Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

 | 
Delphine Lemonnier-Texier
, 
Chevallier Geneviève
, 
Brigitte Prost

Troisième partie. Mise en scène, mise en archives : traces et processus de création

Samuel Beckett face aux mises en scène de son œuvre : de la trace de l’imaginaire à la pulsion de l’archive

Sophie Lucet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On sait combien la présence de Samuel Beckett fut invasive à l’égard des mises en scène de ses œuvres. Présence qui se manifesta d’abord par l’inflation des didascalies émaillant ses textes théâtraux jusqu’à parfois s’y résumer : on pense alors à Actes sans paroles, pièces muettes et tout entières descriptives où l’action s’indique au dépens de tout discours. Par delà ce niveau dramaturgique, de célèbres polémiques disent les liens conflictuels de l’auteur avec ses metteurs en scène, Beckett allant parfois jusqu’à interdire les représentations prenant trop de liberté avec ses propositions initiales. Cette posture auctoriale – et déléguée post mortem à son éditeur et à ses descendants – est une forme d’intransigeance qui surprend d’autant plus qu’elle semble en contradiction avec le « processus de création continu » qui caractérise l’œuvre, Beckett ayant inlassablement revisité et réécrit ses textes à la lumière de leurs représentations, comme le signale Stanley E. Gontarski1. Cette ...

Auteur

Professeure en Études Théâtrales à l’université Rennes 2. Elle a écrit de nombreux articles sur les écritures théâtrales contemporaines et plus particulièrement sur les dramaturgies contemporaines de la mémoire. À noter la parution aux PUR, à l’automne 2012, d’un Dictionnaire critique de l’acteur, sous la direction de Vincent Amiel, Gérard-Denis Farcy, Sophie Lucet, Geneviève Sellier.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540