Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Première partie. Frédéric Plessis poète et humaniste

Mallarmé – Frédéric Plessis : une rencontre sans lendemain

Jean-Luc Steinmetz

Texte intégral

  • 1 A[uguste-] P[ierre] Ségalen, « Stéphane Mallarmé en Bretagne (août-septembre 1873) », Les Cahiers (...)

1Dans un article des Cahiers de l’Iroise consacré à Mallarmé en Bretagne, Auguste-Pierre Ségalen note à propos de Frédéric Plessis : « Ses vers, sans génie, ne sont pas médiocres […]. Ses travaux de latiniste […] et ses éditions, savantes ou scolaires, de Virgile et d’Horace […] restent toujours utiles1. » Il conclut ces informations par une appréciable suggestion à laquelle semble répondre le colloque Frédéric Plessis poète et romancier : « Un étudiant de l’Université de Bretagne occidentale serait bien inspiré de consacrer un travail de maîtrise à cette œuvre double, et à son auteur mort en 1942. »

  • 2 Jean-Luc Steinmetz, Stéphane Mallarmé. L’Absolu au jour le jour, Paris, Fayard, 1998, p. 157.

2Partons de là pour une réflexion nouvelle sur Plessis dont j’ai rencontré le nom pour la première fois lorsque j’écrivis ma biographie de Mallarmé2. Auguste-Pierre Ségalen considère à juste titre que son œuvre fut double (on pourrait même dire triple), à condition toutefois de la tenir pour un ensemble de textes poétiques ou érudits qui, d’autre part, ont leurs limites. La littérature n’est pas uniquement marquée de figures extraordinaires, et c’est la présence de celles-ci qui permet de voir à quel point l’ordinaire est nécessaire pour que l’on mesure mieux ce qui s’en détache avec éclat.

  • 3 Maurice Souriau, Histoire du Parnasse, livre VI, chapitre IV : « Frédéric Plessis », Paris, Spes, (...)
  • 4 Aganippide. Adjectif formé sur le nom de la fontaine Aganippe, située au pied de l’Hélicon en Béot (...)

3Né en 1851, Plessis fréquente très tôt ceux qui vont devenir les Parnassiens enrôlés sous l’enseigne du Fac et spera de Lemerre, au point qu’il pourra être nommé le « cadet du Parnasse3 ». Il est, en effet, le plus jeune du groupe. En vertu d’une symétrie qui tient uniquement au hasard, il sera aussi, en raison de sa longévité, le dernier des Parnassiens à disparaître, en 1942, à une époque où, contre vents et marées, après symbolisme et surréalisme, il était encore resté fidèle à l’esprit et à la versification de ses débuts. Son œuvre d’éditeur de textes anciens, de poète et de romancier s’est développée sur le fond de solides études qui firent de lui un universitaire enseignant en fin de carrière à la Sorbonne, un spécialiste de Properce, d’Horace et des élégiaques latins. Cette connaissance particulière explique d’autant mieux son attachement au Parnasse et les heureuses transpositions qu’il proposa dans La Lampe d’argile de poésies de l’Anthologie grecque sous le titre général de « La Couronne Aganippide4 ».

4Ce qui me retiendra dans un premier temps concernera la rencontre de Plessis avec Mallarmé. Elle est attestée rétrospectivement par une lettre de Plessis envoyée de Douarnenez et datée du 26 août 1873. Elle laisse entendre que les deux hommes se fréquentaient auparavant et que Plessis était allé voir Mallarmé chez lui à Paris. Deux éléments permettent d’expliquer cette relation. La participation de Mallarmé au premier Parnasse contemporain et le milieu des Parnassiens eux-mêmes que connaissait particulièrement bien l’auteur d’Hérodiade. Ce creuset représentait la poésie moderne. Baudelaire avait confié à la revue une série de poèmes qui figureront dans la troisième édition (posthume) des Fleurs du mal. Verlaine y faisait ses premières armes. Rimbaud avait envoyé des poèmes à Théodore de Banville dans l’espoir d’être publié dans le deuxième Parnasse contemporain. José-Maria de Heredia commençait à s’imposer par l’excellence de ses sonnets. Parmi ses amis, Plessis, féru de littérature grecque et latine, tenait son rang, et il est certain que Mallarmé, encore hanté par la muse mythologique, échangea avec lui quelques propos. En cette année 1873, il reste lié au groupe et apprécié à divers titres par les uns et les autres. Or il fréquente aussi le milieu avancé de Nina de Villard et surtout Manet. Son intérêt pour la peinture l’incline à comprendre l’art et la manière de ceux qui deviendront les Indépendants, puis les Impressionnistes. De même, il côtoie les premiers wagnériens français de l’époque. Il s’est surtout penché, au risque de s’y perdre, sur ce qu’il appelle la fiction et déjà il a conçu une première mouture d’Igitur, comme nous le confiera par la suite Catulle Mendès.

  • 5 Leconte de Lisle, « Aux modernes », Le Nain jaune, 30 novembre 1864, recueilli dans les Poèmes bar (...)

5Mallarmé n’est assurément pas un Parnassien comme les autres. Sa dissidence future n’est pas prévisible, mais elle se devine. Il était sans doute difficile à Plessis d’imaginer une telle scission, quoique Mallarmé figurât déjà proverbialement au nombre des plus obscurs, pour ne pas dire des plus hermétiques, ce qui n’était pas le cas d’un Plessis, formé à la langue classique, à la prosodie la plus régulière, aux images les plus habituelles, qu’il sait teinter cependant d’une originalité de bon ton. Mallarmé est plus âgé que lui de neuf ans. Ils se retrouvent en Bretagne pour des raisons fort claires. Plessis rejoint là son pays natal. Toute sa vie il restera fidèle à cette région, bien qu’il meure en 1942 à Paris. Il lui consacrera de nombreux textes, et l’on doit penser qu’il fut vite informé de l’habitude qu’avaient Heredia et ses amis de venir chaque année pendant les vacances d’été dans le Finistère, et plus particulièrement à l’hôtel du Commerce à Douarnenez. Heredia avait découvert ces lieux grâce à Georges Lafenestre et à Sully Prudhomme. Il s’était familiarisé avec ces paysages au contact du peintre Emmanuel Lansyer qu’il gratifiera d’un sonnet dans ses futurs, mais encore lointains Trophées. Plessis, poète débutant, a plaisir à retrouver tous ces adeptes d’une religion de la forme, qui s’affirme contemporaine, mais qui tourne résolument le dos aux « Modernes » que se plaît à stigmatiser Leconte de Lisle5. Ce qui rapproche un Mallarmé et un Plessis repose sur un malentendu, assez trouble néanmoins pour ne pas être prévisible quand s’ébauche leur relation, dont on doit présumer qu’elle ne se poursuivit guère, pas, du moins, dans les termes d’une recherche esthétique apparentée, Plessis n’ayant jamais franchi le pas qui l’aurait mis aux côtés des futurs symbolistes.

  • 6 Stéphane Mallarmé, Correspondance, t. IV (2), éd. Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Galli (...)

6Venons-en maintenant à la lettre qui montre son intimité avec Mallarmé durant l’été 1873. Je crois nécessaire de la citer intégralement telle qu’elle se présente p. 385 dans le quatrième tome de l’édition de la Correspondance6. Elle est donnée comme inédite alors (1973) et l’on en ignore l’exacte provenance. « Autographe inconnu » est-il indiqué dans le volume. La précision entre parenthèses « E. B. » signale toutefois qu’elle appartient à la collection du gendre de Mallarmé, Edmond Bonniot, le mari de Geneviève.

Douarnenez 26 août 1873
Mon cher ami,

  • 7 Charles Baudelaire, « Le Voyage », v. 61, Les Fleurs du mal, 2nde édition, 1861.
  • 8 Lanoyer est probablement une erreur de lecture pour Lansyer.

Je suis véritablement heureux que vous soyez installé selon vos désirs, autant que possible, et votre affectueuse lettre m’a apporté là une bonne nouvelle. Vous allez maintenant travailler, en contemplant
La gloire du soleil sur la mer violette7.
Ma mère est très-heureuse d’avoir contribué à votre excursion à la pointe St Mathieu et par suite à votre séjour dans des conditions désirées. Nous quitterons Douarnenez mardi prochain, Heredia reste ici encore un mois. Lanoyer8 n’est pas de retour. Lecouteux est parti. MM. Jacob et Durand ont été sensibles à votre bon souvenir et me chargent de ne pas les oublier près de vous.

J’ai pu faire quelques vers ces temps-ci ; je n’en suis pas mécontent ; c’est une grande satisfaction quand on sent déménager en soi une ancienne stérilité.
Henri V ne nous régit pas encore. Par ailleurs, je n’ai pas de nouvelles de Paris, à moins pourtant que vous ne fussiez déjà parti, quand j’ai reçu une lettre de Dierx, me chargeant de souvenirs affectueux pour vous, m’apprenant le mariage de Ricard et me parlant des exploits de MM. d’Hervilly, Richepin et Cie sur les tréteaux du Théâtre de Latour d’Auvergne.
Mais à quoi bon des nouvelles de Paris à vous qui avez maintenant la pleine mer et les soleils couchants ? Poëte, vous avez la Poésie.
Pour ma part, je suis plongé dans des soucis de carrière dont je voudrais bien avoir l’esprit dégagé. C’est la vie réelle.
Je suis bien aise des bonnes nouvelles reçues de Banville. Ne vous donnez pas la peine, mon ami, de m’expédier le drame de Villiers ; malgré le vif désir que j’ai de le lire, il est plus sage d’attendre, puisque je vais quitter Douarnenez pour ne passer probablement que très-peu de temps à Guingamp et aller ensuite je ne sais où.
Toutefois, si vous avez le loisir de m’écrire d’ici quelque temps, en adressant à Guingamp 25 Rue de la place du Centre, cela me parviendrait toujours. Je serais en effet heureux d’avoir de vos nouvelles et de ne pas perdre de vue un ami qui m’a fait une si bonne réception à Paris et que j’ai pu encore apprécier pendant quelques instants trop courts à Douarnenez.
Mon père et ma mère me chargent de bons souvenirs pour vous, et moi je vous prie, mon cher ami, de croire à ma vive et sincère affection
Frédéric Plessis
Je vous remercie de l’aimable billet au crayon laissé pour moi le jour de votre départ. Je vous en aurais remercié, si j’avais su où vous étiez.

7Les éléments de cette épître apportent autant d’informations sur Mallarmé que sur Plessis, mais de ces deux pôles d’intérêt naît une conjonction favorable pour mieux les comprendre tous deux. Il apparaît que Mallarmé a mis Plessis dans la confidence de ses projets, à savoir, pour l’immédiat, son désir de s’éloigner de Douarnenez et de prendre ses distances vis-à-vis d’un ensemble d’amis qu’il estimait, certes, mais qui ne correspondait sans doute pas à ceux qu’il aimait le mieux. Il n’empêche qu’il était venu là-bas en toute connaissance de cause, en s’attendant à retrouver les fidèles de Heredia, les André Lemoyne, Sully Prudhomme, André Theuriet, Emmanuel Lansyer, sans compter de nouveaux arrivants comme Plessis néophyte ou le très fugace Louis Verbrugghe. Plessis est donc au courant du prochain déplacement de Mallarmé, puisque c’est par son intermédiaire et celui de sa mère que Mallarmé aurait gagné le port du Conquet, dans le Finistère Nord, et qu’il se serait installé à la pointe Saint-Mathieu. Mallarmé souhaite en effet travailler au calme. Les quelques critiques qui se sont inquiétés de son séjour dans cette partie de la Bretagne ont supposé, un peu hâtivement selon moi, qu’il préparait alors sa contribution au Tombeau de Théophile Gautier. Nous verrons sur ce point qu’il faut envisager d’autres hypothèses.

  • 9 Virginie Demont-Breton, Les Maisons que j’ai connues, t. II, Paris, Plon, 1927, chap. II : « L’hôt (...)
  • 10 Le Cinquantenaire de Charles Baudelaire, textes réunis et présentés par Ernest Raynaud, Paris, Mai (...)

8Des personnages plus ou moins obscurs, mais dont le nom seul évoquait une silhouette familière, sont évoqués dans la lettre de Plessis, comme Lecouteux, MM. Jacob et Durand (unis comme dans un nom de firme). Tous ceux-là n’apparaissent pas dans les listes d’estivants que donne Virginie Demont-Breton dans son livre Les Maisons que j’ai connues9, lorsqu’elle rappelle l’hôtel du Commerce tenu par Georges Vedeler et fréquenté d’abord par Lansyer, puis par Lemoyne, Theuriet et de nombreux peintres comme Jules Breton, Auguste Anastasi, Paul Lecomte, Louis-Aimé Japy, Jules-Alexandre Duval-Le Camus, etc. La connivence de Plessis avec Mallarmé s’exprime par certains traits bien significatifs. Ainsi la citation d’un vers du « Voyage » de Baudelaire, « La gloire du soleil sur la mer violette », prouvant si besoin était la connaissance qu’il avait des Fleurs du mal. Il faut y voir une concession faite à Mallarmé, imbu de Baudelaire, alors que Plessis ne semble pas avoir été marqué par l’empreinte de tels poèmes, même si par la suite il collabore au volume édité en 1917 sous le titre Le Cinquantenaire de Charles Baudelaire10, où l’on relève au nombre des onze participants les noms d’Apollinaire, de Gustave Kahn, de Robert de Montesquiou, de Charles Morice et de Joséphin Péladan. Un autre signe témoignant d’une complicité momentanée de Plessis avec Mallarmé se lit dans un passage très proche des préoccupations de l’auteur d’Hérodiade, puisque Plessis, qui se remet à écrire de la poésie, éprouve le besoin de dire sa satisfaction quand (je le cite) « on sent déménager de soi une ancienne stérilité ». Ces deux derniers mots font écho à la hantise de Mallarmé lui-même quand il œuvrait son Hérodiade et composait son « Don du poème ».

9C’est encore le milieu des Parnassiens que Plessis implique lorsqu’il nomme Léon Dierx, mais aussi Louis-Xavier de Ricard, à l’origine de ce que l’on pourrait appeler le pré-Parnasse par sa revue L’Art (du 2 novembre 1865 au 6 janvier 1866), d’Hervilly et Richepin, qui faisaient leurs premiers essais au Théâtre de La Tour d’Auvergne. Il ne semble pas que Plessis ait été tenté par le théâtre, contrairement à Mallarmé, qui, toute sa vie, revint sur son Hérodiade et rêva d’un théâtre idéal dont la principale qualité – pour le moins paradoxale – aurait été de ne pouvoir être porté sur la scène.

10Concédant à un minimum de lyrisme, Plessis place Mallarmé au nombre des poètes du paysage, aimant la pleine mer et les soleils couchants. De ces thèmes que lui-même traitera avec abondance, il est certain que Mallarmé avait scruté la validité intellectuelle, contrairement à Plessis qui n’en faisait qu’un motif à traiter selon de précises exigences descriptives. Si Mallarmé a fait entrer la mer et le soleil dans ses textes, est-il besoin de rappeler que ce fut au nom d’une métaphysique du poème interrogeant l’écriture même ? Sa confrontation avec la mer, celle d’Iroise, en l’occurrence, lui fut assurément utile pour composer autre chose qu’un simple tableau.

  • 11 Lettre à Georges Lafenestre, 25 mars 1865, dans José-Maria de Heredia, Correspondance, t. I, Paris (...)

11La suite de la lettre passe par diverses notations. Plessis consacre un paragraphe à ses soucis de carrière (Mallarmé était « universitaire » comme lui, mais se contentait d’un modeste emploi de professeur au lycée Fontanes). Plessis déplore les exigences de la vie « réelle » par rapport à la vie idéale qu’on devine être celle où la fiction se donnerait libre cours – en quoi Mallarmé ne pouvait que l’approuver. Il signale d’autres amitiés communes, comme celle de Théodore de Banville, d’une exemplaire bienveillance et qui veillait avec équité aux destinées du Parnasse (un Rimbaud le savait plus que tout autre, lui qui, plein d’espérance, lui avait adressé son « Credo in unam » en mai 1870). Villiers aussi, « un fou très intéressant11 », disait de lui Heredia en 1865, est mentionné pour un drame, vraisemblablement Axël, dont il avait publié la première partie dans La Renaissance littéraire et artistique à l’automne 1872 et envers lequel Plessis, esprit classique, ne manifeste qu’une curiosité polie. Appelé à se déplacer, il craignait à juste titre que des fascicules de revue à lui envoyés ne s’égarent en route, des pages qu’il n’avait pas plus que cela envie de lire. Villiers, à l’époque, entretenait avec Mallarmé une correspondance nourrie, et l’extravagant gentilhomme breton avait annoncé sa venue à l’extrême pointe de l’Armorique, projet que, du reste, il ne mettra pas à exécution.

12On ne saurait trop déduire de l’unique et précieuse lettre de Plessis à Mallarmé. Elle révèle plus sur le second que sur le premier et lance notre imagination sur des pistes qui risquent de frôler la chimère. La résolution de Mallarmé d’occuper un lieu isolé, d’abord un phare, celui de l’île d’Ouessant, puis une maison à la pointe du Conquet, paraît avoir correspondu à un désir de mener à bien une entreprise sensiblement différente de celle en quoi consiste « Toast funèbre », son célèbre hommage à Gautier peu marqué par la nature bretonne. En revanche, quelques informations supplémentaires laisseraient supposer qu’il n’avait pas renoncé à son Igitur, lu dès 1870 en Avignon à Mendès, Villiers et Judith Gautier. Les souvenirs de Racot donnent, en effet, de surprenants détails sur le séjour de Mallarmé à Douarnenez et sur ses suites :

  • 12 Un ex-Parnassien [Adolphe Racot], « Les Parnassiens (quatrième article) », Le Gaulois, 23 mars 187 (...)

La dernière fantaisie de M… à Douarnenez fut d’obtenir la permission d’habiter un phare
– C’est là seulement, disait-il, au bruit des vagues qui se brisent, que je pourrai écrire le roman dont je vous ai depuis longtemps raconté le scénario : Igitur de Psaltérion.
Le scénario en question était simplement ceci : l’Ombre d’un vivant enfermée dans un vieux château abandonné et occupée à brûler des papiers de famille.
M… d’ailleurs n’obtint pas l’autorisation demandée, ce qui explique qu’Igitur de Psaltérion n’a pas encore vu le jour. Il quitta Douarnenez en en emportant le plus mauvais souvenir12.

13Sans s’arrêter là, il faut prendre au sérieux la mention d’Igitur à cette époque, dernier témoignage sur un texte qui ne sera publié fragmentairement qu’après la mort de Mallarmé. Car si Igitur ne porte guère trace d’un milieu maritime environnant, on sait, en revanche, que le Coup de dés de 1897 continue sur l’une de ses faces la composition d’Igitur, dont une des parties s’intitulait effectivement « Le Coup de dés ». Le poème final de Mallarmé Un coup de dés jamais n’abolira le hasard se déroule sur fond océanique et montre un singulier naufrage détaillé comme par les moyens d’un stroboscope, et il est bien possible que Mallarmé au Conquet ait ainsi passé plusieurs semaines à méditer sur ce sujet et à en tracer les premières esquisses, entouré par une nature sauvage et marine, un spectacle environnant qui ne demandait qu’à être transposé par jets de pensée dans son œuvre à venir.

  • 13 Plessis dit dans sa lettre à Mallarmé du 26 août : « quand j’ai reçu une lettre de Dierx ». La let (...)
  • 14 Voir, d’Adolphe Aderer, Le Théâtre à côté, Paris, Librairies-Imprimeries réunies, 1894, chap. II : (...)

14La lettre de Dierx, dont parle Plessis et à lui adressée, disait sans doute à peu près la même chose que celle que nous connaissons envoyée à Mallarmé au Conquet et datée du 29 août 187313. Dans celle-ci, Plessis est étroitement associé à Heredia. On y voit aussi mentionnés d’Hervilly, Richepin, Bonnier, qui ont joué leurs pièces au Théâtre de La Tour d’Auvergne (la pièce de Richepin était L’Étoile, écrite en collaboration avec André Gill14).

  • 15 Stéphane Mallarmé, Correspondance, t. IV (2), éd. cit., p. 388.

15Pour en revenir au travail du Mallarmé de l’époque, Dierx précise bien à son destinataire : « C’est probablement le besoin de solitude pour travailler à votre poème en prose qui vous a fait chercher ailleurs un coin plus retiré. » Ce poème en prose ne saurait donc être confondu avec le « Toast funèbre » à la mémoire de Gautier. On ne voit guère, par ailleurs, étant donné les treize poèmes en prose de Mallarmé que nous connaissons, lequel d’entre eux pourrait correspondre à celui que signale Dierx. On se souviendra aussi que quelques jours plus tard, le 28 août, Mallarmé, dans une lettre à Marie, sa femme, parlera de son « livre de contes », et principalement d’une partie « qui demande de longues et terribles rêveries, abstrait, solitaire15 ».

  • 16 Voir Henri Mondor, Histoire d’un faune, Paris, Gallimard, 1948.

16Les rapports de Plessis avec Mallarmé dans les années qui suivent 1873, je n’ose les placer sous d’heureux auspices. On connaît l’histoire du troisième Parnasse contemporain où figurent soixante-trois poètes, dont Plessis, mais non Mallarmé. On sait aussi le refus que celui-ci essuya de la part d’un aréopage estimable, composé de Coppée, Banville et Anatole France – ce dernier surtout en étant le responsable – dit-on16. On aurait pu croire que Plessis aurait approuvé le verdict énoncé par France, son mentor, d’autant plus que dans Le Siècle littéraire du 1er février 1876 il avait annoncé avec France la publication prochaine de l’anthologie. Or une information que m’a transmise Yann Mortelette m’assure que la correspondance récemment dépouillée de Plessis avec France témoigne du contraire ou, du moins, montre à ce sujet une opinion moins tranchée, allant jusqu’à regretter que Mallarmé n’ait pu bénéficier d’un rattrapage par quelques poèmes moins tarabiscotés que son Faune jugé abstrus.

17À supposer que les relations entre Plessis et Mallarmé aient continué, on ne saurait en attendre plus que les égards de la politesse et le plaisir de rappeler au besoin les heures d’autrefois. Plessis montre une pensée simple, limpide, un style qui, dans son antique perfection, est exempt de surprises. Je le vois mal attentif aux divagations de l’Hermès Trismégiste de la rue de Rome devant lesquelles il devait manifester l’hermétisme, plus banal celui-là, de sa confortable incompréhension.

  • 17 Frédéric Plessis, « Guirlande pour Théano », « À Mélissa » (dans « La Couronne Aganippide ») et «  (...)

18Sans mélancolie excessive, on affirmera une fois encore que les hommes ne se reconnaissent pas nécessairement, surtout quand certains d’entre eux montrent leur talent ou leur génie, la chose au monde la moins partagée. Si l’on veut aller plus loin, il est même troublant de voir que plusieurs restent parfois aveugles devant leurs propres éclairs ou intuitions. Ne fut-ce pas le cas lorsque, par trois fois, Plessis composa d’excellentes contrerimes : « Guirlande pour Théano », « À Mélissa » et « À Codrus17 », en prenant ainsi la suite du « Manchy » de Leconte de Lisle très admiré de Baudelaire (sans oublier les quelques réussites contemporaines d’un Ernest d’Hervilly) ? Mais, pour notre déception, on ne dira pas Plessis précurseur du délicieux Paul-Jean Toulet, qui l’a lu sans doute au fil de sa négligence attentive.

Notes

1 A[uguste-] P[ierre] Ségalen, « Stéphane Mallarmé en Bretagne (août-septembre 1873) », Les Cahiers de l’Iroise, octobre-décembre 1975, p. 211-217 (le passage cité se trouve p. 215, n. 1).

2 Jean-Luc Steinmetz, Stéphane Mallarmé. L’Absolu au jour le jour, Paris, Fayard, 1998, p. 157.

3 Maurice Souriau, Histoire du Parnasse, livre VI, chapitre IV : « Frédéric Plessis », Paris, Spes, 1929, p. 446.

4 Aganippide. Adjectif formé sur le nom de la fontaine Aganippe, située au pied de l’Hélicon en Béotie et consacrée aux Muses.

5 Leconte de Lisle, « Aux modernes », Le Nain jaune, 30 novembre 1864, recueilli dans les Poèmes barbares en 1872.

6 Stéphane Mallarmé, Correspondance, t. IV (2), éd. Henri Mondor et Lloyd James Austin, Paris, Gallimard, 1973, p. 385, n. 2.

7 Charles Baudelaire, « Le Voyage », v. 61, Les Fleurs du mal, 2nde édition, 1861.

8 Lanoyer est probablement une erreur de lecture pour Lansyer.

9 Virginie Demont-Breton, Les Maisons que j’ai connues, t. II, Paris, Plon, 1927, chap. II : « L’hôtel Vedeler à Douarnenez », p. 11-126.

10 Le Cinquantenaire de Charles Baudelaire, textes réunis et présentés par Ernest Raynaud, Paris, Maison du Livre, 1917.

11 Lettre à Georges Lafenestre, 25 mars 1865, dans José-Maria de Heredia, Correspondance, t. I, Paris, Champion, 2011, p. 411.

12 Un ex-Parnassien [Adolphe Racot], « Les Parnassiens (quatrième article) », Le Gaulois, 23 mars 1875, p. 1 ; rééd. dans Louis-Xavier de Ricard, Petits Mémoires d’un Parnassien, et Adolphe Racot, Les Parnassiens, introductions et commentaires de M[ichael] Pakenham, Paris, Minard, Lettres modernes, coll. « Avant-Siècle », 1967, p. 178.

13 Plessis dit dans sa lettre à Mallarmé du 26 août : « quand j’ai reçu une lettre de Dierx ». La lettre de Dierx à Mallarmé a été écrite trois jours plus tard, le 29 août. Elle est recueillie en note dans la Correspondance de Mallarmé, t. IV (2), éd. cit., p. 386.

14 Voir, d’Adolphe Aderer, Le Théâtre à côté, Paris, Librairies-Imprimeries réunies, 1894, chap. II : « La Tour d’Auvergne », p. 18-39 (voir notamment la lettre de Jean Richepin à l’auteur, p. 34-36).

15 Stéphane Mallarmé, Correspondance, t. IV (2), éd. cit., p. 388.

16 Voir Henri Mondor, Histoire d’un faune, Paris, Gallimard, 1948.

17 Frédéric Plessis, « Guirlande pour Théano », « À Mélissa » (dans « La Couronne Aganippide ») et « À Codrus » (dans « Poèmes romains »), La Lampe d’argile (1887), dans Poésies complètes, Paris, Albert Fontemoing, coll. « Minerva », 1904, p. 20, 24 et 136.

Auteur

Université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540