Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Troisième partie. La fonction sociale du roman et ses limites

L’engagement moral et religieux dans l’œuvre romanesque d’Anne Brontë : le modèle évangélique1

Élise Ouvrard

Résumé

Anne Brontë, particulièrement marquée par l’héritage évangélique de son milieu d’origine, associe l’idée d’engagement à la notion de perfectibilité humaine, et ce notamment, sur le plan moral et religieux. Si son premier roman Agnes Grey affiche pour une large part les caractéristiques de la littérature édifiante de l’époque, le second, The Tenant of Wildfell Hall, met en scène une réformatrice plus atypique. Helen Huntingdon manifeste en effet davantage d’audace dans l’influence qu’elle entend exercer sur les autres personnages et de manière plus indirecte sur les lecteurs et surtout les lectrices, auxquels l’auteure s’adresse pour parfaire leur formation ou leur réforme.

Texte intégral

  • 1 Je tiens à dédier cet article à René Gallet, professeur émérite de l’université de Caen qui nous a (...)
  • 2 Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’Angleterre assiste au développement du méthodism (...)
  • 3 Dans la préface à son roman, Hannah More met clairement en valeur le principe qui doit guider le h (...)
  • 4 Brontë P., The Maid of Killarney [1818], Turner J. H. (ed), Brontëana, The Rev. Patrick Brontë, Hi (...)
  • 5 Dans le roman d’Emily Brontë, qui se démarque radicalement de la littérature moralisatrice de l’ép (...)

1Benjamine de la célèbre famille d’écrivains du Yorkshire, Anne Brontë apparaît comme la plus marquée par le renouveau évangélique2 qui caractérisa l’Angleterre de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, et plus précisément les environs de Haworth, village où elle vécut et où son père, Patrick Brontë, fut pasteur. Dans ses romans, Agnes Grey (1847) et The Tenant of Wildfell Hall (1848), la notion d’engagement est intrinsèquement liée à celle de perfectibilité humaine, perfectibilité qui se traduit essentiellement par la possibilité d’une élévation morale. Si, à l’instar de sa sœur aînée Charlotte, l’écrivain se soucie de la condition féminine et de la situation des femmes au regard de l’évolution de la société, elle questionne aussi plus généralement la capacité de l’individu à progresser et à faire progresser autrui. Par sa préoccupation pour le salut moral et religieux de ses personnages, Anne Brontë s’inscrit alors dans la lignée d’auteurs tels que Hannah More ou même son propre père dont les écrits respectifs Coelebs in Search of a Wife3 (1808) et The Maid of Killarney, or Albion and Flora4 (1818) se donnent une mission évangélique. Dans ce contexte originel de littérature édifiante, littérature rejetée par exemple par Catherine et Heathcliff au début de Wuthering Heights5, ce qui retiendra plus particulièrement notre attention, c’est la manière dont Anne Brontë s’inspire de la fiction didactique de l’époque tout en démarquant son engagement littéraire d’une écriture exclusivement utilitaire.

L’appel au sérieux6

  • 6 Nous nous inspirons ici du titre de l’ouvrage de Bradley I., The Call to Seriousness : The Evangel (...)

2Dans son œuvre romanesque, Anne Brontë témoigne de la réforme morale lancée par le renouveau évangélique qui caractérisa la société victorienne dans son ensemble :

  • 7 Ibid., p. 18.

The message that the Evangelicals had sought to get across through their own lives and deeds, in the tracts which they wrote and the sermons they preached, was one which the Victorians took to heart. “It was”, one of them commented, “just a perpetual call to seriousness—to a sense of personal responsibility; taking the form of an appeal to be like Christ, to trust Christ, to be near Christ7.

  • 8 Brontë A., Agnes Grey [1847], edited by Inglesfield R. et Marsden H., Oxford, Oxford University Pr (...)
  • 9 More H., Tales for the Common People and Other Cheap Repository Tracts [1795-6], Nottingham, Trent (...)
  • 10 Brontë A., The Tenant of Wildfell Hall [1848], edited by Rosengarten H., Oxford, Oxford University (...)

3La romancière reprend plusieurs des points de l’appel au sérieux lancé, notamment par les femmes, pour transformer la société et ses principes. Ainsi l’héroïne Agnes Grey s’attaque à la chasse et à la cruauté envers les animaux en voulant dissuader les enfants dont elle a la charge, et en particulier Tom Bloomfield, de torturer les oiseaux qu’ils capturent8. Ian Bradley précise que la lutte des évangéliques contre de tels divertissements donna lieu à la création en 1824 d’une société (« The Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals ») qui contribua à ce qu’une loi soit votée en 1835, loi qui, cependant, n’abolit pas la pratique de la chasse. La consommation d’alcool mobilise aussi grandement, et ce combat pour la tempérance est également cher à Anne Brontë, qui en fait un véritable cheval de bataille dans son second roman, The Tenant of Wildfell Hall. Si la préoccupation première des évangéliques est de faire voter un amendement pour la fermeture des pubs lors des offices le dimanche, leur condamnation de l’abus d’alcool est beaucoup plus large. On peut à ce sujet évoquer la critique qu’exprime Hannah More dans le conte The History of Hester Wilmot9 à l’égard du père de l’héroïne, souvent ivre. La critique est encore plus acerbe sous la plume d’Anne Brontë qui, dans son second roman, fait mener à son héroïne une lutte acharnée contre la consommation d’alcool, qu’elle concerne les adultes ou les enfants. Ainsi Helen Huntingdon soutient le processus de réforme engagé par Lord Lowborough et le félicite de sa décision de quitter la compagnie des autres hommes, réunis une fois de plus autour de verres d’alcool, alors que son épouse lui reproche amèrement de rejoindre les femmes au salon10. De la même manière, Helen entend guérir son fils du penchant pour l’alcool qu’a encouragé le père du jeune garçon. Elle y parvient de fait sans prononcer le moindre discours pédagogique, et pour ainsi dire à l’insu de son fils, dans la mesure où Arthur reste totalement passif lors de l’expérience. Elle continue de lui proposer de l’alcool, même en l’absence de son père, mais ne manque pas, à chaque fois, de verser du tartrate d’antimoine et de potassium (« tartar-emetic ») dans le liquide alcoolisé. L’expérience s’avère probante, comme en témoigne l’extrait suivant:

[…] into every glass I surreptitiously introduced a small quantity of tartar-emetic—just enough to produce inevitable nausea and depression without positive sickness. Finding such disagreeable consequences invariably to result from this indulgence, he soon grew weary of it, but the more he shrank from the daily treat the more I pressed it upon him, till his reluctance was strengthened to perfect abhorrence (xli, 355).

  • 11 Locke J., An Essay Concerning Human Understanding [1690], Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 395.

4L’adverbe « invariably » insiste sur la répétition du rapport de cause à effet qui s’imprime dans l’esprit de l’enfant ; Arthur déduit véritablement de l’expérience que l’absorption d’alcool a des conséquences pénibles et néfastes, même si les dés sont quelque peu pipés. On est ici très proche de l’associationnisme qu’a développé John Locke dans son Essai sur l’entendement humain, d’autant plus que le lien entre alcool et mauvais effets reste intact même en l’absence de tartrate. C’est ce phénomène que décrit John Locke dans le cinquième paragraphe du chapitre xxxiii de son Essai qui traite justement de l’association des idées11. On perçoit ici le modèle empiriste de la vision de l’enfance chez Anne Brontë ; la méthode employée par Helen Huntingdon traduit l’exploitation de cette foi en une inscription des données de l’expérience sur l’esprit de l’enfant. Helen Huntingdon démontre la possibilité de rééduquer un enfant et, par sa volonté sans faille, de le faire progresser vers le bien en réussissant à vaincre son penchant pour l’alcool.

  • 12 Wollstonecraft M., Thoughts on the Education of Daughters [1787], Todd J. et Butler M. (ed.), The (...)
  • 13 « Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, (...)

5Ce combat pour la tempérance illustre parfaitement le fait que l’appel au sérieux concerne la réforme des adultes mais aussi et surtout l’éducation des enfants. Qu’ils défendent l’idée d’une corruption innée ou celle d’une « tabula rasa » avancée par John Locke, les évangéliques insistent dans les deux cas sur une formation morale de qualité et s’immiscent dans les débats qui font alors rage sur l’éducation féminine. Considérant que Locke ne faisait que peu de cas des filles dans Thoughts Concerning Education publié en 1693, Mary Wollstonecraft avait répliqué avec Thoughts on the Education of Daughters : With Reflections on Female Conduct, in the More Important Duties of Life (1787). Dans sa vision de l’éducation féminine, Mary Wollstonecraft proposait que l’on accorde moins d’importance à ce qu’elle appelle les « talents d’agrément » (« accomplishments »): « under this head may be ranked all those accomplishments which merely render the person attractive; and those half-learnt ones which do not improve the mind12 ». Elle s’opposait surtout, et ce, notamment, dans son ouvrage publié en 1792, A Vindication of the Rights of Woman, à l’idée développée par Jean-Jacques Rousseau dans Émile ou de l’éducation (1762) selon laquelle « la femme est faite spécialement pour plaire à l’homme » et à partir de laquelle Rousseau fonde un idéal d’éducation féminine avec l’exemple du personnage de Sophie13. Si Mary Wollstonecraft entend faire progresser l’éducation féminine en rejetant les « talents d’agrément », c’est son appartenance au courant évangélique qui pousse Hannah More à les supprimer ; la religion dicte la conduite des femmes, censées s’ériger en modèles de vertu. Comme l’indique Alan Richardson:

  • 14 Richardson A., Literature, Education and Romanticism, Reading as Social Practice, 1780-1832, Cambr (...)

More is not about to endorse Wollstonecraft’s feminist call for a “revolution in female manners”; rather, in the present crisis, women’s duty is to play a counter-revolutionary role, to oppose a “bold and noble unanimity to the most tremendous confederacies against religion, and order, and governments, which the world ever saw”14.

  • 15 More H., Strictures on Female Education [1799], Oxford, Woodstock Books, 1995, p. 107.
  • 16 La gouvernante a en effet pour souci de corriger chez Adèle les défauts qu’a engendrés la formatio (...)

6Le but de l’éducation féminine, telle que la conçoivent des évangéliques comme Hannah More, est clairement énoncé dans l’un de ses ouvrages: « the profession of the ladies, to which their instruction should be turned, is that of daughters, wives, mothers, and mistresses of families15 ». Hannah More cherche à montrer que le fondement de l’éducation féminine doit être l’humilité chrétienne et prône un retour à l’enseignement des vertus traditionnelles : « fortitude », « temperance », « meekness », « diligence », « self-denial ». Anne Brontë défend elle aussi certaines de ses valeurs et fait de l’éducation un thème central de ses romans, et en particulier d’Agnes Grey dont l’héroïne éponyme est gouvernante. On pourra évoquer à cet égard les reproches répétés de la formatrice à l’égard de Rosalie Murray et de la préoccupation obsessionnelle de cette dernière pour les talents d’agrément, et plus spécifiquement pour la danse. Comme la plupart des évangéliques, et comme sa sœur Charlotte avec les personnages d’Adèle et Céline Varens dans Jane Eyre16, Anne Brontë condamne aussi le chant comme élément central de l’éducation féminine, ainsi que l’illustre le personnage d’Annabella Wilmot dans The Tenant of Wildfell Hall. En revanche, elle se démarque en ce qui concerne d’autres talents d’agrément tels que le dessin. On sait que les Brontë ont reçu, grâce à leur père et à la bibliothèque familiale, une éducation très riche, et qu’elles-mêmes dessinaient beaucoup. On précisera que Charlotte avait pour première vocation de devenir artiste et que Branwell suivit les cours de William Robinson qui avait étudié à la Royal Academy of Arts. L’héroïne du deuxième roman d’Anne Brontë possède de grandes qualités de dessinatrice et tente même de gagner sa vie en vendant ses toiles, ce qui peut interpeller dans ce contexte d’influence évangélique. C’est en tout cas un premier signe important de distanciation de la romancière envers la fiction didactique dans la mesure où les dons artistiques de l’héroïne font d’elle une (ré)formatrice atypique.

  • 17 À l’époque, l’Église anglicane compte trois grands courants : la Haute Église (« High Church »), l (...)

7À l’inverse, des personnages censés s’instaurer en modèle sont l’objet de critiques sévères de la part de la romancière ; c’est le cas notamment de Mr. Hatfield dans Agnes Grey qui dans son opposition à Mr. Weston donne un aperçu du débat passionné de l'époque entre les partisans et les adversaires du Mouvement d'Oxford17. Issu de la Haute Église, le pasteur se voit remis en cause sur le plan religieux de par sa présentation de Dieu comme un tyran redoutable, mais aussi et surtout sur le plan moral et social. Ainsi le fait qu'il se rende au bal organisé par les Murray provoque l’étonnement d’Agnes Grey. Le décalage complet entre la doctrine et l'action de l'homme d'Église va jusqu'à l'ironie. On a connaissance de son insistance sur le devoir de soumission et d’obéissance au clergé, pourtant, lorsqu’Anne Brontë décrit son comportement au sein de la paroisse de Horton, les défauts de Mr. Hatfield, en tant qu’homme d’Église, sont liés à sa personnalité égoïste et superficielle. Dans l’antithèse structurelle que met en valeur la romancière, le personnage apparaît d'autant plus négatif qu’il se trouve comparé à Mr. Weston, héros qui incarne l’idéal évangélique par excellence et qui inspire l’héroïne. Agnes Grey, disciple du pasteur qu’elle compare à une étoile, semble de ce fait beaucoup plus conventionnelle que Helen Huntingdon et la suite de notre analyse se concentrera donc avant tout sur le second roman dans la mesure où le premier répond clairement à l’objectif didactique affiché par la romancière dès le premier paragraphe : « All true histories contain instruction » (1), et illustré par les préceptes évangéliques développés précédemment. Dans la préface qu’elle écrivit pour la deuxième édition de The Tenant of Wildfell Hall, Anne Brontë exprime une ambition similaire : « I wished to tell the truth, for truth always conveys its own moral to those who are able to receive it » (3), mais l’héroïne plus atypique manifeste davantage d’audace dans l’influence qu’elle entend exercer sur les autres personnages et donc par voie de conséquence sur le lectorat, en particulier féminin. L’auteure s’adresse en effet à des lectrices qui sont la plupart du temps des mères et des éducatrices, mais dont le roman peut également faire ou parfaire l’éducation.

Un engagement féminin salutaire

8Dans The Tenant of Wildfell Hall, le rôle que joue l’héroïne auprès des personnages masculins qu’elle côtoie la transforme en pasteur de la réforme des adultes, ce qui, nous allons le voir, confirme le modèle évangélique hérité sans pour autant réduire l’écriture d’Anne Brontë à sa dimension didactique. Si dans le cas de Gilbert Markham, il s’agit d’élever moralement le jeune homme qui est loin d’être parfait, avec Ralph Hattersley, Helen Huntingdon se transforme en une véritable médiatrice du salut, comme l’illustre le chapitre xlii du roman, intitulé « A Reformation ».

9La structure du chapitre ressemble étonnamment au schéma de conversion évangélique, expérience centrale pour les adeptes de ce courant religieux, avec tout d’abord une phase de préparation, au cours de laquelle Ralph Hattersley témoigne de son désir de changer. Helen Huntingdon prend l’initiative d’approfondir la question et met l’accent sur cette volonté absolument nécessaire à la réforme: « it is never late to reform, as long as you have the sense to desire it, and the strength to execute your purpose » (xlii, 362). La conversion de Ralph Hattersley se déroule en trois temps. Elle commence par une transformation morale marquée par des signes évidents que traduisent les termes « blush » et surtout « tear ». Puis vient la véritable reconnaissance des fautes commises, comme l’indique le propos du réformable : « I’ve been a cursed rascal » (xlii, 364). C’est l’intervention de Helen qui permet de parvenir au troisième et dernier temps de la conversion, celui de la résolution. Tel un pasteur, Helen rappelle le rôle essentiel du Christ dans le rachat des fautes passées : « another must make amends for your past delinquencies » (xlii, 364) et parvient à persuader Hattersley de faire appel à l’aide divine :

“If you intend to reform, invoke God’s blessing, His mercy, and His aid; not His curse.”
“God help me, then—for I’m sure I need it.” (xlii, 364)

10Cette réponse de Hattersley révèle sa volonté réelle de se réformer puisqu’il est passé de « I have serious thoughts » à « I’m sure ». C’est cette volonté humaine qui est essentielle, c’est elle qui est à l’origine du salut moral, l’aide divine n’agissant que si l’être humain la requiert. Le schéma dont s’inspire le roman The Tenant of Wildfell Hall est directement lié à cette sollicitation d’autrui dans le but d’une réforme salutaire, sollicitation qui émane exclusivement de l’engagement des personnages féminins et qui, selon Helen, constitue un devoir : « in patient endurance of evil, she [Milicent] forgets it is our duty to admonish our neighbours of their transgressions » (xlii, 363).

  • 18 Thormählen M., “The Villain of Wildfell Hall”, The Modern Language Review, October 1993, 88 : 4, p (...)

11Dans le cas de son futur mari, l’héroïne doit faire face à de nombreux obstacles et surtout au manque de volonté d’Arthur Huntingdon d’atteindre un quelconque salut moral ou religieux. Arthur représente en quelque sorte le méchant (« the villain ») de l'histoire. Victime de sa propre faiblesse, à l’instar du modèle de l’aristocrate du XVIIIe siècle, Arthur Huntingdon se laisse guider par l’instinct : « He has no more idea of exerting himself to overcome obstacles than he has of restraining his natural appetites » (xxv, 214) et se complaît dans un sybaritisme absolu. Il excelle également dans l’art de répandre la mauvaise parole, que ce soit au sein de son cercle d’amis, avec le cas de Lord Lowborough qu’il fait sombrer dans la débauche, ou au sein de sa famille, et notamment auprès de son propre fils. Comme le souligne Marianne Thormählen, son évolution du statut de bon vivant à celui de mourant angoissé structure l’intrigue18. Or, dans ce parcours, le rôle que joue le personnage de Helen est absolument essentiel et témoigne de l’audace de la réformatrice atypique qu’elle représente.

12Essayant d’exercer la même influence positive sur Arthur que sur Lord Lowborough ou Ralph Hattersley, Helen se rend peu à peu compte de la difficulté de la tâche mais reste convaincue que la nature de son mari n’est pas corrompue et entend assurer son salut moral : « recall him to the path of virtue » (xvii, 141). L’obstination de Helen pour assurer le salut moral de Huntingdon n’est d’ailleurs pas sans rappeler la résistance héroïque de la jeune et vertueuse Clarissa face aux assauts charnels répétés de Lovelace. L’intertextualité est en effet frappante bien que les situations soient distinctes. Clarissa a été mariée contre son gré à un homme riche et sans cœur tandis que Helen a choisi d’épouser Arthur Huntingdon, qu’elle envisage de réformer. De plus, les assauts que subissent les deux jeunes femmes sont différents puisque Lovelace, qui aide Clarissa à fuir son époux, est un prédateur tandis que l’emprise d’Arthur Huntingdon se situe sur le plan des valeurs et principes moraux que Helen a pour objectif de réformer mais qui risquent de l’influencer négativement. Il n’en demeure pas moins que les propos de Helen font écho à ceux de la jeune Clarissa, qui pourrait envisager le plaisir secret que représenterait le fait de sauver ce débauché aristocratique qu’est Lovelace, si seulement elle était capable de ramener un tel homme sur le chemin de la vertu et de l’honneur :

  • 19 Richardson S., Clarissa [1740], London, Penguin Books, 1985, p. 183.

And then has the secret pleasure intruded itself, to be able to reclaim such a man to the paths of virtue and honour: to be a secondary means, if I were to be his, of saving him, and preventing the mischief so enterprising a creature might otherwise be guilty of, if he be such a one19.

  • 20 Il illustrerait en effet la phase d’affirmation de soi que définit Elaine Showalter dans les étape (...)

13Par les prises de position de son héroïne, Anne Brontë révèle cependant des facettes beaucoup moins ancrées dans la fiction du XVIIIe siècle. On peut tout d’abord faire référence à l’épisode au cours duquel la révélation que fait Arthur Huntingdon d’une intrigue amoureuse passée pousse Helen à s'enfermer dans sa chambre et à lui en interdire l’accès (xxiv, 199). La scène est particulièrement frappante et choquante pour l’époque, et l’audace de la romancière est confirmée par la décision qu’elle fait prendre à son héroïne de fuir, de prendre une nouvelle identité, Helen Graham, et d’essayer de subvenir à ses besoins en tant qu’artiste peintre – rappelons ici que la romancière Anne Brontë écrivait sous le pseudonyme Acton Bell, pseudonyme qui constituait à la fois un élément de dissimulation, mais aussi une source d’affirmation de soi et une liberté d’expression permettant d’exposer des idées ou des thèmes avant-gardistes. La mise en scène de ce refus de Helen d’ouvrir la porte de sa chambre à son mari, la capacité de l’héroïne à se révolter contre sa condition de femme opprimée et à se rebeller contre l’influence néfaste de son mari ont amené certains critiques de l’époque à affirmer qu’il était absolument inapproprié de mettre le roman dans les mains des jeunes filles. Défiant la morale qui prévalait au début du XIXe siècle, il est de fait considéré aujourd’hui, par certains aspects, comme l’un des premiers romans féministes20. Par ailleurs, le réalisme des scènes dépeintes était très agressif. Dans son introduction à l’édition du roman utilisée ici, Margaret Smith rappelle ainsi :

[T]he realism and force which impressed readers of The Tenant also caused shock and indignation even among those reviewers who responded to the “considerable abilities” of its author. […] For the Sharpe’s London Magazine reviewer the “powerful interest” and talent of the novel were to be positively deplored since they might actually induce “lady-readers” to peruse it: “so revolting are many of the scenes, so coarse and disgusting the language put into the mouths of some of the characters, that the reviewer to whom we entrusted it returned to us, saying it was unfit to be noticed in the pages of Sharpe” (ix-x).

14Influencée par la lecture des pièces de Shakespeare, Anne Brontë n’hésite pas à recourir à la violence caractérisant certaines des tragédies du dramaturge pour faire passer son message, message qui, dans la forme comme dans le contenu, confirme combien The Tenant of Wildfell Hall se démarque de la littérature édifiante de l’époque, ce que vient étayer le discours que tient Helen Huntingdon à plusieurs reprises sur le salut universel.

  • 21 Kempis Thomas à, L’Imitation de Jésus Christ [1483, première traduction française], Paris, Nouvell (...)

15Le rôle que joue l’héroïne auprès de son époux mourant est fortement marqué par le modèle christique. Contrairement à ce que pense Arthur qui perçoit le retour de sa femme comme un acte intéressé : « it’s an act of Christian charity, whereby you hope to gain a higher seat in heaven for yourself, and scoop a deeper pit in hell for me » (xlvii, 409), Helen veut accomplir son devoir, et se dit prête à sacrifier son bonheur terrestre, et même sa vie : « I would give my life to save you, if I might » (xlix, 427). On note ici l’importance de l’imitation de Jésus-Christ dans ses actes d’amour tels que les évoque Thomas à Kempis dans son ouvrage, dont les Brontë possédaient un exemplaire et que lisaient certains milieux évangéliques21. Ce qui est moins conforme à la conviction de la plupart des évangéliques, c’est l’affirmation par la plus jeune des sœurs d’une croyance au salut universel dans les propos que tient son héroïne :

‘If any man’s work abide not the fire, he shall suffer loss, yet himself shall be saved, but so as by fire’, and He that ‘ is able to subdue all things to Himself, will have all men to be saved,’and ‘ will in the fulness [sic] of time, gather together in one all things in Christ Jesus, who tasted death for every man, and in whom God will reconcile all things to Himself, whether they be things in earth or things in Heaven’. (XX, 166)

16Anne Brontë se montre ainsi prête à réformer un point de la doctrine de son milieu religieux d’origine :

  • 22 Thormählen M., “The Villain of Wildfell Hall”, op. cit., p. 838.

The orthodox position, articulated by such churchmen as Isaac Watts, John Buckworth, and G. W. Woodhouse, all thoroughly familiar to the Brontës, was clear: the wicked were destined for everlasting torment in Hell22.

  • 23 Hartley D., Observations on Man, His Frame, His Duty, and His Expectations [1749], London, Thomas (...)
  • 24 Barker J., A Life in Letters, New-York, Viking, 1997, p. 220-221.

17En adoptant l’idée d’un salut universel, Anne Brontë ne rejette pas seulement la double prédestination calviniste, elle s’oppose également au concept de damnation éternelle que défendaient la plupart des anglicans à l’époque, comme l’illustre le personnage de la tante Maxwell (xx, 166). Elle rejoint donc d’autres auteurs qui ont exprimé la même croyance auparavant tels Origène dans l’Antiquité ou Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), qui affirmait, en tant que disciple de Hartley, la notion de « restauration universelle23 ». Mais si la foi en Dieu sous-tend l’engagement de l’héroïne dans le salut moral et religieux, l’idée de salut universel pourrait, quant à elle, nuire à l’action formatrice et réformatrice. C’était en effet une objection majeure des anti-universalistes qui concluaient à un antinomisme : si tous sont sauvés, il est alors inutile d’adopter une conduite morale et irréprochable sur terre. En soutenant la doctrine universaliste devant sa tante, Helen évoque de fait elle aussi ce danger (xx, 167) et traduit les inquiétudes d’Anne Brontë à l’égard de la doctrine, inquiétudes exprimées dans ses lettres24.

18La tension possible de la position défendue par Helen Huntingdon, partagée entre l’affirmation du salut universel et la force de son engagement personnel, semble indiquer que la foi en un salut universel valorise l’action humaine plus qu’elle ne la démobilise, mais il n’en demeure pas moins que le roman traduit ici une marque importante de distanciation à l’égard de la fiction didactique inspirée du modèle évangélique. En effet, la menace des châtiments éternels amène souvent les personnages au repentir, ou tout simplement à l’acceptation de Dieu. L’angoisse du jugement dernier est soulignée dans le conte de Patrick Brontë cité en introduction et au sous-titre éloquent « A Modern Tale in which are interwoven some cursory remarks on politics and religion ». La scène qui conduit le héros au chevet d’un homme à l’article de la mort confirme que le conte est porteur de messages évangéliques, et c’est bien sûr le lecteur de l’époque qui est visé par une telle réflexion :

  • 25 Brontë P., op. cit., p. 159.

Wicked men in general, die evidently under terrible apprehensions of impending judgement; and where there appears to be an exception to this rule, I believe it is owing to pride and vanity, which keeps back the truth, or to death, who arrests the tongue, when it is at length inclined to make a full confession25.

19Dans The Tenant of Wildfell Hall, Arthur Huntingdon connaît de telles angoisses, mais le lecteur ne pouvait que se sentir rassuré par le discours sur le salut universel développé dans l’œuvre, l’héroïne rappelant qu’elle a trouvé dans la Bible au moins une trentaine de pages appuyant ses propos.

20La romancière Anne Brontë s’inscrit donc dans la continuité de la tradition religieuse dont elle est issue, en insistant sur la formation et la réforme destinées à sauver moralement autrui. Tout en se distinguant par un remaniement important, à savoir l’affirmation de sa foi en un salut universel, elle reste fidèle à la culture évangélique qui encourageait tout particulièrement les femmes à influencer positivement la société. L’expérience pédagogique et salutaire qui accompagne les relations qu’entretiennent les héroïnes avec leur entourage marque le rapport de la romancière au lecteur. Anne Brontë entreprend, en tant qu’auteure, la mission réformatrice qu’elle attribue à Helen Huntingdon, même si elle précise sa part d’impuissance :

Let it not be imagined, however, that I consider myself competent to reform the errors and abuses of society, but only that I would fain contribute my humble quota towards so good an aim, and if I can gain the public ear at all, I would rather whisper a few wholesome truths therein than much soft nonsense. (3)

21C’est bien la réforme de la société qui est visée et revendiquée. L’œuvre d’Anne Brontë se situe dans la lignée de l’activisme caractérisant le mouvement évangélique de l’époque ; à l’instar de ses héroïnes, elle veut agir positivement sur la destinée d’autrui :

If I have warned one rash youth from following in their [such characters’as the unhappy scapegrace’s with his few profligate companions’] steps, or prevented one thoughtless girl from falling into the very nature error of my heroine, the book has not be written in vain. (4)

  • 26 Abrams M. H., The Mirror and the Lamp: Romantic Theory and the Critical Tradition, Oxford, Oxford (...)

22Si Agnes Grey reste profondément marqué par les caractéristiques didactiques de la littérature utilitaire de l’époque, The Tenant of Wildfell Hall développe certes l’idée d’influence positive mais se démarque profondément de la fiction purement moraliste de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. à côté d’une culture romantique de l’expression de soi, de la « lampe », pour reprendre et transposer au roman l’opposition de M. H. Abrams avec la littérature plus réaliste du « miroir »26, ce roman d’Anne Brontë traduit le développement d’un roman féminin victorien, qui n’est fondamentalement ni expressif (« lamp »), ni réaliste (« mirror »), mais actif ou performatif. Elle se distingue en cela de sa sœur Emily qui ne manifeste aucune volonté réformatrice dans la description du microcosme de Wuthering Heights, bien que cet univers confirme pourtant la vision dégradée de la condition humaine héritée du modèle évangélique.

Notes

1 Je tiens à dédier cet article à René Gallet, professeur émérite de l’université de Caen qui nous a quittés en janvier 2012. C’est lui qui me fit découvrir la recherche en littérature britannique avant de devenir plus tard mon directeur de thèse, un directeur inoubliable.

2 Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’Angleterre assiste au développement du méthodisme. Ce mouvement religieux entend lutter contre l’apathie morale et spirituelle qui, aux yeux de certains anglicans, caractérise alors le pays. Ce sursaut méthodiste prend souvent par la suite le nom de renouveau ou réveil évangélique (voir Lacoste J.-Y. (dir.), Dictionnaire critique de théologie [1998], Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 727).

3 Dans la préface à son roman, Hannah More met clairement en valeur le principe qui doit guider le héros dans cette quête que constitue le mariage évangélique. (Préface citée dans Jay E., The Religion of the Heart: Anglican Evangelicalism and the Nineteenth-Century Novel, Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 134).

4 Brontë P., The Maid of Killarney [1818], Turner J. H. (ed), Brontëana, The Rev. Patrick Brontë, His Collected Works and Life, Bingley, T. Harrison and Sons, 1898.

5 Dans le roman d’Emily Brontë, qui se démarque radicalement de la littérature moralisatrice de l’époque, les personnages Catherine et Heathcliff jettent violemment les livres que veut leur faire lire Joseph : « Th’Helmet uh Salvation » et « T’Broad Way to Destruction », dont les titres laissent transparaître l’influence calviniste. Les deux enfants entendent ainsi refuser toute tentative de formation morale ou religieuse.

6 Nous nous inspirons ici du titre de l’ouvrage de Bradley I., The Call to Seriousness : The Evangelical Impact on the Victorians, London, Jonathan Cape, 1976.

7 Ibid., p. 18.

8 Brontë A., Agnes Grey [1847], edited by Inglesfield R. et Marsden H., Oxford, Oxford University Press, 1998, ch. II, p. 18-19. Toutes les références au roman se feront dans cette édition et seront indiquées dans le corps du texte entre parenthèses (chapitre et page).

9 More H., Tales for the Common People and Other Cheap Repository Tracts [1795-6], Nottingham, Trent Editions, 2002, p. 97-116.

10 Brontë A., The Tenant of Wildfell Hall [1848], edited by Rosengarten H., Oxford, Oxford University Press, 1998, ch. XXXI, p. 259. Toutes les références au roman se feront dans cette édition et seront indiquées dans le corps du texte entre parenthèses (chapitre et page).

11 Locke J., An Essay Concerning Human Understanding [1690], Oxford, Clarendon Press, 1979, p. 395.

12 Wollstonecraft M., Thoughts on the Education of Daughters [1787], Todd J. et Butler M. (ed.), The Works of Mary Wollstonecraft vol. IV, London, William Pickering, 1989, p. 12.

13 « Ainsi toute l’éducation des femmes doit être relative aux hommes. Leur plaire, leur être utiles, se faire aimer et honorer d’eux, les élever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agréable et douce : voilà les devoirs des femmes dans tous les temps, et ce qu’on doit leur apprendre dès leur enfance. » (Rousseau J.-J., Émile ou de l’éducation [1762], Œuvres complètes Volume IV, Paris, Gallimard, 1969, p. 703).

14 Richardson A., Literature, Education and Romanticism, Reading as Social Practice, 1780-1832, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 180.

15 More H., Strictures on Female Education [1799], Oxford, Woodstock Books, 1995, p. 107.

16 La gouvernante a en effet pour souci de corriger chez Adèle les défauts qu’a engendrés la formation extrêmement succincte reçue de sa mère Céline Varens. Jane Eyre manifeste une profonde réticence morale face aux résultats de l’éducation sociale et mondaine prodiguée par la jeune Française qui a surtout privilégié les « talents d’agrément » et parvient à faire progresser l’enfant.

17 À l’époque, l’Église anglicane compte trois grands courants : la Haute Église (« High Church »), la Basse Église (« Low Church ») et un groupe libéral portant le nom de « Broad Church ». Le terme de « High Church », qui fait son apparition en 1687, est utilisé pour désigner le courant plutôt anglo-catholique (terme qui apparaîtra en 1838 dans le contexte du Mouvement d’Oxford, mais qui traduit bien cette volonté de soutenir un anglicanisme plutôt conservateur). Les membres de la Haute Église accordent une grande importance à l’idée d’Église établie et n’ont aucune sympathie pour les dissidents. De manière générale, la Haute Église tend à souligner le caractère essentiel des éléments sacerdotaux, liturgiques, traditionnels et catholiques du culte. Dans les premiers temps de l’Église établie, une telle position ne semble pas se démarquer. Cependant, à partir du moment où les dissidents insistent pour que l’Église anglicane se débarrasse des structures épiscopales, des ornements au sein des paroisses et de cette liturgie qu’ils trouvent trop formelle, le terme de Haute Église prend alors toute sa dimension. Il s’oppose en effet à celui des « latitudinaires », courant libéral et modéré de l’Église anglicane, qui prend le nom de Basse Église (« Low Church ») avant qu’une distinction s’établisse avec le terme de « Broad Church » vers le milieu du XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, la Haute Église bénéficie du réveil provoqué par le Mouvement d’Oxford qui est né en son sein et qui fait suite au renouveau évangélique dont le courant tend à recouvrir la Basse Église. Pour l’opposition entre les deux pasteurs dans Agnes Grey, voir Thormählen M., The Brontës and Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 185.

18 Thormählen M., “The Villain of Wildfell Hall”, The Modern Language Review, October 1993, 88 : 4, p. 831.

19 Richardson S., Clarissa [1740], London, Penguin Books, 1985, p. 183.

20 Il illustrerait en effet la phase d’affirmation de soi que définit Elaine Showalter dans les étapes de l’écriture des femmes écrivains (Showalter E., A Literature of Their Own : British Women Novelists from Brontë to Lessing [1977], Princeton, Princeton University Press, 1999, p. 13). Marion Shaw fait partie par exemple des critiques qui se sont intéressés en particulier à la dimension féministe de l’œuvre d’Anne Brontë. (Shaw M., “Anne Brontë: A Quiet Feminism”, Brontë Society Transactions, 21 : 4, 1994). Patricia Tintillier a développé plus récemment cet aspect à propos du second roman de l’auteure dans son mémoire de Master 2 (Tintillier P., The Tenant of Wildfell Hall : A Feminist Novel, sous la direction de Eileen Williams-Wanquet, Université de la Réunion, 2010).

21 Kempis Thomas à, L’Imitation de Jésus Christ [1483, première traduction française], Paris, Nouvelle cité, 1983.

22 Thormählen M., “The Villain of Wildfell Hall”, op. cit., p. 838.

23 Hartley D., Observations on Man, His Frame, His Duty, and His Expectations [1749], London, Thomas Tegg and Son, 1834, p. 591.

24 Barker J., A Life in Letters, New-York, Viking, 1997, p. 220-221.

25 Brontë P., op. cit., p. 159.

26 Abrams M. H., The Mirror and the Lamp: Romantic Theory and the Critical Tradition, Oxford, Oxford University Press, 1974.

Auteur

Agrégée d’anglais et maître de conférences à l’université de Caen. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée « Expériences pédagogique et salutaire dans les romans des sœurs Brontë : l’engagement féminin. » Co-éditrice scientifique de deux numéros de la Revue Lisa, l’un sur la Bible et ses réécritures dans la littérature britannique du XIXe siècle et l’autre sur le roman Jane Eyre, auquel elle a également consacré une monographie en 2008, elle s’intéresse aux femmes-écrivains du XIXe siècle, mais aussi à la didactique des langues en lien avec le séminaire sur l’enseignement-apprentissage des LVE dont elle est responsable à l’IUFM de Caen.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540