Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frédéric Plessis

 | 
Yann Mortelette

Première partie. Frédéric Plessis poète et humaniste

Le deuxième Parnasse contemporain vu par Frédéric Plessis et Arthur Rimbaud

Michael Pakenham

Texte intégral

1[La maladie qui a emporté Michael Pakenham le 1er janvier 2013 ne lui a malheureusement pas laissé le temps de donner une forme écrite à la communication qu’il avait prononcée lors du colloque sur Frédéric Plessis à l’université de Brest le 1er juin 2012. Les liens entre Frédéric Plessis et Anatole France avaient suscité son intérêt, et il nous avait l’honneur et l’amitié de venir d’Exeter pour participer à ce colloque : nous ne saurions donc en publier aujourd’hui les actes sans faire connaître le travail qu’il avait consacré à Plessis.

  • 1 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; Œuvres complètes, édition établie par André Guyau (...)

2Michael Pakenham avait retrouvé à la Bibliothèque nationale une lettre inédite de Plessis à France datée du 20 juin 1871 : le poète, âgé de vingt ans, y exprime sans ambages son avis sur ses confrères du deuxième Parnasse contemporain, en expliquant qu’il souhaite s’écarter d’eux pour ouvrir une voie nouvelle à la poésie. Cet accès d’iconoclastie littéraire chez un poète qui, plus tard, allait recueillir l’héritage de la tradition classique invita Michael Pakenham à comparer cette lettre à celle que Rimbaud a envoyée à Paul Demeny le 15 mai 1871, pour lui exposer sa conception du poète-voyant et son opinion sur les poètes de « la nouvelle école, dite parnassienne1 », dont il lisait les vers dans les fascicules du Parnasse contemporain. Grâce aux notes que nous avons prises lors de l’intervention de Michael Pakenham et aux conversations que nous avons eues avec lui à ce sujet, nous pouvons indiquer les principaux points de comparaison qu’il avait établis entre la lettre de Plessis et celle de Rimbaud. Nous donnons ensuite le texte intégral de la lettre du 20 juin 1871, dont nous avons vérifié la transcription à partir du manuscrit et que nous avons annotée.

3Dans sa lettre, Plessis commente le poème de Heredia « Les Conquérants de l’or », qui clôt Le Parnasse contemporain : on en déduit que la dernière livraison du recueil a dû paraître peu avant le 20 juin 1871. Il est possible aussi que ce soit le recueil tout entier qui ait vu le jour à ce moment, car Plessis mentionne de nombreux poètes figurant au sommaire des livraisons antérieures, comme s’il avait l’ensemble du volume sous les yeux et en dressait le bilan.

  • 2 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 10 juin 1871 ; ibid., p. 353.

4Dès la première phrase de sa lettre, Plessis renie sa production antérieure et demande à France de brûler les vers qu’il lui avait envoyés. Dix jours plus tôt, Rimbaud avait écrit à Paul Demeny : « Brûlez, je le veux et je crois que vous respecterez ma volonté comme celle d’un mort, brûlez tous les vers que je fus assez sot pour vous donner, lors de mon séjour à Douai2. » Mais ni France ni Demeny n’ont accompli les autodafés dont ils étaient chargés.

  • 3 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; ibid., p. 343 et 347.
  • 4 Ibid., p. 348.
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid.
  • 7 Voir Jules Mouquet, « Un témoignage tardif sur Rimbaud », Mercure de France, 15 mai 1933, p. 102.

5« Une révolution s’opère en moi », déclare Plessis, qui désirerait « avoir un esprit vierge où pût fleurir quelque chose de neuf ». L’obsession romantique du nouveau le hante : « Du neuf ! Je rêve à ce mot-là. Plus d’amitiés littéraires. […] Mon passé, si court qu’il soit, pèse sur moi… Comment oublier ce que j’ai appris ? » Rimbaud, lui aussi, préconise dans sa lettre la rupture avec le passé : « Libre aux nouveaux ! d’exécrer les ancêtres. […] Demandons aux poètes du nouveau, – idées et formes3. » Plessis passe en revue les poètes les plus prometteurs du deuxième Parnasse contemporain, de même que Rimbaud classe « les seconds romantiques » en plusieurs catégories. Cependant, Plessis mentionne Heredia, Mallarmé et Villiers de l’Isle-Adam, qui ne figurent pas dans la liste établie par Rimbaud, sans doute parce que leurs poèmes, imprimés dans la onzième et la douzième livraison du Parnasse, n’avaient pas encore paru le 15 mai 1871. Si Plessis distingue, comme Rimbaud, Léon Dierx, Sully Prudhomme et François Coppée – « les talents4 » –, ainsi que Catulle Mendès – « les fantaisistes5 » –, en revanche il ne perçoit pas le génie de Verlaine (« ne sait pas son métier ; ferait bien d’apprendre à faire les vers »), que Rimbaud repère quant à lui comme « un vrai poète6 ». Il reconnaît néanmoins que « La Soupe du soir » a « une veine un peu vague » : en lisant ce poème dans la quatrième livraison du Parnasse contemporain, Rimbaud l’avait signalé en inscrivant quatre croix au-dessus de son titre7. Quant à Albert Mérat, que Rimbaud place presque sur le même plan que Verlaine, Plessis ne retient pas son nom.

6Le projet poétique de Plessis n’a pas l’envergure de celui de Rimbaud. Il vise à exprimer, à travers « une suite de tableaux » et d’« intrigues sans dénouements », ce que « la Société contemporaine fait de l’amour ». En voulant se faire le peintre de la vie moderne, mais en privilégiant le « côté bourgeois » et non le « côté pauvre et ouvrier », Plessis se positionne entre Baudelaire et Coppée. Son programme n’est pas aussi concerté que celui de Rimbaud dans la lettre du voyant : « Voici ce que j’entrevois vaguement », annonce-t-il à Anatole France. La tentative d’une évocation poétique de la vie bourgeoise ressemble à une gageure : la prose paraîtrait plus indiquée. Pour mieux faire comprendre son projet à son correspondant, Plessis mentionne d’ailleurs des romanciers réalistes, Flaubert et les Goncourt. Il finira lui-même par écrire des romans, et l’on peut se demander si la publication d’Angèle de Blindes en 1897 n’est pas la réalisation la plus aboutie du projet de poème mûri en 1871. Ce qui incite à le penser, c’est que, dans sa lettre, Plessis fait le lien entre son projet de renouvellement de la poésie et l’évocation de son amour contrarié pour Amélie Mélot : « C’est un bonheur manqué ; je n’ai que vingt ans, si j’en avais trois ou quatre de plus et une position… Voilà ce qui me donne l’idée de mon poème […] ; mais comment en exclure la personnalité [?] » Je deviendra un autre grâce au masque de l’écriture romanesque : Angèle de Blindes s’inspire directement de cet amour de jeunesse de Plessis.

  • 8 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; op. cit., éd. cit., p. 347.

7Dernier point de comparaison entre Plessis et Rimbaud : leur conception de la femme. Dans sa lettre, Plessis explique que la jeune fille qu’il a rencontrée le séduit surtout par sa liberté intellectuelle et par son amour de la poésie, ce qui le conduit à se plaindre du conformisme social qui l’empêche de l’épouser. Angèle de Blindes aura des accents féministes. « Quand sera brisé l’infini servage de la femme, quand elle vivra pour elle et par elle, […] elle sera poète, elle aussi8 ! », s’exclame Rimbaud. Le jeune homme de Binic et l’adolescent de Charleville ont alors des positions assez proches à l’égard de la condition féminine. Si Plessis avait pu vivre librement son amour pour Amélie Mélot, ou plus exactement s’il avait osé le faire, sa vie et son œuvre auraient eu certainement un visage plus moderne.]

Annexes

Lettre inédite de Frédéric Plessis à Anatole France, 20 juin 18719

Binic 20 juin [18] 71

Mon cher Anatole, Pour vous seul

Brûlez, brûlez vite, sans les montrer à personne, les vers que je vous ai envoyés : ce n’est pas seulement parce que dans le sonnet gothique de « S[ain]t Michel10 » il y a une monstrueuse faute d’orthographe : « un glaive torse » ; mais surtout parce que je ne veux plus entendre parler du passé. Je fais fausse route. Je me trompe, en écrivant des vers pareils. Je sais mon métier, j’ai un talent précoce !… Mais c’est horrible, tout cela. Mieux vaudrait ne pas même savoir les règles de la prosodie, et de la rime et de tout, et du moins avoir un esprit vierge où pût fleurir quelque chose de neuf. Une révolution s’opère en moi. Ma foi artistique, que je croyais si ferme, la seule chose qui me restât, s’écroule en quelques jours !… Jours d’angoisse et de trouble, où l’esprit, se posant mille fois les mêmes questions, mille fois reste silencieux. Mendès et vous, m’avez ouvert les yeux. Merci, quoique vous m’ayez brisé le cœur. L’école qui se groupait autour de Leconte de Lisle est dissoute : qu’en sortira-t-il ? Mendès est dans une crise : il renie son passé ; s’il lui avait été fidèle, il n’aurait jamais été qu’un pasticheur admirable, voilà tout. Il prend le parti de rester seul : peut-être, au lieu d’un admirable pasticheur, ne sera-t-il rien, peut-être sera-t-il beaucoup ! mais peut-être !… C’est une nature merveilleusement douée, mais peut-être trop bien douée : car il voit tout de suite le côté faux de quelque chose, et voudrait être parfait, ce qui est impossible ; aussi ne s’attachera-t-il peut-être à rien. Cependant ?… Mais des espérances ! Toujours des espérances !… Rien que cela.

Dierx !… un grand poète à l’état embryonnaire… pour le résultat, pour l’avenir de l’art, c’est exactement égal à zéro ; ses amis, les curieux de vers, l’apprécient, l’admirent ; mais je doute qu’il apporte quelque chose de nouveau à la Poésie.

Heredia. ? ? ? Son magnifique prologue de « La Détresse d’Atahuallpa », « Les Conquérants de l’or11 », a bien quelque chose de personnel dans la façon de dire naïve et bruyante, dans la couleur et dans la disposition des tableaux, des tableaux vivants, surtout ; mais pourtant on sent La Légende des siècles et [les] Poèmes barbares ; c’est un élève… Toutefois… de grandes espérances ; il est complet, lui ; son esprit est clair ; il se rend compte… puis enfin, ce poème est une œuvre. Peut-être est-il un des trois ou quatre qui donnent le plus d’espoir… ?…

Silvestre : oui, certes, « La Vie des morts12 », beaucoup de talent, de la composition… Mais, bah ! un amateur, un petit Leconte de Lisle. Heredia mystique. Quelque espérance… Toujours des espérances ! C’est affreux…

Mallarmé ?… perd dans d’atroces tortures d’esprit, dans des combinaisons de mots, dans des sonorités vides de sens, [une biffé] les trésors d’une nature tendre et délicate. Peut-être, s’il avait voulu, aurait-il eu plus de talent qu’aucun autre ?… Il aime mieux s’idiotifier et ridiculiser l’art…

Villiers de l’Isle-Adam ? Une étincelle de génie… une vigueur qui s’impose, un bruit qui roule, une voix qui subjugue… Il préfère poser et extravaguer.

Lemoyne, Valade, Glatigny, Popelin13 : charmants faiseurs de vers, voilà tout ; peut-être Valade ???…

Ricard ?… Un historien, un polémiste de talent, qui a écrit de beaux vers.

Sully Prudhomme ? Étrange nature indécise qui n’aura jamais la force de marcher droit et seul dans un chemin inexploré.

Verlaine ?… ne sait pas son métier ; ferait fort bien d’apprendre à faire les vers ; a cependant dans « La Soupe du soir14 », dans quelques pièces des Fêtes galantes, de La Bonne Chanson, une veine un peu vague… de personnalité ?… Je ne sais… Peut-être… Toujours de l’espoir… Et encore ?

Coppée : ah ! ici… oui, est-ce que Coppée est quelqu’un ?… Il y a q[uel] q[ues] jours, j’aurais hardiment répondu : « Coppée n’est qu’un pasticheur qui a pris, dans La Légende des siècles, « Les Pauvres Gens », et dans Les Châtiments « Souvenir de la nuit du 4 », et qui copie éternellement d’une façon plate les pièces enfantines de V[ictor] Hugo. » Aujourd’hui, je m’arrête : l’auteur du « Défilé », de « L’Attente », des « Aïeules », du « Banc » [ne] serait-il pas un grand poète15 ? Je ne demande qu’à être convaincu… Cependant, j’avoue que La Grève des forgerons, la Lettre d’un mobile breton, toutes ses dernières pièces m’ont paru bien mauvaises16… Mais je faisais fausse route… Maintenant ?… Convertissez-moi à Coppée.

Ainsi de tous ces brillants versificateurs qui, nous le savons nous autres, hélas ! par expérience, ont dépensé tant de peines et tant d’heures, que reste-t-il, en mettant les choses au mieux :

Donnant des espérances : Catulle Mendès

Heredia

Coppée

Peut-être, Silvestre, Verlaine, Valade ?

Mais rien encore de fait. Pas d’œuvre. Et pourtant la plupart ont une trentaine d’années.

Vous maintenant, mon cher ami ? Dans une lettre que j’écrivais avant-hier à Catulle, je lui nommais comme donnant à mon avis de grandes espérances : France, Heredia, Mendès, Coppée. Pourquoi France ? Pourquoi France en tête ? Parce qu’il est plus jeune ?… Non, c’est là simplement une bonne condition, voilà tout ; = mais, parce que vous avez toujours rejeté l’idée de coterie, parce que de tout temps vous avez pensé que l’Art devait se rajeunir en puisant aux sources les plus étendues et les plus vierges, qu’il fallait penser, beaucoup penser, se consulter soi même, sortir de l’école une fois le métier appris. Oui, c’est vrai. Prenez garde d’imiter trop bien Vigny17 ; il ne faut plus imiter ; il s’agit de créer… Rénover la Poésie… Immense et terrible effort… Vous succomberez peut-être… Je ne sais pas si vous vous sentez des forces ?… Du neuf ?… Du neuf ! Cela ne veut pas dire des choses si extravagantes que personne n’ait encore osé les écrire… Du neuf ! Je rêve à ce mot-là. Plus d’amitiés littéraires. Ne subordonnons pas le cœur à l’esprit ; cela est presque aussi mauvais que de subordonner l’esprit au cœur. Mais restons, ou plutôt devenons, (car je ne veux plus rien du passé), des amis unis pour la recherche d’une même chose, montrer le Beau là où on ne l’a pas encore découvert, mais chacun par des moyens différents. Le jour où nous ferions la même chose, fût-ce parfait, cela serait détestable – pour l’un de nous au moins. Continuons donc à nous transmettre nos impressions, nos désirs, la marche de nos travaux, mais en gardant notre indépendance, en ne nous donnant de conseils que dans la mesure où il le faudra… Nous verrons.

Moi ?…???? = J’ai perdu ma voie, j’en cherche une nouvelle, inexplorée… Quelle ambition ! Mon passé, si court qu’il soit, pèse sur moi… Comment oublier ce que j’ai appris ?… Voici ce que j’entrevois vaguement :

Un poème… Conception et composition qui me sembleraient nouvelles : il aurait la prétention de donner quelque chose de la vie contemporaine : ce serait une suite de tableaux, de petites aventures quotidiennes, de légères intrigues sans dénouements, ainsi que cela a lieu le plus souvent dans la vie réelle. Montrer ce que la Société contemporaine fait de l’amour ? Flaubert et les Goncourt ont à moitié échoué… Puis-je espérer de réussir ? Et puis où serait le lien ? Ne serait-ce qu’une suite de pièces de vers ?… Comment exprimer sans périphrases et sans trivialité les choses de la vie contemporaine ? Comment [,] dans les descriptions de toilettes, de pavillons de jardin, de chambres, de salons, ne pas me souvenir de mon ex-état de Parnassien ? Comment ? M. Coppée s’occupe du côté pauvre et ouvrier de la vie contemporaine, au point de vue des sentiments ; je voudrais m’occuper du côté bourgeois (ou je ne trouve pas de mot, mitoyen ? ordinaire ? je ne sais)… au point de vue aussi des choses… Je ne peux pas m’expliquer encore… Moi-même, je ne vois que vaguement…

Écoutez, mon ami, vous seul le saurez : une affection de trois ans (j’ai vingt ans) pour une jeune fille18, non une passion pour le physique : c’est tout autre chose… Voici : ce n’est pas seulement Binic que j’aime ; c’est ce que j’y trouve ; pendant un mois j’ai vu cette jeune fille sans lui prêter grande attention ; ce n’est qu’en la voyant presque quotidiennement, en vivant près d’elle, que j’ai trouvé en elle ce que je n’ai rencontré nulle part ailleurs. Elle est gentille, et en général on la trouve bien, j’ai entendu cependant deux ou trois personnes dire qu’elle était laide. Moi, j’aime cette figure qui n’a rien de banal ; j’en suis amoureux, mais si le physique me plaît tant, j’ai été amené là par la sympathie pour le moral.… Trois saisons de bains de mer, les deux dernières de deux mois passées près d’elle ; pendant que mes parents ont fait un voyage à Paris, voyage de cinq jours, il y a une semaine à peu près, elle ne nous a pour ainsi dire pas quittés, ma sœur et moi… Que voulez-vous ? Vivre si près d’une jeune fille, qui n’a pas la Liberté et la Science en horreur (c’est la première femme que je rencontre qui soit ainsi faite), qui n’est dévote que par passe-temps, qui aime les vers, très moqueuse, spirituelle, ce qu’on appelle sèche, c[’est] à d[ire] pas sottement sentimentale, qui est aimable et bonne pour moi, qui ne m’aurait pas blessé dans ce que j’ai de plus cher, mes Idées. C’est un bonheur manqué ; je n’ai que vingt ans, si j’en avais trois ou quatre de plus et une position… Voilà ce qui me donne l’idée de mon poème19 … Si je réussissais, il aurait au moins le mérite d’être vrai ; mais comment en exclure la personnalité dans le mauvais sens du mot… Que de difficultés.

Voilà bien longtemps vous parler de moi. Répondez-moi. Que pensez-vous de cette révolution qui s’opère en moi, de mes projets ? Ne montrez ma lettre à personne. Déchirez-la ou brûlez-la. Vous êtes mon plus cher ami et vous avez toute ma confiance.

Votre bien dévoué

Frédéric Plessis

À Binic par S[ain]t-Brieuc

(Côtes-du-Nord)
P. S. Ne montrez cette lettre à personne, pas même à Mendès. Amitiés aux Calmettes20, à tous… Écrivez-moi.

Fic Plessis

Notes

1 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; Œuvres complètes, édition établie par André Guyaux, avec la collaboration d’Aurélia Cervoni, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p. 348.

2 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 10 juin 1871 ; ibid., p. 353.

3 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; ibid., p. 343 et 347.

4 Ibid., p. 348.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Voir Jules Mouquet, « Un témoignage tardif sur Rimbaud », Mercure de France, 15 mai 1933, p. 102.

8 Rimbaud à Paul Demeny, Charleville, 15 mai 1871 ; op. cit., éd. cit., p. 347.

9 Papiers d’Anatole France, ancienne collection Jacques Lion, Bibliothèque nationale de France, Nouvelles Acquisitions françaises, ms. 15437, f. 165-168.

10 Ce sonnet, qui parut finalement dans La Renaissance littéraire et artistique le 31 août 1873, est reproduit dans l’étude sur « Frédéric Plessis et le Parnasse », ci-dessus p. 71-72.

11 Heredia venait de faire paraître dans la douzième et dernière livraison du deuxième Parnasse contemporain un long fragment épique, « Les Conquérants de l’or », prologue de « La Détresse d’Atahuallpa » qu’il n’écrira jamais. Voir la lettre de Plessis à Heredia du 24 août 1871, ci-dessous p. 154.

12 « La Vie des morts » est le titre de la première section du recueil d’Armand Silvestre (1837-1901) Les Renaissances, publié chez Alphonse Lemerre en 1870 ; cette section comporte vingt et un poèmes.

13 En 1888, Plessis fera un compte rendu si élogieux du recueil de Claudius Popelin Un livre de sonnets que Heredia s’en étonnera. Voir la lettre de Heredia à Plessis du 14 août 1888, ainsi que l’extrait du compte rendu de Plessis, ci-dessous p. 172.

14 Le poème de Verlaine « La Soupe du soir » parut dans la quatrième livraison du deuxième Parnasse contemporain en décembre 1869, avant d’être recueilli dans Jadis et naguère en 1884.

15 François Coppée (1842-1908) a recueilli « Les Aïeules » dans les Poèmes divers (Lemerre, 1869) et « Le Banc », « L’Attente » et « Le Défilé » dans les Poèmes modernes (Lemerre, 1869)

16 Le monologue en vers La Grève des forgerons fut récité par Sarah Bernhardt à l’Odéon en novembre 1869 et publié chez Lemerre la même année. Datée d’octobre 1870, la Lettre d’un mobile breton fut recueillie avec d’autres poèmes inspirés par la guerre franco-allemande dans Écrit pendant le siège (Lemerre, 1870).

17 Anatole France avait commencé sa carrière littéraire en publiant une monographie sur ce poète romantique (Alfred de Vigny, Paris, Bachelin-Deflorenne, 1868).

18 Au sujet d’Amélie Mélot, voir ci-dessus p. 78-79, n. 43.

19 Ce projet de poème se transformera en roman. Plessis a raconté son amour pour Amélie Mélot dans Angèle de Blindes (Lemerre, 1897).

20 Édouard Calmettes avait aidé Plessis à faire paraître ses vers dans le deuxième Parnasse contemporain. Son frère Fernand, qui a laissé un livre de souvenirs sur Leconte de Lisle (Leconte de Lisle et ses amis, Paris, Libraires-Imprimeries réunies, [1902]), était un ami proche d’Anatole France.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540