Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

 | 
Delphine Lemonnier-Texier
, 
Chevallier Geneviève
, 
Brigitte Prost

Première partie. Histoire, fable et mémoire : mémoire en miettes, humanité en ruines

« Yesterday! What does that mean? Yesterday! »

Endgame : répéter au lieu de se souvenir ?

Hélène Lecossois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La scène de Endgame est l’endroit où viennent tour à tour s’imprimer et s’effacer les traces du passé. L’expérience mnémonique que nous propose la pièce est en effet de nature paradoxale. L’ici-et-maintenant de la représentation devient le lieu-moment privilégié de l’évocation ou de la convocation du passé, de l’histoire individuelle des personnages ou de l’histoire collective de l’Occident. Il est aussi, simultanément, le lieu où le surgissement des souvenirs n’advient pas et où la mémoire est impossible ou empêchée. Endgame nous fait constamment osciller entre excès et manque de mémoire, entre refoulement et retour du refoulé. Cet article se propose d’établir un lien entre les formes de répétitions qui émaillent la pièce et l’absence de souvenir, et d’envisager ces répétitions comme autant de manifestations symptomatiques du trauma. Nous explorerons pour cela la nature de la temporalité qui nous est proposée, l’essence égologique de la mémoire que celle-ci met en évidence, et, pui...

Auteur

Maître de conférences à l’université du Maine, Le Mans. Elle a écrit plusieurs articles sur le théâtre irlandais du XXe siècle (Samuel Beckett, en particulier), a co-édité L’Impersonnel en littérature : explorations critiques et théoriques (PUR, 2009) avec H. Aji, B. Félix, A. Larson et Théâtre et nation (PUR, 2011) avec J. Hopes. Elle est l’auteure d’une étude sur Endgame de Samuel Beckett (Atlande, 2009) et prépare actuellement un ouvrage sur le théâtre de J. M. Synge.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540