Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du maître

 | 
Cristina Noacco
, 
Corinne Bonnet
, 
Patrick Marot
, 
et al.

Première partie. Le maître et la médiation du divin

Chapitre III. La relation entre maître et disciple dans le soufisme : une relation exigeante

Éric Geoffroy

Résumé

S’appuyant sur des fondements coraniques, la relation initiatique entre maître et disciple est constitutive de la démarche soufie : le parcours de la « Voie », qui mène de l’ego au Soi, est périlleux, car il révèle l’illusion et les projections dans lesquelles vit la conscience humaine ordinaire. Le cheikh soufi est donc un compagnon, un « accoucheur », un miroir du « maître intérieur », etc. En vérité, cette relation évolue en fonction du lieu et de l’époque ; puisant dans la complexe psychologie soufie, elle détermine des attitudes très variées.

Texte intégral

  • 1 Ibn ‘Arabî, Futûhât makkiyya, éd. Sader, 4 vol. , Beyrouth, s. d., II, 366.
  • 2 Le maître soufi est en général appelé shaykh ; en Iran et dans le sous-continent indien il porte l (...)

1« C’est par Dieu qu’on connaît les maîtres et non par les maîtres qu’on connaît Dieu1 », cette affirmation du grand soufi Ibn ‘Arabî (m. 1240) ne dispense pas le novice de se mettre en quête d’un maître. Le parcours de la Voie, c’est-à-dire le périple intérieur conduisant l’homme prisonnier de son ego à l’état potentiel de l’« Homme universel », comporte en effet trop de tribulations et de périls pour être accompli seul. Très tôt, les cheikhs ont recommandé aux aspirants de se placer sous l’obédience d’un guide spirituel (murshid)2. Un des premiers grands soufis, Abû Yazîd Bistâmî, disait en ce sens : « Qui n’a pas de guide a Satan pour guide ». « Sans éducateur, je n’aurais pas connu mon Seigneur », affirme un célèbre adage (law lâ al-murabbî ma ‘araftu rabbî). Le maître extérieur n’est que le miroir du « maître intérieur », du Soi vers lequel doit évoluer le soi, et le disciple éclairé peut trouver matière à enseignement dans toute la création. Il ne peut pour autant se passer d’un cheikh. Celui-ci s’impose par la situation d’exil dans laquelle se trouve l’homme ici-bas. Dans l’histoire du soufisme, même les saints « inspirés » ou extatiques ont eu un guide terrestre. Le novice qui prétend suivre la Voie sans maître est comme le malade qui veut se soigner sans médecin. Le cheikh est à la fois médecin des âmes, médiateur entre Dieu et l’homme, support de contemplation pour son disciple.

  • 3 Kharaqânî, Paroles d’un soufi, traduction du persan par C. Tortel, Paris, Le Seuil, 1998, p. 65.
  • 4 Ibn Al-Mubârak, Kitâb al-Ibrîz, Damas, 1983, I, 52.

2« Le rattachement à tel ou tel maître ne sert à rien » ; « il faut chercher seul et en soi-même3 » : ces formules abruptes de Bahâ’al-Dîn Naqshband ne doivent pas tromper, car elles ne visaient qu’à ébranler le conformisme qui sévissait dans le soufisme de son époque. Et si des disciples d’Ibn ‘Arabî ont vu dans la seule lecture de ses œuvres un support de réalisation suffisant, ce maître revient à plusieurs reprises sur la nécessité, pour le commun des aspirants, de prendre maître. Durant les premiers siècles de l’islam, remarque un cheikh, la fonction de maître éducateur ne s’imposait pas, car les musulmans étaient encore immergés dans la présence prophétique. Par la suite, ce sacerdoce est devenu nécessaire4.

3Le Coran lui-même invite le fidèle à interroger ceux qui sont « experts » en Dieu (25 : 59), et plus précisément les « gens du dhikr » (16 : 43). Les soufis invoquent souvent ce verset : « Voilà ceux que Dieu a dirigés. Conforme-toi donc à leur guidance » (6 : 90). « Le shaykh a le même rang parmi les siens que le prophète dans sa communauté » affirmait le Prophète. Le terme shaykh signifie également ici « chef », « ancien », mais un sens n’exclut pas l’autre. Les cheikhs assument donc la direction spirituelle qu’exerçaient les prophètes dans leur communauté, mais ils ne sont que les substituts du Prophète, qui est lui-même le Maître des maîtres. Comme l’énoncent notamment Ghazâlî et Suhrawardî, la relation qui unit le cheikh et son disciple est à l’image de celle qu’entretenait le Prophète avec ses Compagnons. Le spirituel musulman ne peut espérer médiateur plus accompli que le Prophète, qui affirmait : « C’est mon Seigneur qui m’a éduqué, et Il a parfait mon éducation ».

  • 5 Sur le sens soufi de ce passage coranique, voir É. Geoffroy, Le soufisme – Voie intérieure de l’is (...)
  • 6 Suhrawardî, ‘Awârif al-ma ‘ârif, Beyrouth, Dâr al-kitâb al-‘arabî, 1983, p. 409 ; ‘Abd Al-Qâdir Jaz (...)
  • 7 Ghazâlî, Ihyâ’ ‘ulûm al-dîn, Beyrouth, Dâr al-ma ‘rifa, 1983, III, 65.

4La relation de maître à disciple trouve un autre archétype dans la rencontre de Moïse avec Khadir, ce personnage énigmatique, initiateur des prophètes et des saints. Dans le récit qu’en fait le Coran (18 : 65-82), Moïse montre tant d’impatience à saisir le sens du comportement de Khadir que celui-ci décide de prendre congé de lui5. Ce message doit servir de leçon à tout novice : la relation initiatique est fondée sur la soumission totale du disciple au maître6. Le but n’est pas d’asservir le disciple, mais de le rendre « transparent », afin qu’il puisse être investi par l’état spirituel de son maître. L’ego du novice, en effet, s’érigeant en perpétuel interrogateur – pourquoi ceci, comment cela ? –, fait obstacle à la lumière et à l’amour divins qui effusent de son maître. « L’aspirant doit être entre les mains de son cheikh comme le cadavre entre les mains du laveur de morts » : cette formule attribuée à Sahl Tustarî se retrouve dans tous les livres de soufisme. Ghazâlî emploie une autre image : le disciple doit s’attacher à son maître « comme l’aveugle qui marche au bord d’un fleuve7 ».

Une vénération excessive ?

5Pour que cette soumission au cheikh soit efficiente, le disciple doit être convaincu que son maître est parvenu à la perfection spirituelle. Il doit le considérer comme un pôle, un aimant autour duquel il est comme en orbite. C’est en ce sens que de nombreux cheikhs laissent entendre que le maître est la véritable qibla (direction de La Mecque). Certaines voies ont d’ailleurs mis au point des techniques d’« orientation » du disciple vers son cheikh. Chez les Naqshbandis, la râbita établit un « lien » d’amour, qui crée une sorte de communication « télépathique » entre l’un et l’autre : le disciple se concentre mentalement sur l’image de son cheikh pour arriver à un état de ravissement extatique (jadhba) qui l’arrache à ce monde. Les exotéristes, et même certains soufis, reprochent à cette méthode de confiner à l’idolâtrie, car lorsque le disciple se figure intérieurement son cheikh tout en invoquant Dieu, est-ce qu’il n’« associe » pas (shirk) un être humain à la divinité ? Les défenseurs de la râbita invoquent des versets coraniques : « Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et recherchez les moyens d’aller vers Lui ! » (Cor. 5 : 35) ou « Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et soyez avec les êtres véridiques ! » (Cor. 9 : 119). Ils s’appuient encore sur ce hadîth : « Les meilleurs d’entre vous sont ceux qu’on ne peut voir sans se souvenir immédiatement de Dieu ».

  • 8 Ibn ‘Ata’ Allâh, La sagesse des maîtres soufis, traduction et commentaires d’É. Geoffroy, Paris, Gr (...)

6La vénération du soufi pour son cheikh n’est qu’un support, qui témoigne de celle qu’il porte au Prophète, et de l’adoration qu’il voue à Dieu. Pour autant, les critiques des exotéristes se conçoivent aisément lorsqu’elles visent des disciples se prosternant devant leur cheikh, ce qui a dû se produire. Les maîtres authentiques condamnent également ce type de comportement, même s’ils peuvent en justifier la symbolique ; ils rappellent que le guide spirituel n’est que « prémuni » (mahfûz) contre les péchés, tandis que le prophète jouit de l’impeccabilité (‘isma). Les exotéristes ont critiqué une autre attitude qui prête à équivoque, et qui n’est apparue que vers le XVIIe siècle, « l’extinction du disciple dans le maître » (al-fanâ’fî l-shaykh). Les soufis y voient un prélude à l’extinction de l’être humain dans le Prophète (al-fanâ’fi l-rasûl) et, au-delà, en Dieu (al-fanâ’fî Llâh). Par l’amour qu’il lui porte, le disciple en arrive à s’annihiler en son maître. Tel est le but de la relation initiatique, qui doit permettre l’osmose entre maître et disciple, le transfert de l’état spirituel du premier sur le second. « Je t’ai pris pour disciple uniquement afin que tu sois moi, et moi toi8. » Cela explique que, selon un apparent paradoxe, le « serviteur » (khâdim) d’un cheikh devienne parfois son successeur. Dans la pratique, le maître est au service de ses disciples. On le considère comme un être « sacrifié », car sa fonction spirituelle est lourde et réclame qu’il soit toujours disponible.

Un code de conduite réciproque

7L’aspirant doit observer un code de politesse spirituelle (adab) envers son maître, sur lequel insistent tous les traités de soufisme. Cet adab est d’abord d’ordre intérieur. Le disciple, par exemple, ne doit pas se rattacher à la légère à un maître éducateur, car il risquerait par la suite d’être amené à le dénigrer ; il ne doit rien lui cacher ; il ne doit pas scruter son état spirituel ou se poser des questions indiscrètes sur lui ou sa famille. L’adab implique aussi un comportement extérieur, qui reprend les règles que le Coran avait prescrites aux Compagnons : « Ô vous qui croyez ! N’anticipez pas sur l’instance de Dieu et de Son Envoyé ! » (49 : 1) ; « Ô vous qui croyez ! N’élevez pas la voix au-dessus de celle du Prophète » (49 : 3). Parmi ces convenances extérieures, relevons que le disciple ne doit pas tourner le dos à son cheikh, ni le regarder avec insistance : certains disciples, dit-on, n’ont jamais vu le visage de leur maître. Le disciple évitera aussi de parler à voix forte en présence de son cheikh, de rire avec excès, de lui faire des remarques et à fortiori de le contredire, sauf si celui-ci l’y invite, etc.

  • 9 Cheikh Khaled Bentounes, Le Soufisme cœur de l’islam, Paris, Pocket, 1999, p. 223.

8Le maître, en contrepartie, suit également un code de déontologie dans sa relation au disciple. Ce code est moins formel, moins explicite que celui qui oblige le disciple, et les traités de soufisme ne le mentionnent que rarement. Ainsi le cheikh ne doit pas chercher à multiplier autour de lui les novices, par l’ascendant et la séduction qu’il peut exercer sur les hommes ; il évitera donc d’attirer délibérément à lui les disciples d’un autre cheikh, sous prétexte que celui-ci a un rang spirituel inférieur au sien. Le disciple n’est pas sa possession, mais un « dépôt » que Dieu place entre ses mains. Il doit garder secret ce qu’il perçoit de son disciple, ainsi que les confidences qu’il en reçoit. Enfin, sa charge l’engage face à Dieu et doit susciter en lui une grande humilité. « Rapprochez-vous des maîtres qui disent : “Je sais que je ne sais pas” », confie le cheikh Bentounès9.

9Le véritable éducateur connaît les aptitudes de chacun de ses disciples et les traite donc de façon appropriée. Il doit se mettre à son niveau et, à l’exemple du Prophète, lui parler selon son degré de compréhension. Pour cette raison, il est déconseillé au novice de suivre un « ravi en Dieu » (majdhûb), aussi manifeste soit sa sainteté.

  • 10 Cf. notamment Coran 57 : 36-37, et 76 : 9.

10En principe, le cheikh ne reçoit aucune rétribution matérielle, car sa fonction est un service, une « aumône », comme le suggèrent plusieurs versets coraniques10. Aujourd’hui, un maître ayant charge d’âmes n’a généralement pas le temps de travailler ; ce sont alors ses disciples qui subviennent à ses besoins.

Un seul maître

  • 11 Sha‘rânî, al-Anwâr al-qudsiyya, Le Caire, Maktabat al-ma‘ârif, 1985, I, p. 187.

11Le disciple peut côtoyer plusieurs maîtres avant de s’attacher à l’un d’entre eux. Des affinités d’ordre très subtil semblent déterminer son choix, bien qu’en réalité l’aspirant ne choisisse rien : « Je t’attendais depuis dix ans », dit un maître à un novice qui se présentait à lui pour la première fois. Un malade suivant les traitements de plusieurs médecins a peu de chance de guérir. De même, le disciple animé d’une véritable aspiration spirituelle (himma) fera obédience à un seul maître. À l’instar de la paternité charnelle, la paternité spirituelle est exclusive. « Le disciple qui a deux maîtres est comparable à une femme qui est entre deux hommes » affirme un adage. Un cheikh osait cette comparaison : « De même que Dieu ne pardonne pas qu’on adore autre que Lui, l’amour que l’on porte à son maître ne permet pas qu’on associe à celui-ci un autre maître11. » Un soufi peut être affilié à plusieurs confréries, mais il n’aura de véritable lien initiatique qu’avec un seul maître.

12Pour certains, il ne convient pas à un disciple de se rendre chez d’autres maîtres que le sien sans sa permission ; d’autres au contraire encouragent leurs disciples à rencontrer tel ou tel cheikh. La règle, à cet égard, varie en fonction des époques et des milieux soufis. Parfois aussi un maître envoie un de ses disciples chez un autre cheikh, car il juge celui-ci plus apte à le faire progresser. Si le cheikh meurt avant que son disciple ait atteint la « réalisation » spirituelle, ce dernier doit prendre un autre guide. Mais le premier maître reste souvent irremplaçable et, après sa mort, son « entité spirituelle » (rûhâniyya) peut continuer à instruire un disciple avancé.

Une seconde naissance

  • 12 Ibn ‘Atâ’ Allâh, op. cit., p. 294-295.

13Comme dans toute initiation, l’adepte passe par le double processus de la mort et de la renaissance. Ce protocole ne peut être observé que sous la conduite d’un cheikh qui « éduque » le disciple du début à la fin. Après l’« enfance » du disciple viendra sa maturité, la « virilité » spirituelle (rujuliyya) : les femmes ont bien sûr accès à ce degré de réalisation12. Tous les novices, cependant, n’arrivent pas au bout de l’initiation. Avant même d’accepter de diriger une personne, le cheikh évalue donc si celle-ci présente les prédispositions nécessaires et si elle est prête à payer le prix de l’initiation. Selon Sha‘rânî, c’est là une condition nécessaire : il ne faut pas brader la Voie, dans l’intérêt même du disciple. Certains cheikhs éconduisent des aspirants, ou les font attendre. Par le passé, une période probatoire s’imposait, allant de quarante jours à trois ans, mais le maître était seul juge.

  • 13 Hujwirî, Somme spirituelle, Paris, Sindbad, 1988, p. 408 ; Sheikh ‘Arabî Darqawî, Lettres d’un maît (...)

14Après avoir accepté le novice, le cheikh met sa sincérité et sa volonté à l’épreuve. Shiblî, dont le père était chambellan du calife, se vit imposer par Junayd d’aller mendier pendant une année au bazar. Plus près de nous, le jeune ‘Arabî Darqâwî, également issu d’une famille noble, dut traverser la ville de Fès chargé de paniers de pruneaux. Pour des lettrés aussi distingués, la tâche était humiliante13. De la même façon, les maîtres exigeaient souvent que les novices abandonnent leurs livres, car tous ces acquis risquaient d’obstruer leur contact direct avec le monde spirituel. Il ne s’agissait nullement de renier la science exotérique mais de l’illuminer par la science intérieure.

  • 14 Sha‘rânî, Anwâr, op. cit., II, 160.

15Pour ceux qui s’engagent réellement sur la Voie, la période de noviciat peut être longue. Chez les Mevlevis, le nouveau venu devait passer mille et un jours au service de la communauté, pendant lesquels il se livrait à toutes sortes de tâches (nettoyage des lieux d’habitation, cuisine…). Certains maîtres sont les premiers à s’y plier. De nombreux textes soufis relatent que des aspirants ont pour la première fois vu le cheikh alors qu’il était en train de balayer les communs ou de laver les latrines de la zâwiya. Ghazâlî lui-même, la « preuve de l’islam », aurait effectué ces humbles besognes14.

  • 15 Ibidem, I, 173.

16Dans le passé, l’éducation (tarbiya) était parfois rigoureuse. On rapporte que tel maître frappait ses disciples avec un bâton, au point de leur rompre les os, ou les assoiffait jusqu’à ce qu’ils obtiennent l’« illumination » (fath). Tel autre envoyait son jeune disciple chez un cheikh lointain qui lui donnait une gifle salvatrice. Ces épreuves ne sont qu’un moyen, puisque l’éducation spirituelle n’a pas pour but d’épuiser le disciple, mais de le conduire à Dieu. C’est l’amour qui détermine la relation initiatique, « le disciple doit pouvoir jouir des paroles que lui adresse son cheikh autant qu’il jouit pendant l’acte sexuel15 ».

  • 16 Voir par exemple M. Chodkiewicz, « Les maîtres spirituels en Islam », Connaissance des Religions, (...)

17Père spirituel de son disciple, le cheikh demande parfois à celui-ci de considérer qu’il n’a plus de père biologique. Il est fréquent qu’un disciple avancé ressemble physiquement à son maître. Mais les images employées par les cheikhs évoquent plutôt la maternité, et ceux-ci manifestent à l’égard de leur entourage une miséricorde et une mansuétude proprement maternelles. Abû l-Hasan Shâdhilî se comparait à la tortue, qui élève ses petits par le regard. Le terme tarbiya (« éducation ») signifie « nourrir un enfant ». Le maître est souvent présenté comme une « mère nourricière » qui donne le sein, et le disciple accompli est décrit comme « sevré16 ». Un cheikh du XXe siècle donnait littéralement la bouchée à ses disciples. D’une manière générale, le maître « couve » ses disciples ; il se soucie souvent même des détails pratiques de leur vie.

  • 17 La sagesse des maîtres soufis, op. cit., p. 113.

18L’éducation spirituelle emprunte divers canaux. Seuls certains cheikhs délivrent un enseignement doctrinal explicite, car l’état spirituel du maître a plus d’efficience que sa parole ou sa plume. L’initiation se fait parfois à l’insu du disciple, par la vertu du silence, car « celui qui ne tire pas profit du silence des maîtres ne peut tirer profit de leurs paroles ». Le regard du maître prolonge en quelque sorte celui du Prophète sur ses Compagnons, qui a pour source le regard de Dieu sur Sa création : « Heureux ceux qui m’ont vu, et heureux ceux qui ont vu ceux qui m’ont vu. » Les grands saints du passé, dit-on, pouvaient par leur simple regard amener tel ou tel à la sainteté : « Par Dieu, dit Abû l-‘Abbâs Mursî, il me suffit de diriger une seule fois mon regard sur un être pour lui accorder la plénitude spirituelle17. » À la différence d’un simple « directeur de conscience », le cheikh transmet à ses disciples et, par leur intermédiaire, à toute la création le fluide spirituel (baraka) dont il est le dépositaire.

  • 18 Sha‘rânî, Durar al-ghawwâs, Le Caire, Dâr al-hudâ, 1985, p. 94.

19Si le maître soufi n’a pas vocation à enseigner la Loi exotérique, il s’y prête souvent car, dans bien des cas, il appartient au monde des ulémas. Un cheikh du XVIe siècle affirmait que le guide spirituel doit connaître tous les statuts de la Loi islamique, mais il entendait sans doute par là qu’il devait les connaître par « dévoilement » spirituel18. Selon les règles communes, le maître peut très bien n’avoir que des connaissances rudimentaires en matière de Sharî‘a ; sa qualification est d’un autre ordre…

Notes

1 Ibn ‘Arabî, Futûhât makkiyya, éd. Sader, 4 vol. , Beyrouth, s. d., II, 366.

2 Le maître soufi est en général appelé shaykh ; en Iran et dans le sous-continent indien il porte le titre de murshid ou de pîr.

3 Kharaqânî, Paroles d’un soufi, traduction du persan par C. Tortel, Paris, Le Seuil, 1998, p. 65.

4 Ibn Al-Mubârak, Kitâb al-Ibrîz, Damas, 1983, I, 52.

5 Sur le sens soufi de ce passage coranique, voir É. Geoffroy, Le soufisme – Voie intérieure de l’islam, Paris, Le Seuil, 2009, p. 99.

6 Suhrawardî, ‘Awârif al-ma ‘ârif, Beyrouth, Dâr al-kitâb al-‘arabî, 1983, p. 409 ; ‘Abd Al-Qâdir Jazâ’irî, Le Livre des haltes, trad. M. Lagarde, Leiden, Brill, 2001, I, p. 562-565.

7 Ghazâlî, Ihyâ’ ‘ulûm al-dîn, Beyrouth, Dâr al-ma ‘rifa, 1983, III, 65.

8 Ibn ‘Ata’ Allâh, La sagesse des maîtres soufis, traduction et commentaires d’É. Geoffroy, Paris, Grasset, 1998, p. 113.

9 Cheikh Khaled Bentounes, Le Soufisme cœur de l’islam, Paris, Pocket, 1999, p. 223.

10 Cf. notamment Coran 57 : 36-37, et 76 : 9.

11 Sha‘rânî, al-Anwâr al-qudsiyya, Le Caire, Maktabat al-ma‘ârif, 1985, I, p. 187.

12 Ibn ‘Atâ’ Allâh, op. cit., p. 294-295.

13 Hujwirî, Somme spirituelle, Paris, Sindbad, 1988, p. 408 ; Sheikh ‘Arabî Darqawî, Lettres d’un maître soufi, Milan, Arche, 1978, p. 19.

14 Sha‘rânî, Anwâr, op. cit., II, 160.

15 Ibidem, I, 173.

16 Voir par exemple M. Chodkiewicz, « Les maîtres spirituels en Islam », Connaissance des Religions, 53-54, 1998, p. 39-41.

17 La sagesse des maîtres soufis, op. cit., p. 113.

18 Sha‘rânî, Durar al-ghawwâs, Le Caire, Dâr al-hudâ, 1985, p. 94.

Auteur

Islamologue arabisant à l’université de Strasbourg, il enseigne également dans des institutions telles que l’université Ouverte de Barcelone et l’université Catholique de Louvain. Spécialiste du Soufisme et de la sainteté en islam, il travaille aussi sur les enjeux de la spiritualité dans le monde contemporain. Il a rédigé une vingtaine d’articles dans l’Encyclopédie de l’Islam 2 et 3, et est l’auteur de sept ouvrages scientifiques, dont Initiation au soufisme, Paris, Fayard, 2003 (en poche au Seuil sous le titre : Le soufisme, voie intérieure de l’islam, 2009), et L’islam sera spirituel ou ne sera plus, Paris, Le Seuil, 2009. Il dirige aussi des volumes collectifs ; parmi les plus récents : Abd el-Kader – Un spirituel dans la modernité (Albouraq, 2010) et Soufisme et spiritualités en contexte de postmodernité (revue Horizons Maghrébins no 65, 2012). Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en différentes langues.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540