Version classiqueVersion mobile

Fictions en quête d'auteur

 | 
Charline Pluvinet

Troisième partie. Négativité de l'auteur dans la fiction

Chapitre VIII. Infamie de l’auteur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’écrivain entretient un rapport essentiel avec la gloire. Il la cherche et désire par elle l’immortalité », note Raphaël Lellouche dans Borges ou l’hypothèse de l’auteur1. Cette réflexion s’appuie sur l’étymologie bien connue du mot « auteur » (bien qu’ici le terme soit remplacé par « écrivain »), emprunt au latin auctor, dérivé du verbe augere qui signifie « faire croître », « s’accroître », « augmenter2 ». Cet accroissement qui anime par essence l’auteur peut s’interpréter en deux sens. D’une part, « l’auteur est celui qui augmente le texte3 » : sur le modèle de Dieu, l’Auteur par excellence qui a créé l’univers, il fonde et développe une œuvre littéraire inédite qui s’ajoute à la Bibliothèque. D’autre part, par cette œuvre, la renommée de la personne elle-même se diffuse à travers le monde et les temps. En ce sens, les auctores désignaient « une classe d’écrivains considérés […] comme dignes de servir de modèles et de guides » : figures de référence, ils se portaient garants d...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search