Version classiqueVersion mobile

Engins et machines

 | 
Fabienne Pomel

A. Automates et ingénierie romanesque

Automates à clef et engrenages du récit : le cheval volant dans le Cleomadés d’Adenet le roi

Chantal Connochie-Bourgne

Résumé

Adenet le Roi insère dans son récit Cléomades trois automates. Tout est mis en œuvre pour que le troisième qu’il présente, le cheval de bois volant, soit supérieur à tous points de vue à la poule d’or chantant en compagnie de ses poussins et à l’androïde sonnant de la trompette : matériaux employés, mécanismes, valeurs de leurs inventeurs respectifs, rang social de leurs récipiendaires… Cette hiérarchisation évoque les fonctions nourricières, guerrière et thaumaturge. Au roi, le jeune Cléomades, qui assume et subsume ces fonctions, revient le cheval magique. Cet automate qu’il chevauche avec art devient emblématique du héros royal en même temps qu’il est – au plan du récit – l’instrument du narrateur, maître des choix spatio-temporels. La cheville, ou petite clef, qui permet d’actionner la machine volante et le personnage du ménestrel Pinçonnet sont complémentaires en ce sens qu’ils jouent l’un et l’autre le même rôle de réunion des amants séparés, le héros et sa future épouse. Hérité d’un conte des Mille et une nuits, le cheval à clef est une merveille mécanique dont Adenet le Roi use comme d’un instrument romanesque qui révèle les rouages du récit.

Texte intégral

  • 1 Édition utilisée : Albert Henry, Les Œuvres d’Adenet le Roi, t. V, Cleomadés, vol. I : texte et vo (...)
  • 2 Cleomadés est écrit dans les années 1280, avant 1283.

1C’est en puisant dans le trésor des objets merveilleux légué par la tradition savante antique et médiévale, forgée par des hommes de lettres et de sciences de l’Occident et de l’Orient, qu’Adenet le Roi trouve les trois automates dont il pare son roman Cleomadés1. Ces mécaniques actionnées par des forces hydrauliques ou pneumatiques sont des réalités bien répertoriées dès l’Antiquité et pendant tout le Moyen Âge. Même s’il n’a vraisemblablement pas un accès direct aux traités de mécanique ou aux descriptions des palais orientaux, Adenet a connaissance d’une part des œuvres narratives qui ont utilisé avant lui2 le matériel des fabrications ingénieuses et étonnantes, d’autre part, sans doute, des cadeaux régaliens offerts aux Grands de ce monde.

  • 3 Voir Christine Ferlampin-Acher, « Autant en emporte le vent : vols, merveilles et transports amour (...)

2Dans son roman3, Adenet choisit de faire figurer :

  • une poule d’or fin et ses poussins qui marchent et chantent,
  • un automate androïde fait d’or et de pierres précieuses qui sonne de la trompette dès qu’il détecte une trahison,
  • un cheval construit en bois d’ébène et capable de se déplacer dans les airs à vive allure lorsque son cavalier actionne les chevilles d’acier qui y sont placées.

3Il est à noter que l’auteur choisit de traiter de trois automates et non du seul cheval d’ébène, ce à quoi il faudra tenter de donner sens, dans l’ignorance que nous avons du conte que les commanditaires de ce roman ont rapporté à Adenet le Roi, comme il le dit dans son prologue. Par ailleurs, même si les mécanismes de ces automates ne sont pas décrits. Pour ce dernier l’existence de chevilles ou clefs pour le mettre en mouvement est précisée. Ce choix narratif inaugural est assurément significatif de l’usage que le narrateur va faire de cet objet merveilleux. Enfin, on constate que ce cheval produit par l’engin d’un roi très savant a la particularité de n’exister, dans le déroulement de la fiction romanesque, qu’avec un maître qui sait en tourner les chevilles d’acier afin de passer d’un décor à l’autre, d’un épisode narratif à l’autre, et de porter ainsi la dynamique du récit.

  • 4 Voir Reinhold Hammerstein, Macht und Klang. Tönende Automaten als Realität und Fiktion in del Alte (...)
  • 5 Voir A. Henry, vol. II cité, chapitre IV « Source et composition », p. 605-660. Page 616, A. Henry(...)
  • 6 Dans l’attente d’une édition commentée de ce manuscrit des Cent et une Nuits, voir Les Mille et un (...)

4Les matériaux employés sont les plus précieux qui soient : or et ébène. La confection de ces automates relève de l’art de l’orfèvrerie. Le héros, Cleomadés, ne s’y trompe pas : il offrira à la fin du roman les deux premiers joyaux animés en cadeaux aux rois et reines qu’il invite à ses fêtes de mariage et de couronnement. Le mécanisme de ces objets est du domaine de l’ingénieur : ressorts à spirale, ressorts moteurs et engrenages sont utilisés pour donner le mouvement et produire une mélodie. Leur forme tente de reproduire celle des êtres animés : animaux ou hommes. Tant dans les inventaires que dans les traités de mécanique, nombreux sont les exemples d’oiseaux chantant et battant des ailes au bord d’une fontaine, d’androïdes jouant de la musique ou lançant une balle4. Mais ces ornements de palais, de jardins royaux et de fêtes somptueuses en passant dans le domaine littéraire se colorent de vertus magiques. Il n’est plus question d’expliquer comment les construire ; ils sont présentés pour célébrer la puissance d’un roi ou le pouvoir d’un savant. Ils deviennent des objets de narration et suscitent l’interprétation. Le motif de la poule d’or et de ses poussins est sans doute une réappropriation de cette sorte d’horloge en forme de paon qui apparaît dans des versions arabes des Mille et une nuits5. Un paon d’or posé au milieu d’un bassin d’argent est entouré de douze paonneaux. Il agite ses ailes et criaille ; chaque heure, il frappe du bec l’un de ses petits. Au bout d’un mois (lunaire) il ouvre son bec, bombe sa gorge et la lune nouvelle s’y reflète. Le thème du cheval fait d’ébène, volant mais dépourvu d’ailes, est emprunté à l’histoire magique du cheval enchanté que Shéhérazade raconte à Shâriyâr lors d’une de leurs nuits6.

5Dans Cleomadés, ces trois automates ne sont pas d’égale valeur. La poule et ses trois poussins semblent n’avoir qu’une fonction ornementale ; l’homme qui sonne de la trompette pour prévenir d’une trahison est utile ; le cheval d’ébène sert de monture au héros éponyme du roman, Cleomadés, dans sa quête amoureuse. Le récit établit une hiérarchie entre leurs trois inventeurs ; ils sont d’abord présentés comme une triade :

Sachiez que a celui tans
ot el regne des Aufricans
trois rois qui grant richece avoient,
car mout tres grant terre tenoient ;
li uns de l’autre marchissoit
mout pres et mout l’uns l’autre amoit.
Chacuns savoit mout de clergie,
d’ingromance et d’astronomie […] (v. 1473-1480)

  • 7 « Lais et petis fu et boçus,/ieus enfossez et nes camus/avoit et si ot courbe eschine/et le menton (...)

6Mais sitôt cette apparence d’égalité mise en place, le narrateur se livre à des variations sur les qualificatifs employés pour chacun d’eux : la beauté des deux premiers fait contraste avec la laideur du troisième ; sa difformité augure mal de son comportement : il sera aussi fourbe que son dos est courbe7. Ce qui retient l’attention, c’est la gradation sémantique ménagée dans le choix des adjectifs attribués à chacun d’eux pour évaluer ses qualités intellectuelles, même si la prudence nous conduit à justifier les choix d’un mot en fin de vers par la seule recherche d’une rime. Le premier, Melocandis, roi de Barbarie est « sages clers et soutis » (v. 1490), le deuxième, Baldigans, roi du Maroc, est « grans clers et sachans » (v. 1494) « plains […] de grant chevalerie » (v. 1497). Le troisième, Crompart, semble supérieur :

  • 8 A. Henry met en retrait le vers 1499 pour nous donner à voir que certains copistes mettent en vale (...)

Et li tiers avoit non Crompars8,
cil sot presque tous les set ars ; (v. 1499-1500)
[…]
Mout fu sages et bien lettrés,
de Bougie fu rois clamés. (v. 1505-1506)

7L’emploi des adverbes mout et bien intensifie la qualification ; l’adjectif lettrés désigne Crompart comme ayant accès aux livres et aux langues, ce qui impliquerait une connaissance des « lettres », arts du trivium et les « sciences », arts du quadrivium, mais que module l’adverbe presque au vers 1500. Il manque donc à ce roi de Bougie une partie de la clergie médiévale distribuée en sept « arts ». Le lecteur saura comprendre que le roi difforme est dépourvu des qualités morales qu’apporte la connaissance véritable. Mais c’est lui, qui a l’intelligence de fabriquer des automates pour faire aboutir le projet que lui et ses deux voisins ont formé d’épouser trois princesses sévillanes. Cette histoire garde des allures de conte : il était une fois en Espagne un roi très puissant, Marcadigas, qui avait un fils très vaillant, Cleomadés et trois filles très belles. Sa renommée parvint aux oreilles des trois rois de la rive sud de la méditerranée qui eurent le désir (« li desiriers qu’il avoient », v. 1577) de demander ses filles en mariage. Pour parvenir à leur fin, l’un d’eux, Crompart, propose d’offrir chacun un cadeau étonnamment précieux, un « jouel de grant richece » (v. 1533), objet d’échange pour un contre-don contraignant :

« Nos joiaus li presenterons
par si qu’un don de lui arons,
tel que nous li vorrons rouver. » (v. 1555-1557)

8Les descriptions successives de ces trois cadeaux sont faites de façon différente. La poule d’or que Melocandis fabrique est décrite en sept vers :

Une geline, ce m’est vis,
de fin or fist Melocandis
et trois poucinés qui sivoient
cele geline et si chantoient
si doucement que il sambloit
chascun qui chanter les ooit
k’ains n’oÿ si grant melodie. (v. 1587-1593)

9La description en une seule phrase découle du nom de celui qui a fabriqué cet objet : la mélodie revient à Melocandis. Même s’il peut avoir au XIIIe siècle un sens factitif, le verbe « faire » (fist) repris pour chacun des rois qui en est le sujet laisserait penser que le narrateur accorde à ses trois personnages un savoir-faire de forgeron, d’orfèvre, qui s’ajoute aux connaissances scientifiques qu’ils possèdent.

10D’un degré de complexité supérieure, l’androïde musicien construit par Baldigans est plus longuement décrit, plus précisément deux fois plus (quinze vers, soit les vers 1594-1608). Après avoir indiqué en cinq vers la forme et la préciosité des matériaux, le narrateur consacre dix vers à la maniere de l’automate qui est arreés et compassés pour sonner de la trompette en cas de nuisance envers celui auquel il appartient. Ces termes renvoient à la mathématique et au travail de l’ingénieur, ce qui glorifie en quelque sorte le mécanisme de l’androïde.

11Le troisième automate a droit à vingt-six vers, pour des raisons assurément narratives puisqu’il deviendra la monture du héros. On est encore instruit de la forme (cheval), de la matière (bois), de la manière (le déplacement rapide) comme pour les précédents automates. Les verbes ouvrer et arreer forment une rime insistante du point de vue sémantique, le second précisant et renchérissant sur le premier pour introduire à cette indication essentielle : le mécanisme du cheval doit être actionné. Alors que la poule et ses poussins bougent et chantent sans que soit mentionné par quel moyen mécanique cela se produit, alors que l’androïde musicien semble agir de lui-même comme doté d’un sens prophétique, le cheval de bois, lui, est dirigé de main d’homme ; le narrateur y insiste en répétant le verbe « vouloir » dont le sens est repris par le mot gres :

Si faitement le sot ouvrer
li rois Crompars et arreer
que quant il vouloit il estoit
assez tost ou estre vouloit,
et tout aussi tost retournés
ert arriere, quant c’ert ses gres. (v. 1613-1618)

  • 9 Au cours du roman, des spectateurs du prodigieux cheval volant l’imaginent sorti de l’enfer ; par (...)

12Suit une indication nouvelle et déterminante pour l’usage de cet automate : ce cheval est fait non d’un mais de deux matériaux, à savoir le bois et l’acier. Le bois choisi est le plus précieux de tous : le noir et dense ébène, duramen aux reflets cristallins ; l’acier est produit au XIIIe siècle dans les hauts fourneaux pour lesquels le soufflet de forge est actionné par l’énergie hydraulique ou éolienne. La couleur noire, la dualité des matériaux, le fourneau du forgeron, ces trois éléments évoquent une créature infernale9.

13On assiste ensuite au déploiement d’un dispositif romanesque : l’offrande des présents au roi et à sa cour. L’originalité de la scène consiste en une vision fragmentée : les trois filles tenues à l’écart sont naturellement poussées par la curiosité et profitent d’un trou dans la porte pour assister incognito à la cérémonie de présentation des automates. Le conseil du roi, à la demande de Cleomadés outré d’imaginer sa jeune et jolie sœur Marine donnée en mariage au monstrueux Crompart, réclame des trois rois qu’ils montrent leurs cadeaux et prouvent leur efficacité, leur « force », leur « povoir » :

Adont li consaus le roi vient,
que Cleomadés ot mandé.
Au roi ont ensamble moustré
qu’il seroit bon c’on essaiiast
les trois joiaus et esprouvast,
por savoir si tel povoir ont
li jouel k’entendre li font. (v. 2068-2074)

  • 10 Voir Emmanuèle Baumgartner, « Le temps des automates », Le nombre du Temps, en hommage à Paul Zumt (...)
  • 11 Dans le premier cas, les spectateurs sont fascinés par la beauté du cheval et ne prêtent pas atten (...)

14La poule est vue et entendue : plaisir pour l’œil et l’ouïe. Le musicien a accès à l’invisible, il perçoit le futur10 et manifeste à ce titre une extension sensorielle ; on ne peut éprouver son utilité car il faudrait qu’une trahison se produise à ce moment-là. Il faut faire confiance dans les propos de celui qui l’a fabriqué, Baldigant. À deux reprises dans le roman, l’androïde d’or soufflera dans sa trompette pour avertir premièrement du danger que court Cleomadés s’il monte sur le cheval, deuxièmement de l’enlèvement de Clarmondine par Crompart. Il fonctionne bien mais personne n’y prend garde au moment où il lance l’alarme. Il s’avère ainsi être un objet déceptif quand il est coupé de ceux qu’il prévient, du fait que leur attention est détournée11 d’une façon ou d’une autre et qu’on ne l’entend pas. L’exercice du pouvoir de l’automate est différé ; dans le temps présent du récit lui est substituée la parole de Baldigant qui renforce sa force persuasive par un serment : « Ce vous vueil je pour voir jurer,/nel puis ore autrement prouver. » (v. 2233-2234). Il en irait de même avec le cheval d’ébène présenté par Crompart, dont le pouvoir est de transporter son cavalier à grande vitesse dans les airs. À l’extension sensorielle dont est capable le musicien et qui lui donne accès au temps futur s’ajoute avec le cheval une extension des pouvoirs physiques d’un homme, puisque le chevauchant, il a accès à l’espace aérien et à une vitesse accrue. Crompart se garde bien de montrer les chevilles d’acier. Le regard de chacun est sous l’emprise de la beauté du cheval et Crompart ayant compris l’opposition de Cleomadés à son mariage décide de se venger en lui proposant d’essayer son invention. Une fois Cleomadés à cheval, Crompart actionne une clef :

Au front dou cheval vint tout droit ;
une chevillette y avoit,
un petitelet la tourna,
et li chevalés s’en ala
si tres tost que cil qui le virent
mouvoir assez tost le perdirent ; (v. 2449-2454)

15Le beau cheval noir, actionné par cet être laid et vil, est l’instrument d’une tromperie perçue alors par tous comme appartenant au monde des enchantements et des maléfices. Ainsi l’essai du pouvoir des trois automates à la cour du roi Marcadigas est-il peu probant ; pour les trois rois africains, c’est un échec, dont seul Crompart est responsable. Heureux échec puisqu’il est à l’origine du récit des aventures « amoureuses » et finalement heureuses du héros !

  • 12 Des vers 16059 à 18458. Ce long passage constitue ce que Silvère Menegaldo a désigné d’abord comme (...)

16À la fin du roman, lors des fêtes de mariage et de couronnement12, l’ostension des trois automates glorifie leur caractère merveilleux et magique. Tous peuvent les admirer et se souvenir à leur vue de l’histoire qui appartient désormais au passé des personnages :

Devant cel eschafaut avoit
une estache qui soustenoit
un grant bacin d’argent :
veoir povoient mainte gent
la geline d’or qui estoit
en ce bacin et com aloit
par desus le bacin chantant
et si poucin aprés sivant.
Seur une autre estache delez
ert li hom d’or mis et posez
qui teus ert que tromper devoit ;
qui envers lui penseroit
cui il ert mal ne traÿson,
tout errant orroit on le son
de la trompe que il tenoit.
Et li chevaus de fust estoit
les l’oume d’or, veoir le porent
trestout cil qui veoir le vorrent.
Durement s’en esmerveilloient
cil et cels qui les veoient,
divers erent et bel et chier ; c’ert bien chose a esmerveillier
que des joiaus que je devise ;
nus ne les voit qui ne les prise. (v. 17865-17888)

  • 13 « Cleomadés com noble rois/et conme larges et courtois/fourni sa feste et acheva ». (v. 18027-1802 (...)
  • 14 Voir l’épisode de la rencontre de Cleomadés et Clarmondine aux vers 3185-3988 ou mensonges et ruse (...)
  • 15 Cet épisode est placé après la description des trois automates : v. 1649-1824. La mention du miroi (...)

17Ces objets avaient à l’origine une fonction bien définie : obtenir la main des trois princesses. Sans la générosité de Cleomadés13, nouvellement couronné, ils auraient été réduits à n’être que de somptueux ornements de cour. Or, le jeune roi les transmet à des personnes choisies et leur confère ainsi une valeur nouvelle particulière. Si l’on regarde en effet à qui ils sont attribués, ils s’enrichissent d’un caractère emblématique. Il est tentant de les ordonner en référence aux trois fonctions de la société : nourricière, guerrière et thaumaturge. Le premier don est celui du sonneur de trompette qui donne l’alarme en cas de malheur et de trahison ; il est remis à Carmant, le père de Clarmondine, que les amants ont joyeusement trompé pour échapper à la promesse qu’il avait faite à Bleopatris de lui donner sa fille en mariage14. Carmant est le premier à recevoir un cadeau, sans doute parce qu’il est doublement le beau-père de Cleomadés : père de son épouse et époux de sa mère Ynabele, devenue veuve. Ce musicien protègera ses possesseurs d’une nouvelle trahison ; il fait preuve à la fois de savoir et de pouvoir. Si l’on se reporte au célèbre miroir de Rome dont fait mention la légende de Virgile que retrace le narrateur15, cet automate est l’emblème de la fonction guerrière protectrice, il est du côté de l’utilitas, même si sa beauté le place aussi du côté de la voluptas. Cleomadés et Carmant lui accordent une grande importance, marquée par le narrateur dans l’emploi répété du verbe « aimer » :

Or vous dirai cui il donna
le trompeeur d’or qu’il avoit ;
c’ert uns joiaus que mout amoit,
car il faisoit mout a amer.
De par lui le fist presenter
au roi Carmant, et cil le prist,
qui dou present grant joie fist,
car le jouel forment prisa,
mout li plot et agrea.(v. 18030-18038)

  • 16 Biendoitplaire est la mère de Meniadus, roi de Salerne ; c’est elle qui prit soin de Clarmondine l (...)

18Dans un second temps, la poule et ses poussins, riches pièces de vaisselle augmentant la voluptas de la cour, sont donnés à la reine Biendoitplaire16 dont le nom est signifiant :

Les trois poucins et la geline
fist presenter a la roÿne
qui Biendoitplaire avoit a non.
La dame mout prisa le don,
car mout estoient riche et bel
et noble et plaisant cil juel. (v. 18038-18044)

  • 17 Vers 2667-2700.

19Enfin, Cleomadés désormais en possession de sa souveraineté et uni à son épouse, garde pour lui le cheval magique qu’il a su conduire. Au début du roman, lors de la remise des dons au roi Marcadigas, Cleomadés avait été emporté par l’automate dont Crompart avait actionné à son insu le mécanisme. Mais il en a rapidement compris le fonctionnement et l’a dirigé à son gré, maître de la machine volante ; le passage d’une trentaine de vers17 se termine sur ce constat :

Tant fist que il sot la manière
d’aller et avant et arriere,
et bas et haut, quant il vouloit ;
en ce mout se rasseüroit. (v. 2697-2700)

20Après la mort de Marcadigas son père, Cleomadés a donné la preuve des qualités requises de largesse, de bravoure, de savoir pour être un bon roi : « Rois de tout parfais et entiers,/sages, preus et droituriers/fu Cleomadés… » (v. 18494-18497). Le cheval magique devient de ce fait emblème royal, qui contient, surpasse et unit les deux fonctions précédentes, guerrière pour l’androïde musicien, nourricière pour la poule et sa couvée. Il a une valeur à la fois érotique et protectrice :

Le cheval ne volt pas donner,
ains pensa qu’il le retenroit
a son oés, car par lui estoit
a la tres grant joie venus
d’amours, ou espoir avenus
ne fu ja mais, se ce n’eüst
esté par le cheval de fust ;
et pour ce le cheval retint
a son oés que ce l’en avint. (v. 18050-18058)

  • 18 Cleomadés ne craint rien tant qu’il est en compagnie de son cheval : « [il] n’a garde d’avoir nul (...)
  • 19 E. Baumgartner écrit à propos des automates que leur « mode d’intervention dans les textes est lié (...)

21La répétition de l’expression retenir a son oés (« garder pour soi ») insiste sur l’évidence du lien tissé entre Cleomadés et ce cheval magique. Ce dernier non seulement a qualité pour être son emblème, mais plus encore fait partie de son être, de sa nature ; non nommé (il n’est pas vivant comme Bucéphale par exemple), non autonome (il faut actionner son mécanisme), il n’a pas le statut d’un personnage mais il est nécessaire au personnage de Cleomadés18. Il organise l’espace et le temps19 de ses aventures.

  • 20 Le terme cheville, qui vient du latin clavicula désigne au Moyen Âge « une pièce de bois ou de mét (...)
  • 21 Voir Francis Dubost, « De quelques chevaux extraordinaires dans le récit médiéval : esquisse d’une (...)

22Ainsi témoigne-t-il de la technique de l’écrivain, dont il est l’instrument. Il est le seul des trois automates présentés dont le narrateur indique le mécanisme mû par des chevilles d’acier. Quel est le rôle d’une cheville ou petite clef ? Elle remplit trois fonctions : assembler des pièces (le couvercle d’un coffre par exemple), ouvrir et fermer (une serrure), enclencher des engrenages ou un ressort (une serrure encore ou une horloge20). Quand le cheval à clefs apparaît dans le récit, c’est pour donner vraisemblance et cohérence aux déplacements des personnages, et en particulier du héros. C’est l’engin du narrateur omniscient, fortement inscrit dans sa narration et qui met en place ses dispositifs sous le signe de la merveille et du désir réunis dans une même intensité21.

23Dès le prologue, après l’invocation au « Dieu le creatour », le livre entrepris est « mout merveilleus et mout divers » (v. 9), l’estoire qu’il raconte : « Tant est diverse et merveilleuse/qu’[il croit] c’onques nus n’oÿ/si diverse comme cesti. » (v. 14-17). Cette captatio benevolentiae répète l’adjectif divers(e) qui qualifie le livre et l’histoire racontée en les faisant entrer dans le monde des mirabilia. L’excursus sur les pouvoirs magiques et techniques de Virgile garantit les merveilles créées par les trois rois africains experts en clergie et nigromance à propos de laquelle le narrateur affirme :

Je […] di que nigromancie
est mout merveilleuse clergie,
car mainte merveille en a on
faite pieç’a, bien le set on. (v. 1645-1648)

24Le roman est dominé par l’histoire de ce cheval de bois que chevauche le jeune héros, brusquement éloigné de son pays, parcourant à vive allure des paysages inconnus, jusqu’à ce qu’il découvre le mécanisme qui permet de diriger sa monture. Son atterrissage est parfait ; il arrive en Toscane à Chastel Noble où dort la belle Clarmondine. Un déplacement dans l’instrumentalisation de l’automate s’opère : fabriqué par un roi laid pour obtenir la main de la jolie princesse Marine, le cheval mécanique aidait donc à la capture d’une épouse, mais entre les mains de Cleomadés qui l’a monté sans autre intention que de l’essayer, il devient l’adjuvant principal de la découverte puis de la quête de la femme aimée. À l’origine de la fabrication du cheval, il y a un manque, d’où un désir ; il sera entretenu tout au long du roman, chargé de pensées et de comportements mauvais dans le cas de Crompart, vivifié par des attitudes et des actes dignes d’un chevalier courtois, d’un fin amant, dans le personnage de Cleomadés.

25Adenet le Roi a reçu la matière de son roman, ce conte du cheval d’ébène, qu’il désigne comme l’estoire ou la matere, que ses deux commanditaires, Marie de Brabant, reine de France, épouse de Philippe III, et Blanche Anne de France, sœur du roi, lui ont demandé de mettre en vers :

Qui de ceste estoire vorra
avant savoir, il couvenra
que il la matere tant quiere
que il la truist, se il l’a chiere ;
car les dames qui m’en conterent
ce qu’en ai dit n’en deviserent
fors tant que dit vous en ai ci.
Dieu de lor commant mout merci,
quant ains me firent entremetre
de ceste estoire en rime metre ; (v. 18528-18538)

  • 22 Lorsqu’il revient au château de Clarmondine pour l’enlever, le héros dit la vérité sur son moyen d (...)
  • 23 Les deux autres voyages dans les airs sont faits, l’un par Crompart lorsqu’il enlève Clarmondine d (...)
  • 24 Vers 3917-3942.

26À l’instar de son héros, il est d’abord mené par l’automate puis il en use avec science pour aller et venir22. On compte sept déplacements du cheval dans les airs, dont cinq sont accomplis par le héros23. Les cinq chevauchées du héros se font en relation avec la femme aimée. On assiste à un premier aller et retour, de Séville en Toscane, puis de Toscane à Séville. Le premier déplacement du héros est involontaire, il lui fait découvrir Clarmondine dont il tombe aussitôt amoureux et pose pour le lecteur l’entrée en domaine de fin’amour. Le deuxième envol, volontaire, est doublement nécessaire à la suite du récit : il permet le retour de Cleomadés vers Clarmondine, retour qui lui permet de faire connaître sa véritable identité. En effet, quand il arrive inopinément à Chastel Noble la première fois, il se fait passer pour celui à qui elle était promise, Bleopatris ; en état de mensonge, le héros ne peut prétendre à une histoire d’amour avec Clarmondine ; de plus son usurpation d’identité ayant été découverte par le père de Clarmondine, il est condamné à mort et n’a plus qu’à chercher à s’enfuir : il repousse la pendaison comme indigne du chevalier qu’il est et demande à mourir à cheval24. Une fois monté sur son cheval d’ébène, il tourne une clef et s’envole vers Séville :

Lors n’atendi pas longuement,
ains mist la main apertement
au front dou cheval et tourna
la cheville et lors s’en ala
li chevaus atout lui errant,
si tres tost parmi l’air fendant
k’a merveilles s’en esbahirent
cil qui de la partir le virent. (v. 3963-3970)

  • 25 Il demande à son père de lui permettre de retourner à Chastel Noble : « M’avez otriié/que la voise (...)
  • 26 Le narrateur joue du motif de l’enlèvement, retardant ainsi le moment de la réunion légitime des a (...)

27Le second aller et retour corrige donc en quelque sorte le premier : d’une part il revient en se faisant connaître en tant que Cleomadés et d’autre part il repart avec Clarmondine qu’il conduit à Séville25. L’histoire d’amour serait accomplie sans l’obstacle du père lié par la promesse qu’il a faite de sa fille à Bleopatris. Cleomadés n’avait donc d’autre recours que d’enlever Clarmondine26. Au cours de ce voyage de retour vers Séville, le narrateur renchérit sur le savoir-faire de Cleomadés qui sait maintenant non seulement diriger sa monture mais de plus en réduire l’allure pour rendre agréable à Clarmondine cet étrange vol :

[…] pas mout tost n’aloit,
car la pucele deportoit,
que ne la vouloit traveillier ;
a la foiz la faisoit mengier
ou seur riviere ou seur fontaine ;
de li servir forment se paine,
car son cuer avoit atorné
a faire a son povoir son gré. (v. 5403-5410)

  • 27 Le motif de l’enlèvement par Crompart évoque pour le lecteur les rapts opérés parfois par des pira (...)

28Une seconde péripétie vient encore retarder la réunion des amants. Lorsqu’ils arrivent à Séville, la fatigue de Clarmondine est telle, malgré les soins qu’il lui a prodigués, que Cleomadés la laisse se reposer dans un jardin en compagnie du cheval tandis qu’il part chercher sa mère et ses sœurs pour leur présenter celle qu’il désire épouser. Et près de ce jardin Crompart, qui était en train de cueillir des simples, voit l’automate : à la fois pris de concupiscence pour la jeune fille qui chante en son jardin et de haine envers Cleomadés, il enlève Clarmondine27. Durant tout l’épisode entre Crompart et Clarmondine, le cheval est au repos. Les événements se déroulent en deux lieux et le narrateur entrelace le récit des aventures de Clarmondine près de Salerne où Crompart a fait se poser le cheval volant avec celles de Cleomadès. Et tandis que Clarmondine se défend des assauts de Crompart puis, après la mort de ce dernier, des demandes d’amour du roi de Salerne Meniadus, Cleomadés est à sa recherche. Le héros se retrouve comme au début du roman sans le cheval magique. L’existence de Cleomadés avant son énamourement était celle d’un jeune chevalier. Le narrateur en raconte les enfances. La matière est épique. Après la rencontre de la femme aimée, et l’ayant perdue, le chevalier solitaire entre en quête, ou plutôt en reconquête. Cleomadés devient un chevalier errant chevauchant des chevaux de chair ou marchant.

  • 28 Voir Silvère Menegaldo, Le Jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles. Du pe (...)
  • 29 « et dou cheval que senefie/li pria mout qu’ele li die. » (v. 7189-7190)

29C’est alors qu’entre en scène le personnage du ménestrel, Pinçonnet28. Le narrateur lui donne un rôle très important ; c’est en compagnie de lui que Cleomadés erre à la recherche de Clarmondine. Et, de plus, son personnage est en quelque sorte dupliqué par l’association du cheval magique au métier de ménestrel : en effet, un écho est créé entre les deux amants car ils sont tous deux liés à un ménestrel, personnage présent dans le récit pour Cleomadés et imaginé par Clarmondine lors d’un « récit-dans-le-récit » qu’elle tient au roi de Salerne, Meniadus. Voulant échapper à ses avances, elle simule la folie, s’invente un nom (Perdue) et une vie antérieure dans laquelle Crompart (son prétendu mari) exerçait, raconte-t-elle, le métier de ménestrel, musicien et montreur de l’automate dont il actionnait, rêve Clarmondine, le mécanisme. Le roi l’interrogeant sur la nature de cet objet étonnant29, elle explique :

  • 30 Les deux derniers vers annoncent la suite du récit et, dans cette prolepse, l’accent est mis une n (...)

Dou cheval de fust qu’il menoit
vous dirai que il en faisoit.
Sachiez qu’ains mieudres menestrés
de lui ne fu ainc nul jour nes ;
tant fu soutieus et de bon sens
qu’il savoit de tous instrumens
quanques nus en povoit savoir.
Assez nous gaaignoit d’avoir
dou cheval de fust qu’il avoit,
car si bien jouer en savoit
que c’ert merveille a esgarder.
Le cheval faites bien garder,
k’encore porroit teus venir
qui en saroit a chief venir30. (v. 7229-7240)

30Enfin, c’est grâce à lui, homme à la fois sage, intelligent et intuitif, que le héros va retrouver Clarmondine à Salerne. Il a l’initiative du départ vers Salerne, ville de rencontres, d’échanges, où le roi Meniadus cherche à recueillir des nouvelles du monde entier :

La sarez nouveles plusours,
car marcheant et autre gent,
qui par iluec passent souvent,
sont quite de tolnieu paier
pour sans plus nouveles noncier
a lui des estranges pays,
ainsi l’a maintenu tous dis ;
cil rois, qui est courtois et frans,
nouveles veut oÿr tous tans,
nus hom n’i paie autre paiage. (v. 12382-12391)

31Et, plus loin, il avoue qu’il a une intuition : « Li cuers me dist, se la alons,/aucunes nouveles orrons/de ce que vous alés querant. » (v. 12403-1245) Arrivés à Salerne, Pinçonnet apprend la présence de Perdue/Clarmondine à la cour du roi ; Cleomadés s’y rend et se faisant passer pour médecin, propose au roi de guérir la jeune fille réputée atteinte de folie. La cause de son mal est le cheval, dit le soi-disant médecin :

Or sachiez bien par verité
que pas son sens perdu n’eüst
la pucele, se ce ne fust
par le cheval. (v. 12914-12917)

  • 31 Les fauconniers l’avaient décrite à Meniadus comme « chose desguisee » (v. 6717). Rappelons que Cl (...)

32Meniadus et Cleomadés ne donnent pas le même sens à cette affirmation, mais convaincu du caractère magique, voire maléfique, de cette figure de bois31, le roi laisse Cleomadés s’approcher du cheval, après lui avoir permis de rencontrer Clarmondine, et le regarde faire trois tours autour de lui, devant des spectateurs médusés. Comme l’écrit le narrateur :

[…] lors ala
tout entour le cheval trois tours
pour amuser les museours,
le roi et ceaus qui la estoient,
qui tout certainement cuidoient
qu’il le feïst par maistire. (v. 13173-13179)

  • 32 « Ja avoit sa main adrecie/au front dou cheval, lors torna/la cheville et si s’en ala. » (v. 13558 (...)

33Pinçonnet assiste à la scène de même qu’au départ des amants32 après que des préparatifs ordonnés par le faux médecin et une minutieuse mise en scène ont été orchestrés par ce dernier. Il revient alors au ménestrel Pinçonnet de raconter au roi friand de nouvelles l’aventure extraordinaire de Cleomadés et de Clarmondine et de conclure que toute l’histoire des amants repose sur l’existence du cheval magique :

Sachiez que par cel cheval la
seur quoi Cleomadés s’en va
est toute la chose avenue
qui ci vous est ramenteüe. (v. 13755-13758)

34Adenet le Roi, à la demande de ses deux nobles commanditaires, place au centre de son roman le conte du cheval de fust, mais il y fait figurer deux autres automates à qui il fait tenir le rôle de faire-valoir. En effet, qu’il s’agisse de leurs inventeurs, des matériaux utilisés pour les construire, de leurs pouvoirs respectifs, de l’issue de leurs mises à l’essai à la cour du roi, des dons qu’ils constituent à la fin du roman, enfin de la façon dont le narrateur les décrit, le cheval de fust est toujours placé à un niveau supérieur. Indissociable du héros dont il est la monture dans sa quête de la femme aimée, il en devient l’emblème. Ainsi peut-on voir réunies en cet automate les trois fonctions dont est chargé un roi exemplaire, comme l’est Cleomadés ; alors que le premier automate, la poule, évoque la fonction nourricière et le second, l’androïde musicien, la fonction guerrière, le cheval, associé au personnage de Cleomadés lui permet de remplir la fonction thaumaturge. Il est vrai que des trois automates, le cheval d’ébène est celui qui étonne le plus, au point d’être perçu au sein de la fiction comme venu de l’enfer. Il est chargé de traits magiques, tant par Cleomadés qui s’invente une mainmise des fées sur sa personne, une sorte d’enchantement dont il serait la victime et qui l’aurait conduit sur la tour du château où dort Clarmondine, que par le regard prêté par le narrateur à ceux qui le voient, ou mieux encore, assistent à son envol quasi diabolique. Objet d’un autre monde, objet de nigromancie, le cheval d’ébène joue dans la fiction en tant qu’instrument romanesque. Il permet aux rouages du récit de tourner ; le narrateur lui adjoint le personnage de Pinçonnet, le ménestrel grâce à l’habilité de qui les amants se retrouveront. Le cheval de fust est un automate « divers et merveilleus » à l’image du conte où il prend son origine et de l’estoire qu’écrit Adenet le Roi. La merveille réside dans le maniement de ses chevilles ou clefs d’acier :

Sachiez que li chevaus ert tes
que de cui que il fu portés
ne sambloit nule riens pesans,
mais un petit ert encombrans
pour la grandeur qui ert en lui,
k’a porter ne grevoit nului,
mais que les chevillettes fussent
tornees si qu’eles deüssent :
un petit enfes le portast,
s’a droit les chevilles tornast. (v. 6599-6608)

Notes

1 Édition utilisée : Albert Henry, Les Œuvres d’Adenet le Roi, t. V, Cleomadés, vol. I : texte et vol. II : Introduction, Notes, Tables, Éditions de l’université Libre de Bruxelles, 1971.

2 Cleomadés est écrit dans les années 1280, avant 1283.

3 Voir Christine Ferlampin-Acher, « Autant en emporte le vent : vols, merveilles et transports amoureux dans quelques romans français du Moyen Âge », Mélanges Jean Claude Faucon, Paris, Champion, 2000, p. 133-148 pour l’étude ses automates dans ce roman. Voir aussi Anne Berthelot : « Cleomades. De la conjointure au déploiement ». Styles et valeurs. Pour une histoire de l’art littéraire au Moyen Âge, textes réunis par Daniel Poirion, Paris, SEDES, 1990, p. 9-35, en particulier p. 28 : « Le roman, tel que le conçoit Adenet le Roi est […] un produit artisanal, fabriqué par un bon ouvrier qui maîtrise bien son métier […]. Pour un tel écrivain, Virgile est un confrère, qui n’a pas […] fait de livres, mais qui a créé des objets « prodigieux ».

4 Voir Reinhold Hammerstein, Macht und Klang. Tönende Automaten als Realität und Fiktion in del Alten und mittelalterlichen Welt, Bern, Francke, 1986, p. 20 pour le sonneur de trompette ; voir aussi l’édition bilingue Les Pneumatiques d’Héron d’Alexandrie, introduction, traduction et notes par Gilbert Argoud et Jean-Yves Guillaumin, Centre Jean Palerne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1997, en particulier p. 138-41, livre II, § 10 où est expliquée la fabrication du sonneur de trompette (fig. 54). Sur l’existence des chevaux de bois au Moyen Âge et leur signification, voir Jean-Claude Schmitt, « “Jeunes” et danses des chevaux de bois. Le folklore méridional dans les “exempla”. XIII-XIVe siècle », La Religion populaire en Languedoc duXIIIe à la moitié duXIVe siècle, Cahier de Fanjeaux no 11, Toulouse, Privat, 1976, p. 127-158.

5 Voir A. Henry, vol. II cité, chapitre IV « Source et composition », p. 605-660. Page 616, A. Henry rappelle l’avis de Paul Aebisher : « les cercles aristocratiques du XIIIe siècle, en Europe occidentale, connaissaient deux versions de ce conte du cheval de bois. » Les versions arabes des Mille et une Nuits mentionnent trois automates, dont le paon (var : la paonne), voir ibid. p. 610, note 3. En 2012, Danièle Buschinger revient sur la question de la connaissance des contes des Mille et une Nuits au Moyen Âge et, après avoir relevé des « ressemblances typologiques ou polygénétiques », conclut : « on peut être à peu près certain qu’il n’y a pas eu, à de rares exceptions près, d’emprunts faits par les auteurs médiévaux aux conteurs orientaux » (« Les Mille et une Nuits et la littérature européenne, quelques rapprochements », La réception mondiale et transdisciplinaire des Mille et une Nuits. Textes réunis et présentés par Waël Rabadi et Isabelle Bernard, Médiévales 51, Presses du Centre d’Études médiévales, université de Picardie-Jules Verne, Amiens, 2012, p. 117-139, en particulier p. 136). Mais en 2013, paraît l’étude novatrice d’Aurélie Houdebert sur les sources de l’histoire du cheval de bois au centre du Cleomadés et du Meliacin, « L’histoire du cheval d’ébène de Tolède à Paris : propositions sur les modalités d’une transmission », Byzance et l’occident. Rencontre de l’Est et de l’Ouest, Emese Egedi-Kovács (dir.), College EötvosJózsef Elte, Budapest, 2013, p. 143-156. L’auteur s’intéresse à la découverte faite en 2010 par Claudia Ott d’un manuscrit de l’Aga Khan Museum (Genève) qui contient « la plus ancienne version connue à ce jour de la collection des contes arabes Les Cent et une Nuits » et propose une transmission du conte du cheval d’ébène par Marie de Brabant et Blanche Anne, les deux commanditaires nommées par Adenet, qui ont quitté la cour d’Espagne pour Paris : « D’un point de vue historique, il n’est pas impossible d’envisager l’existence d’un manuscrit espagnol connu de Blanche de France, voire possédé par elle » (p. 159) ; le manuscrit arabe des Cent et une Nuits, daté de 1235, est consultable en ligne : http://www.ecorpus.org/fre/notices/105291-AGK_Ms01.html. A. Houdebert indique néanmoins que « Malheureusement, le conte du cheval d’ébène, qui figure à la fin du recueil est incomplet. […] Il est donc exclu d’envisager le manuscrit comme pôle de comparaison avec les romans français. Les quelques feuillets conservés se révèlent cependant précieux : le texte correspond en effet en tout point aux versions maghrébines du conte, telles qu’elles apparaissent dans les manuscrits du XVIIIe siècle ayant servi de support à l’édition des Cent et une Nuits par Gaudefroy-Demonbines » (Arles, Sindbad, 1998, p. 183-198).

6 Dans l’attente d’une édition commentée de ce manuscrit des Cent et une Nuits, voir Les Mille et une Nuits, contes traduits par Jamel-Eddine Bencheikh et André Miquel, Paris, Gallimard, 2005-2006, 3 vol., coll. « La Pléiade ». Il s’agit de la première traduction en français de la totalité des 1 205 poèmes contenus dans l’édition de Boulaq.

7 « Lais et petis fu et boçus,/ieus enfossez et nes camus/avoit et si ot courbe eschine/et le menton sor la poitrine » (v. 1501-1504).

8 A. Henry met en retrait le vers 1499 pour nous donner à voir que certains copistes mettent en valeur un passage par l’emploi d’une capitale initiale : « Les vers imprimés en léger retrait par rapport à la justification indiquent qu’il y a une capitale initiale dans les mss AGY ou dans certains d’entre eux », éd. cit., p. 9.

9 Au cours du roman, des spectateurs du prodigieux cheval volant l’imaginent sorti de l’enfer ; par exemple, au moment où Cleomadés s’envole de Chastel Noble sous les yeux du roi Carmant qui l’avait condamné à mort : « Dient sa gent : Sire, sachiez/n’est pas hom, ja ne cuidiez. /Mieus creons que ce soit maufez/qui fors d’enfer soit eschapez/et se soit mis en guise d’onme ;/n’est pas hom morteus, c’est la sonme,/car nule riens ainsi n’iroit, se dÿables d’enfer n’estoit. » (v. 3981-3988). Seul un cheval infernal peut servir de monture à un diable. Voir l’art. cit. de J.-Cl. Schmitt, « “Jeunes” et danse des chevaux de bois » : cette danse est en relation avec les morts et les enfers.

10 Voir Emmanuèle Baumgartner, « Le temps des automates », Le nombre du Temps, en hommage à Paul Zumthor, Paris, Champion, 1988, p. 15-21. Sans être la figure du temps qui passe et de la vanité du « paradis artificiel entièrement créé et agencé par le savoir de l’artiste », comme l’analyse E. Baumgartner, le sonneur de trompette dénonce la fragilité des équilibres humains, la menace qui pèse sur tout royaume apparemment en paix et l’illusion dont chacun peut être victime.

11 Dans le premier cas, les spectateurs sont fascinés par la beauté du cheval et ne prêtent pas attention au son de la trompette (v. 2407-2424). Dans le second cas, la cour de Séville accueille avec force démonstrations de joie le retour de Cleomadés et n’entend pas la trompette qui avertit de l’enlèvement de Clarmondine par Crompart (v. 5652-5666).

12 Des vers 16059 à 18458. Ce long passage constitue ce que Silvère Menegaldo a désigné d’abord comme « épilogue » au roman avant de justifier son ampleur par le souci rhétorique de l’amplificatio, de la copia du récit, puis par la beauté de l’objet-livre et le mode de lecture silencieuse et lente de l’époque ; voir son article : « Un roman qui ne sait pas finir : l’interminable épilogue matrimonial dans le Cleomadés d’Adenet le Roi », La Digression dans la littérature et l’art du moyen âge, études réunies par Chantal Connochie-Bourgne, Senefiance no 51, Publications de l’université de Provence, 2005, p. 289-299.

13 « Cleomadés com noble rois/et conme larges et courtois/fourni sa feste et acheva ». (v. 18027-18029).

14 Voir l’épisode de la rencontre de Cleomadés et Clarmondine aux vers 3185-3988 ou mensonges et ruses se multiplient, ce qui fait conclure au roi Carmant qu’il a été trahi : « bien nous a traÿ » (v. 3977).

15 Cet épisode est placé après la description des trois automates : v. 1649-1824. La mention du miroir magique tient en huit vers : « A Rome fist, c’est verités,/Virgiles plus grant chose assez,/car il fist un mireor/par quoi on povoit bien savoir,/par ymage qu’il y avoit,/se nus vers Ronme porchaçoit/ne fausseté ne traÿson/de ceaus de leur subjectïon. » (v. 1691-1698).

16 Biendoitplaire est la mère de Meniadus, roi de Salerne ; c’est elle qui prit soin de Clarmondine lorsque son fils, l’ayant découverte en compagnie de son ravisseur Crompart et, tombé aussitôt amoureux, l’eut amenée à sa cour : pour échapper à tout autre désir qu’à celui de Cleomadés, Clarmondine simula la folie. C’est là que Cleomadés la retrouva. À la fin du roman, Meniadus épouse Marine, la jeune sœur de Cleomadés, que convoitait Crompart. Le narrateur précise avec humour que ce nom étonnant de Bien doit plaire (qu’il a forgé) est un nom d’autrefois : « c’est des nons de ça en arrier. » (v. 7157).

17 Vers 2667-2700.

18 Cleomadés ne craint rien tant qu’il est en compagnie de son cheval : « [il] n’a garde d’avoir nul anui/tant qu’il ait son cheval o lui ». (v. 4255-4256)

19 E. Baumgartner écrit à propos des automates que leur « mode d’intervention dans les textes est lié au problème plus général de la représentation du temps dans le récit de fiction. », art. cit. p. 15. Voir aussi Christine Ferlampin-Acher, art. cit., p. 137 : « Le cheval semble n’être plus qu’une utilité dramatique au service des amours du héros » et note 16 : « On retrouvera tout au long du roman la rapidité qui permet d’éluder les descriptions et l’entrelacement qui autorise à abandonner le cheval et à se tourner vers un public interdit (v. 3943 sq.), tandis que les vols ne sont pas décrits (v. 4036 sq.).

20 Le terme cheville, qui vient du latin clavicula désigne au Moyen Âge « une pièce de bois ou de métal, mince et allongée, servant à boucher un trou ou à assembler des pièces » (voir TLF V, 684b cheville, FEW II-1, 750b, 760b, 761a, clavicula). Il est intéressant de noter qu’Albert Henry (op. cit., t. II, ch. XX) écrit à propos du travail d’écriture d’Adenet : « Ce qui l’a occupé pendant la réélaboration de sa matière, ce sont surtout des problèmes de techniques romanesques », p. 660 ; et, tout au long de ce chapitre, il utilise la métaphore de l’engrenage : « Adenet tente bien d’engrener tous les événements sans toujours y réussir », p. 655 ; « Adenet tente de mettre au point et de bien huiler tout l’engrenage des événements », p. 656. Il semble que l’emploi du terme cheville comme terme technique de versification n’apparaisse qu’au XVIe siècle : voir Dictionnaire Godefroy, t. IX : « cheviller des vers, y faire entrer des mots de remplissage » (Préface des Œuvres Meslees de Jodelle).

21 Voir Francis Dubost, « De quelques chevaux extraordinaires dans le récit médiéval : esquisse d’une configuration imaginaire », Le cheval dans le monde médiéval, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA, 1992, Senefiance no 32, p. 186-208 ; en particulier p. 203 : « Ce qu’Adenet défend ici, c’est l’instrument romanesque. Tel est en effet le rôle essentiel du cheval de fust.[…] Le cheval volant relève du merveilleux instrumental que l’homme sait maîtriser et qu’il peut ainsi engager dans l’aventure du désir, véritable enjeu du texte. »

22 Lorsqu’il revient au château de Clarmondine pour l’enlever, le héros dit la vérité sur son moyen de déplacement dans les airs ; il ne raconte plus que ce sont des fées qui le mènent ainsi à leur gré ; il est maître de sa monture et raconte « conment ert alez et venus/sor le chevalet de benus » (v. 4717-4718).

23 Les deux autres voyages dans les airs sont faits, l’un par Crompart lorsqu’il enlève Clarmondine dans le jardin de Séville, l’autre par le messager envoyé par Cleomadés à Carmant pour l’inviter à son couronnement et à son mariage. Dans ces deux cas, le narrateur ne décrit pas la façon dont le cheval est mû ; le dernier voyage du cheval monté par le messager est fait selon les instructions de Cleomadés qui en a la maîtrise absolue et dans le but d’avoir un moyen de déplacement rapide ; l’automate n’est plus qu’un moyen de locomotion.

24 Vers 3917-3942.

25 Il demande à son père de lui permettre de retourner à Chastel Noble : « M’avez otriié/que la voise par vo congié,/seur mon cheval, tost i serai,/la pucele, espoir, amenrai » (v. 4227-4230) ; on note que les mots cheval et pucele occupent la même première place, valorisante, dans les deux vers consécutifs.

26 Le narrateur joue du motif de l’enlèvement, retardant ainsi le moment de la réunion légitime des amants, qui sera rendue possible par le consentement du père de Clarmondine.

27 Le motif de l’enlèvement par Crompart évoque pour le lecteur les rapts opérés parfois par des pirates en particulier dans les romans dits « idylliques ». Les raisons de cet enlèvement sont exprimées par le narrateur : « Lors pensa que il l’enmenroit,/quant Marine avoir ne povoit,/et feroit de celi s’amie,/k’ains ne vit si bele en sa vie. /Liez est quant il se puet vengier/et avoir si biau restorier » (v. 5589-5594).

28 Voir Silvère Menegaldo, Le Jongleur dans la littérature narrative des XIIe et XIIIe siècles. Du personnage au masque, Paris, Champion, 2005. Pour Pinçonnet, se reporter aux renvois de l’index. Sur le personnage du jongleur, S. Menegaldo montre comme il pourrait prendre en charge la figure de l’auteur : « L’intelligence est donc bien la qualité première de nos personnages, pouvant impliquer une sorte d’omniscience, ou du moins la capacité de faire face à toutes les situations », p. 265. Pinçonnet est bien de ceux-là, « personnage embrayeur » qui renvoie « à l’activité spécifique de l’auteur », p. 580.

29 « et dou cheval que senefie/li pria mout qu’ele li die. » (v. 7189-7190)

30 Les deux derniers vers annoncent la suite du récit et, dans cette prolepse, l’accent est mis une nouvelle fois sur la maîtrise du cheval de fust par Cleomadés.

31 Les fauconniers l’avaient décrite à Meniadus comme « chose desguisee » (v. 6717). Rappelons que Cleomadés a inventé une histoire « merveilleuse et diverse » pour se disculper devant le père de Clarmondine lorsqu’il arrive sans le vouloir à Chastel Noble : il serait le jouet des fées, qui tous les trois ans le font voler, endormi, sur un cheval pendant trois jours puis l’abandonnent sur une tour (v. 3646-3682).

32 « Ja avoit sa main adrecie/au front dou cheval, lors torna/la cheville et si s’en ala. » (v. 13558-13560).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search