Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du maître

 | 
Cristina Noacco
, 
Corinne Bonnet
, 
Patrick Marot
, 
et al.

Troisième partie. Stratégies magistrales

Chapitre XIII. Le maître, le père, l’ami

Pédagogie et fantasme dans les fictions de Fénelon

Jean-Philippe Grosperrin

Résumé

Le Télémaque et d’autres fictions pédagogiques de Fénelon ne témoignent pas seulement d’une relation de maître à élève, celle d’un préceptorat royal, mais dessinent une figure du maître à la fois protéiforme et unifiante, que nourrissent legs antique, doctrine chrétienne, imaginaire rhétorique et fantasme de filiation. L’autorité du maître y est inséparable d’une présence physique et d’un ascendant exercé sur le mode de l’enchantement. Ce maître s’impose comme père spirituel et comme ami, mais aussi comme figure maternelle. Entre ethos et pathos, Mentor illustre un pouvoir de se faire aimer et met ainsi en question le rôle des affects dans le couple pédagogique.

Texte intégral

  • 1 Voir le Mémoire sur l’éducation des ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry (1696) dû au marquis de (...)
  • 2 Fénelon, Fragments d’un mémoire adressé au P. Le Tellier (février 1710), ibid., p. 665.
  • 3 Sur les circonstances de composition et de publication du Télémaque, voir la notice de J. Le Brun (...)
  • 4 Fénelon, Dialogues des morts, XVII-XVIII, OF, t. I, p. 324-340.
  • 5 J. Le Brun, « Le leurre de la lisibilité : Télémaque de Fénelon », Cahiers de lectures freudiennes(...)
  • 6 Voir H. Hillenaar, Le Secret de Télémaque, Paris, PUF, coll. « Le texte rêve », 1994, p. 38-52.

1Dans les années 1690 le préceptorat de Fénelon, à qui revint l’éducation du duc de Bourgogne1, s’est accompagné de la production d’un ensemble de fictions ad usum Delphini : l’auteur déjà remarqué du traité De l’éducation des filles (1687) enveloppait les maximes et exhortations destinées au prince dans le tissu de fables en prose, contes de fées, nouvelles antiquisantes, dialogues ou opuscules curieux, jusqu’à la vaste « narration fabuleuse en forme de poème héroïque2 » que forment Les Aventures de Télémaque, publiées en 1699 en même temps que le bref récit des Aventures d’Aristonoüs3. Cependant, le recours à l’imagination littéraire ne se bornait pas à tourner en « peintures morales » ou en sermocinations des exemples de vertu et des leçons austères – autant de traces d’un enseignement qui se dérobe à nous en partie. Car Fénelon s’attache non seulement à transposer dans un univers de fiction la substance d’une doctrine (morale, politique, économique, en tout religieuse) mais bien à représenter avec constance la relation du maître et du disciple, avec ses heures, ses vicissitudes, jusque dans son échec : témoins les trois « dialogues des morts » qui confrontent Socrate et Alcibiade4. Jacques Le Brun considère ainsi que si la fiction du Télémaque demeure lisible aujourd’hui, « ce ne sera pas comme document sur autre chose (l’auteur, son élève, la société, etc.) mais en elle-même, dans sa cohérence propre », c’est-à-dire aussi dans son intertextualité poétique et religieuse – et « ce sera en déplaçant le regard des leçons ou des personnes en cause vers les “figures” dont l’articulation et les rapports constituent l’œuvre elle-même5 » : il s’agit des figures du père (Ulysse absent mais omniprésent), de la femme inquiétante ou occultée6, mais d’abord de la figure double du maître et de l’élève, sur laquelle repose l’ensemble du récit.

  • 7 J. Le Brun, « Le Télémaque de Fénelon : fable et spiritualité », in La Jouissance et le trouble. R (...)
  • 8 N. Malebranche, Méditations chrétiennes et métaphysiques, II, art. XV, Œuvres, éd. G. Rodis-Lewis, (...)

2Or, si d’un côté c’est l’expérience de l’auteur Fénelon (à la fois précepteur, directeur de conscience, prédicateur, pour autant qu’il fut d’abord prêtre) qui opère le lien entre le régime de fiction (fabuleuse, romanesque) et les implications morales et spirituelles du devenir7, de l’autre la représentation du magistère dans la fiction excède, par la richesse de ses valeurs et de ses ambivalences, la relation d’un ecclésiastique et de son royal élève. La voix de Mentor fait moins entendre le précepteur Fénelon qu’une Sagesse incarnée dont le Christ est le seul docteur et maître, « magister unus » (Matthieu, XXIII, 10). « Ô mon unique Maître ! » : ainsi s’exclame le chrétien dans les Méditations dialogiques publiées par Malebranche en 1683, et cette docilité vaut pour un élève comme pour le roi ou pour le prêtre. Mais le divin maître de Malebranche est cette « voix que j’entends », « la Sagesse du Père » qui « parle » pour convaincre « dans le plus secret de ma Raison », et dans l’intimité d’un présent constamment entretenu8. Au contraire, les maîtres de sagesse représentés par Fénelon dans une durée narrative sont des voix assurément, mais aussi des incarnations, des corps, qui font usage de leurs bras comme de leur bouche et de leurs yeux, et dont un disciple passible touche le corps. Ainsi, lorsque Télémaque peine à s’arracher de l’empire de l’île tentatrice de Calypso :

  • 9 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, VI, OF, t. II, p. 90.

Cependant Télémaque était demeuré seul avec Mentor. Il embrasse ses genouils (car il n’osait l’embrasser autrement, ni le regarder). […] Enfin il s’écrie : « Ô mon vrai père, ô Mentor, délivrez-moi de tant de maux ! […] Donnez-moi la mort9. »

3Le substrat chrétien du discours prononcé, confirmant l’institution de Mentor en divin maître, s’inscrit dans une scénographie qui suspend l’interdiction Noli me tangere. Le double corps du couple pédagogique, avec en particulier la récurrence des embrassements, importe ici au moins autant qu’un corps de doctrine. Si ces fictions de Fénelon articulent dans la relation pédagogique la soumission à un maître et la paternité, suivant la détermination religieuse attendue, elles s’accompagnent, de façon décisive, d’une dimension plastique, esthétique, en caractérisant cette relation (et donc la figure du maître) par un rapport constant au corporel et à l’affectivité.

La parole du maître : de l’autorité au charme

  • 10 Voir B. Papàsogli, « Pour et contre la lecture : paradoxes du Télémaque », Littératures classiques(...)
  • 11 Chez Fénelon, la suprématie de la communication orale de la doctrine sur la transmission écrite ré (...)
  • 12 B. Papàsogli, art. cit., p. 321-322.
  • 13 J. Le Brun, « Les Aventures de Télémaque, destins d’un best-seller », Littératures classiques, 70, (...)

4Contrairement à tant de héros ultérieurs de romans moraux, Télémaque ne lit jamais10, et si dans le désert d’Égypte où il séjourne, Termosiris, prêtre d’Apollon, « tenait dans sa main un livre », il s’agit d’un « recueil d’hymnes en l’honneur des dieux », et tout son enseignement passe par la parole vive, comme de juste dans la culture catholique11. Ainsi de Nestor, de Mentor, dont le discours de sagesse dépend d’une médiation orale que métaphorise l’image de l’empreinte et de la gravure12. C’est à la voix du maître que revient le pouvoir de former des caractères. Il est d’ailleurs vraisemblable que le précepteur Fénelon « commentait oralement » pour son élève le récit du Télémaque13, et que le texte fixé ultérieurement par les éditions n’éclaire qu’en partie l’économie pédagogique de la fiction.

  • 14 Fénelon, Dialogues des morts, XVI, OF, t. I, p. 324.
  • 15 Ibid., XVIII, p. 336.

5Dans la « narration fabuleuse », il est notable que cette nécessaire médiation vocale, inlassablement représentée, est rapportée à un ascendant de la présence physique chez des maîtres qui sont assez systématiquement des vieillards chenus (alors que les hommes mûris dans l’épreuve mais plus jeunes correspondent à des figures de héros pécheurs : tels Idoménée ou Philoctète). Or, cette incarnation procède d’une esthétisation du corps du sage. Les Dialogues des morts rappellent la laideur exemplaire de Socrate (« un pauvre homme laid, camus, chauve14 ») pour mieux en faire, par la vertu de sa parole, un organe de la Sagesse. Timon d’Athènes lui dit : « Quand je vois les hommes, et que je jette ensuite les yeux sur vous, je suis tenté de croire que vous êtes Minerve, qui est venue sous une figure d’homme instruire toute la ville15. » Cependant, les figures de maître qui surgissent devant le jeune Télémaque, sur la terre comme aux enfers, sont celles d’« aimables vieillards » auxquels la narration prête « des grâces » étranges, par neutralisation de l’exclusion entre sénescence et juvénilité, comme si la valeur éthique devait se concrétiser d’une manière ou d’une autre en valeur esthétique :

  • 16 Fénelon, Les Aventures d’Aristonoüs, OF, t. I, p. 249 (il s’agit d’Aristonoüs).

Sa barbe blanche tombait sur sa poitrine ; son visage ridé n’avait rien de difforme ; […] ses yeux montraient une douce vivacité ; sa taille était haute et majestueuse, mais un peu courbée, et un bâton d’ivoire le soutenait16.

  • 17 Id., Les Aventures de Télémaque, II, OF, t. II, p. 21-22.

Ce vieillard [Termosiris] avait un grand front chauve et un peu ridé ; une barbe blanche pendant jusqu’à sa ceinture. Son teint était encore frais et vermeil ; ses yeux, vifs et perçants ; sa voix, douce […] Jamais je n’ai vu un si vénérable vieillard. […] la jeunesse la plus enjouée n’a point autant de grâces qu’en avait cet homme dans une vieillesse si avancée17.

6Guère de différence avec la vieillesse sublimée par la mort dans les ombres heureuses :

  • 18 Ibid., p. 248. De même, l’ombre du roi Inachus témoigne de la fusion paradoxale entre la gravitas m (...)

Un vieillard vénérable et plein de majesté s’avança vers lui. […] C’était un mélange de tout ce que la vieillesse a de grave avec toutes les grâces de la jeunesse ; car ces grâces renaissent même dans les vieillards les plus caducs, au moment où ils sont introduits dans les champs Élysées18.

  • 19 Le lecteur sait d’emblée que Minerve « accompagnait Télémaque sous la figure de Mentor » (ibid., p (...)

7Déesse travestie en précepteur blanchi19, Mentor jouit pour sa part d’une vigueur athlétique assez étonnante, qui s’éprouve sur le champ de bataille comme dans d’autres épreuves : figure de sagesse, c’est-à-dire aussi figure de virtus, dans tous les sens du mot.

  • 20 Ibid., p. 65. Voir E. Bury, « La paideia du Télémaque », Littératures classiques, 70, 2010, p. 77-7 (...)
  • 21 Voir par exemple une tragédie jésuite contemporaine, directement inspirée du Télémaque : Fr. Pauli (...)

8Le maître se signale ainsi par la conjonction d’une autorité des paroles et d’un ascendant de la personne : l’une et l’autre en imposent, ou plutôt imposent respect et (surtout) docilité. Car si les Dialogues des morts agitent l’opposition topique de la jeunesse impulsive, indisciplinée, et de la vieillesse prudente et modérée (Achille contre Chiron), on remarque combien Télémaque ou bien le jeune Sophronyme dans Les Aventures d’Aristonoüs paraissent actualiser la figure oxymorique, dérivée du stoïcisme, du puer senex : non seulement le disciple se trouve ainsi plus aisément placé dans une relation de plain-pied avec le maître, mais Télémaque va jusqu’à exprimer le désir que sa vie « pût s’accourcir pour arriver tout à coup à une si estimable vieillesse20 ». La modélisation du sage vieillard débouche alors sur un fantasme d’identification, d’autant plus perceptible que, autour du disciple, les récits éliminent au profit de compagnons plus âgés les figures d’amis juvéniles. On ne trouve guère ici de jeunes gens formant un couple gémellaire comme dans la poésie antique ou dans le théâtre jésuite sous l’Ancien Régime21.

  • 22 Marivaux, L’Éducation d’un prince (1754), Journaux et œuvres diverses, éd. F. Deloffre et M. Gilot, (...)
  • 23 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, V, OF, t. II, p. 70 (je souligne).

9Chez Fénelon, la fable est pour ainsi dire gérontophile, établissant entre le disciple et le maître une harmonie préétablie : docilité aimante d’un côté, là où Marivaux opposera au précepteur une répugnance à la dépendance (« on aime à être le maître de ses actions22 ») ; et de l’autre, chez le dispensateur de la doctrine, une autorité qui emprunte les voies du sourire (qui dira à quoi peut ressembler le sourire itératif et divin de Mentor ?) et d’une complicité de type amical : Télémaque appelle son maître « mon cher Mentor » comme celui l’appelle « mon cher Télémaque », mais il le nomme de surcroît « ce sage ami », « mon cher ami », etc. Si Mentor occupe avec éclat la position dominante de père spirituel (« ô mon véritable père »), cette disparité est cumulable avec une relation familière, produisant alors dans la fiction des situations ambivalentes. Ainsi, quand le sage vieillard exhorte son pupille en Crète : « Cependant Mentor me disait à l’oreille : “Renoncez-vous à votre patrie ? L’ambition de régner vous fera-t-elle oublier Pénélope […] et le grand Ulysse […]23 ?” » Figuration d’une voix de la conscience, de l’inspiration augustinienne du « maître intérieur », sans doute ; mais ce faisant la parénèse glisse vers une scénographie de la confidence, où la norme morale (ici la pietas) est portée par une parole d’intimité amicale.

  • 24 B. Papàsogli, « Pour et contre la lecture : paradoxes du Télémaque », Littératures classiques, no (...)

10L’empire du maître n’est donc pas réductible à la gravité d’une doctrine ni à la réitération d’un discours. Les scénographies de la fiction montrent d’ailleurs que le magistère du sage tient autant à l’efficience de l’action qu’à la parole. Le caractère poétique du Télémaque n’empêche pas que s’y communiquent des exercices pratiques autant qu’un savoir formulable en maximes24. Déjà dans Les Aventures d’Aristonoüs, la sagesse et la vertu sont mesurées à des pratiques (Sophronyme chante les merveilles d’Apollon, scrute les astres et « les secrets de la nature », Aristonoüs apprend la musique et la médecine) mais sans que le récit précise la présence d’un médiateur du savoir, comme si primait l’acte et non l’étude qui le conditionne. La sagesse de Mentor est elle aussi celle d’un faire, ou plus exactement d’une performativité de la parole qui redéfinit le régime merveilleux de l’épopée. On l’observerait bien sûr dans la réforme de Salente au livre X, mais de façon plus caractéristique dans deux épisodes antérieurs : la tempête qui clôt le livre V et la harangue qui au livre IX détourne de la guerre une armée hostile à Idoménée.

11Après avoir quitté la Crète, Télémaque et Mentor doivent essuyer « une noire tempête » provoquée par Neptune à la demande de Vénus. Le topos épique y est ouvertement accommodé à une finalité didactique assez forte pour marginaliser l’écueil de l’invraisemblance : alors que le maître et le disciple s’accrochent tous deux à un « mât flottant », forcés de boire « l’onde amère », Mentor professe le devoir de craindre la divinité, suivant une paraphrase des Psaumes. Pourtant, ce credo providentialiste ne signifie pas un abandon passif à l’événement, puisque Fénelon a voulu figurer dans Mentor, par opposition au figement de Télémaque, une sorte d’activisme qui consiste à sortir de péril en tranchant le mât du navire :

  • 25 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, V, OF, t. II, p. 76-77.

J’embrasse Mentor et je lui dis : « Voici la mort, il faut la recevoir avec courage. […] Mourons, Mentor, mourons. […] » Mentor me répondit : « Le vrai courage trouve toujours quelque ressource. Ce n’est pas assez d’être prêt à recevoir tranquillement la mort, il faut, sans la craindre, faire tous ses efforts pour la repousser. […]. » Aussitôt il prend une hache, il achève de couper le mât qui était déjà rompu […], il jette le mât hors du vaisseau et s’élance dessus au milieu des ondes furieuses. Il m’appelle par mon nom et m’encourage pour le suivre25.

  • 26 Bibliothèque universelle des romans, septembre 1775, cit. dans R. Granderoute, Le Roman pédagogiqu (...)

12Le disciple obéit certes à la voix de son maître mais il profite d’abord d’une « leçon d’exemple26 » qui prend corps dans l’action du maître, animé d’une volonté de survie. Contrairement au récit de l’Odyssée qui est la source première de cet épisode (XIV, v. 310-313), le mât ne surgit pas providentiellement entre les mains du naufragé : il faut mettre la main à la hache, et s’en servir. Nul quiétisme, mais bien une exhortation à agir destinée au prince. À une conception fallacieuse du « courage », Mentor répond par les vertus de l’astuce énergique, imitant sous cet aspect l’héroïsme propre à Ulysse, alors que la posture de Télémaque procèderait plutôt d’un stoïcisme pernicieux. En agrégeant éléments d’épopée antique et allusions bibliques, Fénelon confère à ce dynamisme réactif de Mentor une sérénité qui vaut comme caractère de la majesté divine :

  • 27 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, OF, t. II, p. 77.

Tel qu’un grand arbre que tous les vents conjurés attaquent, et qui demeure immobile sur ses profondes racines, en sorte que la tempête ne fait qu’agiter ses feuilles, de même Mentor, non seulement ferme et courageux, mais doux et tranquille, semblait commander aux vents et à la mer27.

13Si la comparaison topique avec l’arbre battu par les vents procède d’Homère (Iliade, XII, v. 132 sq.), la situation narrative (une tempête effective) érode sa valeur figurée, comme pour privilégier le glissement du maître vigoureux vers la figure du Christ qui « commande aux vents et à la mer » (Matthieu, VIII, 26). L’héroïsation de la figure du maître dépend ainsi d’opérations complexes de réécriture et de contamination : dans Mentor, ce « vrai père », se combinent un nouvel Ulysse et, plus fugacement, un Christ en majesté.

14Une ambivalence analogue, plus frappante encore dans ses oxymores, marque l’autorité extraordinaire de Mentor sur les armées ennemies devant Salente, non seulement en raison de son verbe éloquent, mais par son « action », au sens rhétorique du terme, c’est-à-dire par l’empire qu’exerce le corps de l’orateur :

  • 28 Ibid., p. 142-143 (je souligne).

En achevant ces mots, Mentor leva le bras pour montrer à tant de peuples le rameau d’olivier qui était dans sa main le signe pacifique. Les chefs, qui le regardaient de près, furent étonnés et éblouis du feu divin qui éclatait dans ses yeux. Il parut avec une majesté et une autorité qui est au-dessus de tout ce qu’on voit dans les plus grands d’entre les mortels. Le charme de ses paroles douces et fortes enlevait les cœurs ; elles étaient semblables à ces paroles enchantées qui tout à coup, dans le profond silence de la nuit, arrêtent au milieu de l’Olympe la lune et les étoiles, calment la mer irritée, font taire les vents et les flots et suspendent le cours des fleuves rapides. Mentor était, au milieu de ces peuples furieux, comme Bacchus lorsqu’il était environné de tigres, qui, oubliant leur cruauté, venaient, par la puissance de sa douce voix, lécher ses pieds et se soumettre par leurs caresses. D’abord il se fit un profond silence dans toute l’armée. Les chefs se regardaient les uns les autres, et ne pouvaient résister à cet homme ni comprendre qui il était28.

  • 29 J.-B. Bossuet, Sermon sur la Parole de Dieu (1661), Œuvres oratoires, éd. J. Lebarq, Paris, Hachet (...)
  • 30 Pour une analyse plus détaillée de ce passage, voir J.-Ph. Grosperrin, « La voix dans Les Aventure (...)

15L’esthétique de la fiction fabuleuse permet de changer ici de paradigme pour figurer la « douce force » du maître : la domination irrésistible de Mentor, son pouvoir sur les cœurs, se disent dans le langage du « charme » et de l’« enchantement ». Même si Bossuet pouvait nommer le Christ « un enchanteur céleste29 », les comparaisons sur lesquelles se fonde ici la figure textuelle de Mentor sollicitent nettement la mémoire des magiciennes antiques (Circé, sinon Médée), et le choix de Bacchus, préféré à Orphée, indique un érotisme latent de la représentation, au moment même où le récit actualise un effet sublime de la voix et de tout le corps30. Car si l’autorité de Mentor passe par le corps, elle s’éprouve aussi physiquement chez ceux qu’elle assujettit : stupeur, aphasie, admiration, sympathie, tendresse, transports et larmes.

  • 31 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, XVIII, OF, t. II, p. 324.

16D’autres passages seraient à examiner – ne serait-ce que la transfiguration finale de Mentor qui prélude aux ultimes commandements : on y lit une réécriture de celle du Christ tandis que Télémaque « reconnaît un visage de femme31 ». Mais à eux seuls ces deux extraits montrent combien la figure unifiante de Mentor est à la fois cumulative, oxymorique et plastique, mais surtout combien la corporéité poétique du maître y est déterminante. Homme d’action, professeur de sagesse, orateur irrésistible, Mentor est aussi à Salente ce vieillard providentiel qui répète au roi Idoménée : « Laissez-moi faire » ; autrement dit, un ministre sui generis en qui le souverain reconnaît son « maître » :

  • 32 Ibid., IX, p. 134 (je souligne).

À ces mots Idoménée, embrassant Mentor, s’attendrissait et ne pouvait parler. Enfin il prononça à peine ces paroles : « Ô sage vieillard envoyé par les dieux pour réparer toutes mes fautes, j’avoue que je me serais irrité contre tout autre qui m’aurait parlé aussi librement que vous ; j’avoue qu’il n’y a que vous seul qui puissiez m’obliger à rechercher la paix. J’avais résolu de périr ou de vaincre tous mes ennemis. Ô heureux Télémaque, qui ne pourrez jamais vous égarer comme moi, puisque vous avez un tel guide ! Mentor, vous êtes le maître32. »

  • 33 Id., Dialogues sur l’éloquence, II, OF, t. I, p. 36.

17Si Mentor est ce nom de maître, c’est donc aussi que s’effectue, dans la fiction ad usum Delphini, un transfert de majesté, du roi (Idoménée) à celui qui s’affirme à la fois comme magister (maître de sagesse) et comme dominus (administrateur de la maison du roi). Fénelon déploie dans la figure de Mentor une étonnante fantasmatique, nourrie aussi bien des poètes du paganisme que d’une économie de la prédication où il s’agit de « donner du corps » à l’instruction par des « images33 ».

De l’ethos au pathos : figures affectives du maître

  • 34 La catégorie de l’ethos dans la Rhétorique d’Aristote a trouvé un équivalent chez les Romains dans (...)
  • 35 Voir Quintilien, Institution oratoire, VI, ii, 9-12.
  • 36 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, IX, OF, t. II, p. 143.

18Cependant la figure admirable du maître n’est pas réductible à ce corps agissant et mis en scène, qui médiatise la doctrine dans la fiction au fil des « aventures » ; cette figure est aussi déterminée, au plan rhétorique, par l’image du maître que construit son propre discours, autrement dit par un ethos, tributaire de représentations imaginaires ou symboliques, mais qui met en jeu à la fois un ressort moral de la persuasion (le maître comme l’orateur inspire la confiance par ses « mœurs34 ») et un ressort affectif (l’ethos est aussi assimilé dans la tradition latine aux passions douces, complémentaires de la véhémence propre au pathos35). Pour commenter l’éloquence efficace de Mentor, Fénelon écrit : « En parlant, il se faisait aimer. Il se faisait croire36. » Se faire aimer : affaire d’ethos, mais impensable indépendamment de la solidarité de l’ethos et du pathos, et d’autant moins quand le maître ne dédaigne pas de solliciter les affects.

  • 37 Cf. Matthieu, XXIII, 8-10.
  • 38 Fénelon, Correspondance, éd. cit., t. XII, p. 283.

19Maître, père et ami tout ensemble, le personnage de Mentor transpose un ensemble de tensions qui définissent le caractère sacerdotal dans la doctrine religieuse de Fénelon. Commune aux traditions les plus anciennes, l’assimilation du maître de sagesse à un père se trouvait réactivée dans la culture chrétienne : dès le Livre des Proverbes de Salomon (I-VII), la parole du sage est celle d’un père s’adressant à son fils ou à ses enfants. Dans le système catholique, la fonction sacerdotale réunit autorité du médiateur (sur le modèle du Christ) et paternité symbolique37, cependant que ce caractère paternel institué par la théologie présente au moins deux faces : celle de la loi (le père est maître et juge) et celle de l’amour (le père veille sur ses enfants). Or, pour Fénelon l’autorité morale et spirituelle du médiateur se nourrit d’un ethos de tendresse paternelle, fondé sur la charité ; il a pu même le souligner à propos des évêques, trop souvent regardés « comme des seigneurs qui dominent », au lieu d’être aimés « comme des pères tendres et compatissants qui se font tout à tous38 ».

20À l’alliance nécessaire de l’austérité et de la douceur répond ainsi, dans une perspective apostolique qui englobe une stratégie de persuasion, la réversibilité du maître et du père dans un même ethos. C’est ce que Fénelon a développé à destination du prince-archevêque Joseph-Clément de Bavière, en célébrant l’esprit de « condescendance » que François de Sales avait mis au cœur de la pédagogie chrétienne :

  • 39 Id., Discours pour le sacre de l’Électeur de Cologne (1707), OF, t. II, p. 959-960.

Si les peuples ne vous voient jamais que de loin, […] comment oseront-ils percer la foule, se jeter entre vos bras, vous dire leurs peines, et trouver en vous une consolation ? Comment leur ferez-vous sentir un cœur de père, si vous ne leur montrez qu’une hauteur de maître ? […] Descendez, descendez donc ; ne craignez rien, vous ne sauriez jamais trop descendre pour imiter le Prince des pasteurs, qui étant sans usurpation égal à son Père, s’est anéanti en prenant la nature d’esclave39.

21Cette économie conquérante de la charité, d’inspiration paulinienne, impose certes au « pasteur » de « se faire tout à tous » (I Cor., IX, 20-22), mais elle implique aussi que le maître spirituel devienne une figure non seulement paternelle, mais maternelle :

  • 40 Ibid., p. 962. Cf. Fénelon, Sermon pour la fête de saint Bernard, Œuvres complètes, éd. cit., t. V, (...)

Le vrai pasteur ne se borne à aucune conduite particulière : il est doux, il est rigoureux ; il menace, il encourage ; il espère, il craint ; il corrige, il console ; […] il est avec ceux qui sont sous la loi comme s’il y était lui-même ; […] il se fait tout à tous pour les gagner tous.
Ô heureuse faiblesse du pasteur, qui s’affaiblit tout exprès par pure condescendance, pour se proportionner aux âmes qui manquent de force ! […] Élargissez, élargissez vos entrailles. Vous ne savez rien si vous ne savez que commander, que reprendre, que corriger, que montrer la lettre de la loi. Soyez pères : ce n’est pas assez ; soyez mères ; enfantez dans la douleur, souffrez de nouveau les douleurs de l’enfantement, à chaque effort qu’il faudra faire pour achever de former Jésus-Christ dans un cœur40.

  • 41 Id., Les Aventures de Télémaque, IX, OF, t. II, p. 326 : « “[…] Il est temps que vous appreniez à m (...)

22Précisément ce substrat doctrinal qui amalgame le père et la mère dans la figure aimante d’un « pasteur » nourrit le personnage de Mentor. Ainsi, la séparation finale du disciple et du maître (celui-ci de vieillard devenu femme céleste) sollicite expressément l’image du sevrage41. C’est pourtant lorsque Mentor achève de détacher son disciple de sa passion pour la jeune Eucharis que se donne à lire une curieuse construction rhétorique. Il s’agit d’abord pour le sage de mettre en évidence la contradiction entre les paroles de Télémaque et son comportement effectif, mais de sorte que l’argumentation mette en jeu un affect moral, suscité chez le maître par l’« aveuglement » du disciple :

  • 42 Ibid., VI, p. 91.

Que j’ai pitié de vous ! répondait Mentor : votre passion est si furieuse que vous ne la sentez pas. Vous croyez être tranquille, et vous demandez la mort ! […] Un homme malade que la fièvre rend frénétique dit : Je ne suis pas malade42.

  • 43 Voir Quintilien, op. cit., VI, ii, 20.
  • 44 Cicéron, Orator, XXVIII, 97.

23Dès le début la doctrine (topique) est inséparable d’une couleur émotionnelle elle-même ambivalente. La pitié ne participe pas ici du pathos au sens où elle n’est pas un affect à produire chez l’auditeur43 ; mais si elle caractérise celui qui parle, elle est constitutive d’un ethos destiné à agir sur les affects du disciple, c’est-à-dire à le perturber pour « arracher » les opinions les plus profondément « implantées44 ». Or, une telle intrication de l’ethos et du pathos éclate dans ce qui tient lieu de péroraison, où le surgissement d’une figuration maternelle, de sa puissance affective, doit fléchir le disciple :

  • 45 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, VI, OF, t. II, p. 92 (je souligne).

Fuyez, Télémaque, fuyez. On ne peut vaincre l’amour qu’en fuyant. […] Vous n’avez pas oublié les soins que vous m’avez coûtés depuis votre enfance et les périls dont vous êtes sorti par mes conseils. Ou croyez-moi, ou souffrez que je vous abandonne. Si vous saviez combien il m’est douloureux de vous voir courir à votre perte ! Si vous saviez tout ce que j’ai souffert pendant que je n’ai osé vous parler ! La mère qui vous mit au monde souffrit moins dans les douleurs de l’enfantement. Je me suis tu. J’ai dévoré ma peine. J’ai étouffé mes soupirs, pour voir si vous reviendriez à moi. Ô mon fils, mon cher fils, soulagez mon cœur. Rendez-moi ce qui m’est plus cher que mes entrailles : rendez-moi Télémaque que j’ai perdu. Rendez-vous à vous-même. Si la sagesse en vous surmonte l’amour, je vis et je vis heureux. Mais si l’amour vous entraîne malgré la sagesse, Mentor ne peut plus vivre45.

  • 46 Voir dans le présent volume la contribution de N. Cusumano.
  • 47 Voir Quintilien, op. cit., VI, ii, 22-24.
  • 48 Ibid., 14, trad. N. Gedoyn, De l’institution de l’orateur, Paris, G. Dupuis, 1719, p. 380.
  • 49 Ibid., 12, p. 379.
  • 50 OF, t. I, p. 115-116.

24La charge pathétique du discours se développe à partir d’une mémoire commune, celle du lien salutaire – et sensible – entre le maître et le disciple, à quoi s’oppose un scénario fictif de séparation. Il est certes possible de lire ces paroles comme une variation sur le modèle du discours de Phénix à Achille au chant IX de l’Iliade46, à ceci près que dans Mentor l’ethos de la tendresse se trouve exacerbé par une ostentation rhétorique du maître souffrant dans sa chair, coagulée en figure maternelle. Mais l’image de la parturition, dérivée de la spiritualité catholique, perd ici de sa pureté pour prendre un tour affectif assez retors : non seulement le maître-mère s’emploie à culpabiliser le disciple en substituant à la psychomachie de l’amour profane et de la sagesse ce qu’il faut bien appeler un chantage affectif, mais celui-ci culmine encore dans l’évocation du maître mourant de douleur, d’autant plus remarquable que le lecteur (à la différence de Télémaque) sait que Mentor cache une Immortelle. Dans ce maître qui souffre plus que la mère, et que l’attachement pour le disciple pourrait tuer, on reconnaît une stratégie oratoire de l’exagération pathétique (deinosis47), dont le caractère singulier tient à une représentation fantasmatique du corps mortel du maître. Ce faisant, Fénelon ne sort-il pas du cadre d’une persuasion strictement « éthique », modérée par la « tendresse », celle qu’envisageait Quintilien avec « la conduite d’un Père avec son Fils, d’un Tuteur avec son Pupille48 » ? Bien fin qui pourrait discerner en l’occurrence la part de l’ethos et celle du pathos, sachant que « l’amitié » (caritas) participe du premier et « l’amour » (amor) du second49. L’« amitié », soulignait Fénelon dans De l’éducation des filles, est « un lien assuré pour attirer l’élève au bien, pourvu qu’on sache s’en servir50 ».

25Il convient ainsi de s’interroger sur cette économie protéiforme de l’affect, qui emprunte à l’amour paternel, à la maternité, mais également à une amitié masculine nettement effusive :

  • 51 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, IV, OF, t. II, p. 51.

« Est-ce donc vous, m’écriai-je, ô mon cher ami, mon unique espérance, est-ce vous ? […] Suis-je assez heureux pour vous posséder ? ou bien n’est-ce que l’ombre de mon ami ? » […] je courais vers lui, transporté jusqu’à perdre la respiration. Ô dieux, quelle fut ma joie quand je sentis que mes bras le touchaient. « Non, ce n’est pas une vaine ombre ! Je le tiens, je l’embrasse, mon cher Mentor ! […] Ne croyez pas pouvoir m’échapper ; je mourrai plutôt sur vos pas. » […] En disant ces paroles, je le tenais serré de toute ma force51.

  • 52 Ibid., XVII, p. 308 : « Je n’ai plus ni bien, ni retraite, ni père ni mère, ni patrie assurée. Il n (...)
  • 53 Ibid., XVII, p. 309.
  • 54 Voir par exemple OF, t. I, p. 750 : « il faut se jeter les yeux fermés, tête baissée, entre les br (...)

26Mentor n’est-il pas explicitement le seul bien de Télémaque52 ? Le roi Idoménée, « embrassa [nt] Télémaque comme son propre fils », tente en vain de s’immiscer dans l’union enviable du disciple et du maître : « Allez, vivez, soyez heureux ensemble ; il ne me reste plus rien au monde que le souvenir de vous avoir possédés ici53. » Que penser d’une scénographie doctrinale où les représentations du contact physique (embrassements avec larmes) viennent régulièrement concrétiser les « marques d’amitié » ? Le texte de Fénelon est d’autant plus énigmatique que la langue classique conservait au vocabulaire de l’amitié et des soins un ensemble étendu de significations. Tout se passe alors comme si la fiction fabuleuse ramenait au sens littéral les métaphores d’embrassement propres aux textes de spiritualité54, mais en opérant à l’inverse des Dialogues des morts, quand Socrate déclare à Alcibiade :

  • 55 Fénelon, Dialogues des morts, XVI, OF, t. I, p. 326 (je souligne).

Mon amitié pour toi, non plus que ton beau naturel, ne sert qu’à ta condamnation. Je t’ai aimé pour la vertu : mais enfin je t’ai aimé jusqu’à hasarder ma réputation. J’ai souffert pour l’amour de toi qu’on m’ait soupçonné injustement de vices monstrueux que j’ai condamnés dans toute ma doctrine. Je t’ai sacrifié ma vie aussi bien que mon honneur. As-tu oublié l’expédition de Potidée, où je logeai toujours avec toi ? Un père ne saurait être plus attaché à son fils que je l’étais à toi. Dans toutes les rencontres des guerres j’étais toujours à ton côté. Un jour le combat étant douteux, tu fus blessé ; aussitôt je me jetai au-devant de toi pour te couvrir de mon corps, comme d’un bouclier55.

27En reprenant des éléments hérités des Vies de Plutarque, Fénelon s’efforce d’apparenter l’amour du maître à une vocation sacrificielle, selon un modèle christique également attesté dans les représentations de la royauté ; de même, l’épisode militaire de Potidée est tempéré par l’introduction du paradigme paternel, absent de la Vie d’Alcibiade, préservatif contre une lecture érotique de la relation pédagogique. Le Télémaque, en exaltant la figure protéiforme d’un maître qui est humain et divin, masculin et féminin, prédicateur et enchanteur, père, ami et mère tout ensemble, explore les limites d’une séduction de la doctrine par le jeu des images et des corps. Doctrine cristallisée en personnage, le maître Mentor est néanmoins soluble dans l’air : il disparaît, comme les « expériences sensibles » dont procède sa pédagogie ne sont jamais pour le duc de Bourgogne que des leurres agréables.

28En somme, les figures fictionnelles du maître affirment chez Fénelon leur capacité d’ambiguïté. On a souvent souligné que dans le Télémaque l’institution du prince avait pour revers un fantasme de meurtre, le meurtre du fils par le père, comme le signale le personnage si équivoque d’Idoménée, acharné à faire de Télémaque un étrange objet du désir (un fils de substitution, un ami). Dans les tableaux radieux de la fable, la représentation du maître et du disciple installe elle aussi les figures dans un clair-obscur qui est celui de l’amour. Aimer la vérité, aimer la vertu, aimer le maître : « faites-vous aimer d’eux », prescrivait Fénelon aux précepteurs d’enfants bien nés. Mais que signifie se faire aimer pour un maître fascinant qui fait corps avec le fabuleux ?

  • 56 J. Le Brun, « Le leurre de la lisibilité : Télémaque de Fénelon », art. cit., p. 82.

29Ce que révèlent sur ce point les voiles de la fiction, n’est-ce pas un paradoxe de la séduction, cet impensable de l’enseignement ? Le temps n’était pas encore venu des maîtres pervers de Sade (grand thuriféraire, au reste, de Fénelon) mais « la pédagogie fénelonienne, si raide au fond, si peu complaisante, repose tout entière sur une séduction de la part du pédagogue », et le Télémaque met en scène « une persuasion séductrice de la part de Mentor pour rendre l’élève capable de séduire à son tour les peuples qu’il commandera, cette persuasion faisant passer par l’amour du maître le trajet qui conduit de l’erreur au vrai56 ». Ferme et flottante, la figure du maître donne asile à une fantasmatique de la filiation, dessine un horizon périlleux de la relation pédagogique. Né de l’intrication d’une pensée religieuse et d’un imaginaire rhétorique, le Mentor de Fénelon est-il un maître à penser ? Plutôt un maître à déchiffrer, c’est-à-dire, au fond, un maître à rêver.

Notes

1 Voir le Mémoire sur l’éducation des ducs de Bourgogne, d’Anjou et de Berry (1696) dû au marquis de Louville, dans Fénelon, Œuvres complètes, éd. Ch. Gosselin, t. VII, Paris, Leroux et Jouby, 1852, p. 519-523.

2 Fénelon, Fragments d’un mémoire adressé au P. Le Tellier (février 1710), ibid., p. 665.

3 Sur les circonstances de composition et de publication du Télémaque, voir la notice de J. Le Brun dans Fénelon, Œuvres, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1983-1998, t. II, p. 1241-1250. Cette édition des Œuvres sera désignée par OF. Sur les autres fictions pédagogiques, voir ibid., t. I, p. 1291-1298.

4 Fénelon, Dialogues des morts, XVII-XVIII, OF, t. I, p. 324-340.

5 J. Le Brun, « Le leurre de la lisibilité : Télémaque de Fénelon », Cahiers de lectures freudiennes, no 7-8, octobre 1985, p. 85.

6 Voir H. Hillenaar, Le Secret de Télémaque, Paris, PUF, coll. « Le texte rêve », 1994, p. 38-52.

7 J. Le Brun, « Le Télémaque de Fénelon : fable et spiritualité », in La Jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Genève, Droz, 2004, p. 540.

8 N. Malebranche, Méditations chrétiennes et métaphysiques, II, art. XV, Œuvres, éd. G. Rodis-Lewis, Paris, Gallimard, coll. « Pléiade », 1979-1992, t. II, p. 209.

9 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, VI, OF, t. II, p. 90.

10 Voir B. Papàsogli, « Pour et contre la lecture : paradoxes du Télémaque », Littératures classiques, no 70, 2010, p. 315-330.

11 Chez Fénelon, la suprématie de la communication orale de la doctrine sur la transmission écrite répond certes à une tradition platonicienne mais surtout à une ecclésiologie de la parole : voir sa lettre à l’évêque d’Arras (1707) sur la lecture de l’Écriture sainte (Fénelon, Correspondance, éd. J. Orcibal, t. XII, Genève, Droz, 1990, p. 272 sq.).

12 B. Papàsogli, art. cit., p. 321-322.

13 J. Le Brun, « Les Aventures de Télémaque, destins d’un best-seller », Littératures classiques, 70, 2010, p. 134.

14 Fénelon, Dialogues des morts, XVI, OF, t. I, p. 324.

15 Ibid., XVIII, p. 336.

16 Fénelon, Les Aventures d’Aristonoüs, OF, t. I, p. 249 (il s’agit d’Aristonoüs).

17 Id., Les Aventures de Télémaque, II, OF, t. II, p. 21-22.

18 Ibid., p. 248. De même, l’ombre du roi Inachus témoigne de la fusion paradoxale entre la gravitas majestueuse et une grâce aérienne qui pourrait être celle de Vénus : « Tu le vois avec cette vieille si douce et si majestueuse : les fleurs naissent sous ces pas, sa démarche légère ressemble à celle d’un oiseau. » (Ibid., p. 253.)

19 Le lecteur sait d’emblée que Minerve « accompagnait Télémaque sous la figure de Mentor » (ibid., p. 3).

20 Ibid., p. 65. Voir E. Bury, « La paideia du Télémaque », Littératures classiques, 70, 2010, p. 77-78.

21 Voir par exemple une tragédie jésuite contemporaine, directement inspirée du Télémaque : Fr. Paulin, Idoménée (1700), éd. J.-Ph. Grosperrin, Toulouse, Société de Littératures Classiques, 2008, notamment p. xxxvi-xliv.

22 Marivaux, L’Éducation d’un prince (1754), Journaux et œuvres diverses, éd. F. Deloffre et M. Gilot, Paris, Bordas, coll. « Classiques Garnier », 1988, p. 518.

23 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, V, OF, t. II, p. 70 (je souligne).

24 B. Papàsogli, « Pour et contre la lecture : paradoxes du Télémaque », Littératures classiques, no 10, 2010, p. 325.

25 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, V, OF, t. II, p. 76-77.

26 Bibliothèque universelle des romans, septembre 1775, cit. dans R. Granderoute, Le Roman pédagogique, de Fénelon à Rousseau, Berne, Peter Lang, 1983, t. I, p. 58.

27 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, OF, t. II, p. 77.

28 Ibid., p. 142-143 (je souligne).

29 J.-B. Bossuet, Sermon sur la Parole de Dieu (1661), Œuvres oratoires, éd. J. Lebarq, Paris, Hachette, 1914-1926, t. III, p. 630.

30 Pour une analyse plus détaillée de ce passage, voir J.-Ph. Grosperrin, « La voix dans Les Aventures de Télémaque », Méthode !, 16, 2000, p. 100-102.

31 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, XVIII, OF, t. II, p. 324.

32 Ibid., IX, p. 134 (je souligne).

33 Id., Dialogues sur l’éloquence, II, OF, t. I, p. 36.

34 La catégorie de l’ethos dans la Rhétorique d’Aristote a trouvé un équivalent chez les Romains dans le mot mores, généralement rendu en français classique par mœurs, avec par conséquent une ambiguïté permanente sur cette notion. Pour Aristote, l’orateur persuade par son ethos, pour autant que celui-ci est une construction discursive, un effet des paroles ; il n’était donc pas question des « mœurs » véritables de l’orateur, qui fussent exprimées avec sincérité dans le discours. D’où le problème posé à l’éloquence chrétienne par une rhétorique de l’ethos : voir M. Le Guern, « L’ethos dans la rhétorique française de l’âge classique », in Stratégies discursives, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1978, p. 281-287.

35 Voir Quintilien, Institution oratoire, VI, ii, 9-12.

36 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, IX, OF, t. II, p. 143.

37 Cf. Matthieu, XXIII, 8-10.

38 Fénelon, Correspondance, éd. cit., t. XII, p. 283.

39 Id., Discours pour le sacre de l’Électeur de Cologne (1707), OF, t. II, p. 959-960.

40 Ibid., p. 962. Cf. Fénelon, Sermon pour la fête de saint Bernard, Œuvres complètes, éd. cit., t. V, p. 634 : « voyez Bernard. […] c’est une mère tendre qui se fait tout à tous, […] il a assez de tendresse pour en faire sentir à tous ».

41 Id., Les Aventures de Télémaque, IX, OF, t. II, p. 326 : « “[…] Il est temps que vous appreniez à marcher tout seul. Je ne me suis séparée de vous, en Phénicie et à Salente, que pour vous accoutumer à être privé de cette douceur comme on sèvre les enfants lorsqu’il est temps de leur ôter le lait pour leur donner des aliments solides.” À peine la déesse eut achevé ce discours qu’elle’éleva dans les airs et s’enveloppé d’un nuage d’or et d’azur, où elle disparut. »

42 Ibid., VI, p. 91.

43 Voir Quintilien, op. cit., VI, ii, 20.

44 Cicéron, Orator, XXVIII, 97.

45 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, VI, OF, t. II, p. 92 (je souligne).

46 Voir dans le présent volume la contribution de N. Cusumano.

47 Voir Quintilien, op. cit., VI, ii, 22-24.

48 Ibid., 14, trad. N. Gedoyn, De l’institution de l’orateur, Paris, G. Dupuis, 1719, p. 380.

49 Ibid., 12, p. 379.

50 OF, t. I, p. 115-116.

51 Fénelon, Les Aventures de Télémaque, IV, OF, t. II, p. 51.

52 Ibid., XVII, p. 308 : « Je n’ai plus ni bien, ni retraite, ni père ni mère, ni patrie assurée. Il ne me reste qu’un homme sage et vertueux, qui est le plus précieux don de Jupiter ».

53 Ibid., XVII, p. 309.

54 Voir par exemple OF, t. I, p. 750 : « il faut se jeter les yeux fermés, tête baissée, entre les bras de Dieu, comme d’un bon père ».

55 Fénelon, Dialogues des morts, XVI, OF, t. I, p. 326 (je souligne).

56 J. Le Brun, « Le leurre de la lisibilité : Télémaque de Fénelon », art. cit., p. 82.

Auteur

Maître de conférences en Littérature française des XVIIe et xviiie siècles à l’université de Toulouse, ses travaux se partagent notamment entre les formes du discours chrétien à la fin du XVIIe siècle (Fénelon, Bossuet) et l’esthétique tragique après 1680 (tragédie déclamée, opéra). Il s’est récemment intéressé à la fortune d’Idoménée au théâtre et aux opéras de Gluck. Il a exhumé une tragédie jésuite manuscrite : Fr. Paulin, Idoménée (1700), SLC, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540