Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les failles de la mémoire

 | 
Françoise Dubosquet Lairys

Quatrième partie. Les oubliées de l'Histoire

Les nouvelles de María de Zayas : une tentative de comblement des failles de la mémoire collective

Eva Tilly

Texte intégral

1Dans le cadre de ce colloque qui s’intéresse aux failles de la mémoire, je propose de m’attarder sur l’œuvre narrative de María de Zayas, une auteure du Siècle d’Or, dont l’orientation des écrits fut considérée par nombre de critiques comme féministe. Elle brosse dans ses nouvelles « cortesanas » le portrait d’une société qui octroie aux hommes tous les pouvoirs, alors que les femmes ploient sous les devoirs. Au fil de ses récits, apparaissent, en filigrane ou très clairement, les critiques qu’elle porte à l’égard de la société qui est la sienne. L’opinion commune, qui ne cesse de vilipender les femmes en les accusant de tous les maux, ne se serait-elle pas construite à partir des voix et des écrits d’autorités masculines peu enclines à l’objectivité, ou même à la moindre clémence envers ce « sexe faible » ? Les hommes investis d’une mission protectrice auprès des femmes, dont ils sont censés contenir les pulsions et diriger les esprits prompts à se laisser corrompre, sont-ils dignes de ce rôle ? Ce rôle a-t-il d’ailleurs lieu d’exister ? Les femmes, que l’Histoire s’empresse trop souvent d’oublier ou de cantonner à la sphère privée, ne contribuent-elles pas elles aussi à sa construction ? N’y a-t-il pas de femmes dignes d’éloges, ayant laissé des traces dans l’Histoire ? María de Zayas soulève le problème de la mémoire sélective. Quelles sont les règles de cette sélectivité et ses effets sur la remémoration du passé collectif ainsi que sur l’histoire du présent ? Cette sélectivité est-elle spontanée ou est-elle induite par les groupes sociaux en situation de pouvoir ? Après avoir rappelé les écrits de quelques penseurs qui ont contribué à forger l’image des femmes au fil du temps, je tenterai de montrer de quelle façon elle s’oppose à cette opinion en créant des personnages masculins, pourvus des nombreux défauts dont la mémoire collective affuble les femmes. Enfin, je montrerai comment elle investit ses personnages féminins de la lourde tâche de rétablir l’honneur des femmes en construisant des figures féminines dotées de nombreuses vertus tout en restant cependant limitée par les normes de sa société.

2Dans La génération des animaux, Aristote affirme l’infériorité physique de la femme, et en fait découler son infériorité intellectuelle et sa nécessaire soumission à l’homme. La femme apparaît comme un mâle imparfait, un mâle castré, une sorte d’erreur de la nature. Quand la démonstration d’Aristote s’appuie sur une thèse médicale, l’Église fonde son jugement sur le péché commis par Ève. La position de l’Église oscille entre méfiance et respect, Marie reste la seule véritable figure féminine qui puisse prétendre aux éloges et à l’accès au Salut. Si les principes fondamentaux du christianisme considèrent que l’âme est ce qui confère à la créature humaine sa dignité, il ne devrait pas y avoir de différences entre l’âme d’un homme et celle d’une femme. Une apparente contradiction est soulignée dans les écrits de saint Paul qui, s’il commence par affirmer l’égalité de toutes les créatures humaines devant Dieu grâce à la foi : « Il n’y a ni Juif ni Grec…, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme : car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus » (Épître aux Galates III), précise également que ce n’est pas l’homme qui a été créé pour la femme mais la femme pour l’homme (I Co, 11) :

Que les femmes soient soumises à leur mari comme au Seigneur ; en effet, le mari est chef (la tête) de sa femme comme le Christ est chef de l’Église, lui, le Sauveur du corps. Or, l’Église se soumet au Christ ; les femmes doivent donc, et de la même manière, se soumettre en tout à leurs maris.

  • 1 Delumeau J., La Peur en Occident, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1978, p. 405.

3La soumission de la femme à l’homme doit également se manifester dans son absence de prise de parole en public, dans l’instruction, et dans l’accès au savoir : « Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis de prendre la parole ; qu’elles se tiennent dans la soumission comme la loi elle-même le dit. » (I Cor. XIV, 34) ; « Je ne permets pas à la femme d’enseigner et de gouverner l’homme » (I Tim. II, 11-12). Saint Paul s’inscrit dans l’androcentrisme1 de son temps et place le salut de la femme dans la maternité. Jean Chrysostome (349-407), quant à lui, confère au mariage l’intérêt de réguler les pulsions sexuelles, mais suggère la perversité des femmes responsables de la perte de l’humanité. Saint Augustin admet que toute créature humaine possède une âme asexuée mais un corps sexué : l’homme est à l’image de Dieu mais le corps de la femme constitue un obstacle à l’exercice de la raison. Saint Thomas d’Aquin reprendra ces idées en les menant plus loin encore : « La femme a besoin du mâle non seulement pour engendrer, comme chez les autres animaux, mais même pour se gouverner : car le mâle est plus parfait par sa raison et plus fort en vertu. » Le Malleus maleficarum, écrit principalement par Henri Institoris, publié en 1486 à Strasbourg, et qui connut une large diffusion, propose une sorte de condensé de tous les maux que la femme représente : Ève est la mère du péché ; la femme est l’arme du Diable ; la femme est ministre de l’idolâtrie ; elle est « insensée », « criarde », « inconstante », « bavarde », « ignorante » ; la femme apparaît comme un suppôt de Satan. Juan Luis Vives (1492-1540) et Fray Luis de Léon (1527-1591) s’occupèrent de concevoir des traités d’éducation de la femme : Luis Vives admet l’accès à l’éducation pour les femmes, mais strictement au sein de la sphère privée, et parce que l’éducation les empêche de tomber dans le vice. Mais trop d’instruction ne peut qu’entamer la pudeur qui représente la seule véritable richesse des femmes. Fray Luis accuse la femme d’être frivole et précise que la nature veut que les femmes restent enfermées, qu’elles ne parlent pas : elles ne sont pas faites pour l’étude des sciences mais pour les tâches domestiques : la nature limite leur entendement, leurs paroles et leurs facultés de raisonnement. Comme le dit Catherine Barbazza :

  • 2 Barbazza M-C., « L’éducation féminine en Espagne au XVIe siècle : une analyse de quelques traités (...)

pour tous les moralistes et théologiens du XVIe siècle, l’être féminin est faible, influençable, irresponsable, enclin au mal. C’est un être inférieur qu’il faut surveiller, soumettre à une éducation sévère afin de lui apprendre l’honnêteté et la vertu : la faiblesse féminine nécessite une tutelle masculine2.

  • 3 Astete G. de, Tratado del gobierno de la familia y estado de las viudas y doncellas, Burgos, 1597.

4Le Père Astete3 pense même que la lecture n’est pas un apprentissage indispensable. L’écriture quant à elle n’est pas appropriée aux capacités féminines :

  • 4 Ibid., citation extraite de l’article précédemment cité de Marie-Catherine Barbazza. « La mujer no (...)

La femme n’a pas à gagner sa pitance en écrivant ou en s’intéressant à la littérature, elle n’a pas à se promouvoir par la plume. Au contraire, alors que les hommes atteignent la gloire grâce à l’usage de la plume, les femmes, elles, l’atteignent en maniant le fuseau, le rouet et en s’appliquant sur leur quenouille. Telles sont les armes dont l’Esprit Saint a doté la femme forte4.

5… et peut même apparaître comme dangereuse puisqu’elle permettrait la diffusion d’une pensée féminine…

  • 5 Le Goff J., Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, coll. « folio histoire », 1997, p. 10.
  • 6 Fahmi-Eid N., « L’histoire des femmes. Construction et déconstruction d’une mémoire sociale », Soc (...)
  • 7 Ibid., p. 22.
  • 8 Ibid., p. 23.
  • 9 Lerner G., The creation of feminist Counsciousness from the middle age to eighteen seventy, Oxford (...)

6Ces idées sont exprimées à travers des écrits masculins : ces voix qui s’élèvent pour rappeler à tous que la femme est un être faible, inférieur, dangereux qu’il faut soumettre, sont bien des voix masculines, les seules à pouvoir s’exprimer. Ces voix sont celles qui ont contribué à construire la mémoire collective. María de Zayas, auteure de fiction, inscrit ses nouvelles dans une intention didactique. Elle n’est pas historienne et ne prétend pas l’être, mais ses revendications « féministes » correspondent à des préoccupations partagées à son époque : nous pouvons rappeler par exemple le mouvement de la querelle des femmes, mouvement des milieux intellectuels des trente premières années du XVIe siècle, attaché à la revendication de la nécessité de l’affection réciproque dans le mariage. Comme le dit Jacques Le Goff, l’histoire reste « un arrangement du passé, soumis aux structures sociales, idéologiques, politiques dans lesquelles vivent et travaillent les historiens5 ». Ne pourrait-on adapter cette analyse à la situation de l’auteure ? Depuis sa condition de femme, espagnole, vivant au XVIIe siècle, dans une société qui adhère au discours collectif misogyne, elle fait ressurgir du passé, dont la mémoire est si présente, toutes les opinions qui salissent impunément la réputation des femmes. María de Zayas se donne comme objectif de souligner que l’histoire et sa mémoire sont construites par les voix des plus forts, celle des hommes. Si comme le dit Le Goff, l’histoire opère un tri6, en ce qui concerne l’histoire des femmes et la mémoire des femmes, le tri ne fut pas difficile à opérer au sein de ce consensus, de cette seule voix masculine, de cette « amnésie collective ». María de Zayas tente de s’opposer aux oublis de l’Histoire et de la mémoire des hommes en écrivant la réalité (sa réalité ?) de ce groupe « marginal » que représentent les femmes. Si « la mémoire d’un groupe reflète le pouvoir dont ce dernier dispose dans une société donnée7 », est-ce à dire que les femmes n’ont jamais disposé d’aucun pouvoir pour que la mémoire collective n’ait gardé d’elles que cette somme d’images dévalorisantes ? María de Zayas, produit de son époque, évoque des temps passés, un lointain âge d’or durant lequel les hommes respectaient les femmes. Si « la transcription historique de la pensée et de l’expérience des femmes est le lieu et l’enjeu d’une véritable lutte de pouvoir entre les sexes8 », María de Zayas décide de mener cette lutte, à sa manière, en écrivant des histoires, des nouvelles qu’elle nomme des « maravillas » pour laisser une trace de la pensée d’une femme dans l’Histoire. Ses écrits nourris de sa révolte et de son sentiment de profonde injustice pourraient constituer les prémisses d’un premier « féminisme » si l’on considère avec Gerda Lerner9 ce que put être ce « féminisme » : les femmes qui développent cette conscience seraient celles qui reconnaissent qu’elles appartiennent à un groupe de subordonnés, que ce groupe a subi et continue de subir nombre d’injustices, que cette condition de subordonnées n’est pas naturelle mais socialement déterminée, qu’elles doivent décider de s’unir à d’autres femmes pour réparer ces injustices. Ces femmes, chez qui cette conscience est présente, décident, comme le fait María de Zayas, de proposer une vision sociale différente de celle qui leur est imposée. La vision que propose l’auteure, dans ces nouvelles, inverse les valeurs communément admises, et tente de combler les failles de la mémoire construite par ce qu’elle juge être l’iniquité et la malveillance des hommes. Afin de mener à bien son projet de rétablissement de l’honneur des femmes, l’auteure crée des personnages masculins indignes de toutes les qualités dont l’histoire et la mémoire collective les ont parés, et des personnages féminins qui, bien qu’enfermés dans le carcan de leur société, tentent d’exister ou du moins de laisser une trace digne dans l’histoire humaine.

  • 10 Zayas M. de, Obra narrativa completa, Madrid, Fundación José Antonio de Castro, edición de Ruiz-Ga (...)

7María de Zayas renverse les valeurs : si la femme est associée dans la mémoire collective à une prostituée, une diablesse, ou à une sorcière, les nouvelles de l’auteure donnent une image diabolique des hommes. Dans Aventurarse perdiendo, Celio, « le plus savant dans l’art de la tromperie10 » séduit Jacinta, mais lui annonce que son souhait est de devenir prêtre. Il envisage de poursuivre un commerce charnel avec elle mais lui annonce qu’il ne l’épousera jamais. Celio, qui brigue la prêtrise, déshonore une jeune veuve et se propose de poursuivre une relation qui promet à la jeune femme une mort sociale certaine, ne revêt-il pas l’apparence du Diable en offensant Dieu ? Dans El desengaño amando y premio de la virtud, la liberté de l’homme aimé, l’inconstance de l’amant, réel leitmotiv des écrits de María de Zayas, provoque le désespoir de l’épouse.

8La liberté de l’homme qui se soustrait à ses obligations morales, qui se permet d’échapper à l’ordre social, lui-même dépendant de l’ordre divin, ne se comporte-t-il pas comme un être diabolique ? Dans El jardín engañoso, don Jorge veut obtenir les faveurs de Constanza, jeune femme mariée. Excédée par ses avances irrespectueuses, elle lui lance un défi qu’il ne pourra relever, elle en est certaine : elle lui demande de lui construire un jardin en une nuit. Don Jorge signe alors un pacte avec le Diable afin qu’il l’aide dans cette lourde tâche. À nouveau, le personnage masculin est celui qui tente de séduire le personnage féminin et de l’entraîner dans la perdition : le contrat passé avec le Diable apparaît très explicite. L’homme diabolique veut dévoyer une femme engagée par un lien sacré auprès d’un époux. Dans La inocencia castigada, doña Inés est poursuivie par les assiduités de don Diego. Devant l’indifférence de la jeune femme, don Diego fait appel à un magicien maure. Dans cette nouvelle aussi, un homme, soumis à ses instincts est associé à l’hérésie, à l’ennemi de la foi catholique. Dans Amar sólo por vencer, un homme qui souhaite séduire une jeune fille, se déguise en femme afin d’entrer à son service. Après avoir été pendant un an la « camériste » de Laurela, Estefania lui avoue qu’elle est en fait un homme, que son véritable nom est Esteban et que la jeune fille doit s’offrir à lui : il la menace de révéler la supercherie à ses parents, lesquels, selon lui, ne pourront croire en son innocence. Laurela, au bord de l’évanouissement compare son bourreau à un animal, un monstre, un serpent. La comparaison de cet homme, machiavélique, avec un serpent peut rappeler au lecteur l’épisode de la Genèse. Alors que la femme reste dans l’imaginaire collectif la grande coupable de la chute de la créature humaine, María de Zayas associe le serpent, le Mal, le monstre (mot également employé par Aristote) à l’homme. Esteban, afin de parvenir à ses fins immorales et de tromper l’innocente jeune fille, a utilisé le leurre, le travestissement, les armes du Diable. Dans La perseguida triunfante, Beatriz est l’épouse du roi de Hongrie. Lorsque celui-ci part faire la guerre, son frère, Federico, assaille la reine de ses avances. Afin de protéger son honneur, Beatriz décide d’enfermer son beau-frère dans une cage comme s’il s’agissait d’une bête sauvage.

9Les portraits masculins que brosse l’auteure ressemblent fort aux images féminines créées par les hommes au fil des siècles. Les personnages féminins des nouvelles de María de Zayas tendent en revanche à construire ou plutôt reconstruire l’honneur des femmes.

10Dans La fuerza del amor, Laura est un modèle de constance tandis que son époux don Diego la trompe avec une ancienne maîtresse. Laura souligne l’inanité du mariage lorsque le mari est volage et versatile :

  • 11 Zayas M. de, Obra narrativa completa, op. cit., p. 217, « ¿Dónde se hallará un hombre verdadero ? (...)

Où trouver un homme digne de ce nom ? Chez qui les sentiments durent-ils plus d’un jour, en particulier chez ceux qui se sentent aimés de retour ? ; c’est qu’ils semblent oublier bien vite leur amour, laissant croître leur liberté et leur aversion envers l’être aimé. La femme qui croit en eux est bien malheureuse, car elle trouvera finalement le paiement de son amour comme je le trouve à présent11.

  • 12 Ibid., p. 247, «Ya tengo dueño, justo o injusto el cielo me lo dio, mientras no me lo quitare, le (...)

11L’épouse fidèle ne reçoit en retour que le mépris, la tromperie, mais aussi la violence et les coups lorsqu’elle ose émettre une plainte. Dans El desengaño amando y premio de la virtud, doña Clara souhaite rester fidèle à son époux alors que celuici fréquente une autre femme. Respectant le lien sacré du mariage, la jeune femme se refuse à rompre son engagement : « J’ai déjà un époux, juste ou injuste, c’est le Ciel qui me l’a donné, et tant qu’il ne me le reprendra pas, je resterai fidèle à la promesse que je lui ai faite12. » Les revendications de l’auteure sont exprimées clairement lorsqu’elle dit :

  • 13 Ibid., p. 217-218, «¿Por qué, vanos legisladores del mundo, atáis nuestras manos para las venganza (...)

Pourquoi, vains législateurs du monde, entravez-vous nos mains lorsqu’il s’agit de nous venger, annihilant nos forces avec vos fausses opinions puisque vous nous interdisez l’accès aux lettres et aux armes ? Notre âme n’est-elle pas la même que celles des hommes ? Car si elle confère au corps une quelconque valeur, qui peut obliger notre âme à tant de faiblesse ? J’affirme que si vous compreniez que nous sommes aussi dotées de courage et de force morale, vous ne nous abuseriez pas comme vous le faites. Et de cette façon, puisque vous nous soumettez dès notre naissance, vous affaiblissez notre force morale par la crainte de l’honneur et notre entendement par la réserve de la pudeur en nous imposant des rouets et des quenouilles au lieu de nous donner des épées et des livres13.

12En faisant allusion à Aristote, María de Zayas insiste sur le fait que les âmes féminines et masculines sont égales, que les personnes qui détiennent le pouvoir sont les hommes injustes, que les femmes ne sont pas faibles par nature mais parce qu’elles sont éduquées de cette façon, parce qu’on ne leur apprend pas à se défendre tant intellectuellement que physiquement. Se moquant de l’opinion d’Aristote, elle fait remarquer :

  • 14 Ibid., p. 478, «Toda la carga de las culpas es al sexo femenil, como si no fuese mayor la del homb (...)

Le sexe féminin porte le poids de toutes les fautes, comme si celles des hommes n’étaient pas plus grandes puisqu’ils se présentent comme la perfection de la nature. En effet, le délit le plus grave n’est-il pas commis par celui qui est parfait et non par celui qui est imparfait ; l’égarement de l’intelligent n’est-il pas plus impardonnable que celui du sot ? Ainsi est-il bien que l’on sache que, de même qu’il existe des femmes légères, il existe aussi des hommes changeants, des femmes intéressées et des abuseurs, des femmes libres et des hommes cruels, et finalement, à bien y regarder, la faute des femmes ce sont les hommes qui en sont la cause14.

13Accuser les femmes de tous les maux est une habitude chez les hommes depuis des siècles, ces hommes qui détiennent le pouvoir de diffusion de leur opinion par les écrits et par le droit à la parole en public :

  • 15 Ibid., p. 478, « que han dado los hombres en una opinión, por no decir en una flaqueza [notons l’i (...)

Les hommes ont pris l’habitude, par faiblesse, de dire du mal des femmes, dans leurs discours et dans leurs écrits, comme si en tout temps il n’y avait pas eu de tout : des femmes bonnes et des hommes bons mais aussi des méchantes et des méchants. Cependant, on ne peut lire un livre ou voir une comédie qui mettent en scène une femme innocente ou un homme faux15.

14L’auteure exprime donc l’idée suivante : les hommes ont pris l’habitude de malmener la réputation des femmes. Cette remarque est répétée dans La inocencia castigada par un personnage masculin du cadre narratif :

  • 16 Ibid., p. 571, «Lo cierto es – replicó don Juan – que verdaderamente parece que todos hemos dado e (...)

Il est certain que nous sommes tombés dans le vice de dire du mal des femmes, comme dans celui de prendre du tabac. Si on demande aux hommes pourquoi ils prennent du tabac, ils répondent que c’est l’usage et tiennent leur blague à tabac plus près d’eux que leur rosaire ou leur livre d’heures ; de la même façon lorsqu’on leur demande pour quelle raison ils disent du mal des femmes, ils répondent que c’est l’usage16.

15Face à ces aveux d’irrespect, María de Zayas prend le droit de s’exprimer et de répandre grâce à ses textes son opinion : elle souhaite mettre en garde les femmes contre les comportements masculins et affirme l’objectif didactique de ses nouvelles, tentant de cette façon de laisser une trace dans l’histoire d’une mémoire féminine qui puisse être utile à ses contemporaines mais aussi aux générations futures :

  • 17 Ibid., p. 501, « Vean ahora las damas de estos tiempos si con el ejemplo de las de los pasados se (...)

Que les dames de notre époque considèrent si, face aux exemples des dames du passé, elles trouvent le courage de faire confiance aux hommes, même s’il s’agit de leurs maris et si elles ne préfèrent pas perdre leurs illusions en comprenant que celui qui dit les aimer davantage les hait, celui qui les flatte le plus les trahit et celui qui montre le plus d’estime pour elles les méprise et celui qui paraît éperdu d’amour finit par leur donner la mort, les hommes agissent tous de la même façon avec les femmes. Alors mesdames, perdons nos illusions, préoccupons-nous de notre réputation, que les hommes meurent dans nos mémoires, car nous avons davantage d’obligations envers nous-mêmes qu’envers eux17.

16Ne s’agit-il pas dans cette phrase de tenter de rappeler tous les cas de femmes abusées, et d’utiliser tous ces témoignages afin de construire une autre image des hommes, afin de prévenir les femmes ? Lorsque l’auteure évoque la mémoire féminine qui doit effacer l’image masculine falsifiée par les détenteurs du pouvoir, il s’agit bien d’être capable de se détacher de cette image construite par la mémoire collective, image masculine laudative qui ne correspond pas à la réalité selon l’auteure : les hommes doivent donc mourir dans les mémoires féminines afin que leur jugement s’appuie sur les expériences réelles des femmes et non sur les écrits masculins, dont la finalité n’est que de discréditer les représentantes du « sexe faible ». Le projet de l’auteure est bien de renverser les opinions distillées par la mémoire collective :

  • 18 Ibid., p. 575-576, «Los hombres fueron los autores de los engaños; historias divinas y humanas nos (...)

Les hommes furent les auteurs des tromperies ; les histoires divines et humaines nous le disent, et même si je suis en mesure d’en citer quelques-unes, je ne le souhaite pas, car je veux que l’on dise de moi que je détrompe les femmes et non que je m’occupe de scholastique car, puisque les hommes ont usurpé ce nom en nous rendant plus féminines que ce qui était prévu par la Nature, car si elle nous a attribué une certaine fragilité, des cœurs tendres, au moins nous a-t-elle dotées d’une âme aussi capable que celle des hommes. Donc, qu’ils jouissent de leur empire bien qu’ils l’aient acquis tyranniquement ; moi, je ferai en sorte d’éviter de parler de questions de théologie et de philosophie18.

  • 19 Ibid., p. 507, «como hacen los moros a los cristianos que han de servir donde hay mujeres, que los (...)

17María de Zayas tente de modifier le souvenir collectif de l’histoire en soulignant que ce sont les hommes qui trompent et non les femmes, qu’ils ont usurpé les qualités qui font d’eux les détenteurs du pouvoir absolu, qu’ils se comportent comme des tyrans alors que les différences entre les hommes et les femmes ne sont que physiques et en aucun cas intellectuelles. Afin d’étayer son propos, l’auteure rappelle les noms de femmes qui ont joué un rôle dans l’Histoire, même si ce fut parfois dans l’ombre d’un homme : Isabel Clara Eugenia de Austrias auprès de laquelle le roi Felipe II, son père, prit ses conseils ; la comtesse de Lemos, éminente latiniste ; doña Eugenia de Contreras, religieuse au couvent de Santa Juana de la Cruz, qui faisait l’admiration de tous par sa connaissance du latin, de la grammaire et de la théologie ; doña María Barahona et doña Ana Caro, auteures de vers et de textes en prose reconnues. Cette liste de noms sert le propos de l’auteure qui loue ces personnages féminins en disant qu’elles méritent la reconnaissance de l’Histoire : ne prouvent-elles pas que si les femmes avaient la possibilité d’étudier, elles seraient toutes en mesure de jouer un rôle social, politique ou culturel d’importance, bien plus marquant que celui dans lequel les hommes les cantonnent ? L’auteure accuse les hommes d’être jaloux et craintifs. C’est pourquoi ils privent les femmes des lettres et des armes : « comme les maures agissent avec les chrétiens qui doivent servir là où se trouvent des femmes : ils les font eunuques pour être plus sûrs d’eux19 ». María de Zayas devine que son opinion attirera les critiques mais elle invite les autres femmes, dans un esprit de sororité, à se désintéresser des parures et des coiffures pour davantage se préoccuper de leur réputation, en cultivant plutôt leur esprit par l’étude et leur réputation, en sachant la défendre par les armes.

  • 20 Dauphin C., « Femmes », Le Goff J., Chartier R., Revel J., (dir.), La Nouvelle Histoire. Les Encyc (...)
  • 21 Degler C., Is there a history of women?, Oxford, Clarendon Press, 1975.

18« Les nouveaux champs de recherche se constituent à partir des interrogations que suscite le présent. Ainsi, des femmes en lutte ont-elles contribué à développer la curiosité pour leur passé collectif, ayant pris conscience que les silences de l’histoire étaient une forme de perte d’identité20. » Cette citation est extraite d’un ouvrage publié en 1978, mais ne s’applique-t-elle pas à la pensée de María de Zayas, soulignant ainsi sa modernité mais aussi la pérennité nécessaire de la préoccupation des femmes concernant leur histoire et leur identité ? Si l’histoire a presque toujours été « une présentation privilégiée du discours masculin, c’està-dire une version du passé déterminée selon des catégories masculines, en vue d’une signification masculine », selon Carl Degler, « elle n’a inclus que les aspects d’une expérience humaine qui constituent l’activité des hommes : la guerre, la diplomatie, la politique, les affaires21 ». María de Zayas déjà, à son époque avait pris conscience de cette réalité, et fait d’un de ses personnages féminins un soldat, elle rappelle à la mémoire collective l’existence de reines et de femmes nobles cultivées ayant joué un rôle (certes auprès d’un homme) de conseiller en matière de politique, et tente elle-même, en tant qu’auteure, d’apporter sa pierre à la construction de l’édifice social. L’auteure a pour intention d’inscrire les femmes dans l’histoire, mais grâce à des représentations réalistes et non caricaturales. Tout en critiquant l’image péjorative des femmes véhiculée de façon systématique par des autorités masculines, elle crée quelques personnages féminins fort peu dignes d’éloges, afin de ne pas inscrire son propre témoignage dans une caricature laudative peu crédible qui ne ferait que desservir son projet de réhabilitation des femmes comme sujets polymorphes et non comme objets monochromes « modulé selon les critères changeants du savoir masculin », changeants et pérennes à la fois lorsqu’il s’agit d’oublier les femmes et de créer leur invisibilité. Enfin, je souhaite terminer cette étude par une citation d’Arlette Farge qui propose une analyse à laquelle María de Zayas aurait certainement pu souscrire :

  • 22 Farge A., « L’histoire ébruitée », Dufrancatel C. et al., L’Histoire sans qualité, Paris, Galilée, (...)

C’est justement sur ce partage entre le masculin et le féminin que le silence de l’histoire s’est abusivement fait. De ce silence, le masculin est ressorti vainqueur, inscrit dans la matière noble du tissu événementiel historique, pendant que le féminin disparaissait deux fois : une première fois sous la domination effective du pouvoir masculin et par sa lente soumission à un rôle désigné. Et une seconde fois, caché par le souvenir encombrant dont dispose la mémoire politique et collective, et qui, volontairement fait uniquement surgir de l’ombre l’événement masculin, son avènement22.

Bibliographie

Bibliographie

Astete G. de, Tratado del gobierno de la familia y estado de las viudas y doncellas, Burgos, 1597.

Barbazza M.-C., « L’éducation féminine en Espagne au XVIe siècle : une analyse de quelques traités moraux », École et église en Espagne et en Amérique Latine : aspects idéologiques et institutionnels (Série : Études hispaniques, 8-9), Tours, université François Rabelais, 1988, p. 327-348.

Dauphin C., « Femmes », Le Goff J., Chartier R., Revel J. (dir.), La Nouvelle Histoire. Les Encyclopédies du savoir moderne, Paris, Bibliothèque de Retz-CEPL, 1978, p. 176-180.

Degler C., Is there a history of women?, Oxford, Clarendon Press, 1975.

Delumeau J., La Peur en Occident, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1978.

Dumont M., Fahmy-Eid N., « Temps et mémoire », Recherches féministes, vol. 6, no 1, 1993, p. 1-12.

Fahmi-Eid N., « L’histoire des femmes. Construction et déconstruction d’une mémoire sociale », Sociologie et sociétés, vol. XXIX, no 2, automne 1997, p. 21-30.

Farge A., « L’histoire ébruitée », Dufrancatel C. et al., L’Histoire sans qualité, Paris, Galilée, 1979, p. 15-39.

Le Goff J., Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, coll. « folio histoire », 1997.

Lerner G., The creation of feminist Counsciousness from the middle age to eighteen seventy, Oxford, Oxford University Press, 1993.

Zayas M. de, Obra narrativa completa, édition et prologue de Estrella Ruiz-Galvez Priego, Madrid, Fondation José Antonio de Castro, Biblioteca Universitaria, 2001.

Notes

1 Delumeau J., La Peur en Occident, Paris, Fayard, coll. « Pluriel », 1978, p. 405.

2 Barbazza M-C., « L’éducation féminine en Espagne au XVIe siècle : une analyse de quelques traités moraux », École et église en Espagne et en Amérique Latine : aspects idéologiques et institutionnels (Série : Études hispaniques, 8-9), Tours, université François Rabelais, 1988, p. 327-348.

3 Astete G. de, Tratado del gobierno de la familia y estado de las viudas y doncellas, Burgos, 1597.

4 Ibid., citation extraite de l’article précédemment cité de Marie-Catherine Barbazza. « La mujer no ha de ganar de comer por el escrivir ni contar, ni se ha de valer por la pluma como los hombres. Antes assi como es gloria para el hombre la pluma en la mano, y la rueca en la cinta, y el ojo en la almohadilla. Y éstas son las armas que el Espiritu Santo da a la muger fuerte. » La traduction proposée dans le corps du texte est la mienne.

5 Le Goff J., Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, coll. « folio histoire », 1997, p. 10.

6 Fahmi-Eid N., « L’histoire des femmes. Construction et déconstruction d’une mémoire sociale », Sociologie et sociétés, vol. XXIX, no 2, automne 1997, p. 21-30. L’idée de tri et le rappel de l’opinion de Jacques Le Goff apparaissent p. 22.

7 Ibid., p. 22.

8 Ibid., p. 23.

9 Lerner G., The creation of feminist Counsciousness from the middle age to eighteen seventy, Oxford, Oxford University Press, 1993.

10 Zayas M. de, Obra narrativa completa, Madrid, Fundación José Antonio de Castro, edición de Ruiz-Galvez E., 2001, p. 60, « el más sabio para engañar que (Jacinta) yo he visto », la traduction, ainsi que toutes les autres traductions de citations extraites de cet ouvrage sont les miennes.

11 Zayas M. de, Obra narrativa completa, op. cit., p. 217, « ¿Dónde se hallará un hombre verdadero ? ¿En cuál dura la voluntad un día, y más si se ven queridos ? que parece al paso que no conocen el amor, crece su libertad y aborrecimiento. ¡Malhaya la mujer que en ellos cree, pues al cabo hallará el pago de su amor, como yo le hallo ! »

12 Ibid., p. 247, «Ya tengo dueño, justo o injusto el cielo me lo dio, mientras no me lo quitare, le he de guardar la fe que prometí.»

13 Ibid., p. 217-218, «¿Por qué, vanos legisladores del mundo, atáis nuestras manos para las venganzas, imposibilitando nuestras fuerzas con vuestras falsas opiniones, pues nos negáis letras y armas? El alma no es la misma que la de los hombres? Pues si ella es la que da valor al cuerpo, ¿quién obliga a los nuestros a tanta cobardía? Yo aseguro que si entendieráis que también había valor y fortaleza, no os burlarais como os burlais. Y así, por tenernos sujetas desde que nacemos, vais enflaqueciendo nuestras fuerzas con los temores de la honra, y el entendimiento con el recato de la vergüenza, dándonos por espadas ruecas, y por libros almohadillas.»

14 Ibid., p. 478, «Toda la carga de las culpas es al sexo femenil, como si no fuese mayor la del hombre, supuesto que ellos quieren ser la perfeccion de la naturaleza. Luego, mayor delito sera el que hiciese el perfecto que el imperfecto; mas pesada es la necedad del discreto que del necio; y así, es bien se sepa que, como hay mujeres livianas, hay hombres mudables, y como interesadas, engañosos, y como libres, crueles, y si se mira bien, la culpa de las mujeres la causan los hombres.»

15 Ibid., p. 478, « que han dado los hombres en una opinión, por no decir en una flaqueza [notons l’inversion des valeurs grâce à l’utilisation de ce mot habituellement réservé à la description des femmes], en ser contra ellas, hablando y escribiendo como si en todo tiempo no hubiera habido de todo, buenas mujeres y buenos hombres y, al contrario, malas y malos, que se verá un libro y se oirá una comedia y no hallarán en él ni en ella una mujer inocente, ni un hombre falso ».

16 Ibid., p. 571, «Lo cierto es – replicó don Juan – que verdaderamente parece que todos hemos dado en el vicio de no decir bien de las mujeres, como en el tomar tabaco […]. Y diciendo mal de los otros que le toman, traen su tabaquera más a mano y en más custodia que el rosario y las horas, […] y si se preguntan por qué lo toman, dicen que porque se usa. Lo mismo es el culpar a las damas en todo, […] responderá, porque se usa.»

17 Ibid., p. 501, « Vean ahora las damas de estos tiempos si con el ejemplo de las de los pasados se hallan con ánimo para fiarse de los hombres, aunque sean maridos, y no desengañarse de que el que más dice amarlas, las aborrece, y el que más las alaba, más las vende ; y el que más muestra estimarlas, más las desprecia ; y el que más perdido se muestra por ellas, al fin las da muerte ; y que para las mujeres todos son unos. […] Pues señoras deséngañemonos, volvamos por nuestra opinión, mueran los hombres en nuestras memorias, pues más obligadas que a ellos estamos a nosotras mismas. » Le soulignement est de notre fait.

18 Ibid., p. 575-576, «Los hombres fueron los autores de los engaños; historias divinas y humanas nos lo dicen, que aunque pudiera citar algunas, no quiero, porque quiero granjear nombre de desengañadora, mas no de escolastica; que ya que los hombres nos han usurpado este título con afeminarnos más que Naturaleza nos afeminó, que ella, si nos dio flacas fuerzas con corazones tiernos, por lo menos nos infundió el alma tan capaz para todo como la de los varones. Y supuesto esto, gocen su imperio, aunque tiránicamente adquirido, que yo, por lo menos, me excusaré de cuestiones de escuela.»

19 Ibid., p. 507, «como hacen los moros a los cristianos que han de servir donde hay mujeres, que los hacen eunucos por estar seguros de ellos».

20 Dauphin C., « Femmes », Le Goff J., Chartier R., Revel J., (dir.), La Nouvelle Histoire. Les Encyclopédies du savoir moderne, Paris, Bibliothèque de Retz-CEPL, 1978, p. 176-180.

21 Degler C., Is there a history of women?, Oxford, Clarendon Press, 1975.

22 Farge A., « L’histoire ébruitée », Dufrancatel C. et al., L’Histoire sans qualité, Paris, Galilée, 1979, p. 15-39.

Auteur

Maîtresse de conférences en langue et littérature espagnoles à l’université Rennes 2, elle est spécialiste de María de Zayas, elle est membre de l’unité de recherche ERIMIT. EA 4327.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540