Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'esthétique de la trace chez Samuel Beckett

 | 
Delphine Lemonnier-Texier
, 
Chevallier Geneviève
, 
Brigitte Prost

Avant-propos

Ceci n’est pas une trace : le paradoxe de l’écriture beckettienne

Delphine Lemonnier-Texier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chez Beckett, la répétition est réinsérée en ce qui en constitue l’essence : le jeu, l’absence. Répéter l’absence pour produire la présence. Une certaine présence1.

En définissant la naissance comme le début d’un long déclin, l’écriture beckettienne est non seulement la chronique d’une mort annoncée, une histoire toute tracée dans laquelle le déterminisme du corps est le principe central, mais elle constitue aussi, pour le personnage englué dans un processus temporel d’amoindrissement, de dégradation, un ressassement perpétuel de la perte2. Si l’écriture de Beckett semble détachée de toute référence contextuelle, géographique ou historique, c’est avant tout le résultat d’une posture esthétique et éthique, qu’une lecture attentive à la fois de sa biographie et des traces d’histoire-mémoire émaillant son œuvre permet de mettre au jour, comme le rappelle Sean Kennedy3. Refuser de représenter l’Histoire ne signifie pas fermer les yeux sur les événements historiques, mais refuser le langa...

Auteur

Maître de conférences en théâtre anglophones à l’université de Rennes 2. Elle a publié plusieurs ouvrages collectifs sur le théâtre de Shakespeare aux PUR, un ouvrage collectif sur Endgame, ainsi que plusieurs articles. Ses recherches portent sur le personnage dans le théâtre shakespearien, et sur l’intertextualité shakespearienne chez Beckett. Elle a co-traduit, avec Nicolas Boileau, l’ouvrage d’Aleks Sierz In-yer-Face ! Le théâtre britannique des années 1990, PUR, 2011, et co-traduit et co-édité avec Nicolas Boileau, pour le compte du Théâtre National de Bretagne, les actes du colloque PROSPERO, Utopie et pensée critique dans le processus de création théâtrale, colloque de Tampere [20-23 octobre 2010], Besançon, Éditions Les Solitaires Intempestifs, 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540