Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Deuxième partie. Frédéric Plessis romancier et épistolier

La représentation de la femme dans Le Mariage de Léonie

Alain-Gabriel Monot

Texte intégral

1Paru dans la Revue pour les jeunes filles, puis repris en volume chez Armand Colin en 1897, Le Mariage de Léonie fait partie de la première trilogie romanesque de Frédéric Plessis. Précédé d’Angèle de Blindes, que la Revue des deux mondes offrit à ses lecteurs en juin et juillet 1896 et qui sortit des presses d’Alphonse Lemerre en décembre de la même année, il a été suivi du Chemin montant, publié chez Albert Fontemoing dans la collection « Minerva » en 1902 et récompensé par le prix Montyon de l’Académie française. La seconde trilogie romanesque de Plessis, comprenant Saint-Exupère-les-Châsses (1911), Caroline Gévrot (1923) et Le Clos-Varin (1930), s’étend sur une plus large période. Les éditions du Mariage de Léonie associent à ce roman Le Psychologue, nouvelle d’une quarantaine de pages sans lien thématique avec lui. Armand Colin en a imprimé le troisième tirage en 1923, dans la collection « Pour les jeunes filles », qui reprend le titre de la revue, entre-temps disparue, où le roman avait d’abord paru.

2Nous voilà donc d’emblée prévenus : nous sommes en territoire très convenable. Cette littérature à destination d’un public a priori exclusivement féminin se revendique comme telle au point que l’expression « Pour les jeunes filles » figure sur la couverture de la troisième édition au-dessus du titre de l’œuvre, tandis que le nom du romancier n’y apparaît pas : il n’est mentionné que sur la page de titre. Ce qui importait, dans l’esprit de cette collection, c’était l’affirmation destinée aux parents acheteurs et prescripteurs de lectures que l’ouvrage sur lequel ils portaient leur dévolu n’avait aucune vocation à scandaliser les cœurs purs de leurs filles ni à semer chez ces adolescentes un trouble, une confusion, le goût de l’immoralité ou de l’interdit. On se rendra vite compte pourtant qu’il n’y a pas de motif réel à inquiétude et que Le Mariage de Léonie est inoffensif, sans danger pour la vertu des jeunes filles. Au contraire ! Il ne propose aucune audace et enferme les femmes dans un nombre important de stéréotypes, d’attitudes morales et sociales qui contribuent à les constituer en personnes mineures et soumises à une société très patriarcale, corsetée, conservatrice, conformiste, qui ne leur offre qu’un maigre semblant d’autonomie.

  • 1 Frédéric Plessis, Le Mariage de Léonie [1897], 3e édition, Paris, Armand Colin, 1923, p. 43.
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid., p. 43-44.
  • 4 Ibid., p. 44.
  • 5 Ibid.

3Dernières années du XIXe siècle : Léonie Servat de Kerdréoret est une jeune fille qui appartient à la plus vieille noblesse de Bretagne. Elle a vu le jour en 1868 et ses parents habitent près de la rivière de Morlaix. Nous connaissons ces lieux bordés des manoirs de briques des nouveaux riches que l’exploitation des ouvriers durant le Second Empire a rendus prospères. Mais Léonie est d’une autre extraction. Elle vit son enfance dans un « château XVIIe siècle […] remarquable dans son grand jardin français aux arbres taillés1 ». Un vrai domaine aristocratique, donc. Mais ce château, par sa superficie et par l’étendue des terres de qualité inférieure qui le cernent, coûte bien plus cher qu’il ne rapporte. Les frais d’entretien peinent à être couverts. M. de Kerdréoret, père de Léonie, « après s’être vu forcé de sacrifier presque tous les bois et d’hypothéquer les terres », essaye de conjurer un désastre « en s’associant en secret à un M. Pen-Ru », personnage peu recommandable, qui vient « d’établir une grande minoterie sur la rivière de Morlaix2 ». Moins d’un an après, le désastreux M. Pen-Ru – « M. Tête Rouge », en breton –, probablement trop sanguin et pas assez réfléchi, a fait faillite, et M. de Kerdréoret a perdu « les fonds hasardés dans l’entreprise3 ». « Sa femme était déjà malade ; le chagrin hâta sa fin4. » Lui-même, après avoir tenté de se faire marchand de beurre en gros, meurt peu après : « on parla de suicide », rapporte le narrateur, qui ajoute cependant que « les sentiments religieux de M. de Kerdéroret rendent ce bruit invraisemblable » et qu’« il est probable qu’il succomba à une rupture d’anévrisme »5. Voilà Léonie orpheline à seize ans, et avec elle ses trois sœurs aînées et son frère, qui essaye en vain de leur venir en aide. Il faut vendre le château grevé d’hypothèques et le jeune homme en est réduit à prendre une place de commis à Paris. Les quatre sœurs doivent aussi s’établir tant bien que mal. L’une se marie à Nantes ; une autre se fait religieuse à Lyon ; l’aînée et la cadette deviennent préceptrices, respectivement à Saint-Pétersbourg et à Mondreval, près de Rennes.

  • 6 Ibid., p. 205.
  • 7 Ibid., p. 230.

4En quelques pages, Frédéric Plessis fait le récit vertigineux d’une débâcle sociale, celle de l’aristocratie dans les dernières années du XIXe siècle. Ce n’est qu’un début cependant. Le frère se meurt de misère. Léonie, bonne et aimante, vient l’assister dans ses derniers moments. L’agonie est plus longue que prévue et l’héroïne tombe malade. Demeurée trop longtemps absente de la famille qui l’employait, elle est renvoyée. Rude condition. Sombrant toujours davantage, elle est contrainte de devenir vendeuse dans une petite librairie religieuse de la rue Saint-Sulpice à Paris. Elle vit dans une chambre de bonne grande comme la main, étouffe dans cet espace confiné et gagne misérablement sa vie. Après vingt mois de ce petit enfer, un de ses oncles entre dans la boutique par un heureux hasard pour acheter un livre pieux. Il reconnaît sa nièce, l’arrache à Paris et la recueille dans sa maison normande de la plaine de Caen. Léonie se révèle parfaite, s’occupant admirablement de cet oncle et de son épouse très malade. Nous sommes en 1892. La jeune fille a vingt-quatre ans. Elle rencontre d’abord Adrien Tillot de Vaujalley, jeune noble trop tôt orphelin de père, dont les ressources s’amenuisent. Regards échangés, conversations, rencontres plus ou moins fortuites, hésitations, querelles, réconciliations, tout nous mène sur la piste du prochain mariage que le titre du roman nous promet. Mais non ! Adrien est snob, intéressé, mal décidé, et Léonie finit par le rejeter. C’est Charles Le Barbier qui surgit, brave militaire qui revient de treize années de campagne en Afrique. Voilà un homme simple, maladroit, en lequel Léonie croit d’abord trouver un grand frère… Simple sergent lors de son engagement, il s’est mis en danger de mort pour sauver un officier à qui il a déclaré : « Votre vie est plus utile que la mienne6. » À cet homme solide et attirant, au visage couleur de « sable chaud », Léonie dit simplement « oui » à la dernière ligne de la dernière page du roman7. Le mariage promis aura lieu en notre absence de lecteurs – hier de lectrices.

5Voilà toute l’histoire d’un ouvrage vieux d’une centaine d’années seulement. Mais le monde de 1897 qui y est campé, objectivement assez proche de nous, est tout entier couvert d’un épais conformisme social et nous reporte dans un temps ancien, ayant une façon de penser l’existence, les rapports sociaux, les rapports de genres qui aujourd’hui nous déconcerte, nous choque, souvent nous indigne. Plus que tout, la médiocre place laissée aux femmes, le sort qui leur est fait nous scandalisent. À la vérité, les femmes de ce livre sont presque toujours « impardonnables ». Elles ont tort d’être orphelines, tort d’être pauvres, tort d’être préceptrices, tort d’être malades, tort d’être demoiselles de magasin, tort d’être amoureuses et même tort de vouloir être religieuses (ou simples célibataires) quand le monde les a désespérées.

6Léonie est confrontée à des difficultés économiques comme son premier soupirant, Adrien de Vaujalley, qui n’est en rien meilleur qu’elle. Mais c’est un homme. Tandis que Léonie s’étiole dans une librairie religieuse à Paris, Adrien est protégé : chacun, dans son entourage, s’acharne à l’aider afin qu’il lui soit permis d’obtenir une situation sociale et professionnelle – financière aussi – digne de son rang d’aristocrate déchu. Justement, une prospère compagnie d’assurances cherche un directeur – les jeunes hommes nobles, même de médiocre valeur intellectuelle, sont décidément faits pour être des chefs. Ainsi, assuré de son avenir, Adrien épouserait bien Léonie. Elle est gracieuse, aimante et digne. Mais elle n’a pas de dot. Elle en devient presque méprisable. L’infériorité féminine, celle de Léonie et de toutes ses semblables, est intériorisée, instituée en principe fondateur des relations sociales et, pis, des relations amoureuses ou de leur simple ébauche :

  • 8 Ibid., p. 58-59.

Ce qui lui inspirait en présence d’Adrien une timidité respectueuse, c’était cette aisance de manières, cette habitude du monde, et ce sang-froid de quelqu’un qui dit et fait toujours ce qu’il faut faire et ce qu’il faut dire. Elle se voyait elle-même si loin de cet idéal ! […] Il avait dû la trouver bien ridicule les deux fois qu’ils s’étaient rencontrés8.

  • 9 Ibid., p. 61.
  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid., p. 62.

7Rabaissée, rapetissée à ses propres yeux, Léonie se perd dans la solitude et la couture. Elle demeure toujours suspecte, toujours honteuse, toujours coupable, toujours susceptible « de compromettre par des légèretés sa réputation de jeune fille et le nom des Kerdréoret9 ». Elle se résigne à jeter par instants « les yeux au dehors pour goûter, pour posséder ce joli paysage dans lequel s’écoulerait désormais sa tranquille destinée10 ». Nulle révolte, même mince, contre cette condition toujours seconde, toujours infériorisée. Les journées normandes de Léonie se bornent à trois activités : admirer la pendule dans sa chambre – « une commodité, un luxe dont elle ne se lassait pas de se réjouir11 » –, plier le linge de sa tante avec soin et promptement, avant de le ranger sur la table en piles égales, et se rendre au chevet de cette même tante pour la distraire un peu par la lecture ou la conversation. Parfois, il lui est permis de jouer avec deux enfants du voisinage.

  • 12 Ibid., p. 16.
  • 13 Ibid., p. 13.
  • 14 Ibid., p. 53-54.
  • 15 Ibid., p. 160.
  • 16 Ibid., p. 130.
  • 17 Ibid., p. 129-130.
  • 18 Ibid., p. 130.

8Les autres personnages féminins du roman, si mineurs ou secondaires qu’ils soient, méritent d’être mentionnés. Mme de Vaujalley, mère d’Adrien, a « beaucoup de mal à suivre jusqu’au bout l’exposé, pourtant lucide et bref, de leur situation12 », que son fils lui présente. Avant de mourir, son mari lui a laissé des conseils avisés : Mme de Vaujalley est « toute prête à en tenir compte, mais incapable de le faire avec suite et intelligence pratique13 ». Quant à la tante mourante de Léonie, Mme Claindreau, « elle endurait le mal physique et les peines morales avec une admirable résignation ; la pensée de la mort […] achevait d’épurer son âme et l’approchait de plus en plus de la perfection chrétienne14 ». Une autre jeune fille, Aline, entre au Carmel en expliquant : « J’ai la satisfaction, n’ayant déjà plus à m’occuper de moi-même, de m’occuper des autres15. » Les exemples abondent de cette résignation ou de cette passivité féminines, quand il ne s’agit pas plus simplement encore de sottise ou d’insuffisance intellectuelle : « Mme Champeix, plus qu’ordinaire d’esprit, ni laide, ni jolie, totalement insignifiante, n’était guère accessible qu’à deux sentiments : l’admiration pour son mari, et la passion de la noblesse et des titres16. » Les hommes, eux, sont toujours peints en action, vifs, spirituels, doués pour les prestiges de l’intelligence abstraite et du courage physique. Significativement, le livre s’ouvre sur l’acte presque héroïque d’Adrien qui arrête fermement, sur place, d’un maître coup de fouet, une jument emballée et la réduit à un tremblement avant de la saisir brusquement à la crinière. Dans la voiture tirée par cette jument emportée, on trouve bien entendu Léonie. Alors que le narrateur a piètre opinion de Mme Champeix, son mari est présenté comme « un officier distingué, qui, non plus que beaucoup d’autres, n’avait jamais eu, malgré son désir, l’occasion de se trouver au feu, mais qui travaillait, se tenait au courant de tous les progrès militaires, s’instruisait, réfléchissait17 ». Il est, de plus, « courtois, discret, craignant toujours d’avoir blessé des gens qui ne songeaient pas à lui en vouloir18 ».

9Nous pouvons donc nous demander si Frédéric Plessis exprime la doxa d’une époque ou une manière de penser personnelle. Opter pour la première hypothèse évite d’accabler l’auteur. Il nous semble en effet que ce roman « pour les jeunes filles » leur offre, ainsi qu’à ses autres lecteurs, une représentation du monde qui méprise les femmes, donne d’elles une représentation péjorative, parfois odieuse, confond conservatisme et vertu, préjugés et réflexion, conformisme et distinction sociale.

Notes

1 Frédéric Plessis, Le Mariage de Léonie [1897], 3e édition, Paris, Armand Colin, 1923, p. 43.

2 Ibid.

3 Ibid., p. 43-44.

4 Ibid., p. 44.

5 Ibid.

6 Ibid., p. 205.

7 Ibid., p. 230.

8 Ibid., p. 58-59.

9 Ibid., p. 61.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 62.

12 Ibid., p. 16.

13 Ibid., p. 13.

14 Ibid., p. 53-54.

15 Ibid., p. 160.

16 Ibid., p. 130.

17 Ibid., p. 129-130.

18 Ibid., p. 130.

Auteur

Université de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540