Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

 | 
Delphine Lemonnier-Texier
, 
Chevallier Geneviève
, 
Brigitte Prost

Première partie. Histoire, fable et mémoire : mémoire en miettes, humanité en ruines

De l’Histoire à la fable et retour

Michèle Touret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une telle question, concernant Beckett, est semée d’embûches en tout genre. La première tient à l’éloignement évident de l’œuvre de Samuel Beckett de toute référence directe à un moment historique quelconque et à son silence d’écrivain sur ce point, à sa discrétion absolue, dans un temps où les écrivains ne manquaient pas de s’exprimer sur tous les problèmes de la planète.

Pour être en retrait et discrète, voire désespérée ou désespérante, au regard des questions que se posait la période historique, son œuvre en est-elle à ce point écartée qu’elle ne résonne que de questions intemporelles ? Ne se prête-t-elle qu’aux gloses qu’ouvertement elle autorise ? Serions-nous contraints de n’ouvrir que les questions qu’elle semble clairement ouvrir ? L’œuvre de Samuel Beckett paraît bien, par ailleurs, toujours parler aux lecteurs et spectateurs qu’elle n’a pas pu prévoir, à des lecteurs et spectateurs qui ne partagent pas, ou plus, son univers culturel et mental, celui qui fonde les référence...

Auteur

2008 : Histoire de la littérature française du XXe siècle, tome 2, PUR. 2011 (tome 1, 1998) : L’Atelier de Louis Guilloux (dir.), actes d’un colloque à Cerisy, PUR, 2012 : « Qu’est-ce qu’une année littéraire ? », dans L’Année 1925, Presses de l’université Paris Ouest-Nanterre, Myriam Boucharenc et Claude Leroy (dir.), 2012, co-dir. du numéro 2 de ELFE 20, revue de la société d’étude de la littérature française du XXe siècle, « Quand finit le XXe siècle ? ». À paraître en 2013 dans Blaise Cendrars : Œuvres, Gallimard, La Pléiade, édition critique de La Main coupée, et Correspondance Robert Guiette-Blaise Cendrars, éditions Zoë, Lausanne.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540