Version classiqueVersion mobile

La faute dans l'épopée médiévale

 | 
Bernard Ribémont

Deuxième partie. Une culpabilité et une innocence qui se cherchent

Innocents ou coupables : les degrés de la culpabilité dans quelques chansons de geste tardives

Claude Roussel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’univers épique ne s’accommode guère de l’expression de la nuance ou de la demi-mesure : il apprécie au contraire les oppositions tranchées, un clivage ontologique entre le tort et le droit. On y est habituellement innocent ou coupable, de sorte que la notion de circonstance atténuante, tant sur le plan strictement juridique que d’un point de vue moral, paraît à la fois inadaptée et anachronique. Le cas du procès de Ganelon est à cet égard exemplaire. On peut certes, comme le fait ce dernier, réfuter l’accusation de trahison et revendiquer une vengeance privée légitime1, ou encore, selon la première réaction des barons, plaider l’acquittement au nom de considérations tactiques et politiques. Pourquoi en effet se passer des services d’un puissant seigneur, d’autant que rien ne rendra plus Roland ni les pairs ? Une fois cependant la culpabilité établie grâce au jugement de Dieu, dans un monde où « la vérité et la justice, le droit, s’établissent par l’épée2 », la sentence doit s’appl...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search