Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Les auteurs

Texte intégral

1Stéphanie Bernard

2Stéphanie Bernard est l’auteure d’une thèse et d’articles sur Thomas Hardy et Joseph Conrad, s’intéressant particulièrement au tragique et à la modernité, à l’intertextualité et à la réécriture. Son travail porte également sur le féminin dans les textes de Conrad et Hardy et sur l’écriture féminine en tant que telle, notamment au travers de Jane Eyre de Charlotte Brontë. Elle a ainsi contribué à la Revue LISA en 2007 dans un article intitulé « Jane Eyre by Charlotte Brontë : The Never-Ending Story » et participé à l’ouvrage Jane Eyre : Le roman de Charlotte Brontë et le film de Franco Zeffirelli (Ellipses, 2008).

3Caroline Bertonèche

4Diplômée de l’Université d’Oxford en études romantiques, Caroline Bertonèche est maître de conférences en littérature anglaise à l’Université Stendhal à Grenoble. Elle est l’auteure de plusieurs articles sur le romantisme anglais, sur la littérature et la science, sur les questions d’héritage en poésie et la réécriture des mythes. Elle a publié deux ouvrages sur Keats : Keats et l’Italie. L’incitation au voyage (Paris : Michel Houdiard, 2011) et John Keats. Le poète et le mythe (Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 2011). Elle travaille désormais sur une traduction française inédite du Carnet d’anatomie et de physiologie de John Keats et dirige un ouvrage collectif sur les métaphores de la pathologie dont la publication est prévue en octobre 2012.

5Laure Blanchemain Faucon

6Laure Blanchemain Faucon, agrégée d’anglais et ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint Cloud, est actuellement maître de conférences à l’université de Limoges. Auteure d’un ouvrage intitulé L’imagination féminine dans les romans de Frances Burney (PUM, 2010) ainsi que de divers articles sur les romans de Frances Burney, elle a également produit des articles sur d’autres auteures, telles que Jane Austen ou Charlotte Brontë.

7Patrice Bouche

8Maître de conférences à l’IUT B de Lille 3 en sections Gestion urbaine et Animation sociale et socioculturelle, Patrice Bouche est l’auteur d’une thèse en civilisation britannique, soutenue en 2003, sur l’Économie philanthropique de Margracia Loudon, ouvrage dont il est question dans l’article. Ses recherches, qui ont généralement trait aux discours libéral et proto-socialiste du XIXe siècle, se portent à présent sur la controverse malthusienne. Ses publications comprennent des articles sur Robert Owen et William Morris.

9Odile Boucher-Rivalain

10Odile Boucher-Rivalain est professeur des universités en littérature britannique à l’université de Cergy-Pontoise. Auteure de deux ouvrages et de contributions à des ouvrages collectifs dans le domaine de la littérature britannique au XIXe siècle, ses publications portent non seulement sur le roman victorien, notamment sur la critique du roman par les Victoriens, mais aussi sur le domaine culturel, celui de la critique architecturale au début de l’ère victorienne (Ruskin en particulier).

11Pascale Denance

12Pascale Denance, maître de conférences à l’université d’Angers et membre du laboratoire CRILA, est l’auteure d’une thèse portant sur l’expression de la subjectivité et du genre dans la littérature américaine de la fin du XIXe siècle, intitulée : « “I – “Tim” – and – Me !” : essai sur l’entrelacs des genres comme fondement fictionnel à une rhétorique du sujet. Étude d’un corpus transgénérique de la fin du XIXe siècle : The Portrait of a Lady de Henry James, The Yellow Wallpaper de Charlotte Perkins Gilman et une sélection de poèmes d’Emily Dickinson ». Elle s’intéresse aux écritures de la subjectivité et du genre au XIXe siècle, notamment chez Jane Austen, Charlotte Brontë, George Eliot, Emily Dickinson, Henry James et Charlotte Perkins Gilman.

13Stéphanie Drouet-Richet

14Stéphanie Drouet-Richet est agrégée d’anglais et maître de conférences en littérature anglaise à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée « Les Marges du regard dans la fiction éliotienne » et sa recherche porte sur l’œuvre de George Eliot ainsi que sur la question du statut de la représentation visuelle dans d’autres romans victoriens, notamment ceux de M. E. Braddon et E. Gaskell.

15Thierry Goater

16Thierry Goater est agrégé d’anglais et maître de conférences au département d’anglais de l’Université Rennes 2, où il enseigne la traduction et la littérature. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur les « Romans de caractère et d’environnement » de Thomas Hardy. Il a publié des articles sur Thomas Hardy, D. H. Lawrence et Jane Austen, ainsi qu’une monographie sur Thomas Hardy (Thomas Hardy – Figures de l’aliénation, Presses Universitaires de Rennes, 2010). Il est membre du comité éditorial international de la Hardy Review.

17Gaïane Hanser

18Gaïane Hanser est doctorante en littérature anglaise et étudie « l’intrication textuelle et le déchiffrement du sens dans l’œuvre de Charlotte Brontë » sous la direction de J.-P. Naugrette à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Elle s’intéresse aux liens entre écriture et féminité, tant dans la littérature victorienne que dans les romans modernes, comme le montrent ses articles « Women’s voices in Charlotte Brontë’s novels » (Nexilis, vol. 2, printemps 2009) et « La Bit Lit et ses stratégies de contournement des cadres patriarcaux pour dire la féminité » (à paraître, Postures no 15).

19Isabelle Hervouet-Farrar

20Isabelle Hervouet-Farrar est agrégée d’anglais et maître de conférences en littérature britannique à l’Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand). Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat sur le roman gothique anglais et a publié plusieurs articles sur le roman gothique ainsi que sur le roman victorien, en particulier sur Charles Dickens et Wilkie Collins.

21Julien Morel

22Julien Morel est PRAG au sein du département d’études anglophones de l’université de Rouen, où il enseigne principalement la traduction en Licence et en Master. Son projet de thèse de doctorat porte sur Ann Radcliffe et le pittoresque. Il a également présenté ses travaux sur Ann Radcliffe lors du colloque international « Motion in the Long Eighteenth Century » à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle en 2007, et lors de la journée d’étude « The cycles of Novelty » à l’institut Charles V en 2009.

23Élise Ouvrard

24Elise Ouvrard est agrégée d’anglais et maître de conférences à l’université de Caen. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée « Expériences pédagogique et salutaire dans les romans des sœurs Brontë : l’engagement féminin. » Co-éditrice scientifique de deux numéros de la Revue Lisa, l’un sur la Bible et ses réécritures dans la littérature britannique du XIXe siècle et l’autre sur le roman Jane Eyre, auquel elle a également consacré une monographie en 2008, elle s’intéresse aux femmes-écrivains du XIXe siècle, mais aussi à la didactique des langues en lien avec le séminaire sur l’enseignement-apprentissage des LVE dont elle est responsable à l’IUFM de Caen.

25Gaëtane Plottier

26Gaëtane Plottier, PRCE à l’Université Pierre Mendès-France (Grenoble 2), a soutenu sa thèse « Le personnage, l’ordre et la loi dans le roman gothique anglais (1764-1824) en 2009 à l’Université de Provence, sous la direction de Max Duperray. Elle est l’auteure de l’introduction d’un ouvrage collectif dans la collection « Regards sur le Fantastique » : Éclats du noir : Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, paru aux Publications de l’Université de Provence en 2007.

27Audrey Souchet

28Agrégée d’anglais et actuellement ATER à l’université de Caen Basse-Normandie, Audrey Souchet travaille sur une thèse dédiée à la représentation du baiser dans l’œuvre romanesque de Mary Shelley, et plus précisément aux implications d’une telle représentation quant à l’histoire des sensibilités, mais également quant à l’histoire des femmes vivant pendant la période de la Régence en Grande-Bretagne.

29Patsy Stoneman

30Patsy Stoneman est conférencière émérite en littérature anglaise à l’université de Hull (Royaume-Uni). Elle est l’auteure d’une monographie sur Elizabeth Gaskell (Elizabeth Gaskell [1987], Manchester University Press, 2nd edition, 2006) et a contribué à un ouvrage collectif consacré à Gaskell (‘ Gaskell, Gender, and the Family’, The Cambridge Companion to Elizabeth Gaskell, Matus J. (ed.), Cambridge University Press, 2007). Elle a également écrit de nombreux ouvrages sur les sœurs Brontë et leur héritage, parmi lesquels Brontë Transformations (1996) et Jane Eyre on Stage, 1848-1898 (2007). Elle travaille actuellement sur un livre consacré à Charlotte Brontë pour la série « Writers and their Work » (Northcote House).

31Benjamine Toussaint

32Benjamine Toussaint est maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne et rattachée à l’équipe d’accueil VALE (EA 4085). Elle enseigne la littérature écossaise et a publié des articles sur la littérature féminine victorienne et sur la littérature écossaise des XIXe et XXe siècles.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540