Version classiqueVersion mobile

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

 | 
Delphine Lemonnier-Texier
, 
Chevallier Geneviève
, 
Brigitte Prost

Deuxième partie. De la mémoire impossible à l'inscription du processus d'écriture : poétique de la trace, espace de l'écho

« Imagination morte imaginez » : une performance entre mémoire et imagination

Angelos Triantafyllou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Imaginations

« Chère imagination, ce que j’aime surtout en toi, c’est que tu ne pardonnes pas », mettait en garde dès 1924 André Breton1. Par un hasard objectif, « Imagination morte imaginez » paraît en 1966, année où André Breton meurt et où on réimprime « Il y aura une fois », texte de 1930 qui commence ainsi : « Imagination n’est pas don mais par excellence objet de conquête ».

Malgré une appréhension du monde plus « naturaliste », Beckett aima l’œuvre de Breton2. « Il y aura une fois » aurait-t-il déclenché la réécriture de « Imagination morte imaginez3 » ? Nul ne saurait le dire avec certitude4. Mais, en matière d’imagination, Beckett aurait probablement eu conscience de l’importance des premières pages du Manifeste du surréalisme, dénonçant la perte progressive de la capacité de l’homme d’imaginer, réduisant l’imagination à la mémoire pratique, aux « objets » dont il a fait « usage ». Insurgé contre l’Habitude, l’Ennui (comme Breton dans L’Immaculée Conception5), Beckett donne, ...

Auteur

Docteur-ès-lettres (université-Paris-7), il a enseigné à l’université de Versailles (UVSQ). Spécialisé à la philosophie d’André Breton et de Gilles Deleuze, il collabore avec trois groupes du CNRS et des écrivains (A. Badiou, Y. Bonnefoy, M. Deguy). Il contribua à plusieurs colloques [Paris 3, Paris 4 – Sorbonne, Cambridge, Kent, Essen, Florida, Savoie, Nanterre, T. S. Eliot – Society meeting, Association des Lecteurs de Claude Simon (dir. D. Viart), Minas Gerais (Brésil), Goldsmiths London, Chicago, Stockholm, Cultural Studies Association, Musée Royal Bruxelles, université Libre Bruxelles, Aix – Marseille etc.] ; Publications universitaires (sur J. M. G. Le Clézio, Y. Bonnefoy, C. Simon, M. Butor, E. Glissant, M. Houellebecq, B. Cendrars, René Magritte, J. Cage) et littéraires. Publications principales : Images de la dialectique et dialectique de l’image dans l’œuvre d’André Breton (P. U. de Septentrion, 1997/2001) Dernière publication : « Le nomadisme de Deleuze : Point de rencontre entre Le Clézio et Glissant », Colloque Le Clézio, Glissant, Segalen : la quête comme déconstruction de l’aventure, université de Savoie, 2, 3 & 4 décembre 2010, éd. Claude Cavallero, Presses Universitaires de Savoie, 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search