Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du maître

 | 
Cristina Noacco
, 
Corinne Bonnet
, 
Patrick Marot
, 
et al.

Quatrième partie. Le maître en question

Chapitre XVI. La figure « maestrale » de Frédéric Mistral : emportements et gauchissements de la critique littéraire et universitaire

Jean-Yves Casanova

Résumé

La réception et la critique mistralienne, si elles ne se sont jamais débarrassées totalement des présupposés linguistiques et sociolinguistiques inhérents à la démarche même du Félibrige, apparaissent traversées par l’évocation de la figure du « Maître », de ce nouvel Homère donnant une impulsion et une direction exemplaires à la littérature d’oc. Cette figure n’est pas neutre : elle se noue tout d’abord aux différentes tensions qui traversent cette littérature, puis se réfère essentiellement à la stratégie mistralienne d’imposition du chef d’œuvre littéraire reconnu à Paris. Mistral apparaîtra donc tout autant comme un « Maître » à Paris que dans l’ensemble des terres d’oc. C’est ainsi que de Pierre Dévoluy à Charles Maurras, la critique mettra l’accent sur cette figure, très tôt contestée par d’autres écrivains occitans, reconnue également par d’autres critiques et non des moindres comme Albert Thibaudet. Dans les années 1950-1960, les études psychocritiques de Charles Mauron et les travaux de Robert Lafont tenteront d’apporter un autre éclairage, mais la dimension « maestrale » de l’œuvre mistralienne en ressort néanmoins renforcée. Qu’en est-il donc de cette figure, qu’elle en a été sa fonction, et n’a-t-elle pas effacé l’œuvre littéraire ? Une autre lecture, débarrassée de ce qui pourrait être conçu comme un gauchissement, est-elle aujourd’hui possible ?

Texte intégral

  • 1 R. Millet, L’Art du bref, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2006, p. 104.

L’écriture est l’ombre de la vérité, et c’est dans cette ombre que se tourne vers nous le visage des pères1.
Richard Millet

  • 2 « Mistral est maître de Provence. »
  • 3 Publié dans un premier temps dans La Commune du 8 octobre 1851, figurant ensuite dans le recueil c (...)

1 Mistrau es mèstre de Provença 2. Le proverbe, au croisement d’une étymologie commune, exprime la puissance du vent que l’on ne saurait méconnaître. Pour tout critique attentif à la symbolique et à la signification onomastique, ce proverbe conduit indéniablement à mesurer l’impact que le Nom a exercé sur la personnalité de Frédéric Mistral, très tôt associée au vent éponyme, à moins que ce ne soit le poète lui-même qui se soit défini comme éponyme du vent, étrange naissance littéraire qu’il tente d’ailleurs de symboliser selon les topoï romantiques bien connus de la force du vent et de la puissance du verbe dans un poème justement intitulé Lou Mistrau3. On peut ici souligner d’entrée de jeu cette double appartenance nominale : le vent, maître de Provence, et son poète le plus illustre, du moins en ce qui concerne la littérature d’oc, portent le même nom, ce qui conduit à bien des suppositions et à de nombreuses interrogations.

  • 4 Sur l’étendue de cette bibliographie cf. G. Place, Frédéric Mistral, Paris, Chronique des lettres (...)
  • 5 « Je ne connais pas la Provence… », in Provence, Paris, Gallimard, 1993, p. 73. Ce texte figure da (...)

2Le Nom, nous le verrons, guide ici l’homme vers des terres inconnues, et bien davantage que le Nom, la situation psychologique qui fut la sienne, l’incite fortement à s’aventurer dans les terrains en friche de la littérature, et en particulier de la littérature occitane, situation que Charles Mauron avait, en son temps, commencé à analyser de façon pertinente4. La trajectoire mistralienne, littéraire et sociale, ses succès et ses échecs conduisent le poète à adopter une posture d’écrivain que l’on a parfois décrite comme « apollinienne », semblable à celle des Parnassiens français, une pose hiératique qui semblait le placer hors du temps et des conflits. Comme toute posture, la « pose » mistralienne dissimule beaucoup plus qu’elle ne dévoile, masque littéraire jeté en pâture aux critiques qui n’ont souvent vu dans l’œuvre et l’action mistraliennes qu’une évocation agreste des mondes ruraux enfuis ou un long combat pour la gloire de la langue d’oc. Il est vrai néanmoins que cette attitude a pu souvent agacer, du moins fut-elle irritante pour des écrivains qui ne pouvaient se reconnaître dans une poésie félibréenne condamnée aux « poètes officiels armés de flûtes et de tambourins » comme l’exprime avec force Jean Giono en 19365. Il est vrai que Giono redoutait par-dessus tout l’assimilation à une quelconque « littérature régionale », appellation bien française qui, poussée dans ses retranchements absurdes, ferait de Giorgio Bassani le chantre de Ferrare, de William Faulkner un obscur patoisant du Deep South, et de Marcel Proust un régionaliste normando-parisien… La posture mistralienne a été pesante pour une littérature occitane qui a essayé et essaie toujours, contre vents et marées, de tracer son chemin. Il faut bien avouer qu’elle a mené les disciples mistraliens à bien des absurdités incongrues dont la plus célèbre fut celle des festivités aixoises de la Santo Estello de 1913 où des étudiants dételèrent son cabriolet et le tirèrent eux-mêmes par les rues en affirmant : « les Dieux ne sont pas tirés par des bêtes » !

3Frédéric Mistral demeure donc cette figure du Maître des lettres provençales, image qu’il a lui-même contribué à répandre, attitude empreinte d’une sagesse ancestrale que la langue et la tradition avaient nourrie au cours de sa longue existence. Cette posture fut cependant élaborée en conjonction avec un terreau social et littéraire singulier ; le cheminement mistralien devient ici l’illustration d’une prédisposition provençale, se nouant aux mentalités, aux croyances, aux pratiques culturelles et enfin aux structures psychologiques particulières, telles ces Fèsto vierginenco regroupant les jeunes filles chastes de Provence, fantasmes d’une pureté sexuelle, sociale et linguistique que la modernité menacerait. Cette posture, relayée et rehaussée par la critique littéraire et universitaire, trouve son origine dans l’œuvre même de Mistral, mais, à bien y regarder, elle dévoile tout un réseau d’associations liées à l’imago paternel et à sa surévaluation.

  • 6 « Umble escoulan dóu grand Oumèro/Iéu la vole segui […] » : ainsi parle-t-il de Mirèio dans la pre (...)

4Il nous faut affirmer en premier lieu que la figure du Maître en littérature n’est bien sûr pas une invention de la critique mistralienne. Cette critique reprend les formes d’une représentation de l’écrivain en forme de magister que le Romantisme et plus largement tout le XIXe siècle avaient contribué à répandre. Dans le cas de Frédéric Mistral, elle fait son apparition à partir des grands succès poétiques, Mirèio en premier lieu en 1859, est déjà quelque peu devancée par la création du Félibrige en 1854, et s’affirme plus sûrement par sa réorganisation en 1876. Les titres dont les félibres sont toujours parés, principalement ceux de Capoulié et de Majourau, définissent bien ce qui relève du chemin à suivre, chemin guidé par celui qui en prend la tête. Le Maître est donc celui qui montre la voie, illustre par ses poèmes et son action la langue que l’on souhaite placer en plus haut prix. Le signal a été donné par Mistral lui-même dans les premiers vers de Mirèio : il compare en effet sa poésie et son action à celle d’Homère, figure de l’écrivain aveugle renvoyant par ailleurs au propre père de Mistral mort, atteint de cécité, en 1855. Mistral se définit comme cet « humble écolier du grand Homère6 » en qui il voit donc un devancier. La figure du Maître s’impose d’autant plus qu’elle illustre un chemin difficile à emprunter.

  • 7 Paris, Lemerre, 1873. Mistral y donne un sonnet, Sur la mort de Gautié qui fut republié avec de la (...)
  • 8 Dans son Étude sur la poésie française in Histoire du Romantisme suivie de Notices romantiques et (...)
  • 9 Cf. A. de Noailles, Le Livre de ma vie, Paris, Bartillat, 2008, p. 196 (Paris, Hachette, 1932).

5Cette reconnaissance n’est pas qu’occitane ; elle s’exprime à Paris avec la bénédiction lamartinienne que l’on connaît lors de la publication de Mirèio ; Mistral ne cesse pas d’y être célébré par ses amis et critiqué par ses ennemis qui laissent souvent planer un silence désapprobateur, beaucoup plus lié à ses choix esthétiques et linguistiques, les attitudes les plus manifestes étant celles de Leconte de Lisle et de Sainte-Beuve. Mistral participe en 1873 au Tombeau de Théophile Gautier en compagnie d’Aubanel, certainement par l’entregent de Catulle Mendès, d’Emmanuel Des Essarts et de son ami Stéphane Mallarmé7. Il est vrai que Gautier avait lui-même remarqué Mistral et l’existence d’une « littérature du Midi » dès 18688. La réception parisienne de Mistral va croissant, avec quelques difficultés, mais bénéficiant d’une véritable stratégie mise en place par Paul Mariéton ; le poète provençal va peu à peu imposer sa posture jusqu’à devenir ce Maître de la poésie du Midi. Cela n’ira pas sans agacer, à tel point que Mariéton qui signait ses cartes « chancelier du Félibrige » sera surnommé « chamelier du Félibrige9 ». Cette irritation est encore plus visible dans l’édition du Petit Bottin des lettres et des arts de 1886 où l’auteur (certainement Félix Fénéon) éreinte quelques félibres parisiens, notamment Paul Arène, et le toujours dévoué Paul Mariéton dont la notice précise :

  • 10 Petit Bottin des lettres et des arts, Paris, E. Giraud, 1886 (rééd. Tusson, Du Lérot, 1990, p. 93)

Jeune homme doux, mais fatigant. Félibre de naissance. Élève du perruquier Jasmin, il dépassa rarement son maître et devint le plus intrépide raseur de tout le Félibrige, ce qui n’est pas un mince mérite. Ayant découvert un pastour auquel il trouva du génie, il le prit sous sa protection, l’imposa aux masses et en fit le grrrrand Mistral. Allah ! Mistral est grand et Mariéton est son prophète10.

6La dévotion accordée à Mistral n’est donc pas le fait des seuls écrivains occitans. On peut maintenant apprécier à sa juste valeur l’influence qu’il eut sur Maurice Barrès qui fit plusieurs fois le voyage de Provence avant l’acquisition du château de Mirabeau. Mistral apparaît comme un Maître pour l’auteur des Déracinés ; sa théorie littéraire et son nationalisme subissent l’influence de l’œuvre mistralienne. Les lettres de Barrès adressées à Mistral sont toutes empreintes d’un respect et d’une dévotion touchant parfois à une forme d’idolâtrie littéraire :

  • 11 Musée Mistral, Maillane, correspondance Barrès, 20/86, 20/87.

Vous savez, mon cher Maître, qu’il n’y a pas une pensée que j’honore plus que la vôtre. (7 novembre 1904)
Je suis enchanté de voir combien toutes les petites gens vous connaissent et, souvent sans vous avoir lu […] vous aiment comme la personnification de leur pays et de leurs mœurs, comme répandant sur tout l’ensemble provençal quelque chose d’honorable dont chacun d’eux profite. C’est très frappant. Ils sont égayés par votre nom. Vous les relevez à leurs propres yeux devant l’étranger11. (16 novembre 1904)

  • 12 « Cette côte de Mirabeau et la Durènço, aquelo cabro, alandrido, feroujo, alabro, et l’apre Lebero (...)
  • 13 Les Cahiers de Maurice Barrès témoignent de cet intérêt pour l’œuvre mistralienne (cf. une édition (...)

7Barrès ira même jusqu’à truffer certaines de ses lettres de phrases en provençal, rendant ainsi hommage au Maître de Maillane12, enviant quelque peu l’ascendant qu’il prêtait à Mistral sur les Provençaux, et si l’on en juge par les diverses notations des Cahiers, cette admiration ne faiblit pas13.

8Cet enthousiasme se retrouve également sous la plume d’autres écrivains qui transforment le poète Mistral en objet de dévotion constante. Se rappelant la visite de Mistral à Amphion au cours de l’été 1885 où les Brancovan avaient organisé une réception, Anna de Noailles écrit dans Le Livre de ma vie :

  • 14 Le Livre de ma vie, op. cit., p. 102.

Le superbe Mistral, pâtre royal, abaissa tendrement sur moi un regard compétent et divinateur dont je devais garder le constant souvenir (plus ému encore que celui de nos futures rencontres) jusqu’au jour lointain où, apprenant sa mort, je suivis longuement, dans la pure ténèbre d’un soir d’été, le sillage merveilleux d’un souffle de génie retournant à la patrie céleste14.

  • 15 Citons à titre d’exemple : « C’est comme si on voulait être très reconnaissant au Dieu Apollon qui (...)
  • 16 « Frédéric Mistral », in « Hommage à Mistral », La Nouvelle Revue Française, 18e année, 200, Paris (...)
  • 17 En 1890, lors des fêtes célébrant le sixième centenaire de l’université de Montpellier (cf. J.-P. (...)
  • 18 Dans la réponse à l’enquête des Marches de Provence, en février 1912 (cf. Œuvres en Prose complète (...)

9Les lettres adressées par la Comtesse de Noailles à Frédéric Mistral sont également empreintes de la même dévotion et trahissent non seulement le respect, mais aussi l’admiration, tout cela inspiré bien sûr par les usages et les conventions littéraires de l’époque15. Anna de Noailles participe en 1930 au numéro spécial 232 Jean-Yves Casanova de la NRF consacré à Mistral pour le centième anniversaire de sa naissance. Elle y exprime, aux côtés de Charles Maurras, André Chamson, Albert Thibaudet et Joseph Delteil notamment la même dévotion : De face, de profil, lyrique ou familier, Mistral évoquait un héros de l’Hellade. Son rire, sa parole, sa gaieté procédaient des dieux. […] Mistral ! lyre vivante, passager parfait sur le vaisseau du monde, que vous m’avez fait rêver ! […] Un soir, en été, la nouvelle circule dans Paris, elle m’est annoncée à voix basse : Mistral est mort ! Je ne dis rien ; ma fenêtre est ouverte sur la nuit d’un bleu obscur, sur l’immense espace. Une étoile palpite. Je songe fixement : « Mistral, c’est désormais cette étoile. » Le lendemain, Barrès me décrit le signe exigé par le poète sur sa tombe, et murmure : « Que c’est beau, sur son corps enseveli, cette étoile du Mage16 ! » L’admiration persistera encore quelques années : Paul Valéry et Pierre Louÿs y sacrifient17, et même Guillaume Apollinaire, dont la poésie apparaît pourtant éloignée de celle de Mistral, lui décerne le titre de plus grand poète vivant18.

10Nous pourrions ainsi continuer un catalogue qui deviendrait vite fastidieux, parce que pléthorique, catalogue qui devrait, pour être juste, être complété par les commentaires irrités par cette admiration ou hostiles à la poésie mistralienne. Il faudrait également relativiser les formes et les motivations d’une telle dévotion, l’inclure dans les us et coutumes littéraires de ce siècle, et, plus profondément, nous interroger sur cette place réservée à Mistral et sur le rôle qu’il joue dans la littérature française. Si l’on s’en tient uniquement à la figure du Maître telle qu’elle est exposée, elle est évidemment solaire et apollinienne, en relation étroite avec les images caractérisant la Provence, images que Mistral avait utilisées à bon escient. Le Maître de Maillane ressource la poésie occitane et impulse une esthétique littéraire, mais est aussi reconnu à Paris comme continuateur d’une littérature qui pourrait s’opposer à Baudelaire et accompagner le chemin parnassien. C’est en partie pour ces raisons que cette posture revendiquée par Mistral s’est imposée ; elle joue éminemment sur l’isolement hiératique du poète, sa splendeur et son génie solaire. Cette admiration relève en quelque sorte du fantasme littéraire que l’on repère aisément sous la plume d’Anna de Noailles : elle fait de Mistral une étoile brillant dans le ciel d’été alors que le poète est mort le 25 mars 1914. La figure du Maître est donc ici indissociable non seulement d’une société littéraire bien précise, de ses formes et de ses usages, mais également du rôle que l’on assigne à la littérature.

  • 19 Paris, Grasset, 1941. L’ouvrage a été écrit entre 1925 et 1932.
  • 20 Saint-René Taillandier avait donné une préface au recueil collectif des Prouvençalo en 1852, et a (...)

11En fait, et très tôt, la figure du magister occitanicus est liée au destin de la langue. On connaît avec assez de précision la stratégie mistralienne dès l’écriture de Mirèio, et le fait que pour lui le chef-d’œuvre littéraire reconnu à Paris allait, par nécessité, donner une place plus grande à la langue et la culture d’oc. La littérature et le chef-d’œuvre constituent donc une rédemption de la langue. Nous savons qu’il n’en fut rien, et si la renommée de Mistral est certaine, rien n’empêche le lent déclin de l’usage social de l’occitan. Cependant cette idée du chef-d’œuvre reconnu à Paris comme forme de rédemption de la langue suit son chemin : elle est manifeste dans les premières années du XXe siècle et constitue l’essentiel de l’argumentation de l’ouvrage critique de Pierre Dévoluy intitulé justement Mistral et la rédemption d’une langue19. Pour Dévoluy, la littérature de Mistral tient du miracle, et la langue prend appui sur son génie littéraire. L’entreprise de Dévoluy consiste à démontrer la justesse de l’entreprise mistralienne, face à ceux qui regrettent qu’il ne s’exprime pas en français. Cet argument est énoncé dès la parution de Mirèio par Saint-René Taillandier, l’universitaire et critique de La Revue des deux mondes et par Armand de Pontmartin notamment20. Seule la posture mistralienne, identification christique du sauveur notamment définie dans son autobiographie peut nous aider à comprendre le titre de l’ouvrage de Dévoluy et à saisir l’essentiel de ses propos et de sa démonstration :

  • 21 P. Devoluy, Mistral, op. cit., p. 279.

[…] mais la renaissance de Dante a réussi avec le génie de Dante. Mistral est un génie de la même famille. Qui oserait avouer que sa tentative échouera ? […] Le triomphe universel de Mistral a fait germer, comme il l’avait rêvé au cœur des Provençaux, un sentiment d’orgueil pour cette langue qu’ils méprisaient naguère et dont la gloire tout à coup les remplit de fierté21.

  • 22 La charge contre le Romantisme et les idéaux de la Révolution française s’inspire largement des éc (...)
  • 23 P. Lasserre, Frédéric Mistral. Poète, moraliste, citoyen, Paris, Payot, 1918, p. 11.
  • 24 Ibidem, p. 270.

12Quelques années auparavant, en 1918, Pierre Lasserre avait fait paraître son Frédéric Mistral poète, moraliste, citoyen. Le critique et universitaire qui avait depuis peu rompu avec l’Action Française n’en demeure pas moins toujours réservé sur l’apport romantique ; il voit en Mistral un néo-classique qui peut servir sa démonstration ; elle consiste, essentiellement, à l’appui de la pensée de Joseph de Maistre, en une critique du Romantisme et des idéaux de la Révolution française, thèse que reprendra à son compte quelques années plus tard Léon Daudet22. C’est ainsi que le Maître se voit annexé du côté de l’ordre moral. Dès les premières lignes, il s’agit de concevoir l’œuvre mistralienne en la définissant comme étant « de la plus haute bienfaisance morale23 ». Mistral devient donc un rempart contre « la décadence du goût », celle des mœurs et de la langue ; le culte de la perfection assimile le Maître à un guide qui peut ramener la littérature dans le droit chemin qu’elle avait quitté, « un merveilleux médicamenteur des défaillances et maladies du goût moderne24 ». La portée morale de la littérature, déjà en germe chez Pontmartin, Désiré Nisard, critiques antérieurs à Lasserre, atteint ici son apogée. L’œuvre n’est qu’un prétexte à un message moral ; la lecture de Lasserre la dénature, écartant tout ce qui ne relève pas de son point de vue éthique, laissant de côté dans Mirèio et Le Poème du Rhône cette écriture du désir souvent remarquée. La posture mistralienne en ressort teintée avec plus de force apollinienne bien entendu, mais c’est à partir de ces lectures quelque peu gauchies que l’on a utilisé l’œuvre mistralienne à des fins éthiques et politiques.

  • 25 Sur Maurras et Mistral cf. S. Giocanti, Charles Maurras félibre. L’Itinéraire et l’œuvre d’un chan (...)
  • 26 C. Maurras, Maîtres et témoins de ma vie d’esprit. Barrès, Mistral, France, Verlaine, Moréas, Pari (...)
  • 27 Cf. notamment J. Delteil, De J.-J. Rousseau à Mistral, Paris, Éditions du Capitole, 1928.

13Il n’est pas étonnant qu’à la suite de Lasserre, Charles Maurras ait consacré au Maître de Maillane plusieurs ouvrages et articles25. Pour Maurras, l’esprit mistralien anime la conception qu’il se fait de la France et les solutions qu’il préconise. Dans Maîtres et témoins de ma vie d’esprit, il propose en valeur d’exempla Barrès, Mistral, France, Verlaine et Moréas comme les « bons maîtres » qu’il convient de suivre. Ce Maître « menait son peuple d’une main légère, avec des paroles souriantes, dût-il les prononcer en fronçant un peu le sourcil », figure du Pater familias que l’on reconnaît à l’œuvre dans la Révolution nationale26. À vrai dire, le gauchissement est total, car est-il besoin de préciser que Mistral n’a jamais mené les Provençaux si ce n’est dans l’esprit fantasmatique de ceux qui lui accordaient justement cette auréole de guide suprême ? L’entreprise maurassienne apparaît fortement teintée de présupposés politiques et idéologiques. Depuis la création de l’Action Française, Maurras n’a de cesse de rechercher dans les œuvres littéraires et la pensée politique un lien fécond ; l’œuvre de Mistral lui apparaît idéale : elle lui permet, par son choix linguistique et l’action du Provençal en faveur de la décentralisation, une appropriation en établissant un raccourci qui fait de cette décentralisation et de l’Ancien Régime une seule et même chose. L’antienne mistralienne du retour à la terre et aux valeurs de la société traditionnelle lui fournit également un cadre idoine. Son action politique, notamment son adhésion à la Ligue de la Patrie Française sous l’influence de Coppée, Barrès et Madame de Loynes, a été particulièrement fluctuante, glissant en gros du républicanisme de 1848 à un conservatisme bien affirmé. Le gauchissement opéré par Lasserre puis Maurras a conduit à une lecture déviante de l’œuvre, ce que d’ailleurs dénoncent en leur temps Thibaudet ou d’autres critiques qui, se démarquant totalement de toute entreprise de « confiscation », ont essayé d’apporter une lecture poétique de l’œuvre, Joseph Delteil en étant l’exemple le plus éclairant27.

  • 28 Cf. une publication récente : A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature, Paris, Gallimard, coll. (...)
  • 29 Cf. cette réflexion dans les premières lignes de l’ouvrage : « Le sous-titre primitif était l’Empi (...)

14Albert Thibaudet s’est préoccupé à de nombreuses reprises de l’œuvre mistralienne28. Son apport le plus manifeste a été la publication en 1930 de Mistral ou la République du soleil. Thibaudet a certainement à l’esprit, en choisissant ce titre, de répondre aux critiques proches de l’Action Française qui avaient tenté d’annexer Mistral dans leur camp29. Pour Thibaudet, il existe clairement deux littératures en France, la française et l’occitane, et il reconnaît à l’œuvre de Mistral une place de premier plan. Thibaudet initie une lecture en recomposant les éléments fondamentaux de la poétique et du paysage mistraliens, non sans d’ailleurs se priver de quelques remarques d’ordre biographique, subtiles, qui ont dû apporter à Charles Mauron quelque substance pour ses études psychocritiques. Pour Thibaudet, certes Mistral est un Maître, mais pas un Maître moralisateur ; il n’est nullement question d’une quelconque décadence de la société que les leçons mistraliennes pourraient arrêter ; bien au contraire, l’œuvre est analysée comme une entreprise d’écriture littéraire avec ses complexités, ses errances, ses acquis et ses renoncements. C’est la figure de l’écrivain Mistral qui intéresse Thibaudet et c’est en tant qu’écrivain que le Maître s’impose. L’ouvrage d’Albert Thibaudet apporte donc une bouffée d’air frais dans un concert critique que les préoccupations littéraires avaient déserté.

  • 30 C. Mauron, Estùdi mistralen, op. cit.

15C’est dans cette lignée, abandonnant toute récupération idéologique, que se situent les deux dernières études dont nous parlerons. Elles paraissent toutes deux en 1954, année de la célébration du centenaire de la création du Félibrige. Charles Mauron qui s’était déjà fait connaître par ses apports psychocritiques consacre à Mistral des études particulières30. Il met à jour des aspects singuliers de la personnalité mistralienne qui conduisent à reconsidérer l’œuvre sous un angle psychanalytique, se référant avant tout aux textes autobiographiques et à Mirèio. Mauron dessine ainsi les traits d’un poète dont l’œuvre résonne de ces métaphores obsédantes, notamment celle de la vierge qui fuit. On sait maintenant que son apport a été plus que conséquent dans les études mistraliennes, mais certains éléments négligés ou inconnus du critique permettent aujourd’hui de fixer avec plus de clarté les contours d’une psyché souffrante. Le principal mérite des Estùdi mistralen est donc d’avoir révélé la complexité d’une personnalité et d’un texte littéraire, rompant avec la vulgate critique en cours.

  • 31 R. Lafont, Mistral ou l’Illusion, Paris, Plon, 1954 (réédition partielle, avec une nouvelle préfac (...)

16L’ouvrage de Robert Lafont, Mistral ou l’illusion, est écrit selon une méthodologie autre31. Si Lafont ne répugne pas à envisager l’apport de la biographie mistralienne afin de comprendre et analyser l’œuvre, il paraît beaucoup plus marqué par la sociologie ou même la critique marxiste dans la mesure où l’essentiel de ses écrits mène à penser un Mistral social se repliant sur des thématiques personnelles et parfois stérilisantes, enfin un Mistral dont le combat aurait échoué, qui réalise la teneur de son échec, et se réfugie dans l’apollonisme littéraire. La critique de Lafont est également une critique occitaniste qui tente d’affronter le Félibrige ou plutôt le félibrisme des années postmistraliennes, cette figure inaccessible et intouchable du Maître en grande majesté. 1954 est donc une année fertile, et la polémique qui suivit la publication de l’ouvrage de Lafont illustre à merveille ce que suggérait en ces temps la figure du Maître. Charles Mauron répond en effet à Lafont dans une série d’articles dont l’un, intitulé « La Provence visée au cœur », est significatif du climat délétère régnant en ces années. Mauron confond Mistral et la Provence, tous deux visés en plein cœur par les analyses de Lafont. La figure du Maître est ici respectée et Mauron ne se détache pas du respect absolu de la posture apollinienne du poète. Dans un autre article, « Avons-nous faussement divinisé Mistral ? », Mauron ne remet pas en cause cette divinisation tout en posant clairement le problème :

  • 32 Publié dans Le Provençal du 6 mars 1955 (in Estùdi mistralen…, op. cit., p. 398-401, notamment p.  (...)

Une admiration outrée et jalouse nous rend-elle à son égard proprement idolâtre ? Pour garder son image des critiques impies et des courants d’air révolutionnaires, l’avons-nous nichée dans un Saint des Saints imprégné d’encens32 ?

17Après avoir rappelé le jeu de relations considérables entre le poète et l’homme, Mauron souligne que Mistral est tout entier dans la défense de sa langue et en conclut :

  • 33 Ibidem, p. 399.

Tout est centré sur le même but : la défense et l’illustration de la langue provençale. L’impression d’harmonie apollinienne que donne l’existence du poète, et qu’ont senti tous ceux qui l’approchèrent, trouve incontestablement dans cette unité son origine. Elle lui donnait, en effet, un équilibre et une sérénité très peu communs, parce que les hommes sont rarement organisés ainsi autour d’un unique centre lumineux. En ce sens, Mistral donnait l’impression du divin33.

18Mauron semble se contredire, car il a accordé dans la plus grande partie de ses études mistraliennes une grande importance aux conflits que subit la psyché et aux difficultés que le poète a rencontrées afin de résoudre ces mêmes conflits, sources évidentes des pulsions d’écritures qui caractérisaient Mistral. Comment alors croire que cette impassibilité apollinienne n’était pas un masque ? La position de Mauron n’est-elle pas, en 1955, encore empreinte du respect que l’on doit au Maître qui nous montre un chemin exemplaire ? Ce respect ne nous prive-t-il pas d’une possibilité analytique dégagée de tout présupposé ?

19Le cas de Robert Lafont est somme toute semblable. Mauron et Lafont constatent tous deux ce repli mistralien, mais ne lui accordent pas la même cause et ne lui attribuent pas la même valeur. Lafont, en un temps où l’occitanisme apparaît conquérant, tend en quelque sorte à définir l’impasse mistralienne sur le terrain politique et social tout en reconnaissant à l’œuvre une importance considérable. Néanmoins, la présence obsédante de ce qui n’a pas abouti hante ce livre, en écho aux changements politiques et sociaux des années Cinquante et Soixante. Si Mistral s’est enfermé dans un folklorisme bon teint et a cultivé son image de poète, c’est essentiellement à cause de l’échec de la renaissance provençale, échec social évidemment, dû aux mauvais choix politiques du poète. La figure du Maître s’en trouve paradoxalement renforcée, car Lafont accorde à Mistral le rôle du poète malmené par l’histoire, un poète, phare éblouissant, qui manque des occasions historiques. En ce sens, Mauron et Lafont se rejoignent sur le constat, sur le respect dû à l’œuvre, et se séparent sur l’action et l’écriture : si Mauron ne conçoit pas d’autre issue que la permanence mistralienne, Lafont en appelle à un dépassement indispensable. Doit-on rappeler que combattre les pères, c’est toujours, d’une manière ou d’une autre, légitimer les pères ?

20La critique mistralienne n’a pu, ou en de rares occasions, étudier le texte pour ce qu’il est, une production littéraire dans une langue donnée en un temps particulier. L’affectivité trop grande envers la langue minorisée a considérablement gauchi l’interprétation de l’œuvre. Elle a été respectée au plus haut point, louangeuse de façon hyperbolique. Établir le génie ou la divinité de Mistral ne sert pas son œuvre, ne conduit pas à une réelle lecture, et ne peut s’expliquer que par un investissement particulier de la figure paternelle que constitue le Maître.

  • 34 Mistral précise dans Lou Tresor dóu Felibrige, à l’entrée « mèstre » (« mèste » est la variante du (...)

21Revenons au Nom. Il hante le poète, sans aucun doute, il symbolise la force, la puissance, mais aussi la violence impétueuse. Frédéric l’hérite de son père François. Son père, et toutes les images du père dans son œuvre, sont toujours qualifiées par le nom de « Mèste », en va-t-il ainsi de Mèste Francés, le père du poète, de Mèste Ramoun le père de Mireille et de Mèste Ambroi celui de Vincent. L’appellation de « Mèste » est courante en occitan ; elle révèle une marque de respect, désigne à la fois le propriétaire, l’ancien, le sage de la famille, et le père34.

22Le père et le Maître ne font qu’un. Mistral évoque lui-même son père sous les traits d’un Pater familias exemplaire :

  • 35 « L’ancian de la famiho, Mèste Francés moun paire, èro esta lou darrié di patriarcho de Prouvènço, (...)

L’ancien de la famille, maître François mon père, avait été le dernier des patriarches de Provence, conservateur fidèle des traditions et des coutumes, et le dernier, du moins pour moi, de cette génération austère, religieuse, humble, disciplinée, qui avait patiemment traversé les misères et les affres de la Révolution et fourni à la France les désintéressés de ses grands holocaustes et les infatigables de ses grandes armées35.

23On sait néanmoins qu’il n’en fut pas toujours ainsi, et que le père et le fils se sont opposés en 1848 dans des camps politiques différents, le fils tenant pour la République et le père pour la royauté. On sait également, par les diverses correspondances, que le jeune Frédéric reprochait à son père son avarice, sa qualité de possédant, ainsi qu’un caractère autoritaire et ombrageux. Tout s’inverse après 1855, date de la mort de François Mistral : l’imago paternel qui s’élabore sur des souvenirs choisis tente d’effacer plusieurs blessures : celle, en premier lieu, de la perte du mas paternel, car Frédéric est le cadet, fils unique de Delaïde Poullinet et de François Mistral, mais c’est son demi-frère Louis qui hérite du mas. Mistral est quasiment chassé du paradis de l’enfance et s’en va vivre à Maillane avec sa mère, emportant quelques meubles sur une charrette. Le demi-frère, Louis, qui a vécu avec Frédéric au mas toute son enfance, disparaît de l’autobiographie en cours d’écriture : ils formaient avec Delaïde un couple un peu trop encombrant (la mère et le demi-frère avaient sensiblement le même âge) pour que l’image du père n’en soit pas écornée. On sait, par l’analyse des différents récits mistraliens, que l’obstacle de la réalisation de l’Œdipe est principalement le fait du frère, et non du père, qui facilite le rêve de communion maternelle de Frédéric. Absence et forclusion du « Nom du Père » ou trouble dans les rôles respectifs de chacun, Mistral n’en finit pas de questionner la figure du Père.

24Cette dernière est bien dissimulée derrière la posture apollinienne du Maître. Elle possède comme lui les attributs du soleil, de la puissance et des forces de l’été. Cette posture, qui fut celle choisie par Mistral, comment ne pas la concevoir comme un écho des conflits qui demeurent ancrés en lui toutes ces années d’existence ? Comment croire donc à une quelconque divination exemplaire du poète, alors que sous le calme, la tempête s’agite et, catharsis d’écriture, conduit l’écrivain Mistral à répondre inlassablement aux butées conflictuelles d’une psyché aux aguets ?

25Cette construction psychologique singulière a sensiblement exercé sur le monde littéraire d’oc et français une séduction particulière. Ce qui relève ici de l’importance et de l’influence nécessaires et louables d’une œuvre sur les générations suivantes est difficile à identifier et à séparer de ce qui apparaît bien comme une névrose collective conduisant le Félibrige puis l’occitanisme à sacraliser plus qu’il est nécessaire la figure de l’écrivain-roi. Pour quelles raisons ? Ne peut-on pas y voir une névrose littéraire qui tenterait de s’accrocher à un sauveur montrant la route à suivre alors que l’usage de l’occitan tend à se rétrécir comme peau de chagrin ? Remarquons cependant qu’une posture apollinienne s’accordant à une critique « divinatoire » ne peut qu’effacer un texte littéraire au profit d’une vulgate qui ne remplacera jamais une lecture libre et dégagée de présupposés esthétiques, linguistiques ou idéologiques. Commençons ou recommençons donc par lire Mistral.

Notes

1 R. Millet, L’Art du bref, Paris, Gallimard, coll. « Le Promeneur », 2006, p. 104.

2 « Mistral est maître de Provence. »

3 Publié dans un premier temps dans La Commune du 8 octobre 1851, figurant ensuite dans le recueil collectif Li Prouvençalo (Avignon, Seguin, 1852), trouvant enfin sa place dans l’ensemble Lis Isclo d’Or en 1876 (cf. Lis Isclo d’Or, édition de J. Boutière, 2 vol., Paris, Didier, 1970, t. II, p. 936-947).

4 Sur l’étendue de cette bibliographie cf. G. Place, Frédéric Mistral, Paris, Chronique des lettres françaises, 1969. Cf. sur le point précis de la personnalité mistralienne : Ch. Mauron, Estùdi mistralen, Saint-Rémy de Provence, Aix-en-Provence, Librairie de l’université, 1954 (réédition in Études mistraliennes. Estùdi mistralen et autres recherches psychocritiques, Saint-Rémy de Provence, Centre de Recherches et d’Études Méridionales, 1989), C. Mauron, Frédéric Mistral, Paris, Fayard, 1993 et J.-Y. Casanova, Frédéric Mistral. L’Enfant, la mort et les rêves, Perpignan, Trabucaire, 2004.

5 « Je ne connais pas la Provence… », in Provence, Paris, Gallimard, 1993, p. 73. Ce texte figure dans le Journal de Giono et a été publié avant cette édition citée en 1976 (Draguignan, Lo Païs).

6 « Umble escoulan dóu grand Oumèro/Iéu la vole segui […] » : ainsi parle-t-il de Mirèio dans la première strophe de cette exposition qui fut écrite dans les derniers temps de la composition du poème. Ces strophes peuvent être lues comme un art poétique définissant non seulement le chemin de la renaissance provençale, mais également toute la trajectoire littéraire mistralienne à venir. Cf. Mirèio, Raphèle-lès-Arles, Culture provençale et Méridionale, 1980, p. 2 (première édition, Avignon, Roumanille, 1859).

7 Paris, Lemerre, 1873. Mistral y donne un sonnet, Sur la mort de Gautié qui fut republié avec de larges modifications dans Lis Isclo d’Or en 1876 (cf. Lis Isclo d’Or, op. cit., p. 703-713). C’est dans ce même recueil collectif que Mallarmé publie Toast funèbre.

8 Dans son Étude sur la poésie française in Histoire du Romantisme suivie de Notices romantiques et d’une étude sur la poésie française 1830-1868, Paris, L’Harmattan, coll. « Les Introuvables », 1993, p. 333-334. Cette étude reprend l’essentiel du Rapport sur les progrès de la poésie depuis 1830, Paris, Imprimerie impériale, 1868.

9 Cf. A. de Noailles, Le Livre de ma vie, Paris, Bartillat, 2008, p. 196 (Paris, Hachette, 1932).

10 Petit Bottin des lettres et des arts, Paris, E. Giraud, 1886 (rééd. Tusson, Du Lérot, 1990, p. 93).

11 Musée Mistral, Maillane, correspondance Barrès, 20/86, 20/87.

12 « Cette côte de Mirabeau et la Durènço, aquelo cabro, alandrido, feroujo, alabro, et l’apre Leberoun, et l’ermitage de Sant Ouquèri, où j’espère toujours voir des aigles sont vraiment un pays sublime, une solitude d’un magnifique caractère où je viens d’être très heureux. Je ne comprends pas pourquoi Daudet vous a rapporté de Provence un Tartarin (dont il ne dit fort que c’est une exception…). » (Ibid., 20/88, lettre du 29 novembre 1904).

13 Les Cahiers de Maurice Barrès témoignent de cet intérêt pour l’œuvre mistralienne (cf. une édition récente : M. Barrès, Mes Cahiers, tome I, janvier 1896-novembre 1904, tome II, novembre 1904 – juin 1908, Paris, édition des Équateurs, 2010-2011).

14 Le Livre de ma vie, op. cit., p. 102.

15 Citons à titre d’exemple : « C’est comme si on voulait être très reconnaissant au Dieu Apollon qui […] le soleil d’en mettre un peu de tous côtés. / Laissez-moi vous dire seulement que j’ai toujours eu une dévotion spéciale à votre saine et sublime poésie, à votre royaume de Provence et au souverain béni, dont je suis de tout cœur, cher Maître, l’humble et admirative sujette. » (s.d., Musée Mistral, Maillane, 43/55) et « Cher Maître/ Comment vous exprimer l’orgueil, la joie que causent une lettre de vous et vos vers divins ! Je ne puis dire combien de fois j’ai lu ces strophes écrites de votre main, et dont la légèreté céleste, le bondissement argentin, les mille étincelles criblant le cœur de plaisir, de soupirs. Ah, combien de fois, depuis mon enfance, sur un vers de vous, me suis-je embarquée vers les sublimes soleils de votre chantant génie – aucun matin d’été, aucun flot bleu sous l’aurore, aucun chant sur la montagne ou sur le pont des navires qui croisent vers l’espérance, ne m’ont troublée autant que ces poèmes de verre qui tordent le cœur dans le soleil ou dans le sel des brumes. Je pense au jour où je pourrai, sur la terre sacrée de Maillane, vous exprimer – avec quelle crainte, – mon immense admiration. » (Musée Mistral, Maillane, 335/17, s. d.)

16 « Frédéric Mistral », in « Hommage à Mistral », La Nouvelle Revue Française, 18e année, 200, Paris, Gallimard, 1er mai 1930, p. 589-590. Fait piquant, c’est dans ce même numéro qu’aux côtés de Paul Valéry et de Paul Morand notamment, Jean Giono publie L’eau vive.

17 En 1890, lors des fêtes célébrant le sixième centenaire de l’université de Montpellier (cf. J.-P. Goujon, Pierre Louÿs, Paris, Fayard, 2002, p. 88). Louÿs déclare également son admiration dans son Journal (cf. Mon Journal, Paris, Seuil, coll. « L’École des lettres », 1994, p. 88-90).

18 Dans la réponse à l’enquête des Marches de Provence, en février 1912 (cf. Œuvres en Prose complètes, édition de P. Caizergues et M. Décaudin, t. III, Paris, Gallimard, coll. « La Pléiade », 1993, p. 1499). Prenons cependant avec précaution les déclarations d’Apollinaire qui sont souvent contradictoires et peuvent avoir revêtu un caractère purement factuel.

19 Paris, Grasset, 1941. L’ouvrage a été écrit entre 1925 et 1932.

20 Saint-René Taillandier avait donné une préface au recueil collectif des Prouvençalo en 1852, et a toujours prêté attention aux publications mistraliennes. Il exprime toutefois en de nombreuses occasions sa réticence devant l’utilisation littéraire de l’occitan. Sur les rapports entre Saint-René Taillandier et les félibres cf. P. Martel, « Le Professeur Saint-René Taillandier et “la nationalité provençale” des félibres », L’Éveil des nationalités et les revendications linguistiques en Europe (1830-1930), coordination de C. A. Garabato, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 221-241. On prête à Pontmartin la réflexion suivante : « Quel dommage que ce chef-d’œuvre [Mirèio] ait été écrit dans la langue des domestiques ! »

21 P. Devoluy, Mistral, op. cit., p. 279.

22 La charge contre le Romantisme et les idéaux de la Révolution française s’inspire largement des écrits de ceux qu’Antoine Compagnon a qualifié d’Antimodernes (cf. Les Antimodernes de Joseph de Maistre à Roland Barthes, Paris, Gallimard, 2005) notamment Joseph de Maistre. Léon Daudet loue Mistral contre les Romantiques français : « Le mistralisme est, au XIXe siècle, la seule école de poésie vraie, naturelle en ses racines, simple et droite en sa tige, embaumée et complexe en ses fleurs. Mistral est le type du génie équilibré et parfaitement maître de soi-même, qui est le génie pour de bon, l’autre, celui de la démesure, n’en étant, en somme, que la caricature. » (cf. Le Stupide XIXe siècle, Paris, Nouvelle Librairie Nationale, 1922, rééd. in L. Daudet, Souvenirs et polémiques, édition établie par B. Oudin, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1992, p. 1238). Daudet consacre plusieurs pages à Mistral et aux félibres dans Fantômes et vivants (Souvenirs et polémiques, op. cit., p. 35-44).

23 P. Lasserre, Frédéric Mistral. Poète, moraliste, citoyen, Paris, Payot, 1918, p. 11.

24 Ibidem, p. 270.

25 Sur Maurras et Mistral cf. S. Giocanti, Charles Maurras félibre. L’Itinéraire et l’œuvre d’un chantre, Paris, Louis de Montalte, 1995.

26 C. Maurras, Maîtres et témoins de ma vie d’esprit. Barrès, Mistral, France, Verlaine, Moréas, Paris, Flammarion, 1954, p. 166.

27 Cf. notamment J. Delteil, De J.-J. Rousseau à Mistral, Paris, Éditions du Capitole, 1928.

28 Cf. une publication récente : A. Thibaudet, Réflexions sur la littérature, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007, recension reprenant des articles publiés dans la NRF entre 1912 et 1938.

29 Cf. cette réflexion dans les premières lignes de l’ouvrage : « Le sous-titre primitif était l’Empire du soleil. On m’a fait observer que l’étiquette était prise. J’en ai été quitte pour faire une révolution du 4 septembre. » (Mistral ou la République du soleil, Paris, Hachette, 1930, p. 10.)

30 C. Mauron, Estùdi mistralen, op. cit.

31 R. Lafont, Mistral ou l’Illusion, Paris, Plon, 1954 (réédition partielle, avec une nouvelle préface de l’auteur, Energas, Vent Terral, 1980).

32 Publié dans Le Provençal du 6 mars 1955 (in Estùdi mistralen…, op. cit., p. 398-401, notamment p. 398).

33 Ibidem, p. 399.

34 Mistral précise dans Lou Tresor dóu Felibrige, à l’entrée « mèstre » (« mèste » est la variante du provençal rhodanien de ce terme), après les nombreuses occurrences du terme, qu’il s’agit d’un « titre respectueux que l’on donne aux laboureurs et artisans avancés en âge » et un « terme respectueux dont on se sert aussi dans la classe rurale pour appeler ou désigner son mari ou sa femme » (t. II, Raphèle-lès-Arles, Culture Provençale et Méridionale, 1979, p. 330, première édition Aix-en-Provence, Remondet-Aubin, Avignon, Roumanille, Paris, Champion, 1879-1887).

35 « L’ancian de la famiho, Mèste Francés moun paire, èro esta lou darrié di patriarcho de Prouvènço, counservaire fidèu di tradicioun e di coustumo, e lou darrié, – dóu-mens per iéu, – d’aquelo generacioun austèro, religiouso, umblo, disciplinado, qu’avié pacientamen travessa li famino, li misèri, lis afre de la Revoulucioun e fourni à la Franço li desinteressa de si grands ouloucauste e lis infatigable de si gràndis armado. » (Mémoires et récits – Memòri e raconte, Raphèle-lès-Arles, Culture Provençale et Méridionale, 1980, p. 607 pour le français, p. 606 pour le provençal. Première édition, Paris, Plon, 1906.)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540