Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Troisième partie. La fonction sociale du roman et ses limites

Margracia Loudon : engagement d’avant-garde, combat d’arrière-garde ?

Patrice Bouche

Résumé

Loudon, fille de propriétaire foncier anglo-irlandais, fut l’un des premiers auteurs à défendre la cause du libre-échange commercial, dès 1835. Néanmoins, après une brève notoriété, elle sombra dans un oubli total, contrairement à Jane Marcet et Harriet Martineau. Si ces auteurs trouvèrent dans le conte une forme à la fois compatible avec une visée vulgarisatrice, et suffisamment « mineure » pour autoriser une prise de parole féminine, il semble que Loudon se soit fourvoyée en insérant ses opinions dans des romans sentimentaux, puis en adoptant la forme non-fictionnelle du traité.

Texte intégral

  • 1 « Populaire » ne signifie bien sûr pas ici « ouvrier », mais qualifie plutôt ce qui ressortit des (...)

1Le combat pour l’établissement unilatéral par la Grande-Bretagne du libreéchange commercial avec les nations étrangères, mené principalement par l’Anti-Corn Law League de Richard Cobden au début des années 1840, constitua une étape importante du développement de l’activisme politique « populaire1 » britannique, et fut caractérisé par une forte implication des femmes, implication toutefois instrumentalisée par la cause libre-échangiste.

  • 2 Les spécialistes du roman féminin du début du XIXe siècle connaissent peut-être une autre « Mrs. L (...)
  • 3 Pickering P. & Tyrrell A. (The People’s Bread, A History of the Anti-Corn Law League, Leicester Un (...)

2Une romancière de faible renom, Margracia Loudon2, gagna l’estime des partisans de cette cause, en publiant un ouvrage non fictionnel, qui contribua sans doute à fonder le discours économique dit « populaire », et aussi à justifier l’intervention des femmes dans le mouvement pour le libre-échange3. Pourtant Loudon retomba très vite dans l’oubli le plus total. Nous nous proposons donc de rendre compte du caractère si éphémère de son succès, en dépit de ce que nous nous permettrons d’appeler, au sens actuel du terme, un engagement insigne en faveur de l’une des grandes causes du XIXe siècle.

  • 4 Loudon M., Philanthropic Economy; Or The Philosophy of Happiness, Practically applied to the socia (...)

3Le titre de cet ouvrage, publié en 1835, Philanthropic Economy; Or The Philosophy of Happiness, Practically applied to the social, political, and Commercial relations of Great Britain4, annonce sa teneur utilitariste. Il s’agit cependant d’un utilitarisme religieux, apparenté à la « théologie naturelle » de William Paley. L’utilitariste religieux, comme l’utilitariste areligieux Bentham, juge du bienfondé d’un acte à l’aune de ses conséquences, mais il perçoit en outre, au travers des conséquences, le dessein « manifeste » de Dieu. Ceci ne l’engage pas moins, comme Loudon l’affirme, à prendre position dans ce monde. Ainsi, se fondant sur le constat de la condition précaire de la masse des travailleurs, la romancière s’emploie à démontrer, de façon vigoureuse, que le protectionnisme est contraire à la volonté divine, et que, loin de devoir accepter l’ordre économique en vigueur, tout croyant sensible à la détresse humaine, doit au contraire s’informer et demander l’application du « remède » qu’est l’abrogation des droits d’entrée sur les grains :

  • 5 Ibid., p. 52-53.

[i]f there be a blasphemy in faith, distinct from works, it must consist, not in doubting, but in believing any dogma which ascribes to the Great Author of all the beauty, order, and harmony of nature, decrees or purposes, incompatible with his own revelation of himself, visible in all his works5!

4Si le recours à des arguments théologiques pour étayer un discours politique était bien sûr courant en Grande-Bretagne à cette époque, le succès éphémère de Loudon pourrait s’expliquer par son invocation trop systématique, trop passionnée peut-être, d’une « théologie » dont elle avait, en outre, une lecture idiosyncrasique. Loudon est d’ailleurs consciente du non-conformisme de sa théorie, puisqu’elle prévient les attaques contre celles de ses conceptions qui pourraient être jugées « blasphématoires ». Nous verrons par ailleurs de quelle façon peut-être malhabile Loudon chercha également à diffuser ses conceptions, politiques comme philosophiques, dans des romans de type sentimental, genre qui semble peu adapté aux visées de l’auteur. Nous commencerons cependant par dire qui était Margracia Loudon. Notre intérêt pour cet auteur étant historique, plutôt que littéraire, il est en effet important d’éclairer cette analyse d’éléments biographiques.

« La théorie loudonienne non mêlée de matériaux vulgaires »

  • 6 Elle mourut vers 1857, certainement à Cheltenham, après avoir vécu à Paris, puis à Londres, dans l (...)
  • 7 Knocklong, la localité la plus proche de cette demeure, est cité comme l’un des endroits où les fa (...)
  • 8 La « Guerre de la Dîme » (Tithe War) fut marquée en 1834 par le meurtre d’une douzaine de villageo (...)

5Il n’est ainsi pas indifférent de savoir que Margracia Loudon (de son nom de baptême Margareta Ryves) naquit dans une famille de propriétaires fonciers protestants du Comté de Limerick, vers 17956, et quitta l’Irlande, probablement dans les années 1820. Une série d’actes de violence, généralement attribués aux groupes dits de « Whiteboys », et qui semblent avoir particulièrement affecté la zone où se trouvait la demeure des Ryves, pourrait avoir conduit la famille au départ7. Il est cependant à noter que le seul incident violent mentionné par Loudon dans ses descriptions de l’Irlande est le massacre, perpétré par l’armée sous les ordres de l’Église anglicane, de paysans catholiques qui refusaient de payer la dîme8. La sympathie de Loudon pour la cause des paysans catholiques semble lui avoir été transmise par ses parents, qui furent amis de William Drennan, un membre protestant éminent des Irlandais unis, groupe patriotique qui rassemblait des libéraux protestants et catholiques à la fin du XVIIIe siècle.

  • 9 Charles Loudon (1801-1844) fut l’un des inspecteurs qui rédigèrent le Report of the Commissioners (...)
  • 10 À noter ce commentaire contemporain de l’œuvre d’Edgeworth: « “the Absentee” […] under the revisin (...)

6Une affection chronique conduisit Miss Ryves à la ville d’eaux de Leamington dans le Warwickshire, où elle épousa le médecin Charles Loudon9 en 1830. Cette même année, elle publia son premier ouvrage, First Love. Loudon avait choisi le genre éminemment « féminin » (à la fois par sa nature « mineure » et par son lectorat) du roman sentimental en trois volumes (triple-decker romance), et ne pouvait donc viser qu’un public de femmes. Pourtant, d’emblée, elle signalait sa volonté de critiquer les propriétaires absentéistes. Fitz-Ullin, le personnage principal, fait le vœu, à la fin du roman, d’améliorer la condition des paysans de son domaine irlandais. Ce personnage rappelle Colambre dans The Absentee de Maria Edgeworth, quoique le patriotisme irlandais de ce dernier soit remplacé, dans le roman de Loudon, par des considérations plus strictement morales et économiques10 :

  • 11 Loudon M., First Love, London, Saunders & Otley, 1830, vol. 3, p. 431-432.

[O]ur duty to our country is also one of the most sacred of those which we owe to our kindred and dependants […] [I]n the intervals of peace, at least, we ought to thatch the peasant’s hut, and see that he has grain to sow our fields […]. Nor is this more than just: large estates were small, indeed, in value to their luxurious possessor, did not the sweat of the brow of his fellow-creature render them productive11.

  • 12 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. 268.

7La prise de position de Loudon à ce sujet est paradoxale, puisque son propre frère, ayant lui aussi quitté l’Irlande, était propriétaire absentéiste. Néanmoins, de manière caractéristique, Loudon attribuait la pauvreté des locataires de son frère au fait que la terre, « cédée par le propriétaire pour un loyer modéré de deux livres l’acre, leur était sous-louée par un intermédiaire pour la somme exorbitante de dix guinées l’acre12. »

  • 13 Loudon M., Fortune-Hunting, London, Colburn, 1832; Dilemmas of Pride, London, Bull & Churton, 1833
  • 14 Dans son deuxième ouvrage non fictionnel, Loudon appellera les fils de la noblesse à se rendre uti (...)

8Les préoccupations de Loudon, ou du moins, le caractère central qu’elle attribue à certains griefs dans ses écrits, trahissent ses liens avec la noblesse foncière. La dénonciation de la loi de primogéniture, qui faisait du fils aîné d’une famille possédante le seul héritier, est en effet le principal objet de ses deuxième et troisième romans, Fortune-Hunting (1832) et Dilemmas of Pride13 (1833). Loudon voyait la primogéniture comme la racine de bien des maux, étant donné que la vanité (« false pride ») des familles nobles interdisait aux fils cadets de rechercher une profession utile à la société14, et au contraire les poussait à ne rechercher qu’une union avec une riche héritière.

9Dans Dilemmas of Pride, Henry Lindsey, un fils cadet, se voit en outre frustré de la main de la jeune femme qu’il aime, Louisa, qui est promise à son frère aîné, le stupide Sir James. Néanmoins, Henry a utilisé son temps à s’informer des réalités de son époque, et son ressentiment personnel s’est mu en une conscience de l’injustice de l’ordre établi :

  • 15 Loudon M., Dilemmas of Pride, op. cit., vol. I, p. 151.

he embraced, without perhaps sufficient caution, theories which soon caused him to be considered by his friends a reformer, by his enemies almost a revolutionist, and by himself the warm advocate of the rights, not of younger brothers only, but of […] The People15.

10On remarque la réserve des termes « without perhaps sufficient caution », qui semble pour le moins curieuse, au regard de ce qui s’ensuit. Car Henry, « sous l’emprise de l’irritation », se lance, au cours d’une discussion avec des personnes de sa famille, dans une diatribe politique longue de 18 pages (2 600 mots), danslaquelle il aborde, non seulement l’abrogation des droits sur les grains, mais également, la possibilité de remplacer tous les impôts et taxes par un impôt sur la propriété (Property Tax), la défense de la Loi des Pauvres (Poor Law), et bien sûr, la primogéniture.

11Cette séquence, insérée dans le premier de trois volumes d’un roman sentimental, paraît incongrue, d’autant que le reste de l’ouvrage respecte les conventions du genre, consistant notamment en de longs échanges entre amants et dialogues entre parents et enfants, tandis que l’intrigue n’avance qu’au gré de « coups de théâtres ». Quelques autres passages, néanmoins, tranchent avec l’ensemble, et démontrent définitivement que la vocation de Loudon n’est pas de raconter des histoires, mais bien de diffuser, voire de prêcher, une doctrine. L’auteur (et non plus, nous pensons, le narrateur) fait en effet irruption dans le deuxième volume, avec un exposé de cinq pages totalement extradiégétique :

How different an aspect would the world in a very short time present if that offspring of pride and prejudice, the unjust law of primogeniture, were abolished […]. The standard of ostentation would be lowered,’tis true; but the sum of human felicity would be increased […].

12Cet excursus se referme sur des remarques en conformité avec le ton « féminin » conventionnel à l’époque, mêlant modestie (feinte, en l’occurrence) et moralisme impérieux :

  • 16 Ibid., vol. II, p. 40-44.

[w]e do not pretend to understand the difficult science of political economy, we only know that what we recommend is just. Do justice then in all things we would say, not in the pride of opinion but on principle, and let the Allwise Disposer of the fates dispose of the consequences16.

13Bien entendu, la connaissance des débats politiques et économiques dont l’auteur fait montre dépasse la connaissance habituellement attribuée aux femmes à l’époque, et Loudon en est consciente. Le fait qu’elle s’exprime sur ces sujets conventionnellement « masculins » par la bouche de protagonistes masculins semble indiquer, tout à la fois, qu’elle ne veut pas que ses lectrices se méprennent sur le sérieux de ses sources, ni sur la valeur de sa lecture personnelle de la réalité sociale.

14Il est vrai que le décalage peut sembler grand entre les séquences à portée explicitement politique ou philosophique, et la trame romanesque générale, riche en rebondissements, et émaillée de descriptions gratuites, notamment des tenues féminines. Ainsi, après la publication de Philanthropic Economy, un critique put-il écrire dans The Spectator, au sujet de l’abandon par Loudon du genre romanesque :

  • 17 The Spectator, no 361, 30 juillet 1835, p. 514. The Spectator était un journal radical, qui défend (...)

Whether the author felt the incongruity of attempting to blend mere amusement with grave instruction, or whether, strong in her cause and her powers of enforcing it, she determined to present us with divine philosophy in a pure state, we need not inquire: it is enough to “take the good the gods provide us”—to know that we have now the Loudonian theory unmixed with baser matter17.

15Par ce commentaire, qui peut sembler laudateur, mais qui est surtout ironique à l’endroit de la prétention de l’auteur à philosopher, le critique nie clairement que les romans de Loudon aient eu un quelconque intérêt littéraire.

  • 18 Loudon M., Maternal Love, London, Newby, 1849.

16Après Philanthropic Economy et The Light of Mental Science, Loudon utilisa néanmoins à nouveau le genre du roman sentimental dans son dernier livre, Maternal Love18 (1849). Il y est question des effets de l’éducation maternelle sur le développement du caractère des individus. Loudon n’eut pas d’enfant, mais s’exprima néanmoins amplement sur le sujet, et ce, dès ses premiers romans. Une éducation « rationnelle », selon elle, reposait sur une attitude de l’éducateur à l’égard de l’enfant calculée pour stimuler sa bienveillance et sa sympathie envers autrui. L’éducation devait être, pour Loudon comme pour Robert Owen et James Mill avant elle, le fondement même d’un fonctionnement harmonieux de la société.

17Maternal Love n’est cependant pas une étude de caractères, du type par exemple du Sense and Sensibility d’Austen. Les personnages de Loudon sont des « types » simples, et de plus, il n’est pas question pour l’auteur de laisser le lecteur dans le vague quant à la valeur relative de tel ou tel comportement, contrairement à ce que l’on ressent au sujet de Marianne ou d’Elinor.

  • 19 Ibid., vol. II, p. 23.

18Loudon se borne à montrer au fil du récit les conséquences d’une éducation rationnelle ou au contraire trop lâche, tout comme elle montrait, dans ses premiers romans, les conséquences néfastes d’institutions iniques. Ainsi, le héros de Maternal Love, Adrian Wentworth, apparaît d’emblée comme un personnage vertueux, parce qu’il a bénéficié de la bonne éducation dispensée par sa mère. Son élection au Parlement, notamment, se produit sans encombre, en quelques lignes19. Tout autre est le destin de Beaumont, un jeune homme à qui sa mère n’a jamais rien refusé, et qui vit d’autant plus mal le fait que la mère de celle qu’il aime refuse leur union. La morale des romans de Loudon ne consiste cependant pas seulement dans le triomphe d’un comportement « rationnel », mais également dans la démonstration de la nécessité de réformer les lois et les institutions qui conditionnent les comportements, et ce, pour le bien de la collectivité.

L’une des « femmes économistes »

  • 20 Corn Laws : Selections from Mrs. Loudon’s Philanthropic Economy, Manchester: National Anti-Corn La (...)

19L’heure de la renommée sonna pour Margracia Loudon lorsque l’Anti-Corn Law League publia un tract de quatre pages rassemblant des extraits de Philanthropic Economy, et en distribua 10 000 exemplaires dans le pays20, au plus fort de la campagne pour l’instauration du libre-échange, en 1842. Toutefois, loin de marquer la reconnaissance de l’ouvrage dans son entier, ces Selections constituaient plutôt une exploitation très partielle de l’ouvrage, à des fins de propagande pure. Le tract occultait, entre autres, une proposition de Loudon consistant à attribuer des lopins aux travailleurs, qui leur serviraient de filet de sécurité durant la transition vers la prospérité qui devait résulter de l’abrogation des droits de douane.

20Il n’est évidemment pas question de dire que Loudon était totalement étrangère à une volonté propagandiste, mais plutôt, que sa contribution à la cause du libre-échange était intervenue en 1835, soit trois ans avant la création de la Ligue, à une époque où la question du libre-échange était encore une affaire d’opinion personnelle, et non un débat polarisé entre deux discours simplifiés à l’extrême. L’effort qui avait été celui de Loudon pour penser les tenants et les aboutissants de la réforme voulue, était, dans ce tract, mis de côté, réduit à quelques formules accrocheuses, fruits de son style enflammé, sur la capacité quasiment magique de l’industrie manufacturière à produire de la richesse sur un sol infertile, ou sur la cruauté des propriétaires terriens.

  • 21 Howe A., Free Trade and Liberal England, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 34, note 179 ; (...)

21Loin d’être insatisfaite, Loudon estima néanmoins, sans modestie aucune, avoir joué un grand rôle dans la campagne. L’historien Anthony Howe note que, dans une lettre à Richard Cobden, elle alla jusqu’à prétendre avoir gagné la conviction du Premier ministre Robert Peel lui-même, responsable de l’abrogation finale des droits sur les grains en 184621 ! Cette prétention, qui semble extravagante, est en fait typique de la soif de reconnaissance que l’on remarque chez la romancière, un désir d’autant plus fort qu’il ne fut exaucé que de façon éphémère. L’un des symptômes de ce désir est la tendance de Loudon à citer ses propres écrits. On trouve ainsi, dans les pages de Philanthropic Economy, un passage tiré de Fortune-Hunting, et six autres extraits de Dilemmas of Pride.

22Loudon fut malgré tout l’objet d’un éloge fervent, de la part du « Poète des droits sur les grains » (« Corn Law Rhymer »), Ebenezer Elliott, qui écrivit une « Ode à Loudon » pour recommander son ouvrage à un correspondant. Elliott mettait l’accent sur le fait que Loudon, quoique femme, possédait d’autres mérites que son charme :

  • 22 Cf. The Monthly Repository, 1835, vol. IX, p. 622.

I do not praise her cheek's rich hue,
Her dress, her air of fashion […]
I send—a woman in a book!
A world-awaking spirit!
A charm! a host! a scourge! a sting!
By tyrants seen with sadness! […]
Oh, thanks to Loudon and to thee,
Sword-breaking might of letters!
Enfranchised woman shall set free
The slave who forged her fetters22!

23Ces vers semblent indéniablement fort emphatiques, lorsqu’on sait l’oubli dans lequel Loudon sombra. Nous dirons qu’ils montrent que le succès d’estime dont bénéficia Loudon ne fut rien d’autre que l’effet d’un moment de ferveur partisane.

  • 23 Martineau H., Illustrations of Political Economy, Selected Tales, Logan D. A. (ed.), Broadview Pre (...)
  • 24 Quarterly Review, vol. XLIX, avril-juillet 1833, p. 151.
  • 25 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. 288: « That members of the House of Lords should eq (...)

24Ceci étant dit, il faut noter que la plus illustre des « femmes économistes » britanniques de cette époque, Harriet Martineau, fut elle aussi oubliée par le public après sa mort, malgré le succès considérable de ses Illustrations of Political Economy (1832-34), avant d’être redécouverte par les chercheurs au XXe siècle. Cet oubli résulta sans doute, en partie, du mépris que lui vouèrent nombre d’intellectuels (en particulier masculins)23 jusqu’à la fin de sa vie. Dans les années 1830, la prise de position malthusienne de Martineau dans le conte « Weal and Woe in Garveloch » suscita des commentaires bien plus hostiles que les écrits de Loudon : l’attaque de G. P. Scrope contre « cette femme qui voit dans la conception un crime contre la société24 ! » est souvent citée. Loudon, pour radicales que fussent certaines de ses idées (ainsi, la Chambre des Lords n’est toujours pas une chambre élue en 201025), n’était pas malthusienne, et ne parlait pas de population « surnuméraire ».

  • 26 Marcet publia en 1833 John Hopkin’s Notions of Political Economy, un recueil de contes, pour profi (...)
  • 27 Deidre David (Intellectual Women and Victorian Patriarchy : Harriet Martineau, Elizabeth Barrett B (...)

25Lorsque Loudon décida de se passer de porte-parole fictionnels masculins, elle prit garde de justifier longuement son intrusion dans le champ de l’économie politique. La première « femme économiste », Jane Marcet, avait bien sûr publié ses Conversations on Political Economy dès 1816, mais elle avait d’abord utilisé un prête-nom masculin. En outre, et c’est là une différence essentielle, elle s’en était tenue, et Martineau l’avait imitée dans ses Illustrations, à composer dans des genres, la conversation, puis le conte26 qui, en tant que genres « mineurs », accessibles à un public féminin, ou jeune, ou peu instruit, n’outrepassaient pas les limites de la « sphère » féminine27. C’est bel et bien uniquement par sa défense du malthusianisme que Martineau avait provoqué la censure de certains commentateurs.

26Loudon, en choisissant le roman sentimental, avait voulu toucher le public féminin aisé, qu’elle estimait mal informé, parce que tenu à distance de la « science économique », précisément par la distinction très nette entre les lectures dévolues aux hommes et aux femmes. On peut néanmoins juger le roman sentimental comme peu adapté à un but didactique, parce que ne se prêtant pas à des exposés concis, et parce que destiné à un public bien moins large que le conte. Aussi, consciente peut-être des limites qu’elle s’imposait, Loudon laissa de côté la fiction, sans pour autant choisir un genre bien défini. Philanthropic Economy tient ainsi, tout à la fois, du pamphlet, du traité, et de l’essai. D’un point de vue strictement littéraire, cette confusion générique ne permit pas à l’ouvrage de Loudon de soutenir la comparaison avec les Illustrations de Martineau, et l’on put lire dans la presse de l’époque :

  • 28 The Bell’s New Weekly Messenger, 31 mai 1835, vol. 4, no 179, p. 342.

We regret that Mrs. Loudon should have fallen into the common error of writers on political economy, and preferred a heavy to a popular style. Miss Martineau, whose essays are universally read and admired, delivers herself so plainly, and in such simple terms, that a conviction of the sense flashes immediately upon the reader. Mrs. Loudon’s essays require deeper attention; they are too wordy28.

27On peut, en fin de compte, estimer que le choix d’un « style » identifié comme masculin, mit Loudon dans l’obligation d’attaquer de front le problème de la légitimité de sa prise de parole, ce qu’elle fit en ces termes :

  • 29 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. vi-vii.

[w]hen political economy is confounded with political intrigue, and consequently identified with corruption, contention, and party spirit, the less women interfere with such unfeminine topics the better: but, […] when political economy is made subservient to philanthropic economy […], it acquires a legitimate interest for that gentler portion of the human race, who have ever been the pitiers of all sorrow29.

  • 30 Pickering P. & Tyrrell A., op. cit., p. 118.

28L’argument d’impropriété est ici habilement retourné par l’auteur : la nature corruptrice de la politique et de l’exercice du pouvoir justifie l’intervention des femmes, qui ont bel et bien quelque chose à apporter au débat sur la conduite des affaires du pays. Sur ce point, les historiens Pickering et Tyrrell font remarquer que « les idées mêmes qui sacralisaient la place de la femme furent également invoquées pour leur donner une ouverture sur la vie publique (la religion, la moralité et l’amour)30 ».

  • 31 « devoted to the noble task of pleading the cause of the oppressed of his native land in the great (...)

29On peut aller plus loin et penser, à la lecture des romans de Loudon, qu’elle réalisa au travers de la fiction une aspiration inaccessible à jouer un rôle politique. Ainsi, son premier roman, First Love, se termine sur la perspective pour le héros d’une vie « consacrée à la noble tâche de plaider la cause des opprimés de son pays natal dans la grande assemblée de ses pairs31 », tandis que le héros de son dernier roman, Maternal Love, devient, au terme du récit, Premier ministre. Pour ce qui est de Philanthropic Economy, un critique souligna l’intrusion indue de Loudon dans le champ politique, mais se hâta de la pardonner :

  • 32 The News, 31 mai 1835, p. 171.

She speaks of “our long fought battle and achieved victory over rotten boroughs” as though she has been a personal partizan and actual elector during the struggle of the last five years. We certainly do not love lady politicians overmuch, but when we discover such abundant evidences of research, reflection, and correct judgment as are to be found in Mrs. Loudon’s work, we must not speak slightingly of the masculine energy of a mind which can grapple so well with the unfeminine subjects of political economy32.

  • 33 « to thinking individuals of her own sex. » Tait’s Edinburgh Magazine for 1835, vol. II, new serie (...)

30On remarque bien sûr l’attribution de la capacité de Loudon à synthétiser des sources (d’ailleurs très hétéroclites), à une « énergie virile ». Soulignons malgré tout que ce commentateur, en cohérence avec son jugement, recommande la lecture de l’ouvrage aux « politiciens consciencieux », alors même que d’autres critiques s’en tiennent à recommander sa lecture « aux membres de son propre sexe qui réfléchissent33 ».

  • 34 « Mrs. Loudon is a new regiment and will carry every thing before her by the unpractised innocence (...)

31Les commentateurs de l’ouvrage de Loudon, pourvu qu’ils défendissent la cause du libre-échange, acceptèrent de bonne grâce son intrusion dans le débat politique. Bien plus, le publiciste et ancien militaire Thomas Perronet Thompson, dans la Westminster Review, vit l’avantage qu’il y avait à lancer contre les propriétaires fonciers ce « nouveau régiment » qui « remporte toutes les batailles grâce à l’innocence spontanée de ses assauts34 ».

32En revanche, un journal conservateur comme The Monthly Review condamna le recours par Loudon à des arguments théologiques dans le but de diffuser des conceptions politiques pernicieuses :

  • 35 The Monthly Review, May-Aug. 1835, vol. II, p. 309.

Metaphysics, ethical philosophy, theology, and political economy, are here all introduced and huddled together. […] [W]ere there nothing more to complain of, than her warped and interminable sentences, we should find her Philanthropic Economy a most tiresome book. […] But the nonsense she writes, is not so incongruous as her professed regard for religion and the Bible, when compared with her most preposterous and disgusting radicalism, which after all is but clumsily pillaged from the most ignorant of that class of politicians35.

Une théodicée du libre-échange

33Il semble pertinent, pour conclure, d’examiner plus en détail le discours religieux utilisé par Loudon, dans Philanthropic Economy, comme dans ce que nous avons appelé les « excursus » philosophiques que l’on trouve dans Dilemmas of Pride, pour définir ce qui a pu priver Loudon d’une audience durable.

  • 36 Loudon M., Dilemmas of Pride, op. cit., vol. III, p. 281.

34La langue de Loudon est passionnée. Elle est celle de l'appel (address) et du prêche. Ainsi, dans la conclusion de Dilemmas of Pride, Loudon rejette sur l’être humain seul la responsabilité de son malheur : « Why is man called, by way of distinction, a rational animal ? Man, who, of all creatures knows the least how to be happy, while happiness is the end and aim of all36. »

35Loudon se singularise en développant ce que nous pensons pouvoir appeler une « théodicée », c’est-à-dire, une défense de l’idée d’un Dieu bienveillant en dépit de l’existence du mal. Dans toute théodicée, le mal, et en particulier le besoin et la souffrance, existent pour pousser l’homme à progresser, car un monde exempt de souffrance ne pourrait que végéter dans une stase perpétuelle. Pour Loudon, l’homme est doté du libre-arbitre dans le but de pouvoir développer son sens moral, par l’observation des conséquences de ses actes. Le mal n’est donc que la conséquence de l’« usage abusif du libre-arbitre » (« abuse of free-will »), et la législation de classe qui a produit les droits de douane sur les grains est présentée, de façon hyperbolique, comme la manifestation ultime de cet « usage abusif ».

36La conviction de Loudon que le progrès de l’homme dans cette vie a pour fin de le préparer à la « félicité future », indique sa proximité philosophique avec les Unitariens, quoique nous n’ayons à ce jour trouvé aucune preuve matérielle de son appartenance à cette église. En tout état de cause, Loudon se distinguait clairement des Evangéliques, car elle rejetait la doctrine du Pêché originel, et considérait que la misère n’était pas une épreuve divine, mais une condition déshumanisante, dont il fallait à tout prix libérer le peuple.

37Si le journal conservateur Monthly Review désapprouvait la concomitance dans Philanthropic Economy de conceptions religieuses et politiques, il est à noter que le journal radical Spectator regretta, de façon analogue, que Loudon subordonne son attaque contre le protectionnisme au seul exposé de sa « Philosophie du bonheur » :

  • 37 The Spectator, op. cit.

The mind is hurried too rapidly from the laws of Nature to the Corn-laws; the outlines of politics, jurisprudence, and political economy, seem natural resting-places between the eternal fitness of things and the unfitness of squirearchical legislation; instead of which, we are thrown “sheer o’er the crystal battlements” of heaven, and alight at once among the toils and turmoils and vapours of earth and party politics37.

  • 38 Livre I, v. 742.
  • 39 Loudon cite néanmoins quelques économistes, « classiques », tels que Adam Smith et Robert Torrens, (...)

38L’auteur de ces lignes fait un emprunt ironique au Paradis perdu de Milton38, et à la chute du dieu païen Mulciber, précipité par Jupiter hors de la cité qu’il avait cru pouvoir élever vers le ciel. Le but est, de toute évidence, de souligner le décalage trop grand entre le préambule théologique de Philanthropic Economy, et « l’enfer » de la diatribe partisane. On peut ne voir dans ce commentaire que de la désapprobation à l’encontre d’une femme trop hardie. Mais il ne faut pas omettre la critique qui lui est faite de n’avoir pas traité des sciences politique, juridique et économique, de façon aussi développée39 que de la théologie. Certes, à l’inverse, on trouve au moins un commentateur pour rendre grâce à l’auteur d’avoir su réconcilier économie et religion :

  • 40 The Sun, 30 mai 1835, p. 3.

It has hitherto been the prevailing practice with all writers on political science to regard the doctrines of the Christian faith as an abstract code, which it was neither convenient nor necessary to allude to, in arguing the probable workings and consequences of certain systems of taxation, or certain restrictions on commerce. Mrs. Loudon has departed from this mode of discussing political questions40.

39Outre les économistes tels que David Ricardo, les vulgarisateurs tels que Martineau, qui avait dès sa jeunesse évolué vers l’agnosticisme, sont ici en ligne de mire. Néanmoins, on peut estimer que le combat pour réintroduire la religion dans la science économique était perdu d’avance, même si deux auteurs respectés, William Whately et Thomas Chalmers, le poursuivirent jusqu’au milieu du XIXe siècle.

40Si Loudon ne marqua pas durablement son époque, nous pensons qu’elle est, par ses écrits, représentative d’une vision du monde partagée à divers degrés par bien de ses contemporains. Les individus, particulièrement dans le domaine britannique, qui développèrent la forme vulgarisée de l’économie politique, donnèrent souvent aux conclusions des économistes l’apparence de lois divines, simplement parce qu’il leur était naturel d’emprunter à la langue religieuse pour bâtir un discours qui était une quête de sens, voire de réassurance. La réflexion sur la production et la répartition des richesses était devenue, vers 1830, la quête de sens par excellence. La notion de « commitment » (engagement) prend d’ailleurs son origine dans le langage religieux, et dans la prière « We commit ourselves unto thee », qui indique, non une soumission passive, mais une conscience des devoirs qui incombent au croyant. En fin de compte, plus encore que pour le libre-échange commercial, c’est peut-être pour la théologie naturelle, et pour l’interprétation des questions sociales qu’elle lui inspira, que nous pouvons parler d’un « engagement » de l’écrivain Margracia Loudon.

Notes

1 « Populaire » ne signifie bien sûr pas ici « ouvrier », mais qualifie plutôt ce qui ressortit des classes dites « industrieuses » dans leur ensemble, classes moyennes incluses.

2 Les spécialistes du roman féminin du début du XIXe siècle connaissent peut-être une autre « Mrs. Loudon », anglaise pour sa part, et née Jane Webb (1807-1858), qui publia en 1827 un roman d’anticipation, The Mummy ! A Tale of the Twenty-Second Century. The Literary Gazette (9 mai 1835, vol. 19, p. 300) avait dû dissiper cette confusion dès avant la publication de Philanthropic Economy.

3 Pickering P. & Tyrrell A. (The People’s Bread, A History of the Anti-Corn Law League, Leicester University Press, 2000, p. 118-9) notent brièvement comment le Morning Chronicle salua en 1845 le rôle de Loudon, Jane Marcet, et Martineau.

4 Loudon M., Philanthropic Economy; Or The Philosophy of Happiness, Practically applied to the social, political, and Commercial relations of Great Britain, London, Churton, 1835.

5 Ibid., p. 52-53.

6 Elle mourut vers 1857, certainement à Cheltenham, après avoir vécu à Paris, puis à Londres, dans les années 1840. La seule notice biographique à ce jour, très brève, est dans O’Toole T. (ed.), Dictionary of Munster Women Writers 1800-2000, Cork University Press, 2005.

7 Knocklong, la localité la plus proche de cette demeure, est cité comme l’un des endroits où les factions rivales de Whiteboys furent particulièrement actives au début du XIXe siècle. Cf. Clark S., Donnelly J. S. (eds.), Irish Peasants: Violence & Political Unrest, 1780-1914, Manchester University Press, 1983, p. 94.

8 La « Guerre de la Dîme » (Tithe War) fut marquée en 1834 par le meurtre d’une douzaine de villageois à Rathcormac, dans le Comté de Cork. Cf. Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. 269.

9 Charles Loudon (1801-1844) fut l’un des inspecteurs qui rédigèrent le Report of the Commissioners on the employment of children in factories de 1833. Son nom est cité à ce titre dans les débats des Communes (cf. Hansard, 18 juillet 1833). Il est aussi l’auteur d’ouvrages sur la population, et est mentionné par Marx (cf. Manuscrits de 1844).

10 À noter ce commentaire contemporain de l’œuvre d’Edgeworth: « “the Absentee” […] under the revising hand of a More, might easily be rendered an [sic] useful as well as an interesting story. That patriotism, which attaching lord Colambre to Ireland, induced him to settle there, might have been wrought into a sense of duty. » British Critic, 1813, vol. 42, p. 412-414.

11 Loudon M., First Love, London, Saunders & Otley, 1830, vol. 3, p. 431-432.

12 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. 268.

13 Loudon M., Fortune-Hunting, London, Colburn, 1832; Dilemmas of Pride, London, Bull & Churton, 1833.

14 Dans son deuxième ouvrage non fictionnel, Loudon appellera les fils de la noblesse à se rendre utiles, en prêtant un concours actif au grand Système national d’instruction dont elle propose la création. Cf. The Light of Mental Science, being an Essay on Moral Training, London, Smith, 1845, p. 86.

15 Loudon M., Dilemmas of Pride, op. cit., vol. I, p. 151.

16 Ibid., vol. II, p. 40-44.

17 The Spectator, no 361, 30 juillet 1835, p. 514. The Spectator était un journal radical, qui défendit avec ardeur la Réforme parlementaire au début des années 1830.

18 Loudon M., Maternal Love, London, Newby, 1849.

19 Ibid., vol. II, p. 23.

20 Corn Laws : Selections from Mrs. Loudon’s Philanthropic Economy, Manchester: National Anti-Corn Law League, 1842. Un ami des Loudon, qui écrivit à Robert Peel pour demander une pension pour Margracia, après le décès de son mari, au titre de sa contribution à la cause du libre-échange, affirme : « 10,000 copies containing extracts were published by the National Anti-Corn Law league of Manchester ». Cf. Peel Papers, British Library, Add MS 40,595, f. 85-98.

21 Howe A., Free Trade and Liberal England, Oxford, Oxford University Press, 1997, p. 34, note 179 ; cf. Mrs. Loudon to Cobden, 3 Jan. 1852, CP3, West Sussex Record Office. Il y a bien sûr ici incohérence avec la lettre de l’ami des Loudon, qui rappelait à Peel, en joignant force prospectus, la teneur de l’ouvrage de Margracia.

22 Cf. The Monthly Repository, 1835, vol. IX, p. 622.

23 Martineau H., Illustrations of Political Economy, Selected Tales, Logan D. A. (ed.), Broadview Press Ltd, 2004, p. 46-47.

24 Quarterly Review, vol. XLIX, avril-juillet 1833, p. 151.

25 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. 288: « That members of the House of Lords should equally be chosen by, and be equally responsible to the community to be legislated for, it would be an insult to the common sense of the age to treat as a questionable point. »

26 Marcet publia en 1833 John Hopkin’s Notions of Political Economy, un recueil de contes, pour profiter de l’engouement que suscitaient les Illustrations de son élève Martineau.

27 Deidre David (Intellectual Women and Victorian Patriarchy : Harriet Martineau, Elizabeth Barrett Browning, George Eliot, Cornell University Press, 1987) parle du rôle « ancillaire » joué par Martineau vis-à-vis de la « sphère masculine » du commerce et de l’industrie.

28 The Bell’s New Weekly Messenger, 31 mai 1835, vol. 4, no 179, p. 342.

29 Loudon M., Philanthropic Economy, op. cit., p. vi-vii.

30 Pickering P. & Tyrrell A., op. cit., p. 118.

31 « devoted to the noble task of pleading the cause of the oppressed of his native land in the great assembly of his peers. » Loudon M., First Love, op. cit., vol. III, p. 433.

32 The News, 31 mai 1835, p. 171.

33 « to thinking individuals of her own sex. » Tait’s Edinburgh Magazine for 1835, vol. II, new series, p. 484.

34 « Mrs. Loudon is a new regiment and will carry every thing before her by the unpractised innocence of her attacks.[…] If anything could move the very mean and odious oppressors to a sense of shame, it would be the cool unassuming indignity here poured out upon them by a feminine hand. » Westminster Review, juillet 1835, p. 2.

35 The Monthly Review, May-Aug. 1835, vol. II, p. 309.

36 Loudon M., Dilemmas of Pride, op. cit., vol. III, p. 281.

37 The Spectator, op. cit.

38 Livre I, v. 742.

39 Loudon cite néanmoins quelques économistes, « classiques », tels que Adam Smith et Robert Torrens, ou non (G. P. Scrope, E. G. Wakefield).

40 The Sun, 30 mai 1835, p. 3.

Auteur

Maître de conférences à l’IUT B de Lille 3 en sections Gestion urbaine et Animation sociale et socioculturelle, Patrice Bouche est l’auteur d’une thèse en civilisation britannique, soutenue en 2003, sur l’Économie philanthropique de Margracia Loudon, ouvrage dont il est question dans l’article. Ses recherches, qui ont généralement trait aux discours libéral et proto-socialiste du XIXe siècle, se portent à présent sur la controverse malthusienne. Ses publications comprennent des articles sur Robert Owen et William Morris.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540