Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Troisième partie. La fonction sociale du roman et ses limites

L’engagement de Harriet Martineau (1802-1876) dans sa fiction des années 1830-1840

Odile Boucher-Rivalain

Abstract

Outre sa série de contes didactiques Illustrations of Political Economy (1832-1834), Harriet Martineau est l’auteure de deux romans révélateurs de l’engagement social et politique qui caractérisa sa carrière de journaliste et de femme de lettres. Après avoir évoqué la manière dont apparaît la notion d’engagement dans Deerbrook (1839), son premier roman, le présent article s’attache essentiellement à analyser la représentation de l’engagement du héros Toussaint L’Ouverture dans The Hour and the Man (1841) et à poser la question de la nature du récit : le roman de Martineau est-il un roman historique rendant hommage au père de la république d’Haïti, ou bien va-t-il au-delà de la limite qu’exige le respect de la réalité historique pour donner du héros l’image d’un homme faisant face à des responsabilités complexes ? C’est aussi l’engagement de Martineau elle-même en faveur de l’abolitionnisme que révèle le roman.

Testo integrale

  • 1 Voir Mineka F., Dissidence of Dissent : The Monthly Repository, 1806-1838, Chapel Hill, University (...)
  • 2 Martineau H., Autobiography, with Memorials by Maria Weston Chapman, 3 vols., London, Smith, Elder (...)

1Si l’engagement fut la marque de quelques femmes d’exception au début de l’ère victorienne, Harriet Martineau fut de celles-là. Elle n’hésita pas à affirmer dans son Autobiographie qu’elle ne devait jamais fuir l’engagement intellectuel, moral, social et politique qui définissait sa mission d’écrivain, et s’y consacra totalement durant quarante ans de sa vie, depuis ses premiers écrits publiés en 1827 dans le Monthly Repository1 jusqu’en 1869, quelques années avant sa mort : « Authorship was my legitimate career, » comme elle l’écrivait dans son Autobiographie2. Les souffrances morales qu’elle dut subir de la part de ses parents qui l’éduquèrent de façon rigoriste dans la religion unitarienne la poussèrent sans doute à affirmer ses choix propres et à les assumer. Parmi ces choix de jeunesse, les plus déterminants furent sa décision de quitter sa ville natale de Norwich pour poursuivre une carrière d’écrivain à Londres et celle de ne pas céder à la pression faite aux femmes de considérer le mariage comme leur unique destin.

L’engagement de Harriet Martineau dans sa carrière d’écrivain

  • 3 Marcet J., Conversations on Political Economy, in which the elements of that science are familiarl (...)
  • 4 Martineau H., Autobiography, op. cit., I, 138.
  • 5 Thomas G., Harriet Martineau, Boston, Twayne Publishers, 1985, 10.
  • 6 Le roman a fait l’objet d’une réédition relativement récente par Gaby Weiner chez Virago Press en (...)
  • 7 Martineau H., Autobiography, op. cit. II, p. 107-108.

2Il est aisé de voir dans la première publication majeure de Martineau, Illustrations of Political Economy (1832-1834), le signe de son engagement en utilisant l’outil de la fiction. Cette série de courts romans, à mi-chemin entre roman et nouvelle, est à situer dans le contexte des débats politiques et du vote du projet de réforme (« Reform Bill ») en 1832. Le projet de Martineau était de faire de cette série de contes (« tales ») la représentation des fondements et des principes utilitaristes en matière d’économie politique, après en avoir été convaincue par la lecture de l’ouvrage de James Mill paru en 1812, Elements of Political Economy, et celui de Jane Marcet paru en 1816, Conversations on Political Economy3. Son but était de populariser ces idées et d’en illustrer les applications dans la vie sociale : « [to illustrate] the principles of the whole science in selected passages of social life4. » Dans son ouvrage sur Harriet Martineau, Gillian Thomas rappelle les circonstances dans lesquelles ce projet fut réalisé et sa publication saluée par la presse après que l’auteur elle-même l’eut présenté en personne auprès des membres du Parlement : « The sales of the series had a slow start until Martineau at her mother’s suggestion, sent a circular to all members of Parliament describing the work. Sales snowballed and the work was generally well received by the press5. » Ces récits didactiques se voulaient être un outil d’éducation politique pour les lecteurs des classes moyennes que leur auteur cherchait à sensibiliser quant à l’urgence de mettre en place les réformes politiques et sociales qui s’imposaient. Le titre de chacun d’entre eux met clairement l’accent sur les problèmes économiques et sociaux abordés : Demerara traite de l’esclavage, A Manchester Strike des luttes ouvrières, The Loom and the Lugger des conditions de travail des artisans. Malgré le grossissement des traits des personnages et la simplification de l’intrigue, et ce à des fins pédagogiques, l’écriture de ces contes fut perçue par les critiques comme prometteuse. Ces encouragements eurent pour effet de conduire Harriet Martineau à la rédaction de deux romans, Deerbrook en 18396 et The Hour and the Man en 1841. Dans son Autobiographie publiée en 1877 après sa mort mais rédigée en 1855, elle justifie sa décision d’en venir au genre romanesque qui lui donnerait une liberté plus grande que le conte didactique, malgré le risque de voir son roman jugé plus sévèrement encore que n’avaient été ses Tales : « Great were my expectations from my novel, for this reason chiefly ;—that for many years now my writing had been almost entirely about fact :—facts of society and of individuals […]. I longed inexpressibly for the liberty of fiction, while occasionally doubting whether I had the power to use the freedom as I could have done ten years before.7 »

  • 8 Voir Tillotson Kathleen, Novels of the Eighteen-Forties [1954], Oxford, Oxford University Press, 1 (...)

3Le premier de ces romans illustre l’engagement de l’auteur à mieux faire connaître la classe moyenne, en pleine expansion dans ces années-là et dont l’importance devient un enjeu politique et économique qui doit être reconnu8. Elle avait entendu parler d’une histoire vécue qui la frappa et dont elle s’inspira pour l’intrigue de son premier roman : le mariage arrangé d’un homme avec une jeune femme alors qu’il est en réalité épris de la sœur de sa future épouse. La rédaction du roman Deerbrook, fortement empreinte de ses souvenirs de jeunesse mêlant bonheur et déception, est une autre manifestation de son engagement à faire valoir une vision plutôt optimiste de la société, capable d’évoluer, l’auteur prônant la cohésion sociale au sein d’une communauté au-delà des dissensions et des différences de statut social. L’intrigue est construite autour de l’arrivée de deux jeunes femmes, Hester et Margaret Ibbotson, qui viennent de perdre leurs parents et prennent un nouveau départ dans la vie en s’installant dans le village de Deerbrook après avoir quitté Birmingham. Elles sont accueillies à Deerbrook par la famille Grey avec laquelle elles sont apparentées. Mrs Grey se donne pour rôle celui d’entremetteuse, avec l’intention de voir l’aînée des sœurs Ibbotson, Hester, épouser le jeune médecin Edward Hope qui, lui, se sent davantage attiré par la plus jeune, Margaret, moins séduisante physiquement mais intellectuellement supérieure. Mrs Grey circonvient Edward Hope en le manipulant, le trompant quant aux sentiments que Hester nourrit soit disant pour lui. Hope est persuadé que Margaret est amoureuse de Philip Enderby et, pour respecter les sentiments de la femme qu’il aime, la croyant promise à celui qu’elle aime, accepte d’épouser Hester. L’intrigue gagne en tension dramatique lorsque Mrs Rowland, soucieuse de dominer sa voisine, Mrs Grey, ne lui pardonnant pas d’être parvenue à réaliser son projet de mariage entre Edward Hope et Hester Ibbotson, prend sa revanche en décidant de nuire à la carrière prometteuse du jeune médecin. Elle joue pour ce faire de la naïveté de la population locale qu’elle monte contre leur médecin. Hope a voté contre le squire local qui tentait de remporter le siège de la circonscription, mettant par là en danger sa propre popularité. Déserté par ses patients, sa clientèle baisse rapidement et il se retrouve ruiné. À ce stade de la tragédie potentielle, Martineau démêle l’intrigue en faisant de l’adversité l’atout du bonheur retrouvé une fois la vérité rétablie. Le couple Edward-Hester surmonte les obstacles et en ressort plus fort qu’auparavant. Le médecin sauve la population locale d’une épidémie de choléra, retrouvant ainsi l’estime de ses patients, injustement perdue.

  • 9 Martineau H., Autobiography, op. cit., II, p. 115.
  • 10 Ibid., III, p. 249.

4L’évocation de la vie sociale de cette petite communauté bourgeoise constitue la toile de fond de l’analyse psychologique et sociale de Martineau. Il est aisé de reconnaître dans ce roman sans doute l’héritage de Jane Austen avec son regard affiné sur la société et l’annonce de la fiction de Charlotte Brontë avec l’éclairage donné sur la condition de gouvernante à travers le personnage de Maria Young, ainsi que celle de George Eliot, avec la profondeur de l’analyse psychologique des personnages principaux et le regard à la fois critique et compatissant sur le monde rural ancré dans ses traditions, Harriet Martineau se trouvant à mi-parcours entre la fin de la période géorgienne et la période victorienne post-1850. Le choix de situer l’intrigue dans le contexte de la vie provinciale fut dicté par la connaissance intime de la classe moyenne qu’avait l’auteur de par ses origines familiales et par son engagement à en transmettre les valeurs : « […] because it was my own, and the one I understood best, » déclara-t-elle9. L’éditeur Murray avait lui-même sollicité de Harriet Martineau la rédaction d’un roman qu’il serait prêt à publier, mais qui au final déclina d’en assurer la publication au motif que ce roman était trop éloigné des conventions à respecter à l’époque. Or, Martineau avait un tout autre objectif que celui de se conformer à ce qui était attendu. Ce qui lui importait, ici comme ailleurs, était de faire entendre sa vérité. C’est la raison pour laquelle la réception du roman fut très diverse, comme le rappela Maria Weston Chapman: « The opinions of the readers of Deerbrook have been as various as possible […] while the reading world delights in it up to the present time10. »

  • 11 Martineau H., Deerbrook [1839], edited by Gaby Weiner, London, Virago Press, 1983, p. 21.
  • 12 Voir Roberts C., The Woman and the Hour. Harriet Martineau and Victorian Ideologies, Toronto, Univ (...)

5Ce n’est pourtant pas sur ce premier roman que je souhaite faire porter principalement mon analyse de l’engagement de Harriet Martineau à travers sa fiction, même s’il serait intéressant d’en montrer la pertinence en y étudiant l’engagement féminin à travers les deux héroïnes, les sœurs Ibbotson. Egalement intéressante serait la question du statut social des personnages, notamment celui de la gouvernante Maria Young à la lucidité touchante et la résignation stoïque face à ses conditions de travail comme elle les décrit au chapitre 3 : « … it is more a negative than a positive function, a very humble one. Governesses to children at home can do little more than stand between children and the faults of the people around them… Well: let a governess learn what to expect; set her free from a hankering after happiness in her work, and you have a happy governess11. » La question du statut du médecin généraliste ou « apothecary », illustré par Mr Hope, y est également posée et les moyens mis en œuvre par l’auteur pour promouvoir la profession médicale sont nombreux, notamment par le biais de l’insistance du narrateur sur l’isolement du jeune médecin en butte à l’incompréhension et victime de rivalités mesquines12. Dans son étude exhaustive de Martineau romancière, Valerie Sanders, quant à elle, avance la déception des féministes contemporaines dont elle se fait l’écho, eu égard à une forme d’engagement jugé très insuffisant dans la représentation que fait Martineau de la question de la femme à travers le destin de ses héroïnes. Même si la question est incontestablement mise en avant dans le roman, Sanders juge l’implication de Martineau insuffisante pour lui permettre de considérer le roman comme digne de l’une des féministes victoriennes :

  • 13 Sanders V., Reason over Passion: Harriet Martineau and the Victorian Novel, Sussex, Harvester Pres (...)

The novel demonstrates that women in early Victorian England were conditioned to dwell almost entirely on their prospects of love and marriage, themes that pervade the very fabric of Harriet Martineau’s story. […] Deerbrook is in many ways a disappointing novel for the feminist reader who expects it to maintain a more consistent novel of protest. The book is unsatisfying because of its refusal to follow through the implications of its many statements about love, self-repression, marriage, and women’s career prospects: statements which are often made in impassioned, isolated speeches to other women13.

6C’est dans le second roman de Martineau que le thème de l’engagement et que l’engagement de l’auteur elle-même apparaissent plus nettement : l’engagement propre de Martineau y est reflété et projeté dans le personnage historique de Toussaint L’Ouverture dont elle fait son héros. Sensibilisée tôt dans sa vie à l’importance de l’événement de la Révolution Française et à son impact dans l’histoire politique et sociale européenne, elle avait dans un premier temps fait de cet épisode emblématique de l’histoire de la France le sujet du conte French Wines and Politics dans la série Illustrations of Political Economy où elle anticipe Dickens et son roman de 1859 A Tale of Two Cities dans sa défense des droits universels. En 1841, avec The Hour and the Man, elle oppose la figure du conquérant tout puissant que fut Bonaparte à Toussaint L’Ouverture qui sacrifie sa vie pour la cause de l’émancipation des esclaves sur l’île de Saint-Domingue à l’époque des conquêtes napoléoniennes. Dans le conte Demerara, publié dans la série Illustrations of Political Economy, elle avait déjà soutenu la cause abolitionniste, non seulement à travers des arguments d’ordre strictement économique, mais aussi en représentant l’atmosphère de suspicion dans les relations entre maîtres et esclaves.

7Avec The Hour and the Man elle entend faire de son roman historique un outil de propagande en faveur de l’abolitionnisme. C’est la lecture d’un article dans The Quarterly Review qui avait suscité son intérêt pour l’histoire d’Haïti et pour la figure historique de Toussaint L’Ouverture, comme elle le nota dans son journal :

  • 14 Martineau H., Autobiography, op. cit. III, 216. Cité dans Thomas G., op. cit., p. 93.

[…] reading an article in the twenty first volume of the Quarterly Review it flashed across me that my novel must be on the Haitian revolution, and Toussaint my hero. Was ever any subject more splendid, more fit for me and my purposes? One generally knows when the right idea, the true inspiration, comes and I have a strong persuasion that this will prove my first great work of fiction. It admits of romance, it furnishes me with a story, it will do a world of good to the slave question, it is heroic in character, and it leaves me domestic life for a change hereafter14.

  • 15 Lettre à Fanny Wedgwood, 20 février 1838, Elizabeth Sanders Arbuckle (ed.), Harriet Martineau’s Le (...)

8Bousculer les préjugés raciaux, tel était l’objectif de l’engagement de Martineau à travers ce roman qui ciblait un vaste lectorat allant des Sudistes américains aux Britanniques, tous partis politiques et classes sociales confondus : « My chief object is to get at the southern states, […]. I hope a few hundred people will learn what a negro has been, and what other negroes therefore may be15. » The Hour and the Man appartient à un genre hybride, situé entre le roman historique et la biographie fictionnelle. L’admiration que Martineau portait au personnage historique de Toussaint la conduisit à dramatiser chaque épisode de l’engagement civile et militaire de son héros, en prenant soin d’ajouter en annexe quelque soixante pages de sources historiques afin de convaincre le lecteur de la fiabilité des événements relatés. Le roman retrace de manière chronologique le déroulement des événements allant de la première rébellion des mulâtres et des Noirs sur l’île de Saint-Domingue en 1791 jusqu’à la mort du libérateur de Haïti, Toussaint L’Ouverture, en 1803 dans la prison française du Fort de Joux. Le premier acte de rébellion a lieu le 22 août 1791 suite à la proclamation par la Convention à Paris le 15 mars 1791 de l’accès des mulâtres et des Noirs aux mêmes droits que les Blancs, sans que la loi n’ait été appliquée par le gouverneur français sur l’île de Saint-Domingue.

9Le premier tome s’ouvre sur le récit de l’expérience de Toussaint, esclave fidèle à son maître, M. Bayou, propriétaire du domaine de Breda. Cette fidélité reposant sur la conception d’un ordre social établi de droit divin, Toussaint perçoit la révolte des esclaves comme une révolte contre la volonté divine :

  • 16 Martineau H., The Hour and the Man, London, Moxon, 1841, I, ch. 1, p. 15. Par la suite, les référe (...)

“Alas! Alas! this is rebellion,” said Toussaint; “rebellion against God and man. God have mercy! The whites have risen against their king; and now the blacks rise against them, in turn. It is a great sin. God have mercy! […] I have not rebelled; and I shall not. M. Bayou has taught me to bear and forbear, yes, my boy, as this book says, and as the book of God says. We will be faithful and fear nothing… We are in God’s hand; and it is a sin to fear his will16.”

10Le lecteur est témoin du parcours exceptionnel du héros qui, de l’esclave Toussaint Breda qu’il était, devient Toussaint L’Ouverture, ouvrant au peuple colonisé la route de la liberté. En effet, l’armée qu’il est amené à diriger prend le contrôle de l’île, repoussant les forces espagnoles et françaises. Son nom est significatif de ses succès militaires, ouvrant et repoussant le front des rebelles, « making for us an opening everywhere » selon l’opinion du Général Laveaux, commissaire français sur l’île de Saint-Domingue dont Toussaint devient l’adjoint. Harriet Martineau souligne le caractère supérieur de son personnage, attaché au respect de la hiérarchie, tout en défendant les droits fondamentaux d’égalité et de liberté de façon pacifique, sa répression de la rébellion ayant été le signe de sa détermination à faire respecter l’ordre et le respect du pouvoir sur l’île :

All this time, Toussaint’s military successes had been great; and his name now struck such awe into the lawless forces of the insurgent blacks, that it was unnecessary for him to shed their blood. He held the post of Marmalade, and from thence was present with such unheard-of rapidity of march, wherever violence was expected, that the spirit of outrage throughout the colony was, at length, held in check. This peaceful mode of standing by the rights of the king was more acceptable to the gentle Toussaint than the warfare by which he had gained his power over his own race. (I, ch. 5, p. 101)

11Les décisions sont prises par Toussaint au cours de longs moments de réflexion, même si elles s’imposent à son esprit par sa fidélité aux valeurs de justice et d’égalité, et ces épisodes sont l’occasion pour l’auteur-narrateur d’analyser le cheminement intérieur de son personnage dont l’engagement pour la reconnaissance de la dignité de la race noire est minutieusement mis en valeur lors de ces moments de méditation :

It was this:—that if it were indeed true that the revolutionary government of France had decreed to the negroes the freedom and rights of citizenship, to fight against the revolutionary government would be henceforth to fight against the freedom and rights of his race. The consequences of such a conviction were overpowering to his imagination. As one interference after another presented himself before him,—as a long array of humiliations and perplexities showed themselves in the future,— he felt as if his heart was bursting… A few hours, at certain crises of the human mind and lot, do the work of years; and this night carried on the education of the noble soul, long repressed by slavery, to a point of insight which multitudes do not reach in a lifestyle. (I, ch. 6, p. 132)

12Lorsque la Convention vote le décret abolissant l’esclavage le 4 février 1794, Toussaint et son armée se rallient aux Français pour repousser les forces espagnoles de Saint-Domingue, l’intérêt de l’Espagne passant par son maintien de l’esclavage sur la partie de l’île qu’elle contrôle.

13Le second tome du roman, dont l’action est située en 1801, a pour cadre la rébellion interne à laquelle le héros doit faire face. Toussaint se trouve à ce moment confronté aux questions de rivalités de pouvoir. Sur le fond de rébellion, connue sous le nom de Rébellion Moyse, les relations familiales de Toussaint sont entremêlées avec son engagement politique dans la mesure où Moyse est son propre neveu et s’oppose à son autorité. La tension entre les deux personnages, aux points de vue radicalement opposés, était déjà sensible dans le volume I lorsque Moyse affirme à Genifrède, la fille de Toussaint dont il est épris, sa distance par rapport aux positions pacifistes de son oncle qu’il juge comme étant idéalistes et qu’il ne suivra pas :

Do you suppose the whites are less cruel than they were? Do you believe that their thirst for our humiliation, our slavery, is quenched? Do you believe that the white man’s heart is softened by the generosity and forgiveness of the blacks?… The whites never will, never shall again, be masters […]. I will tell you things of them that will make you curse them. (I, ch. 11, 283; 286)

14L’opposition entre la sphère publique et le domaine privé, entre l’engagement politique et les relations familiales, cette opposition cruciale prend ici tout son sens. Moyse reproche à son oncle de concéder trop aisément son autorité au pouvoir blanc. Pour Toussaint, la collaboration avec le pouvoir colonial qui a aboli l’esclavage et a accordé une grande part du pouvoir décisionnel aux Noirs est la garantie de l’ordre public et de la prospérité économique accrue sur l’île et c’est ce qu’il entend protéger :

In a shady apartment of Toussaint’s house at Pongaudin sat five men, in whose hands lay the fortunes of the colony; and only one of these men was a white.
The five came to report well to one another of the fortunes of the colony. Never, in the old days, could any set of councillors have been gathered together, who could have brought with them such proofs of the welfare and comfort of every class of inhabitants… Now, when there was no oppression and no slavery, the simple system of justice was truly ‘working well;’not only in the prospect of the crops, and the external quiet of the proprietors, but in the hearts and heads of every class of men,—and of perhaps every family in the island. (II, ch. 6, 75-76)

15Moyse, quant à lui, refuse toute collaboration avec les représentants du pouvoir colonial et mène le front des insurgés lors d’une expédition sanglante qui s’en prend aux propriétaires des plantations, symbole de la présence coloniale sur l’île. Toussaint, défenseur de l’ordre public, fait exécuter Moyse en dépit de son projet de mariage avec sa fille, décision qui met en relief la primauté de ses responsabilités politiques.

A power put into my hand by Him, and therefore to be justly used. Moyse’s crime is great: and mercy to him would be a crime in me…
It has just been proved that, while he knew that slaughter was going on, he took no measures to stop it. The ground of guilt is plain and clear. The law of the Revolution of St. Domingo, as conducted by me, is NO RETALIATION. Every breach of this law by an officer of mine is treason; and every traitor to the whites must die. (II, ch. 11, 174-5)

16Suivant cet événement familial tragique, le troisième tome maintient l’éclairage sur la situation privée du héros, indissociable pourtant de son engagement dans la vie publique. Alors que Napoléon, niant la loi française, entend rétablir l’esclavage qu’il juge indispensable à l’aura de son empire et à l’économie française en envoyant ses troupes sur l’île de Saint-Domingue, Toussaint et ses forces doivent capituler après des combats acharnés. Emprisonné au fort de Joux, il y mourra le 7 avril 1803 et c’est sur ce couronnement du héros par son destin tragique que s’achève le roman. Soucieuse de vérité historique, Harriet Martineau complète le récit fictionnel par des annexes relatant les événements qui menèrent à la proclamation de la République d’Haïti le 31 décembre 1803.

Toussaint L’Ouverture, ou la représentation de l’engagement

17C’est l’engagement à la cause de la liberté en tant que droit universel qu’incarne le héros. Quelle représentation de cet engagement Martineau nous donnet-elle à voir ? S’agissait-il pour elle de satisfaire l’exigence de vérité historique ou bien la romancière a-t-elle chargé le héros de son roman d’un message que l’on peut attribuer à son propre engagement dans l’Angleterre du milieu du XIXe siècle ? Revendiquant sa fidélité au cadre historique, Martineau le dépasse pourtant très largement pour insuffler à son héros une dimension épique. Son humanité, si clairement visible dans les premiers chapitres, est progressivement effacée par la dimension supérieure que l’auteur confère à son personnage, celle du héros de l’épopée homérique, confrontant les défis avec audace mais pour connaître finalement la destinée humaine à travers l’expérience de l’échec, la souffrance et la mort.

18Le personnage est présenté, sur fond d’événements historiques, dans le cercle familial comme un homme face à son destin, l’acceptant avec humilité et soumission : « […] his stoical habit of endurance and his Christian principle of trust. » (I, chap. 6, p. 120-121) Le lecteur a été témoin des hésitations et des doutes murmurés par Toussaint face à la responsabilité qui lui incombe, celle d’un homme libre : « I am free, and I am an oppression to myself. I did not seek freedom. I was at ease, and did not desire it seeing how men abuse their freedom. » (I, ch. 4, 92) Son éducation favorisée par son maître, Monsieur Bayou, lui a permis d’acquérir une culture qui a forgé en lui une attitude que l’on serait tenté de qualifier de fataliste: « It was not until his youth was past that he had learned anything of the revolutions of the world, too late to bring them into his speculations and his hopes », comme le précise le narrateur (I, ch. 6, p. 121). Toussaint, par son humilité, ne paraît guère être appelé à remplir sa fonction de héros romanesque. La réponse est à trouver dans le message transmis par l’auteur : ce contexte historique lui permet de pointer les conséquences dramatiques qu’aurait le maintien de l’esclavage au milieu du XIXe siècle. L’attitude de soumission stoïque du héros est présentée comme la conséquence de son ancien statut d’esclave: « How shall I appear before God,—I who have ever been guided, and who know not whether I can guide myself,—my master gone, my employment gone,—and I, by his will, a free man, but unprepared, unfit? » (I, ch. 4, 92) Mais malgré l’humilité qui lui est propre et qui lui fait craindre de ne pas être à la hauteur des responsabilités que lui confie le Général Laveaux pour le récompenser de son succès sur la rébellion des mulâtres, Toussaint est pleinement conscient de la nécessité de sortir les Noirs de leur état de soumission à la race blanche :

“Yet I am one,” thought he, as the shout of his name and new title reached his ear, distinct, though softened by distance. “It seems as if I were the one as likely to arise,—not, as Laveaux says after Raynal, to avenge, but to repair the wrongs of my colour. Low, indeed, are we sunk, deep is our ignorance, abject are our wills, if such a one as I am to be the leader of thousands.” (I, ch. 9, 197)

19Or sa véritable nature est celle d’un homme doté des qualités nécessaires au chef militaire et au responsable politique qu’il est appelé à devenir. Susan Belasco a démontré à juste titre qu’après avoir dénoncé les effets visibles de l’esclavagisme en termes économiques dans Demerara, Martineau s’attache dans son long roman à justifier ses positions abolitionnistes du point de vue du coût humain qui résulte de la non-reconnaissance de la capacité des Noirs à prendre leur place dans la société. Alors qu’il devient gouverneur de l’île de Saint-Domingue, il déclare que son but sera d’élever les Noirs à un niveau d’égalité intellectuelle et morale avec les Blancs, afin qu’ils puissent exercer leur nouveau statut d’hommes libres et responsables :

He was requested to name a day when he would take the oaths publicly, and receive the homage of the grateful colony: and in his reply, he took occasion to declare with earnestness that his present course of action originated altogether in the decree of Convention in favour of the negroes; and that the resources of his power and influence should all be directed towards raising his race to that intellectual and moral equality with the whites, without which they could neither enjoy nor retain the political equality which the Convention had decreed. (I, ch. 9, 192)

20C’est bien la question de la place de l’individu dans la société, du rôle que chaque individu doit y jouer et de l’engagement qu’il y prend qui est au centre du message envoyé par l’auteur. Selon le critique qui rédigea la recension du roman parue dans The Athenaeum, c’est lorsque Martineau prend du recul par rapport aux événements historiques pour accéder à la représentation de la condition humaine à travers ses personnages que son style narratif prend tout son relief :

  • 17 Anon., The Athenaeum, 5 December 1840, p. 859.

When, however, the historical action of the story permits us to escape from the Negro and the Deliverer to the universal man, we find Miss Martineau’s subsidiary characters excellent, and exciting a deep interest […]; Miss Martineau, though she revel [ sic] in words when describing thoughts, seems sternly to restrain herself when actions are to be portrayed. […] Success in her art, is obviously a consideration, with Miss Martineau, secondary to the fulfilment of a moral purpose; yet still, she is so very nearly successful, that we may be excused for expressing a wish that in future she would consider and remedy defects and oversights which alone stand between her and the first honours of Fiction17.

21La représentation de la notion d’engagement permet donc à Martineau de jouer sur la dualité de deux modes d’écriture : le récit historique où elle rend au plus près la vérité historique des événements, et le récit de fiction où elle crée son héros de façon idéalisée afin de porter sans ambiguïté le message d’engagement auquel elle convie le lecteur :

  • 18 Idem.

She has represented Toussaint as possessing the humility of a recluse, the vigour and promptitude of a general accustomed to command, the inflexibility of a judge, the farreaching, far-seeing wisdom of a statesman, the tenderness of a philanthropist. […] Now not only is such a man beyond the possibilities of her hero’s early condition—for he was born a slave—but he is above nature and humanity—the mere creature of the imagination18.

22L’absence de véracité dans la représentation du personnage historique idéalisé dont elle fit son héros lui fut sévèrement reprochée par Christine Johnstone, auteur du compte rendu paru dans Tait’s Edinburgh Magazine, qui reconnaissait toutefois la présence du sublime dans la représentation d’un héros reflétant dans sa personne l’aspect grandiose de la nature environnante :

  • 19 Johnstone C., “New novels. The Hour and the Man”, Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 12 o. s, 8 n. s, (...)

The Patriot hero, the Christian chief, whom she has designed after the purest models which the study of the Christian system, and whatever is noblest in heathen philosophy, can suggest—may not be, nay, cannot be, the sagacious and bold hero who was born, and for half a century remained, a slave; and whom great native energy, vigorous if uninstructed intellect, and, above all, a fortuitous combination of the most extraordinary circumstances, forced into so remarkable a position. This incarnation in ebony of every imaginable human, or rather superhuman perfection,—Miss Martineau’s beautiful ideal of the King, the Statesman, the husband, the father, the friend, or, in a word, of the Christian in every social aspect, cannot be Toussaint, the slave postilion of the Breda estate; […] but he is, notwithstanding, a lofty and pure conception; and he forms the noble central figure of an historical group, having a more real existence in nature; enriched, moreover, by nameless rare accessories, and relieved by the most magnificent and gorgeous background which the sublimities and beautiful accidents of tropical scenery and climate furnish to the skilful limner19.

23Au final, la question de la dualité dans la représentation du héros dans The Hour and the Man reste non résolue à entendre la déclaration du héros à l’heure de sa mort : « ‘If my name live, the goodness of those who name it will be its life; for my true self will not be in it. No one will the more know the real Toussaint.’ » (III, ch. 14, 240) Par la voix du narrateur, Martineau rappelle au lecteur au moment de prendre congé de lui qu’elle a représenté dans son roman le personnage historique qui est à distinguer de l’homme que son récit n’a pu dévoiler.

24Victorienne engagée s’il en fut, Harriet Martineau projeta son propre engagement dans son roman The Hour and the Man tant par le choix des thèmes qui y sont traités que par la représentation de son héros et du destin qu’elle lui réserve. Elle reconnut dans son engagement de romancière celui d’une époque où l’idée de réforme dominait dans le discours politique et social, et son œuvre, tant journalistique que fictionnelle, témoigne de l’engagement intellectuel qui fut le sien. Dans ce roman, sa priorité est de toute évidence le message à transmettre plus que le souci esthétique de l’écriture. Si elle eut recours au genre romanesque comme vecteur de son message, c’est parce qu’il était à l’époque le véhicule de toutes les grandes questions ainsi que le moyen le plus sûr de toucher un vaste public. Martineau s’apparente donc à la grande famille des écrivains engagés, à un Carlyle ou un Disraeli, qui choisirent eux aussi la fiction en plus d’autres modes d’écriture, pour véhiculer leurs idées sur l’état de la société à l’aube de l’ère victorienne. Consciente néanmoins des exigences de l’écriture romanesque qu’elle peinait à satisfaire, elle abandonna par la suite la fiction pour poursuivre son engagement dans le cadre de sa carrière de journaliste et essayiste durant les trente années qui suivirent comme elle l’expliqua dans son Autobiographie :

  • 20 Martineau H., Autobiography, I, op. cit., p. 238-239.

I had believed before and I went on during my whole career of fiction-writing to be more and more thoroughly convinced, that creating a plot is a task above human faculties. […] As for me, my incapacity in this direction is so absolute that I have always worked under a sense of despair about it. In The Hour and the Man for instance […] the personages fall out of sight, till at last, my hero is alone in his dungeon, and the story ends with his solitary death. I was not careless, nor unconscious of my inability. It was inability “pure and simple”20.

Note

1 Voir Mineka F., Dissidence of Dissent : The Monthly Repository, 1806-1838, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1944.

2 Martineau H., Autobiography, with Memorials by Maria Weston Chapman, 3 vols., London, Smith, Elder & Co [1877], reprint Virago Press, 1983, I, p. 156.

3 Marcet J., Conversations on Political Economy, in which the elements of that science are familiarly explained, London, Longman, Hurst, Rees, Orme and Browne, 1816. Voir Empson W., “Miss Marcet. Miss Martineau”, The Edinburgh Review, vol. 57, April 1833.

4 Martineau H., Autobiography, op. cit., I, 138.

5 Thomas G., Harriet Martineau, Boston, Twayne Publishers, 1985, 10.

6 Le roman a fait l’objet d’une réédition relativement récente par Gaby Weiner chez Virago Press en 1983.

7 Martineau H., Autobiography, op. cit. II, p. 107-108.

8 Voir Tillotson Kathleen, Novels of the Eighteen-Forties [1954], Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 83-84.

9 Martineau H., Autobiography, op. cit., II, p. 115.

10 Ibid., III, p. 249.

11 Martineau H., Deerbrook [1839], edited by Gaby Weiner, London, Virago Press, 1983, p. 21.

12 Voir Roberts C., The Woman and the Hour. Harriet Martineau and Victorian Ideologies, Toronto, University of Toronto Press, 2002, p. 52-75.

13 Sanders V., Reason over Passion: Harriet Martineau and the Victorian Novel, Sussex, Harvester Press, New-York, St Martin’s Press, 1986, p. 63, 70.

14 Martineau H., Autobiography, op. cit. III, 216. Cité dans Thomas G., op. cit., p. 93.

15 Lettre à Fanny Wedgwood, 20 février 1838, Elizabeth Sanders Arbuckle (ed.), Harriet Martineau’s Letters to Fanny Wedgwood, Stanford, Stanford University Press, 1983, p. 11, citée par Belasco S., “Harriet Martineau’s Black hero and the American Antislavery Movement”, Nineteenth Century Literature, 55, September 2000, p. 165.

16 Martineau H., The Hour and the Man, London, Moxon, 1841, I, ch. 1, p. 15. Par la suite, les références à ce roman seront indiquées dans le texte entre parenthèses.

17 Anon., The Athenaeum, 5 December 1840, p. 859.

18 Idem.

19 Johnstone C., “New novels. The Hour and the Man”, Tait’s Edinburgh Magazine, vol. 12 o. s, 8 n. s, January 1841, p. 9.

20 Martineau H., Autobiography, I, op. cit., p. 238-239.

Autore

Professeur des universités en littérature britannique à l’université de Cergy-Pontoise. Auteure de deux ouvrages et de contributions à des ouvrages collectifs dans le domaine de la littérature britannique au XIXe siècle, ses publications portent non seulement sur le roman victorien, notamment sur la critique du roman par les Victoriens, mais aussi sur le domaine culturel, celui de la critique architecturale au début de l’ère victorienne (Ruskin en particulier).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540