Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Troisième partie. La fonction sociale du roman et ses limites

George Eliot, écrivain engagé ?

Quelques pistes pour une réflexion

Stéphanie Drouet-Richet

Résumé

Dans sa vie comme dans son œuvre, l’engagement de George Eliot apparaît pétri de contradictions et d’ambiguïtés, de doutes et de tensions apparemment difficilement réconciliables. Entre audace et conservatisme, son engagement revêt alors une forme moins concrète que morale, universelle, éthique et esthétique, visant à dépasser ses contradictions internes et celles de son siècle : une tentative de résolution, loin des formes traditionnelles de croyance, des forces destructrices qui menacent l’homme et la société, vers un humanisme séculier fondé sur la sympathie, la responsabilité et l’union des âmes.

Texte intégral

1Tenter de définir la nature de l’engagement de George Eliot dans son siècle est une tâche ardue. Cette étude va tenter de mesurer à quel point la question de l’engagement est problématique pour celle qui fut reconnue, à la mort de Dickens, comme la plus grande romancière de l’Angleterre et comme sa voix la plus représentative – jusqu’à apparaître comme l’une des figures de proue, voire l’oracle, de toute une époque. Dans sa vie comme dans son œuvre, l’engagement d’Eliot apparaît pourtant pétri de contradictions et d’ambiguïtés, de doutes et de tensions apparemment difficilement réconciliables.

  • 1 L’acte de naissance indique Mary Anne, orthographe que l’on retrouvera dans ses premières correspon (...)

2Sa vie personnelle atypique laisse présager un esprit libre et émancipé. Dès sa jeunesse, Mary-Ann Evans (pas encore devenue George Eliot) fréquente le milieu radical et libre-penseur de Charles Bray, « révolutionnaire » philanthrope proche des milieux radicaux, qui jouera un rôle majeur dans la formation intellectuelle de la jeune femme, notamment sur le sujet de la religion. Imprégnée des idées de Bray ainsi que de ses propres lectures, elle s’écarte peu à peu de l’orthodoxie chrétienne, mettant en doute la vérité des dogmes enseignés, n’hésitant pas à se heurter à son père en refusant de l’accompagner à l’église le dimanche (ce qui marquera le début d’une rupture profonde avec les siens, avant même le scandale de sa liaison avec Lewes). Mary-Ann Evans publie deux traductions d’auteurs qui entendent démythifier l’Évangile, et qui sont donc considérés comme dangereux pour la religion, The Life of Jesus Critically Examined de l’Allemand David Friedrich Strauss, et The Essence of Christianity de Ludwig Feuerbach, dans lequel le philosophe défie l’orthodoxie en affirmant une perspective résolument humaniste de la religion. Son futur compagnon, le critique George Henry Lewes, qu’elle rencontre à Londres parmi le cercle d’intellectuels réunis autour de l’éditeur Chapman, pour qui elle travaille, est lui aussi un libre-penseur, érudit à plus d’un titre : homme de lettres, il est aussi homme de science, passionné de zoologie, de biologie et de physiologie. Sa vie privée atypique est bien connue : marié, adepte du mariage libre, il vit séparé de sa femme dont il ne peut obtenir le divorce, et dont il reconnaît les deux enfants qu’elle a eus d’un autre père, en plus de leurs trois fils. Lorsque Lewes et Marian1 décident de vivre ouvertement ensemble, le couple, ou du moins Marian (à la faveur du principe du « double standard » qui règne alors), se trouve ostracisée par la bonne société victorienne. Femme déchue, connue pour ses idées radicales, critique des fondements de la religion chrétienne, George Eliot, puisque c’est le pseudonyme qu’elle choisit alors d’adopter, commence à écrire des œuvres de fiction. Il faut se souvenir de cette jeunesse somme toute peu conventionnelle lorsque l’on voit George Eliot, parvenue à la gloire et finalement reconnue par la société victorienne, qui s’est résolue à l’idée que l’un de ses plus grands écrivains soit non-croyante, libre-pensante, et qu’elle mène une vie privée sulfureuse bien peu conforme aux normes sociales et morales en vigueur à l’époque.

  • 2 Haight G. S., George Eliot. A Biography, New York, Oxford University Press, 1968.
  • 3 Eliot G., Middlemarch [1872], Harmondsworth, Penguin, 1985.

3Gordon Haight, dans sa célèbre biographie de George Eliot2, s’attache à la dépeindre comme une romancière intellectuelle appartenant à un réseau de scientifiques, de philosophes, d’artistes et d’écrivains de premier plan. Dans son cercle le plus proche se trouvent des figures telles que le penseur de la théorie de l’évolution et sociologue Herbert Spencer, la réformatrice féministe Barbara Bodichon, le peintre Edward Burne-Jones et le poète Tennyson. Toute sa vie, elle côtoie et rencontre sur un pied d’égalité quelques-unes des figures les plus marquantes de son temps : l’inventeur Charles Barbage, les scientifiques Charles Darwin et T. H. Huxley, les poètes Robert Browning et Ralph Waldo Emerson, les compositeurs Franz Liszt et Richard Wagner et les écrivains Thomas Carlyle, Harriet Martineau, Harriet Beecher Stowe et William Makepeace Thackeray. La vie personnelle de George Eliot semble donc intimement liée à sa vie intellectuelle qui la fait évoluer dans les hautes sphères culturelles de son époque et influence profondément sa vocation littéraire. L’œuvre d’Eliot est assurément pétrie non seulement de sentiments, mais d’idées, en ce sens qu’elle aborde sérieusement des questions qui font débat autour d’elle : les relations sociales décrites dans ses différents romans peuvent ainsi être étudiées à la lumière d’une discipline alors naissante, la sociologie ; ses relations amicales avec de célèbres féministes mettent en lumière le traitement par Eliot de ce qu’on nommera plus tard la « question féministe » ; ses relations avec Spencer et Lewes permettent de mieux comprendre son enthousiasme, tant sur le plan des thèmes que de la structure de ses œuvres, pour les débats scientifiques contemporains (on en retrouve la trace dans le portrait du médecin Lydgate dans Middlemarch3 ainsi que dans la structure « organique » de nombre de ses romans). Cette approche culturelle et idéologique de la fiction éliotienne suggère qu’elle représente une véritable tribune pour des débats qui débordent le cadre strictement littéraire, abordant des thèmes comme la science, la politique ou la philosophie. À l’image de Lewes, Eliot frappe par l’immensité de son érudition. Alors que son compagnon s’adresse à travers des articles ciblés à un public restreint, elle utilise la forme plus malléable du roman pour y tisser des éléments de discussions, de débats intellectuels, voire de polémiques (sur l’évolution, l’organisation de la société, la place et la responsabilité de l’individu au sein de cette société, ou les limites du progrès social), touchant ainsi un public peut-être moins averti, mais plus vaste. Cette approche montre une George Eliot solidement ancrée dans la culture de son temps et dont la vocation littéraire est née de cet enracinement.

4Paradoxalement, cette femme indépendante dans sa vie privée se montre d’un conservatisme social et politique parfois proche de la régression. À mesure qu’elle émerge en tant que romancière et qu’elle fait preuve d’un esprit d’émancipation à la limite de la provocation pour ses contemporains, elle reste résolument conservatrice dans ses positions sociales et éthiques – ce qui ne l’empêche pas d’être lucide quant aux abus et à l’hypocrisie de son temps. Son but en tant que romancière n’est pas d’embrasser la nouveauté, mais au contraire de montrer comment la nouveauté peut séduire et corrompre. De fait, si elle reconnaît que, face au changement, les traditions vacillent, son objectif dans ses romans est bien de conserver. Alors même qu’elle fréquente les cercles radicaux, les libre-penseurs novateurs et réformateurs, et qu’elle s’identifie à leur quête d’une société plus juste et plus ouverte, elle met toujours en avant la primauté du contrat social et le respect de l’ordre établi, et place au cœur de sa fiction une société stable et structurée – rejoignant ainsi d’autres grandes figures conservatrices de l’époque : Thackeray et Trollope, Meredith, Elizabeth Gaskell, et même Dickens pour les romanciers, Carlyle, Tennyson, Ruskin et Matthew Arnold. Face aux incertitudes dans sa vie privée et dans sa carrière artistique, nombre de critiques insistent sur son besoin de stabilité, son goût pour le respect de l’histoire et de la mémoire.

  • 4 Eliot G., Daniel Deronda [1876], Harmondsworth, Penguin, 1983.

5Le narrateur d’Amos Barton défend ainsi les vertus d’un monde stable et ce roman du début de la carrière d’Eliot donne le ton pour ceux qui suivront : il s’agit d’une fiction historiquement orientée vers un temps précédant presque toujours l’apparition du chemin de fer, avant l’avènement du « progrès ». Le style même de sa prose, très littéraire et recourant abondamment aux références classiques, semble refuser le progrès mécanique et vulgaire. Lorsque s’ouvre Amos Barton, nous sommes projetés quelque vingt-cinq ans en arrière (à l’époque où Mary-Ann avait douze ans), avant la Reform Bill de 1832, et le narrateur prend soin de souligner que si le progrès a été cause de changement, il n’a toutefois apporté aucune amélioration. Dans tous ses romans, hormis Daniel Deronda4, Eliot montrera son attachement à un passé parfois idéalisé, toujours glorifié.

6La publication par Darwin en 1859 de l’Origine des espèces la place face à de semblables dilemmes. Convaincue de l’importance de cet ouvrage, Eliot y voit aussi la possibilité d’une désintégration de la société qu’elle affectionne et qu’elle entend préserver. Par certains aspects, la conception darwinienne de l’histoire (respect du passé, du poids de l’hérédité, lente évolution de l’histoire) est proche de la vision conservatrice de Burke – ce qui ne peut manquer de satisfaire Eliot. Par d’autres aspects toutefois, les thèses de Darwin ont de quoi effrayer la romancière, par son reniement de l’individu au profit de l’espèce et l’annonce de bouleversements majeurs dans le système de valeurs et de croyances, sur le plan social, politique et religieux (opérant ainsi une véritable refonte des anciennes certitudes).

  • 5 Eliot G., Felix Holt the Radical [1866], Harmondsworth, Penguin, 1995.
  • 6 Ashton R. (ed.), George Eliot. Selected Critical Writings, Oxford University Press, 1992, p. 342.

7Le conservatisme particulier de George Eliot se dévoile dans le discours prononcé par Felix Holt dans le roman éponyme publié en 18685 (« Address to the Working Men »). Y est glorifiée une société organique qui récompense les éléments qui contribuent à son bien-être et qui punit ceux qui la menacent. Alors que les travailleurs sont sur le point d’acquérir le droit de vote, Eliot les met en garde contre l’abus de pouvoir, faisant preuve par là des mêmes craintes que Dickens dans Hard Times, par exemple. Cette crainte se fonde sur une extension du droit de vote à des hommes peu éduqués qui pourraient l’utiliser pour demander justice, entraînant alors le désordre, le déséquilibre et les injustices sociales. Comme beaucoup de Victoriens, Eliot redoute ces manifestations de mécontentement potentiellement génératrices d’anarchie et de chaos. Selon elle, toute nouvelle liberté doit appeler de nouvelles responsabilités dans le respect de la hiérarchie sociale. La société, selon une comparaison avec le corps humain, est constituée de parties interdépendantes: « That is because the body is made up of so many various parts, all related to each other, or likely all to feel the effect if any of them goes wrong. It is somewhat the same with our old nations or societies6. » Eliot affirme que les distinctions sociales sont nécessaires : elles font, pour reprendre son analogie, partie du corps politique. La seule façon d’améliorer la société n’est donc pas d’abandonner les distinctions de classes, mais de faire en sorte que chaque classe s’efforce d’amener la nation vers le bien et la justice, avec un accent particulier sur les classes laborieuses. Le progrès social ne peut être acceptable que s’il respecte la structure organique de la société. Souffrir, endurer, ne pas s’opposer, honorer les classes dirigeantes, ne pas risquer de mettre en danger la stabilité pour quelques promesses éphémères : tel est le message de Felix Holt aux ouvriers d’Angleterre qui vont acquérir le droit de vote (avant les ouvriers agricoles en 1884 et les femmes bien plus tard). Dans nul autre de ses romans la voix de George Eliot ne s’exprime avec un tel extrémisme. Will Ladislaw dans Middlemarch va même à l’encontre de ces vues « conservatrices », même si, comme Dorothea, il représente finalement peu de danger pour la stabilité des vieilles valeurs bourgeoises et de l’ordre établi.

  • 7 Cross J. W., George Eliot’s Life, as Related in Her Letters and Journals, 3 vol., London, William B (...)
  • 8 Elle est ainsi très affectée par la guerre franco-prussienne qui menace à l’horizon des années 1860 (...)

8Quiconque examine sa production romanesque est frappé de constater le peu d’allusions directes aux maux qui affectent l’Angleterre (« I am like a deaf person, to whom someone has just shouted that the company round him have been paying him compliments for the last half hour7 »). Les préoccupations de la classe dominante ne l’intéressent guère (du moins dans ses romans, car on sait grâce à sa correspondance qu’elle était très au fait de ce qui se passait autour d’elle8), et elle semble négliger tout autant l’état d’extrême pauvreté d’une grande moitié de la population ainsi que l’absence d’intérêt de l’État pour le bien-être de ses citoyens et les insuffisances du système économique pour protéger les plus faibles. Si Eliot était indubitablement consciente de ces abus et de ces injustices, on en trouve peu de reflets dans ses romans. Elle aborde la question de la pauvreté dans Daniel Deronda à travers la description de la famille Meyrick, mais c’est davantage pour mettre l’accent sur la noblesse de cœur de cette famille et non sur leur indigence chronique.

9Vers la fin de sa vie, en 1878, alors qu’on la presse de s’exprimer publiquement sur les événements de son temps (la situation économique dramatique des pauvres, les insuffisances de l’éducation, le rôle secondaire accordé aux femmes dans la vie sociale et politique, la pérennisation d’une classe sociale défavorisée), Eliot décline fermement l’invitation. Elle s’était de même, quelques années auparavant, abstenue de soutenir financièrement le patriote nationaliste italien Mazzini, dont elle admirait pourtant profondément la cause, de peur que le fonds de soutien ne masque quelque activité conspiratrice et ne mène finalement à l’anarchie et au chaos :

  • 9 Cross J. W., op. cit., vol. 2, p. 294, George Eliot à Mrs Peter Taylor, 1er août 1865.

Now, though I believe there are cases in which conspiracy may be a sacred, necessary struggle against organised wrong, there are also cases in which it is hopeless, and can produce nothing but misery; or needless, because it is not the best means attainable of reaching the desired end; or unjustifiable, because it resorts to acts which are more unsocial in their character than the very wrong they are directed to extinguish; and in these three supposable cases it seems to me that it would be a social crime to further conspiracy even by the impulse of a little finger, to which one may well compare a small money subscription9.

10Elle ajoute que ni sa meilleure amie, ni même Lewes, ne sauraient la faire parler quand elle a décidé de se taire :

  • 10 Ibid., vol. 3, p. 236, George Eliot à Mrs Peter Taylor, 18 juillet 1878.

My function is that of the aesthetic, not the doctrinal teacher—the rousing of the nobler emotions, which make mankind desire the social right, not the prescribing of special measures, concerning which the artistic mind, however strongly moved by social sympathy, is often not the best judge. It is one thing to feel keenly for one’s fellow-beings; another to say, ‘This step, and this alone, will be the best to take for the removal of particular calamities10.’

11L’activité sociale de George Eliot parle d’elle-même : les personnes qu’elle rencontre et qui désirent la rencontrer, surtout au stade de la maturité, sont bien ancrées dans une société stable, ordonnée, établie. À l’exception de Mrs Simcox, la célèbre féministe, elle a peu, voire pas de contacts avec ceux qui sont socialement marginaux, qui n’appartiennent pas à la structure politique ou qui prônent un changement radical dans ce qu’ils perçoivent comme des injustices. Par conséquent, la vision d’Eliot s’enracine dans un contexte social qui, malgré ses abus et ses injustices, a contribué à maintenir une Angleterre stable. Eliot n’est ni insensible ni irresponsable ; elle est à la fois passive et représentative, en ce sens qu’elle exprime ce que la plupart des personnes intelligentes pensent. La dissidence n’est somme toute le fait que d’une minorité d’individus.

12Il apparaît de plus en plus clairement que la personnalité de George Eliot est pétrie de paradoxes, voire d’ambiguïtés.

13À la fin de sa carrière artistique, Eliot se trouve confrontée à nombre de contradictions : elle s’est introduite dans les hautes sphères de la société, mais se sent davantage de sympathie pour le peuple que pour l’aristocratie ; elle est portée vers la démocratie, où chaque individu a le droit à l’épanouissement, mais redoute le désordre et prévoit le chaos ; elle prône la justice individuelle et même l’égalité, tout en observant qu’elles pourraient mener à l’explosion de la société ; elle soutient les femmes dans leur quête d’indépendance, tout en argumentant qu’elles ne sont pas encore mûres pour une telle responsabilité ; elle constate de fait le décalage entre ce qu’elle énonce dans sa fiction et ce qu’elle voit autour d’elle.

14Sa position quant au statut de la femme dans la société est à cet égard révélatrice des tensions internes de la romancière et de la femme. Elle place des femmes fortes (comme Maggie Tulliver, Dorothea Brooke ou Romola) au cœur de sa fiction, affirme une position personnelle radicale et audacieuse, se lie avec des grandes figures féministes de l’époque, engagées dans des combats politiques et pour qui elle ressent une grande sympathie (Edith Symcox, Barbara Bodichon). Son engagement n’a cependant jamais revêtu de forme politique et George Eliot n’a rien d’une révolutionnaire. Elle conserve toujours dans ses déclarations une attitude de neutralité sur les sujets chers aux féministes (tels que la franchise pour les femmes, les lois sur le divorce…). La brillante carrière de romancière de George Eliot est peut-être la meilleure preuve qu’une femme peut rivaliser avec les hommes, même dans le contexte d’une société patriarcale. L’inégalité entre les sexes la dérange profondément et le domaine de l’éducation des filles est l’un des rares domaines où elle s’impliquera personnellement en contribuant activement à la création de Girton College, à Cambridge, un collège exclusivement féminin (on pense bien sûr aux regrets exprimés par Maggie Tulliver de ne pouvoir recevoir la même éducation que son frère Tom, pourtant moins doué qu’elle). Face aux préjugés de son époque, Eliot prend clairement position :

  • 11 Haight G. S., The George Eliot Letters, 9 vol., New Haven, London, Yale University Press, 1954-1978 (...)

The answer to those alarms of men about education is, to admit fully that the mutual delight of the sexes in each other must enter into the perfection of life, but to point out that complete union and sympathy can only come by women having opened to them the same store of acquired truth or beliefs as men have, so that their grounds of judgment may be as far as possible the same. The domestic misery, the evil education of the children that come from the presupposition that women must be kept ignorant and superstitious, are patent enough. But on that matter you know quite as much as I do11.

  • 12 Eliot G., The Mill on the Floss [1860], Harmondsworth, Penguin, 1985.

15Ses romans mettent régulièrement en scène des personnages de femmes et s’attachent à décrire leurs aspirations et leurs frustrations. Pour autant, on ne peut pas dire d’eux qu’ils sont féministes ou engagés, car ils ne sont au service d’aucune cause, quelle qu’elle soit. Le but de la romancière est autre : il est davantage de l’ordre de la prise de conscience que de la prescription de remèdes radicaux. Dans Middlemarch, les rêves d’action et d’émancipation de Dorothea se trouvent bien vite anéantis par la cruelle condescendance de son époux Casaubon, jusqu’à sa rencontre avec Will Ladislaw. Romola conquiert un espace de liberté en s’affranchissant de la domination de son mari Tito. Le roman le plus ouvertement « féministe » de George Eliot est sans nul doute The Mill on the Floss12, qui montre Maggie Tulliver en rébellion contre un système patriarcal implacable qui applique les lois iniques du « double standard » et ostracise celles qui ne se plient pas à ses règles. Dans tous ces romans, les femmes suggèrent de nouvelles voies du possible pour elles et leurs congénères, même si les choix qui leur sont offerts, entre la soumission d’une Janet Dempster et la révolte d’une Maggie Tulliver, apparaissent finalement bien restreints ou délicats. Eliot se garde de trancher et ses héroïnes rebelles finissent toujours par réintégrer le giron de la société, quand elles ne sont pas sanctionnées par la mort (ce que beaucoup lui ont d’ailleurs reproché).

16Il est un autre combat dans lequel Eliot s’engage avec beaucoup de courage dans son dernier roman, Daniel Deronda : celui en faveur de la cause juive (revirement spectaculaire par rapport aux idées ouvertement antisémites qu’elle avait pu exprimer dans sa jeunesse). Eliot utilise Daniel Deronda pour explorer les questions raciales et nationalistes, brûlantes d’actualité dans les années 1870. Paradoxalement, Daniel Deronda est peut-être le moins réaliste, le plus visionnaire des romans d’Eliot, et pourtant son message est plus radicalement et plus manifestement polémique que dans tout autre de ses romans. Daniel Deronda assimile de façon remarquable le débat, en cette fin de XIXe siècle, sur la question des nationalismes (si l’on accepte de considérer le Sionisme – terme qui apparaît en 1886 et est donc encore anachronique à la parution du roman en 1876 – comme un avatar du nationalisme). L’antisémitisme est répandu en Europe et en Angleterre, même si la discrimination sous Victoria n’est jamais aussi virulente qu’elle peut l’être sur le continent. Une lettre de George Eliot, adressée à Harriet Beecher Stowe, l’auteur de Uncle Tom’s Cabin, révèle l’attitude de la bonne société anglaise à leur égard, une société encore gouvernée par la notion de classes alors même que l’aristocratie voit son pouvoir décliner peu à peu. Or les Juifs ne se conforment pas à ce schéma hiérarchique. Disraeli, alors à nouveau Premier ministre (1874-1880) et pourtant converti au christianisme, se voit constamment rappeler ses origines juives. Eliot et son compagnon, G. H. Lewes, côtoyant ce milieu, sont témoins de remarques désobligeantes sur Disraeli, ainsi que de commentaires antisémites. Eliot insiste au contraire sur l’humanité et la dignité du peuple juif, corrigeant les stéréotypes péjoratifs abondant à l’époque :

  • 13 Haight G. S., The George Eliot Letters, op. cit., vol. 6, p. 301. George Eliot à Harriet Beecher St (...)

There is nothing I should care more to do, if it were possible, than to rouse the imagination of men and women to a vision of human claims in those races of their fellowmen who most differ from them in customs and beliefs. But towards the Hebrews we western people who have been reared in Christianity, have a peculiar debt and whether we acknowledge it or not a peculiar thoroughness of fellowship in religious and moral sentiment. But precisely because I felt that the usual attitude of Christians towards Jews is—I hardly know whether to say more impious or more stupid when viewed in the light of their professed principles, I therefore felt urged to treat Jews with such sympathy and understanding as my nature and knowledge could attain to13.

  • 14 James H., « Daniel Deronda : A Conversation » [1876], Gard R. (ed.), The Critical Muse: Selected Li (...)

17Mais le sujet est complexe et risqué, et les éléments juifs du roman suscitent un vif remous antisémite parmi ses critiques non juifs. Un essai de Henry James met ainsi en scène une lectrice hostile à Deronda et à tout ce qui a trait au judaïsme dans le roman : « ‘ I am sure he had a nose, and I hold that the author has shown great pusillanimity in her treatment of it14.’ « Quant à Leslie Stephen, le père de Virginia Woolf et l’un des premiers biographes de George Eliot, il est déconcerté par le dévouement de Deronda à une cause selon lui chimérique et vaine, quête qu’il va jusqu’à qualifier de farce. Néanmoins, malgré les critiques virulentes, le roman donne de la crédibilité au mouvement en vue de la fondation d’un centre national juif et restera pour beaucoup de Juifs un texte fondateur.

18On voit alors se dessiner une constante dans l’engagement de George Eliot. Elle n’est assurément pas un écrivain politiquement radical, mais elle n’est pas non plus la traditionaliste ou la conservatrice que certains critiques ont voulu présenter. Si elle n’est pas aveugle aux conditions de vie désastreuses de la sœur de M. Tulliver, par exemple, la condition économique de ses personnages reste à l’arrière-plan et n’est pas un facteur déterminant. Indéniablement, elle interroge les questions de la tradition et de la modernité de façon complexe et stimulante. Plus que les enjeux politiques, ce sont les formes du comportement des individus qui importent à ses yeux. Dans Silas Marner et dans Felix Holt (considéré comme son roman le plus politique au sens où il traite de la représentation politique et de revendications ouvrières, inspirées de la réalité sociale à Nuneaton), son engagement se porte davantage sur la question de la responsabilité individuelle ou familiale que sur celle du politique. Au contraire de Dickens, Eliot considère que si les individus se comportent en étant conscients de leur rôle social, alors la société doit s’améliorer. Nous l’avons vu, elle n’est pas indifférente aux débats de son temps, loin s’en faut, mais ses préoccupations sont ailleurs : elle se concentre sur des facteurs sociaux plus larges, sur la façon dont la société se structure et sur les modes de comportement qu’elle appelle. Les débats sont intégrés, assimilés à la question du comportement social, des principes moraux et éthiques qui garantissent le maintien des valeurs humanistes qui lui sont si chères. Les transformations de la société ne l’intéressent que dans leurs répercussions morales et éthiques sur les individus. C’est ainsi qu’Eliot a acquis au cours de sa vie le statut d’un véritable guide moral, dépositaire dans ses romans des valeurs éthiques et humanistes dans un monde de profonds bouleversements sociaux et religieux : une position remarquable et un tant soit peu ironique pour une femme qui avait transgressé l’une des conventions sociales les plus fondamentales de son temps (ce qui témoigne bien de la flexibilité et de la complexité de la notion de respectabilité pour les Victoriens).

19Avec les doutes, les ambiguïtés, les contradictions et les tensions qui l’animent, George Eliot devient une figure emblématique des divisions et des inquiétudes de l’ère victorienne. À la fois dans sa vie et dans son œuvre, elle se fait l’écho des ironies et des paradoxes de son temps. Son engagement revêt alors une forme moins concrète, plus morale, plus universelle, éthique et esthétique, visant à dépasser ses contradictions internes et celles de son siècle dans une tentative de résolution, loin des formes traditionnelles de croyance, des forces destructrices qui menacent l’homme et la société, vers un humanisme séculier fondé sur la sympathie, la responsabilité et l’union des âmes.

Notes

1 L’acte de naissance indique Mary Anne, orthographe que l’on retrouvera dans ses premières correspondances. Vers 1857 elle commence à utiliser Mary Ann, puis en 1859, Marian, pour ensuite revenir à Mary Ann vers 1880.

2 Haight G. S., George Eliot. A Biography, New York, Oxford University Press, 1968.

3 Eliot G., Middlemarch [1872], Harmondsworth, Penguin, 1985.

4 Eliot G., Daniel Deronda [1876], Harmondsworth, Penguin, 1983.

5 Eliot G., Felix Holt the Radical [1866], Harmondsworth, Penguin, 1995.

6 Ashton R. (ed.), George Eliot. Selected Critical Writings, Oxford University Press, 1992, p. 342.

7 Cross J. W., George Eliot’s Life, as Related in Her Letters and Journals, 3 vol., London, William Blackwood and Sons, 1885, vol. 2, p. 68, George Eliot à John Blackwood, 17 mars 1859.

8 Elle est ainsi très affectée par la guerre franco-prussienne qui menace à l’horizon des années 1860, sans toutefois toucher directement l’Angleterre (événement qui appelle dans sa correspondance l’un de ses rares commentaires sur une affaire politique).

9 Cross J. W., op. cit., vol. 2, p. 294, George Eliot à Mrs Peter Taylor, 1er août 1865.

10 Ibid., vol. 3, p. 236, George Eliot à Mrs Peter Taylor, 18 juillet 1878.

11 Haight G. S., The George Eliot Letters, 9 vol., New Haven, London, Yale University Press, 1954-1978, vol. IV, p. 468. George Eliot à Emily Davies, 8 août 1868.

12 Eliot G., The Mill on the Floss [1860], Harmondsworth, Penguin, 1985.

13 Haight G. S., The George Eliot Letters, op. cit., vol. 6, p. 301. George Eliot à Harriet Beecher Stowe, 29 octobre 1876.

14 James H., « Daniel Deronda : A Conversation » [1876], Gard R. (ed.), The Critical Muse: Selected Literary Criticism, Harmondsworth, Penguin, 1987, p. 104-21.

Auteur

Agrégée d’anglais et maître de conférences en littérature anglaise à l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée « Les Marges du regard dans la fiction éliotienne » et sa recherche porte sur l’œuvre de George Eliot ainsi que sur la question du statut de la représentation visuelle dans d’autres romans victoriens, notamment ceux de M. E. Braddon et E. Gaskell.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540