Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Résumés des articles

Testo integrale

1Stéphanie Bernard: « Jane Eyre : A Portrait of the Artist as a Young Woman »

2Le roman de Charlotte Brontë donne à voir la transformation de Jane, simple gouvernante dans l’Angleterre du XIXe siècle, en une figure de l’artiste. Confrontée à la trahison de Rochester et à la menace de la folie représentée par Bertha, la femme folle, Jane opte pour une autre voie. Choisissant de vivre à l’écart de la société victorienne, elle parvient à devenir elle-même et, par-là, à faire entendre une voix féminine. Ce n’est pas le féminisme qui se dit, mais la féminité qui s’écrit dans un texte empreint de poésie et d’étrangeté.

3Caroline Bertonèche : « Committing to Female Politics : Mary Wollstonecraft or the Voice of Romantic Emancipation »

4Cet article rend hommage aux talents romanesques de l’écrivain féministe, Mary Wollstonecraft, auteure de deux œuvres majeures de fiction, pourtant moins connues que son essai sur les droits de la femme. Figure reine de l’engagement politique au siècle romantique, Wollstonecraft, femme (émancipée) de Godwin, théoricienne de l’éducation et mère de Mary Shelley, est ici mise à l’honneur pour avoir su donner au roman, par-delà la cruauté « gothique » du genre, ses (en) jeux sexuels et sa mauvaise réputation, une nouvelle identité sociale ainsi qu’une toute autre dimension de lecture.

5Laure Blanchemain Faucon : « Imagination et engagement dans Maria, or, The Wrongs of Woman de Mary Wollstonecraft »

6La contradiction apparente entre défense de la raison et appel à l’imagination chez Mary Wollstonecraft doit en réalité être liée à son engagement : dans le cadre d’un roman tel que The Wrongs of Woman, l’imagination devient le catalyseur qui renforce l’impact du discours. Le recours aux images, et notamment aux métaphores gothiques, a principalement une fonction hyperbolique et la spatialisation de l’esprit révèle une tendance à projeter le privé dans le domaine du public, dans le but de rendre plus perceptible le vécu des femmes.

7Patrice Bouche : « Margracia Loudon : engagement d’avant-garde, combat d’arrière-garde ? »

8Loudon, fille de propriétaire foncier anglo-irlandais, fut l’un des premiers auteurs à défendre la cause du libre-échange commercial, dès 1835. Néanmoins, après une brève notoriété, elle sombra dans un oubli total, contrairement à Jane Marcet et Harriet Martineau. Si ces auteurs trouvèrent dans le conte une forme à la fois compatible avec une visée vulgarisatrice, et suffisamment « mineure » pour autoriser une prise de parole féminine, il semble que Loudon se soit fourvoyée en insérant ses opinions dans des romans sentimentaux, puis en adoptant la forme non-fictionnelle du traité.

9Odile Boucher-Rivalain : « L’engagement de Harriet Martineau (1802-1876) dans sa fiction des années 1830-1840 »

10Outre sa série de contes didactiques Illustrations of Political Economy (1832-1834), Harriet Martineau est l’auteure de deux romans révélateurs de l’engagement social et politique qui caractérisa sa carrière de journaliste et de femme de lettres. Après avoir évoqué la manière dont apparaît la notion d’engagement dans Deerbrook (1839), son premier roman, le présent article s’attache essentiellement à analyser la représentation de l’engagement du héros Toussaint L’Ouverture dans The Hour and the Man (1841) et à poser la question de la nature du récit : le roman de Martineau est-il un roman historique rendant hommage au père de la république d’Haïti, ou bien va-t-il au-delà de la limite qu’exige le respect de la réalité historique pour donner du héros l’image d’un homme faisant face à des responsabilités complexes ? C’est aussi l’engagement de Martineau elle-même en faveur de l’abolitionnisme que révèle le roman.

11Pascale Denance : « Figures archétypales de rebelle dans trois romans du XIXe siècle : Pride and Prejudice, Jane Eyre et Middlemarch »

12Comme beaucoup de romans majeurs du XIXe siècle, Pride and Prejudice de Jane Austen, Jane Eyre de Charlotte Brontë et Middlemarch de George Eliot privilégient l’exploration d’une conscience de femme et l’expression d’une protestation politique et sociale en posant un regard sur le monde d’un point de vue différent. La lecture proposée ici se fait à partir de l’étude de la réécriture de trois figures archétypales de rebelle : Lilith, Antigone et la femme de Barbe Bleue. Ces archétypes fournissent des modèles identitaires à des formes différentes d’engagement politique : la révolte radicale et sans concession, la fuite, et enfin une lutte pragmatique contre l’injustice. On peut mettre au jour la présence d’une combinatoire de ces divers paramètres dans chacun des trois romans considérés et montrer ainsi la force, mais aussi les limites de ces archétypes en tant que modèles identitaires.

13Stéphanie Drouet-Richet : « George Eliot, écrivain engagé ? Quelques pistes pour une réflexion »

14Dans sa vie comme dans son œuvre, l’engagement de George Eliot apparaît pétri de contradictions et d’ambiguïtés, de doutes et de tensions apparemment difficilement réconciliables. Entre audace et conservatisme, son engagement revêt alors une forme moins concrète que morale, universelle, éthique et esthétique, visant à dépasser ses contradictions internes et celles de son siècle : une tentative de résolution, loin des formes traditionnelles de croyance, des forces destructrices qui menacent l’homme et la société, vers un humanisme séculier fondé sur la sympathie, la responsabilité et l’union des âmes.

15Thierry Goater : « Stratégies auctoriales et discursives de l’engagement au féminin chez Jane Austen »

16A priori rien de plus étranger à l’engagement que Jane Austen, romancière discrète dont les récits semblent situés à l’écart des soubresauts du temps et du monde. Et pourtant, elle s’est nourrie des idées révolutionnaires de Mary Wollstonecraft sur le mariage ou l’éducation des jeunes filles. Occupant une position centrale, voire inaugurale dans la généalogie des femmes écrivains britanniques, elle a aussi contribué à donner au roman féminin toute sa place dans la littérature. Cet article cherche à montrer comment l’écriture est le lieu même de l’engagement paradoxal, oblique d’Austen, un engagement tout en voilement et dévoilement qui interroge l’inscription du féminin dans un monde phallocentrique.

17Gaïane Hanser : « Des discours politiques fantasmés aux silences expressifs : le développement d’une rhétorique de l’engagement féminin dans l’œuvre de Charlotte Brontë »

18Charlotte Brontë met en place dès ses œuvres de jeunesse une rhétorique de l'engagement, visible à travers un jeu d'affrontements politiques et littéraires entre ses personnages et ceux de Branwell. Dans ses romans de maturité, elle fait évoluer cette stratégie narrative pour exprimer des préoccupations sociales, concernant notamment la place des femmes dans la société ; elle joue alors sur les silences, la superposition de discours et l'ambiguïté, ce qui lui permet de contourner les cadres patriarcaux tout en donnant l’impression de respecter en apparence les convenances imposées par la société victorienne.

19Isabelle Hervouet-Farrar : « Quand Charlotte Brontë s’engage dans le roman victorien : The Professor »

20Quand elle s’éloigne de l’univers d’Angria pour s’engager dans le roman réaliste en 1846 avec The Professor, Charlotte Brontë articule son œuvre autour du travail et de la famille, deux valeurs essentielles aux yeux des Victoriens. Le traitement qu’elle leur accorde au fil de l’histoire de son héros, William Crimsworth, donne le sentiment qu’elle a voulu écrire un roman très conservateur. Une lecture plus attentive montre cependant que ce conservatisme sert un projet qui le dépasse largement. Il semble s’agir, pour Charlotte Brontë, de parvenir à exprimer un contenu – souvent déroutant – marqué par l’exclusion, l’angoisse et la mort, et de tenter d’inscrire la perte.

21Julien Morel : « Le pittoresque comme instrument de l’engagement chez Ann Radcliffe »

22Les héroïnes d’Ann Radcliffe semblent, à bien des égards, différentes du modèle de la victime fragile du roman gothique de la fin du XVIIIe siècle. Elles sont douées de capacités de raisonnement et d’analyse en grande partie dérivées de leur pratique de l’esthétique pittoresque. L’objet de cet article est donc de démontrer comment, par le biais d’une esthétique en quête constante d’harmonie et d’équilibre, Radcliffe construit des personnages féminins capables de tempérer la force écrasante du sublime masculin, pour aboutir à une société libérée de la menace qu’il représente.

23Élise Ouvrard : « L’engagement moral et religieux dans l’œuvre romanesque d’Anne Brontë : le modèle évangélique »

24Anne Brontë, particulièrement marquée par l’héritage évangélique de son milieu d’origine, associe l’idée d’engagement à la notion de perfectibilité humaine, et ce notamment, sur le plan moral et religieux. Si son premier roman Agnes Grey affiche pour une large part les caractéristiques de la littérature édifiante de l’époque, le second, The Tenant of Wildfell Hall, met en scène une réformatrice plus atypique. Helen Huntingdon manifeste en effet davantage d’audace dans l’influence qu’elle entend exercer sur les autres personnages et de manière plus indirecte sur les lecteurs et surtout les lectrices, auxquels l’auteure s’adresse pour parfaire leur formation ou leur réforme.

25Gaëtane Plottier : « Gothique féminin et engagement »

26Dans le récit gothique, le personnage féminin, à l’instar des héroïnes de Radcliffe, semble irrémédiablement entouré par la menace claire ou diffuse d’une autorité masculine. On peut parler de soumission, voire d’annexion de la femme par les figures masculines du genre. Condamnée au silence, maintenue dans l’ombre, ou menacée dans son intégrité physique, elle est toujours persécutée. Comment faire entendre la voix du féminin, au cœur d’un genre où il constitue pourtant l’éternelle victime ?

27Audrey Souchet : « Quand le gage d’amour se fait engagement féministe : la représentation du baiser dans Frankenstein et The Last Man de Mary Shelley »

28Cet article se propose de voir comment les deux romans les plus connus de Mary Shelley, Frankenstein et The Last Man bouleversent la représentation dominante du baiser à l’époque de la romancière. Représenté comme le signe d’une parfaite concorde entre les sexes par le courant romantique, Mary Shelley souligne quant à elle la dimension profondément inégalitaire de ce geste : provoquant jusqu’à la mort de la femme, le baiser amoureux cristallise la relation dissymétrique qui lie les sexes à l’époque de la romancière, et que sa mère a vigoureusement combattue.

29Patsy Stoneman: « ‘Warring members’: Varieties of commitment in the work of Elizabeth Gaskell »

30Elizabeth Gaskell admettait volontiers que sa propre personnalité présentait des « aspects conflictuels » (conscience sociale et goût pour le confort domestique par exemple), divisions qui semblent trouver un écho dans son œuvre et qui ont par la suite conduit les critiques à distinguer ses romans « sociaux » de ses écrits domestiques. Cet article cherche à démontrer que les engagements apparemment divers de Gaskell trouvent une unité dans l’importance qu’elle attache à la maternité – réinterprétée de manière radicale – dans la mesure où celles qui se voient confier l’éducation des enfants préparent les futurs citoyens.

31Benjamine Toussaint: « ‘What can I do with a girl who has been educated in Scotland ?’ou l’art de remettre en question le modèle patriarcal anglo-centrique selon Susan Ferrier »

32« What can I do with a girl who has been educated in Scotland? ». Cette question formulée par la mère de l’héroïne de Marriage souligne le double handicap dont souffrent à la fois cette héroïne et son auteure, Susan Ferrier. Derrière un conformisme apparent, ce roman aborde les questions de la condition féminine et de l’identité écossaise et formule un certain nombre de critiques sur la société de l’époque. Certaines de ces revendications font écho au discours proto-féministe de Mary Wollstonecraft en affirmant le droit pour les femmes de choisir leur époux indépendamment des critères matériels du marriage market et la nécessité pour elles d’avoir accès à une éducation qui leur permette de développer leurs facultés intellectuelles et rationnelles afin d’échapper aux chimères de la passion amoureuse et de choisir un compagnon dont les qualités morales et intellectuelles soient en harmonie avec les leurs. Ce n’est pas seulement dans les relations conjugales mais également au sein de l’union anglo-écossaise que Susan Ferrier cherche à instaurer une nouvelle forme d’équilibre en dénonçant les représentations caricaturales dont sont souvent victimes ses compatriotes. Sans être féministe ni nationaliste à proprement parler, ce roman témoigne bien d’une certaine forme d’engagement en remettant en question les schémas andro-et anglo-centriques de son époque.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540