Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des xviiie et xixe siècles

 | 
Thierry Goater
, 
Élise Ouvrard

Avant-propos

Thierry Goater und Élise Ouvrard

Volltext

  • 1 Ainsi s’exprime l’héroïne Bathsheba dans le roman de Thomas Hardy: Hardy T., Far From the Madding (...)

It is difficult for a woman to define her feelings in language which is chiefly made by men to express theirs1.

1Fruit du travail commun de chercheurs et de jeunes chercheurs, cet ouvrage traite du rapport entre fiction féminine et engagement dans la Grande-Bretagne des XVIIIe et XIXe siècles. Dès l’essor du roman, traduction esthétique de profonds bouleversements sociaux, économiques et politiques, les femmes occupent dans ce pays une place importante en tant que lectrices, mais aussi en tant qu’auteurs, puisque, sur deux mille ouvrages parus au XVIIIe siècle, on ne dénombre pas moins de six cents romans féminins. On peut alors s’interroger sur la manière dont elles utilisent ce moyen d’expression, se demander si, par son désir d’égalité sociale et politique, Mary Wollstonecraft n’ouvre pas la voie d’une littérature féminine marquée par l’engagement.

  • 2 Regard F., L’Écriture féminine en Angleterre, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 25
  • 3 Showalter E., A Literature of Their Own: British Women Novelists from Brontë to Lessing [1977], Pr (...)
  • 4 Regard F., op. cit., p. 35.
  • 5 Ballaster R., « Women and the rise of the novel: sexual prescripts », Jones, V. (ed.), Women and L (...)
  • 6 Idem.

2Si l’on observe à une période qui va des Lumières au libéralisme, au sens anglo-saxon du terme, l’émergence progressive de l’individu, du sujet politique mais aussi de la figure de l’auteur, avec, pour corollaire, une plus grande liberté d’expression, ces évolutions concernent presque exclusivement les hommes. La femme continue le plus souvent d’être perçue et traitée comme un être inférieur sur tous les plans, biologique, intellectuel, moral, juridique, politique et économique. Reléguée dans la sphère privée, « assignée à résidence dans un intérieur domestique idéalisé2 », sa voix n’a guère de chance d’être entendue. Les idées révolutionnaires exprimées par Mary Wollstonecraft dans son Vindication of the Rights of Woman (1792), dont la publication suit de près celle de son Vindication of the Rights of Men (1790), mais également les idées progressistes formulées par John Stuart Mill dans « The Subjection of Women » (1869) ont du mal à se traduire concrètement dans la vie des femmes. Ces idées n’en exercent pas moins une influence souterraine sur les consciences, sur celles des femmes instruites au premier chef, qui voient peu à peu dans la forme nouvelle que constitue le roman, l’instrument d’une certaine émancipation, un moyen de subsistance3 parfois, un moyen d’expression en tout cas. S’inspirant de Michel de Certeau, Frédéric Regard évoque ainsi la « délinquance » du récit, décrit le roman comme un genre qui « ouvre des espaces où s’épanouissent des héroïnes intempestives4 », quand bien même celles-ci peuvent finalement avoir besoin de la protection d’un époux plus âgé à l’autorité affirmée5. A contrario, les créatrices de ces héroïnes échapperaient à ce besoin de protection masculine, dans la mesure où le roman leur offrirait une forme de discours d’autorité sans avoir à s’exposer physiquement6.

  • 7 Bouju E. (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 11.
  • 8 Il faut noter que les analyses de Sartre lui-même (Qu’est-ce que la littérature [1948], Paris, Fol (...)
  • 9 Denis B., Littérature et engagement – de Pascal à Sartre, Paris, Le Seuil (Points Essais), 2000, p (...)
  • 10 Ibid., p. 11-12.
  • 11 Ibid., p. 30-31.

3Dans la société patriarcale des XVIIIe et XIXe siècles, l’écriture féminine est bien affaire d’engagement. Comme Emmanuel Bouju dans son avant-propos à L’engagement littéraire, on peut s’interroger sur la nécessité de « proposer de nouveaux modes [d’] interprétation7 » de ce terme. Bien entendu, il n’est pas question d’évoquer de façon anachronique une quelconque « littérature engagée » stricto sensu, pratique littéraire circonscrite dans un cadre historique défini avant et après la Guerre 1939-1945, avec Jean-Paul Sartre comme figure emblématique en France8. Il s’agit plutôt de considérer l’engagement dans un sens plus général. Selon Benoît Denis, « toute œuvre littéraire est à quelque degré engagée, au sens où elle propose une certaine vision du monde et qu’elle donne forme et sens au réel9 ». Il convient dès lors pour cette étude de préférer à « littérature engagée » renvoyant à une littérature de combat politique, une expression plus globalisante telle que « littérature d’engagement », « vaste ensemble transhistorique à portée politique10 », ou encore évoquer plutôt l’engagement dans la littérature, qui suggère des formes variées d’engagement, qu’il soit social ou esthétique. Il n’est plus ainsi question d’engager la littérature dans un combat politique qui la dépasse et risque de la détruire, mais de s’engager dans la littérature et par elle, de poser un acte, de faire des choix au sens fort, en acceptant les contraintes, les responsabilités et les risques inhérents11.

4Les romancières de l’époque engagent assurément leur personne ; elles risquent sinon leur vie, du moins leur réputation, et même leur survie sociale et économique. Virginia Woolf ne s’y est pas trompée, quand elle rappelle dans A Room of One’s Own non seulement les difficultés matérielles des femmes écrivains privées de moyens de subsistance et d’un lieu à elles, mais aussi l’indifférence, ou l’hostilité auxquelles elles furent en butte, lorsqu’elle cite ces quelques vers de Lady Winchilsea évoquant son propre destin de poétesse :

  • 12 Woolf V., A Room of One’s Own [1929], London, Grafton Books, 1985, p. 57, notre traduction. Texte (...)

Hélas ! Une femme qui s’essaie à l’écriture
Est considérée comme une si présomptueuse créature
Qu’aucune vertu ne peut racheter cette faute12.

  • 13 Beauvoir S. (de), Le deuxième sexe I [1949], Paris, Gallimard (folio essais), 1995, p. 181.
  • 14 Showalter E., op. cit., p. 19.
  • 15 Gilbert S. & Gubar S., The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteenth-century Lit (...)
  • 16 Showalter définit trois étapes dans l’écriture des femmes, qu’elle qualifie ainsi : « feminine », (...)
  • 17 Gilbert S. & Gubar S., op. cit., p. 73.

5Consacrant dans Le deuxième sexe quelques pages à l’ouvrage séminal de Woolf pour les études féministes, Simone de Beauvoir reprend l’exemple de cette même aristocrate anglaise du XVIIe siècle sans enfant, dont « toute [l’]œuvre est consacrée à s’indigner contre la condition des femmes », qui « tente l’aventure d’écrire » et « s’est consumée dans la haine, la colère et la peur13 ». On peut dès lors comprendre que, jusqu’au XIXe siècle, plusieurs femmes écrivains se soient senties contraintes de publier sous couvert de l’anonymat (Jane Austen) ou d’un patronyme masculin (Acton Bell alias Anne Brontë, Currer Bell alias Charlotte Brontë ou George Eliot alias Mary Evans, à l’instar de George Sand alias Aurore Dupin en France). Elaine Showalter perçoit dans cette adoption du pseudonyme masculin un indice fort de rupture historique : les femmes écrivains sentent une contradiction entre leur volonté d’écrire et leur statut de femme ; le pseudonyme masculin serait la « feuille de vigne d’Ève », le signe de la perte de leur innocence14. Instrument de dissimulation, le pseudonyme devient aussi le moyen d’affirmer son sérieux et de se faire accepter de confrères et concurrents masculins sourcilleux et soucieux de préserver leur pré carré15. Le choix d’une « carrière » littéraire, la décision de s’affirmer, de se réaliser dans l’écriture, en soi une forme d’engagement, l’est davantage encore pour une femme dans une société où le logos demeure pour l’essentiel l’apanage des hommes. Au-delà de la signature de l’œuvre, se pose la question de l’écriture elle-même. La femme peut-elle s’exprimer librement, adopter une écriture à elle ou doit-elle en passer par des voies détournées, obliques, voire accepter des modèles idéologiques et esthétiques masculins ? Showalter voit dans les romans féminins qui s’écrivent jusqu’à George Eliot une écriture « féminine », une écriture marquée par l’imitation des codes existants et l’intégration des rôles sociaux dominants16. Gilbert et Gubar, quant à elles, lisent chez les femmes écrivains du XIXe siècle une esthétique « oblique », voire une forme de « duplicité », stratégie par laquelle les femmes acquièrent autorité en se conformant aux normes littéraires patriarcales tout en les subvertissant17.

6Cet ouvrage s’intéresse autant aux formes prises par l’engagement littéraire des romancières britanniques de la période considérée, à leurs stratégies d’écriture, aux traces laissées par l’engagement dans le texte lui-même qu’à ses aspects politiques, sociaux, religieux, moraux, intellectuels et artistiques. Ne prétendant pas à l’exhaustivité, à l’étude de toutes les romancières concernées par la période, le recueil se présente plutôt comme l’addition des choix personnels des contributeurs. Il comporte quatre parties, dans lesquelles les articles se répondent en écho, proposant des approches variées et complémentaires de romancières célèbres ou moins connues, tout en rappelant les limites et les paradoxes inhérents à l’engagement dans la littérature féminine en particulier.

  • 18 Regard F., op. cit., p. 54.
  • 19 Ibid., p. 52.
  • 20 Denis B., « Engagement littéraire et morale de la littérature », Bouju E. (dir.), op. cit., p. 35. (...)

7La première partie est consacrée à Mary Wollstonecraft, une des pionnières de l’engagement au féminin, « première à vouloir tracer une opération scripturale du féminin18 ». Wollstonecraft a immédiatement compris que la « féminité » est une construction culturelle, qu’elle est le « produit de stratégies discursives19 » dans un monde phallocentrique. Pour défendre la cause des femmes, Wollstonecraft se saisit donc du discours, philosophique et politique certes, mais aussi, ce qui est moins connu, fictionnel. Contemporaine des Lumières et de la Révolution française, elle se trouve sans doute du point de vue de l’engagement à un moment idéal favorisant une « réconciliation entre le littéraire et l’espace public20 ». Face aux préjugés romantiques envers les femmes, Wollstonecraft se lance dans une transformation radicale du roman sentimental, genre maintenant la femme dans une position subordonnée, qui lui permet à la fois de redéfinir le féminin et le masculin et de rééquilibrer raison et sensibilité de manière subversive (Caroline Bertonèche). La fiction présente un double avantage : elle offre à la femme, cantonnée dans la sphère privée, la possibilité de s’engager, de s’exprimer publiquement ; elle offre un accès à l’imaginaire féminin par le biais du Gothique (Laure Blanchemain Faucon).

  • 21 Foucault M., Dits et écrits [1984], « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architec (...)

8Tout se passe comme si le Gothique générait un espace autre, une hétérotopie au sens où l’entendait Michel Foucault, pouvant favoriser la représentation, la contestation et l’inversion des lieux réels du pouvoir et du langage21. Les articles de la deuxième partie se donnent précisément pour objectif de montrer comment le féminin peut s’inscrire dans le récit gothique. Si Ann Radcliffe se garde bien de proposer aux lecteurs de ses romans un discours ouvertement politique, elle n’en propose pas moins une forme d’engagement par le biais du pittoresque, esthétique qui, à l’opposé de la force autoritaire du sublime, devient une métaphore politique et sociale de la modération et de l’équilibre, une expérience libératrice pour les femmes (Julien Morel). Il y a certes un paradoxe à voir dans le Gothique, genre qui semble réduire les héroïnes au statut d’éternelles victimes, le lieu de l’expression ou de la libération du féminin. Mais, parfois même avant Mary Wollstonecraft, les romancières qui se sont affirmées dans le Gothique féminin – Sophia Lee, Clara Reeve, Ann Radcliffe, Mary Shelley – ont su subtilement mettre en question les valeurs domestiques, les lois patriarcales sans subvertir l’ordre établi (Gaëtane Plottier). De manière originale, Mary Shelley parvient à exprimer son engagement en élevant dans sa fiction le baiser, geste anodin s’il en est, au rang de symbole d’une reconfiguration des relations amoureuses et c’est l’engagement féminin, mais aussi humaniste qui est alors mis en avant (Audrey Souchet).

  • 22 Dès 1800, dans De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, « l’ (...)

9La troisième partie du recueil interroge la pertinence et les limites d’une fonction sociale ou politique du roman. Sans nécessairement chercher à devenir toutes des écrivains citoyens au sens de Germaine de Staël en France22, des romancières britanniques s’emparent de la littérature avec pour souci de représenter, d’accompagner, voire de favoriser les évolutions qui s’accélèrent au XIXe siècle. Avant ses consœurs victoriennes, Susan Ferrier, romancière de la période romantique, représente une forme d’engagement social et politique ; dans sa fiction, elle tente de dépasser les modèles patriarcaux ou impérialistes binaires dans le contexte anglo-écossais, en offrant une nouvelle perception du monde qu’elle exprime de manière souvent indirecte, grâce à l’humour entre autres (Benjamine Toussaint). Mais c’est sans doute avec Harriet Martineau ou Margracia Loudon que l’on est le plus proche de l’« écrivain engagé » traditionnel pour lequel le message prime sur le souci esthétique. À l’instar de Carlyle ou de Disraeli, Martineau voit dans le genre romanesque en général et dans le récit historique en particulier un moyen idéal d’exprimer les grandes questions politiques et sociales de son temps et de toucher un vaste public : épousant la cause de l’abolitionnisme, elle relaie l’aspiration et le droit universels à la liberté à travers le héros Toussaint L’Ouverture par exemple (Odile Boucher-Rivalain). Loudon, quant à elle, est davantage économiste que romancière, mais elle voit tout le profit qu’elle peut tirer du roman pour son combat contre l’idéologie protectionniste, qui entraîne selon elle la précarisation des travailleurs. Ses romans sentimentaux, genre peu attendu pour la contestation, se transforment en « théodicée du libre-échange », donnant à l’engagement (commitment) toute sa valeur religieuse (Patrice Bouche). La question religieuse, à travers le renouveau évangélique, est également au cœur de l’œuvre d’Anne Brontë, qui, s’inspirant de la littérature didactique de son époque, assigne à la fiction un rôle éducatif et réformateur et participe au développement d’un roman féminin victorien performatif (Élise Ouvrard). L’engagement d’Elizabeth Gaskell est indéniable et s’exprime à l’intersection du politique, du social et du religieux. Bourgeoise ne remettant pas fondamentalement en cause l’ordre établi, c’est aussi une Unitarienne fervente et convaincue de la nécessité du respect des préceptes de l’Évangile pour atteindre l’harmonie sociale. La romancière était bien consciente de ses conflits intérieurs et de ses engagements paradoxaux ; la critique marxiste a par exemple toujours eu les plus grandes difficultés à tenter de réconcilier dans ses romans un radicalisme indéniable et un conservatisme chrétien non moins évident. Son engagement social, fondé sur la nécessité d’unifier le personnel et le politique, n’a pourtant rien perdu de sa pertinence notamment sur la question des femmes et du rôle de ces dernières dans les changements sociaux (Patsy Stoneman). Contrairement à ceux de Martineau et de Loudon, les romans de Gaskell continuent d’être lus aujourd’hui, probablement parce qu’elle a refusé de sacrifier totalement la littérature sur l’autel d’un combat idéologique. Ceci est encore plus vrai pour George Eliot, considérée, à la mort de Dickens, comme la plus grande romancière anglaise de son époque. Ni révolutionnaire ni conservatrice, elle exprime les ambiguïtés de son temps et ses contradictions personnelles. Au-delà d’une actualisation concrète, son engagement se situe d’emblée dans une dimension plus universelle, plus éthique et esthétique que politique (Stéphanie Drouet-Richet).

  • 23 Denis B., art. cit., p. 38.
  • 24 Benoît Denis rappelle comment, malgré leurs divergences fondamentales, Bataille fut sensible à l’a (...)

10Pour les femmes, l’écriture devient en soi un engagement, une manière de transformer le monde en interrogeant son opacité, la difficulté de le pénétrer par le langage lui-même, en confrontant le lecteur à l’interdit et à la mort, comme le pensait Georges Bataille23. Le choix de la littérature est bien engagement, « façon de jouer son existence24 ». C’est l’objet de la quatrième partie de l’ouvrage, dont les articles examinent l’écriture de trois romancières et abordent l’idée d’une tradition littéraire féminine, d’une forme spécifique d’engagement pour les femmes écrivains. Jane Austen apparaît comme une figure paradoxale de l’engagement, si l’on considère son quasi-effacement de l’espace public et le périmètre social apparemment très limité de sa fiction. Mais, outre qu’ils ne manquent pas de s’intéresser à la situation des femmes comme aux évolutions de la société de son époque, les romans d’Austen abordent aussi et surtout le féminin à travers la question de la voix et de l’écriture comme moyens d’expression du sujet (Thierry Goater). À travers l’étude croisée de la figure archétypale de la rebelle dans trois romans de Jane Austen, Charlotte Brontë et George Eliot, on peut lire l’écriture comme stratégie de contournement de la censure et comme « une transformation des dispositifs rhétoriques qui construisaient jusqu’alors l’image de la femme en littérature » (Pascale Denance). Dans Jane Eyre de Charlotte Brontë, l’écriture de soi est bel et bien le « projet originel » qui permet aux figures de l’artiste et de la femme de s’inscrire par le langage, dans l’imaginaire, un espace autre, un monde à soi, en donnant voix à une vérité intérieure (Stéphanie Bernard). Dans les Juvenilia, Brontë amorce une rhétorique de l’engagement féminin qui, par-delà le silence apparent, offre la possibilité d’une expression de la femme et de l’artiste, et investit l’ensemble de son œuvre, notamment Shirley et Villette (Gaïane Hanser). Dans son premier roman, The Professor, la romancière invite le lecteur à aller au-delà d’un conformisme de surface, à lire dans le récit un féminin inquiétant qui vient menacer le discours et à percevoir finalement la perte et la mort dans l’écriture elle-même (Isabelle Hervouet-Farrar). L’écriture devient alors pleinement engagement, mise en gage du sujet, motif repris et décliné par les femmes écrivains au cours des siècles suivants.

Anmerkungen

1 Ainsi s’exprime l’héroïne Bathsheba dans le roman de Thomas Hardy: Hardy T., Far From the Madding Crowd [1874], New York and London, Norton Critical edition, 1986, chap. LI, p. 270.

2 Regard F., L’Écriture féminine en Angleterre, Paris, Presses Universitaires de France, 2002, p. 25.

3 Showalter E., A Literature of Their Own: British Women Novelists from Brontë to Lessing [1977], Princeton, Princeton University Press, 1999 (expanded edition), p. 37-39. C’est le cas surtout au XIXe siècle, au cours duquel l’écriture de fiction devient une profession viable, permettant même à Thackeray ou Dickens de faire fortune. Les choses sont certes bien plus difficiles pour les romancières, mais l’écriture romanesque demeure malgré tout une des toutes premières professions intellectuelles auxquelles elles commencent à avoir accès.

4 Regard F., op. cit., p. 35.

5 Ballaster R., « Women and the rise of the novel: sexual prescripts », Jones, V. (ed.), Women and Literature in Britain: 1700-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, p. 198.

6 Idem.

7 Bouju E. (dir.), L’engagement littéraire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, p. 11.

8 Il faut noter que les analyses de Sartre lui-même (Qu’est-ce que la littérature [1948], Paris, Folio essais, 2008) traduisent la relation toute paradoxale entretenue entre engagement et littérature, dans la mesure où l’engagement menace l’existence même de la littérature.

9 Denis B., Littérature et engagement – de Pascal à Sartre, Paris, Le Seuil (Points Essais), 2000, p. 10.

10 Ibid., p. 11-12.

11 Ibid., p. 30-31.

12 Woolf V., A Room of One’s Own [1929], London, Grafton Books, 1985, p. 57, notre traduction. Texte original : Alas ! a woman that attempts the pen/ Such a presumptuous creature is esteemed/ The fault can by no virtue be redeemed.

13 Beauvoir S. (de), Le deuxième sexe I [1949], Paris, Gallimard (folio essais), 1995, p. 181.

14 Showalter E., op. cit., p. 19.

15 Gilbert S. & Gubar S., The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteenth-century Literary Imagination [1977], New Haven and London, Yale University Press, 2000 (second edition) p. 65.

16 Showalter définit trois étapes dans l’écriture des femmes, qu’elle qualifie ainsi : « feminine », « feminist » et « female ». La deuxième phase est celle de la protestation et de la revendication de droits et de valeurs spécifiques aux minorités ; la troisième phase concerne l’affirmation de soi (Showalter E., op. cit., p. 13).

17 Gilbert S. & Gubar S., op. cit., p. 73.

18 Regard F., op. cit., p. 54.

19 Ibid., p. 52.

20 Denis B., « Engagement littéraire et morale de la littérature », Bouju E. (dir.), op. cit., p. 35. Benoît Denis en voit le signe dans « l’idéalisation sartrienne de la période des Lumières, pensée comme le moment d’une coïncidence miraculeuse entre la cause et la littérature (la revendication de la liberté d’écrire) et celle des libertés civiles et politiques » (idem).

21 Foucault M., Dits et écrits [1984], « Des espaces autres » (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, no 5, octobre 1984, p. 46-49.

22 Dès 1800, dans De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales, « l’objectif premier [de Germaine de Staël] est, comme l’indique son titre, de fixer les rapports entre littérature et société. » « Pour Germaine de Staël, émule de Condorcet, le devenir social et le devenir littéraire sont étroitement liés en vertu de la loi historique de “perfectibilité” de l’esprit humain. » (Denis B., op. cit., p. 152, 154)

23 Denis B., art. cit., p. 38.

24 Benoît Denis rappelle comment, malgré leurs divergences fondamentales, Bataille fut sensible à l’analyse que Sartre avait faite du choix de carrière de Baudelaire et de Genet comme « projet originel » du sujet : « la vocation littéraire, c’est-à-dire le choix d’écrire et d’agir par la littérature, est interrogé comme le mode privilégié sur lequel le sujet a choisi de se réaliser » (ibid., p. 36).

Autoren

Agrégé d’anglais et maître de conférences au département d’anglais de l’Université Rennes 2, où il enseigne la traduction et la littérature. Il est l’auteur d’une thèse de doctorat sur les « Romans de caractère et d’environnement » de Thomas Hardy. Il a publié des articles sur Thomas Hardy, D. H. Lawrence et Jane Austen, ainsi qu’une monographie sur Thomas Hardy (Thomas Hardy – Figures de l’aliénation, Presses Universitaires de Rennes, 2010). Il est membre du comité éditorial international de la Hardy Review.
Elise Ouvrard est agrégée d’anglais et maître de conférences à l’université de Caen. Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat intitulée « Expériences pédagogique et salutaire dans les romans des sœurs Brontë : l’engagement féminin. » Co-éditrice scientifique de deux numéros de la Revue Lisa, l’un sur la Bible et ses réécritures dans la littérature britannique du XIXe siècle et l’autre sur le roman Jane Eyre, auquel elle a également consacré une monographie en 2008, elle s’intéresse aux femmes-écrivains du XIXe siècle, mais aussi à la didactique des langues en lien avec le séminaire sur l’enseignement-apprentissage des LVE dont elle est responsable à l’IUFM de Caen.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540