Version classiqueVersion mobile

Engins et machines

 | 
Fabienne Pomel

Résumés

Texte intégral

1Joanna Pavlevski-Malingre
Les chars dans Táin bó Cúalnge : entre histoire et imagerie symbolique
Le Táin Bó Cúalnge, récit épique que l’on pourrait traduire, de façon plus littéraire que littérale, par Le raid du bœuf de Cooley, est la clé de voûte du Cycle de l’Ulster, l’un des quatre cycles de la littérature celtique irlandaise. Les chars ont, dans ces récits épiques, une importance particulière, que les chercheurs en littérature et en histoire des Celtes ont depuis longtemps soulignée. Machines extraordinaires à plusieurs titres, ces chars constituent des témoignages précieux des chars de l’âge du fer et du haut Moyen-âge irlandais, dont les traces archéologiques sont presque inexistantes en Irlande. Ils permettent également d’éclairer les principes de composition d’un récit épique qui reste, sur certains points, énigmatique, et de comprendre le fonctionnement symbolique de l’objet dans l’Histoire et dans la diégèse. Instrument de valorisation du héros, le char fonctionne comme un signal métonymique traduisant l’identité de son possesseur. Son usage permet d’établir des distinctions taxinomiques et axiologiques entre les personnages.

2Christine Ferlampin-Acher
L’arbalète de Passelion dans Perceforest : l’objet, entre tension idéologique et jeu
Dans Perceforest le jeune Passelion, encore nourrisson, venge son père assassiné avec une arbalète merveilleuse, avec laquelle il est né. Cette arme est profondément polysémique, s’inscrit dans une construction complexe et se nourrit des représentations chevaleresques de la fin du Moyen Âge. La dévalorisation attendue de l’arbalète, attestée dans la durée au Moyen Âge, de plus en plus problématique à la fin de la période, semble remplacée par la confrontation entre plusieurs représentations de l’armement du chevalier, entre tradition et renouveau, sans que toutes les ambiguïtés soient levées. Cependant l’enfance du héros et la dimension ludique de la scène, portée par un jeu verbal, du berceau enfantin au bersault qui désigne la cible en ancien français, et par une réécriture décalée du motif du Cœur Mangé, invitent à lire dans cet épisode, en même temps qu’une étape essentielle dans l’évolution sexuelle du héros Passelion, un moment clef dans son apprentissage du langage. L’arbalète, arme chevaleresque discutable, symbole sexuel et métaphore verbale, peut dès lors prendre une valeur poétique.

3Denis Hüe
La machine orgue
Associé à la tradition liturgique, à la musique et par cela même à l’ordre du monde, l’orgue est une des plus anciennes machines complexes en usage dans la chrétienté. On esquisse ici quelques-uns des éléments qui permettent de mieux comprendre les enjeux du mot comme de la chose du haut Moyen Âge à la Renaissance, où l’orgue figurera dans la poésie palinodique la perfection de l’activité humaine.

4Véronique Dominguez
Les machines du théâtre français : de la technique à l’illusion (XIVe-XVIIe s.)
Après un état des lieux des machines de théâtre utilisées par la scène française et européenne du XIVe au XVIIe siècle, cet essai met en valeur la continuité des documents qui nous informent sur elles ainsi que celle des corps de métier investis dans leur élaboration technique. Il s’interroge ensuite sur leurs singularités esthétiques : le pacte esthétique assuré ou compromis par les machines s’avère relever de l’illusion, et d’un émerveillement mis en danger par l’échec toujours possible de leur réalisation. Fondée sur une approche du théâtre français sans rupture du Moyen Âge à l’âge classique, la démonstration souligne ainsi le rôle décisif des mystères médiévaux, notamment français, pour l’élaboration d’une esthétique dramatique fondée sur un « quatrième mur » trop souvent associé à la seule scène « à l’italienne ».

5Myriam Clément-Royer
L’arbre aux oiseaux « automates » dans Escanor de Girart d’Amiens
La figure de l’arbre aux oiseaux « automates » cultivée par Girart d’Amiens dans le roman d’Escanor est l’objet d’une approche fonctionnelle insolite. L’ekphrasis s’étend sur un protocole d’animation alliant scénario fictionnel et considérations techniques, dont la formulation hétéroclite procède directement de l’univers étonnant des mécaniciens tel qu’il apparaît dans les traités de pneumatique. La description du protocole engage, sur le plan narratif, une dynamique novatrice : le roman de Girart d’Amiens évoque un monde où le chevalier apprend l’art de manipuler l’objet d’imitation, et entreprend de jouer avec l’illusion, prenant ainsi ses distances avec les mises en scènes mystificatrices traditionnellement attachées à la représentation de l’artifice.

6Chantal Connochie-Bourgne
Automates à clef et engrenages du récit : le cheval volant dans le Cléomadés d’Adenet le Roi
Adenet le Roi insère dans son récit Cléomades trois automates. Tout est mis en œuvre pour que le troisième qu’il présente, le cheval de bois volant, soit supérieur à tous points de vue à la poule d’or chantant en compagnie de ses poussins et à l’androïde sonnant de la trompette : matériaux employés, mécanismes, valeurs de leurs inventeurs respectifs, rang social de leurs récipiendaires… Cette hiérarchisation évoque les fonctions nourricières, guerrière et thaumaturge. Au roi, le jeune Cléomades, qui assume et subsume ces fonctions, revient le cheval magique. Cet automate qu’il chevauche avec art devient emblématique du héros royal en même temps qu’il est – au plan du récit – l’instrument du narrateur, maître des choix spatio-temporels. La cheville, ou petite clef, qui permet d’actionner la machine volante et le personnage du ménestrel Pinçonnet sont complémentaires en ce sens qu’ils jouent l’un et l’autre le même rôle de réunion des amants séparés, le héros et sa future épouse. Hérité d’un conte des Mille et une nuits, le cheval à clef est une merveille mécanique dont Adenet le Roi use comme d’un instrument romanesque qui révèle les rouages du récit.

7Hélène Bouget
Merveilles, machines et automates dans les romans de Perlesvaus
Le roman de Perlesvaus, composé dans le premier tiers du XIIIe siècle, fait référence en plusieurs lieux à des machines ou à des automates qui entretiennent une relation complexe avec la catégorie du merveilleux. Leurs représentations véhiculent les tensions idéologiques et esthétiques propres au roman et à la manière hétérogène dont la matière de Bretagne y est travaillée. Les adaptations et remaniements ultérieurs du roman, notamment dans la traduction galloise du XIVe siècle et les imprimés français de 1516 et 1523 lissent en revanche ces disparités de façon différente, révélant certaines modalités de réception du roman arthurien et de la matière de Bretagne en général, et soulignant par comparaison le caractère atypique du Perlesvaus du XIIIe siècle.

8Anne Berthelot
La Dame du Lac et l’automate : quand la technologie remplace la magie
En se basant sur une sélection de séquences qui jouent sur l’ambiguïté entre magie et technologie (dans Cleomadès, Perceforest et les Prophesies de Merlin), cet article s’attache à analyser le fonctionnement de ces deux concepts et leur interaction pour arriver à la conclusion qu’il n’y a pas nécessairement d’incompatibilité entre magie et technique, mais que, dans une certaine mesure, la technologie peut se mettre au service de la magie, à moins que les triomphes de la technique ne soient malgré tout redevables à l’art de nigremance.

9Karin Ueltschi
Magie ou science : des machines de Virgile
Virgile, illustre poète antique, deviendra peu à peu, mais certainement une figure ambiguë, sulfureuse, pour finir, à la fin du Moyen Âge, comme sorcier et magicien, destin qu’il partage avec d’autres grands savants, dont le plus connu est Albert le Grand. Cette transformation est emblématique d’enjeux épistémologiques majeurs, mais le point crucial est sans doute constitué par l’attitude envers le savoir, le cloisonnement des disciplines n’étant pas définitif avant la fin de l’ère moderne. Les métamorphoses de cette figure fondatrice sont emblématiques des transformations des mentalités qui les véhiculent et les génèrent.

10Christine Ferlampin-Acher
Icare, Dédale, Phaéton et Élie : les ailes volantes dans L’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth, Le Roman de Brut de Wace et Perceforest
Perceforest s’ouvre sur une traduction partielle de l’Historia Regum Britaniae de Geoffroy de Monmouth, où se lit, résumée, l’histoire du roi Bladud, accompagnée d’une incidence. Ce personnage tient de Dédale, Icare, Phaéton et Elie. Dans la version de Perceforest donnée par David Aubert dans le manuscrit de l’Arsenal 3483, un détail est ajouté, qui tire le modèle du côté des arts mécaniques : la poix et le ciment qui servent à faire tenir les ailes volantes de Bladud. Au-delà des modèles mythologiques et des représentations du savoir, l’anecdote, largement diffusée au Moyen Âge, qui rappelle le « vol » du bénédictin Eilmer de Malmesbury, a pu influencer la constitution du personnage de Bladud. Bladud n’est donc pas que l’avatar littéraire d’une figure mythologique ; liée au labyrinthe crétois, il incarne aussi, en résonance avec les représentations contemporaines du savoir, les arts mécaniques, leur ambition et leur dévalorisation. C’est pourquoi il est abandonné par Perceforest et ne trouve pas place dans l’élaboration d’une mythologie bourguignonne par ailleurs accueillante à Thésée et à la Toison d’Or.

11Fabienne Pomel
Le roman comme machine à illusion. Figures et outils de l’« engin » fictionnel dans Amadas et Ydoine
Ce roman en vers du XIIIe siècle offre un corpus privilégié pour étudier la manière dont la fiction, avant même que le mot prenne son essor dans la langue au XIVe siècle, se constitue comme machine à illusion, en posant la question de son statut ambivalent du point de vue moral. C’est tout un paradigme de manipulateurs ou « machinistes » qui se constitue : le narrateur trouve ainsi un double à la fois dans Ydoine, dans Fortune comme maîtresse de revirements aléatoires et d’inversions spectaculaires, et dans des figures faées ou sorcières qui toutes engagent le destin des héros et des effets d’illusion. Les machinations, féminines, magiques ou narratives, visent en effet la manipulation de la réalité ou de la croyance, l’inversion du vrai et du faux pour générer une illusion falsificatrice. Elles mobilisent mensonge, magie, songe et théâtralité pour jeter dans le trouble des interlocuteurs-cibles : il s’agit toujours, selon l’essence de la fiction, de faire croire ou de faire comme si, en usurpant le pouvoir divin de vie ou de mort sur les destins humains.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search