Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Figures du maître

 | 
Cristina Noacco
, 
Corinne Bonnet
, 
Patrick Marot
, 
et al.

Quatrième partie. Le maître en question

Chapitre XVII. Les figures du maître en psychanalyse

Henri Chabrol

Abstract

La notion de maître n’est pas compatible avec la psychanalyse. Elle sous-entend en effet une relation de soumission, au moins intellectuelle, contraire à l’objectif d’élaboration et de dépassement du transfert qui doit conduire, au terme de l’analyse, à ressentir son analyste comme un homme ordinaire avec des forces et des faiblesses communes. Toute idéalisation primitive doit être éradiquée et l’analysant parvient à une représentation réaliste, lucide de son analyste, de lui-même et de la psychanalyse, renonçant à la toute puissance. Mais pour fonder une école, il faut séduire et convaincre que l’on offre une nouvelle théorisation, une nouvelle pratique, promesse de supériorité et de gains narcissiques. Il faut se donner à idéaliser et être suffisamment dans la duperie, l’illusion ou le mensonge qu’on voudrait pieux. Celui qui a réussi à s’imposer comme maître, à faire école, est inévitablement l’objet d’attaques permanentes, puisque le maître est au mieux un léger escroc. L’histoire et l’actualité de la psychanalyse montrent la constance de ce processus de violence, condamnant le mouvement à la répétition des exclusions et scissions contre lesquelles la seule défense est la recherche d’un ennemi extérieur fédérateur (les neurosciences, les cognitivistes…), non pas menace pour la survie mais indispensable à la survie.

Full text

1Le psychanalyste dans son parcours développemental devra gérer les relations avec trois figures du maître, théorique, analytique et institutionnel. Trois à la fois, et quelquefois trois en un, c’est beaucoup et les ratés de ce parcours ne sont pas rares. Certains considèrent qu’ils sont inévitables et obligés. Un confrère parvenu au terme de son cursus, la cinquantaine sonnée, me disait « Je retrouve ma liberté de parole », liberté dont il n’usa pas, comme il était prévisible. On ne se relève pas d’une trop longue soumission.

Le maître théorique

2Il est habituellement rencontré en premier, dans les études, en général en cours de philosophie. Il est incarné en Freud et en Lacan, puis en divers enseignants ou auteurs. La complexité de la théorie psychanalytique contribue à faire du formateur, enseignant ou auteur d’un livre, un maître théorique. Le foisonnement extrême de l’appareil théorique psychanalytique et ses nombreuses contradictions peuvent paraître imposer un guide et l’on s’en remettra à ses choix qui ne peuvent être suffisamment raisonnés et explicités. Ainsi, l’étudiant est préparé à accepter la figure du maître théorique. Le maître théorique, substitut de Freud, est celui qui comprend mieux que les autres une théorisation complexe et profuse, qui valide ou invalide son interprétation ou son extension, qui produit de nouvelles extensions ou qui produit une nouvelle théorie. L’argument d’autorité énoncé sur un ton péremptoire n’est pas rare dans les réunions savantes. La pseudo-maîtrise théorique sert la maîtrise politique : maîtriser le savoir, c’est maîtriser l’autre. Le supposé savoir est l’instrument d’un pouvoir bien réel sur les autres. Après la publication du livre d’Otto Rank, Le Traumatisme de la naissance, Freud aurait confié à Jones : « Il a déposé sa névrose dans une théorie ». Il y aurait donc de bonnes théories, celles du maître bien sûr, et des théories symptomatiques, névrotiques, psychotiques ou perverses des élèves fourvoyés. Cette conception est porteuse du risque de scission. Devenir maître théorique, à la place du maître théorique, puisqu’il n’y en a qu’un.

3Mais pour fonder une école, il faut séduire et convaincre que l’on offre des innovations fructueuses théoriques ou thérapeutiques, promesses de supériorité et de gains narcissiques. Il faut se donner à idéaliser et être suffisamment dans l’illusion, la duperie de soi et des autres, ou le mensonge qu’on voudrait pieux. Le nouveau supposé maître est considéré comme un imposteur par ceux qui lui refusent allégeance. Il est souvent désigné comme escroc, condamnation fréquente dans l’histoire de la psychanalyse, et probablement partiellement justifiée. À l’opposé de cette dichotomie, opposant théorie vraie et théorie maladive, une vision plus fonctionnelle serait dimensionnelle : toute théorie est plus ou moins symptôme et défense, contre le manque, les failles narcissiques, l’impuissance, la passivité, la castration, la mélancolie, la folie ou la mort. Toute théorisation est une défense contre les processus psychiques et la psychanalyse. Plus l’appareil théorique semblera fort, cohérent et convaincant, plus il sera formalisé et donc faux et sclérosé, plus l’étudiant pourra être séduit : y adhérer offre identité, protection et renarcissisation. Idéalisant la théorie, l’étudiant est prêt à franchir le pas et à entrer en analyse, à rencontrer le maître analyste.

Le maître analytique

4Le maître analytique est l’analyste qu’il faut suffisamment idéaliser pour s’engager sans trop frémir dans ce processus si long et si prenant. Ce processus d’idéalisation de l’analyste et de l’analyse est indispensable. L’analysant ne peut qu’espérer accéder à un niveau supérieur de connaissance de soi, des autres ou du monde, seule compensation à la mesure d’un engagement si multiplement contraignant. Il y a donc l’obligation d’un préalable d’idéalisation, d’attentes immatures et irréalistes, d’illusions qui devront être remises en question. L’analyse devra être un long processus de désidéalisation de l’analyse, de son propre analyste, de son pouvoir thérapeutique et de son savoir. Un travail de deuil et de renoncement. Au terme de ce processus, l’analyste ne doit plus être un maître : en effet une relation de soumission, au moins intellectuelle, est contraire à l’objectif d’élaboration et de dépassement du transfert qui doit conduire, au terme de l’analyse, à ressentir son analyste comme un homme ordinaire avec des forces et des faiblesses communes. Toute idéalisation primitive doit être éradiquée et l’analysant doit parvenir à une représentation réaliste, lucide de son analyste, de lui-même et de la psychanalyse, renonçant à la toute puissance. Si ce travail est insuffisant, le risque est l’identification narcissique au psychanalyste et à la psychanalyse et une possible reproduction quand l’analyste deviendra formateur à son tour. La psychanalyse n’est alors plus une libération mais un nouvel asservissement. Le zélote est conditionné, prêt à tout accepter du processus de formation. Il est préparé à se soumettre au maître institutionnel.

Le maître institutionnel

5S’engager dans le long parcours de formation, accepter un pesant et frustrant processus d’évaluation et de contrôle, gravir lentement les échelons nécessite aussi un fort capital de départ d’idéalisation de l’institution analytique. Soumission et révolte se mêlent dans des proportions diverses dans ces parcours de formation, depuis longtemps critiqués mais peu réformés. Si prime la soumission de façon excessive, le risque est la raideur théorique et thérapeutique. Le psychanalyste devient un dévot que l’identification à l’agresseur institutionnel peut transformer en zélote intransigeant et sectaire. Ce phénomène est responsable de la sclérose institutionnelle, terme souvent utilisé pour désigner le dessèchement des écoles concurrentes, rarement de la sienne, pourtant bien sûr elle aussi atteinte. Si prime la révolte, c’est l’exclusion volontaire et l’isolement ou le départ groupé, ou la scission avec la création d’un groupuscule ou d’une école indépendante et concurrente. Mais la libération tourne rapidement à une nouvelle oppression.

  • 1 S. Freud, La question de l’analyse profane, Paris, Gallimard, 1985, p. 29.
  • 2 J. Lacan, « Principes concernant l’accession au titre de psychanalyste dans l’École freudienne de (...)

6On ne dispose d’aucune donnée, d’aucune étude psycho-sociologique, permettant d’évaluer la possibilité de concilier adhésion au parcours de formation et suffisante indépendance permettant de se dégager de l’identification à l’analyste, au contrôleur, à l’école et à la théorie, de les désidéaliser suffisamment et de se dégager de tout surmoi institutionnel. Pourtant Freud a fixé clairement un objectif d’autonomisation dont on ne sait pas dans quelle proportion il est atteint. Dans le premier chapitre de La Question de l’analyse profane, Freud écrit : « La situation analytique ne souffre pas de tiers1 », que ce soit une référence à un maître, à une théorie, à une institution psychanalytique. Pendant la séance, l’analyste ne peut s’appuyer ni sur un maître, ni sur une théorie psychanalytique. Cela paraît rejoindre l’affirmation de Lacan, à propos du psychanalyste à l’École freudienne de Paris : « Elle laisse au psychanalyste sa responsabilité – qui ne saurait être qu’entière – au regard de la cure psychanalytique entreprise sous sa direction : le psychanalyste ne s’autorise que de lui-même2 », c’est-à-dire ne doit compter que sur lui-même, sans s’appuyer sur la référence à un maître ou à une théorie. Le principe est exigeant, d’autant qu’il faut désidéaliser la pratique, dont les limites thérapeutiques sont maintenant largement reconnues. Mais ce mouvement d’autonomisation est rendu difficile par la présence entêtante dans le réel et l’imaginaire psychanalytique de la figure du maître absolu.

Le maître absolu

  • 3 E. Roudinesco, M. Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, 1997, p. 602.
  • 4 L’étude de Gunderson et al. (J. G. Gundersonet al., « Effects of psychotherapy in schizophrenia II (...)
  • 5 E. Roudinesco, M. Plon, op. cit., p. 24.

7La figure du maître absolu résulte de l’incarnation dans la même personne des trois figures du maître. Freud, Lacan et d’autres maîtres d’école ont pris cette position ou les élèves la leur ont attribuée. Ainsi Roudinesco et Plon (la première étant un percutant défenseur de la psychanalyse) reconnaissent le phénomène : « Comme le kleinisme, le lacanisme a engendré un phénomène d’idolâtrie du maître fondateur, une hagiographie, un dogmatisme spécifique […]3 ». Est-ce uniquement la faute d’élèves trop zélés, assujettis dans l’idéalisation primitive ? Freud a pu dire que « la psychanalyse est comme le Dieu de l’Ancien Testament, elle n’admet pas l’existence d’autres dieux ». On a pu récemment édulcorer ce propos et y voir une manifestation de l’humour juif, on peut y voir aussi une identification inconsciente à une figure de toute-puissance, de créateur infaillible d’une théorie hégémonique et auto-suffisante permettant de tout comprendre. Ce que d’autres, identifiés à cette figure du maître absolu, ont complété par la possibilité de tout soigner du psychique à l’organique, revendiquant imprudemment la toute-puissance thérapeutique, dont l’inanité a longtemps résisté aux faits, par exemple dans le domaine de l’autisme et des psychoses, où l’efficacité est très limitée4. Certains faits historiques peuvent être interprétés comme révélant que dans la psychanalyse il n’y avait qu’un dieu créateur : Freud et que ce dieu pouvait être terrible avec ceux qui lui paraissaient prétendre vouloir contribuer à sa création, la psychanalyse, et partager la divinité avec lui. À un élève exposant ce qu’il considérait comme une prolongation de la pensée du maître diplomatiquement présentée, « même un nain perché sur les épaules d’un géant voit plus loin que lui », il répondit « mais pas un pou sur la tête d’un astronome ». Quel sort pouvait donc être réservé à ceux qui s’opposaient directement à lui ? À la mort d’Adler, l’homme du complexe d’infériorité rival du complexe d’Œdipe, le premier grand dissident, Freud écrit : « Pour un garçon juif d’un faubourg viennois, une mort à Aberdeen est une carrière inhabituelle en elle-même et une preuve de son avancement. Le monde l’a généreusement récompensé pour le service qu’il lui a rendu en s’opposant à la psychanalyse5. » Selon le mot de Roudinesco et Plon, les ruptures, nombreuses, furent souvent d’une « violence extrême ».

8Cette figure du maître absolu, plus qu’une figure divine de création est une figure de destruction, une figure de mort selon Lacan. Cette figure en effet tue toute liberté et toute véritable créativité chez l’élève réduit au statut de clone imparfait. Cette figure est destructrice du lien et provocatrice de rupture : la véritable innovation est rebelle, ne laissant d’issue que dans l’exclusion souvent volontaire ou la scission. La scission est souvent destructrice. Celui qui a réussi à s’imposer comme maître, à faire école, est inévitablement l’objet d’attaques permanentes suivies de rétorsions. L’histoire et l’actualité de la psychanalyse montrent la constance de ce processus de violence condamnant le mouvement à la répétition des exclusions et scissions. Une défense contre cette auto-destructivité est la recherche d’un ennemi extérieur fédérateur (les neurosciences, les cognitivistes…) qui n’est pas menace pour la survie mais est indispensable à la survie, car permettant par un mécanisme de projection collectif de placer les forces destructrices à l’extérieur. L’œuvre de mort se poursuit jusqu’à la « sclérose institutionnelle », la mort institutionnelle dont la preuve est l’absence prolongée de scission. Le rebelle ne peut que s’exclure volontairement, tel Tobie Nathan, un des psychanalystes les plus créatifs en France avec son enseignement et sa pratique ethno-psychanalytique, renonçant à la SPP. 

  • 6 S. Freud, « Analyse terminée et analyse interminable », Revue française de psychanalyse, I, 1939, (...)
  • 7 Le Nouvel Observateur, septembre 1981, no 880, p. 88.

9Seul en France resterait vivant le mouvement lacanien qui poursuit son éparpillement et son affaiblissement groupusculaire (on dénombre en France plus de 30 associations, sociétés, écoles, groupes dit freudiens se réclamant de Lacan). Le maître absolu, figure divine archaïque, dispose aussi du pouvoir apocalyptique de destruction de sa création. La tentation d’en user paraît avoir effleuré Freud. Dans le texte tardif « Analyse terminée, analyse interminable », Freud définit la psychanalyse comme un « métier impossible » : « Il semble que la psychanalyse soit la troisième de ces professions “impossibles” où l’on peut d’avance être sûr d’échouer, les deux autres, depuis bien plus longtemps connues, étant l’art d’éduquer et l’art de gouverner6. » Lacan, en 1977, va plus loin que Freud dans des propos fidèlement rapportés au moment de sa mort, en 1981, par Le Nouvel Observateur7 :

Notre pratique est une escroquerie, bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c’est quand même ce qu’on appelle d’habitude du chiqué… Du point de vue éthique, c’est intenable, notre profession ; c’est bien d’ailleurs pour ça que j’en suis malade… Il s’agit de savoir si Freud est, oui ou non, un événement historique. Je crois qu’il a raté son coup. C’est comme moi, dans très peu de temps, tout le monde s’en foutra, de la psychanalyse.

10Lacan acta cette position dans la dissolution de l’École freudienne de Paris en 1980. Comment se dégager de ce passé, échapper à la répétition trans-générationnelle ? Même l’incarnation de deux des figures dans la même personne a paru comme dangereuse : la position de l’analyste didacticien a paru incompatible avec des fonctions dans la politique de la société ou de l’institut. Elle reste pourtant la règle.

Notes

1 S. Freud, La question de l’analyse profane, Paris, Gallimard, 1985, p. 29.

2 J. Lacan, « Principes concernant l’accession au titre de psychanalyste dans l’École freudienne de Paris », Annuaire de l’École freudienne, 1977, p. 19.

3 E. Roudinesco, M. Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, Paris, Fayard, 1997, p. 602.

4 L’étude de Gunderson et al. (J. G. Gundersonet al., « Effects of psychotherapy in schizophrenia II : comparative outcomes of two forms of treatment », Schizophrenia Bulletin, X, 1984, p. 564-598), est la principale étude comparative randomisée ayant évalué les effets d’une psychothérapie analytique chez l’adulte ayant une schizophrénie et recevant un traitement antipsychotique. Elle a comparé une psychothérapie analytique intensive (3 séances ou plus par semaine) à une psychothérapie de soutien et d’adaptation à la vie quotidienne (1 heure par semaine). Au bout de deux ans, la psychothérapie analytique et la psychothérapie de soutien avaient un impact semblable sur les aspects globaux de la psychopathologie. La psychothérapie de soutien avait un léger avantage dans les critères d’adaptation à la réalité et la psychothérapie analytique un léger avantage dans le domaine du fonctionnement du moi et des cognitions.

5 E. Roudinesco, M. Plon, op. cit., p. 24.

6 S. Freud, « Analyse terminée et analyse interminable », Revue française de psychanalyse, I, 1939, p. 3-38.

7 Le Nouvel Observateur, septembre 1981, no 880, p. 88.

Author

Psychiatre et psychanalyste, il est professeur de Psychopathologie à l’université de Toulouse 2-Le Mirail, où il dirige un groupe de recherche sur la psychopathologie de l’adolescent et du jeune adulte (Équipe CERPP-OCTOGONE) et un master professionnel : « Psychothérapies et psychopathologies ». Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont La Dépression de l’adolescent (Paris, Presses Universitaires de France, Collection « Que sais-je ? », 3e édition, 2001), L’anorexie et la boulimie de l’adolescente (Paris, Presses Universitaires de France, Collection « Que sais-je ? », 4e édition, 2004.) et le Traité de psychopathologie clinique et thérapeutique de l’adolescent (Paris, Dunod, 2011), ainsi que de plus de 200 articles (dont, en collaboration avec H. Sztulman, « Splitting and the psychodynamics of adolescent and young adult suicide attempts », International Journal of Psychoanalysis, 78, 1997, p. 1199-1208 et « On Slochover’s “Erotic complications” », International Journal of Psychoanalysis, 81, 2000, p. 1005).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540