Version classiqueVersion mobile

Écrire la crise

 | 
Marc Gontard

Troisième partie. Récit et postmodernité

Conclusion. Poétique du désordre et post-théorie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La pensée postmoderne met donc au premier plan, contre l’idée de centre et de totalité, celle de réseau et de dissémination. Tandis que la modernité affirme un universel (unique par définition), la postmodernité se fonde sur une réalité discontinue, fragmentée, archipélique, modulaire, où la seule temporalité est celle de l’instant présent, où le sujet, lui-même décentré, découvre l’altérité à soi, où, à l’identité-racine, exclusive de l’autre, fait place l’identité-rhizome, le métissage, la créolisation, tout ce que Scarpetta désigne, dans le champ esthétique par le concept d’Impureté1. De là cette idée, qu’en contestant le sens moderne de l’Histoire, les postmodernes renoncent à la catégorie du nouveau et à celle du progrès pour une revisitation des formes du passé (Umberto Eco)… Mais ce qui n’est qu’éclectisme pour les uns (les néo-conservateurs) constitue pour les autres une réponse à « l’incrédulité face aux méta-récits » de la modernité dont Lyotard fait le critère définitoire...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search