Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Deuxième partie. Frédéric Plessis romancier et épistolier

Morale, mère et société dans Angèle de Blindes

Jean-Louis Meunier

Texte intégral

1Que se passe-t-il dans Angèle de Blindes, ce roman publié en feuilleton par Frédéric Plessis dans la Revue des deux mondes en 1896, puis en volume chez Lemerre en 1897 ? À première lecture, rien que de très banal : les amours contrariées d’Angèle de Blindes et de Léon Bonnessy s’achèvent dans la mort des deux jeunes héros. Il y a peut-être un souvenir de Properce, chantre de l’amour passionné mais aussi des ravages de la passion, écrivain à qui Plessis a consacré sa thèse de doctorat, publiée sous le titre Études critiques sur Properce et ses élégies chez Hachette en 1884. Mais le roman est plus complexe que cette apparente banalité, donc plus intéressant.

  • 1 Frédéric Plessis, Angèle de Blindes, Paris, Alphonse Lemerre, 1897, p. 5.

2Le jeune Léon Bonnessy, vingt-trois ans, étudiant en droit à Caen, amant passager d’une dentellière, la jeune Christine, est le fils d’un couple de bourgeois provinciaux qui vit dans l’aisance. Madame Bonnessy mère dirige le couple d’un autoritarisme sans faille et fort peu catholique malgré une bienpensance et une piété affichées. En dépit de l’entremise de l’abbé Pernat, elle s’oppose à l’idée même du mariage de son fils : selon elle, un jeune homme ne doit pas se marier avant d’avoir la trentaine – « À vingt-trois ans ! Jamais […]. C’est une folie1 ! » – et l’épousée quelques années de moins :

  • 2 Ibid., p. 81-82.

Mets que tu épouses une jeune fille d’une vingtaine d’années ; on ne peut sensément marier une jeune personne avant qu’elle ait vingt ans, que son tempérament ne soit formé, qu’elle ne soit en état de résister aux dures épreuves de la maternité… cela ne fera que six à sept ans entre vous, c’est le moins2

  • 3 Trait d’humour de Plessis et jugement sur son livre : et si la lecture d’Angèle de Blindes était dé (...)
  • 4 Frédéric Plessis, op. cit., p. 39-40.

3Dans le village de Saint-Gerbold, où habite la famille Bonnessy, vit aussi la famille de Blindes, nobles provinciaux. La jeune Marie-Angèle est la fille d’un homme volage, maintenant décédé. Sa veuve, de nationalité anglaise, entre en dépression, se réfugie dans la religion et dans un certain détachement du monde. Angèle étudiera au couvent des Saints-Anges, à Caen, d’où elle manquera le renvoi sous un prétexte non établi – vraisemblablement la lecture d’un livre défendu3 – mais où elle restera, sur pression de l’évêque. Revenue peu après chez elle, Angèle dépérira jusqu’au moment où Léon la remarquera, à la messe – et ce sera, écrit Plessis, « le traditionnel coup de foudre4 ».

  • 5 Plessis rappelle-t-il discrètement les grandes fêtes en l’honneur de Marceline Desbordes-Valmore, o (...)

4Petit à petit, l’amour-passion naîtra entre Léon et Angèle : rencontres dans le cadre discret de la charmille de la demeure des Blindes, sous la double protection de l’Imitation de Jésus-Christ et des Poésies de Marceline Desbordes-Valmore5, premiers serrements de mains, premiers aveux, premier baiser. Ce seront aussi les rendez-vous dans le pavillon du Bois-Fayol et à Paris, avec la complicité d’amis sûrs, la grossesse d’Angèle et son suicide : elle rendra visite à la famille Thomas dans laquelle la mère et l’un des enfants sont atteints de typhoïde, qu’elle contractera. Angèle mourra des suites du traitement à base de seigle ergoté, interdit aux femmes enceintes – le médecin familial, le docteur Langelier, ne connaissant pas la grossesse de la malade. Léon la lui apprendra trop tard et Langelier fera tout pour sauver Angèle, mais en vain. La guerre de 1870 éclate, Léon est mobilisé. Il sera tué au début des hostilités. Le roman s’achève par des pages d’une grande force morale et sociale.

  • 6 Dans Le Soleil, Charles Canivet admire « ce récit simplement écrit, ce qui va droit au cœur. N’est- (...)
  • 7 Présence de maximes, par exemple : « Nous regardons ainsi les personnes qui doivent jouer un rôle d (...)

5Si nous lisons ce roman comme un roman parmi d’autres à son époque, de sérieuses qualités littéraires s’imposent, non sans plaisir, pour un lecteur porté de bonne volonté6. Le narrateur est omniscient et le style soutenu7. Les lieux sont très précisément décrits ; les événements le sont dans une double postérité, balzacienne et roman-feuilleton. Ces éléments fonctionnent comme autant de prolepses et traduisent un souci de réalisme et de véracité chez Plessis, qui a le sens de l’intrigue et de sa conduite, de façon à stimuler le lecteur et à lui faire désirer d’en savoir plus. La passion (le passage du vous au tu est remarquable de justesse) et le désir inscrivent ce roman dans la fatalité de la mort, seule à même de sauver une réputation, pour une société bourgeoise enfermée à cette époque dans ses codes et ses usages mondains et politiques, dans ses références littéraires aussi, et pour laquelle écrit un romancier maître de son art, doublé d’un universitaire reconnu.

6La scène de première vue est bien présente ; elle se développe avec habileté sur une soixantaine de pages, dans la tradition du roman-feuilleton, propre à soutenir l’intrigue et à donner au lecteur (ou à la lectrice ?) l’envie d’en savoir plus.

  • 8 Les citations de La Princesse de Clèves sont empruntées à l’édition de Philippe Sellier (Paris, Le (...)

7Par ailleurs, les références à La Princesse de Clèves sont évidentes, dans les situations (longues discussions, se voir en défiant l’entourage, la nature, les pavillons, par exemple) et la stylistique. Modèle du roman psychologique, La Princesse de Clèves était un texte incontournable pour les écrivains qui nourrissaient leurs romans à partir d’un cas de passion destructrice et qui flattaient leur lectorat par ces références, anciennes mais aussi contemporaines, à une culture formée dans les institutions scolaires les plus prestigieuses – le roman et les livrets d’opéras présentaient aussi de telles scènes au XIXe siècle8 :

Angèle de Blindes

La Princesse de Clèves

1 – Angèle et Léon sont dans la charmille et Léon sollicite un entretien :

2 – Madame de Clèves est à Coulommiers ; elle se prépare à son premier aveu :

« Eh bien, soit ! dit-elle tout à coup, mais pas ici. » (p. 67)

« Eh bien, monsieur, lui répondit-elle en se jetant à ses genoux. » (p. 161)

3 – Angèle et Léon sont sur la plage, Léon avoue :

4 – Madame de Clèves s’adresse à Nemours ; c’est son second aveu :

« Il est vrai que je n’ai eu jusqu’ici aucune occasion de vous le prouver [qu’il l’aime]. » (p. 70)

« Il est vrai, lui dit-elle, que je veux bien que vous le sachiez, et que je trouve de la douceur à vous le dire [qu’elle l’aime]. » (p. 226)

5 – Angèle demande à Léon de s’éloigner quelques mois ; Léon répond :

6 – Nemours répond à madame de Clèves :

« Tout cela est absurde, à la fin, s’écria Léon ! […] D’autres, jusqu’ici, s’opposent à notre union ; le jour où leur hostilité sera vaine, c’est vous, vous seule, qui dresserez un obstacle entre nous. C’est vous qui ne voulez plus, qui ne voulez peut-être déjà plus. » (p. 96)

« Il n’y a point d’obstacle, madame, reprit monsieur de Nemours ; vous seule vous opposez à mon bonheur ; vous seule vous imposez une loi que la vertu et la raison ne sauraient vous imposer. » (p. 232)

7 – Angèle et Léon sont dans la charmille ; c’est la fin de leur douloureuse aventure :

8 – C’est la fin de la dernière entrevue entre Nemours et madame de Clèves :

« Adieu, murmurait-elle, adieu mon bien-aimé !
– Adieu ? s’écria Léon, ah ! ne dites pas cela ; à bientôt, dans quelques jours, Angèle, ma chère petite femme. » (p. 222)

« Croyez que les sentiments que j’ai pour vous seront éternels et qu’ils subsisteront également quoi que je fasse. Adieu, lui dit-elle ; voici une conversation qui me fait honte. » (p. 232)

8Il est intéressant de remarquer d’autres parallélismes entre ces deux romans : l’héroïne prend l’initiative de la parole (citations no 1, 2, 4, 7 et 8), mais c’est le héros qui se culpabilise (un peu seulement, citation no 3) et qui surtout culpabilise l’héroïne (citations no 5 et 6, avec la récurrence du mot obstacle, significative d’une culpabilité qui vient de la femme seulement). La parole est digne de la femme ; cependant la faute lui est imputable – et l’on comprend (contextuellement) que la scène de l’aveu ait été celle qui a soulevé le plus de critiques au XVIIe siècle et que les mouvements féministes à la fin du XIXe siècle aient fortement lutté pour les droits des femmes. Mais au-delà de ces références textuelles, preuves s’il en était encore besoin du talent de romancier de Plessis, une lecture plus poussée permet alors d’apprécier ce roman dans trois directions : littéraire, politique et sociologique.

  • 9 Dans son article « Un roman de François Coppée », consacré à Henriette et publié dans Le Gaulois du (...)

9Littéraire : Angèle de Blindes peut être rapproché du court roman de François Coppée Henriette, publié en 1889 chez Lemerre, futur éditeur de Plessis. Situation de famille et de fortune à peu près identique dans les deux familles : par mariage, Bianca Antonini deviendra madame Armand des Vignes et acquerra un statut social et une bonne aisance financière. Son mari est très volage et noceur, et il mourra en laissant un fils, Armand, à qui sa mère se consacrera exclusivement. Elle fera subir à son fils et à sa maîtresse ses interdits et son caractère entier et violent ; elle connaîtra la jalousie, ce qui précipitera la mort d’Armand et de sa maîtresse Henriette. La conduite du récit par Coppée et par Plessis est souvent parallèle et conforme aux canons de la création romanesque à cette époque et aux attentes des lecteurs ; mais, dans les actes et les attitudes des femmes, il y a plus de violence chez Coppée9.

  • 10 Valérie Michelet-Jacquod, Le Roman symboliste. Un art de l’« extrême conscience ». Édouard Dujardin (...)

10Il ne s’agit ni d’un roman célibataire ni d’un roman symboliste : nous sommes bien loin d’À rebours (1884), mais aussi de Les Lauriers sont coupés (1888), de Sixtine (1890), des Cahiers et poésies d’André Walter (1891-1892) et du Livre de Monelle (1894), pour citer le corpus retenu par Valérie Michelet-Jacquod dans sa thèse10. Dans Angèle de Blindes, Plessis raconte, les personnages ne se racontent pas (le je est celui du dialogue, non celui du narrateur). Ce roman se situe à l’opposé du roman de « l’extrême conscience » selon Valérie Michelet-Jacquod, et Plessis ne livre aucune réflexion théorique sur le roman.

  • 11 Voir, dans le présent volume, les études de Jean Balcou et de Jean-Pierre Dupouy.

11Politique : aucune trace d’antisémitisme dans Angèle de Blindes, ce qu’aurait pu induire l’affaire Dreyfus, commencée en 1894 et qui a connu un acte fort et symbolique avec la dégradation de Dreyfus, le 5 janvier 1895 dans la cour de l’École militaire à Paris. Maître de conférences à l’École normale supérieure, où il a pour collègue Ferdinand Brunetière, Plessis est proche de l’Action française et de la pensée de Maurras ; il deviendra membre du Comité de la Ligue de la Patrie Française, fondée en 1898 par Gabriel Syveton (futur trésorier), François Coppée (président d’honneur) et Jules Lemaître (président de la Ligue). Entre autres délégués, on relève les noms de Barrès et de Brunetière. Le sujet du roman ne s’y prêtait pas vraiment, compte tenu de l’époque à laquelle se déroule l’intrigue (fin du Second Empire). Neutralité de bon aloi, qui montre la séparation que Plessis observait entre ses activités d’écrivain et d’enseignant et ses activités de citoyen, attitude qui se modifiera par la suite11. En 1898, Georges Rodenbach publiera chez Ollendorff un récit, L’Arbre, très métaphoriquement inspiré de l’Affaire, récit qui s’achève par la « dégradation » – le mot est employé – de l’héroïne.

12Sociologique : d’un côté, nous pouvons placer Angèle et Léon (Henriette et Armand aussi), l’abbé Pernat et le docteur Langelier, leurs alliés objectifs et bienveillants, paternels et non paternalistes, madame de Blindes (toute dévouée à sa fille) et Gabrielle de Chérié, amie d’Angèle. De l’autre côté, madame Bonnessy (et madame Des Vignes), mère inflexible et bornée dans sa position sociale de petite bourgeoise enrichie, la société non permissive et le docteur Garbin qui, par ambition et méchanceté, trahira le secret professionnel.

13Lus symboliquement, le premier côté représente la jeunesse ardente et un temps brimée, qui s’émancipe et va de l’avant (Péguy s’en souviendra), la déontologie humaniste du médecin qui croit à sa mission (Duhamel en sera un autre exemple) et une face progressiste de l’Église catholique (Mauriac et Bernanos, issus de la même ligne de pensée que Plessis, sauront critiquer l’Église rétrograde). Le critique de La Revue idéaliste a des mots perspicaces au sujet de l’abbé Pernat :

  • 12 « Angèle de Blindes, par F. Plessis », art. cit.

Ajoutons que, dans l’œuvre, passe une attachante figure de prêtre. De nos jours, on a abusé du curé au théâtre et dans les livres : on l’a peint tour à tour trop gai ou trop sombre, trop complaisant ou trop fanatique. M. Plessis s’est gardé de ce double excès. Son abbé Pernat, plus effacé que l’abbé Constantin, est peut-être moins superficiel. Il trouve que l’humanité est une matière à compassion plutôt qu’à réjouissance, et que le spectacle de la vie nous incline à chanter, parmi les psaumes, celui qui commence par le mot Miserere. Et si du groupe des divers personnages, je détache cet humble prêtre de campagne, c’est qu’il donne la conclusion du livre et la note définitive du roman, laquelle est une note de pitié. Or, la pitié, dans les iniquités sociales qui persistent, c’est peut-être bien une théorie, et à tout prendre la meilleure. Et voilà comment M. Plessis, sans philosopher, fait tout de même de la philosophie12.

14Colette sera une autre Angèle et une autre Gabrielle, son combat féministe est connu. Quant à madame de Blindes, elle est le type de mère qui ne voit rien d’autre que le bonheur de sa fille – c’est la place de l’enfant qui perd son statut de bibelot social pour adopter celui d’un être à qui la société reconnaît le droit à l’instruction, premier pas timide vers l’émancipation : Jules Ferry est passé par là. Angèle prendra son destin en main : elle se suicidera. Henriette, elle, mourait de la typhoïde, mais aussi de chagrin, ce qui relève aussi d’une forme de prise en main de son destin personnel.

15Dans leur résolution à s’affirmer comme femmes qui revendiquent et vivent une liberté intellectuelle et physique, Henriette et Angèle représentent un aspect du féminisme, l’un des marqueurs de la IIIe République : constitution d’organisations féministes réformistes, durables et structurées. Apport de l’exemple de Jeanne Chauvin qui, en 1897, pourvue de tous les diplômes requis, n’eut pas le droit de prêter serment devant la Cour d’appel de Paris. Les artistes femmes combattent pour leur accès aux classes de l’École des Beaux-Arts (Angèle prétextera des cours de dessin pour retrouver Léon). Il convient aussi d’évoquer la personnalité de Flora Tristan, la loi Naquet du 17 juillet 1884 rétablissant le divorce pour faute. Et Maria Deraismes, qui lutte pour l’amélioration du sort des femmes, et la Ligue française pour le droit des femmes, d’orientation modérée, créée en 1882 par Léon Richer. En 1891, la Fédération française des sociétés féministes symbolise l’entrée du terme féminisme dans le vocabulaire militant. Ces faits nourrissent, semble-t-il, le roman de Plessis.

  • 13 « La figure d’Henriette a des grâces de pastel si touchantes, orpheline et pauvre, en regard du som (...)

16Le second côté décrit une conception étroite de la famille, du rôle cantonné à la reproduction de l’espèce et de la fonction ménagère de la femme que le féminisme actif reniait, de l’immobilisme social hérité d’un ancien régime doctrinal et patriarcal (matriarcal ici) que même les associations féministes maurassiennes ne cautionnaient plus – Gyp et Juliette Adam, membres de la Ligue, tenaient leur place dans le monde des lettres et dans le combat des femmes, à l’égal de Séverine13. Il relève aussi du non-respect de la parole donnée au service de la médecine, au nom d’un arrivisme carriériste forcené, en la personne du docteur Garbin – on est loin d’Ambroise Paré. De tous ces symboles, les deux côtés confondus, Marcel Proust nourrira peu ou prou la Recherche.

17Faut-il cependant lire Angèle de Blindes comme un roman que, par un néologisme, nous pourrions qualifier d’« engagé », et faire de Frédéric Plessis un écrivain « féministe » avant la lettre ? Pourquoi pas, bien que ce soit plus timide – époque oblige – par rapport à ce que nous lisons dans La Garçonne de Victor Margueritte et dans les romans de Colette ? Il y a bien chez François Coppée et chez Frédéric Plessis une part de transgression de leur milieu, au sein duquel ils évoluent et s’activent par leur engagement politique ; et la violence avec laquelle ils décrivent la conduite de leurs héros et celle de l’entourage, familial et extérieur, doit être soulignée comme une prise de position en faveur des premiers. Brunetière a écrit juste, dans la Revue des deux mondes où Plessis avait publié son roman en feuilleton :

  • 14 Je remercie madame Bénédicte Jarry, conservatrice à la Bibliothèque municipale de Brest, pour la co (...)

Nos lecteurs connaissent déjà ce récit de mœurs de province ; et ils en ont aimé l’émotion discrète, l’art peut-être un peu timide encore, et le charme de sincérité. Rien assurément n’eût été plus facile à M. Plessis que de dégager, pour le mettre en lumière, ce que son sujet contient à la fois de satire hardie des mœurs et de force dramatique. Mais pour des raisons à lui, raisons d’artiste et raisons de poète, il a mieux aimé fondre ensemble, atténuer l’un par l’autre, et comme voiler d’ironie légère ce qu’une certaine morale, parisienne, pharisienne, eût trouvé d’excessif, dans son indulgence pour son héroïne ou dans sa sévérité pour les très honnêtes gens dont elle meurt victime. C’est le charme d’Angèle de Blindes ; et c’est la raison du plaisir qu’on trouvera sans doute à relire ce récit. Beaucoup de qualités, qu’on n’y avait pas d’abord aperçues, s’y montrent ; et on est un peu surpris, mais d’autant plus intéressé, de la qualité d’idées qu’il éveille dans les profondeurs de la conscience intime14.

18Le compte rendu de Brunetière surpasse en qualité les autres (au demeurant fort estimables et empreints de sympathie pour le livre et pour son auteur) par la fermeté de son jugement et la lecture sociale qu’il donne du roman (la notation quelque peu en retrait concerne seulement l’art de Plessis). Lorsqu’il emploie les mots « émotion », « sincérité », « satire hardie des mœurs », « force dramatique », « ironie légère », « indulgence », « sévérité », « victime », « charme », « plaisir », « qualité » (deux occurrences), « conscience intime », et qu’il recourt à une paronomase (« certaine morale, parisienne, pharisienne »), l’apport humain est manifeste. La liste est en elle-même un résumé du concept mis en lumière dans ce roman.

  • 15 Voir, dans le présent volume, l’analyse du Mariage de Léonie par Alain Monot.

19Être publié chez Lemerre était un gage de reconnaissance et de succès (il en allait de même au Mercure de France) ; et Lemerre, éditeur des Parnassiens, avait l’art d’allier financièrement et commercialement les contraires – il ne figure pas dans la liste des membres de la Ligue de la Patrie française. Plessis savait certainement ce qu’il faisait en publiant chez cet éditeur ; il connaissait son lectorat et les conduites sociales de son temps quant au statut contraignant de la femme, maintenue en état d’infériorité. Paradoxalement, la perspective sera diamétralement opposée dans un autre roman de Plessis, Le Mariage de Léonie, publié chez Perrin la même année qu’Angèle de Blindes : si Angèle brave son milieu, Léonie est forcée de s’y soumettre, car elle est ruinée. Est-ce la volonté de Plessis de présenter deux aspects d’une même problématique, celle de la liberté de la femme : ou elle la prend, ou on la lui refuse – et les deux attitudes ne sont pas sans risques, physiques, moraux et sociaux ? Nous pouvons le lire ainsi15. Dans Les Tenailles, pièce représentée pour la première fois sur la scène du Théâtre-Français le 28 septembre 1895 et publiée peu après chez Lemerre, Paul Hervieu avait porté ce problème à la scène, et avec quelle violence ! Les critiques en avaient bien rendu compte.

20Plessis donne lui-même des réponses à toutes ces questions : dans ce roman, et dans la diachronie de la conscience morale, il y a des traces de La Rochefoucauld et de Pascal, nous l’avons mentionné ci-dessus ; la référence biblique au psaume 130 – ce sont les derniers mots du roman – est éclairante quant à la notion de pardon et de rédemption : « Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ? » Un latiniste aussi compétent que Plessis connaissait le pouvoir intellectuel, religieux et social de la citation, presque trente ans après la promulgation du dogme de l’infaillibilité pontificale et dans le contexte de son époque.

21Mais il y a aussi une explicitation, dans l’évolution de la société et des mœurs proposée par un connaisseur intime des conduites humaines, depuis Properce. Le poème « Sur un exemplaire d’Angèle de Blindes » en témoigne :

Au marbre abandonné qui de Marie-Angèle
Couvre le peu de cendre épargné par les jours,
Je suis venu rêver de sa grâce mortelle,
De la tragique fin de ses brèves amours.

J’aurais voulu, pensive et douce créature,
Te faire un monument digne de ton attrait :
Je n’ai mis que mon cœur dans la pâle écriture
Où l’éclat de tes yeux seulement transparaît.

Peut-être en quelque coin de notre chère France
Pour laquelle mourut ton Léon bien-aimé,
Une sœur de ton âme aura, dans sa souffrance,
Compris sur quel destin ton cœur s’est refermé…

  • 16 Frédéric Plessis, « Au marbre abandonné qui de Marie-Angèle… », Vesper, Paris, Lemerre, 1897 ; poèm (...)

Que ses larmes alors, plus pures que les miennes,
Attiédissent ta cendre en cet étroit cercueil,
Sous ce marbre, où de l’heure et des choses anciennes
Est à jamais scellé tant d’ivresse et de deuil16 !

  • 17 Stéphane Mallarmé, « Crise de vers », Divagations [1897], dans Œuvres complètes, édition présentée, (...)

22« Ivresse et deuil », amour et mort à jamais scellés, Angèle de Blindes est bien un roman dans lequel s’exprime le mallarméen « double état de la parole, brut ou immédiat ici, là essentiel17 ».

Notes

1 Frédéric Plessis, Angèle de Blindes, Paris, Alphonse Lemerre, 1897, p. 5.

2 Ibid., p. 81-82.

3 Trait d’humour de Plessis et jugement sur son livre : et si la lecture d’Angèle de Blindes était défendue ?

4 Frédéric Plessis, op. cit., p. 39-40.

5 Plessis rappelle-t-il discrètement les grandes fêtes en l’honneur de Marceline Desbordes-Valmore, organisées par Robert de Montesquiou à Douai en 1896 ?

6 Dans Le Soleil, Charles Canivet admire « ce récit simplement écrit, ce qui va droit au cœur. N’est-ce pas, à vrai dire, le meilleur, le seul chemin à prendre ? » (Article conservé dans le fonds Plessis de la bibliothèque municipale de Brest sous la cote F PLE 9-28.) Le critique de La Correspondance universitaire résume sa pensée en une formule d’une évidence totale : « Une simple histoire d’amour, l’éternel roman […] de deux cœurs qui se donnent » (« Angèle de Blindes, par Frédéric Plessis », ibid., F PLE 9-34) ; et celui de la Revue idéaliste, après avoir parlé de « persévérance » dans sa lecture, écrit : « Mon plaisir alla croissant jusqu’à la fin du roman. Plaisir d’émotion très poignant et très doux » (« Angèle de Blindes, par Frédéric Plessis », ibid., F PLE 9-35). Dans le Journal des débats politiques et littéraires du 2 février 1897, Henri Chantavoine apporte une note plus morale et littéraire : « Œuvre simple et sobre, d’une simplicité voulue, d’une sobriété réfléchie et en quelque sorte surveillée. » Notons, dans ces trois comptes rendus, les occurrences de l’adjectif simple et de ses dérivés, et celles du substantif plaisir. Ce roman s’insère dans les cadres traditionnels du roman à usage des lecteurs de la Revue des deux mondes, par l’émotion et la sobriété qu’il véhicule. Une lecture plus profonde de ce roman contrevient en partie à ces exigences de façade.

7 Présence de maximes, par exemple : « Nous regardons ainsi les personnes qui doivent jouer un rôle dans notre destinée et que, à cause de cela, nous voudrions connaître bien » (op. cit., p. 63) ; ou discrète allusion à Pascal : « Ah ! qu’il voyait juste, celui qui a dit : “L’opinion est la reine du monde” ! » (ibid., p. 150.) Il n’est pas interdit de lire dans ces deux citations une pointe d’humour et de mépris, de la part de Plessis, pour cette « opinion reine du monde », en fonction de la suite des événements et du regard que porte l’auteur sur ses personnages et sur leur conduite.

8 Les citations de La Princesse de Clèves sont empruntées à l’édition de Philippe Sellier (Paris, Le Livre de poche classique, 1999).

9 Dans son article « Un roman de François Coppée », consacré à Henriette et publié dans Le Gaulois du 27 juin 1889, Rodenbach écrit : « Voici un récit de plus longue haleine, voici Henriette, où le poète se contente encore de raconter une histoire, mais avec quelle simplicité sincère, avec quel accent d’humanité et d’émotion qui, tout doucement, vous gagne et vous met dans les yeux un délicieux picotement de larmes imminentes », avant de se montrer plus vigoureux : « Oh ! cette jalousie, qui, toute noble qu’elle soit, demeure encore féminine, et vindicative et injuste ! Elle hait Henriette ! »

10 Valérie Michelet-Jacquod, Le Roman symboliste. Un art de l’« extrême conscience ». Édouard Dujardin, André Gide, Remy de Gourmont, Marcel Schwob, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 2008.

11 Voir, dans le présent volume, les études de Jean Balcou et de Jean-Pierre Dupouy.

12 « Angèle de Blindes, par F. Plessis », art. cit.

13 « La figure d’Henriette a des grâces de pastel si touchantes, orpheline et pauvre, en regard du sombre visage au fusain de la veuve. » (Georges Rodenbach, art. cit.)

14 Je remercie madame Bénédicte Jarry, conservatrice à la Bibliothèque municipale de Brest, pour la communication des articles de presse consacrés à ce roman et conservés dans le fonds Frédéric Plessis.

15 Voir, dans le présent volume, l’analyse du Mariage de Léonie par Alain Monot.

16 Frédéric Plessis, « Au marbre abandonné qui de Marie-Angèle… », Vesper, Paris, Lemerre, 1897 ; poème recueilli sous le titre « Sur un exemplaire d’Angèle de Blindes » dans Poésies complètes, Paris, Albert Fontemoing, 1904, p. 305.

17 Stéphane Mallarmé, « Crise de vers », Divagations [1897], dans Œuvres complètes, édition présentée, établie et annotée par Bertrand Marchal, t. II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2003, p. 212.

Auteur

Université de Nîmes

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540