite Lise Rocreux, la mère de son élève, que l’on croyait morte. Le roman de Plessis donne ainsi l’impression de mêler mémoires authentiques, roman réaliste et roman historique. Le préambule indiquant la provenance du texte ressemble toutefois à un leurre destiné à égarer le lecteur dans les méandres du récit.

  • 2 Plessis éveille d’abord la curiosité en précisant que les manuscrits étaient dissimulés dans une v (...)

3Caroline Gévrot présente une structure en mille-feuille caractéristique du topos du manuscrit trouvé. Soucieux de faire croire que son héroïne est une personne réelle, Plessis multiplie les paratextes : la dédicace et l’avant-propos sont assumés par l’auteur ; le corps du roman, intitulé Récit de Caroline Gévrot, est attribué au personnage éponyme ; quant à la présentation de la vie de Caroline, placée à la fin du roman, elle serait due à Mme N…, nièce de la narratrice, comme l’indique un texte liminaire intitulé Extraits de la notice de Mme N… Comme la plupart des auteurs qui recourent au procédé du manuscrit trouvé, Plessis décrit avec une extrême précision l’aspect matériel des documents2. Il donne ainsi des détails sur la couleur du papier, sur sa qualité et sur l’encre utilisée.

4En ne révélant que l’initiale du nom de l’ami possédant le manuscrit, Plessis semble obéir à un souci de discrétion, qui rend plus vraisemblable l’affirmation selon laquelle les faits narrés seraient authentiques. Dans la dédicace de son roman à Jacques Bainville, il cherche à nouveau à accréditer l’existence réelle de son personnage :

  • 3 « À M. Jacques Bainville », ibid., [p. III].

Vous avez ouvert à Caroline Gévrot la Revue universelle. Cette jeune personne, de son vivant un peu changeante et coquette, perdit sa situation plus d’une fois par sa faute ou sa malechance. Quelle revanche posthume vous lui avez offerte en l’introduisant dans le plus cultivé des mondes, où elle ne manqua pas l’occasion d’essayer de plaire à des lecteurs d’élite ! M’associant à sa juste reconnaissance, j’inscris ici votre nom, le nom de l’écrivain de grande race, dont la clairvoyance aiguë et le ferme talent défendent sans lassitude, avec tant d’autorité, les intérêts et les traditions de la France3.

  • 4 Plessis indique avoir agencé les manuscrits, résumé le contenu du premier cahier, scindé la biogra (...)
  • 5 Ibid., p. 1.
  • 6 Frédéric Plessis, « Vers attribués à Caroline Gévrot (1820 à 1830) dans le roman qui a pour titre (...)
  • 7 Frédéric Plessis, Caroline Gévrot, op. cit., p. 2.

5Plessis reconnaît toutefois qu’il a apporté quelques modifications au récit en allégeant certains passages4 et en modifiant les patronymes, puisque son ami ne l’aurait autorisé à le publier que « sous la condition de substituer aux noms véritables des noms fictifs5 ». Ainsi s’explique que la jeune élève de Caroline, qui s’appelle Robertine dans le récit, soit prénommée Albertine dans le dernier extrait de la notice de Mme N… Que doit-on penser du titre même du roman, puisque l’avant-propos ne mentionne que le nom d’une certaine « Caroline G… » ? S’agit-il d’un aveu délibéré de falsification ? La paternité des trois poèmes présentés à la fin du roman comme des œuvres de Caroline Gévrot est démentie par le recueil de Plessis La Couronne de lierre, où ils figurent sous le titre général « Vers attribués à Caroline Gévrot (1820 à 1830) dans le roman qui a pour titre ce nom6 » Les paratextes instaurent également une distance critique à l’égard des propos du personnage. Caroline est en effet considérée comme une jeune femme romanesque à la fois par sa nièce et par Plessis, qui précise qu’elle « avait […] le goût du mystère et de l’intrigue7 ».

  • 8 Ibid., p. 184.

6Un appareil critique, sous forme de notes de bas de pages, évalue la véracité des faits rapportés. Au début du récit de Caroline Gévrot, Mme de N… apporte en note cette rectification : « Elle fait une erreur sur la date ou le jour ; le 5 avril 1809 devait être un mercredi, non un mardi. » L’éditeur du manuscrit ajoute ses propres observations : « Caroline aura mal compris ce que disait M. de Fagues. Le régiment de Picardie a été dissous en 17768. » Ces corrections de détail laissent penser que le reste du récit est exact.

7Les interrogations que Plessis formule dans l’avant-propos sur l’authenticité du récit de Caroline Gévrot valent aussi pour lui-même en tant qu’auteur du roman :

  • 9 Ibid., p. 3.

Qu’y a-t-il de vrai dans sa narration ? Le fond n’est pas inventé, comme l’attestent les souvenirs de Mme N…, et n’a d’ailleurs rien d’invraisemblable. Mais les détails, les propos, certaines couleurs ?… L’aveu de Caroline à treize ans « d’avoir menti pour le plaisir » met en défiance. Douée d’une brillante imagination, un peu femme de lettres (elle faisait des vers), comment n’aurait-elle pas obéi de loin en loin à la tentation d’ajouter ou d’effacer quelques traits, d’embellir son propre rôle, et de sacrifier à la composition et au romanesque9 ?

  • 10 Frédéric Plessis, Une attaque de diligence (1857), roman inachevé conservé à la bibliothèque munic (...)
  • 11 André Thérive, art. cit., p. 295.

8Tout n’est pas inventé dans Caroline Gévrot : la chouannerie était encore active en Normandie au début du XIXe siècle ; et le principal épisode, qui relate l’attaque d’une voiture convoyant des fonds, est tout à fait vraisemblable, même s’il constitue le sujet d’un roman inachevé de Plessis10. C’était en effet l’un des expédients les plus fréquemment utilisés par les Chouans pour financer leur cause. Dans Caroline Gévrot, la plupart des éléments de l’intrigue sont inspirés par des faits réels. Quant au goût du personnage pour la poésie et pour l’affabulation, il invite à voir en Caroline Gévrot un avatar de l’auteur. André Thérive, pour sa part, place le roman de Plessis dans la lignée des romans de Balzac : Caroline Gévrot, explique-t-il, comporte « un tel souci du document, de la précision, de la crédibilité, de l’état civil des personnages que balzacisme n’est pas un mot trop fort11 ».

9Si les noms propres ont été modifiés à la demande de N…, les précisions topographiques permettent en revanche à Plessis de créer un jeu de piste. Caroline Gévrot décrit précisément les différentes étapes de son voyage de Guingamp au château de Naufreville : Dol, Coutances, Caen, Cairon. Si l’on en croit ses indications, il semblerait que le château de Naufreville se situe près de Bény-sur-Mer, où Plessis possédait un manoir que le grand-père de sa femme avait fait construire dans le premier quart du XIXe siècle. La description des jardins du château et de sa balustrade italienne font penser que le modèle de Naufreville a probablement été le château de Tournebu.

10André Thérive établit également un parallèle entre Plessis et Flaubert. Comme Madame Bovary, Caroline Gévrot se déroule en effet dans la campagne normande. André Thérive souligne toutefois que Caroline Gévrot n’a pas hérité de l’imagination romanesque d’Emma Bovary :

  • 12 Ibid., p. 295-296.

Ce n’est qu’une petite institutrice, point romanesque, égoïste, ma foi, ambitieuse, et qui manque sa vie. […] Elle est censée avoir vécu à une époque où, Dieu merci, Mme Sand jouait encore au cerceau. Elle n’a pas de violents troubles de cœur ! encore moins ces fureurs bachiques du corps et de l’esprit qu’une romancière d’aujourd’hui lui prêterait. […] Caroline représente assez bien l’héroïne moyenne que les grands événements choisissent pour témoin, non pour complice12.

11La notice qui suit le récit de Caroline Gévrot fait un triste bilan de sa vie. Elle meurt seule, désargentée, sans être parvenue à faire reconnaître son talent, si ce n’est de manière posthume, grâce à Plessis. La période la plus passionnante de sa vie est encore celle qu’elle a vécue au château de Naufreville, où elle n’a pourtant été que spectatrice des aventures de la belle Lise Rocreux, partisane des Chouans, qui est la véritable héroïne du roman et qui se sert de Caroline pour revoir sa fille. Abusée par les multiples déguisements de Lise Rocreux, Caroline est une narratrice naïve, qui ne semble pas toujours comprendre les faits qu’elle rapporte. Lors de la visite d’une abbaye en ruine, Caroline discute ainsi avec un jeune prêtre qu’elle trouve charmant, mais que le lecteur devine être Lise Rocreux déguisée.

  • 13 Frédéric Plessis, Caroline Gévrot, op. cit., p. 9.
  • 14 Ibid., p. 90.

12Dans son récit, Caroline mentionne ses lectures. Avant de gagner la maison de Lefranc, autre repaire de Chouans, elle emprunte le premier tome du Voyage du jeune Anacharsis en Grèce de l’abbé Barthélemy. Anacharsis représente l’étranger qui porte un regard extérieur sur les contrées qu’il découvre. Or, le marquis de Cheuvignon explique qu’il cherche comme préceptrice pour Naufreville « “de préférence” une personne étrangère au pays13 ». Caroline Gévrot lit également l’ouvrage de Volney Les Ruines ou Méditations sur les révolutions des empires juste avant de visiter les ruines de l’abbaye du Clos-Postel : « J’avoue que l’ennui commençait à me tomber sur les épaules comme une chape de plomb ; en vain, j’avais suivi l’abbé Barthélemy à travers la Grèce antique, et maintenant avec Volney, j’errais parmi les ruines14. » Lorsqu’elle commence à se lier avec le comte de Fagues, gendre du marquis de Cheuvignon, elle relit La Nouvelle Héloïse : cet amour impossible entre un précepteur et une femme mariée renvoie à sa propre situation. Elle s’intéresse également à la correspondance d’une autre Julie, Mlle de Lespinasse, amoureuse du comte de Guibert, qui ne partageait pas ses sentiments : Plessis suggère peut-être ainsi que le capitaine Norbert reste insensible aux charmes de Caroline Gévrot. De plus, la lectrice de Mme du Deffand était la fille illégitime d’un homme de condition, comme Caroline Gévrot et sa sœur sont peut-être les filles illégitimes du baron Anicelli, qui leur témoigne une inexplicable bonté. Lorsque l’héroïne commence à comprendre que le château abrite des Chouans, elle est en train de lire Le Philinte de Molière, comédie de Fabre d’Églantine qui met en scène un aristocrate à l’esprit révolutionnaire. Les lectures de Caroline Gévrot créent un effet de mise en abyme. Les ressemblances qui existent entre les faits rapportés par l’héroïne et les lectures qu’elle effectue au même moment laissent penser que ses lectures déteignent sur son récit : une telle transformation de la réalité témoignerait, contrairement à l’avis d’André Thérive, d’un esprit particulièrement romanesque, soucieux d’embellir la vie routinière menée à Naufreville.

13Pour mieux comprendre le jeu subtil de la narration, il est utile de se pencher sur la genèse du roman. La source la plus probable de Caroline Gévrot est un essai historique de Georges Lenôtre, La Chouannerie normande au temps de l’Empire. Tournebut. 1804-1809, publié en 1901 chez le même éditeur que Caroline Gévrot. Cet ouvrage raconte la tragique histoire des habitants du château de Tournebut, situé dans l’Eure, sur la commune d’Aubevoye. Au début du XIXe siècle, ce château appartenait à la marquise de Combray, qui avait embrassé la cause des Chouans et qui accueillit sans méfiance Acquet de Férolles, aventurier opportuniste se présentant comme « l’agent général de sa Majesté ». Après avoir épousé Caroline, fille cadette de la marquise, Acquet se mit à la maltraiter et à dilapider sa fortune. Alors qu’elle envisageait une séparation, il plaça sur son chemin Armand Le Chevalier, courageux idéaliste qu’elle suivit dans une vie d’aventures, mêlant amour et brigandage, et qui se termina par une condamnation à mort dans l’affaire du Quesnay, une attaque de voiture convoyant des fonds : on retrouve un épisode similaire dans Caroline Gévrot.

14Quoiqu’un tel récit semble romanesque, Georges Lenôtre, surnommé « le pape de la petite histoire », se défend d’écrire une fiction. Sur la page de titre de son ouvrage figure l’indication « d’après des documents inédits », et le texte est accompagné d’un appareil critique précis. Victorien Sardou explique dans la préface du livre :

  • 15 Victorien Sardou, « Préface », dans G[eorges] Lenôtre, La Chouannerie normande au temps de l’Empir (...)

Et que l’on ne s’attende pas à lire ici un roman. – Ceci est une étude historique, dans toute la rigueur du terme. Lenôtre n’avance pas un fait dont il ne puisse fournir la preuve. Il ne hasarde pas une hypothèse, sans la donner comme telle, et dans le moindre détail il s’interdit toute fantaisie15.

  • 16 Voir cahier hors-texte, illustration no XV.

15Si Plessis a lu La Chouannerie normande de Lenôtre, il n’aura pas manqué de faire un rapprochement entre le château de Tournebut, situé dans l’Eure, et le château de Tournebu [sic], qui se trouvait à Bény-sur-Mer16. Lise Rocreux ressemble beaucoup à Caroline Acquet : elle est impliquée dans une attaque de voiture transportant des fonds, elle multiplie les déguisements et elle utilise de nombreux pseudonymes. Elle connaît également des déboires amoureux : mariée, comme Caroline, à un homme violent prénommé Dieudonné, elle finit par s’éprendre du chevalier d’Amfrignac, que lui présente son époux et qui rappelle Armand Le Chevalier. Quant au patronyme de Lise Rocreux, Plessis l’a certainement emprunté à la topographie locale : près de Bény-sur-Mer se trouve en effet une route de Rocreux, reliant Amblie à Fontaine-Henry.

16Une autre figure historique hante l’imagination de Caroline Gévrot. Lorsque l’héroïne arrive à Caen, ses pensées se tournent aussitôt vers Charlotte Corday, qu’elle érige en modèle. Dans un poème adressé à Wilfried Challemel, Plessis associe Charlotte Corday et Caroline Acquet en faisant l’éloge de leur esprit frondeur et de leur courage face à la mort :

  • 17 Frédéric Plessis, « À W[ilfried] Challemel poète normand », v. 15-22, Gallica, dans Poésies complè (...)

Promise à de beaux jours dont sa vertu se prive,
Héroïne que font Plutarque et Tite-Live,
Ici vécut Charlotte avec un saint poignard ;
Cette plaine, ces bois pleurèrent son départ …
Et c’est encore ici, par un jour froid d’ octobre,
Que Caroline Acquet, si blanche sous l’ opprobre,
Indifférente après la mort de son amant,
Porta sur l’échafaud son cou frêle et charmant17.

17Dans Caroline Gévrot, Lise Rocreux ne finit pourtant pas sur l’échafaud ; le roman a même une fin heureuse, puisque Lise Rocreux parvient à retrouver sa fille Robertine.

18Faut-il finalement considérer Caroline Gévrot comme un roman réaliste, un roman historique, un roman d’aventures ou des mémoires authentiques ? Le métissage des genres et la complexité de l’énonciation confèrent à cette œuvre un caractère moderne qui la distingue de la tradition romanesque du XIXe siècle. En suggérant que la narratrice est une affabulatrice, Plessis prévient le lecteur qu’il a affaire à la vie rêvée de Caroline Gévrot plutôt qu’à ce qu’elle a vécu réellement ; c’est une façon de rappeler, avant les théoriciens du Nouveau Roman, que la réalité romanesque n’est jamais que fictive.

Notes

1 André Thérive, « Femmes d’hier et d’aujourd’hui », La Revue critique des idées et des livres, t. XXXV, première partie, 1923, p. 295.

2 Plessis éveille d’abord la curiosité en précisant que les manuscrits étaient dissimulés dans une valise pleine de lettres, les feuillets « aplatis et collés contre la doublure en toile par une longue pression » (Caroline Gévrot, Paris, Perrin, 1923, p. 1).

3 « À M. Jacques Bainville », ibid., [p. III].

4 Plessis indique avoir agencé les manuscrits, résumé le contenu du premier cahier, scindé la biographie de la nièce de son ami pour rétablir la chronologie et condensé cette même biographie (ibid., p. 3).

5 Ibid., p. 1.

6 Frédéric Plessis, « Vers attribués à Caroline Gévrot (1820 à 1830) dans le roman qui a pour titre ce nom », La Couronne de lierre, Paris, Jouve, 1921, p. 124-127 ; nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Éditions de la Revue des poètes, 1937, p. 135-138.

7 Frédéric Plessis, Caroline Gévrot, op. cit., p. 2.

8 Ibid., p. 184.

9 Ibid., p. 3.

10 Frédéric Plessis, Une attaque de diligence (1857), roman inachevé conservé à la bibliothèque municipale de Brest (fonds Frédéric Plessis, ms. F PLE 9-218 à 219).

11 André Thérive, art. cit., p. 295.

12 Ibid., p. 295-296.

13 Frédéric Plessis, Caroline Gévrot, op. cit., p. 9.

14 Ibid., p. 90.

15 Victorien Sardou, « Préface », dans G[eorges] Lenôtre, La Chouannerie normande au temps de l’Empire. Tournebut. 1804-1809, Paris, Perrin, 1901, p. XXXV.

16 Voir cahier hors-texte, illustration no XV.

17 Frédéric Plessis, « À W[ilfried] Challemel poète normand », v. 15-22, Gallica, dans Poésies complètes, Paris, Albert Fontemoing, 1904, p. 360-361.

Auteur

Lycée Sainte-Jeanne d’Arc, Gourin

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540